Es-tu en état de porter les armes ? La véritable pentecôte de l’Éternel(Chavouot).

Relier le spirituel au matériel et garder la Torah de Dieu

Introduction

La fête de Chavouot (Pentecôte) est un grand cadeau que l’Éternel a donné à Son peuple. Sa valeur est incommensurable puisqu’il s’agit de la fête du « don de la Torah » qui eut lieu sur le mont Sinaï 50 jours après Pessah (Pâque).

Dieu a ordonné à son peuple d’observer cette fête de l’Éternel (sainte convocation) comme on peut le lire en Lévitique 23:21 :

« Ce jour même, vous publierez la fête, et vous aurez une sainte convocation : vous ne ferez aucune oeuvre servile.

C’est une loi perpétuelle pour vos descendants, dans tous les lieux où vous habiterez. »

C’est ainsi que depuis des millénaires, le peuple d’Israël célèbre fidèlement à Chavouot le don de la Torah. Cette fête, emplie de gloire, contient bien évidemment d’innombrables trésors spirituels.

Plongeons ensemble, le temps de cette étude, dans l’océan des révélations que nous offre La Torah d’Israël.

Être enrôlé dans l’armée de l’Éternel ; la plus belle vocation

armureJuste avant la fête, il est coutume de lire la section de la Torah appelée « Paracha Bamidbar [première section du livre des Nombres] ».

Cette Paracha traite principalement du recensement des enfants d’Israël dans le désert.

Lors de ce recensement, la Torah ne comptabilisait que ceux qui étaient « en état de porter les armes; » (Nombres 1.3, 1.20,22,24,26,28, etc.) ou dans d’autres traductions : « tous ceux d’Israël qui peuvent aller à la guerre; vous les dénombrerez selon leurs armées »(Ostervald) ; « tous les israélites aptes au service, vous les classerez selon leurs légions » (Traduction française du Rabbin Zadoc Kahn).

C’est une des raisons pour laquelle le Dieu d’Israël est aussi appelé « l’Éternel des armées » ou « YHWH Tsébaot ».

C’est l’occasion de se poser cette importante question : est-on apte au service pour rejoindre la glorieuse armée du Dieu vivant ? Et que signifie donc être « apte au service » ?

Les Saintes-Écritures sont souvent comparées à autant d’armes défensives et offensives que chaque disciple de la Vérité devrait apprendre à manier.

C’est pourquoi il existe une nécessité absolue de s’imprégner, d’étudier et de méditer les Écrits sacrés ainsi que nous l’a si bien enseigné le prophète Jérémie :

« Dès que Tes Paroles me parvenaient, je les dévorais; oui, Ta Parole était mon délice et la joie de mon coeur, car ton nom est associé au mien, ô Éternel, Dieu-Tsébaot. » (Jérémie 15.16).

La parole du Très-Haut équipait, de la tête au pied, Jérémie. Tout son être était revêtu d’une armure spirituelle solide et puissante, celle dont parle Le Rabbi Paul de Tarse :

« C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.

Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Évangile de paix; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin; prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.» (Éphésiens 6.13-17)

Mais aussi :

« Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants » (Hébreux 4.12)

Ainsi, il est clair que l’équipement de combat nous rendant « apte au service » se trouve consigné dans la Torah d’Israël et les profonds enseignements du Messie Yéshoua et de ses disciples.

Seule l’étude régulière et approfondie de la Torah nous confèrera une armure protectrice et nous permettra d’aiguiser puis de manier avec dextérité l’épée tranchante de l’Esprit.

Sinon, les flèches ennemies passeront au travers et la lame de l’épée du guerrier restera presque inefficace pour fendre la cuirasse de l’adversaire et « tailler en pièce » l’ennemi, car « S’il a émoussé le fer, et s’il n’en a pas aiguisé le tranchant, il devra redoubler de force; » (Ecclésiatse 10:10)

Également, un des objectifs majeurs de la Torah est de nous apprendre à relier le monde spirituel avec le monde matériel.

Nous devons savoir que l’armée de Dieu est capable de raffiner le monde matériel lui-même par l’accomplissement des mitsvoth (commandements) ainsi qu’il est dit : « tout est sanctifié par la parole de Dieu et la prière » (1 Timothé 4.5). **(Voir note importante en fin d’étude).

Cela signifie très clairement que notre étude de la Torah en vue de l’accomplir aura la possibilité de sanctifier tous les aspects de notre monde.

Il est ainsi nécessaire que les Juifs et les croyants des nations greffés à Israël par la foi en Yéshoua (Jésus), soient effectivement comptés et donc clairement perçus par le monde matériel.

C’est pourquoi il est écrit dans la Paracha Bamidbar lue à Chavouot : « Faites le dénombrement de toute l’assemblée des enfants d’Israël » (Nombres 1:2)

Ils peuvent dès lors exercer un véritable impact spirituel sur le monde en tant qu’entité. Ceci explique aussi le lien qu’il y a entre la Paracha Bamidbar et la fête de Shavouot (Pentecôte).

Parce qu’ils furent effectivement comptés et leur importance ainsi révélée de manière tangible, les enfants d’IsraëlTorah psuames furent à leur tour aptes à sanctifier le monde entier par leurs études de la Torah et l’accomplissement de ses préceptes, transformant le monde en résidence pour Dieu, ce qui constitue un des buts ultimes du don de la Torah.

