Dernière mise à jour : 31 Août 2022

Est-ce que le Talmud insulte et dénigre vraiment Yéshoua (Jésus) ? Une réponse simple mais précieuse pour la paix.

par | Mai 18, 2022 | 5 commentaires

Il existe un trouble fâcheux répandu parmi les croyants des nations, notamment chez un certain nombre de chrétiens : selon plusieurs, le Talmud dénigrerait ouvertement Yéshoua (Jésus), en le décrivant d’une façon peu honorable et assurément bien loin du portrait que nous proposent les Évangiles.

Tant que ce trouble ne sera pas dissipé, il est évident qu’une crispation et une rivalité malheureuse demeureront entre de nombreux juifs et chrétiens, notamment lorsque la question des Sages d’Israël et du Talmud se verra abordée.

Cet article, loin d’être exhaustif, explore la question et vise à apporter une brève réponse sourcée que l’artisan de paix et les « ouvrieravec Dieu » sauront, nous en sommes certains, saisir et retenir précieusement.

Comme c’est souvent le cas, face à telles affirmations, nous observons plusieurs types de réactions :

Dans la communauté juive, certains véhiculeront ce type d’information sans mauvaise intention, à titre informatif pour leur communauté. D’autres la réfuteront (comme nous le verrons ici). A contrario, d’autres encore, en raison d’une théologie défensive hostile au christianisme, en profiteront pour jeter le discrédit sur le charpentier de Nazareth et projeter ainsi une ombre sur le portrait glorieux et messianique de Yéshoua (Jésus) dépeint dans les évangiles (dans cet article, nous en découvrirons quelques raisons).

De même, parmi les nations, plusieurs relaieront de telles déclaration dans le louable objectif et la noble intention d’avertir leurs semblables, pensant œuvrer ainsi pour le bien commun de leurs coreligionnaires.

Mais il n’en est pas ainsi de tous : plusieurs utiliseront ce sujet épineux comme une opportunité pour manifester leur hostilité envers les juifs et assouvir une haine refoulée ou avouée envers le peuple juif et envers ce que le peuple hébreu considère comme précieux : le Talmud.

En raison d’un sombre esprit de parti, ces personnes hostiles au judaïsme ne cherchent généralement pas d’explications et, sans trop de vérifications, vous les verrez très facilement ajouter foi aux divers éléments qui viendront conforter leur judéophobie. Ils font partie de cette « engeance de pécheurs » engagée dans la périlleuse et néfaste entreprise qui travaille à relever les soi-disant erreurs et autres prétendues nombreuses injures faites par le Talmud au sujet de Yéshoua (Jésus), des chrétiens et des goys (non juifs).

À la moindre brèche, ils s’y engouffrent avec entrain et à la moindre suspicion, à la moindre incompréhension, ils ouvrent large leur gosier pour faire un mauvais renom au peuple juif et rallier à leur cause d’innombrables chrétiens mal informés et crédules, qui tombent à leur tour dans les filets des jugements d’apparences « d’où naissent l’envie, les querelles, les calomnies, les mauvais soupçons, les vaines discussions d’hommes corrompus d’entendement, privés de la vérité » (1 Timothée 6:4) : que l’Eternel nous en préserve !

L’exemple de la prétendue mention méprisante de Yéshoua (Jésus) dans le Talmud est très représentatif de ce problème puisqu’il prend au piège de nombreux chrétiens ainsi que de nombreux juifs qui ne sont pas toujours correctement renseignés sur ce sujet.

Après une première lecture superficielle de certains passages, il semblerait effectivement que certains propos très négatifs soient tenus sur Yéshoua (Jésus) et les chrétiens.

Évidemment, si de telles injures existaient réellement, nous les rejetterions formellement, convaincu par la véracité des textes de l’Évangile.

Mais en vérité, il n’y a aucune preuve sérieuse pouvant établir que les jugements négatifs du Talmud au sujet d’un certain “Yeshou” soient destinés au véritable Yéshoua des Évangiles ; ce type de propos semble beaucoup plus relever d’une simple allégation comme nous allons le voir selon certains spécialistes de la question qui sont eux-mêmes des rabbins.

Analysons la réponse apportée par une personne compétente à ce sujet, à savoir le Rav Binyamin Wattenberg du site techouvot.org, lorsqu’un juif est venu lui poser la question suivante :

« Bonjour Rav. J’aurais voulu connaitre la VRAIE histoire (et non censurée comme la guemara le fait) de J.C ‘Yéshoua’ car elle m’est assez floue. Quand un goy vient nous interroger dessus, nous ne savons trop quoi lui répondre faute de connaissances à ce sujet.

