Si Dieu existe, pourquoi le mal, la détresse et la souffrance ? Dieu est-il responsable ?

Pour les lecteurs, en dessous de la vidéo se trouve un article important sur ce thème.

Il y a certaines questions qui reviennent souvent : comment concilier la notion d’un Dieu d’amour avec tant de détresse sur cette terre ? Pourquoi Dieu permet-t-il la souffrance ? La responsabilité de tout ce mal n’incombe-t-elle pas à Dieu ?

Il y a certaines questions qui reviennent souvent : comment concilier la notion d’un Dieu d’amour avec tant de détresse sur cette terre ? Pourquoi Dieu permet-t-il la souffrance ? La responsabilité de tout ce mal n’incombe-t-elle pas à Dieu ?

Avant la chute de l’homme, il n’y avait ni mort ni peine, ni souffrance ni rien de ce qui nous afflige aujourd’hui. Dieu avait disposé toute chose pour que l’homme puisse mener une vie parfaite. Mais l’homme a choisi délibérément de suivre ses propres voies qui l’ont éloigné de Dieu. Nous ne savons pas pourquoi Dieu a accordé une telle liberté à l’homme mais on peut raisonnablement penser que c’est justement ici que réside le don du libre arbitre découlant du véritable amour. La liberté n’a  pas de sens si il n’y a qu’un seul chemin à suivre. Pour qu’un vrai choix puisse être possible, Dieu nous aurait donné la possibilité de choisir entra la vie et la mort, entre le bien et le mal. Malheureusement dès le commencement, l’homme a fait le mauvais choix. Il n’a pas écouté le conseil de Dieu et s’est détourné de lui alors qu’il l’avait pourtant averti du danger. Le péché est rentré dans le coeur de l’homme et s’est transmis de génération en génération jusqu’à aujourd’hui encore. Nous constatons que celui qui se détourne de Dieu sombre dans la misère. Dieu étant la source du bien, de l’amour et de toute bonne chose, il est normal de constater une dégradation lorsque l’on s’éloigne de lui. Ceci est confirmé jour après jour. Beaucoup sont enclins à rendre Dieu responsable de cet état de chose. Pourtant, la faute n’incombe pas à Dieu, mais à l’homme.

Imaginons que vous rouliez à vive allure, de nuit, sur une autoroute. Vous décidez alors de votre plein gré d’éteindre vos phares. Pourriez-vous accuser le constructeur automobile si votre décision entraînait un accident ? Le constructeur à équipé le véhicule de tous les moyens pour rouler de nuit et a fourni toutes les indications nécessaires pour vous permettre d’éclairer votre chemin. Si l’utilisateur refuse de se servir de l’éclairage, il en porte seule la responsabilité. Dieu à travers la Bible nous donne toutes les indications pour vivre dans sa lumière. « Dieu est lumière » (1 jean 1 ;5) ; si nous prenons le parti de vivre dans les ténèbres loin de Dieu, ne le lui reprochons pas, car il nous a créé pour vivre dans sa proximité. Dieu est et reste un Dieu d’amour ; il l’a démontré en accomplissant une oeuvre inimaginable : il a donné son fils unique pour nous arracher à la situation désespérée dans laquelle nous nous étions mis nous-mêmes. Jésus a dit en parlant de lui-même : « le plus grand amour que quelqu’un puisse montrer, c’est de donner sa vie pour ses amis. »(Jean 15 :13). Existe-t-il amour plus grand ? Jamais une oeuvre comparable au sacrifice du calvaire n’a été accomplie en faveur de l’homme ; la croix est bien le point culminant de l’amour divin. Que nous soyons croyants ou non, nous vivons tous dans un monde déchu ; la souffrance sous toutes ses formes connues en fait parties intégrantes. Nous n’avons aucune explication à la souffrance qui frappe l’individu en particulier. Pourquoi telle personne est épargnée par la maladie, alors que telle autre est atteint d’un mal implacable et souffre cruellement ? Il arrive même souvent que l’homme pieux soit davantage éprouvé que l’incroyant. Le psalmiste l’avait déjà constaté : « j’ai vu en effet ceux qui ont renié Dieu, j’ai vu que tout leur réussi, et j’ai envié ces insolents. Ces gens-là n’ont jamais d’ennuis, ils sont gros et gras, ils ne connaissent pas la peine des hommes ; les coups durs sont pour les autres, pas pour eux. »(Psaume 73:3-5)

Mais il finit par comprendre le sens de sa détresse personnelle. Elle n’est pas la sanction infligée en raison d’un péché particulier. Il ne conteste pas avec Dieu ; au contraire, il s’accroche davantage à lui : « pourtant je suis toujours avec toi. Tu m’as saisi la main droite, tu me conduis selon ton plan, ensuite tu me prendras dans ta gloire… Mon corps peut s’épuiser, mon coeur aussi, mais mon appui, mon bien le plus personnel, c’est toi, Dieu, pour toujours » (ps 73 :23-24,26).

