Préparation des ‘Hallot (pains de Shabbat) : chaque ingrédient sa bénédiction

par | Mai 13, 2022 | 2 commentaires

 

Pourquoi apprendre le sens des mitsvot (commandements) ? Parce que l’apprentissage d’une mitsva (commandement) améliore son accomplissement. En effet, quand une personne comprend ce qu’elle fait, elle est plus heureuse de le faire.

Dans cette étude, nous vous proposons d’approfondir la mitsva de Hafrachat ‘Halla (prélèvement de la ‘Halla), plus particulièrement, en analysant plus en détail la portée spirituelle des ingrédients qui composent ce pain de Shabbat.

Pour rappel, ce commandement concerne essentiellement la femme. Nous en avions déjà exposé les principales caractéristiques lors d’une précédente étude:

(https://www.rencontrerdieu.com/project/kabbalat-shabbat-accueil-du-shabbat/). 

Nous verrons que la confection des ‘Hallot (pains de Shabbat) est un moment de prières et de demandes privilégié pour nous les femmes. Mais peu savent ce que les ingrédients de ces pains tressés cachent au niveau spirituel. Comment se rapprocher du Saint Béni soit-il en pétrissant des ‘Hallot ? À vos fourneaux, c’est parti !

 

1. La farine

 

La première étape consiste à tamiser la farine (pour enlever les éventuels vers interdits à la consommation selon les lois alimentaires de D.ieu décrites en Lévitique 11). 

Une fois tamisée, la farine devient douce, propre, agréable. D’un point de vue spirituel, cet acte représente un nettoyage intérieur : se libérer de toutes mauvaises pensées, du mauvais penchant.

Les femmes juives ont l’habitude de prononcer cette prière lorsqu’elles tamisent la farine :

 

« Maître du monde ! Au moment où je tamise la farine, puisses-Tu tamiser toutes mes pensées, mes paroles et mes actions qui ne sont pas conformes à Ta volonté, ainsi que les penchants ténébreux et les envies néfastes, et éloigne de moi toutes maladies et affections nuisibles. Amen ! »

 

 

2. Le sucre

 

Le sucre permet tout simplement d’adoucir une préparation culinaire. C’est ainsi que spirituellement parlant, le sucre que nous rajoutons à la préparation de nos ‘Hallot symbolise l’annulation de tous les décrets qui pèsent sur nos têtes ainsi que sur celles des membres de notre famille et de notre communauté. 

 

Prière : « Maître du monde ! Puissions-nous mériter l’adoucissement de peines. Que tous nos actes et nos paroles soient agréables et doux, que nous puissions remercier le Créateur du monde à chaque instant. Amen ! »

 

 

3. Le sel

 

Le « sel » se dit en hébreu « melakh ». Il partage les mêmes lettres que les mots « makhaleh » (la maladie) et « hakhlama » (la guérison). Ce jeu de mots, que seule la langue hébraïque nous permet d’avoir, nous enseigne donc que le sel symbolise le remède (la guérison) contre la maladie. En effet, le sel cicatrice les plaies. Il représente ainsi la purification. En rajoutant du sel à notre préparation, nous prions pour que tout ce qui est toxique dans notre vie soit retiré (que cela soit au niveau physique et/ou spirituel). 

 

Prière : « Maître du monde ! Puissions-nous mériter de donner un goût agréable aux pensées et de bonnes intentions dans l’accomplissement de Tes commandements et de nos actions. Que nous puissions mériter de sanctifier notre maison en évitant de consommer des aliments interdits, que nous enseignions à nos enfants à respecter les bonnes limites et que nous puissions tous vaincre nos penchants. Amen ! »

 

Notre Maître Yéshoua nous a demandé d’être : « le sel de la terre et de ne pas perdre notre saveur » (Matthieu 5 :13). Quelle est la signification des paroles de Notre Messie ? Si vous désirez connaître la réponse, nous vous recommandons vivement de re/lire un article que nous avions déjà rédigé il y a quelques mois au sujet du sel dans les Saintes Écritures. Voici le lien :

https://www.rencontrerdieu.com/project/pourriez-vous-me-passer-le-sel-paracha-vayikra-levitique-1-1-5-26/ 

 

 

4. La levure

 

La levure a cette particularité de faire monter toute notre pâte. D’un point de vue spirituel, elle possède une double facette : positive et négative. 