 

Je sais que son Rav (Le Rav de Jésus) l’a « renvoyé » car il n’avait pas de yirat chamaïm (crainte du Ciel). Ce Rav aurait pu l’aider, pourquoi ne pas essayer de le comprendre ? »

Avant de lire la réponse du Rav, notons que cette question nous place précisément face à cette idée largement répandue dans la communauté juive au sujet d’un personnage nommé « Yeshoua », mentionné dans le Talmud, et amalgamé avec le Yéshoua des Évangiles.

Or, le lecteur habitué des Évangiles verra d’emblée que la description faite de ce personnage ne correspond en rien au Yéshoua des Évangiles qui, quant à lui, était reconnu pour sa grande crainte du Ciel et qui, selon l’avis de tous, était irréprochable dans sa piété et sa sainteté comme il est dit de lui : « saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs » (Hébreu 7:26) et encore : « Il [Jésus] fait tout à merveille; » (Marc 7:37)

Maintenant, lisons bien la réponse du Rav Binyamin Wattenberg, ci-dessous en bleu, elle vaut son pesant d’or pour la paix :

« Il est fort peu probable que le Yeshou[a] dont parle le Talmud corresponde au JC (Jésus-Christ des Évangiles) dont vous parlez.

 

Les textes ont été censurés, car ils prêtaient à confusion, mais selon de nombreux Rishonim (Maîtres d’Israël du 10e siècle), il ne s’agît pas du même personnage.

 

Ceux qui soutiennent qu’il ne s’agît pas du même Yéshoua ont en leur faveur une preuve difficilement contournable : le Yéshoua du Talmud était élève du Rabbin Yeoshoua Ben Pera’hia (Sanhédrin 107b et Sota 47a), or ce dernier vivait sans aucun doute au deuxième siècle av. J.-C..

 

Petit rappel : Hillel était élève de Shmaya et Avtalion qui étaient élèves de Shimon Ben Shéta’h et Yehouda ben Tabay qui eux-mêmes étaient élèves du maître de Yéshoua, Rabbi Yeoshoua Ben Pera’hia (voir la suite des maîtres à chaque génération des « Zougot » dans Avot chap.I ).

 

Or Hillel a été nommé Nassi 100 ans avant la destruction du second Temple (Shabbat 15a) et c’était donc 40 ans avant sa mort (Sifrei sur Vezot Abra’ha §16).

 

Hillel est donc mort 60 ans avant la destruction du Temple qui était approximativement entre l’an 68 et 70.

 

Hillel serait donc mort vers l’an 8 ou 10 (à un âge très avancé, voir Sifrei op cit), dès lors comment un Yeshou né 8 ou 10 ans avant le décès de Hillel l’ancien pourrait être l’élève du maître du maître de Hillel, un rabbin dont tous les élèves étaient déjà décédés (et probablement aussi les élèves des élèves dont le dernier était Hillel déjà centenaire) ?

 

Disons que pour que les dates correspondent il faudrait gommer quelques 150 ans au moins.

 

Impossible de dire que ce rabbi Yeoshoua ben Pera’hia vivait plus tard, des dizaines de dates se recoupent et indiquent toutes la même période, s’il fallait supposer une erreur à ce niveau, toute l’Histoire juive en serait révisée par la même occasion.

 

On ne peut pas retarder l’époque de ce rabbin sans changer plusieurs dates admises par tous les historiens du monde y compris par les hommes d’Église.

 

Il semble donc clair que le Yéshoua des Évangiles n’est pas le Yeshou du Talmud.

 

Quoi qu’il en soit, il en résulte que le Talmud ne dirait absolument rien sur JC, mais uniquement sur un homonyme qui l’a précédé d’un ou deux siècles.

 

Voilà ce que vous pouvez répondre à ceux qui vous questionnent. »

 

[…]

 

Par contre il y a des légendes nommées Toldot Yeshou qui relatent l’histoire de JC, ce « livre » [ndlr : qui n’est pas à amalgamer avec le Talmud] connait énormément de versions différentes, c’est un peu normal étant donné qu’il était toujours caché et ne pouvait être imprimé ou lu ouvertement durant tout le Moyen Âge …

 

On ne peut pas accorder à ces récits une quelconque autorité historique pour plusieurs raisons, mais ce sont des légendes (écrites par des juifs du Moyen Âge ou même un peu après) dont le dédain pour JC s’explique tout à fait quand on sait que la religion dont il est à l’origine a été la plus criminelle et meurtrière de l’histoire de l’humanité.

