Que signifie « ne plus être sous le pédagogue » ? Abandonner la Loi de Dieu ou Observer la Torah de Dieu ?

« Quiconque pèche, transgresse la loi; car le péché est la transgression de la loi. » (1 Jean 3:4)

« Quoi donc, pécherons-nous, parce que nous ne sommes point sous la loi, mais sous la grâce ? Nullement ! » (Romains 6.15)

verite christianisme bibleQue signifie donc “ne plus être sous le pédagogue” ? Abandonner la Loi de Dieu ou Observer la Torah de Dieu ? Cette question peut paraître étrange pour le profane et ceux qui ne sont pas au courant de certaines discussions doctrinales sensibles dans le monde chrétien, mais elle revêt une importance toute particulière au vu des conséquences parfois dévastatrices que peut engendrer une mauvaise interprétation de certains versets de la Bible.

Dans une large partie du monde chrétien, beaucoup ont réellement été touchés par Dieu, ont vu sa main puissante faire des prodiges dans leur vie au travers de leur foi dans le Messie D’Israël. Parmi ces personnes, beaucoup cherchent sincèrement à marcher dans la sanctification en suivant les voies droites du Dieu d’Israël mais malheureusement, depuis trop longtemps, beaucoup sont déviés et détournés malgré eux par l’erreur d’un grand nombre d’enseignants qui opposent la loi et la grâce et qui propagent d’une manière consciente ou inconsciente, de dangereuses interprétations des Saintes Écritures, entraînant une grande partie des croyants à s’éloigner du chemin resserré de la sanctification, les privant ainsi de bien des bénédictions et les empêchant de comprendre le plan de Dieu dans « le rétablissement de toute chose ».

Ce sont ici les vierges folles dont parle le Messie dans la paraboles des 10 vierges : ayant bien commencé, munies de lampes qui éclairent, les 5 vierges folles terminent la course sans huile, et leur lampe ne leur sert plus de rien : « Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent » (Matthieu 25), tel est une des conséquences dramatiques des enseignements bloquant la sanctification et inspirant au peuple une fausse confiance comme il est dit au sujet de tous les Hanania des temps modernes : « Hanania ! L’Eternel ne t’a point envoyé, et tu inspires à ce peuple une fausse confiance. » (Jérémie 28).

Ainsi, il existe un verset souvent très mal compris et dont la mauvaise interprétation cause de réelles divisions, de graves troubles et beaucoup de souffrances, les mots sont pesés. Voici ce verset :

« Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi (Torah), en vue de la foi qui devait être révélée. Ainsi la Torah a été comme un pédagogue pour nous conduire au Messie, afin que nous fussions justifiés par la foi. – La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue.- Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi dans le Messie Yéshoua » (Galates, 3:23-26 – )

Depuis de nombreux siècles et aujourd’hui encore, beaucoup comprennent ainsi ce verset :

« Le pédagogue, c’est la loi de Moïse. Nous ne sommes donc plus sous la loi, nous n’avons donc plus à obéir à la Loi de Dieu, nous sommes libre en Jésus, la loi c’est pour les juifs, nous c’est la foi en Jésus, plus besoin de Loi, elle est dans notre coeur, Jésus l’a accompli pour nous etc, etc ! »

Sur un site chrétien connu dans le monde francophone, voici un commentaire parmi tant d’autres et accepté par tous :

« Plusieurs d’entre nous cherchent a vivre sous la loi tout en oubliant que Christ est venu pour nous arracher de cette loi ». Sachant que la loi est en vérité la Torah, c’est à dire la saine doctrine de Dieu, c’est comme si cette personne disait : “Christ est venu pour nous arracher de la saine doctrine”.

Comme nous le voyons, le verset du “pédagogue” est utilisé pour enseigner que nous n’avons plus à observer la loi de Dieu. Le raisonnement est simple : le verset dit que la loi est “comme un pédagogue” et ainsi, si nous ne sommes plus sous ce pédagogue, nous ne sommes donc plus sous la loi et donc, nous ne devrions plus être soumis à l’obéissance aux commandements de Dieu qui sont considérés bien à tort comme étant un lourd fardeau. Selon cet enseignement, en Jésus, nous serions délivrés de l’obéissance aux commandements de Dieu : ceci est une terrible perversion de l’Ecriture ; Plus c’est gros, plus ça passe.

Pourtant, l’Ecriture nous dit clairement l’inverse. Voyons quelques passages de l’Ecriture lorsque nous remplaçons le mot “loi” par “pédagogue” :

 

– 1 Corinthiens 7.19 : « L’observation du pédagogue est tout ».