C’est pourquoi il est écrit que là ou 2 ou 3 disciples véritables sont réunis au nom du Dieu d’Israël et de son Messie, sa présence règne ainsi que le Mashia’h (Messie) le déclare : « là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux. » (Matthieu 18.20)

Par le don de la Torah, les enfants de Dieu deviennent exceptionnels et distincts selon qu’il est dit :

« Maintenant donc, si vous obéissez à ma voix et si vous gardez mon alliance, vous serez aussi, d’entre tous les peuples, mon plus précieux joyau, car toute la terre est à moi. Et vous me serez un royaume de sacrificateurs, et une nation sainte. » (Exode 19.6)

Ainsi que le confirme le prophète Malachie :

« Et ils seront à moi, mon trésor particulier, dit l’Éternel des armées, au jour que je ferai; et je les épargnerai comme un homme épargne son fils qui le sert. » (Malachie 3.17, Darby).

Lors du don de la Torah sur le mont Sinaï, les dix commandements furent entendus de la bouche même du Tout-Puissant.

Ce fait extraordinaire produisit un changement dans l’être même des enfants d’Israël qui impactera toutes les générations des familles d’Israël jusqu’à la fin des temps.

Quiconque décide d’obéir à Dieu en s’adonnant à la Torah reçoit des cieux le pouvoir de changer son intériorité même. Car la vraie force et la vraie royauté ne se trouvent que chez celui qui est capable de dominer sa nature et de ne pas céder à ses passions charnelles. Ceci ne s’obtient que par l’observation, avec foi et amour, de la Torah de l’Éternel.

Le roi Salomon, un des plus grands sages de l’Humanité que la terre ait jamais porté, le déclare :

« La conclusion de tout le discours, écoutons-la : Crains Dieu et observe Ses commandements ; car c’est là tout l’homme… »

Les sages d’Israël, de mémoire bénie (Hazal), commentent :

Que signifie : « Car c’est là tout l’homme. » ?

Tout l’univers n’a été créé que dans ce but.

Lequel ? Tous les éléments de l’univers : le minéral, le végétal, l’animal ; en Asie, en Afrique, en Amérique ou en Europe… n’ont été créés que pour l’homme qui s’adonne à la Torah et craint Dieu (HaShem) !

Et qui est l’homme par excellence, le modèle parfait de crainte et de vertu, dont toutes les fibres de l’âme sont trempées dans l’eau de la Torah ?

Le Messie d’Israël, ainsi qu’il est dit de Lui  :

« La loi (Torah) de son Dieu est dans son coeur [c’est pourquoi] ses pas ne chancelleront point. » (Psaumes 37.31)

« Car c’est en lui qu’ont été créées toutes choses dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, soit les trônes, soit les dominations, soit les principautés, soit les puissances. Tout a été créé par lui et pour lui. » (Colossiens 1.16)

« C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. » (Romains 11.36)

Et encore :

« L’Esprit de l’Éternel reposera sur lui: Esprit de sagesse et d’intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l’Éternel. » (Esaïe 11.2).

Suivons donc notre Maître en sondant et en pratiquant la Torah de Dieu dans le respect, la crainte et le bonheur d’avoir ce privilège extraordinaire d’étudier le livre du Seigneur de l’Univers.

Dieu veut offrir à ses enfants d’appréhender en douceur la pratique des commandements et ne pas les leur faire vivre comme un joug insupportable.

La véritable liberté que L’Éternel donne consiste à libérer Ses enfants des caprices du coeur et du mauvais penchant, du péché et des pièges de Satan. Il n’est possible de parvenir à cet état de liberté qu’en écoutant et en mettant en pratique la Torah d’HaShem (Dieu).

Seulement ainsi nous pourrons être « comptés » par Dieu et faire véritablement partie de l’armée du Mashia’h (Messie) selon que Yéshoua le déclare :

« Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu [Torah], et qui la mettent en pratique. » (Luc 8.21)

Si nous sommes les enfants d’Abraham par la foi, n’oublions pas qu’il est dit de lui : « Je l’ai choisi, afin qu’il ordonne àPieux ses fils et à sa maison après lui de garder la voie de l’Éternel, en pratiquant la droiture et la justice » (Genèse 18.19).

Et où trouve-t-on la voie de l’Éternel, ce qui est droit et juste ? Dans la Torah de Dieu et dans l’enseignement du Messie qui confirme et révèle toute la profondeur de la Torah.

C’est pourquoi allusivement, Salomon parle de la Torah en ces termes  : « Tes lèvres distillent le miel, ma fiancée; Il y a sous ta langue du miel et du lait » (Cantiques 4:11)

Après ces quelques considérations, nous comprenons mieux pourquoi la fête de Shavouot est à ce point exceptionnelle.

Un traité du Rabbi de Loubavitch enseigne de belles choses sur la fête de Shavouot :

« Le don de la Torah introduit une réelle nouveauté : la connaissance vient directement de la Révélation divine. Ce jour-là, sur le mont Sinaï ; pour la première fois, Dieu s’adresse aux hommes et l’univers entend sa voix.