 

Aucune religion n’a -à ma connaissance- amené autant de mal et de souffrances sur terre que celle qui se targue d’être une religion de paix et s’affuble ridiculement du titre de religion de l’amour. Si elle a amené aussi sa part de bien, cela ne rachète pas le mal qu’elle a causé.

NOTE RencontrerDieu : n’oublions pas que dans la bouche du Rav, c’est principalement la religion catholique qui est visée et qui, comme cela est connu, a présenté au monde un « Jésus » très différent du Jésus historique dépeint dans les Évangiles et les épitres de l’Alliance Renouvelée.

 

La théologie catholique a effectivement été à l’origine d’innombrables comportements antisémites et de cruelles persécutions menées contre les juifs pendant une large partie de son histoire, et ce, évidemment en totale opposition avec le message de Yéshoua dans les Évangiles qui a été envoyé avant tout aux « brebis perdues de la maison d’Israël. » (Matthieu 10:6). Les causes de cet état de fait dépassent de loin le cadre de cet article, nous n’en parlerons donc pas ici.

 

[À cause des persécutions et du Jésus antisémite et Anti-Torah que les catholiques ont présenté durant une grande partie de l’histoire au peuple juif, le Rav dira encore] : Les juifs n’ont jamais voulu voir en Jésus quelque chose de positif. D’où le côté parfois exagéré et insultant des Toldot Yeshou – sous toutes leurs versions.

 

Cependant je pense que vous reconnaîtrez que nous pouvons bien les comprendre ; en effet, ces juifs –auteurs des Toldot Yeshou- se faisaient persécuter et massacrer de manière chronique par ces chers disciples de Jésus sous couvert de toute sorte d’accusations mensongères souvent ridicules (dont le record revient certainement à la fameuse accusation de meurtre rituel alors que tous les papes et tout bon chrétien savaient pertinemment qu’elle n’est que fabulation puisque la lecture du Pentateuque leur indiquait clairement l’interdit de consommation du sang, à plus forte raison pour les pains azymes qui ne doivent se composer de rien d’autre que de farine et d’eau.

 

Voudriez-vous en prime que ces millions de juifs volés, dépossédés, assassinés, persécutés et brûlés vifs, chantent les louanges du « doux » Jésus ? C’est que sa douceur était totalement imperceptible.

 

Ainsi, si l’on peut dire que les juifs ont tenté de ternir le prestige de Jésus (dans les Toldot Yeshou), il est indéniable que les chrétiens dans leur ensemble et plusieurs papes cruels et responsables de crimes, de vols, de massacres, voire parfois de génocide, ont eux réussis à salir éternellement l’image de cette religion.

 

Tout historien est confronté à une somme incommensurable de crimes commis par l’église au nom de Jésus.

 

Je ne dis pas – et, je ne pense pas – que tel était le souhait de Jésus lui-même, je ne viens pas m’ériger contre la personne de Jésus … je dis juste que tous ces papes (dont Innocent IV, Jules III, Sixte IV, Paul IV, Pie V, et tant d’autres) ont causé bien plus de mal à Jésus en montrant au monde pour l’éternité comment un homme supposé saint et juste peut –précisément parce qu’il se veut disciple de Jésus- devenir responsable de l’assassinat de milliers d’innocents.

 

Si une poignée de juifs se sont (peut-être) rendus coupables d’associations de malfaiteurs et ont entraîné la mort d’UNE personne il y a 2000 ans, combien de chrétiens se sont rendus coupables de la mort de MILLIONS d’enfants juifs depuis le début du Moyen Âge ?

 

Voilà, ceci étant dit, je tiens à ajouter que les juifs savent pourtant reconnaître l’existence de bons chrétiens, qu’ils les respectent pour ce qu’ils sont et font.

 

Depuis le XXe siècle et surtout depuis sa seconde moitié, les chrétiens (et même l’église) ont commencé à reconnaître officiellement (une petite partie de) leurs torts et de leurs nombreux crimes jusqu’ici impunis.

 

Je suis moi-même fils et petit-fils de rescapés juifs qui doivent leur salut –entre autres- à des chrétiens non aveuglés par les discours encourageants à la haine –pour ne pas dire au crime- entendus dans leur jeunesse concernant le « peuple déicide ».

 

Quelle honte ça aussi ! Quand bien même accepterons-nous de soumettre l’histoire à ce qui est écrit dans les Évangiles, le concept du « peuple déicide » à lui seul prouve le caractère criminel de tous ces ecclésiastiques maudits.