Premièrement, la levure représente la croissance et l’expansion. En effet, le levain est en soi bénéfique pour rendre un pain gonflé et moelleux. Yéshoua Lui-même a utilisé l’analogie du levain pour illustrer l’expansion du règne de D.ieu :

« Il leur dit cette autre parabole: Le royaume des cieux est semblable à du levain qu’une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que la pâte soit toute levée. » (Matthieu 13 :33)

Ici, le levain mélangé à la farine, représente la croissance intérieure du règne de D.ieu. Autrement dit, c’est la vie divine qui agit lentement (mais sûrement) en chaque individu ayant fait téchouva (repentance) et souhaitant se sanctifier. Cette nouvelle vie doit croître en nous et porter de bons fruits pour nous et nos proches. C’est pourquoi on parle d’expansion. En rajoutant de la levure à notre préparation, nous pouvons prier pour que chaque membre de notre famille, ainsi que nos amis, frères et sœurs dans la foi, puissent s’élever, développer leur plein potentiel en revenant vers le Saint Béni soit-Il. 

 

Pour continuer sur cette note positive, faisons remarquer qu’en hébreu, la « levure » se dit « shmarim ». Ce mot provient de la racine « shomer » qui signifie « protection », « gardien ». En rajoutant de la levure, nous pouvons demander une protection particulière pour nous et nos proches. 

 

Mais la levure possède également un tout autre aspect, cette fois-ci néfaste. La levure gonfle, comme l’orgueil qui enfle. Elle représente ainsi les mauvais désirs qui fermentent dans le cœur de l’homme, ce qu’on appelle en hébreu le « yetser hara » (mauvais penchant) qui pousse l’homme à fauter. 

 

Pendant la Fête des Matsot (Pains sans levain), l’apôtre Paul écrivit à l’assemblée de Corinthe qui tolérait un péché horrible parmi eux (l’immoralité sexuelle) :

« On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de l’impudicité, et une impudicité telle qu’elle ne se rencontre pas même chez les païens; c’est au point que l’un de vous a la femme de son père.Et vous êtes enflés d’orgueil ![…] C’est bien à tort que vous vous glorifiez. Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte ? »  (1 Corinthiens 5 :1-6)

Le message de l’apôtre est clair : de la même façon qu’une infime quantité de levain fait monter toute la pâte, une petite porte ouverte au yetser hara (mauvais penchant) lui donne le contrôle sur tout notre être.

Shaoul de Tarse (l’apôtre Paul) continue en demandant aux Corinthiens « de faire disparaître le vieux levain » afin d’ôter le mal parmi les membres du Messie et ainsi purifier l’assemblée entière : 

« Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres du Mashiah (Christ) ? Prendrai-je donc les membres du Mashiah, pour en faire les membres d’une prostituée ? » (1 Corinthiens 6 :15)

« Que l’impudicité, qu’aucune espèce d’impureté, et que la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous. […] Car, sachez-le bien, aucun impudique, ou cupide ; c’est-à-dire, idolâtre, n’a d’héritage dans le Royaume du Mashiah et de D.ieu. » (Éphésiens 5 :3-5)

En établissant une analogie entre le levain et le yetser hara (mauvais penchant), l’apôtre Paul fait référence au processus de la mauvaise « fermentation spirituelle » qui se propage parmi les croyants. Tout comme la veille de Pessa’h (Pâque), il est recommandé de chercher dans tous les recoins de notre maison et d’éliminer toute trace de levain, ainsi nous avons également l’obligation de nous introspecter et d’éliminer les restes de yetser hara dans notre « demeure intérieure ».

 

Prière lors du rajout de la levure : « Maître du monde ! Puissions-nous mériter de doubler et développer notre Parnassa (revenus), et nous aider à accomplir tous Tes commandements ainsi que de bonnes actions. Par ailleurs, puissions-nous nous débarrasser de l’orgueil et tout autre trait de caractère néfaste. Amen ! »

 

 

5. L’huile 

 

L’huile a la force d’être au-dessus de tout. En effet, mélangé à d’autres liquides, il flotte sur ces derniers et ne se mélange point. Le peuple de D.ieu est comparé à de l’huile : même s’il est profondément enfoncé dans les fautes et les passions, l’étincelle qu’il a en lui se rallume et il fait Téchouva (repentance), il fait la volonté de D.ieu, alors automatiquement il sera « sur le dessus ». En d’autres termes, c’est ainsi qu’il s’élèvera. 