Plus encore, son essence pénètre la matière même et cela transforme profondément le sens même des choses. Car recevoir l’enseignement et les commandements de Dieu donne une puissance nouvelle à l’action. À partir de cet instant, les actes des hommes ont une véritable influence sur le monde. Ils ont la capacité de le changer, de le spiritualiser et, ainsi, de sanctifier le nom de Dieu. »

C’est là ce que la bouche du Messie a déclaré : « que Ton Nom soit sanctifié et que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » (Matthieu 6).)

Le traité de Loubavitch continue :

« La fête de la Pentecôte représente donc aussi ce rappel immense d’un privilège attribué aux enfants de Dieu : nous lier à l’éternité de Dieu par l’éternité de la Torah, pour toujours.

[ndlr : C’est cette Torah qui a été faite chair, pleine de grâce et de Vérité au travers du Messie Yéshoua selon qu’il est dit : « et la parole a été faite chair, et nous avons contemplé sa gloire » (Jean 1.14), d’où l’importance de considérer, de respecter et d’observer la Torah de Dieu, sans quoi nous marcherons dans l’incohérence et la contradiction.]

Lorsque Dieu proclama les dix commandements, le Midrash (enseignement de Torah, voir glossaire) apporte des précisions.

Le midrash nous dit qu’en cet instant solennel, le monde entier fit silence, et que la voix divine vint des quatre points cardinaux, du haut et du bas, attestant ainsi de l’omniprésence de Dieu.

La voix de Dieu fut tellement puissante qu’il n’y eut aucun écho. Effectivement si un son rencontre une paroi dure, celle-ci le renvoi produisant ainsi l’effet d’écho.

Mais la voix de Dieu fut tellement puissante que les parois mêmes des rochers ne pouvaient renvoyer aucun son :

La voix de Dieu qui donne la Torah ne fut pas repoussée par la roche, elle la pénétra. Et ainsi nous apprenons que le spirituel peut pénétrer la matière et l’élever.

À présent peut commencer le travail des hommes qui spiritualisent le monde. » (Traité chavouot « pour vivre toute l’année » créée par Beth Loubavitch).

Notons au passage que c’est exactement ce que le Sauveur demande à ses disciples :

« Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée; et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.

Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes oeuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. » (Matthieu 5.14-16).

Et le prophète Ésaïe nous rappelle ce qu’est cette « Lumière » dont parle Yéshoua :

« Mon peuple, sois attentif ! Ma nation, prête-moi l’oreille ! Car la loi (Torah) sortira de moi, Et j’établirai ma loi pour être la lumière des peuples. » (Esaïe 51.4).

Yéshoua, en déclarant « Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde » (Jean 16.28), affirme qu’il est véritablement la Torah de Dieu faite chaire.

La Loi et Le Messie sont indissociables : tous deux sortent du père et tous deux sont appelés « Lumière ».

Conclusion à la fois logique et spirituelle : Les enfants de lumière sont donc ceux qui écoutent la Torah de Dieu et la mettent en pratique victorieusement par la foi dans le Messie d’Israël (Luc 8.21).

C’est ainsi que les enfants de Dieu – en répandant la véritable lumière de la Torah du Saint béni soit-Il, seule capable de sanctifier le corps, l’âme, l’esprit, mais aussi le temps, l’espace et la matière**(voir note importante en fin d’étude) – deviendront de fidèles combattants dans l’armée du « Fort d’Israël ».

L’humilité de Chavouot

goodly-tents-of-jacobIl est connu que La Torah fut donnée dans le désert pour nous enseigner l’humilité. Il est bon d’y revenir.

En effet le désert est un espace vide où seule l’intériorité des choses et des êtres peut se révéler, puisqu’à l’extérieur il n’y a rien !

Le peuple d’Israël fut choisi parce qu’il était le plus petit (parmi d’autres raisons bien entendu !)

Il eut le mérite de recevoir la Torah en utilisant le mot de passe : « Naassé vé nichma ! » qui signifie « Nous ferons et nous comprendrons ensuite » (Exode 24.7), annulant ainsi son égo face à Dieu et se soumettant entièrement à sa volonté.

Les Sages d’Israël expliquent longuement combien ces paroles et cette attitude de coeur plurent à l’Éternel.

Dans son livre « Les portes du repentir », le Rabbi Yona de Gérone précise au sujet de ce verset d’Exode 24.7 :

« Il est dit : « nous accomplirons et nous comprendrons ». Voici comment comprendre cette idée : quiconque décidé sincèrement d’agir conformément à la Torah qui lui sera enseigné et selon le jugement que les juges rendront, acquiert, dès le jour de sa décision, la récompense pour tous les préceptes de la Torah qu’il a entendus et compris, ainsi que pour tout ce qu’il n’a pas encore appris ;

il est considéré comme un juste et a acquis un mérite tant pour les concepts qui lui sont révélés que pour ceux qui lui sont cachés (Ndlr : effectivement, c’est ainsi qu’agissaient par exemple Elisabteh et Zacharie, Ils suivaient la Torah de Dieu, c’est pourquoi la parole témoigne qu’ils étaient juste devant Dieu comme il est dit: « Tous deux étaient justes devant Dieu » (Luc 1.6)).