 

Je crois qu’un chrétien honnête -s’il arrive un jour à se rendre vraiment compte de l’extrême gravité des actions de l’église durant plus de mille ans, n’a d’autre choix que de renier une très grande quantité de papes et de membres du clergé, de les dénoncer comme criminels et de revoir les bases du christianisme pour une religion plus saine et non basée sur la haine inconditionnelle de tout un peuple.

 

Il faut savoir critiquer le mal là où il se trouve –même si ça fait mal. C’est au contraire une critique honnête qui pourra embellir cette religion (comme pour toutes les autres).

(source : http://www.techouvot.com/la_vraie_histoire_de_jc-vt15235.html).

En prenant le temps d’écouter son prochain, sans esprit de parti, on finit par le comprendre et à l’aimer véritablement.

Espérons de tout coeur que cet article contribuera à faire cesser, au moins chez plusieurs, les vaines disputes entre juifs et chrétiens. Si proche de la délivrance finale, il est encore temps de changer, et de se respecter, pour un « enfantement du Messie » réalisé en douceur.

Puisse l’Éternel nous accorder Son pardon, Sa grâce, Sa guérison et Sa paix. Amen vé amen.

Pour aller plus loin, veuillez consulter cet article spécial rédigé sur le site :

Réponse aux mensonges, attaques et diffamations contre le Talmud

Réagissez à cet article en laissant un commentaire (en bas de la page).

Réagissez à cet article en laissant un commentaire !

Note importante relative aux articles et vidéos faisant intervenir à la fois des juifs, des rabbins, des chrétiens et des pasteurs :

Plusieurs sont étonnés et parfois même choqués de voir côte à côte, dans une même vidéo des rabbins et des pasteurs n'ayant pas toujours les mêmes convictions religieuses.

Il convient alors de préciser qu'en dehors des citations ou autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessalonicien 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre « liberté en Yéshoua » (Galates 2:4) pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine.

En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages :

« Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme […] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot).

Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Pour de plus amples informations, voir la déclaration de foi

Note sur les commentaires : les commentaires ne sont publiés que s'ils sont conformes à La Politique De Modération du site : Lire la politique de modération

Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète des contenus de ce site web, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

 

5 Commentaires

  1. Faayasoma

    Je déplore le fait que des religieux dits « chrétiens » ait relayé les discours de certains religieux juifs insultant gravement Jésus de Nazareth. C’est tout simplement le mauvais penchant et la calomnie, le total mépris des lois du langage.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Shalom frère, oui, la chose est déplorable et si chaque parole vaine entraîne son lot de conséquence et sera ramenée au jour du jugement, combien plus ces graves calomnies semant zizanie et querelles au sein du peuple de Dieu et utilisant de surcroît le nom de notre Messie Yéshoua. Heureusement que les chrétiens et les juifs ne sont pas tous concernés et que de plus en plus évitent ce sombre piège…

      Réponse
  2. Alfredo

    Shalom Frères,
    tout ce qui est dit et écrit au nom de notre Messie YÉSHOUA, devait être « VÉRITÉ » car LUI es la vérité et le chemin.
    Les interprétations humaines qui s’écartent de la TORAH seront elles prises en compte lors de sa prochaine venue ? Comme il est écris il y aura des grincements des dents.
    Ont-ils oublié que le Messie est lié au Père ? N’ont-ils pas la crainte du courroux DIVIN ?
    Que tous ceux qui se creusent les neurones pour parler et ne rien dire de bon profitent de ces moments pour s’agenouiller, s’humilier et faire téchouva car s’est leur seule espérance d’accéder aux bénédictions promises à Avraham dans l’acceptation de notre Messie YÉSHOUA.
    Que notre Père HASHEM VOUS BÉNISSE au nom de notre Messie YÉSHOUA et du SAINT ESPRIT.

    Réponse
  3. Deogratias

    Shalom Thomas,

    Espérons que cet article va aider les chrétiens mal informés et crédules à ne pas tomber dans le piège tendu par des personnes hostiles aux Juifs.
    Comme tu le dis, il peut s’agir pour ces gens d’une haine refoulée au plus profond d’eux-mêmes.

    Dans le même ordre d’idée, David H. Stern parle de l’antisémitisme implicite pour décrire les théologiens qui affinent et développent le caractère antisémite de la théologie chrétienne sans en être forcément conscients. Il parle aussi des gens qui deviennent des activistes antisémites qui persécutent les Juifs, en croyant servir Dieu de cette façon.
    (Voir Introduction de La Bible Juive complète, Emeth Editions, 2017)

    Je pense que nous avons affaire ici à un problème grave qui touche à la malédiction liée à l’antisémitisme chrétien, avec son lot de conséquences spirituelles néfastes.

