Comment discerner les Balaam modernes et s’en préserver ?

Paracha Balak – Nombres 22:2 à 25:9

Chers lecteurs, nous voici arrivés à la paracha Balak, et là encore, nous sommes face à une montagne de sujets des plus passionnants !

Nous allons faire ensemble un focus sur quelques caractéristiques morales et spirituelles du personnage de Balaam (Bil’am en hébreu) en priant pour que Dieu puisse nous aider à détecter et à discerner tous les Balaam modernes qui seraient sur notre chemin, mais surtout cela nous aidera à faire une bonne introspection, car c’est bien ici un des buts principaux de notre étude de la Torah : ne pas se focaliser sur les fautes et les défauts d’autrui, mais bien plutôt rentrer en nous-même, nous examiner et détecter tout ce qui pourrait y avoir de “Balaam” dans notre propre cœur afin de le confesser devant le Roi de gloire et de Lui demander Son aide pour extirper de notre cœur toute chose mauvaise.

« Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité; J’ai dit : J’avouerai mes transgressions à l’Eternel ! Et tu as effacé la peine de mon péché. » (Psaumes 32:5)

Balaam est un personnage tout à fait particulier et atypique et le récit biblique dépeint effectivement un personnage étrange, mais également, nous voyons que le comportement même de Dieu est étrange à son égard. En effet, n’est-il pas dit dans le Psaume 18 :

« Avec celui qui est bon tu te montres bon, Avec l’homme droit tu agis selon la droiture, Avec celui qui est pur tu te montres pur, Et avec le pervers tu agis selon sa perversité. ».

Cette dernière partie pourrait très bien convenir à Balaam :

« Avec l’étrange et le pervers, tu agis de manière étrange, selon sa perversité ! »

Comme le dit le Rav Haïm Chmoulevitch :

« Bil’am est le modèle de l’homme au sein duquel règnent des tendances diamétralement opposées, du fait qu’il utilise simultanément son réservoir de lumière et son réservoir d’obscurité, ce qui aboutit à des attitudes contradictoires. »

En effet, il est capable, d’un côté, de proclamer les plus grandes et belles prophéties sur Israël et le Mashia’h et donc, n’en doutons pas, de donner de magnifiques enseignements et d’un autre côté, il est capable de commettre les pires abominations et d’adopter un comportement d’impie; Balaam semble être un profil très proche du lunatique !

Dans notre paracha, en Nombres 24 :16, n’oublions pas effectivement qu’il est dit au sujet de Balaam qu’il est

« celui qui entend le verbe divin et connaît le secret du Très-Haut qui perçoit la vision du Tout-Puissant ».

En parallèle, nous savons également qu’il a été capable de donner les pires idées à Balak afin de faire chuter Israël. Ce n’est pas sans raison que Pierre, dans la B’rit Hadasha, fait référence à Balaam lorsqu’il parle d’une certaine catégorie de croyants ayant quitté le chemin de la foi : « Après avoir quitté le droit chemin, ils se sont égarés en suivant la voie de Balaam, fils de Bosor, qui aima le salaire de l’iniquité, 16 mais qui fut repris pour sa transgression : une ânesse muette, faisant entendre une voix d’homme, arrêta la démence du prophète. » (2 Pierre 2 :15-16)

Le Messie Yeshoua Lui-même ne dit-Il pas à l’une de Ses assemblées qui croient en Son nom, l’assemblée de Pergame :

« Mais j’ai quelque chose contre toi, c’est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël, pour qu’ils mangeassent des viandes sacrifiées aux idoles et qu’ils se livrassent à l’impudicité. » (Apocalypse 2 :14)

Oh oui, encore aujourd’hui; les “Balaam” sont nombreux à vouloir faire tomber Israël par toute sorte de pièges, de ruses et de fausses doctrines ! Que Dieu nous en préserve et protège Son peuple !