Par la suite, il devra quotidiennement rechercher et fréquenter ceux qui le réprimandent et apprendre de tous ceux susceptibles de lui apporter un enseignement. On peut considérer alors que les actions de cet homme surpassent sa sagesse, car il reçoit une récompense même pour les choses qu’il ignore.  »

Nous savons aussi que Dieu désigna le Mont-Sinaï pour donner la Torah, le mont le plus bas de tous.

Ainsi, nous voyons ce que Dieu attend prioritairement de nous : l’humilité. Se rapetisser, s’effacer, s’annuler… Et faire place à l’Autre (Dieu) et aux autres…

Il est intéressant de noter que Moïse, bien qu’il eut de nombreuses qualités, ne fut loué que pour son humilité comme il est dit : « Or, Moïse était un homme fort humble, plus qu’aucun homme qui soit sur la terre. » (Nombres 12:3)

C’est précisément ce qu’enseigne le vrai Messie d’Israël : « Heureux les pauvres en esprit; car le royaume des cieux est à eux. » (Matthieu 15:3).

« Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple. » (Luc 14.33)

mais aussi :

« Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. » (Marc 8.34)

Enfin, en recevant la Torah dans le désert, les enfants d’Israël ont eu tout le temps et le repos de l’Esprit requis pour s’imprégner de la sagesse d’en Haut et graver dans leur coeur les enseignements de l’Éternel.

Ainsi, dans notre parcours, surtout lorsque nous avons été imprégnés de beaucoup d’idéologies mensongères et erronées, de faux enseignements, de fausses doctrines, d’habitudes et de moeurs perverses, etc.,  il est d’autant plus important de passer par des temps de « désert » afin de recevoir la véritable saine doctrine, c’est-à-dire la Torah ainsi qu’il est dit dans la Haftara (section des prophètes) de la Paracha Bamidbar :

« C’est pourquoi voici, je veux l’attirer et la conduire au désert, et je parlerai à son coeur. » (Osée 2.14).

N’ayons pas peur d’être conduits au désert afin de recevoir la Torah dans nos coeurs, d’être enseignés par le Ciel et Dieu nous transformera par son Esprit.

Le Sauveur du monde lui-même n’a-t-il pas été conduit 40 jours dans le désert et n’a-t-il pas vaincu le Diable en utilisant le glaive la Torah alors que le serpent tentait insidieusement de la lui faire transgresser ?

Devenir un expert dans l’art du combat spirituel

C’est l’endroit et le moment parfaits pour rapporter quelques paroles vivifiantes du Rabbi Nathan, disciple du Rabbi Na’hman de Breslev.

Il nous explique ce que signifie être « apte au service ».

Comprend que tout celui qui veut parvenir au repentir et servir L’Éternel doit disposer de deux compétences : celle « d’aller et de revenir », c’est-à-dire être capable de s’élever, mais savoir également affronter la descente voir la chute, comme il est écrit dans le psaume 139:8 : « Si je monte aux cieux, tu y es; Si je me couche au séjour des morts, t’y voilà. »

 

La simple explication, c’est que celui qui souhaite arpenter les routes du repentir [qui mène vers la montagne sainte de l’Éternel comme il est dit : « qui séjournera sur ta montagne sainte »], celui-là devra ceindre ses reins et se renforcer sans répit dans les voies de l’Éternel béni soit-Il, que ce soit lors d’une montée ou lors d’une chute, comme dans le verset précité ;

 

C’est-à-dire que, lorsqu’il atteindra une certaine élévation, un certain niveau spirituel, qu’il ne s’attarde pas là-bas, qu’il ne se contente pas de cela, qu’il sache parfaitement et soit convaincu, que cela n’est qu’une étape, qu’il doit grimper encore davantage ; c’est cela être compétent dans la montée, de l’ordre de « si j’escalade les cieux, tu es là ».

 

Pareillement, à l’inverse, s’il chute, Dieu préserve, là où il tombe, même au plus profond de l’enfer, que l’individu ne se décourage pas, jamais ; qu’il persiste à chercher, à implorer l’Éternel béni soit-il, se renforçant en toute chose, par tous les moyens, car même là-bas l’Éternel béni soit-Il est présent, et là-bas aussi on peut se coller à Lui béni soit-Il ; c’est l’aspect du verset « en enfer, te voici » : c’est la démarche à adopter lors d’une descente.

 

C’est donc la raison pour laquelle chaque individu doit devenir expert au combat et maîtriser ces deux compétences (la montée et la descente).

Il est écrit dans le Cantique des cantiques 3:8 : 7 : « Voici la litière de Salomon, Et autour d’elle soixante vaillants hommes, Des plus vaillants d’Israël. 8 Tous sont armés de l’épée, Sont exercés au combat; Chacun porte l’épée sur sa hanche, En vue des alarmes nocturnes. »

À ce sujet, Rabbi Nathan explique :

Ceci fait référence aux 60 myriades d’âmes israélites qui entouraient le Tabernacle pour recevoir la Torah.

 

Chaque israélite qui souhaite s’inclure dans l’armée de l’Éternel doit porter le glaive et se perfectionner dans l’art du combat, de l’ordre de « expert dans la montée [spirituelle], et expert dans la descente [spirituelle] ».

 

Car c’est une guerre implacable, qui exige un apprentissage rigoureux et incessant.