– Matthieu 5.18-19 : « Celui qui observera le pédagogue sera appelé grand dans le royaume des cieux. »

– Actes 21.24 : « ainsi tous sauront que ce qu’ils ont entendu dire sur ton compte est faux, mais que toi aussi tu te conduis en observateur du pédagogue. »

– Ecclésiaste 12.13 : « Crains Dieu et observe le pédagogue, c’est la ce que doit faire tout homme »

– Apocalypse 14:12 : « C’est ici la persévérance des saints, qui gardent le pédagogue et la foi de Jésus. »

Pour tout celui qui aime la parole de Dieu et qui a l’amour de la vérité, la contradiction est énorme : si ne plus être sous le pédagogue signifie ne plus observer la loi, pourquoi tant de versets ordonnent l’inverse et montrent qu’il faut observer la loi de Dieu qui est effectivement “comme un pédagogue” ?

L’origine de l’erreur

L’erreur provient en vérité principalement d’une double confusion :

1) La mauvaise compréhension de l’expression “sous la loi”

David H. Stern, docteur en théologie, explique dans son ouvrage « le nouveau testament un livre juif » :

« L’expression grec « upo nomon » est habituellement traduite par « sous la loi ». Cette traduction a été utilisé pour soutenir une certaine théologie chrétienne « anti-Torah ». Voici une bien meilleur traduction : Sous la loi c’est être « Soumis à ce système perverti qui consiste à changer la Torah en légalisme »

Voilà une bien meilleur définition ! Par exemple, regardons ce verset : « Nous ne sommes plus sous la Loi mais sous la Grâce ». Sur son blog “Yéshoua, Messie d’Israël et du monde”, Karen Yemima bat Rosa Cecilia explique :

« Cette traduction est inexacte. En effet, dans nos Écritures traduites, il faut savoir que le mot « Loi » traduit fait référence à plusieurs expressions grecques différentes. Dans ce Texte du rav Sha’oul (Paul), le mot « Loi » traduit l’expression « upo nomon » que David Stern rend par : « Vous n’êtes plus soumis à un système légaliste mais à la Grâce » (Lettre aux Romains 6:14)

L’expression « upo nomon », seulement utilisée par Sha’oul dans toute la B’rit Hadasha (nouvelle alliance), renvoie à une connotation légaliste, pervertie de l’observance de la Torah. Ainsi donc, Sha’oul ne détruit pas la Torah, mais au contraire, remet son observance à sa juste place. »

Egalement, d’une façon complémentaire, l’expression “sous la loi” peut aussi être comprise par “sous la condamnation de la loi”. Lorsqu’il y a du péché dans nos vies, la loi vient nous condamner et ainsi, le pécheur est “sous la loi” et a désespérément besoin de grâce non pas pour continuer à transgresser mais plutôt pour se réformer après s’être repenti pour observer ensuite librement la loi de Dieu sans le poids de la condamnation qui pèse sur lui. Cela pourrait être comparable à une expression française connue : “être sous le coup de la loi” : si je dis que je ne suis plus “sous le coup de la loi”, cela signifie-t-il que la loi ne doit plus être observée ? Nullement : cela signifie que j’ai été dégagé de la sanction prévu par la loi et que je peux désormais librement la respecter. Il en est de même avec la loi de Dieu.

2) La deuxième erreur provient de l’amalgame qui est fait entre les pratiques pharisiennes et l’observation de la loi selon Dieu.

A l’époque de Yéshoua, les pharisiens imposaient un joug pesant au peuple comme le dit le Messie à leur sujet : « Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt. » (Matthieu 23.4).

Quel est donc ce joug pesant ? La grosse erreur serait de croire qu’il s’agit de la Torah de Dieu ! En vérité, ce joug pesant était principalement le suivant : les pharisiens exigeaient une stricte observation de la Torah et de toutes les lois rabbiniques ajoutées à la Torah, sous peine de juger et de condamner parfois sévèrement, sans amour et sans discernement tous ceux et celles qui ne pouvaient porter cette charge. Le problème n’est pas l’observation de la Torah et des lois rabbiniques appelées aussi “lois barrières” car ces deux choses sont bonnes et approuvées de Dieu comme nous le démontrerons dans un futur article. Le problème est d’ériger certaines lois barrières et tradition au même niveau d’importance que la Torah elle-même puis d’imposer l’ensemble à tout le peuple en condamnant et en jugeant sévèrement tous ceux qui ne peuvent porter cette charge. C’est ici le légalisme. En vérité, les pharisiens eux-même transgressaient de bien des façons ce qu’ils imposaient au peuple, c’est pour cela que Paul dira (Par la même occasion, remarquez à quel point Paul parle positivement de la Loi de Dieu.) :

