L’origine et Les vrais responsables des attentats de Paris dévoilés dans la Torah d’Israël - Paracha Toldot

Genèse 25.19 à 28.9 - Toldot signifie « L'histoire » et/ou « Engendrements »

Intéressé par des formations complètes sur les racines juives de la foi chrétienne ?


Etude de la Torah, Pratique des commandements, Lecture de la nouvelle alliance dans le contexte et la pensée juive etc.

Accrochez votre ceinture spirituelle car jamais la paracha étudiée ce 13 novembre 2015 n’a été aussi proche de l’actualité : toutes les clés de la compréhension au sujet des terribles attentats de Paris y sont présentes. Comme l’enseignent les sages d’Israël : il est important que l’homme étudie/enseigne la Torah là où se trouve son coeur. Le coeur de beaucoup est encore marqué par les derniers événements dramatiques. C’est le moment de s’arrêter et d’essayer de comprendre en détail ce que la Torah de Dieu veut nous dire.

« Un coeur intelligent cherche la connaissance » (Proverbes 15.14)

Introduction

Comme nous le disons et l’expérimentons régulièrement et ainsi que l’enseignent les sages d’Israël, l’étude de la paracha de chaque semaine a ceci d’extraordinaire qu’elle est toujours liée de près ou de loin aux actualités et/ou à des événements ayant lieu dans le monde ou dans nos vies personnelles. Pas étonnant que Yéshoua lui-même approuvait ce système d’étude inspiré de Dieu.

Afin de saisir la grandeur du message, il est nécessaire de revoir en détail plusieurs concepts et enseignements fondamentaux qui seront nécessaires pour la bonne compréhension du message délivré par la Torah au sujet du conflit entre le monde et l’Islam radical. Bien que très longue, cette étude s’avère des plus cruciale en raison de la puissance des dévoilements qu’offre la Torah d’Israël à ceux qui ont l’amour de la vérité, à l’image de ce que Dieu dira à Daniel : « Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera. » (Daniel 12.4)

La Torah est la source de toute compréhension.

Les sages d’Israël enseignent que La Torah est comme le logiciel, le microcosme de l’histoire d’Israël et de l’humanité. Tout ce qui se passe dans ce monde a forcément une allusion dans la Torah. La Torah décrit des mécanismes, des modèles qui se répètent dans chaque génération, que cela soit au niveau collectif ou individuel. C’est pour cela que le messager Polos (Paul), en parlant du Tanakh, c’est à dire des Écrits de la Bible hébraïque (de Genèse à Malachie, c’est à dire Torah + prophètes, psaumes et autres écrits), insiste :

« Tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction » (Romains 15.4) et encore : « Toute l’Écriture (Tanakh) est divinement inspirée, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour former à la justice » (2 Timothée 3.16)

Paul, élevé au pied d’un sage reconnu dans le judaïsme (Gamaliel), connaissait ce principe énoncé par les sages d’Israël :

« Maassé avot siman lebanim » – « Tout ce qui est arrivé aux pères (les patriarches) est un signe pour les fils ». 

Cela signifie que le peuple d’Israël (et le monde entier), dans son histoire, revit les mêmes péripéties que celles racontées dans la Torah mais à des niveaux et sous des formes différentes. La Torah est un peu comme la carte d’identité d’Israël. Avec cette grande différence, et c’est là qu’est la difficulté d’analyse, que les Patriarches ont vécu cette histoire à l’échelle individuelle tandis que leur histoire et les mécanismes que Dieu nous dévoile peuvent s’habiller non plus dans un personnage, mais dans un peuple, une nation, ou une idéologie comme nous le verrons largement dans cette étude et comme une multitude d’exemple existe à ce sujet (Par exemple, lire le livre « le code d’Esther » pour voir les liens nombreux et surréalistes entre la Shoah et le livre d’Esther dans la Bible).

Dans la Torah, nous trouvons donc tous les mécanismes et tous les principes fondamentaux permettant de comprendre chaque événement de l’histoire humaine, que cela soit au niveau personnel ou mondial. Tout la problématique consiste à avoir les clés de la compréhension pour dévérouiller les portes de la vérité, conduit par l’Esprit de l’Eternel comme promit pour tous ceux qui se confieront en Dieu et croiront en son Messie Yéshoua : « l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité » (Jean 16.13). On comprend pourquoi David priait de tout son coeur ainsi : « Donne-moi l’intelligence, pour que je garde ta TORAH Et que je l’observe de tout mon coeur ! » (Psaumes 119.36)

Egalement, Les Maîtres d’Israël enseignent que le monde d’en bas a été créé selon les principes du monde d’en haut : tout ce qui se passe dans ce monde, tous les mécanismes et les réalités observées sont le reflet de réalités spirituelles dans le monde d’en Haut.

Ce n’est pas sans raison que Yéshoua utilisait de nombreuses paraboles et des similitudes terrestres pour faire comprendre les choses célestes ou spirituelles. Il fera luitorah précieux tresor etude même le parallèle : « Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ? » (Jean 3.12) et encore : « Que la volonté de Dieu soit faite sur la terre comme au ciel » (Matthieu 6.10)

La Torah nous enseigne donc que ce monde matériel et physique est le reflet de principes et de lois spirituelles situées à un niveau beaucoup plus élevé comme nous le montre également ce passage de la Brit Hadasha (alliance renouvelée) : « Un culte, image et ombre des choses célestes, selon l’ordre divin qui fut donné à Moïse, lorsqu’il devait dresser le tabernacle: Prends garde, lui dit-Il, de faire tout selon le modèle qui t’a été montré sur la montagne. » (Hébreux 8.5)

Ainsi, prenons un exemple en contexte qui nous servira tout au long de cette étude : dans toute scène de crime, il y a nécessairement des indices, aussi infimes soient-ils, permettant de retrouver les coupables et de comprendre réellement ce qui s’est passé.

Telle une enquête, nous allons prendre ce même principe et l’appliquer aux terribles événements de ce vendredi 13 novembre 2015 afin de découvrir les indices spirituels que Dieu veut nous transmettre afin de comprendre les sources profondes de ce mal.

De la même façon qu’aucune scène de crime ne peut rester sans aucun indice, rien sur terre ne se passe sans que Dieu ne laisse des traces, des indices spirituels clairs et évidents afin de nous aider à comprendre les événements avec vérité.

Le reflexe de tout juif et de tout convertis à Dieu(idéalement), lorsqu’il se passe des événements importants, est de regarder la paracha de la semaine afin de chercher et de comprendre quel est le message de Dieu, d’où l’immense importance d’étudier la Torah comme le faisait le Messie Yéshoua et tous les premiers disciples juifs et non juifs qui se réunissaient notamment le Shabbat pour grandir dans les enseignements de Dieu et de Sa Torah, à l’aide des précieuses explications et commentaires des sages d’Israël sans lesquels les Ecritures sont inévitablement tordues et mal interprétées comme il est dit : « Les Lévites, expliquaient la Torah au peuple, et chacun restait à sa place. Ils lisaient distinctement dans le livre de la Torah de Dieu, et ils en donnaient le sens pour faire comprendre ce qu’ils avaient lu. » (Néhémie 8.7-8)

Effectivement, les Maîtres d’Israël enseignent que tous les indices de ce monde sont inclus dans la paracha de la semaine d’où l’importance de sonder le message délivré lors de l’étude du shabbat du 13 novembre 2015, date à laquelle s’est précisément produit cette série d’attaques sur Paris.

Ces notions importantes maintenant exposées, découvrons et analysons ensemble plusieurs versets apparemment anodin que l’on trouve dans la paracha étudiée et examinons les enseignements de la Torah et des sages d’Israël à ce sujet. Bien que longues, les explications nombreuses données dans cette étude sont essentielles pour capter à sa source le message profond de la Torah.

Résumé de la paracha :

Toldot_Essav Yaacov esau jacob parachaIsaac épouse Rébecca. Vingt ans durant, ils restent sans enfants, puis voient leurs prières exaucées. Mais Rébecca connaît une grossesse difficile, car « les enfants luttaient en elle ». D.ieu lui dit : « Deux nations sont dans ton sein. L’aîné obéira au plus jeune ». Esaü apparaît le premier suivi par Jacob tenant, de la main, le talon de son frère. Esaü devient « un chasseur rusé, un homme des champs », Jacob est « un homme intègre », qui demeure dans les tentes de l’étude. Rentrant d’une chasse, fatigué et affamé, Esaü vend son droit d’aînesse à Jacob contre un plat de lentilles rouges.

Isaac, s’approchant de sa mort et devenu aveugle, eut le désir de bénir l’aîné Esaü et lui transmettre ainsi la bénédiction d’Abraham son père. Pendant qu’Esaü s’en est allé chasser le gibier favori de son père, Rébecca fait revêtir à Jacob des vêtements d’Esaü et enveloppe ses mains et son cou de peau de chevreau pour qu’il paraisse velu comme lui. Elle prépare un mets, identique à celui qu’Esaü était allé quérir pour recevoir la bénédiction, et le remet à Jacob. Isaac bénit alors Jacob de jouir « de la rosée des cieux et des sucs de la terre » et lui promet la domination sur son frère. Quand Esaü, de retour, découvre la supercherie, Isaac ne peut plus que lui annoncer qu’il vivra par l’épée et qu’il sera tributaire de son frère, mais que, lorsque Jacob sera défaillant, il perdra sa suprématie sur lui. Jacob va à ‘Haran pour fuir la colère d’Esaü et y trouver une épouse dans la famille de Laban, son oncle maternel. Esaü, en plus de ses deux femmes cananéenne, prend une troisième femme, Ma’hlat, fille d’Ismaël.

Esaü, Edom, Jacob et l’empire romain chrétien : que représentent-ils et quel est le lien ?

La portion de Torah étudiée ce shabbat du vendredi 13 novembre 2015 parle, entres autres, d’Esaü/Edom et de sa haine envers Jacob. A la fin de la paracha, nous y voyons aussi Esaü/Edom qui vient faire une alliance avec Ismaël en épousant une de ses filles.

Regardons et attardons nous sur ce que représente Edom et Esaü car

Comprendre ce qu’enseigne la Torah et les sages d’Israël au sujet d’Edom et d’Esaü est absolument fondamental.

Regardons le verset de la paracha dans lequel Esaü est rapproché du nom « Edom » :

« Comme Jacob faisait cuire un potage, Esaü revint des champs, accablé de fatigue. Et Esaü dit à Jacob : Laisse-moi, je te prie, manger de ce rouge, de ce rouge-là, car je suis fatigué. C’est pour cela qu’on a donné à Esaü le nom d’Edom. » (Genèse 25.29-30).

Premièrement, le texte nous montre qu’Esaü = EDOM comme il est aussi écrit : « Esaü, père d’Edom » et encore : « Esaü, c’est Edom. » (Genèse 36.9,19). Veuillez bien notez et retenir cette précision que donne la Torah car au travers d’Edom et d’Esaü se cache une clé énorme qui éclaircira d’avantage les messages donnés par les prophètes.

Regardons ce que rapporte certaines sources juives au sujet d’Esaü et d’Edom :

Alors qu’elle était enceinte, leur mère, Rebecca (Rivqa), alla consulter YHWH parce que « les enfants se heurtaient en elle ». Elle reçut alors cet avertissement : « Deux nations sont dans ton ventre, et deux peuples se sépareront en sortant de tes entrailles; un peuple sera plus fort que l’autre, et le plus grand frère sera asservi au petit » (v. 25,22-24). Selon le Talmud, HaChem (Dieu) aurait en fait prophétisé à Rebecca :

« Deux nations sont en ton sein, deux nations possédant chacune son univers propre, l’une la Torah, l’autre le péché » ( Berakhot, 57b).

Dans le Midrash(commentaire de la Torah, voir glossaire), on en déduira que les tendances profondes de Jacob et d’Esaü se manifestaient dès avant leur naissance: chaque fois que leur mère passait devant une synagogue, Jacob s’agitait pour sortir, tandis que chaque fois qu’elle passait devant un temple païen, c’est Esaü qui remuait ( GnR 63, 6) ! 

Le texte de la paracha montre qu’Esaü était un chasseur, ce qui laisse entendre qu’il aimait à faire couler le sang, qui est de couleur rouge (dans la Bible, la chasse est toujours présentée péjorativement).

Or, c’est la même racine hébraïque qui est à l’origine des mots désignant le rouge ( adom’ ) et le sang. C’est tout aussi significativement qu’Esaü est explicitementjacob esau torah paracha_mod désigné comme un « roux » (admôni), couvert à sa naissance de poils roux.

Le goût d’Esaü pour le rouge ou le roux apparaît de façon plus évidente encore dans le célèbre épisode où il abandonne son droit d’aînesse à son frère Jacob en échange d’un plat de lentilles que ce dernier préparait et qu’il convoitait : « Laisse-moi, je te prie, manger de ce rouge, de ce rouge-là (…) C’est pour cela qu’on a donné à Esaü le nom d’Edom. ».

Tout ce passage, en hébreu, joue sur l’étymologie des mots et des noms, le plus significatif étant évidemment qu’Esaü désigne avec insistance les lentilles par l’expression « ce rouge, ce rouge-là » (mine hââdôme hââdôme hazéh), et que le texte ajoute aussitôt : « C’est pourquoi on l’a appelé Edom » (v. 25,30). 

Edom est donc le second nom d’Esaü, tout comme Israël est le second nom de Jacob. 