De là, nous comprenons pourquoi il faudra travailler à nous rendre, « par amour, serviteurs les uns des autres » (Galates 5:13), étudier et mettre en pratique la très sainte Torah afin d’acquérir l’expertise dans le combat d’HaShem (D.ieu) et devenir « expert dans la montée [spirituelle], et expert dans la descente [spirituelle] ».

Coeur electrocardiogramme d'un homme de foi qui tombe et se releveC’est ici la sagesse de Dieu dissimulée dans un secret de l’électrocardiogramme :

La représentation graphique de l’activité électrique d’un cœur vivant doit présenter un tracé dit « sinusal ».

Le tracé de cette courbe est fait de haut et de bas et nous indique, par allusion, que celui qui est réellement vivant tombe mais toujours il se relève comme il est dit : « Car sept fois le juste tombe, et il se relève. » (Proverbes 24:16).

La suite du verset indique le péril dans lequel se trouve le transgresseur :

« Mais les méchants sont précipités dans le malheur. » : ceci en référence au tracé plat de de l’électrocardiogramme. C’est là ce que disent les maîtres d’Israël, à la suite du Messie Yéshoua : « Les impies sont appelés morts de leur vivant. » (Cf. Matthieu 8:22). Et c’est pourquoi, une seule chute peut leur être fatale et les conduire à la mort éternelle tandis que le juste tombe 7 fois mais par sa foi, Dieu le relève et il se renforce dans les voies du Saint béni soit-Il comme il est dit : « Ils reprennent de nouvelles forces. Les ailes leur reviennent comme aux aigles. » (Ésaïe 40:31)

Rabbi Nathan nous rappelle ensuite combien la Torah et Ses saintes prescriptions sont précieuses dans ce travail :

Or pour devenir expert dans l’art du combat et acquérir cette compétence dans la montée ou dans la chute spirituelle, l’ensemble du contenu de la Torah est requis ; toutes les règles, tous les usages, propres à chacun des commandements : tout est nécessaire ; car l’ange du mal s’agite et se démène au quotidien, disposant ses ruses innombrables comme l’on dit nos maîtres dans le traité Soukka 52:1.

 

Il nous faut donc toutes les sortes de mets et de saveurs de la sainte Torah, pour ressusciter les âmes affaiblies et épuisées, qui ont chuté et dévié de la sainteté parfaite comme il est écrit dans le psaume 119:176 : « je me suis égaré comme un agneau perdu, etc., » ».

 

C’est donc un devoir de raffermir de telles âmes, de les rapprocher et de les revigorer par toutes sortes de délices de notre sainte Torah.

 

En effet on se renforcera parfois grâce à telle loi, puis grâce à telle autre. Car toutes les lois de la sainte Torah viennent ressusciter et fortifier l’âme, afin qu’elle ne chute pas davantage.

 

Chaque règle particulière ou loi pratique, pour tous les préceptes et lois de notre sainte Torah, détient une force propre à raviver l’âme et l’esprit de l’individu, comme il est écrit en proverbes 4:13 : « car elle est ta vie, etc. », et aussi dans le Psaume 119:92 : « si ta loi n’avait pas fait mes délices, j’aurais déjà sombré dans la misère ».

 

En étudiant et en apprenant les règles prescrites et tranchées, on trie et on extrait le bien du mal ; dès lors ce dernier n’a plus la force de faire trébucher l’individu, et on mérite ainsi de rester ferme et déterminé sur nos positions.

 

Il faut également beaucoup étudier les niveaux de vérité qui traitent des voies du service divin pour y acquérir une solide compétence, car « elle est plus étendue que la terre, plus vaste que l’océan » (Job 11:9).

 

C’est la raison pour laquelle Israël tout entier cheminait dans le désert autour du Tabernacle Divin avec la Torah en son centre. » (inspiré du Likoutey Halakhot).

Conclusion

Pour clôturer ce Chiour (Cours, enseignement en hébreu), il est bon de rappeler que la fête de Chavouot nous parle aussi d’un accomplissement prophétique majeur :

Par la foi dans le Messie d’Israël, l’Esprit Saint est désormais répandu dans le coeur de quiconque croit, juifs et non-juifs, donnant à chacun la force de suivre progressivement la Torah avec Grâce et Vérité et de vaincre son propre Yetser Hara (mauvais penchant).

En effet, après la résurrection du Messie d’Israël, les disciples étaient réunis ensemble pour la fête de Shavouot (fête qu’ils observaient tous, fidèlement à la Torah de Dieu) et alors se produisit ce que le prophète Jérémie a annoncé :

Le Souffle sacré de Dieu se répandit sur eux et commença à graver la Torah de Vie dans leur coeur ainsi qu’il est dit:

« Il arrivera dans les derniers jours, dit Dieu, que je répandrai de mon Esprit sur toute chair, vos fils et vos filles prophétiseront; vos jeunes gens auront des visions, et vos vieillards auront des songes. » (Actes 2:17,citant Joël 3)

Et encore :

« Je mettrai ma loi au-dedans d’eux, et je l’écrirai dans leur coeur; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. » (Jérémie 31.33).

C’est ici un coup fatal donné à la doctrine « anti loi de Moïse » qui existe encore dans une partie du monde croyant : non seulement l’Esprit de Dieu nous conduit à observer Sa loi, mais plus encore, il la grave progressivement dans nos coeurs.