« Toi qui te donnes le nom de Juif, qui te reposes sur la loi, qui te glorifies de Dieu, qui connais sapharisien legaliste volonté, qui apprécies la différence des choses, étant instruit par la loi; toi qui te flattes d’être le conducteur des aveugles, la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres, le docteur des insensés, le maître des ignorants, parce que tu as dans la loi la règle de la science et de la vérité; toi donc, qui enseignes les autres, tu ne t’enseignes pas toi-même ! Toi qui prêches de ne pas dérober, tu dérobes ! Toi qui dis de ne pas commettre d’adultère, tu commets l’adultère ! Toi qui as en abomination les idoles, tu commets des sacrilèges ! Toi qui te fais une gloire de la loi, tu déshonores Dieu par la transgression de la loi ! Car le nom de Dieu est à cause de vous blasphémé parmi les païens, comme cela est écrit. » (Romains 2.17-24)

Le véritable but du pédagogue

Ainsi, comme nous l’avons vu, par la foi dans le Messie, beaucoup pensent que nous ne serions plus soumis à l’obéissance à la loi de Dieu. Réfléchissons à cela : Un païen qui vit dans le péché n’a jamais observé la loi de Dieu, au contraire, il vit dans la transgression continuelle des lois parfaites du créateur données dans la Bible. Selon l’interprétation classique, comment ce païen pourrait-il dire : “Jésus m’a sauvé, je n’ai plus à observer la loi divine, youpi je suis libre en Christ !” ? Comment donc Jésus pourrait-il le libérer d’une chose qu’il n’a jamais observé ? Bien que défiant la raison et contredisant de nombreux passages de la Bible, cette interprétation est pourtant répandue dans l’inconscient d’une partie du monde chrétien.

Regardons ce que dit Galates 2.17-18 : « Mais si, en cherchant à être justifiés par Le Messie, nous étions nous-mêmes trouvés transgresseurs de la Torah, le Messie serait-il donc un ministre de la transgression de la Torah ? Nullement ! Car, si je rebâtis les choses que j’ai détruites (la transgression), je me déclare moi-même un prévaricateur (transgresseur de la Torah); »

Allons plus loin et regardons plus précisément un des rôles pédagogique de la loi. La « malédiction de la loi » ou « loi du péché et de la mort » nous fait comprendre (comme un pédagogue) que nous sommes sous un joug (celui du péché, romains 6.22). Un des rôles de la loi est d’être comme un pédagogue nous montrant que nous sommes condamnés par la Loi de Dieu et sous une malédiction découlant de nos multiples profanations des lois parfaites de Dieu.

loi pedagogue christ torah yeshoua 640Ainsi, cette fonction de pédagogue de la loi, dévoile nos fautes et nous conduit au Messie qui, par la grâce de Dieu, est le seul capable de nous libérer de la loi du péché et de la mort afin de ne plus être sous la condamnation et la malédiction de la loi. C’est ce que Paul dit lorsqu’il affirme que nous ne sommes plus sous la loi : ne plus être “sous la loi” est une expression qui signifie que l’homme, par la foi et la repentance, n’est plus sous la condamnation et la malédiction de la loi ni sous le fardeau et la menace de lois humaines imposées par des hommes légalistes.

Ainsi donc, une grande partie du monde chrétien se trompe en pensant que “ne plus être sous la loi” signifierait que nous serions libérés de l’observation des lois parfaites de Dieu. En fait, c’est précisément l’inverse qui se produit : la grâce de Dieu nous enseigne à renoncer à l’impiété et donc à observer les lois parfaites de Dieu (Tite 2.13), sans rien retrancher mais avec grâce et vérité, sans condamnation, par la foi en Yéshoua qui, par l’Esprit de Dieu, nous aide dans nos faiblesses. C’est ce que Paul nous dit en Romains 8:2 : « la loi de l’esprit de vie en Yéshoua le Messie m’a affranchi de la loi du péché et de la mort ». 