    Dans son livre BENEDICTION OU MALEDICTION: A vous de choisir, DPM-France, 2015, Derek Prince consacre tout le chapitre 8 sur l’antisemitisme. Il y commente largement Genèse 12:1-3. En voici les extraits:

    Il y a 4000 ans, Dieu fit un choix qui influença toute l’histoire à venir. Il cherchait un homme qui puisse remplir Ses conditions de sorte qu’il puisse finalement devenir un canal de la bénédiction de Dieu pour toutes les nations. L’homme qu’Il choisit s’appelait Abram (renommé plus tard Abraham).

    Le dessein que Dieu avait en choisissant Abraham est exposé dans Genèse 12:2-3. Précisément, la bénédiction et la malédiction s’y rapportent étroitement. Dieu prononça 4 promesses de bénédiction sur Abraham:

    ▪ Je te bénirai.
    ▪ Tu seras une source de bénédiction.
    ▪ Je bénirai ceux que te béniront.
    ▪ Toutes les familles de la terre seront bénies en toi.

    On trouve pourtant une malédiction intercalée au milieu de ces bénédictions:

    ▪ Je maudirai (‘Arar) quiconque T’OUTRAGERA, t’injuriera, dira du mal de toi (Qalal).
    ‘Arar: strong n°779; Qalal: strong n°7043

    L’adjonction de cette malédiction est là pour un but très important. Toute personne sur laquelle Dieu prononce Sa bénédiction se trouve par là même automatiquement exposée à la haine et à l’opposition du grand ennemi de Dieu et de Son peuple: Satan.

    Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la bénédiction de Dieu provoque la malédiction de Satan, par le canal des lèvres de ceux que Satan domine. C’est pourquoi lorsque Dieu bénit Abraham, Il ajoute Sa malédiction sur tous ceux qui maudissent Abraham. Cela signifie que personne ne maudirait Abraham SANS SUBIR EN RETOUR LA MALÉDICTION DE DIEU.

    La bénédiction et la malédiction prononcées au commencement sur Abraham s’étendent à ses descendants Isaac et Jacob et ensuite aux générations qui leur ont succédé et qui sont définies collectivement aujourd’hui comme étant le peuple juif.

    Dieu n’a pas rendu impossible le fait que Ses ennemis maudissent Abraham, Isaac et Jacob ainsi que leurs descendants, MAIS IL A ASSURÉ QUE PERSONNE NE PÛT LE FAIRE IMPUNÉMENT.

    A partir de ce jour, personne n’a jamais maudit le peuple juif sans appeler sur lui une malédiction bien plus grave encore: celle de Dieu Tout-Puissant.
    Dans le langage courant, l’attitude qui provoque cette malédiction de Dieu se résume en un seul mot: antisémitisme.

    Personne ne peut impunément détester ou maudire les Juifs. Cette leçon n’a jamais été nécessaire qu’elle l’est aujourd’hui. Socialement et politiquement, l’antisémitisme est l’une des forces les plus puissantes à l’oeuvre dans notre monde contemporain; et pourtant elle jette le désastre sur tous ceux qui se permettent d’être dominés par lui.

    Malheureusement, durant bien des siècles, l’Eglise qui se dit chrétienne s’est souvent rendue coupable de propager un antisémitisme flagrant.
    Pourtant, l’Eglise est redevable à ceux qui ont été ses victimes, c’est-à-dire les Juifs, de toutes les bénédictions spirituelles dont elle se réclame. Sans les Juifs, l’Eglise n’aurait eu ni apôtres, ni Bible, ni Sauveur.

    C’est là l’une des majeures raisons expliquant l’état de tiédeur, de manque de puissance de la majorité de la chrétienté, spécialement en Europe et au Moyen-Orient, où l’antisémitisme est le plus profondément ancré.

    La solution est de reconnaître ouvertement l’antisémitisme comme un péché et ensuite s’en repentir et d’y rénoncer.
    Un tel acte produira un profond changement intérieur du coeur à l’égard des Juifs et une prise de conscience des bénédictions infinies que l’Eglise chrétienne a reçues à travers eux.