Les Maximes des Pères nous expliquent la chose suivante au sujet de Balaam :

« L’œil bienveillant, la modestie et la modération caractérisent les élèves d’Abraham. L’œil malveillant, l’orgueil et la volupté (recherches des plaisirs insatiables) caractérisent les élèves de Bil’am l’impie. » (avot 5.19)

Le Rabi Haïm Chmoulevitch, dans son livre Si’hot Moussar, explique :

« L’œil malveillant, c’est envier son prochain, ne pas supporter la réussite et le bonheur d’autrui, et vouloir ramener tous les honneurs à soi-même. L’esprit hautain, c’est l’orgueil et l’entêtement dans ses préjugés aussi durs que le cèdre. La volupté : c’est la recherche des plaisirs insatiables. »

Balaam cumulait donc ces 3 terribles traits de caractère, d’où l’importance de ne pas se mêler avec de telles personnes, surtout si elles ont une position d’enseignant ou de dirigeant spirituel, car nous le savons, la sagesse de la Torah nous enseigne que les mauvais traits de caractère d’un maître et d’un enseignant viennent se déposer dans le cœur de ses disciples.

C’est ce que dit Le Rabi Haïm Chmoulevitch sur la paracha Balaam de cette semaine :

« En même temps que les enseignements de Torah, un maître transmet ses propres traits de caractère. »

Très bien, mais posons-nous la question : comment est-ce possible qu’une personne si grande spirituellement que Balaam puisse être en même temps à ce point un impie ? Effectivement, nous l’avons vu, Balaam était doté d’un niveau de prophétie extraordinaire et rare, alors comment expliquer une telle impiété de sa part ?

Renforçons la question : Paul, dans la Nouvelle Alliance ne dit-il pas : « qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? » (2 Corinthiens 6 :14) Et Jean, ne dit-il pas aussi que la lumière ne peut cohabiter avec les ténèbres et que les ténèbres se dissipent face à la lumière véritable ? (1 Jean 1 : 5, 1 Jean 2 : 8)

Renforçons toujours plus la question : comment est-ce possible d’être à ce point impie tout en ayant une si grande connexion et communication avec le Dieu tout puissant, au point que Dieu Lui-même vient parler à Balaam ! N’est-il pas dit de Dieu par la bouche du prophète Habakuk : « Tes yeux sont trop purs pour voir le mal, Et tu ne peux pas regarder l’iniquité. Pourquoi regarderais-tu les perfides, et te tairais-tu, Quand le méchant dévore celui qui est plus juste que lui? » (Habakuk 1 : 12)

Certainement, il s’agit là d’un sujet d’étude passionnant que l’on traitera plus en détail à l’avenir si Dieu le permet, car les réponses et les sous réponses sont évidemment très nombreuses !

Regardons de plus près une des nombreuses pistes de réflexions à notre disposition.

Selon la Torah et les commentaires des sages, une caractéristique majeure de Balaam est la suivante : toute sa connaissance n’était que intellectuelle et n’est jamais descendue dans son cœur empli d’orgueil et de volupté ! Sa connaissance précieuse et ses dons spirituels lui permettaient d’accéder à un haut niveau de prophétie et de perception spirituelle au point qu’en dépit de son cœur tortueux et impie, Dieu lui parlait.

Rav Moshé Kaufman du site Torah Box nous rappelle que chez certains hommes, « il y a plus de distance entre la tête et le cœur qu’entre le ciel et la terre »

et le Rav Moshé Kaufman cite Aristote dans lequel nous retrouvons ce que l’on pourrait appeler le “paradoxe Balaam” : Aristote, lui qui enseignait des choses d’une grande hauteur intellectuelle, lorsqu’il fut surpris en pleine homosexualité, il aurait répondu : “On n’a pas besoin d’être un triangle pour enseigner la trigonométrie” !

Un Balaam moderne pourrait facilement dire en conformité avec Aristote : “Nul besoin d’être un juste ou un sage pour enseigner la Torah, prophétiser, faire des miracles au nom de Yéshoua, chasser des démons etc”.

C’est bien là ce que nous disent le Messie Yéshoua ainsi que Paul, lorsqu’ils nous avertissent que ces choses-là (connaissance, faire des miracles etc) ne sont d’aucune utilité si les bons traits de caractère ne demeurent pas dans notre cœur ! Yeshoua le résume magnifiquement en ces termes, lorsqu’Il s’adressait aux Balaam de son temps :

« Vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu’au dedans ils sont pleins de rapine et d’intempérance. Pharisien aveugle ! nettoie premièrement l’intérieur de la coupe et du plat, afin que l’extérieur aussi devienne net. » (Matthieu 23 :25)

Petite note pour tous ceux et celles qui pensent encore que les pharisiens de l’Evangile seraient représentatifs du peuple juif : les vrais sages d’Israël, à l’époque même de Yéshoua, luttaient également contre les pharisiens ! Nous en parlerons plus en détail à l’avenir si Dieu le permet.