Il faut bien comprendre qu’avant d’avoir la foi, nous étions sous la « loi du péché et de la mort » (la malédiction). Nous sommes pécheurs et condamnés à être séparés de Dieu pour l’éternité. Après avoir cru, nous ne sommes plus sous la « loi du péché et de la mort ». Nous avons été sauvés et pardonnés pour nos péchés. Nous avons désormais la vie éternelle en Yeshoua si toutefois nous travaillons à notre salut en suivant et en obéissant aux règles établies par Dieu que nous retrouvons dans sa la loi parfaite (Torah) comme il est dit : « tu as dans la loi la règle de la science et de la vérité » (Romains 2) et encore : « l’athlète n’est pas couronné, s’il n’a combattu suivant les règles. » (2 Timothée 2.5)

Notre joug ne vient pas de la Loi parfaite et merveilleuse de Dieu (Torah), mais de la « loi du péché et de la mort ». Pourquoi aurions-nous besoin d’être libérés de la « loi de Dieu », lorsque la Parole appelle la Torah « la loi de la liberté » et que Dieu déclare que l’obéissance à ses lois amène la bénédiction ? Avons-nous besoin d’être libérés de la Liberté et de la Bénédiction ? Une fois de plus, cela n’a aucun sens ! 

La « loi du péché et de la mort » résulte de notre désobéissance à la loi de Dieu. Comment le savons-nous ? Parce que Deutéronome 11:26-28 stipule que lorsque nous désobéissons à la loi de Dieu, nous sommes maudits. D’après la Parole, désobéir à la « loi de Dieu », revient à pécher (1 Jean 3:4).

Ainsi, ne plus être sous la Loi ou ne plus être sous le pédagogue, signifie ne plus être sous la condamnation de la loi ni être soumis à une observation légaliste de la loi, ce qui n’a rien a voir avec l’observation de la loi. Yéshoua a ôté la condamnation de la Loi qui pesait sur nous à cause de nos transgressions : par la foi et la téchouva (repentance) nous pouvons désormais observer et apprendre la loi de Dieu avec joie et vérité par l’aide du Saint-Esprit et ainsi, la véritable bénédiction de Dieu rentrera dans nos vies.

torah guide manuelPersonne n’oserait vivre dans la fornication ou ériger une statut à l’image de Dieu ou faire quelques prières à des morts ? Ces commandements font partis de la loi mosaïque et nous devons les observer ainsi que tous les autres : cela nécessite effectivement d’étudier et de mettre en pratique la parole petit à petit, chacun selon sa mesure de foi et sans aucune condamnation : Dieu est bon et patient avec ceux qui sont de bonne volonté.

Nous sommes désormais libre d’observer la loi au lieu de la transgresser selon que David le dit :  « alors je pourrai vivre dans la vraie liberté, car j’ai à coeur de suivre tes commandements » (Psaumes 119.45) : nous sommes affranchis de l’esclavage du péché par l’Esprit de vie que Dieu donne par la foi dans son Messie Yéshoua ! David avait très bien compris l’équilibre merveilleux entre la loi et la grâce.

La vraie liberté consiste à être Libéré de l’esclavage des hommes et de la loi du péché qui nous retiens captif de notre chair ; la vraie liberté nous donne d’être libéré de l’esclavage de la transgression de la loi selon ce que dit Jean : « quiconque pèche transgresse la loi » 1 Jean 3.4. Cela n’exclu pas le combat contre le péché mais par l’esprit de Dieu, le Seigneur nous donne la victoire « parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. » (1 Jean 5.4)

Ainsi, par la foi, nous décidons de nous repentir et de cesser de pécher pour suivre désormais Dieu dans l’obéissance, c’est ce que dit Jacques : « Vous voyez que l’homme est justifié par les oeuvres, et non par la foi seulement. » (jacques 2.24)

Yéshoua nous a libéré de la condamnation de la Torah en effaçant tout ce qui nous condamnait afin que nous puissions désormais observer la Loi bonne et parfaite de Dieu, c’est ce que signifie ce verset : « il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix » (Colossiens 2.14).

C’est pour cela qu’après avoir apporté cette grâce merveilleuse à la femme adultère, il lui dit : « Va et ne pèche plus », c’est à dire « Va et ne transgresse plus la Loi de Dieu » ou encore : « Va et observe la Torah ».

En Yéshoua, nous ne sommes plus SOUS la Loi et encore moins SANS Loi mais nous marchons AVEC la Loi, noussalut foi oeuvres loi l’observons avec Joie, cela fait partie de la sanctification et nous pouvons alors nous unir de coeur avec David dans le psaume 119 lorsqu’il dit, remplit du Saint-Esprit : « Leur coeur est insensible comme la graisse; Moi, je fais mes délices de ta loi. » (Psaume 119.70).