L’Esprit de Dieu ne saurait graver l’abolition de Sa Sainte Torah et du plus petit de Ses propres commandements… Ou alors, cet esprit n’est pas celui de Dieu, mais du serpent, connu pour être un éternel et farouche opposant à la loi divine.

En vérité, quiconque enseigne à abolir la loi de Dieu ou abolit lui-même le plus petit des commandements de Dieu en enseignant à faire de même, est conduit à ce moment précis par un autre esprit.

Le véritable Rouah Hakodesh (Esprit Saint) grave la Torah dans le coeur du disciple, lui donne envie d’y conformer sa vie. C’est ici l’action du véritable Saint-Esprit de Dieu.

Du haut du mont Sinaï, nous pourrions presque entendre Dieu proclamer cet accomplissement prophétique majeur :

« Je mettrai mon Esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois. » (Ezéchel 36.27)

Il convient d’insister : C’est ici l’action de l’Esprit véritable que nous montre la Bible : « je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois. » (Ezéchel 36.27)

La conclusion est sans appel : tout croyant qui déclare toute ou partie de la loi de Dieu morte, inutile, vaine, dépassée, caduc et abolie (prescriptions alimentaires, shabbat, fêtes de l’Éternel, etc.), au moment précis où ils enseignent ces choses, il est nécessairement conduit par un autre esprit que celui de Dieu.

En voyant les croyants de Corinthe accepter parmi eux un tel esprit contraire à l’Écriture, Paul n’hésitera pas à les admonester avec amour :

« Si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien » (2 corinthiens 11.4).

Mes amis, revenons à l’entièreté de la parole de l’Éternel et à la véritable Pentecôte du Dieu des armées.

À sa modeste échelle, ce site web désire aider ceux qui se sentent interpellés et désirent réformer leur voie.

Il est certain que Dieu a réellement visité quantité de croyants des nations qui ont placé leur foi en Yéshoua (Jésus), et leur a montré l’étendue de sa puissance et de sa bonté. N’en doutons pas.

Mais si un croyant lit ces lignes et que ces choses lui paraissent nouvelles, peut-être que le Dieu des cieux l’interpelle et l’invite à croître encore et encore dans la Vérité et la sanctification.

Sur les 7 églises de l’apocalypse, 5 avaient besoin de repentance de peur d’être trouvé dévêtu et indigne lors du prochain repas de noces de l’agneau et du jugement de ce monde…

Que le Dieu Saint et redoutable nous donne de rester fidèle à toute Sa Parole, avec grâce et vérité au travers de la foi dans son Glorieux Messie. Que du Ciel, le Seigneur nous envoie la force de vivre et de mettre en pratique cette étude afin d’être de fidèles disciples et guerriers du Ciel, « aptes au service » et « forts dans les combats », dans les ascensions comme dans les chutes. Amen vé amen.

**NOTE IMPORTANTE :

Paul dira : « tout est sanctifié par la parole de Dieu et la prière » (1 Timothé 4.5).

Dans ce verset, lorsqu’un juif tel que Paul utilise l’expression « tout est sanctifié par la parole », il fait évidemment référence à la Torah de Dieu qui opère une réelle sanctification de ce monde-ci dès lors que ses commandements sont accomplis avec foi ainsi qu’il est dit :

« Vous serez saints pour moi, car je suis saint, moi, l’Éternel; et je vous ai séparés des peuples, afin que vous soyez à moi. » (Lévitique 20.26) et encore : « Vous vous souviendrez ainsi de mes commandements, vous les mettrez en pratique, et vous serez saints pour votre Dieu. » (Nombres 15.40).

Effectivement, obéir à Dieu dans toutes Ses prescriptions permet véritablement de sanctifier le temps, l’espace et la matière. C’est ainsi que non seulement son être (corps, âme et esprit), mais aussi et surtout le Nom de Dieu, se verront sanctifiés.

En effet, nous voyons clairement que la parole de Dieu sanctifie le temps, l’espace et la matière :

Le temps : par les fêtes de l’Éternel et le Shabbat du 7e jour ainsi qu’il est dit : « l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié. » et encore : « Vous observerez le Shabbat, car il sera pour vous une chose sainte. » (Exode 31.14) et aussi : « Telles sont les fêtes de l’Éternel, les saintes convocations, que vous publierez » lévitique 23.37

L’espace : la terre d’Israël est le lieu par excellence que la parole de Dieu sanctifie au-dessus de tout autre lieu : « L’Éternel possédera Juda comme sa part Dans la terre sainte, Et il choisira encore Jérusalem. » (Zacharie 2.12)

La matière, par exemple avec les prescriptions alimentaires :

« Celui qui mangera du sang d’une espèce quelconque, celui-là sera retranché de son peuple. » (Lévitique 7.27, Actes 15).