Quand, après la chute, Dieu demanda des comptes à Adam, celui-ci se retourna contre Eve : « c’est la femme que tu m’as donnée pour compagne ; c’est elle qui m’a donné ce fruit, et j’en ai mangé »(Gn 3 :13) Quand Dieu interrogea la femme, celle-ci mis en cause le serpent : « le serpent m’a trompé, et j’ai mangé du fruit ». Placés en face de nos fautes, nous avons toujours tendance à nous disculper et à rendre Dieu responsable de tout. Mais voilà que se produit l’inimaginable : en Jésus, Dieu se charge de tous nos péchés. « Le Christ était sans péché, mais Dieu l’a chargé de notre péché »(2 Co 5 :21). La sanction prononcée par Dieu contre les péchés du monde tombe sur le fils de Dieu. Il est frappé de plein fouet par la malédiction divine : pendant 3 heures, le pays est enveloppé de ténèbres, le crucifié est réellement abandonné de Dieu. « Le Christ s’est livré lui-même pour nous sauver de nos péchés »(Ga 1 :4). Tel est le manifeste de l’amour de Dieu. Il n’existe pas de meilleure nouvelle que celle de l’Évangile. Christ n’est pas allé sur la croix par accident. Il s’est livré lui-même pour nous. Il a payé le prix fort pour chacun d’entre nous. Il a satisfait la justice divine qui nécessitait que nous soyons condamnés pour toutes nos fautes. Dans notre justice humaine, nous payons pour nos manquements à la loi. A combien de plus forte raison nous devrions payer avec les lois pures et saintes de Dieu! Jésus a accepté de payer pour nous. Il nous à tous racheté. Il nous a justifié devant Dieu et nous donne le plein pardon de toutes nos fautes en nous donnant libre accès à Dieu. Si nous acceptons ce cadeau, renonçons à ce que nous savons contraire à Dieu et décidons de suivre Jésus par la foi en persévérant, alors la Bible dit que nous devenons enfant de Dieu et pouvons expérimenter la vérités des promesses de Dieu. Le libre arbitre est encore là : à chacun de saisir par la foi ce cadeau et d’expérimenter cette nouvelle vie magnifique avec Dieu. “Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle“.

Pourquoi Dieu plaça-t-il l’homme sur terre, sachant qu’Adam et Eve pécheraient, répandant ainsi le mal, la mort et la souffrance sur toute l’humanité ? Pourquoi ne nous créa-t-il pas tous pour nous placer au paradis où nous aurions été parfaits, sans connaître la souffrance ? La meilleure réponse que l’on puisse trouver est la suivante : Dieu ne voulait pas d’une race de robots dénués de libre arbitre. Dieu a dû permettre la possibilité du mal pour nous donner le vrai choix de l’adorer ou non. Si nous n’avions pas à souffrir et faire l’expérience du mal, saurions-nous réellement combien le paradis est merveilleux ? Dieu n’a pas créé le mal, mais il l’a permis. S’il ne l’avait permis, nous ne le servirions que par obligation, et non par notre libre choix.

Nous pourrions raisonner indéfiniment sur ce sujet mais  il conviendrait d’admettre nos limites et d’accepter par la foi certaines choses qui nous dépassent tant que nous sommes ici bas. Dieu dira dans Esaïe 55:8-9 : “Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l’Eternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.” De plus, il y aurait encore beaucoup d’autres choses à dire concernant l’autre source de tant de maux : L’ennemi de Dieu, plus connu sous le nom de Lucifer ou de Satan. Un article paraîtra bientôt à ce sujet.

Pourquoi Jésus a-t-il enseigné que nous devions ressembler à des petits enfants pour rentrer dans le royaume des cieux ? Parce qu’un enfant croit son père et à confiance en lui, il l’écoute et n’a pas besoin de tout comprendre pour lui obéir car il sait que son père ne lui veut que du bien. Il y a une certaine pureté dans l’enfance qui est opposée à l’incrédulité et la dureté de coeur que le monde adulte a développé. Jésus savait cela et c’est pourquoi il nous l’a rappelé dans les Evangiles en affirmant : “ Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent.” Celui ou celle qui essaie de tout comprendre et de tout accepter scientifiquement pour croire en Dieu aura beaucoup de mal à venir à lui. Il faut savoir reconnaître nos limites et se tenir avec un coeur humble et simple au possible devant un si grand Dieu.