« Nous connaissons en ceci que nous aimons les enfants de Dieu, c’est que nous aimons Dieu, et que nous gardons ses commandements. Car ceci est l’amour de Dieu, c’est que nous gardions ses commandements; » (1 Jean 5.2-3)

« L’observation des commandements de Dieu est tout. » (1 corinthien 7.19)

« Paul aussi, marche en gardant la loi. » (actes 21.24) et il dira : « Je t’avoue bien que je sers le Dieu de mes pères selon la voie qu’ils appellent une secte, croyant tout ce qui est écrit dans la loi » (Actes 24.14). Dans la pensée juive, croire en Dieu est nécessairement accompagné de la mise en pratique de la parole sinon, comme le dit Jacques, la foi est vaine, inutile et morte (Jacques 2).

Sachant cela, Paul répond à ceux qui essaient de tordre ses épîtres en enseignant que la Loi de Dieu serait abolie/changée/modifiée :

« Ils ne sauraient prouver ce dont ils m’accusent maintenant. Je t’avoue bien que je sers le Dieu de mes pères selon la voie qu’ils appellent une secte, croyant tout ce qui est écrit dans la loi et dans les prophètes (croire = mettre en pratique), et ayant en Dieu cette espérance, comme ils l’ont eux-mêmes, qu’il y aura une résurrection des justes et des injustes. C’est pourquoi je m’efforce d’avoir constamment une conscience sans reproche devant Dieu et devant les hommes. » (Actes 24.13-16).

La lettre sans l’esprit tue mais l’esprit vivifie. Comme dit Paul, le moindre commandement de la Torah est spirituel : la Loi est spirituelle et évidemment comme le corps sans âme est mort, la Torah sans l’Esprit est lettre morte mais par l’Esprit, la Torah est une Torah de vie et libère la bénédiction et la puissance de Dieu par son étude et sa mise en pratique qui sanctifie réellement notre vie, construit et répare le monde : la spiritualité de la loi vient s’habiller dans ce monde par des pratiques concrètes que Moïse a donné au peuple de Dieu.

Ainsi, nous acceptons tous les commandements de Dieu et nous mettons en pratique la Torah en Esprit et en Vérité au travers de notre sauveur Yéshoua, selon la lumière que le Seigneur nous accorde et alors, nous grandissons dans la sanctification et auront suffisamment d’huile dans nos lampes pour aller à la rencontre de l’époux. Y a-t-il des commandements que nous ne comprenons pas encore ou que nous ne maîtrisons pas ? Aucune panique à avoir : notre part est d’étudier la Torah et le Dieu de Vérité nous enseignera en son temps.

 Le théologien Strong nous donne une information intéressante au sujet du pédagogue, ce qui vient confirmer tout ce qui est dit ici :« Parmi les Grecs et les Romains le mot pédagogue était appliqué aux esclaves dignes de confiance qui étaient chargés de veiller à la vie et à la moralité des garçons appartenant aux classes supérieures. Les garçons ne pouvaient faire le moindre pas hors de la maison sans ces tuteurs tant qu’ils n’avaient pas atteint leur majorité »

Ceci est très intéressant et nous montre effectivement pourquoi Paul a utilisé ce terme de Pédagogue : La Torah veille à nous préserver du pécher car en la suivant, nous marchons dans la vraie sanctification et la pureté selon Dieu comme il est écrit :

« Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier ? En se dirigeant d’après ta parole. Je te cherche de tout mon coeur : Ne me laisse pas égarer loin de tes commandements ! » (Psaumes 119.9-10)

Or, quiconque marche dans les voies de Dieu, ne peut que constater, chaque jour davantage, à quel point les voies de Dieu sont parfaites et à quel point nul homme, à part le Messie d’Israël, n’est en mesure d’observer parfaitement la Torah : c’est ce que nous montre le pédagogue afin, par la suite, de nous conduire à la foi dans le Messie pour que nous comprenions bien qu’il est le seul capable de nous justifier par son sang, c’est la le rôle du pédagogue !