Esaü est appelé Edom parce qu’il est « porteur de cheveux roux et assoiffé de sang ». Il est Edom parce qu’il est « le Rouge » (adom’). Cette équivalence est maintes fois répétée dans la Torah : « Esaü, c’est Edom » (Gen. 36,1 et 36,8), « C’est Esaü, père d’Edom » (Gen. 36,43). (note Thomas : sans la compréhension profonde du texte original en hébreu, nous voyons clairement comment le lecteur peut passer à côté de jeux de mots au travers desquels Dieu donne des messages fondamentaux que seul le texte hébreu met en évidence)

La Genèse assure qu’immédiatement après la mort de son père Isaac, et après avoir « pris ses femmes parmi les filles de Canaan », Esaü « partit pour le pays de Séïr » et s’« établit dans la montagne de Séïr », où il engendra le peuple édomite.

Dans la Bible, Edom est cité parmi les nations hostiles à Israël que le roi Saül aurait affrontées. Par exemple en 1 Sam. 14,47 : « Après que Saül eut pris possession de la royauté sur Israël, il fit de tous côtés la guerre à tous ses ennemis (…) à Edom ».

Durant l’Exode, notamment, les habitants d’Edom auraient refusé aux Hébreux de les laisser passer à travers leur territoire, alors que Moïse était parvenu à Cadès (Nombres 20,18-21). Les Hébreux auraient alors choisi, non de les affronter directement, mais de contourner leur pays (Nombres 21,4).

Par la suite, de nombreux textes de la Bible (II Rois, II Chroniques, Psaume 137, Amos 1,11, Ezech. 35,1-9, etc.) attestent d’une haine tenace entre les deux peuples (Edom et Israël).

La plupart d’entre eux s’appuient sur l’équivalence Esaü-Edom pour reprocher aux Edomites d’avoir constamment agi envers Israël de la même façon peu fraternelle qu’Esaü s’est comporté envers Jacob.

Les Romains, en d’autres termes, auraient hérité des valeurs et de la conception du monde que la Bible attribue à Esaü-Edom. Mireille Hadas-Lebel est une historienne française de l’Antiquité, spécialiste de l’histoire du judaïsme. Elle explique une chose importante : « A cette époque, le verset : « Esaü se prit de haine pour Jacob » (Gen. 27,41) ne fait plus seulement allusion aux simples personnages bibliques, mais aussi aux deux nations inconciliables qu’ils sont censés représenter ». D’ailleurs, la personne du roi Hérode le Grand (cruel et sanguinaire), ou celle de son père Antipater, tous deux descendants des Edomites, a pu faciliter ou favoriser cette identification.

Le grand rabbin Alain Goldmann, allant jusqu’à voir en Esaü le « prototype de tous les maux subis par Israël », écrit :

« Nos sages voient en Rome, la Rome antique, la personnification d’Edom, qui désigne généralement Esaü et tous ceux qui vivent selon sa façon d’être. Pour en donner une illustration, sachons que Rome n’avait en effet aucun égard pour le droit et l’humanité, ne cessant d’utiliser tous les moyens de la violence et de la ruse. Elle parvenait ainsi à posséder une force rarement égalée. Comme Esaü, ennemi implacable de son frère, ainsi Rome fut-elle sans pitié pour Israël, alors que Jacob-Israël est animé d’un sens profond de justice, d’amour du prochain »

Le Rabbi Nathan fait un intéressant commentaire : Il répond ensuite à la question : pourquoi peut-on appliquer à Rome le verset du Deutéronome :

« et le porc, car il a le sabot fendu » ? La réponse est celle-ci : « De même que le cochon, quand il se couche, présente d’abord ses sabots comme pour dire: voyez comme je suis pur, de même l’empire d’Edom [Rome] se vante d’établir des tribunaux de justice alors même qu’il commet ses violences et ses pillages » (Midrash Rabba sur Vayikra [Lévitique] 13,5).

Le parallèle s’imposerait entre l’hypocrisie des Romains, qui cachent leurs exactions sous des apparences de justice, et celle du cochon, qui cache son impureté en mettant en avant ses sabots fendus (GnR65, 1).

Note Thomas : la comparaison est très réaliste et intelligente. La Torah nous enseigne qu’un animal, pour être considéré comme pur, doit avoir 2 signes de pureté :faux-chretien ruminer et avoir les sabots fendus. La Torah nous parle du porc comme étant un des rares animaux impurs qui présente seulement un des deux signes de pureté exigé : Il a les sabots fendus (1er signe) mais il ne rumine pas (absence du deuxième signe). Ainsi, les sages utilisent à raison le porc pour décrire un type de personne ou de civilisation qui met en avant de belles apparences et des signes extérieurs de pureté (sabots fendus) mais dont l’intérieur est impur, c’est à dire contre les lois de Dieu, non conforme (ne rumine pas). Ce type de personne ou de civilisation est le plus dangereux car séducteur et trompeur. C’est ce que la Brit Hadacha appelera « tombeau blanchi » ou encore « apparence de piété ».

Cette remarque est absolument intéressante dans le mesure où c’est précisément ce que l’on observe dans l’histoire du christianisme paganisé, notamment au travers du catholicisme romain et aujourd’hui encore dans une partie du protestantisme qui hérite de l’ADN catholique : sous des apparences de piété, le catholicisme a été à l’origine des plus grands actes et discours antisémites de l’histoire inspirant même Hitler (voir plus bas). Le christianisme officiel a également déformé et tordu le sens de nombreux passages des Saintes-Écritures, supprimant ainsi de nombreux commandements de Dieu (rebelle à la loi de Dieu), ce qui lui a aussi valu de sombrer dans l’idolâtrie, sans même parler des atrocités commises lors de l’inquisition, et le tout sous couvert de religion. Aujourd’hui encore, même dans le monde protestant, beaucoup ont ce mépris conscient ou inconscient envers le peuple juif, toujours atteint à des degrés plus ou moins profond de ce perfide venin de la théologie du remplacement et de la fausse doctrine de l’abolition de la loi :

Rebelle aux lois de Dieu, idolâtrie, sang ROUGE versé, haine envers Israël et envers les chrétiens qui observent la Saine Doctrine (Torah, Loi de Dieu) : nous avons ici toutes les caractéristiques principales d’EDOM/ESAÜ.

Spirituellement, l’entité mondiale appelée « christianisme » (catholicisme + une partie du protestantisme qui ne proteste plus) est effectivement comparable en tout point à EDOM/ESAÜ.

Ainsi, de Jacob sortira les 12 tribus d’Israël et donc le peuple d’Israël, qu’Esaü/Edom porte en haine jusqu’à aujourd’hui encore. d’Esaü sortira le peuple édomite et, bien que le peuple physique ne perdurera pas, l’esprit et l’idéologie édomique se propageront jusqu’à la fin de l’histoire humaine, ainsi que nous le montre les prophètes qui citent régulièrement Edom et Esaü dans les prophéties relatives aux temps de la fin.

Les vérités révélées dans la Torah sont parfaites et éternelles et, selon les époques, elles prennent des habillage différents mais demeurent les mêmes.

Ainsi, cette haine et cette rivalité antique entre Esaü-Edom et Jacob-Israël trouve son origine dans notre paracha :

« Esaü conçut de la haine contre Jacob,

à cause de la bénédiction dont son père l’avait béni; et Esaü disait en son coeur : Les jours du deuil de mon père vont approcher,

et je tuerai Jacob, mon frère. » (Genèse 27.41)

Esaü/Edom est dépourvu de foi et d’intérêt spirituel véritable. Il méprise la bénédiction divine attachée à la postérité d’Abraham. La Torah nous le dépeint comme étant irreligieux, rebelle à toute loi et hostile à Jacob-Israël.

Nous comprenons beaucoup mieux pourquoi les sages d’Israël enseignent que le mot EDOM, lorsqu’il apparait dans la Bible, fait aussi référence à l’empire romain et aujourd’hui à l’europe chrétienne (Occident + Etats-Unis). Plusieurs en seront offusqués mais peu importe, la vérité doit être dite : Comme Esaü/Edom, l’empire romain et le catholicisme romain avec une large partie du protestantisme, ont largement démontré leur haine/mépris envers Israël et leur rébellion face aux lois de Dieu : « Je tuerai Jacob, mon frère » (à prendre aussi au sens spirituel).

Dans son excellent ouvrage « La paracha, compilation de commentaires et d’histoires », le Rav Eliaou Hassan rapporte un enseignement précieux au sujet du verset « Laisse-moi, je te prie, manger de ce rouge, de ce rouge-là, car je suis fatigué. C’est pour cela qu’on a donné à Esaü le nom d’Edom. » :

« Le verset est très surprenant, en effet une personne qualifie un plat de rouge, et pour cela elle est nommée de la même façon ? (« Adom » veut dire « rouge » en hébreu). Nos « Hakhamim (sages) nous enseignent que lorsqu’Essav(Esaü) naquit, il était tout rouge, on eut alors un doute. Était-ce un signe qu’il aurait une attirance particulière pour le sang, ou bien était-ce simplement dû à la couleur qu’ont certains bébés en naissant, parce que leur sang n’est pas encore bien diffusé dans tout le corps ?

Esaü grandit et le doute se dissipa. Lorsqu’il se trouva devant le plat de lentilles et qu’il exprima le désir d’en manger en le désignant par son aspect extérieur uniquement, et plus précisément par sa couleur, cela signifiait qu’il avait bien une attirance particulière pour le rouge et ce que cette couleur symbolise. Il avait donc bien une tendance sanguinaire et on le nomma « Edom » pour cela.

Les commentateurs nous expliquent que lorsqu’un personnage s’exprime pour la première fois dans la Torah, il affiche alors sa personnalité et l’essence de sa nature. Dans notre verset, c’est la première fois qu’Esaü parle, regardons ce qu’il nous dit, et projetons-nous dans l’histoire, sachant qu’il est le père de l’occident :

voracité essav esau torah occident_modFais moi avaler : Voracité

Je te prie : Politesse, bonne manière, courtoisie. Malgré sa voracité, il n’oublie pas les civilités. L’occident a cette caractéristique de faire les pires horreurs tout en ayant l’air les plus civilisé du monde.

Du rouge, de ce rouge là : Il regarde surtout à l’extérieur, aux apparences, il voue un culte au beau. (note Thomas : + attrait au sang, tendance sanguinaire) »

Je suis (fatigué) : Il est écrit « Anokhi », terme utilisé par Dieu lui même.

Note Thomas : cette remarque est d’une grande importance. Regardez ce que dit le Malbim, un sage d’Israël, dans une explication rapportée par le Rav Michael Smadja :

« Il y a une distinction entre « ani » (je suis) et « anokhi » (JE SUIS) [utilisé ici] pour exprimer la première personne du singulier. « Ani » veut donner une information sur sa situation comme dans « ani omed » : « je suis debout » et non assis. Alors que le mot « Anokhi » donne une indication sur la personne elle-même comme dans le verset: « Anokhi Essav bekhorékha » « je suis Essav ton aîné », cela vient donner une indication sur l’essence même de la personne et non sur sa situation. Et donc lorsque le verset s’exprime ainsi: « Anokhi hachem » « Je suis Hachem(D.ieu) qui t’a sorti de our kasdim » il vient enseigner que son nom est YHWH. » 

Mais alors, lorsque Esaü, pour dire « Je suis fatigué », utilise le terme « Anokhi », terme utilisé par Dieu lui même, le texte hébreu nous donne une grande indication que le texte français est incapable de faire ressortir : Esaü « se prend » pour Dieu. Encore, une fois, nous voyons que sans la compréhension profonde du texte original en hébreu, le lecteur peut passer à côté de jeux de mots au travers desquels Dieu donne des messages fondamentaux que seul le texte hébreu met en évidence.

Regardez ce que dit la suite de l’enseignement rapporté par le Rav Eliaou Hassan et qui confirme l’enseignement du Malbim :

« Esaü « EST » (Anokhi) et il se prend pour D… Nous voyons effectivement combien l’occident se prend pour Dieu car il a d’une certaine façon usurpé sa place puisqu’il nie son existence. Il se croit tout puissant parce qu’il a inventé l’électricité, la bombe, le vaccin. Big-Bang, préhistoire, il croit pouvoir tout faire, tout expliquer, à tel point que les petits enfants en France par exemple, apprennent que l’homme descend du singe… Dominateur et conquérant, Esaü se croit invincible (voir les multiples conquêtes du monde occidental et ses multiples colonies)… »

Note Thomas : Ce n’est pas hasardeux si, dans le christianisme « officiel » très lié à l’Esprit d’Esaü/Edom, cette usurpation des attributs de la divinité est également présente au travers du Pape et de la vierge Marie, qui, littéralement, ont volé la place de Dieu par le culte qu’ils reçoivent (Selon les sources catholiques, Marie est l’avocate, la porte, l’espérance et co-rédemptrice ; le pape est le remplaçant du Messie (vicaire), infaillibilité de ses enseignements etc) et, dans le protestantisme, si le pape a été remplacé dans une certaine mesure par le pasteur, la messe par le culte, nous voyons par exemple un enseignement répandu dans le mouvement « parole de foi » consistant à faire des croyants des « petits dieux ». La doctrine des “petits dieux”, selon laquelle par la nouvelle naissance le chrétien devient « une incarnation de Jésus de Nazareth » (Hagin). K. Copeland, C. Dollar, B. Hinn et Joyce Meyer ont largement promu cette doctrine. Une terrible fausse doctrine qui pourtant, est bien accueilli par des centaines de milliers de chrétiens « protestants »…

Voyons maintenant un bref rappel historique de cette haine antique et sanguinaire de l’empire romain envers Israël (haine d’Esaü-Edom envers Jacob-Israël) :

Au début de ce qui est appelé couramment « l’église primitive », lorsque les premiers chrétiens étaient pleinement connectés à Israël sans renier en rien le judaïsme biblique et la Torah de Dieu (Saine Doctrine, Torah), on se rappelle, en l’an 64, du massacre de tous ces disciples juifs et non juifs suiveur de Yéshoua, qui furent transformés en torches vivantes sur l’ordre du Dictateur Romain NERON.