Chez Balaam, cette déconnexion entre sa tête et son cœur est notamment due à l’orgueil et à la recherche secrète des honneurs. La Torah nous le montre lorsque l’on analyse de plus près les versets. Regardons attentivement le contexte et les versets mis en rouge :

« Les anciens de Moab et les anciens de Madian partirent, ayant avec eux des présents pour le devin. Ils arrivèrent auprès de Balaam, et lui rapportèrent les paroles de Balak. Balaam leur dit : Passez ici la nuit, et je vous donnerai réponse, d’après ce que l’Eternel me dira. Et les chefs de Moab restèrent chez Balaam. Dieu vint à Balaam, et dit : Qui sont ces hommes que tu as chez toi? Balaam répondit à Dieu : Balak, fils de Tsippor, roi de Moab, les a envoyés pour me dire: Voici, un peuple est sorti d’Egypte, et il couvre la surface de la terre; viens donc, maudis-le; peut-être ainsi pourrai-je le combattre, et le chasserai-je. Dieu dit à Balaam : Tu n’iras point avec eux; tu ne maudiras point ce peuple, car il est béni. Balaam se leva le matin, et il dit aux chefs de Balak : Allez dans votre pays, car l’Eternel refuse de me laisser aller avec vous. Et les princes de Moab se levèrent, retournèrent auprès de Balak, et dirent : Balaam a refusé de venir avec nous. » (Nombres 22)

Les commentateurs nous font remarquer que Balaam ne retient pas la deuxième partie de l’ordre de l’Éternel, car il se focalise uniquement sur son propre honneur : Dieu dit à Balaam 2 choses : « Tu n’iras point avec eux; tu ne maudiras point ce peuple, car il est béni. ». Or,  la suite nous montre que Balaam ne parle uniquement que de ce qui le concerne lui, tout en oubliant la deuxième partie de l’ordre de l’Eternel (car cela ne parle pas de lui mais du bien d’Israël) et ainsi, il répond : « Allez dans votre pays, car l’Eternel refuse de me laisser aller avec vous. »

Sur “D’aller avec vous”, Rachi dit :

« Si ce n’est avec des dignitaires plus haut placés que vous. Cela nous apprend qu’il était pétri d’orgueil et qu’il ne voulait pas dévoiler sa dépendance par rapport à Hachem, sinon de manière arrogante. C’est pourquoi : « Balaq continua encore… » (verset 15) »

En réalité, plusieurs commentateurs nous font remarquer une chose intéressante qui devrait nous pousser à la réflexion :

Bil’am a commis une erreur d’interprétation par orgueil !

Il a cru que Dieu lui ordonnait de ne pas aller dans la mesure où les messagers de Balak ne seraient pas assez honorables pour lui. C’est pour cela qu’il ne retient que la première partie de l’ordre donné par l’Éternel :

il ne s’est focalisé que sur son honneur en s’imaginant que le peu de dignité des premiers messagers était la seule et unique raison pour laquelle Dieu ne désirait pas qu’il parte !

Au fond, ce qu’il y a de terrible lorsque l’orgueil enveloppe le cœur d’un homme, c’est que l’homme entend ce qu’il a envie d’entendre et reste persuadé d’être dans son bon droit.

Nul n’étant protégé par l’orgueil, nous comprenons toujours mieux l’importance de régulièrement se sonder et de recevoir l’avis de plusieurs personnes lorsque nous sommes confrontés à certaines décisions où choix problématiques. D’où l’étude assidue de la Torah qui permet de jeter la lumière en nos cœurs, de nous analyser et de travailler à corriger nos traits de caractère.

Regardons maintenant le comportement de notre seul vrai modèle : Dieu !