Insistons et précisons : Ce que Paul dit est cela : un des rôles majeurs du pédagogue (de La Torah) est de nous montrer notre incapacité à nous justifier par les oeuvres SEULES, une prise de conscience nécessaire « pour nous conduire au Messie, afin que nous fussions justifiés par la foi. » (Galates 3.24)

Lorsque nous arrivons à la révélation du Messie qui nous justifie, c’est un peu comme si spirituellement, nous avions atteint notre majorité ainsi que le montre la définition du pédagogue que nous avons lu plus haut : « Les garçons ne pouvaient faire le moindre pas hors de la maison sans ces tuteurs tant qu’ils n’avaient pas atteint leur majorité ».

Une foi la majorité atteinte, les garçons deviennent des hommes et peuvent circuler partout librement sans enfreindre les lois et donc, sans se blesser.

« La foi (dans la justification par le Messie) étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue (plus sous cet aspect de la loi qui nous condamne et nous montre notre incapacité à être justifié par les oeuvres SEULES) ».

Désormais, il est possible d’observer la loi de Dieu et tous ses commandements non pas en y cherchant la justification mais par pure obéissance, à cause de cette grâce merveilleuse qui se trouve en Yéshoua notre sauveur, pour quiconque croit en Lui !

C’est d’ailleurs ici une preuve de la véritable foi : elle nous conduit à observer la loi de Dieu avec le coeur et sans condamnation, chose impossible à la chair car cela ne peut être accomplie qu’avec l’aide de l’Esprit de Dieu.

Celui qui est encore sous le pédagogue, est une personne qui est encore soumis à la condamnation de la loi car cherchant desespérément à y trouver le Salut et la justification sans s’appuyer sur l’oeuvre du Messie : une telle personne est effectivement « déchu de la grâce » : elle se prive elle-même de la grâce.

C’est pour cela que la véritable justification ne se fait que par la foi dans le Messie qui conduit à pratiquer des oeuvres de piétés avec un coeur bien disposé qui s’appuie constamment sur la grande bonté et miséricorde de Dieu : les deux sont liés et il est impossible d’être justifié devant Dieu par la foi seule ou par les oeuvres seules : c’est le message de Paul et Jacques.

Le but du pédagogue est de susciter la foi, de susciter la confiance dans la grâce parfaite de la Parole faite chair qui est devenue la malédiction pour nous sur le bois.

Avant de croire, nous étions sous la loi du péché et de la mort (la malédiction). Après avoir cru, nous ne sommes plus sous la malédiction (la loi du péché et de la mort). Si notre foi est vraie, alors nous pouvons désormais observer la loi de Dieu sans condamnation, avec une grande confiance joyeuse dans la grâce et la bonté de Dieu comme il est dit dans le magnifique psaumes 103 :

« L’Éternel est ému de compassion envers ceux qui le craignent. Car il connaît de quoi nous sommes faits, il se souvient que nous ne sommes que poussière. La bonté de l’Éternel est de tout temps et à toujours sur ceux qui le craignent, et sa justice pour les enfants de leurs enfants, Pour ceux qui gardent son alliance et se souviennent de ses commandements pour les accomplir. »

Cependant, il est impossible de tromper Dieu : celui qui se sert de la grâce de Dieu pour continuer volontairement à briser les lois divines et à se battre et à enseigner contre la loi de Dieu en s’appuyant sur de faux enseignements, celui là court un grave danger :

Celui qui déclare ne plus être sous le pédagogue et transgresse la loi est semblable à un fils qui, une fois qu’il n’a plus de pédagogue, se met à vivre dans la dissolution et la rébellion à tout ce qu’il avait pourtant appris de ses maîtres.

En effet, Dans TOUTE l’Ecriture, Dieu n’a de cesse de nous avertir et de nous expliquer quel est l’origine profonde de tous nos maux ! Par exemple, en Jérémie 9, Dieu explique pourquoi tant de souffrances atteignent son peuple :

« L’Eternel dit : C’est parce qu’ils ont abandonné ma loi (Torah), Que j’avais mise devant eux; Parce qu’ils n’ont point écouté ma voix, Et qu’ils ne l’ont point suivie; Parce qu’ils ont suivi les penchants de leur coeur » (Jérémie 9)

On comprend mieux pourquoi David était rempli de Sainte colère à la vue de ceux qui méprisent la Torah de Dieu :

« Une colère ardente me saisit à la vue des méchants Qui abandonnent ta loi (Torah). » (Psaumes 119:53).