Regardez maintenant un bref échantillonnage des persécutions subit par Israël-Jacob peu après Néron :

En 70, l’armée romaine détruit Jérusalem. Plus d’un million de juifs sont massacrés, 97 000 sont pris en esclavage et en captivité, beaucoup arrivent à fuir.jacob esau haine combat ange

En 132 Bar Kochba mena une guerre de trois ans contre l’empire romain. Environ un demi million de juifs périrent, des milliers furent vendus comme esclaves, et le reste fut expulsé de Palestine un peu partout dans le monde.

En 135-200 : Les persécutions romaines contre les juifs continuent. Les juifs n’ont pas le droit de pratiquer la circoncision, ni de lire la Thora, ni de manger du pain azyme à Pessah. Après la répression des révoltes juives, les Romains débaptisent la terre de Judée pour l’appeler Palestine. L’empereur romain Severus interdit de se convertir au judaïsme.

De 325 à 418 : L’empereur romain Constantin le Grand publie l’édit de Milan, qui retire de nombreux droits aux juifs. Le concile de Nicée interdit aux juifs de respecter le shabbat et déclare hérétique les pratiques de la religion juive. Les juifs se voient retirés la citoyenneté romaine et sont expulsés de Jérusalem. L’empereur chrétien Constantin promulgue une loi qui punit de mort le mariage entre les chrétiens et les juifs. La conversion au judaïsme devient un crime. Le synode laodicéen édicte que « un chrétien n’est pas autorisé à recevoir du pain non levé d’un juif ». St Hilaire de Poitiers fait référence aux juifs comme un peuple pervers que Dieu a maudit pour toujours. St Ephraim tient les synagogues pour des bordels. L’évêque de Milan brûle une synagogue en affirmant que « c’est un acte qui plait à Dieu ». St Jérôme, qui publia une traduction de la bible, écrit au sujet des synagogues : « si vous appelez ça un bordel, une chambre du vice, le refuge du diable, la forteresse de satan, un endroit de dépravation des âmes, un abysse de tous les désastres concevables, ou tout ce que vous voulez, vous êtes encore en dessous de la réalité »

(source : http://www.europe-israel.org/2012/12/et-dire-que-certains-pensent-que-la-persecution-des-juifs-deurope-cest-la-shoah/)

Nous voyons ici clairement l’esprit sanguinaire et de haine d’Esaü envers Jacob implantée dans l’empire Romain et répandu dans la nouvelle fausse religion naissante : le catholicisme romain.

L’empire Romain a perduré jusqu’en 284 ap J.-C puis, notamment avec l’empereur romain Constantin au 4ème siècle, c’est le paganisme qui est entré dans l’église devenue officiellement la religion de Rome, déconnecté des ses racines véritables, d’où l’appellation « le catholicisme romain » dont le caractère édomite s’est manifesté comme jamais : rebelle aux lois de Dieu, sanguinaire et hostile à Israël (Jacob).

Franck Viola, dans son excellent document de référence « le christianisme paganisé » nous explique :

« Peu après que Constantin eut pris le trône au début du quatrième siècle, l’Église devint une société organisée de haut en bas et dans tous ses détails.

Will Durant fait une énonciation semblable disant que le christianisme « s’est développé par l’absorption de la foi et du rituel païens ; c’est devenue une Église triomphante héritant des modèles et du génie de l’organisation de Rome… comme la Judée lui avait donné l’éthique du christianisme, et La Grèce la théologie, maintenant Rome lui a donné l’organisation ; tout cela, avec des douzaines de croyances absorbées et rivales, est entré dans la synthèse chrétienne. »

Vers le quatrième siècle, la hantise des reliques était devenue si grande que quelques dirigeants chrétiens s’érigeaient contre elle en disant :

« Une observance païenne présentée dans les églises sous le manteau de la religion… le travail des idolâtres. » (Note Thomas : rappelez-vous, dans la tradition juive, de l’immense attrait d’Esaü/Edom pour l’idolâtrie.)

Ainsi qu’un érudit catholique l’admet aisément, avec l’avènement de Constantin les « diverses coutumes de la culture romaine antique ont coulé dans la liturgie chrétienne… » ( The Early Liturgy, pp. 130, 133).

Comme Will Durant l’a dit : « les îles païennes se sont propagées dans la mer chrétienne. »

Les chrétiens du premier siècle, encore pleinement ancrés dans la Torah et dans le judaïsme biblique d’Abraham d’Isaac et de Jacob, se voyaient comme confrontant le monde et évitaient tout contact avec le paganisme. Tout cela a changé pendant le quatrième siècle quand l’Église émergea en tant qu’établissement public dans le monde où elle « absorba et christianisa les idées et pratiques religieuses païennes. »

De la même façon que l’Esprit d’Edom/d’Esaü développe une haine envers Israël, nous voyons clairement cette haine contre les juifs dès les débuts du catholicisme romain.

Dans son excellent ouvrage « Ton peuple sera mon peuple », Don Finto déclare :

« L’empereur Constantin convoqua le concile de Nicée en 325 ap. J.-C., pour résoudre quelques problèmes doctrinaux, certes, mais il voulait aussi s’assurer que l’Eglise s’était séparée et débarrassée une fois pour toutes de ces « vermines polluées » qui avaient tâché leurs mains par « un crime abominable ». Il fallait qu’ils trouvent une autre date de la Pâque pour célébrer la résurrection. La Pâque était trop juive !

Constantin écrivit aux évêques rassemblés à Nicée : « dans la célébration de cette fête la plus sainte, il apparaît comme une chose indigne que nous suivions la pratique des Juifs… »

theologie remplacement juif chretienEt quelques années plus tard, Jean-Chrysostome osa assurer à son troupeau : « vous avez été établi à leur place ».

Et quand arriva le deuxième concile de Nicée en 787 ap. J.-C., les Juifs croyants devait apporter la preuve qu’ils étaient chrétiens. Par exemple, la communion leur fut refusé, par décret du concile de l’Église, à moins qu’ils ne renoncent à observer le shabbat (4ème commandement de Dieu) ou tout autre coutume juive (Note Thomas : ainsi que plusieurs lois de Dieu qui, avant d’être des « lois juives », sont avant tout Les Lois de Dieu valable pour tout convertis juif ou non juif de chair). Dans certains cas, ils durent même prouver leur dédain pour leurs racines en mangeant du porc devant témoins. Plus tard, les conciles de Latran de 1179 et 1215 ap. J.-C., ordonnèrent aux juifs de vivre dans des quartiers différents et de porter des vêtements distinctifs. C’est ce qui ouvrit la voie aux ghettos et à l’étoile jaune exigée, avant et pendant l’époque de l’Holocauste nazi.

Afin de montrer à quel point l’église s’est détaché de son héritage juif, lisez les extraits de profession de foi qu’un juif devait dire à son baptême dans l’Église catholique :

« Je renonce ici et maintenant à tous les rites et observance de la religion juive, je déteste toutes les cérémonies et ses croyances des plus solennelles que j’avais conservées est célébrées dans les temps passés. Je promets que je ne retournerai jamais plus au vomi de la superstition juive. Jamais plus, je n’accomplirait de fonction dans le cérémonies juives auxquelles je m’étais adonné, ni ne les chérirai. J’éviterais toute relation avec les autres juifs et je n’aurais d’amis que parmi les chrétiens. Je ne m’associerai avec aucun de ces Juifs maudits qui refusent le baptême. Je renonce à tout le culte des Juifs, la circoncision, tout sont légalisme, le pain sans levain, la Pâque, le sacrifice des agneaux, la fête des semaines, les jubilés, les trompettes, l’expiation, les tabernacle, et toutes les autres fêtes juives, leurs sacrifices, prières, aspersions, purifications, expiation, jeûnes, shabbat, nouvelles lunes, nourritures et boisson. Et je renonce absolument à toute coutume et institutions de lois juives. En un mot, je renonce absolument à tous ce qui est juif ».

Même Luther qui avait bien commencé, s’était au final retourné contre les Juifs.

Si le grand péché des juifs fut le rejet du Messie, le grand péché des chrétiens serait le mépris du peuple d’Israël et le rejet de la loi de Dieu en pensant que « l’Église » remplacerait le peuple de Dieu (Israël), et que les les commandements de Dieu dans la Torah seraient uniquement des lois juives bien qu’ils font en réalité pleinement partis de la Loi du Dieu Tout Puissant pour ceux qui se réclament de Lui, juif premièrement et non juif. »

Tout est dans la Torah, il suffit de savoir la lire sans mépriser « ceux à qui les oracles de Dieu ont été confiés » (Rom 3.2). Rappelons qu’Esaü a désobéi à la volonté, et à l’autorité de ses parents et que son comportement fut un sujet d’amertume pour le coeur d’Isaac et de Rebecca. Lorsqu’Esaü eut atteint quarante ans, la Torah nous dit qu’il épousa deux femmes de la tribu cananéenne des Hittites. Les épouses non « Avrahamiques » d’Essaü causèrent « l’amertume dans l’esprit d’Isaac et de Rebecca ». Les Sages commentent qu’elles continuaient à servir des idoles, leur offrant de l’encens.

Pape francois idolatrie statue vierge 400PXEsaü savait qu’il ne devait pas épouser de femmes cananéennes, car elles le persuaderaient d’adorer leurs faux dieux. Pourtant, ses 2 premières femmes furent cananéennes (il y a ici un rappel évident pour ceux qui se disent convertis à Dieu mais qui pensent qu’ils peuvent épouser des païens sans que cela ne crée de graves troubles). Regardons la première femme :

« Esaü, âgé de quarante ans, prit pour femmes Judith ( Yehoudit) » (Genèse 26:34). Notons que la première femme d’Esaü s’appelle Judith ( Yehoudit) = « Juive ». Cette femme était une cananéenne, pourquoi alors l’appeler du nom qui signifie « juive » alors qu’elle ne l’est pas et qu’elle est cananéenne ?

Rachi explique qu’en réalité, elle possédait un nom différent mais qu’Essaü l’appelait « Yehoudit » pour faire croire à son père qu’elle avait réellement adopté le service du D.ieu Unique.

Fort du principe « Maassé avot siman lebanim » – « Tout ce qui est arrivé aux pères est un signe pour les fils », la Torah veut nous montrer ici une claire allusion à la Théologie du remplacement initiée par Esaü/Edom. Cette théologie du remplacement est imprégnée d’idolâtrie et de paganisme (pratique des femmes cananéenne d’Esaü), exactement comme nous l’avons démontré jusqu’ici. Notez que l’Eglise catholique, bien qu’elle persiste dans l’idolâtrie, a tout de même reconnu sa fausse théologie du remplacement sans pourtant rien changer à ses pratiques et à son discours officiel.

Comme dit le Rav-Dynovisz : « De couleur juive et d’origine Edomique, le christianisme romain partit de Jérusalem. Il va ensuite s’exporter en terre païenne et va s’éloigner de sa source monothéiste. Les chrétiens qui prirent véritablement le pouvoir n’étaient pas d’origine juive. Les vrais juifs sont restés depuis le départ à l’extérieur de ce processus complètement inverse à leur nature. »

En parlant des juifs, n’oublions-pas les enseignements des pères de l’Eglise catholique, religion d’Esaü/Edom : Jean-Chrysostome osa assurer à son troupeau : « vous avez été établi à leur place »et encore : « Lorsqu’il est clair que Dieu les hait, il est du devoir des chrétiens de les haïr également. ».

C’est de cette fausse chrétienté dont parle le Messie lorsqu’il s’adresse aux véritables convertis à Dieu qui souffrent de leur calomnie et de leurs mensonges/haine : « Je connais les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas mais qui sont une assemblée de Satan. » (Apocalypse 2.9)

Derek C. White, dans son excellent ouvrage intitulée « La théologie du remplacement » affirme : Hans Kung, un théologien d’origine suisse qui vécu la deuxième guerre mondiale en tant qu’adolescent, ecrivait en 1974 : le meurtre massif des Juifs par les nazis fut l’oeuvre de criminels athées, mais, sans les 2000 ans d’histoire chrétienne antisémite cela aurait été impossible. Hitler déclara au cardinal Faulhaber qu’il ne faisait que ce que l’Église avait elle-même prêcher et pratiquer contre les Juifs. Dans Mein Kampf, il avait écrit : « ainsi je crois qu’aujourd’hui j’agis selon la volonté du tout-puissant créateur : en écartant les Juifs, je me bats pour faire la volonté du Seigneur. »

Qui ne voit pas ici avec évidence cette haine ancestrale d’Esaü envers Jacob dont nous parle la paracha et qui a pleinement imprégné l’église catholique et aujourd’hui encore, une partie du monde protestant qui pensent remplacer Israël et qui grincent des dents lorsque l’amour de la loi de Dieu et de l’importance d’Israël est prêché ?

Ainsi, les 4 traits caractéristiques d’Esaü/Edom se retrouve dans l’empire romain ainsi que dans le catholicisme romain dont la fusion des deux donna en l’an 800 « le Saint empire Romain » : Haine d’Israël, rebelle aux lois de Dieu, idolâtrie, sanguinaire.