    C’est sur une telle base que nous pouvons supplier Dieu d’ôter le nuage noir de la malédiction -qui, jusqu’à présent, a reposé sur la majeure partie de l’Eglise- et de le remplacer par Sa bénédiction.
    =Fin de citation=

    D’autres enseignements soulignent la nuance subtiele entre “péché” et “malédiction”:

    ▪ Pour le péché, on se repent et on demande pardon à Dieu.
    Pour la malédiction, comme c’est le cas pour l’antisémitisme, on se repent et on demande pardon, et LA DÉLIVRANCE à Dieu.

    ▪ «Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché.» (Jacques 4:17): le péché n’est donc pas nécessairement une désobéissance à la Torah.

    ▪ Parmi les péchés, on a les transgressions. Les péchés et les transgressions entrainent l’iniquité.

    ▪ La transgression entraîne toujours la malédiction. (Deutéronome 27:26)

    ▪ L’iniquité se transmet d’une génération à l’autre d’une manière immuable. Les iniquités des pères pèsent sur la vie de leurs descendants. (Lamentation 5:6,7, Jérémie 25:12)

    ▪ L’iniquité est quelque chose qui grandit, d’année en année, des générations en générations. La coupe se remplit petit à petit. En un moment donné la coupe est pleine et elle déborde. Quand les iniquités sont au comble, l’Eternel amène ses jugements. (Voir Genèse 15:13-16)

    ▪ Toute iniquité est une malédiction. Mais toute malédiction n’est pas forcément la conséquence d’une iniquité. Par exemple les malédictions que lancent les sorciers et autres magiciens.

    Rappelons-nous qu’il est écrit:
    «Comme l’oiseau s’échappe, comme l’hirondelle s’envole, ainsi la malédiction sans cause n’a point d’effet.» (Proverbes 26:2)!!!!

    Il ressort de ce qui précède que la malédiction liée à l’antisémitisme s’est transmise d’une génération à l’autre au sein de l’Eglise en tant qu’institution. Tous les membres de cette institution sont touchés par l’antisémitisme implicite, pour reprendre le terme de David H. Ster.

    Quoi qu’il en soit, au regard de Genèse 12:3, la malédiction liée à l’antisémitisme chrétien touche beaucoup plus de chrétiens qu’on pense:

    Genèse 12: 3: « Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront et je maudirai ceux qui T’OUTRAGERONT.»

    Etant donné que beaucoup de médias sont anti-israël, les chrétiens aussi subissent leur influence leur influence négative, d’où le risque de tenir des propos outrageants vis-à-vis d’Israël.

    En fait, la solution durable est de reconnaître ouvertement l’antisémitisme comme un péché / une malédiction et ensuite s’en repentir / demander la délivrance (Gal. 3: 13, 14) et d’y rénoncer, comme le dit Derek Prince.

    Je pense qu’il faut aussi spécifiquement demander à l’Eternel de répandre Son amour dans nos coeur par Son Esprit en vertu des mérites de Son Fils Yéshoua (Rom. 5:5, Gal. 4:6) pour pouvoir aimer son peuple d’un amour profond!

    ▪ Délivrance de la malédiction liée à l’antisémitisme:

    Galates 3: 13, 14: «13Le Mashiah nous a rachetés de la malédiction qui était annoncée dans la Torah en devenant Lui-même malédiction pour nous; car la Torah dit: maudit est quiconque est pendu au bois. 14 Yéshoua HaMashiah a fait cela afin que, par Lui, les nations puissent recevoir la bénédiction annoncée à Avraham, et que par la foi en HaElohim (le Seul Dieu Unique et Vrai) et en étant fidèles nous recevions aussi ce qui avait été promis, à savoir, l’Esprit.»

    ▪ L’Esprit de Yéshoua et l’amour de Dieu dans nos coeurs:

    Galates 4:6: « Et parce que vous êtes fils, HaElohim (le Seul Dieu Unique et Vrai) a envoyé dans nos coeurs l’Esprit de son Fils, lequel crie : Abba ! Père ! »

    Romains 5:1,2,5: «1 Etant donc justifiés par la foi, nous avons le Shalom avec HaElohim par notre Seigneur Yéshoua HaMashiah qara HaKéphour (Celui qui a fait des expiations une fois pour toutes), 2 à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de HaElohim. 5 Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de HaElohim est répandu dans nos coeurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné.»

    ▪ Ne jamais oublier que nous avons entés sur l’olivier franc:

    Romains 11:24: «Si toi, tu as été coupé de l’olivier naturellement sauvage, et enté contrairement à ta nature sur l’olivier franc, à plus forte raison eux seront-ils entés selon leur nature sur leur propre olivier.»