Le temps est compté. La mort et la détresse peuvent frapper chacun d’entre nous subitement. Et après, ou passerons-nous l’éternité ? Dans les ténèbres ou dans la lumière auprès de Dieu ? Dieu dit qu’il “est donné à l’homme de ne mourir qu’une seule fois après quoi vient le jugement“. Jésus nous évite une condamnation certaine. Face à ce choix, chacun peut aujourd’hui même être réconcilié et justifié devant Dieu et échapper au jugement à venir pour finalement rentrer dans le royaume de Dieu. Un royaume ou le mal sous toutes ses formes n’existera plus. Encore une fois, Dieu nous donne le choix tout en nous conseillant : choisis la vie afin que tu vives !

Article inspiré du site info-Bible : http://www.info-bible.org/question/dieu.htm#QA5

*Note : Mise à part cet article, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web citées dans les articles et les vidéos du site rencontrerdieu.com

Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

paracha
paracha
paracha
paracha

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Laissez un commentaire pour nous partager votre ressenti et votre expérience !

Si vous désirez aller plus loin dans les études, découvrir plus en profondeur les enseignements de la Torah du Maître du Monde à la lumière des enseignements du Messie Yéshoua et des sages d'Israël, dans le contexte et la pensée hébraïque des auteurs de la Bible, et bénéficier de cursus vidéo et autres études, le projet « Le Retour Aux Racines » pourrait vous convenir : https://www.leretourauxracines.com/

Note importante relative au contenu des articles du site web : Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète de l’article, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

En dehors des citations et autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessaloniciens 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre liberté en Yéshoua pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine. En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages : « Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme.[…] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot). Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

3 Commentaires

  1. Adrien

    Bonjour,

    Alors j’ai une question. Etant donné que Dieu est parfait et qu’il a crée Adam et Eve à son image, comment se fait il qu’ils aient été imparfait voir complétement corruptibles au point de commettre le péché ultime dès le début de leur séjour au paradis terrestre ?

    Si la réponse se résume à “Dieu nous a voulu libre” dans ce cas pourquoi la liberté ? Dieu serait donc libre de créer comme bon lui semble tout en étant parfait, mais s’il distille cette même liberté dans sa création, elle devient subitement mauvaise ?

    Là j’ai vraiment du mal à comprendre…

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Bonjour Adrien,

      Une première réponse simple : le texte ne dit pas qu’ils étaient parfaits, seul Dieu est parfait. Que Adam et Eve soient créés à l’image de Dieu ne signifie pas qu’ils aient été parfaits.

      Une deuxième réponse un peu plus profonde : Dans cet univers complexe que Dieu a créé, il y a une chose que nul ne peut réfuter et qui fait parti intégrante de la vaste création de ce monde physique, moral et spirituel voulu par Dieu : la dualité. Il y a le ciel et la terre, l’homme et la femme, la vie et la mort, le bien et le mal, le haut et le bas, etc, etc. Le corps humain lui-même, de par sa symétrie, nous parle de cette dualité : 2 bras, 2 jambes, 2 poumons, les 2 emisphères du cerveau etc.

      Ayant intégré cette dualité comme un fait, le bien ne peut être compris et expérimenté comme tel que parcequ’il y a du mal. La liberté de choisir le bien et non le mal est en ce sens infiniment importante : elle confère à l’homme sa dignité.

      Maintenant, pour ce qui est de l’origine profonde et véritable du mal, nous touchons ici à des mystères qu’il ne nous ait pas encore permis de comprendre et de percer en profondeur, ce qui pour l’homme humble, n’est pas un problème en soit, sachant bien que l’homme est dans l’incapacité de comprendre et d’appréhender une multitude de chose infiniment profonde qui le dépasse non pas de loin, mais d’infiniment loin. La compréhension de ces choses est réservé pour après, à ceux qui auront ici bas, fait le choix du bien et de Dieu.

      En conclusion, pour ce qui nous intéresse, le mal n’est pas fait pour être compris à 100% mais combattu par les armes vertueuses que Dieu nous donne au travers des Saintes Ecritures.

      Réponse
  2. dandjie Max

    Que Dieu vous bénisse davantage pour ces bons articles et que ses paroles touchent et changent les coeurs les plus tortueux. Au nom de Jésus amen!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This