Ces choses se sont perpétuées jusqu’à notre époque moderne. Effectivement, l’entité « édomique » du catholicisme s »étant alliée à l’empire romain lui aussi de nature « édomique »(union dont les premiers jalons ont été posés par Constantin), donna naissance officiellement au Saint-Empire Romain en l’an 800. Ce Saint-Empire Romain pose les bases de la civilisation occidentale et de l’Europe Chrétienne actuelle.

Il apparaît donc comme une évidence que l’Esprit d’EDOM/ESAÜ, comme l’enseignent les sages d’Israël, se retrouve au sein de l’empire romain puis, plus tard, au sein du catholicisme puis, encore plus tard, au sein du Saint Empire Romain, fusion entre l’empire romain et la religion catholique romaine.

Combien de sang  a coulé par l’épée d’Esaü/Edom sous l’empire romain et le catholicisme romain ainsi qu’il a été prophétisé sur Esaü/Edom : « Tu vivras de ton épée » (Genèse 27.40)

Cet esprit d’Esaü/Edom, caractérisé par la rébellion aux lois de Dieu, la haine/mépris envers les juifs, l’idolâtrie et les apparences de piété et de justice, est répandu dans la chrétienté et dans le monde occidentale. Ce n’est pas sans raison que Le Parlement européen a affirmé, mercredi 17 décembre 2014, son « soutien » à la reconnaissance d’un Etat palestinien gouverné par les terroristes du Hamas dont la charte déclare ouvertement la destruction d’Israël et la mort des juifs

Le protestantisme n’est que l’enfant du catholicisme. En effet, le mouvement commença avec des catholiques et Il ne serait donc pas inexact d’appeler les premiers protestants des « catholiques reformés ». Bien que le protestantisme ait apporté beaucoup de bonnes choses dans son désir de retourner aux Ecritures, il n’en demeure pas moins porteur de l’ADN catholique et des interprétations erronées des Saintes-Ecriture héritées du catholicisme romain.

Il n’est donc pas étonnant de retrouver au sein du protestantisme de nombreuses similitudes telles que la rébellion aux lois de Dieu (doctrine de la grâce permissive et de l’abolition de la loi) et le mépris des juifs et de leurs enseignements. Ce n’est pas non plus sans raison que l’oeucuménisme (union des catholiques et protestants) gagne toujours plus de terrain…

Regardons ce que rapporte le site elisrael.org :

Edom est le surnom de Rome. A cela, deux raisons : Quand Rome arrive en Judée, elle est représentée par Hérode l’Edomite (ou Iduméen). Les légionnaires portent de grands manteaux rouges, car la guerre est déjà psychologique. Tous les peuples écrasés par Rome, et la Judée en bonne place, sont plus marqués par l’effusion de sang que par la construction de voies pavées, d’amphithéatres et de thermes.

Le christianisme impérial a prolongé Rome, tant politiquement que spirituellement et intellectuellement. Ce n’est que depuis le 18ème siècle que l’on éprouve moins la collusion politico-religieuse qui a été totalitaire.

Mais l’antijudaïsme des Pères de l’Eglise a laissé une empreinte profonde dans l’inconscient collectif occidental.

La belle apparence de la philosophie et de l’esthétique grecque recouvre un paganisme venu du fond des âges.

La théologie du remplacement d’Israël par l’Eglise a fixé l’identité spirituelle édomite de cet empire et de sa religion. ‘Essav est celui qui, armé de sa puissante apparence, revendique une responsabilité spirituelle pour laquelle il n’est pas formé par D.ieu. D.ieu a douloureusement choisi et formé Ya’âqov (Jacob). Ainsi, en plus de Rome, Edom est devenu le surnom symbolique de la chrétienté qui prolonge la Rome païenne.

Celle-ci, de plus en plus paganisé et déjudaïsée avec le renfort de Constantin, affina encore durant trois siècles son dogme de la trinité, de conciles en disputes théologiques sanglantes. Elle pavait ainsi la voie de l’islam (cf § 525), et perdit du coup plus de la moitié de ses diocèses-provinces en moins de 100 ans (Proche-Orient, Asie Mineure, Afrique du Nord, Espagne, jusqu’en 732 où « Charles Martel battit les Arabes à Poitiers ». De même que ‘Amaleq est le petit-fils de ‘Essav (Esaü), l’islam est un sous-produit de la dégénérescence théologique chrétienne.

On ne peut ignorer qu’il y eut une résistance intérieure, puisque certains versets de l’Apocalypse (13 :11) néo-testamentaire annonce cette prostitution et une bête « qui a deux cornes d’agneau mais qui parle comme un dragon ».

L’islam s’en est pris à la chrétienté, comme celle-ci s’en était prise à Israël, en vertu du même principe théologique du remplacement.

Note Thomas : en Hébreu et dans la Torah, c’est ce que l’on appelle « Mida Kenegued Mida » (Mesure pour mesure) : on récolte ce que l’on sème. Le Shaliah Polos (apôtre Paul) enseigne ce principe spirituel torahique en Galates 6.7 : « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. »

Ce que la chrétienté a voulu faire aux Juifs, c’est ce que l’Islam lui a infligé à elle-même au 7ème siècle. Si le « Nouveau Testament » remplace « l’Ancien », alors le coran, suivant la même logique, le surclasse à son tour inévitablement, simplement parce qu’il lui est postérieur. Mahomet fait d’Avraham et de Jésus, promus musulmans à titre rétroactif, ses simples précurseurs. Il prétend que Juifs et Chrétiens, pourtant privilégiés en tant que « peuples du Livre », ont falsifié les Ecritures, et que Ismaël est le fils de la promesse (au lieu de Isaac).

La théologie chrétienne du remplacement d’Israël par l’Eglise trouve son maître dans l’Islam : Mesure pour mesure, un juste retour de boomerang.

Esaü et Edom, Charlemagne et l’Europe chrétienne

Comme nous l’avons dit, de l’an 300 à 800, nous voyons l’alliance entre la politique romaine et la religion catholique païenne se mettre en place et aboutissant à la naissance du Saint Empire Romain en l’an 800 pour une domination de près de 1000 ans qui se terminera en 1806.

europe charlemagne edom esauCHARLEMAGNE est le 1er empereur du Saint Empire Romain, couronné par le Pape léon III en l’an  800. Retenez bien cela : la symbolique de Charlemagne comme celui inaugurant le Saint Empire Romain est très forte.

Le personnage de Charlemagne est un personnage clé qui va nous aider à prouver et à sceller la nature spirituelle de l’Europe chrétienne qu n’est rien d’autre que celle d’Esaü/Edom.

Regardons quelques ressemblances entre Charlemagne et Esaü/Edom : Tout comme Esaü, l’activité principale de Charlemagne est la chasse. Tout comme Esaü, Charlemagne est une personne forte et virile. Tout comme Esaü, Charlemagne embrasse la religion païenne et idolâtre. Tout comme Esaü, Charlemagne est sanguinaire et possède un appétit pour le rouge sang : Le documentaire « sacré Charlemagne » de l’émission « secret d’histoire » rapporte : Charlemagne impose le baptême sous peine de mort ; déportation, pillage, réduction en esclavage, Charlemagne est cruel envers tous ceux qui n’adhèrent pas de près ou de loin à son règne et au catholicisme. Un autre exemple de la vie de Charlemagne un peu antérieur aux autres événements : A verdennes, en 782, la guerre culmine dans l’horreur : Il récupère environ 4500 otages, des jeunes garçons et des hommes dans les villages du sud de la saxe et pendant une journée entière, il les fait tous décapiter les uns après les autres. L’eau du fleuve à côte duquel s’était passé cette tuerie était complètement rouge à cause des décapités. Le moindre manquement était punit de mort. Si on mangeait de la viande le jour de carême, c’était également la mise à mort instantanée.

Criminel de guerre et fanatique religieux ayant terrorisé beaucoup de pays d’Europe, les immenses côtés sombres de Charlemagne sont rarement exposés au grand public et pourtant…

Charlemagne est encore mis en honneur par une partie du monde catholique…

Regardons également en détail un lien souvent méconnu entre Charlemagne, Esaü/Edom et l’Allemagne : Dans les anciens écrits des sages d’Israël datant d’il y a plusieurs milliers d’années, l’extermination du peuple juif programmée par l’Allemagne nazie était déjà annoncée.

Il faut pour cela se rendre dans la Torah orale (Guémara, traité Méguila) :

« Sauve-moi donc de la main de mon frère, de la main de Essav(Esaü) ; car j’ai peur de lui, afin qu’il ne vienne pas et me tue la mère avec les enfants. » (Genèse 32.12)

De quoi Yaacov (Jacob) a-t-il donc bien pu avoir peur ? Dieu ne lui avait-il pas dit qu’Il le protégerait ?

Voici l’explication du Talmud :

Rabbi its’hak demande l’explication de ce verset : « N’accorde pas, Maître du monde, aux demandes des méchants, ne laisse point s’accomplir leurs perfides desseins… » (Psaumes 140)

Rabbi Its’hak répondit :

C’est Yaacov(Jacob) qui demanda à Dieu de ne pas laisser l’ennemi accomplir ses desseins et cet ennemi c’est Germamia de Edom (Essav), car si cet ennemi réussissait, il détruirait le monde.

Et Rachi (11ème siècle) commente :

Germamia, c’est un des royaumes d’Edom.

Rabbi Yaacov Hemdin explique :

Rachi a voulu dire Germania (l’Allemagne). (Guemara Meguila, 6a.)

Effectivement, qui pourrait contester la haine d’Hitler envers les juifs, caractéristique principale d’Esaü/Edom comme il est dit :

« Esaü conçut de la haine contre Jacob (…) je tuerai Jacob, mon frère. » (Genèse 27.41)

Et bien, sachez que selon les historiens, Charlemagne serait germain. Le lieu de la naissance de Charlemagne n’est mentionné dans aucune source d’époque. La plus ancienne indication, qui concerne Ingelheim en Allemagne, vient de Godefroi de Viterbe (auteur italien du xiie siècle) et est retenue par certains auteurs.

Non seulement Charlemagne serait germain mais c’est précisément son icône qui est « comme par hasard » reprise par les Nazis.

Ce n’est pas sans raison qu’à l’occasion de la tenue du 7ème congrès du parti nazi en septembre 1935, lorsque Hitler est au sommet de sa force, le maire de Nürembergdivision ss charlemagne france nazi remet à Hitler une copie de l’épée de Charlemagne. Ce 7ème congrès de Nüremberg est également tristement resté célèbre car c’est précisément à cette occasion qu’Hitler annonce dans plusieurs discours l’adoption de lois antisémites, les lois de Nüremberg. La « loi sur la citoyenneté allemande » enlève aux Juifs leurs droits civiques ; la « loi sur la protection du sang allemand et de l’honneur allemand » interdit les mariages entre Juifs et Allemands (les mariages déjà contractés étant dissous) ainsi que toute relation sexuelle entre Juifs et allemands. Ces lois de Nüremberg, qui flattent un antisémitisme populaire et sont plutôt bien accueillies dans certaines parties de la société allemande, ouvrent la voie d’une politique antisémite qui ne vat cesser de se radicaliser jusqu’à la guerre (Nuit de Cristal en 1938), pour prendre ensuite le caractère d’une véritable extermination.

Le lien est évident : l’épée de Charlemagne est remise à Hitler  lors du seul congrès qui adopte les lois antisémites aboutissant à la Shoah. Egalement, ce n’est pas sans raison qu’une division française SS va même porter son nom : 33ème division de la SS Charlemagne : ce sont autant d’indices nous montrant la source spirituelle cachée derrière les événements.

Les Allemands et les collaborateurs avaient fait de Charlemagne une figure principale de la collaboration franco-allemande et de la haine antijuive. Encore une marque évidente du caractère d’Esaü/Edom.

Ainsi, en tant que premier empereur du Saint-Empire Romain, nous avons de nouvelles preuves évidentes de l’appartenance édomique de Charlemagne de part ses multiples points communs avec Esaü/Edom.

Lisez attentivement la suite afin de comprendre définitivement en quoi l’Europe Chrétienne correspond parfaitement à Esaü/Edom

La renaissance du Saint Empire Romain

europe charlemagne edom esau 02Winston Churchil, dans un discours après la seconde guerre mondiale, parlait de l’importance pour les pays européens d’après guerre de s’unifier et de créer les « États-Unis d’Europe ».

Le figaro magazine le déclare sans gène : « L’Union européenne constitue à bien des égards un retour du Saint-Empire romain germanique, ce vaste ensemble politique qui, au Moyen Âge, avait pour noyau et centre décisionnel l’Allemagne. »

Il existe là aussi une multitude d’indice et de détails qui prouve de manière formelle l’identité spirituelle de l’Europe : un nouvel empire romain correspondant au caractère spirituel d’Esaü/Edom. Regardons ensemble les étapes de la construction européenne et les indices associés indiquant qu’il s’agit ici de la renaissance du Saint-Empire Romain « à la sauce moderne ».

En 1957 : traité de Rome aboutissant à un marché commun dont l’objectif ultime est une union politique. En soit, le nom du traité est déjà très significatif. Le nombre de pays va en augmentant : 6 puis 9 puis 12 puis 15.

En 1992 : Traitée de Maastrich et barrière économique renversée : l’objectif est de passer d’une union économique à union politique.

En 1999 : monnaie commune de l’euro.

En 2004 : 25 nations ont fusionné leur propre économie. En 2007 : 27 membres dans l’Union Européenne dont le nom est définitivement adopté. C’est la Puissance économique numéro une dans le monde avec 500 millions d’habitants.