Et pourtant, malgré de telles évidences, le peuple de Dieu continue à renier la Loi divine, reproduisant l’erreur antique que nous trouvons dans les Ecritures :

« Ils rendirent leur coeur dur comme le diamant, pour ne pas écouter la loi (Torah) » (Zacharie 7.12)

Malgré l’évidence, comment se fait-il que tant de personnes se cachent derrière toutes sorte de fausses interprétations des Ecritures qu’ils ne veulent pas quitter ? La réponse est simple car en vérité, ces interprétations erronées ne font que flatter la chair, car la chair se plait à vivre dans la désobéissance à la loi divine (Romains 8.7). Ces paroles sont durs pour certains mais ceux qui ont l’amour de la vérité capituleront devant l’évidence et Dieu, après leur repentance, les élèvera et les bénira ainsi qu’il fait à tous ceux qui observent et se régalent de sa Torah parfaite :

« Observe les commandements de l’Eternel, ton Dieu selon ce qui est écrit dans la loi (Torah) de Moïse, afin que tu réussisses dans tout ce que tu feras et partout où tu te tourneras » (1 Rois 2:3)

« Fortifie-toi seulement et aie bon courage, en agissant fidèlement selon toute la loi que Moïse afin de réussir dans tout ce que tu entreprendras. Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit; car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras. » (Josué 1:7-8)

N’y a-t-il pas ici de merveilleuses promesses que Dieu nous donne par la foi en Yéshoua ? Ainsi, ne transformons pas la grâce de Dieu en dissolution mais au contraire, marchons dans la sanctification en saisissant les merveilleuses promesses que Dieu donne à tous ceux qui sont fidèles à la Saine Doctrine !

Prions avec David cette simple prière : « Donne-moi l’intelligence, et je garderai ta loi; je l’observerai de tout mon coeur. » (Psaumes 119:34 : ) Amen vé amen !

faire un don RD

Laisse un commentaire pour nous partager ton ressenti et ton expérience !

Une étude et un partage réalisée par la seule grâce infinie d’HaShem(Dieu) et avec la précieuse aide des rabbanim d’aujourd’hui et des sages d’Israël d’autrefois.

Note importante relative au contenu des articles du site web : Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète de l’article, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

En dehors des citations et autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessaloniciens 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre liberté en Yéshoua pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine. En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages : « Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme.[…] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot). Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

paracha

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :
Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

paracha

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

11 Commentaires

  1. Amadji

    MERCI de me répondre merci voilà que le christ nous a racheter de la malédiction de la loi

    si je désobéir de nouveau où il arrive que je pêche en TRANSGRESSant la loi de Dieu me remet-je sous la malédiction ??? où dans ce cas que faut il faire ?? doije aller confesser ou demander pardon à Dieu??

    Admettons que je péche ce péché peux t’il me privé du salut ?? dans quel cas alors ??
    doije me répentir confesser ou demander pardon ??

    Vous mm avec le saint Esprit vous ne péché plus??

    Réponse
  2. Junior

    Bonjour a tous, je viens de lire vos commentaires.J’avoue que je suis d’accord sur la plupart des points sauf que sans plus d’éclaircissement je prendrais toujours a la pincette ce qui est dit. Car l’apôtre Paul dit aux Galates(étaient-ce des juifs ou Paiens) que même si un ange du ciel venait nous annoncer un autre évangile qu’il soit anathème en parlant aux Galates qui avaient commencé sous la grâce et qui voulaient revenir a la loi(De quelle loi s’agit t-il ici?). quelqu’un peut-il me dire ce que Actes 16 nous dit a propos des croyants d’autres nations qui avaient adopté la foi en Jésus? Quel a été l’issue finale ou la recommandation des Apôtres à ces croyants?
    Quand on parle de loi, parle t-on uniquement de la loi de moise? N’ y a t-il pas une loi Universelle pour tous(Juifs ou non juifs)?

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Shalom Junior, merci pour ta question. Il est un postulat irréfutable qu’il ne faut pas oublier et sur lequel Paul revient régulièrement : il ne dit jamais qu’une personne qui obéit aux commandements de Dieu, à la loi de Moïse, est maudit. Le problème, est que nous avons tous hérité d’une lecture des textes interprétées par le monde catholique (Luther et les gens de la réforme ont gardé beaucoup de choses de cet héritage qui aboutit à des lectures antijudaïque et antinomiste des textes de l’alliance renouvelée).

      Il faut bien comprendre que la Loi de Moïse n’est pas une chose étrange, archaïque ou je ne sais quoi : c’est la Loi du Dieu Tout puissant, en elle il y a tout : l’amour, la bonté, la miséricorde, la repentance, la grâce, les commandements, etc, etc : c’est la seule vraie loi universelle à laquelle la grâce nous conduit (la vraie grâce) comme il est dit dans le psaumes 85.11 : « la bonté et la vérité se rencontrent, La justice et la paix s’embrassent », (en prenant bien en compte que la Loi est la vérité (psaumes 119.142)).