Malgré l’impiété de Bil’am, HaShem, dans Sa bonté, a désiré limiter au maximum la dégringolade de cet homme impie comme le dit l’expression :

“ne donne pas un coup de pied à une pierre après sa chute”. Là-dessus, le Rav Chmoulevitch rajoute : “si tu le peux, fais en sorte que l’impie ne rajoute pas de faute à ses péchés.”

Et c’est pour cela que Dieu, après avoir envoyé un ange pour stopper Bil’am, a été jusqu’à faire parler son ânesse pour l’épargner et limiter la casse.

Là encore, nous avons un exemple du cœur de Dieu que nous devons absolument suivre comme il est dit :

“Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.” (Matthieu 5: 48)

Le moment semble propice pour partager une pépite au sujet du commandement lié à la zoophilie qui nous apprend à quel point HaShem se soucie de respecter même l’honneur des impies.

Regardons Lévitique 20 : 15 : « Si un homme couche avec une bête, il sera puni de mort; et vous tuerez la bête. »

Question : pourquoi la bête doit aussi mourir ? N’est-elle pas victime de la perversion de l’homme ? Et en plus elle devrait mourir ?

Avant de répondre, regardons le commentaire de Rachi sur un verset de notre paracha et qui nous apprend justement la mort de l’ânesse de Balaam. L’ange s’exprime ainsi :

« Cette ânesse m’a vu, et elle s’est écartée à mon aspect, trois fois; si elle ne s’était écartée de devant moi, assurément je t’aurais fait mourir, tandis que je l’aurais laissée vivre.” » (Nombres 22 : 33)

Rachi sur le verset « je l’aurais laissée vivre » commente :

« Et maintenant, dès lors qu’elle a parlé et t’a réprimandé et que tu n’as pas pu la réfuter – comme il est écrit : ” Il dit : non ! ” (verset 30) – je l’ai fait mourir, afin que l’on ne dise pas : ” Voici celle qui a réduit Bil‘am au silence par ses réprimandes et à laquelle il n’a su que répondre ! ” Car Hachem ménage la dignité des créatures humaines, comme dans : ” et vous tuerez l’animal ” (Wayiqra 20, 15), ou dans : ” tu tueras la femme et l’animal ” (Wayiqra 20, 16) (Midrach Tan‘houma)

Nous apprenons ici à quel point HaShem notre modèle se soucie de respecter l’honneur de tout homme comme le dit le talmud dans le traité Sanhedrin 54a au sujet de la mort d’un animal qui a été utilisé pour un acte de zoophilie : l’animal est aussi tué pour que « lorsque l’animal passerait dans la rue, les gens ne puissent dire : “voici l’animal pour lequel untel a été lapidé !” »

Dieu se soucie tant de Ses créatures que même après la mort d’un impie il fait tout pour que l’on ne porte pas atteinte à son honneur, c’est à dire “que l’on ne frappe pas une pierre déjà tombée…”

Le Rav Chmoulevitch rajoute :

« Si déjà HaShem se soucie de respecter l’honneur des impies, à combien plus forte raison celui de tout homme et en particulier celui des justes ! » (midrach Vaykra rabba 22,14)

Nous avons donc bien compris que la chute de Balaam est principalement due à son orgueil et à son désir d’être honoré, des traits de caractère qui mènent à une déconnexion totale entre la tête et le cœur. Nous avons aussi vu le comportement merveilleux d’HaShem qui se soucie de respecter tout homme, même des impies ! De quoi méditer ! Tout ceci est déjà merveilleux et riche en nourriture.

Mais alors, que faire pour détruire toute trace de Balaam en nous ? Et bien pour conclure cette petite étude passionnante, regardons une solution parmi tant d’autres. Il est dit dans les Maximes des Pères :

« Sans farine pas de Torah et sans Torah pas de farine ».

Etrange précepte ou sagesse profonde ? Voici ce qui est dit à ce sujet :

« En vérité, le précepte du sage se rapporte à l’art et à la manière d’étudier la Torah. La farine ne pousse pas mais est préparée artificiellement. Deux procédés sont nécessaires lors de la préparation de la farine : d’abord le blé doit être écrasé puis le son séparé de la farine.