La première tentative de monnaie fabriquée en 1987 est l’ECU (Unité de compte européenne). Regardez le personnage choisit pour symboliser cette monnaie européenne : CHARLEMAGNE.

Les membres de l’UE ont décidé d’attribuer une récompense annuelle au chef d’état qui ferait le plus d’efforts pour contribuer à promouvoir l’unification européenne. Clinton a par exemple reçu ce prix en l’an 2000 pour avoir évincé avec l’aide de L’OTAN Slobodan Milosevic qui s’opposait à la rentré de la Yougoslavie en Europe.

Devinez le nom du prix ? CHARLEMAGNE ! Quel est l’endroit où est remis le prix Charlemagne ? Hacken en Allemagne dans la cathédrale construite par Charlemagne en l’an 800.

Dans l’hebdomadaire le plus important et le plus suivi en Europe, « The économist », chaque semaine une page est consacrée à l’avancée de l’unification européenne.

Le nom de la page ? vous l’avez deviné : CHARLEMAGNE.

Ce n’est pas tout : Il y a un bâtiment spécial situé à Bruxelles (siège sociale de l’UE) pour analyser les demandes d’adhésion à L’UE.

Ce bâtiment s’appelle : « CHARLEMAGNE BUILDING ».

Regardons un autre indice caractérisant la Renaissance du Saint Empire Romain dans l’entité appelé Union Européenne.

Regardez le drapeau de l’UE : un drapeau bleu avec 12 étoiles ? Pourquoi ? Cela ne correspond pas auxdrapeau-vierge nombres d’États dans l’UE. Paul M.G. Lévy, Le créateur du drapeau croyait que Le Saint Empire romain devait avoir son élément saint sur le drapeau. En tant que catholique dévoué, il croyait que la femme de l’apocalypse qui donna naissance au 12 étoiles représentait la vierge Marie : l’Europe est donc sous la bannière de Marie.

Enfin, le 3 novembre 2009, l’entité de l’UE est complètement née. Tout le monde signe le traité de la constitution des Etats-Unis d’Europe à Lisbonne. Devinez où ?

Dans un Monastère catholique.

Ainsi, le Saint Empire Romain « moderne » venait de renaître de ses cendres et l’Europe possède désormais son président.

Sources de toutes ces informations sur Charlemagne : Partie 07 de la série vidéo « Comprendre la fin des temps » de Irvin Baxter. 

Nous avons prouvé auparavant que le Saint-Empire Romain (800-1806) était une alliance entre la spiritualité d’Edom (Catholicisme romain) et la politique d’EDOM (empire romain).

Résumons brièvement ce que nous avons vu jusqu’à présent : Lorsque Rivka (Rébecca) était enceinte de Jacob et Esaü, Dieu lui dit : deux nations qui se combattront sont dans ton ventre. Jacob deviendra le peuple d’Israël composé des juifs selon la chair et des non juifs greffés sur Israël par la foi en Yéshoua et suivant la Torah (Saine Doctrine). Esaü/Edom deviendra une nation hostile à Israël et son esprit perdurera et se répandra notamment dans l’empire romain dont plusieurs personnages importants seront édomites. Cet esprit d’Esaü/Edom se répandra également dans la nouvelle fausse religion naissante du catholicisme et formera avec l’empire romain, en l’an 800, le Saint-Empire romain.  Celui qui inaugure le Saint Empire Romain est Charlemagne. Charlemagne a les traits de caractère d’Esaü : Chasseur, fort, virile, sanguinaire et idolâtre. La religion du Saint empire romain est à l’image d’Esaü : rebelle aux lois de Dieu, idolâtre et antisémite.  Charlemagne est Germain. Les sages d’Israël ont prédit la Shoah de l’Allemagne Nazie et L’icône de Charlemagne est reprise par les nazis au moment de l’adoption des lois antisémites : section SS Charlemagne, épée de Charlemagne offerte à Hitler à l’occasion des lois antisméites de Nüremberg. Les sages d’Israël ont également prédit qu’il s’agissait de l’oeuvre de l’Esprit d’Esaü/Edom et que l’Allemagne est un royaume d’Edom.

Ainsi, en adoptant Charlemagne comme icône du Saint Empire romain, la naissance de l’Europe prouve en elle même son caractère édomique conduisant à la renaissance du Saint-Empire Romain : monnaie de l’ECU avec l’effigie de Charlemagne, page Charlemagne dans le magazine The economist, prix Charlemagne offert dans une cathédrale aux meilleurs promoteur de l’UE, Bâtiment du siège à Bruxelles appelé Charlemagne, Drapeau de L’UE catholique et constitution européenne signé dans un monastère catholique. Et évidemment, comme le titre le journal le monde, L’Allemagne, au travers d’Angela Merkel, est le vrai patron de l’Europe : Angela Merkel, vraie patronne de l’Europe

Sachant que le Saint-Empire Romain est représentatif de l’Esprit d’Edom/Esaü, une grande quantité d’indices démontrent avec certitude que l’Europe et son héritage catholique, correspond effectivement à une renaissance du Saint Empire Romain et correspond donc à Esaü/Edom. C’est ici une clé infiniment grande pour comprendre les prophéties de la fin des temps faites sur EDOM.

Enfin, prenons également garde aux fortes symboliques entourant la mise au tombeau de Charlemagne. Car si Charlemagne est l’icône de l’Europe chrétienne, alors les symboles entourant sa mort deviendront également les symboles de la mort de l’Europe chrétienne, nous indiquant la destiné de tous ceux qui adhéreront à l’Esprit d’Esaü/Edom  :

Charlemagne est entérré dans un tombeau romain dont les sculptures représentent l’enlèvement de Prosperine par Pluton, Prince des ténèbres et de l’enfer (mythologie païenne). Alexandre Lenoir dans l’ouvrage « Description historique et chronologique des monuments de sculpture réunis au Musée des monuments français » écrit :  « Il est plus que démontré que Prosperine et Pluton, allégoriquement employés à la décoration des tombeaux, représente les ténèbres. »

Ainsi Charlemagne, cette icône de l’Europe, du Saint-Empire Romain et d’Edom/Esaü, voit son tombeau et son lieu de repos éternel être représenté par l’Enfer et les ténèbres…

N’est-il pas écrit :

« Edom sera un objet de désolation; » (Jérémie 49.17) et encore : « Si Edom dit : Nous sommes détruits, Nous relèverons les ruines ! Ainsi parle l’Eternel des armées : Qu’ils bâtissent, je renverserai, Et on les appellera pays de la méchanceté, Peuple contre lequel l’Eternel est irrité pour toujours. » (Malachie 1.4)

L’Europe et le monde Arabo-musulman : L’alliance d’Esaü/Edom avec Ismaël.

Maintenant qu’il a été démontré que l’Europe chrétienne correspond très bien à l’idéologie et à l’emprunte spirituelle d’Esaü/Edom, rentrons dans le vif du sujet et regardons ce que la paracha nous enseigne au sujet des relations entre Ismaël et Esaü/Edom, c’est à dire entre l’Europe chrétienne et le monde arabo-musulman. La paracha nous montre avec une stupéfiante précision tous les mécanismes aboutissant à la dramatique situation mondiale actuelle.

N’oublions pas que la Torah n’est pas un livre d’histoire : elle nous révèle et nous dévoile les structures fondamentales de l’histoire humaine. Ainsi, lorsque nous voyons le personnage d’Esaü et de Jacob, cela fait également référence aux peuples qui en sortiront et aux idéologies qui en découleront et qui restent valables jusqu’à la fin de l’histoire humaine comme cette étude le prouve.

Esaü a donc pris une femme cananéenne puis plus tard, au chapitre 28, verset 9 de la Genèse, nous lisons : « Alors Esaü alla vers Ismaël et prit pour femmeEurabia-Bat-Yéor Mahalat, fille d’Ismaël, fils d’Abraham, sœur de Nevayot, en plus de ses premières femmes ».

Il convient ici de rappeler qui est Ismaël. Ismaël est le fils qu’Abraham eut avec Agar, la servante de sa femme Sarah.

Ismaël engendrera le peuple ismaélite dont les descendants sont aujourd’hui le monde arabo-musulman. Les principaux responsables religieux du monde musulman enseignent effectivement que leur ancêtre est Ismaël.

Ces deux mariages d’Esaü préfigurent, pour le premier, la période dite judéo chrétienne pendant laquelle la chrétienté a voulu se parer du nom de Nouvel Israël (mariage avec la cananéenne à qui Essaü donna le nom de « juive » alors qu’elle ne l’était pas), quant à  la deuxième période (mariage avec la fille d’Ismaël), elle correspondrait à la situation actuelle où l’on assiste à un certain rapprochement, voire une connivence entre l’Occident chrétien et l’Islam. Par la suite, Esaü se sépara de la fille d’Ismaël et se révolta de façon très cruelle contre les enfants d’Ismaël (correspondant au conflit entre Islam et occident malgré leur alliance)…

Les sages enseignent que cette fin de paracha où l’on apperçoit l’alliance entre Esaü et Ismaël correspond à ce qui passera à la fin de l’histoire : alliance entre Esaü et Ismaël qui est une préfiguration de l’alliance entre l’Europe chrétienne et l’Islam (puis la guerre entre les deux comme l’indique la futur séparation entre Esaü et la fille d’Ismaël).

Nous voyons également le lien de consanguinité entre Esaü et la fille d’Ismaël. Les deux sangs se sont mélangés : celui des Edomites et celui des Arabes. En clair, cela nous montre qu’Esaü n’a eu aucun respect pour la véritable foi de sa famille, leur rapport avec YHWH, et leurs coutumes. Nous voyons ce même comportement aujourd’hui chez les croyants, qui prennent des païens en mariage et/ou font la promotion de l’oeucuménisme, c’est à dire le syncrétisme entre protestantisme et catholicisme. Ils n’ont aucun respect pour leurs parents et leur véritable foi dans le Messie Yeshua, qu’ils déshonorent.

Daniel Steen enseigne :

« Le mariage d’Edom et de la fille d’Ismaël est une réalité qui s’accomplit de nos jours. L’occident a fait alliance avec l’orient sous le nom d’Eurabia. Par ailleurs, Ismaël est un homme indomptable, difficile à vivre, la prophétie le concernant dit :

Gen 16/12 : « Il sera comme un âne sauvage; sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui; et il habitera en face de tous ses frères. »

Dans le Psaume 83 nous voyons que cette alliance n’a pour but final que de détruire Israël : « Ils se concertent tous d’un même coeur, Ils font une alliance contre toi; Les tentes d’Edom et les Ismaélites »

Ce mariage entre européens et arabes représente essentiellement un intérêt économique pour les européens et un intérêt spirituel pour les musulmans. Les uns voient le moyen d’obtenir le pétrole et de vendre des armes, les autres voient en l’Europe une immense région, puissante et riche, qui s’offre comme champ d’islamisation. (Source : http://www.michelledastier.com/le-conflit-israelo-arabe-et-ses-nombreux-aspects-caches-par-daniel-steen/)

Depuis des millénaires, les prophètes de la Bible et les sages d’Israël ont annoncé qu’à la fin des temps, le monde musulman (Ismaël) s’unira et fera la guerre avec ce qui est aujourd’hui appelé l’Europe chrétienne (Edom ou Esaü).

Le Ravdynovisz, dans son cours du 14 novembre 2015 intitulé « La troisième guerre mondiale débutera en Syrie », rapporte un enseignement assez interpellant :

Le talmud rapporte une chose des plus étonnante à propos d’une loi sur les menstruations de le femme. Les sages du Talmud rapportent quelque chose d’incroyable à propos des différentes couleurs du sang que la femme perd durant ses règles, ce qui la rend « nida », c’est à dire interdite à son mari. Effectivement, l’écoulement de sang d’une femme « nida », selon la Torah, la rend interdite à son mari (Lévitique 18).

Note Thomas : La femme est interdite à son mari en période de « Nida ». Comme l’enseigne Paul, la Torah est avant tout spirituelle. Nous voyons ici un des aspects spirituels de l’interdiction du sang : cela représente aussi l’interdiction de Dieu pour son peuple de s’unir avec Edom/Esaü qui est représenté par le sang comme nous l’avons vu plus haut… Cela en dit long car tant que le peuple de Dieu est lié au monde catholique(Edom) via des mouvements comme l’oeucuménisme, tant que le peuple de Dieu est lié à l’idéologie de l’occident(Edom), c’est comme si il avait des relations interdites avec une femme Nida…

Le Talmud cite une autre couleur de sang « étrange » qui est le noir. Les sages d’Israël se posent la question : « Le noir, est-ce du sang, est-ce Edom pour pouvoir dire qu’elle est interdite à son mari ? » Le talmud répond : « quand tu verras que le rouge se transformera en noir, c’est que c’est la fin du rouge, de Edom. »

Un des signes indiquant la fin de l’occident, c’est lorsque tu verras à sa tête un noir. Depuis des siècles, les sages d’Israël affirment : « lorsque tu verras quelque part une personne de couleur noir à la tête d’Edom, c’est que le moment est venu pour Hashem (Dieu) de frapper Edom ». Tout le monde le sait : depuis 8 ans, Obama a un projet clair : détruire l’occident.