Mais aussi :

« Telle est la loi touchant les animaux, les oiseaux, tous les êtres vivants qui se meuvent dans les eaux, et tous les êtres qui rampent sur la terre, afin que vous distinguiez ce qui est impur et ce qui est pur, l’animal qui se mange et l’animal qui ne se mange pas (…) Car je suis l’Éternel, votre Dieu; vous vous sanctifierez, et vous serez saints, car je suis saint; » (Lévitique 11)

Et encore :

« Vous observerez la distinction entre les animaux purs et impurs, entre les oiseaux purs et impurs, afin de ne pas rendre vos personnes abominables par des animaux, par des oiseaux, par tous les reptiles de la terre, que je vous ai appris à distinguer comme impurs. »

« Ne vous rendez point impurs par eux, ne vous souillez point par eux. » (Lévitique 20.25, lévitiques 11.43)

Précisons au passage que les prescriptions alimentaires ne sont absolument pas données dans un but hygiénique. Comme chacun des commandements de Dieu, les lois alimentaires sont avant tout des lois spirituelles affectant l’âme positivement ou négativement selon qu’on les observe ou pas.

Ceci est bien connu des juifs depuis des millénaires et c’est pourquoi le rabbi Paul, élevé au pied de Gamaliel, dira : « La loi est spirituelle » (Romains 7.14).

C’est aussi pourquoi Pierre, en tant que fidèle observateur de la Torah de Dieu, aura soin de rappeler aux disciples dans sa lettre : « Puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans TOUTE votre conduite, selon qu’il est écrit : Vous serez saints, car je suis saint. » (1 Pierre 1.15)

Paul, parce qu’il était attaché a La Torah et l’observait de tout son cœur au travers de la foi dans le Messie Yéshoua, dira aussi : « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur le Messie Yeshoua ! ».

La Torah définit et indique ce qu’est la véritable sanctification selon Dieu, sanctification qui concerne aussi bien le monde spirituel que le monde matériel ainsi que notre être tout entier, corps, âme et esprit.

La Torah de Dieu nous aide à distinguer ce qui est saint et ce qui ne l’est pas, ce qui est pur et ce qui est impur, elle sanctifie l’esprit, l’âme, mais aussi le corps.

On comprend maintenant l’erreur de ceux qui sont capables de brandir une côte de porc et d’affirmer : « désormais : tout est sanctifié par la parole, nous pouvons manger de tout ».

Mais en vérité, comme nous l’avons vu, lorsque Paul déclare que « tout est sanctifié par la parole », il faisait ici référence à ce que Dieu dit lui-même : l’Écriture (parole de Dieu) est la vérité, c’est elle qui sanctifie notre corps, l’espace et le temps lorsque nous la mettons en pratique de tout notre coeur, car elle nous montre justement ce qui est saint et ce qui est profane et impur. C’est pour cela que le Messie Yéshoua priera HaShem(Dieu) et dira :

« Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité. » (Jean 17.17)

Mais plusieurs, n’ayant ni la compréhension des Saintes Lettres de Dieu, ni la pensée juive, tordent le sens de plusieurs versets des Écritures et du « Nouveau Testament ». Ceci provient notamment de cette dramatique scission d’avec le peuple d’Israël qui fut initiée par Constantin au 4e siècle comme cela est connu des historiens et des théologiens.

C’est au sujet de ceux qui s’entêtent dans leur erreur et leur impureté qu’il est dit :

« Il est une race qui se croit pure, Et qui n’est pas lavée de sa souillure. » (Proverbes 30.12).

Plusieurs utilisent le verset de Paul – « tout est sanctifié par la parole de Dieu et la prière » (1 Timothé 4.5) – et en font une formule magique qui sanctifierait tout et n’importe quoi dès lors qu’une prière est faite sur un aliment, ce qui est aussi éloigné de la vérité que l’orient est éloigné de l’occident.

C’est au sujet de telles personnes que Yéshoua (Jésus) dira : « Vous êtes dans l’erreur, parce que vous n’entendez pas les Écritures ni quelle est la puissance de Dieu. » (Matthieu 22:29)

Ainsi, à cause de cette coupure d’avec le monde juif et à cause de la dramatique et fausse doctrine de « l’abolition de la loi de Dieu », beaucoup de croyants non-juifs sincères ont changé ou abolis beaucoup de lois de Dieu en les interprétant de manière erronée, et se faisant, ils ont transformé ce qui est profane et impur en chose sainte.

Il est dit à ce sujet :

« Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume ! » (Esaïe 5.20).

Il n’est donc pas étonnant de voir tant de souffrances et de scandales dans une partie du monde croyant : chaque loi de l’Éternel est spirituelle et possède un impact spirituel : de la cacherout (prescriptions alimentaires, sang, etc.) au shabbat, en passant par les fêtes de Dieu et les devoirs du cœur vis-à-vis de notre prochain, tout est important et précieux pour la croissance spirituelle et la sanctification.

Négliger le plus petit des commandements conduit dans le chemin de l’Apostasie et de l’aveuglement spirituel et les conséquences se feront tôt ou tard ressentir dans ce monde matériel. C’est pourquoi beaucoup de croyants sont en souffrance spirituelle, car privés des nombreux bienfaits que la loi divine serait pourtant en mesure de leur accorder, s’ils s’y conformaient avec foi et vérité devant Dieu.

Bien heureusement, Dieu est bon et puissant pour pardonner tous ceux qui avouent leurs fautes et les délaissent (proverbes 28:13). Car, comme le dit David : « Grande est Sa miséricorde, elle dure à jamais ». Mais « Celui qui cache ses transgressions, ne prospérera point; » Ainsi, par une vraie et profonde repentance individuelle et mieux encore, collective, bien des âmes seront préservées de la fosse. Qu’il en soit ainsi. Amen et gloire au Créateur.