    ▪ Bénédiction et malédiction:

    Genèse 12:1-3 « 1 L’Eternel dit à Abram : Va-t-en (Va-t’en pour toi) de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père et va dans le pays que je te montrerai. 2 Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction.3 Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai CEUX QUI T’OUTRAGERONT; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi.»

    Amen!

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Shalom frère bien aimé ! Que dire si ce n’est encore une fois : merci pour ce commentaire riche et instructif, excellent complément à l’article ! Toda Rabba !
      Thomas.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Etude de la Paracha de la semaine :

Les secrets de l’échelle de Yaacov (Jacob), l’argent, le croyant et l’évangile de prospérité – Paracha Vayétsé : Genèse 28 : 10 à 32 : 3

La foi, l’échelle, l’argent et l’évangile de prospérité – Paracha Vayétsé
Le libéralisme religieux, grand responsable d’un génocide spirituel : la preuve scientifique – paracha Toledot
Israël : la bénédiction pour les nations ou le suicide du monde entier par le Boycott ? – Paracha Lekh Lekha
La perversion des mots dans le monde profane et croyant – Un secret de l’arche de Noé
L’effort dans le service divin : clé de la bénédiction et antithèse du “salut sans les oeuvres” (Paracha Vezot Habrakha)
Écoutes-tu la Torah ou idolâtres-tu un homme ? Paracha Haazinou
Nul n’est irremplaçable mais chacun est indispensable – Paracha Vayélekh
La crise des migrants face au jugement divin décrit dans la Torah du Dieu d’Israël – Paracha Ki Tavo (Deutéronome 26.1 à 29.8)
La Torah, Ce Trésor qui révèle l’orgueil du coeur (Paracha Choftim)
La morsure salutaire du serpent : un outil céleste pour surmonter et sublimer les épreuves (Paracha Réeh)
Le chrétien est-il obligé d’obéir à la loi de Moïse ? Paracha Ekev
Apostasie, naufrage et chute spirituels : analyse d’une cause majeure (Paracha Devarim)
1000 au combat, 1000 en prière pour une puissante victoire ! Paracha Matot/Massé
Les démons existent et nous poussent à un choix: repentance ou honte éternelle ? Paracha Pin’has
Les malédictions causées par nos paroles – Deux témoignages exceptionnels de la puissance de notre bouche – Paracha Balak
Secrets prophétiques du bâton fleuri d’Aaron : Preuve Ultime de l’élection d’Israël et du Messie Yéshoua
Les explorateurs : coulisses d’une faute immense – paracha Chela’h Lekha
Le secret des deux trompettes d’argent – Paracha Béhaalotékha
La paix dans le couple, une valeur essentielle aux yeux de D.ieu – Paracha Nasso (Nombres 4 :21 – 7:89)
L’Étude de la Torah délivre de la mort ! Témoignage exceptionnel de la providence ! Paracha Behar
Expérimenter la véritable bénédiction de Dieu avec Le miracle de la shemitah – Paracha Behar
Observer les Fêtes de Dieu : une clé précieuse pour marcher dans la sanctification – Paracha Emor
Savoir réprimander et accepter la réprimande : qui, quand, comment ? Paracha Kedochim
L’importance d’Honorer ses parents et d’honorer l’Éternel selon la Torah – Paracha Aharei Mot-Kedochim(Lévitique 16 à 20)
Cacherout & Médisance : Focus sur le véritable enseignement de Yéshoua (Jésus) et des Sages d’Israël – Paracha Tazria/Metsora- Copie
Ce n’est pas ce qui rentre dans la bouche qui souille l’homme – Prendre un texte hors contexte pour en faire un prétexte ? – Paracha Chémini (Lévitique 9 à 11)
Le meilleur remède contre le stress ! Paracha Vayikra + préparation fête de Pessah
Pépites de la paracha : arrête de t’prendre pour un grand, t’es tout p’tit ! – Vayakel
Les 2 extrêmes de l’histoire de l’Eglise en quelques versets – Paracha Ki Tissa
Homme Spirituel ou Animal Spirituel ? Le test par la dîme et les offrandes (Terouma)
L’esclavagisme moderne et la date du début de la délivrance finale prophétisés dans la Torah ? – Paracha Bechalah
Pourquoi le chaos et les crises mondiales de la fin des temps ? Analyse des racines spirituelles du mal selon la Torah
Déchirer le voile d’illusion et Dévoiler la gloire divine – Paracha Vayehi
Humiliation publique, honte, science moderne et jugement divin : que dit l’Écriture ? Paracha Vayigach
La haine contre Yossef : la source de tous les Haman de ce siècle – Paracha Mikets
Mesure pour mesure : On récolte ce que l’on sème – Paracha Vayechev
Qu’est-ce que La vraie bénédiction et malédiction selon la Torah d’Israël ? Paracha ‘Haye Sarah
Le Messie, Fils unique du Dieu unique selon La Torah et les sages d’Israël – Vayera
La source de toutes confusions et de toutes divisions et son remède – Paracha Berechit (Genèse) et Noah (Noë)
Pépite de la paracha – La loi de Dieu : source du bonheur dans le malheur – Paracha Ki Tetsé
Souviens-toi – Déluge, canicule, terrorisme, fin des temps et jugement imminent ? Paracha Devarim
Comment discerner les Balaam modernes et s’en préserver ? Paracha Balak
Le testeur d’intégrité spirituelle – Paracha ‘Houkat (Nombres 19 à 22:1)
« Crois au Messie Yéshoua et tu seras sauvé toi et ta famille » : explications – Parasha Kora’h
Une Torah sans frontières ! Pépites de la Paracha Nasso
Les apparences sont trompeuses – Paracha Bamidbar (Nombres 1 à 4.20)
Médisances, diffamations et calomnies : comment réagir et s’en préserver ? Tazria-Metsora
Prodiges dans la cacherout ! L’inspiration divine de la Torah démontrée par les lois alimentaires et les Sages d’Israël (Chémini)
Le secret de la grande Apostasie de l’Eglise, d’Israël et du monde entier – Tsav
Le miroir des Princesses d’Israël – transformer la flatterie, l’orgueil et la vanité en vertu & le profane en sacré – Paracha Vayakhel et Pekoudei
Le Véritable Amour et la Véritable Liberté selon Dieu – Paracha Michpatim(Exode 21 – 24)
Pépites de la Torah : l’éducation et l’honneur des parents – Paracha Yitro
Top 10 des preuves bibliques qui montrent pourquoi nous devrions garder le Shabbat – Paracha Bechala’h
Comment garder sa foi bouillante ? Une arme céleste à disposition de tous ! Paracha Bo
Une clé précieuse pour garder le zèle et gagner le Bon Combat de la foi : fais des efforts et place un arc-en-ciel dans ta vie ! Paracha Vaéra
La force, la valeur et l’immense impact spirituel des noms – Paracha Shemot et Vaera
Comment fuir le compromis et la tiédeur du libéralisme religieux ? Paracha Vayichla’h
Prophétie : c’est la dernière génération avant la venue du Messie ! Paracha Noah (Noé)
La loi de Dieu : joug pesant ou fardeau léger ? Paracha Nitsavim
L’ingratitude : la pire des abominations devant Dieu ? – Paracha Kitavo
Souviens-toi de ce que Dieu a fait à Myriam : Une leçon éternelle sur le fléau de la médisance (lachon hara) – Paracha Behaalotekha/Ki Tetsé
Les Véritables Fruits du faux prophète face à la Torah du Dieu d’Israël – Paracha Reeh & Chofetim (Deutéronome 11.26 à 21.9)
Que signifie observer la Loi de Dieu ? Comment, pourquoi, pour qui ? (Paracha Vaethanan et Ekev)
Prophétie des temps de la fin: Les abeilles de l’Apocalypse ! Paracha Devarim
Shadow