Note Thomas : Obama est le premier président noir des Etats-Unis et correspond parfaitement à l’enseignement des sages d’Israël dans le Talmud. Lorsque l’on sait qu’Obama est un musulman (Ismaël) à la tête de l’occident (Edom) et que les Etats-Unis sont effectivement responsables en grande partie de la création de Daesh et de l’Islamisation de l’Europe, tout prend ici son sens et les enseignements de la Torah viennent s’accorder parfaitement dans cette connivence entre Esaü/Edom et Ismaël aboutissant à un grand conflit qui est en vérité le jugement de Dieu sur Edom…

Il y a presque 2 000 ans déjà, un sage d’Israël nommé Rabbi1802-daechstavro CHIMON BAR YOHAÏ disait: « Qui survivra à l’époque des Ismaélites (monde arabo-musulman) ? Ce sont les enfants d’Ismaël qui livreront les batailles finales et heureux qui ne verra pas les souffrances de l’enfantement du Messie. De grandes hécatombes et d’immenses affrontements se prépareront dans le pays d’Edom (Rome, Europe chrétienne), et conduiront à l’anéantissement d’Ismaël et de Rome (Europe chrétienne).  C’est un jour de vengeance pour l’Eternel , une année de représailles pour la cause de de Sion. » (Sanhedrin 98)

Edom (Europe, USA) s’est vendu à Ismaël (les pays pétroliers arabes) en choisissant une liberté rebelle aux lois de Dieu : c’est ici parfaitement l’esprit d’Edom que l’on retrouve en occident… C’est encore pour cela que les sages d’Israël disent que l’occident, c’est Edom. Spirituellement, c’est vrai… On voit clairement la haine de l’Europe (Esaü=Edom) vis à vis d’Israël, et son alliance avec Ismaël(monde musulman) aujourd’hui sous nos yeux. C’est exactement ce que l’on voit dans notre paracha. C’est aussi pour cela que dans la tradition juive, Ésaü est le père des civilisations occidentales, notamment de l’Empire romain, dont la « descendance » est le christianisme de constantin. Comme nous l’avons prouvé, c’est aussi d’EDOM qu’est né le pays de GUERMAMIA ou Esaü s’est installé, qui a donné après des siècles l’ALLEMAGNE d’Adolf Hitler : La haine d’Esaü matérialisée envers son frère Jacob par la Shoah (Extermination des enfants d’Israël).

« Esaü conçut de la haine contre Jacob » (Genèse 27.41)

La fin de notre paracha montre donc cette Alliance d’Esaü/Edom avec Ismaël (les Arabes) (au lieu de choisir l’alliance avec Israël) :

« Et Esaü s’en alla vers Ismaël. Il prit pour femme, outre les femmes qu’il avait, Mahalath, fille d’Ismaël (Genèse 28.9).

Notez bien le nom de la fille d’Ismaël « Mahalath » en hébreux. Ce nom a plusieurs sens et il veut notamment dire « Fou, folle, malade ». Ainsi, nous voyons clairement lecomplot daesh occident mariage d’Esaü/Edom avec la partie folle d’Ismaël (Mahalath), cette partie radicale que l’Europe finance et permettant, par exemple, à Daesh d’exister et de se renforcer.

Au IIème siècle, un sage d’Israël, Rabbi Eliezer Ben Hurcanos fait un intéressant commentaire sur ce passage :

« Au coucher du soleil, un profond sommeil tomba sur Abram; et voici, une frayeur et une grande obscurité vinrent l’assaillir. » (Genese 15.12)

Rabbi Eliezer affirma que le monde arabo-musulman se propagera, s’étendra et par leur violence, ils feront venir le Messie. N’est-ce pas précisément ce que l’on vit ? Tout est stupéfiant de précisions et de vérité.

Rabbi Eliezer a également dit dans son ouvrage Pirké De Rabbi Eliezer :

« Ismaël dominera 1300 ans sur la terre sainte : 100 ans pour chaque année de sa circoncision. Dans ce temps-là, les fils d’Ismaël construiront un édifce sur le Mont du Temple ».

Comme le remarque Jean-Marc Thobois : « Rappelons que Rabbi Eliezer Ben Hurcanos vivait au deuxième siècle après Jésus-Christ. De son temps, le pays d’Israël était sous la domination des Romains. C’était l’âge d’or de l’empire romain. Les Arabes n’étaient qu’une petite tribu, perdue au fond de la péninsule arabique, vivant de dattes et de lait de chamelle. Il n’y avait pas de pétrole, pas de pétrodollars ; il n’y avait pas d’ONU, pas de Ligue arabe… Il n’y avait pas toutes ces réalités qui font aujourd’hui la puissance du monde arabe.

Humainement parlant, personne ne pouvait imaginer au deuxième siècle après Jésus-Christ, à l’apogée de l’empire romain, qu’un jour l’Islam balaierait tout cet empire romain pour s’installer à sa place et qu’il dominerait sur la terre sainte.

Et pourtant, se basant sur les textes bibliques, Rabbi Eliezer avait pu annoncer ces choses.

Et faisant cette lecture prophétique – ce qui est arrivé aux pères est une prophétie de ce qui arrivera à leurs fils – il a pu dire : les fils d’Ismaël domineront 13 siècles sur la terre sainte. Pourquoi ? Parce que, quand il a été circoncis, Ismaël avait 13 ans et, par conséquent, la domination de ses descendants sur la terre sainte durera un siècle pour chacune des années qui étaient les siennes quand il a été circoncis.

Et à partir du moment où ils possèderont la terre sainte, ils établiront un édifice sur le Mont du Temple. Rabbi Eliezer ne dit pas quelle sera la nature de cet édifice. Il dit simplement un édifice. Cet édifice chacun peut le voir aujourd’hui quand il va à Jérusalem. Ce sont ces fameuses mosquées qui sont sur l’emplacement de l’esplanade du Temple. Les mosquées n’existaient pas à cette époque-là parce que l’Islam n’existait pas…

Rabbi Eliezer est allé plus loin. Il a dit : “Entre le moment où commencera à être construit cet édifice jusqu’au moment où prendront fin les droits des fils d’Ismaël, il y aura exactement 1300 ans.”

Les Arabes ont conquis Jérusalem en 638 après Jésus-Christ. Dix ans plus tard, en 648, le calife Omar a commencé à construire sur l’emplacement du Temple, la fameuse coupole d’or qui porte son nom. Si l’on ajoute 1300 ans à 648, cela donne 1948, date de la renaissance du pays d’Israël !

Rabbi Eliezer ne s’est pas trompé, c’est exactement ce qui s’est produit. »

Dans le Yalkhout Chimoni (recueil de midrachim datant de plus d’un millénaire) parachat Lekh Lékha 14, nous pouvons lire :

« Le messie ‘grandit’ sur Ismaël ». C’est-à-dire qu’Ismaël est le « véhicule » qui, malgré lui, prépare et approche la venue du Messie.

Le Baal hatourim (14e siècle) fin parachat ‘Hayé Sara déclare : « Quand Ismaël tombera à la fin des temps, alors viendra le Messie ». (Rabbi ‘Haïm Vital).

Tout concorde, tout est là, sous nos yeux…

L’ultime signature d’EDOM avec la pointe de l’épée d’Ismaël d’un signe qui signifie la MORT.

Maintenant, que nous avons vu en détail les différents acteurs de cette paracha, leur interactions avec les peuples, les idéologies et les prophéties qui leurs sont associées au sein de l’Histoire, nous allons pouvoir comprendre et apprécier les indices spirituels laissés lors de ces attentats. Ces indices nous permettront de découvrir l’origine et les responsables de cette série d’attaques sur Paris.

Le groupe de Hard rock satanique du nom de « Eagles of Death metal » (aigles de la mort) jouait « Kiss the Devil » (Embrasse le Diable) dans le cadre de la promotion de leur album Zipper Down (Braguette ouverte), dont les paroles principales sont : « J’aimerai le diable ».

isis daesh etats unis arabie saouditeGardez bien à l’esprit une des nombreuses informations que nous avons vu jusqu’à maintenant : Edom a fait alliance avec Ismaël et par cette alliance impie, Edom fournit à Ismaël les moyens et les ressources pour propager son idéologie assassine : L’Occident (Europe et USA) aide et finance le terrorisme tout en trompant l’opinion public en faisant croire faussement qu’ils combattent le terrorisme (ils font semblant), tout ceci dans le but d’installer la guerre et la terreur en vue de relancer l’économie, de contrôler les citoyens par toute sortes de mesures répressives et de remodeler le monde pour aboutir à ce nouvel ordre mondial dont parlait Sarkozy, Buch, le Pape etc. Comme disait un homme : « Je ne crois pas à la théorie du complot. Simplement, je crois que cela n’a rien de théorique. » Pour ceux qui serait sceptiques, allez donc voir les interviews de Philippe De Villiers au sujet de son livre « Le moment est venu de dire ce que j’ai vu ».

Daniel Steen écrit : « Tout ceci explique :

  • L’invasion de l’Europe par les Arabes (probablement existe-t-il une Agence arabe, sur le modèle de l’Agence Juive, qui finance l’émigration des Arabes en Europe, avec la différence que l’Agence juive ramène les Juifs dans leur pays alors que l’Agence arabe extrade ses ressortissants pour en faire un instrument d’invasion et d’islamisation) ;
  • La politique anti-israélienne de l’Europe, qui admet le retour des envahisseurs arabes en «Palestine», et la disparition d’Israël ;
  • La désinformation qui est orchestrée dans toute l’Europe contre toutes les actions d’Israël ;
  • Le transfert des techniques dans les domaines guerriers nucléaires, de gaz chimiques, biologiques (à l’Iraq, à l’Iran…) ;
  • L’expansion de la culture arabe en Europe et la sauvegarde des musulmans contre toute tentative d’assimilation : la culture des immigrants est exportée dans les pays d’accueil, les Européens proclament la grandeur de la civilisation islamique, les Arabes fustigent les Européens pour leur ancienne politique colonialiste et exigent «l’enseignement dans les universités de la supériorité de la civilisation islamique… on ne parle plus de la civilisation judéo-chrétienne mais de la civilisation abrahamique…»…

Rappelons nous du mépris d’EDOM envers l’alliance de Dieu au profit de l’alliance avec Ismaël. Esaü/Edom prophétisa ici pour la fin des temps sa propre mort :

« Esaü (EDOM) répondit : Voici, je m’en vais mourir; à quoi me sert ce droit d’aînesse ? »

Il est important d’insister : jusqu’ici, nous avons démontré par l’Ecriture, les sages d’Israël et par l’histoire elle-même qu’EDOM = EUROPE Chrétienne et les USA, faisant alliance avec l’Islam radical et le monde arabo-musulman (Ismaël). Cette alliance avec la partie folle de l’Islam (Mahalath) se retourne contre EDOM ainsi que la relation biblique entre Esaü/EDOM et Ismaël se termine par une séparation cruelle. Rappelons-nous que le symbole d’EDOM/Europe est Charlemagne, dont le tombeau était orné de représentation du diable, de l’enfer, des ténèbres…

Maintenant regardez bien les initials du nom du groupe de musique qui est utilisé comme leur emblème/logo (la chanson, au moment de l’attentat, était « Embrasse le diable ») :

EODM_Logo_mod

Oui, vous ne rêvez pas : nous retrouvons précisément le nom d’EDOM dans cette première attaque d’Ismaël des plus violentes subit par EDOM. Dans la mesure où la Bible nous dépeint la foudre comme étant un signe de jugement, lorsque nous voyons la lettre « O » ici traversée par la foudre, nous comprenons qu’il s’agit d’un signe clair de jugement contre EDOM provoqué par EDOM lui-même par le biais d’Ismaël suivant le principe « on récolte ce que l’on sème ».

Un homme a dit un jour : « Dieu se rit des gens qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. ». C’est ici la triste réalité de l’Europe et d’Edom/Esaü : Officiellement, l’Europe/EDOM déplore l’horreur des attentats tout en ayant été, en vérité, les initiateurs secrets de ces attentats…

Mais ce n’est pas tout, un autre indice de poids vient s’ajouter à tout cela. Regardez bien le signe instantanément brandis par EDOM suite à cette série d’attentats :

paris peace paix tour eiffel

C’est exactement la même image, le même symbole que la croix de Néron que voici :

croix de neron

La croix de Néron, qui représente la mort, date de l’Antiquité. Elle rappelle et commémore le massacre du peuple de Dieu (Jacob-Israël) sur ordre de cet empereur romain (Esaü/Edom). Cette croix est un symbole de la mort. C’est un dérivé de la « croix renversée » :

croix neron crucifixion

Le mouvement hippie se l’est appropriée comme étant un synonyme de sexe, drogue, anarchie, en gros tout ce qui est contre les règles. Mais sa véritable origine est diabolique, signe et présage de mort.

Ainsi, brandi à la face du monde, cette série d’attentat a été marqué du sceau de la mort sur la France (Croix de Néron), mort amenée par la rébellion d’EDOM (Europe chrétienne) et son alliance avec Ismaël (monde arabe).

croix neron parisAppréciez la stupéfiante corrélation entre les divers événements : le vendredi 13 novembre 2015 au soir est le début du shabbat au cours duquel est étudiée la seule paracha de l’année traitant de l’Europe chrétienne (Esaü/EDOM) et de sa haine envers le peuple de Dieu (Jacob/Israël) ainsi que de son alliance dangereuse avec la partie intégriste et folle du monde arabo-musulman (Mahlath, fille d’Ismaël) qui se retournera contre EDOM/l’Europe chrétienne. A partir de cette paracha, cela fait des milliers d’années que les sages d’Israël annoncent un conflit final pour la fin des temps entre l’Europe (EDOM) et une partie du monde arabo-musulman (Ismaël) tandis que le vrai peuple de Dieu (Israël/Jacob) sera épargné/protégé quoique éprouvé/persécuté : c’est précisément au cours de ce shabbat qu’ont eut lieu les attentats les plus terrible de l’histoire de la France, attentats perpétrés par la frange cruelle de l’Islam (Ismaël/Mahalath), aidé par l’Europe (EDOM), signé par EDOM (nom du groupe Satanique au bataclan), et le tout, marqué du sceau de la mort (Croix de Néron symbolisant la mort, la cruauté et l’extermination).