Une étude de Thomas, avec les commentaires du livre « La Paracha Leket Eliaou, compilation de commentaires et d’histoires » ainsi que des extraits du fascicule « la Sidra de la semaine » et des fascicules « Beth Loubavitch ».

Note : Si vous ne connaissez pas ou peu les fêtes de L'Éternel, que vous ne savez pas comment les observer, si vous aimeriez  comprendre plus en profondeur ces fêtes bénies du Ciel et les mettre en pratique dans une dimension conforme et fidèle à l'Évangile, voici quelques recommandations.

Avant tout, n'oubliez jamais : ce que Dieu désire surtout, c'est le coeur. Faites de votre mieux : si votre coeur est sincère et bien disposé, Dieu le verra, Il vous conduira et vous donnera la volonté de découvrir Ses fêtes dans leurs enseignements comme dans leur pratique tout en vous enveloppant de Sa miséricorde, et l'année prochaine vous ferez mieux.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur les fêtes de l'Éternel, les étudier, découvrir leur sens profond et les mettre en pratique selon l'enseignement des Sages d'Israël et du Messie Yéshoua (Jésus), l'Éternel nous a fait la grâce de disposer de nombreuses ressources à ce sujet (articles, vidéos, cursus d'études, etc.,).

👉 Cliquez ici pour rester informé :

▼ Réagissez à cet article en laissant un commentaire ! ▼

  • Note importante relative aux articles et vidéos faisant intervenir à la fois des juifs, des rabbins, des chrétiens et des pasteurs : Si vous avez une interrogation ou une incompréhension à ce sujet, nous vous renvoyons au volet concerné qui explique en détail notre position. Cliquez ici : F.A.Q - Rencontrer Dieu
  • Note sur les commentaires sur ce site et ailleurs (YouTube, etc.) : les commentaires ne sont publiés que s'ils sont conformes à La Politique De Modération du site : Lire la politique de modération

Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète des contenus de ce site web, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

▼ Réagissez à cet article en laissant un commentaire ! ▼

Dernière vidéo publiée :

Esaü & Edom : Un code biblique pour désigner Rome, l’Europe, la chrétienté et le monde occidental ?
Esaü & Edom : Un code biblique pour désigner Rome, l’Europe, la chrétienté et le monde occidental ?
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Derniers articles de la zone « Blog » (billets d’humeurs, actus, etc.) :

Guerre d’Israël 5784 – Communiqué 04 : le monde entier est pire qu’un cactus, il est ‘Hamas
Guerre d’Israël 5784 – Communiqué 03 : Le retour du Djihadisme de la mort, une menace mondiale ?
Guerre d’Israël 5784 – Communiqué 01 : Appel à la mobilisation des coeurs
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Rejoindre le canal WhatsApp du site RencontrerDieu :

Dates et horaires de la fête ou du jeûne du moment (en cours ou à venir prochainement) :

Jeûne d’Esther

Entrée le Jeudi 21 Mars 2024 à 05:16 (PARIS)
Sortie le Jeudi 21 Mars 2024 à 19:44

Fête de Pourim

Dimanche 24 Mars 2024

Dernier article écrit publié :

Comment observer les 613 commandements de la Loi de Moïse ? Est-ce possible ? Preuves scripturaires et sagesse des sages.
Comment observer les 613 commandements de la Loi de Moïse ? Est-ce possible ? Preuves scripturaires et sagesse des sages.
Shadow

Découvrez notre Plateforme d'Étude de la Torah :

Pour les convertis à Dieu qui veulent aller plus loin et étudier en profondeur la Torah d'Israël à la lumière de l'Alliance Renouvelée.


Pépite de vérité à la une actuellement :

protection dieu contre covid vaccin et complots

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

9 Commentaires

  1. GINETTE

    Plus je crois savoir, plus j’apprend , merci ginette

    Réponse
  2. frédérick

    « Dès que Tes Paroles me parvenaient, je les dévorais; oui, Ta Parole était mon délice et la joie de mon coeur, car ton nom est associé au mien, ô Eternel, Dieu-Tsébaot. » (Jérémie 15.16).
    Oui Père Éternel je dévore tes vérités chaque fois que tu me les fait connaître!

    Réponse
  3. BARBOT MORI7

    Toda raba, l’Esprit de Vérité m’a convaincu, je fais suivre pour en Réveiller d autres.
    Que notre Hachem vous Garde et vous Fortifie.
    shalomori7

    Réponse
  4. maribe

    Incroyable et honteux cette histoire sur le pasteur et quelques-uns de ses fidèles qui ont élevé un plateau de Sang de porc(Boudin noir) aux yeux de tous
    qu ils se repentent et que Dieu leur pardonne

    Réponse
  5. cabald xavier

    Merci tres instructif, je comprend mieux pourquoi spirituelement je rame

    Réponse
  6. michel

    veillez m’inscrire a vos enseignement et me les faire parvenir excellent merci

    Réponse
    • Tom Admin

      C’est chose faite, cher Michel !

      Réponse
  7. Marie Beauchesne

    Shalom,

    Étude magnifique, qui regorge de vérité…
    Soyez béni car vous annoncez la vérité entière d’Élohim,

    Marie, Québec, Canada

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tweetez
Partagez
Enregistrer