Étudier la Fête ou le jeûne du moment ou à venir : Fête de ‘Hanouka !

‘Hanouka : une fête de L’Éternel fidèle à l’Évangile et à la Torah d’Israël (réponse aux détracteurs)
Les croyants non-Juifs, la Torah et la fête de Souccot (Tabernacles) : une arme de lumière d’une redoutable efficacité !
Shadow

Dates et horaires de la fête ou du jeûne du moment (en cours ou à venir prochainement) :

Fête de H’anouka

Dimanche 18 Décembre 2022 à 17:40 (PARIS)
Sortie le Lundi 26 Décembre 2022

Dernière vidéo publiée :

Secrets prophétiques du bâton fleuri d’Aaron : Preuve Ultime de l’élection d’Israël et du Messie Yéshoua (Paracha Kora’h)
Secrets prophétiques du bâton fleuri d’Aaron : Preuve Ultime de l’élection d’Israël et du Messie Yéshoua (Paracha Kora’h)
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Dernière article écrit publié :

Pessa’h : éradication de toute trace d’orgueil, pas même 1/64ème !
Pessa’h : éradication de toute trace d’orgueil, pas même 1/64ème !
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Pépite de vérité à la une actuellement :

protection dieu contre covid vaccin et complots

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :
34 Partages
Tweetez
Partagez34
Enregistrer