Voila une série d’indices spirituels qui ne trompent pas et qui viennent nous dévoiler avec précision l’origine et les responsables véritables de ces attentats. Oui, les vrais responsables sont ceux d’EDOM(Occident) qui utilisent Ismaël (la partie cruelle du monde arabo-musulman) dans un conflit destructeur qui se termine par le retournement d’Ismaël contre Edom. Ce vaste ensemble est permis par Dieu qui utilisent ces différents acteurs pour juger EDOM.

En plus des alliances impies faites avec l’Islam radical et en plus de son mépris pour Israël, l’Europe chrétienne a approuvé et voté toutes sortes de lois impies promouvant la débauche, l’immoralité, l’abandon de Dieu et de ses lois parfaites…

Cet attentat du 13 novembre marque bel et bien le décret posé sur la France par cette croix de Néron brandit partout. Il semblerait que la France, et plus globalement l’Europe, soit sous le jugement de Dieu, Ismaël étant l’un des instruments de jugement utilisé par le seul vrai Dieu pour châtier EDOM. Le compte à rebour est lancé.

Cependant, comme l’enseigne les sages d’Israël, la seule façon d’annuler un mauvais décret est de rentrer dans une profonde, sincère et sérieuse repentance (Téchouva) et de se tourner vers le Messie d’Israël comme il est dit de la bouche même de Yéshoua : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. » (Jean 5.24)

Mais qui entendra ce message ? Comme dirait le prophète :

« Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’Eternel ? » (Esaïe 53.1)

Qu’HaShem, le Dieu de gloire véritable et redoutable nous garde dans la foi, l’amour et la repentance, les yeux braqués sur le Messie Yéshoua, lui qui fut élevé comme le fut le serpent d’airain fabriqué par Moïse et par lequel Dieu guérit et sauva de la morsure du péché tous ceux qui ont placé leur confiance dans la parole du Dieu d’Israël, Amen !

Étude/synthèse faite par Thomas du site rencontrerdieu.com et inspirée de sources juives (enseignements des sages d’Israël) et de l’enseignement du Rav Dynovisz  du 14 et 15 Novembre 2015.

*Note : Merci de citer la source lors de toute copie partielle ou complète de cet article comme le rappelle les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les coeurs et qui rendra à chacun selon ses oeuvres.

Mise à part les citations et autres extraits de sources externes reprises sur le site rencontrerdieu.com, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités dans les articles et les vidéos du site rencontrerdieu.com : chacun doit être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu.

22 Commentaires

  1. Simrha Clement

    J’ai lu votre étude avec énormément d’attention, j’ai aussi lu presque tous les commentaires à ce sujet !
    Ce que je sais surtout c’est que le ( Chrétien ) n’a pas à combattre les hommes, mais plutôt un monde spirituel bien présent .
    Au fur et à mesure de cette lecture j’ai évolué dans votre sens, car je sais et je crois fermement que la Parole de Dieu à un sens caché pour certains, en particulier pour tous ceux qui la méprisent , tandis qu’elle est révélée à d’autres … Il n’y a que Dieu seul qui connaisse le fond de chacun et de moi en 1er lieu.
    Aussi, cela paraît d’une logique implacable le fait que Dieu nous avertisse depuis le début des écrits, que toutes choses étaient et sont l’ombre des choses à venir ….!
    Les temps sont GRAVES et j’ai envie de crier VIVEMENT le ciel, mais en même temps je pense à ma famille qui ne connais pas encore le Seigneur et là, je comprends SA patience…
    L’Aveuglement est là, comme on le voit pour le bataclan, certains chrétiens même se moquent de ce que vous relevez comme étant la signature de satan …et pourtant !
    Jésus même nous demande de prier à nous qui le connaissons afin d’êtres épargnés de ces horreurs, car en cela, ne le dit -il pas quand il est écris ceci: Priez pour que votre fuite ne se passe pas en hiver !!
    Celui, celle qui ne reconnait pas les temps, est réellement en danger pour ce monde ci, mais pire pour l’avenir qui lui est Eternel !
    Merci pour votre travail, vos recherches !

    Réponse
  2. Antoine

    Bonsoir Tom,votre exposé est remarquable! mais vous dites que Dieu utilise Ishmael pour punir Edom, ne serait-ce pas Dieu, mais plutôt son adversaire qui utilise Ishmael par le biais de l’islam, ma question est très simple :
    À vos yeux et à l’étude de la torah, l’islam est-elle une religion du Dieu unique, ou bien mohammed était-il un détracteur?
    Pensez-vous, que les musulmans auront accès eux aussi au paradis ?
    Je vous demande cela car j’ai des personnes de ma famille qui me sont très chères et qui récemment se sont convertis à l’islam, j’aimerais les en détourner, après la lecture du coran je n’ai pas trouvé, à mes yeux et à mon coeur,une once d’immuabilité que l’on peut lire dans la bible, j’ai l’impression de lire une pâle copie de l’ancien et du nouveau testament à la sauce arabe qui au passage, ce sois-disant prophète réfute la véracité de la torah, qui aurait été falsifié alors que le coran lui, serait d’une pureté irréprochable.
    Qu’en pensez-vous?

    Réponse
  3. anne laure

    Un grand merci pour ce message courageux et audacieux!Qu’Hachem soit chaque jour avec vous et vous protège!Cordial shalom!

    Réponse
  4. FX

    Shalom Thomas,

    Merci pour ton site. Il est bon de voir des frères se lever pour annoncer la Torah en France ! La Torah sous la conduite de l’Esprit est la meilleure arme contre l’ennemi. Il est important que la véritable assemblée de Yahweh se lève et se prépare pour les jours difficiles à venir.

    L’un des domaines dans lequel l’adversaire sème la confusion — et malheureusement avec succès — est celui de l’eschatologie. Son but est de nous faire regarder dans la mauvaise direction, pour que nous ne soyons pas pleinement actifs et opérationnels dans le combat spirituel à mener. L’une de ses tactiques est de nous berner sur l’identité des principaux protagonistes du scénario de la fin des temps.

    L’équation Edom = l’Europe chrétienne (Occident + Etats-Unis) n’est pas biblique.
    Contrairement à la majorité des enseignements en vogue, l’antichrist ne sortira pas de la résurrection de l’Empire Romain. La menace de la fin des temps ne vient ni de Rome ni des Etats-Unis, mais de l’Islam.

    La Bible est, a toujours été, et sera un livre centré sur Jérusalem, Israël et le Moyen-Orient. Au lieu de regarder dans la bonne direction en interprétant Edom dans son contexte biblique et historique (Edom = la Jordanie, l’Arabie), l’ennemi nous dévie du centre de la cible avec les théories du complot/nouveau gouvernement mondial, illuminati et tutti quanti.

    Si l’équation Edom = l’Europe chrétienne (Occident + Etats-Unis) était biblique, alors Rome serait clairement mentionnée au Jour de YHVH, lorsque Yeshua revient pour juger les nations qui vont attaquer Israël. Or ce n’est pas le cas.
    La Bible fait bien référence à des nations européennes, mais jamais dans le contexte du jugement.Pas une fois dans l’ensemble de la Bible une nation européenne ou américaine n’est mentionnée dans le contexte du jugement au Jour de YHVH. Malgré cela, la majorité des enseignants nous disent que l’Antéchrist et son empire vont émerger de l’Europe ou des Etats-Unis !

    Lorsque Yeshua revient au Jour de YHVH, Il revient pour juger les nations qui entourent Israël. Les principaux pays mentionnés sont les suivants :
    – Babylone = Irak (Es 13/14, Jer 50/51)
    – Assyrie = Nord de l’Irak (Es 14.25/30.30-33, Sop 2, Mic 5)
    – Edom = Jordanie, Arabie (Es 21, Jer 49, Ez 35)
    – Moab = Jordanie (Es 15 Jer 49)
    – Ammon = Jordanie (Jer 49)
    – Damas = Syrie (Es 17, Jer 49, Am 1, Zac 9)
    – Gaza et les Philistins = palestiniens (Es 14.28-33, Jer 47, Joe 3)
    – Egypte (Es 19, Jer 46, Ez 29.32)
    – Tyr = Liban (Ez 28, Joe 3)
    – Magog, Mecheck, Tubal, Togarmah, Gomer = Turquie (Ez 38)
    – Perse = Iran, Pakistan, Afghanistan (Ez 38)
    – Arabie = Arabie Saoudite, Emirats Arabes (Ez 21, Jer 49)
    – Ethiopie = Soudan (Ez 18)
    – Libye (Ez 38)
    – Elam = Iran (Jer 49)

    Ces nations ont un dénominateur commun : l’Islam. Toutes ces nations expriment une haine manifeste à l’égard d’Israël. Fédérées sous le califat de l’antichrist, elles vont attaquer et fouler Israël au pied.

    Notre compréhension du scénario de la fin des temps intervient non seulement dans notre préparation pour les jours sombres à venir, mais aussi dans notre mission avec l’annonce de la bonne nouvelle.

    Encourageons-nous les uns les autres à cibler juste !

    Sois béni,

    François-Xavier

    Réponse
    • Tom Admin

      Shalom François-Xavier. Si tu as bien lu l’étude, l’équation EDOM = l’Europe chrétienne est tout à fait biblique, du moins autant que l’équation l’Egypte = le monde –> Nous parlons ici d’idéologie plus que des seules régions géographiques, chose que n’a de cesse de nous montrer l’Ecriture : derrière le pchat (sens littéral du texte) se cache le sens caché, plus profond et secret (Sod) et dans notre cas, l’idéologie d’Edom/Esaü correspond infiniment plus à l’Europe/occident qu’à la seule Jordanie, lorsque l’on considère l’idéologie avec tous les signes, les confirmations historiques infiniment nombreuses qu’il y a et que démontre l’Etude.

      De plus, les prophéties qui s’attardent sur Edom, prophéties nombreuses et précises, correspondent davantage à EDOM = Europe Chrétienne/occident qu’à la simple Jordanie et les territoires d’arabie occupés anciennement par Edom qui, si on s’attarde sur la simple zone géographique, occupe une place minime dans le scénario biblique de la fin des temps, ce qui ne correspond en rien à la place énorme accordé à Edom par les prophètes pour les temps de la fin.

      Ceci dit, et c’est ici la force du Tanakh : la version littérale est évidemment vraie et la coalition dont tu parles des nations qui entourent Israël est une réalité aussi. Au final, je crois pas qu’il ne faille choisir entre ce que tu dis ici et entre ce que cette étude enseigne mais plutôt faire une synthèse des deux dans la mesure ou il y a du vrai dans les deux interprétations qui se complètent plutôt qu’elles ne s’opposent.

      Réponse
  5. Mindinha

    Bonsoir Thomas
    encore merci pour cette nouvelle étude!je viens dans terminer la lecture et je dois avouer que je suis encore bouleversée .
    Je partage entièrement votre point de vue et vous encourage à continuer!je suis de tout coeur avec vous et prie pour vous!
    Que l ETERNEL vous guide ,vous protège et vous bénisse dans le nom tout puissant de YESHOUA !

    Réponse
  6. Tabuce

    Je suis toujours enthousiasmée par l’enseignement dérivé des textes bibliques appliqués à l’actualité. Le récit de cet illustre plat de lentilles qui fait sourire n’est donc pas aussi anodin. Il est vrai que le droit d’aînesse de nos jours ne paraît pas très important car je pense que nous baignons à notre époque dans un tel esprit d’incrédulité et de confusion que ces choses nous semblent très secondaires.
    Il est bon de retrouver la parole du Seigneur et de la suivre mot à mot et à la lettre. Merci Thomas.
    Mais ne perdons pas de vue (Corinthiens 3) que « la lettre tue, mais l’esprit vivifie ».
    Jean 16: 13 « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. »

    Réponse
  7. Jean-Michel Lafon

    Merci infiniment pour cette étude fouillée. Elle est une véritable révélation, et elle nous arrive comme un « coup de poing dans la figure », en tous cas c’est une des raisons de plus pour qu’une repentance (téchouva » sincère soit dans l’urgence. Seulement il serait bon et utile de préciser la nature de cette téchouva, et comment la mettre en pratique. Cela nous redonnerait de l’espoir (à moi en tous cas) quant à notre avenir immédiat, car la lecture de ton article ex abrupto nous laisse le sentiment qu’Edom, c’est à dire nous, est voué à la mort quoi qu’il arrive.
    En tous cas que D.ieu te bénisse!