Tout comme l’huile ne se mélange pas aux autres boissons, il nous est conseillé de ne pas nous conformer au siècle présent : « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (Romains 12 :2)

Et comment discerner la volonté de D.ieu si ce n’est dans Sa Sainte Parole (la Torah) qui illumine nos pas (tout comme l’huile qui permet d’allumer une mèche) : « Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une lumière sur mon sentier. » (Psaumes 119:105)

 

Prière : « Maître du monde ! Puissions-nous assouplir et adoucir nos paroles et nos actes pour surmonter notre penchant à la rigueur et accéder à la tolérance et mériter d’illuminer nos paroles par la lumière de la Torah et sa sainteté. Avec crainte et pudeur, afin d’apaiser notre âme. Amen ! »

 

 

6. L’eau

 

Il est curieux de constater que le terme « eau » est au pluriel en hébreu, « mayim ». Ceci nous enseigne que l’eau est source d’abondance. L’eau apporte la vie et la nourriture dont nous avons besoin, elle représente donc l’attribut de ‘hessed (bonté). En ajoutant de l’eau à notre préparation, nous pouvons demander à D.ieu qu’Il déverse Ses bontés sur notre famille, amis, frères et sœurs dans la foi ainsi que sur tout le peuple d’Israël. 

De plus, la Torah est comparée à de l’eau. Tout comme nous ne pouvons pas vivre sans eau, nous ne pouvons non plus pas vivre sans la Parole de D.ieu. Les Sages d’Israël demandent : « Pour quelle raison les paroles de la Torah sont-elles comparées à l’eau ? Parce que de la même manière que l’eau s’épand d’un lieu élevé vers un lieu bas, ainsi les paroles de la Torah délaissent les personnes fières et se rendent chez les personnes humbles ». 

Prière : « Maître du monde ! Puissions-nous mériter une existence bonne et heureuse, avec abondance de bénédictions et réussite, que nous puissions bénéficier de la lumière de la Torah, nous et nos descendants, jusqu’à la fin de toutes les générations, et purifier nos pensées, nos paroles et nos actions, qu’elles soient désintéressées et à Ton service. Amen!»

 

 

7. Le pétrissage

 

Nos deux mains ont chacune 14 phalanges qui est la valeur numérique du mot « yad » (« main » en hébreu), qui ensemble donnent 28 (14 +14), la valeur numérique du mot « koḥah », « la force ». Ceci nous enseigne que lorsque nous pétrissons notre pâte à ‘Halla, nous mettons toutes nos forces à l’intérieur. Grâce à quoi ? À la PRIÈRE !

Et encore une fois, la langue hébraïque vient nous confirmer ceci. « Pétrir » se dit en hébreu « laloush » qui partage la même racine que le mot « lashon », la langue. Le pétrissage se fait avec « notre langue », la prière.

À ce moment où nous réunissons et mélangeons tous les ingrédients ensemble, nous pouvons penser à l’unité de D.ieu et du corps du Messie. En effet, tout comme nous prions lors du rajout de chaque ingrédient, le pétrissage est un moment propice pour prier librement, demander à HaShem (D.ieu) tout ce dont nous avons besoin. Il s’agit d’un moment de grande miséricorde. 

 

Prière : « Maître du monde, que cet instant soit celui de la miséricorde, propice à l’accomplissement de Ta volonté, que nous puissions mériter d’être uni avec Ton peuple, peuple d’Israël, avec la famille proche et la famille éloignée, dans la joie et la satisfaction, car c’est seulement par le biais de l’union que nous arriverons à la délivrance totale, rapidement et de nos jours. Amen ! »

 

Nous vous invitons à télécharger le PDF du récapitulatif des prières au moment du pétrissage des ‘Hallot : cliquez ici.

 

Conclusion

 

Dès le début du pétrissage des ‘Hallot jusqu’à la fin s’installe un moment de grâce immense : Hashem (D.ieu) ouvre les portes du Ciel pour accueillir nos prières. En comprenant la signification de chaque ingrédient, nous pouvons apporter plus de « kavana » (intension du cœur) à la préparation de nos pains de Shabbat. Nous pouvons avoir à l’esprit la symbolique de chaque ingrédient avant de l’ajouter à notre préparation sans oublier de prononcer quelques prières de bénédiction. 

 

Dans les foyers où le Shabbat se prépare avec soin, la confection du pain possède un cachet particulier, un élément précieux de la manière dont le Shabbat permet de relier les deux mondes – spirituel et physique. Passer du sens visible à l’invisible fait partie intégrante de la foi. Les réalités spirituelles deviennent réelles tant au niveau individuel que collectif. En prenant le temps de prier lors de la préparation des ‘Hallot, c’est ainsi que la femme amène le spirituel dans sa maisonnée.

Si vous désirez confectionner des pains de Shabbat, voilà pour vous un lien très utile :

https://www.rencontrerdieu.com/project/hallot-pains-de-shabbat/. 

 

À très bientôt pour de nouvelles études !

 

Sim’ha

 

Sources utilisées pour cette étude :

Rabbanite Révital TSADOK, « Prélèvement de la ‘Halla :la ségoula de chaque ingrédient », vidéo disponible sur Torah Box. 