Les mêmes procédés sont exigés pour l’étude. Quand l’élève absorbe la matière à étudier telle quelle, il charge seulement sa mémoire, tandis que la véritable science en elle-même lui reste étrangère [déconnexion cœur et cerveau]. Il lui faut pour ainsi dire écraser avec les meules de son cerveau la matière présentée, la morceler et la rendre si fine jusqu’à faire des durs grains une douce farine.

Par des questions qu’il soulève, des contradictions qu’il croit découvrir, il lui faut travailler la matière absorbée. En même temps, il faut aussi qu’il sache distinguer l’essentiel de ce qui n’est pas important. […] Comme du blé on tire la farine en l’écrasant et le purifiant, il faut triturer la matière donnée grâce au travail de notre esprit. […] Quand il n’y a pas de matière enseignée, on ne peut pas non plus l’écraser et la trier. Quand on n’a pas de blé, on ne peut pas faire de farine ! » (Pirké Avot, michna 17, chapitre 3)

Et c’est là le problème : Balaam utilisait les meules de son cerveau non pour écraser le bon grain de la Torah et améliorer son cœur, mais pour écraser un autre type de grain, le grain de ses pensées perverses et orgueilleuses et ainsi, il préparait un autre type de farine : celle de l’impiété.

Toute sa connaissance en Torah, bien que présente et lui donnant accès à des compréhensions et perceptions spirituelles profondes, toute cette connaissance ne lui était d’aucune utilité pour faire fondre son orgueil et améliorer ses traits de caractère : il n’a fait qu’accumuler de la connaissance, sans la transformer en farine et cela a contribué à augmenter son orgueil au lieu de le diminuer.

C’est ici ce que Paul enseigne : « La connaissance enfle » (1 Corinthien 8 :1).

En conclusion, laissons la parole au Rav Kaufman qui dit des choses simples et merveilleuses en rapportant quelques paroles du Rav Haim de Volozhin :

« Depuis la faute, il n’y a pas un endroit ou un point de la création dans lequel il n’y a pas le bien et le mal mélangé. Notre travail est de faire le tri grâce à la Torah ! »

Si pour les impies, le monde matériel est un moyen pour se vautrer dans la cupidité et la volupté, pour l’enfant de Dieu, le monde matériel est un moyen de s’élever !

Et le Rav Kaufman conclut :

« Que cette connaissance de la Torah [que nous amassons régulièrement tel du blé] ait un support, un écrin qui soit le comportement et la sacralisation de la vie et on arrivera à la plénitude [grâce au travail de la matière absorbée, afin d’en faire de la farine, propre pour tout type de bon plat cuisiné et de mets délicieux pour nos âmes]. » Amen !

Que l’Eternel Dieu, le Fort d’Israël, par les mérites infinis du Messie Yéshoua, nous aide à éliminer tout ce qu’il y a de Balaam en nous et dans notre entourage et aussi, qu’il nous donne la force et le courage pour transformer tout ce qu’il nous donne la grâce d’apprendre, en une farine pure et spirituelle utile pour rassasier le cœur et établir cette connexion entre le ciel et la terre, la tête et le cœur ! Amen vé amen !

Et évidemment : Shabbat Shalom et un merci spécial à la librairie juive hébraïque Ness sans qui cette étude n’aurait pas été possible ! Baroukha Hashem !

Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Une étude et un partage réalisée par la seule grâce infinie d’HaShem (Dieu) et avec la précieuse aide des rabbanim d’aujourd’hui et des sages d’Israël d’autrefois.

Note importante relative au contenu des articles du site web : Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète de l’article, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

En dehors des citations et autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessaloniciens 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre liberté en Yéshoua pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine. En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages : « Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme.[…] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot). Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Laissez un commentaire pour nous partager votre ressenti et votre expérience !

/* */

10 Commentaires

  1. Christine

    Merci à notre Bon Père Céleste qui nous aime de son Amour infini et ne veut pas que nous nous perdions dans nos voies d’orgueil et nous ramène sans cesse à la vie en Yeshua le Mashiah! Je commence à comprendre pourquoi de mon coeur coulent “l’eau douce et l’eau amère “me désespérant d’être libre un jour..Merci pour ce partage qui fait jaillir la vie!