    Réponse
    • Tom Admin

      Shabbat Shalom Jean-Michel, merci pour ton commentaire. Sachant que la période juste avant le dévoilement du Messie est appelée « Douleur d’enfantement du Messie », je crois que nous devons avoir le même comportement qu’une femme enceinte : elle sait qu’elle va souffrir pour peu de temps mais elle sait ce qui s’en suivra : la joie profonde du nouveau né, c’est à dire nous concernant, le Royaume de Dieu enfin établis et notre réunion avec le Messie d’Israël Yéshoua. Rappelons-nous des paroles du Messie d’Israël à ce sujet, Ses paroles qui demeurent tant que le ciel et la terre demeureront :

      « La femme, lorsqu’elle enfante, éprouve de la tristesse, parce que son heure est venue; mais, lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus de la souffrance, à cause de la joie qu’elle a de ce qu’un homme est né dans le monde. Vous donc aussi, vous êtes maintenant dans la tristesse; mais je vous reverrai, et votre coeur se réjouira, et nul ne vous ravira votre joie. 23 En ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité, je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom. » (Jean 16.20-23)

      Car Edom, du moins l’idéologie édomique, est certes vouée à l’extinction et à la destruction selon les prophéties biblique mais n’oublions pas qu’à titre individuel, pour ceux qui sont repentis, l’Eternel sera « un refuge, Une tour forte, en face de l’ennemi.» (Psaumes 61.4) ; « Le juste s’y réfugie, et se trouve en sûreté. » (proverbes 18.10).

      Soyez également bénis Jean-Michel.
      Thomas.

      Réponse
  8. Richard

    Etude très intéressante, mais ou se situe Jésus? Quel est son rôle pour détruire la malédiction d’Esaü? Le nom de jésus n’a pas été prononcé dans cet article.

    Réponse
    • Tom Admin

      Je vous invite à relire avec attention l’article car Le Messie Yéshoua (Jésus) est annoncé/cité plusieurs fois.

      Cependant, comme je l’ai dit en réponse à un autre commentaire : « Cette analyse est une étude de Torah qui n’a pas pour but de parler directement du Messie bien qu’il soit partout, ni d’insister sur la grâce et le pardon bien qu’ils soient constamment disponible pour ceux qui aiment la vérité et qui sont prêt à se repentir. Ici le focus est fait sur d’autres points. Pour certains points importants que vous évoquez, bien d’autres études le font sur ce site et le feront si Dieu le permet et il y a la rubrique « bonne nouvelle » et « témoignages » spécialement consacrées au Messie Yéshoua. »

      Enfin, pour répondre à votre question, si l’esprit d’Essaü/Edom est une réalité qui place sous une potentielle malédiction ceux qui communient avec (mépris d’Israël, fausse doctrine de l’abolition de la loi de Dieu (Torah)), la solution de l’Eternel n’a pas changé : Repentance + Foi et obéissance En YHWH et dans le Messie selon qu’il est dit : « Le Messie nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois » (Galates 3.13)

      Réponse
  9. Claire Deslot

    Merci beaucoup pour votre réponse au sujet de ma question sur la graphique…C’est bien ce que je pensais, mais je voulais en être sûre…Beau travail…Que Hachem vous protège…

    Réponse
  10. ella

    Je me suis pris à deux fois pour relire ton article , c’est fort mais comme la vérité qui explose comme une puissance… qui m’a conforté dans la vérité , j’ai pas mal étudié les prophéties de Daniel , des bêtes et de la statue , ton éclairage rejoint absolument les prophéties de Daniel …et je dois dire que la Torah donne évidemment une ouverture , un sens des mots extraordinaire …oui j’adhère , je me permets de dire à John de bien relire le chapitre 14 de l’apocalypse et message des 3 anges adressé à chacun d’entre nous à la fin des temps … »que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux églises  » mais oui que chacun ouvre ses yeux et son coeur afin de rester attentif aux signes annonciateur du retour du MESSIE, merci Thomas

    Réponse
  11. John

    Bonjour, j’ai lu avec attention cet article. Malheureusement, je ne partage pas cette vision du mauvais Edom et du gentil Jacob. Ce n’est pas la première fois que j’entend ce discours. Je l’ai entendu de la bouche d’un rabbin en Israël. Ce qui manque dans cette analyse, c’est le rôle de Jésus. Ce n’est pas la première fois que la haine entre frère existe. On le constate dès l’existence de la première famille : Caïn et Abel, et cela s’est répété tout le long de l’histoire biblique. Mais, ce qui serait intéressant de soulever, c’est d’évoquer plutôt la grâce et le pardon entre frères. Je n’ai pas vu, dans cet article, aucune mention de grâce ou du pardon. On y voit plutôt une accusation du Christianisme, et de tous ceux qui pratiquent cette religion. Jésus l’a déjà averti « Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi » , Math 5:43, Jésus dit : « Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes ». Je crois que hatiser la haine entre les peuples : occidentaux, juif et arabes n’aboutira à rien. Il faut voir plutôt vers la réconciliation autour de Jésus, car seul lui peut nous amener vers le Père, il n’y a pas d’autres solutions.

    Bonne reflexion et que le Seigneur Jésus vous bénisse.

    Réponse
    • Tom Admin

      Bonjour, voici d’autres réflexions :

      vous dites : « je ne partage pas cette vision du mauvais Edom et du gentil Jacob. »

      Bien que l’article ne fasse pas mention d’un « gentil Jacob » (qui a ses hauts et ses bas comme le montre la Bible), concernant EDOM, vous ne partagez donc pas la vision de la Bible car l’Eternel, au travers des prophètes, dépeint clairement EDOM comme étant mauvais et hostile à son peuple et son sort ne sera pas celui de Ninive (sauf à titre individuel, pour ceux qui se repentent).

      Vous dites : « Ce n’est pas la première fois que j’entend ce discours. Je l’ai entendu de la bouche d’un rabbin en Israël. »

      Les rabbins d’Israël ne disent pas que de bétises, loin de là, nous avons énormément à apprendre d’eux. Dire le contraire serait s’enorgueillir aux dépens de ceux « à qui les oralces de Dieu ont été confiés » (Rom 3.2) et cela serait mépriser de surcroit l’enseignement de Paul en Romains 11.

      De plus, les rabbins d’Israël ne font souvent que retransmettre les enseignements des sages d’Israël, et il y bien des perles fidèles à l’EVangile qui permettraient aux chrétiens sincères et humble de déguster réellement ce que l’apôtre Paul appelle « la Saine Doctrine. »

      Enfin, cette analyse est une étude de Torah qui n’a pas pour but de parler directement du Messie bien qu’il soit partout, ni de la grâce et du pardon bien qu’elle soit constamment disponible pour ceux qui ament la vérité et qui sont prêt à se repentir. Ici le focus est fait sur d’autres points. Pour les points importants que vous évoquez, bien d’autres études le font sur ce site et le feront si Dieu le permet et il y a la rubrique « bonne nouvelle » et « témoignages » spécialement consacrées au Messie Yéshoua.

      Votre rapprochement de l’étude avec Caïn et Abel est absolument réducteur et ne prend pas en compte les différences énormes qu’il y a entre abel/caien et entre Yaacov/Essaü. AVez-vous réellement lu l’étude ?

      Vous y voyez une accusation contre le christianisme ? Oui vous avez raison mais avec une invitation à la repentance et à la crainte de Dieu : le christianisme a besoin d’être secoué, il a besoin de sortir de sa paresse intelectuelle, de son orgueil et de cette grâce permissive (fausse doctrine de l’abolition de la Torah) qui laissent vivoter dans un esprit, une pensée et des habitudes de vies païennes nombre de ceux qui se réclament du Dieu d’Israël : c’est ce que l’on appelle l’apostasie. Ce n’est pas en étant dans le compromis et en caressant dans le sens du poil que l’on est dans l’amour biblique. AU vue de cette terrible apostasie, oui il faut secouer et dire la vérité telle qu’elle est. Beaucoup de « chrétiens » se dirigent vers la Gehenne, alors oui : il faut parler et dire les choses. (sachez que j’étais pendant des années dans ce « christianisme » officiel sans être dérangé jusqu’à ce que Dieu, comme pour beaucoup d’autres, a permit aux écailles de tomber)

      La réconciliation en Yeshoua dont vous parlez, si elle est dépourvue de vérité et de la saine doctrine biblique, n’est d’aucun secours. La vérité et la saine doctrine font partie de l’EVangile et Comme dirait Paul lorsqu’il parlait aux chrétiens de Corinthes : « si vous le retenez tel que je vous l’ai annoncé; autrement, vous auriez cru en vain. » (1 Corinthiens 15.2)

      La réconciliation passe inévitablement par la vérité. Le christianisme officiel a depuis bien longtemps abandonné les sentiers de la vérité « Pour suivre des sentiers, des chemins non frayés » (Jérémie 18.15) : le cacher serait manquer d’amour. Il faut que l’Eglise se repente et cesse de marcher dans l’orgueil en préchant un Jésus qui, en plus d’abolir la loi de son Père, idolâtre un seul des attributs de Dieu (l’amour) au détriments de tous les autres (sainteté, justice, sévérité etc).

      QUe le seul vrai Dieu nous conduise dans toute sa vérité, dans l’amour et la fidélité et qu’il pardonne nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé. A bientôt.

      Réponse
  12. Haberey David

    Merci pour cet article étonnant. Je me permets simplement d’ajouter que le véritable ennemi est d’après la Bible le Diable (diabolos), car c’est lui qui manipule les humains.
    1 Pierre 5:8 version Segond 21
    « Soyez sobres, restez vigilants : votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui dévorer. »
    Il est important de ne pas se tromper d’ennemi et de regarder les signes des temps avec la connaissance que seule l’Ecriture peut donner.

    Réponse
  13. Mario Vachon

    Bonjour Serviteur,

    C’est une excellente étude que vous nous avez déployé là. Je me réjouis que déjà sans avoir poussés aussi loin mes recherches, certaines de vos explications (à la fois prouvées bibliquement) viennent confirmer une partie de la thèse que Dieu avait déjà mis sur mon coeur.

    Que La Paix soit avec vous.

    Fre. Mario

    Réponse
  14. pharouest

    Il est très dommage que dans vos études, vous considériez que « l’Etat d’Israël » soit effectivement « Israël », c’est à dire « tout Israël », « l’Israël de Elohim ».
    Un « Etat » où il n’y a qu’une demi-tribu de Juda (ou « demi-Maison de Juda ») est en quelque sorte lui aussi usurpateur d’un nom qui ne lui appartient pas… et cela fausse la compréhension eschatologique de beaucoup (sinon tous).
    Merci pour votre enthousiasme et vos recherches mais je pense qu’il faut creuser encore.
    LIEN SUPPRIMÉ CAR NON CONFORME
    LIEN SUPPRIMÉ CAR NON CONFORME

    Shalom

    Réponse
    • Tom Admin

      Merci pour la remarque, une étude à ce sujet d’un frère en Yéshoua arrive très bientôt car effectivement, il y aurait beaucoup de choses à dire qui vont en partie dans le sens de ce que vous dites à ceci près : si l' »Etat d’Israël » n’est pas encore l' »Israël d’Elohim », il marche clairement dans cette direction suivant un processus qui ne se fait pas en un claquement de doigt mais qui passe par une reconstruction lente et douloureuse suite à ces 2000 ans d’exils, reconstruction permise par Dieu et dans laquelle le péché et la corruption, bien que beaucoup présent aujourd’hui encore au sein de l’état hébreu, vont chaque jour en diminuant conduit par la main puissante d’Adonaï, préparant le terrain pour la suite du projet divin, la venue du Messie et la réunification totale et complète du peuple de D.ieu.

      Réponse
  15. DESLOT Claire

    Bonjour,
    Je lis toujours vos posts sur facebook et ensuite, je viens sur votre blog pour en savoir plus. Vos pages sont toujours très intéressantes.
    Sur celle-ci, j’aimerais si vous le voulez bien , que vous m’apportiez une explication sur l’illustration que vous avez mise en début de page…à savoir : « pourquoi cet emblème de francs-maçons, sur la gauche de la photo….et ce « texte arabisant » sur la droite de la photo.
    Je vous remercie d’avance.

    Réponse
    • Tom Admin

      Bonsoir Claire, merci pour ton commentaire. L’emblème des franc-maçon, bien que les franc-maçon ne soient pas les seuls, représente toutes ces personnes qui ont le pouvoir et qui tirent les ficelles dans l’ombre. C’est pour cela que l’emblème est posé au niveau du bras du marionnettiste. Tu remarqueras que l’emblème est intégré dans le drapeau européen car la construction européenne n’a rien d’anodin, c’est une construction des USA qui est de connivence avec tous ces groupements occultes comme le prouvent nombre de dossier déclassifiés décortiqués, voir par exemple une des conférences de François Asselineau, un homme politique français. Mais aussi, voir les vidéos de Philippe De Villiers dans ces derniers interviews au sujet de son livre « Le moment est venu de dire ce que j’ai vu » ou il donne des informations clés sur tous ces sujets (bilderberg, daesh, etc). Ce n’est pas l’endroit de parler de ces choses là mais avec les quelques indices donnés ici, chacun a de quoi faire ses propres recherches.

      Cette main de marionnettiste articule donc le cheval de troie dans lequel il y les infiltrés de Daesh (vague migratoire planifiée par Daesh en Fevrier 2015 et accomplie avec l’aide du marionnettiste en septembre 2015), c’est pour cela que l’on voit un drapeau avec l’écriture arabe, qui est le drapeau de Daesh.

      Réponse
  16. Itshaaq

    Merci beaucoup pour cette étude. Je suis choqué de ce que je vient de lire. Je t’adresse ce message pour te soutenir et te dire de continuer tes études. Nous te soutenons, que DIEU Soit avec toi.

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
premade-image-14_mod_rd_racine torah

Intéressé par des formations complètes sur les racines juives de la foi chrétienne ?


Comprendre l'apostasie, étude de la Torah, Pratique des commandements, Lecture de la nouvelle alliance dans le contexte, la culture et la pensée juive etc.

Merci pour votre inscription !