The Shabbos Project, « La signification des ingrédients ». 

Rav Yossef ‘Haïm BENHAMOU, « Prélèvement de la ‘Halla : chaque ingrédient sa Ségoula ? », Torah Box.

 

Réagissez à cet article en laissant un commentaire !

Note importante relative aux articles et vidéos faisant intervenir à la fois des juifs, des rabbins, des chrétiens et des pasteurs :

Plusieurs sont étonnés et parfois même choqués de voir côte à côte, dans une même vidéo des rabbins et des pasteurs n'ayant pas toujours les mêmes convictions religieuses.

Il convient alors de préciser qu'en dehors des citations ou autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessalonicien 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre « liberté en Yéshoua » (Galates 2:4) pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine.

En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages :

« Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme […] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot).

Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Pour de plus amples informations, voir la déclaration de foi

Note sur les commentaires : les commentaires ne sont publiés que s'ils sont conformes à La Politique De Modération du site : Lire la politique de modération

Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète des contenus de ce site web, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

 

2 Commentaires

  1. Deogratias

    Merci Sim’ha pour les pépites spirituelles de cette étude!

    Pour découvrir les nombreuses richesses du symbolisme du sel, outre le remède contre la maladie, il faut effectivement re/lire l’article « Pourriez-vous me passer le sel ? » où tu expliques pourquoi le sel devait être mis sur tout type de korbanot (sacrifice), les deux facettes du sel, Alliance du sel, le sel dans le rituel d’accueil en Israël etc.

    La facette positive du levain que tu décris permet de mieux comprendre pourquoi à Shavouot il était spécifiquement ordonné d’offrir deux pains levés:
    « Vous apporterez de vos demeures deux pains, pour qu’ils soient agités de côté et d’autre; ils seront faits avec deux dixièmes de fleur de farine, et cuits AVEC DU LEVAIN: ce sont les prémices à l’Eternel. »(Lévitique 23: 17)

    En fait, tous les ingrédients de ces ‘Hallot (pains de Shabbat) sont riches en enseignements!
    Je voudrais juste ajouter qu’en préparant et en consommant les ‘Hallot, on pourrait aussi se remémorer les pains de proposition qui étaient disposés sur la table chaque veille de Chabbath (Lévitique 24:5-8).
    Un couple simple dont le mari avait suivi un cours sur ces 12 pains de proposition a préparé, pendant un temps, 12 pains que le mari déposait dans la partie de la synagogue où les rouleaux de la Torah sont conservés. C’était un geste agréable à l’Eternel!
    (voir Pépite de Emor : Le secret béni des coutumes juives : pourquoi leur mépris peut-il causer la malédiction et la mort ?)

    A la prochaine étude,
    Deogratias

    Réponse
    • Sim'ha

      Shalom Deogratias!

      Merci infiniment pour ta fidélité dans les commentaires! C’est très encourageant pour moi.

      Merci beaucoup aussi pour les rajouts que tu apportes qui sont très édifiants et tout à fait pertinents!

      Bien vu le parallèle avec les pains de proposition!

      Encore merci et à la prochaine étude!

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos messages privés par e-mails :
→ Pensées de Torah sur la Paracha de la semaine, les Prophètes, les hagiographes, l'Alliance Renouvelée (Nouveu Testament)
→ Enseignements et messages d'exhortations (conseils, éthique divine, etc.)
→ Réflexions et analyses spirituelles de l’actualité
Vos informations resteront privées et la désinscription peut se faire à tout moment. Vous pouvez consulter notre politique de vie privée en cliquant ici

Etude de la Paracha de la semaine :

Secrets prophétiques du bâton fleuri d’Aaron : Preuve Ultime de l’élection d’Israël et du Messie Yéshoua – Paracha Kora’h (Nombres 16 :1 à 18 fin)

PlayPause
Shadow
Slider

Dernière vidéo publiée :

Shadow
Slider

Dernière article écrit publié :

Shadow
Slider

Fête ou jeûne du moment (en cours ou à venir prochainement) :

Date du jeûne du 17 Tamouz

Entrée le Dimanche 17 Juillet 2022 à 03h42 (PARIS)
Sortie le Dimanche 17 Juillet 2022 à 22h37

Pépite de vérité à la une actuellement :

protection dieu contre covid vaccin et complots

Pour aller plus loin, découvrez notre plateforme d’étude de la Torah :

Site web Le Retour aux racines : sortir de l'apostasie et découvre les racines juives hébraïques de la foi

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :
// fin nouveau code
20 Partages
Tweetez
Partagez20
Enregistrer