    Réponse
  2. Gérard Christian

    Merci Thomas, pour ce conseil
    Je vais surveiller attentivement cette relation cerveau-coeur dans mes activités quotidienne.
    Ce ne sera certainement pas facile de la réaliser de façon instinctive

    Réponse
  3. Marie

    Merci cher frère !Quelle pépite ! Mon Seigneur sonde moi, sonde mon coeur, sépare le vil du précieux, achève ton oeuve en nous.

    Réponse
  4. Annie

    Une très bonne nourriture à méditer … merci Thomas !
    Shabbat Shalom …. Que D.ieu te garde et te bénisse !

    Réponse
  5. Pierre

    Merci pour l’étude, Dieu vous bénisse abondamment.

    Réponse
  6. MIREILLE

    merci Thomas pour cet enseignement, tellement important pour les temps que nous vivons. Restons ancrés dans la Thora pour discerner les Balaams modernes. UN seul connait les coeurs et les sonde.
    Super pour You tube Thomas !
    Shabbat Shalom les deux frères

    Réponse
  7. Elie Samuel

    Shabbat Shalom frère Thomas pour cette merveilleuse et précieuse richesse que tu donne à mon coeur. Ses saintes paroles entendus donneront une santé à mon esprit et mon âme.

    Réponse
  8. Bernardini Marie-Rose

    Bonjour Thomas. Je suis veuve et je vis seule. Cette semaine j’ai fait une expérience extraordinaire avec lepain. Je bénissai Dieu pour mon repas pour le pain, j’énumerrai tout le processus,le grain qui tombe en terre qui germe, qui meurt qui donne une plante puis un épis( je suis fille d’agriculteurs) des grains de blés qui sont moulus, la farine etc… et je machais ce pain dans ma bouche et au lieu de l’avaler goulument comme d’habitude je le savourais de plus en plus et il devenait de plus en plus gouteux et agréable à manger. Le Saint Esprit m’a fait penser à Jésus qui dit je suis le pain de vie, celui qui ma mange aura la vie éternelle. j’ai compris à ce moment là que je devais lire sa parole doucement, y réfléchir dessus , la méditer la faire mienne et la vie du ressuscité va grandir en moi. Merci Ha Shem. Merci Thomas, ton étude conforte et élargit ce que j’avais compris. Dieu soit loué. bonne semaine . Je te bénis au nom dr l’Eternel qi a fait la terre et les cieux. Marie-Rose.

    Réponse
    • Marie

      Merci pour ce partage, cela me parle beaucoup.

      Réponse
  9. Francoise

    Shabbat shalom
    Merci Thomas pour cet enseignement enrichissant. Ma prière et mon désir est: que Hashem nous aide à nous débarrassé de ce balaam, car avec ça on ne voit pas loin, ni visé devant. Il y a plu de 3ans Hashem m’a révélé le passage d apocalypse 2 dans le rêve, comme pour la première fois j’avais eu peur et j’appelais une dame pour lui dire que j’ai offensé Hashem et il m’a révélé un passage biblique. J’ai donné le passage à la dame et elle a lu et m’a appelée au tel avec des rires, et m’as dit qu’il n’a rien de grave que c’est que Hashem m’aime et veut me protéger de quelque chose. Étant déjà prise par la peur, malgré la lecture répété de ce passage, je n’arrivais pas a crypter le message, et chaque je relis des mois sur des mois après, quand je me suis rendu compte que le mari avec qui je vis avait une chambre de fétiches qu’il adorait et fesait des sacrifices pour ça et dont je suis la seule à ne pas être au courant. Même mes enfants étaient au courant et leur a interdit de m’en parler en leur mentant que c’est son papa défunt et maman défunte qu’il a mis dans la chambre pour sa sécurité parce-que les sorciers veulent le tuer. Et c’est après que lui même c’est vendu ne sachant pas que je suis déjà de retour du boulot, il avait déjà ces choses bizares. Heureusement que par le passage biblique que j’ai reçu en songe, il est interdit de manger des objets sacrifiés, et j’ai mis mes enfants en gardent contre ça, mais ils les forçait à manger sauf moi seule dans la maison. Aujourd’hui par cet enseignement, je vois que Hashem m’a sauvee et mas avertie par ce passage, et je l’implore aussi pour mes enfants avec tout ce qu’on leur a déjà donner.

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This