      Actes 15 (et non actes 16, je crois que tu t’es trompé) nous parle de ceux des nations : il est évident qu’il est impossible et mal venu de leur imposer tous les commandements d’un seul coup ! C’est pour cela que les apotres sont clair : pour les nations, il y a les commandements fondamentaux à respecter dès le début (tu remarqueras qu’il s’agit des commandements de la loi de Moïse très important et pas encore respecté chez beaucoup de chrétien qui continuent de manger du sang par exemple) et pour le reste, les apôtres font confiance à Dieu pour enseigner et faire grandir les croyants des nations grâce à l’enseignement du shabbat (voir actes 15.21).

      Je te conseille vivement, si tu en as la possibilité et l’envie, de prendre connaissance du projet de cursus d’accompagnement vidéos vers les racines hébraïques de la foi : https://www.leretourauxracines.com/

      A bientôt si Dieu permet !
      Thomas.

      Réponse
      • Junior

        Paix sur toi aussi.
        Mon problème avec cette conception est que même les apôtres ont dit que eux-mêmes ni leur pères n’ont pu respecter la loi de Moise.Prenons par exemple l’ordre donné de lapider celui qui commet adultère, vous qui voulez retourner a la loi de Moise, quand ou comment l’avez vous respecté? sachant qu’en ne le faisant pas vous avez péchez contre toute la loi!
        Voici mon point concernant la loi et la grâce.
        La loi de Moise était l’ombre des choses a venir.La réalité est en Christ!
        La loi nous disait fais le bien sinon tu seras puni.Si tu fais le bien tu respectes la loi ou tu accomplis la loi.
        Si tu fais du mal selon la loi, tu dois être punis pour que la loi soit respecté.
        Personne n’a jamais pu faire le bien a part Christ, donc tous sont condamnés et pour que la loi soit respecté il faut que tous meurt.A cet effet la loi de moise prévoit des sacrifices pour que le pécheur soit pardonné mais ceci n’étant qu’une image d’un vrai et parfait sacrifice qui doit etre accomplis, ce qui se faisait sous la loi de Moise n’étant pas suffisant la loi de Moise dans ses sacrifices restait en suspens quand a leur accomplissements reel.
        Jesus sur la croix a dit tout est accomplis!
        Ce qui signifie que le coupable qui se confiait ou se confie en l’agneau pour son peché peut maintenant etre vraiment pardonné car le véritable sang a maintenant coulé.
        Le coupable n’est pas seulement pardonné mais il est puni, mort dans la mort de Jésus.
        Le coupable mort par la mort de Jésus reçoit une nouvelle vie Par l’Esprit pour vivre une vie sans péché.
        Si on parle de “sans péché” cela sous entend qu’il y’a une loi qui définit ce qui est péché ou pas.
        Cette loi la alors, quelle est-elle?
        A ce niveau n’étant pas trop sure de ma compréhension je laisserai celui qui en a reçut la compréhension par la grace de Dieu et qui ne la vend pas dans un livre de bien vouloir me l’expliquer.
        Je voulais pas etre long mais j’ai pas trouvé meilleurs moyens de m’exprimer.
        Paix de Dieu sur tout ceux qui aiment la vérité sans se fâcher!

        Réponse
        • RencontrerDieu.com

          Junior, respectes-tu parfaitement le code de la route ? Si tu fais la moindre erreur involontaire ou le moindre excès de vitesse, est-ce que alors tu devrais ne pas observer le code de la route, sous prétexte que tu n’es pas parfait ? D’une manière simple et imagée, il y a ici une partie de la réponse.

          Pour l’exemple de la lapidation et de la femme adultère, il est nécessaire d’étudier sérieusement ce sujet afin de ne pas tomber dans les erreurs et conclusions mauvaises de ceux qui n’ont aucune compréhension de la loi de Moïse. Il y a justement une étude qui t’y aidera sur ce site (lien cliquable) :

          Yéshoua (Jésus) et la femme adultère face à la loi de Moïse – Abolition de certaines lois ou parfaite observation de la Torah par le Messie d’Israël ?

          Pour le reste, il y a tellement de choses à dire sur le peu de lignes que tu as écrits que si tu veux vraiment des réponses, tu vas devoir lire et travailler : pour cela, je ne peux que te conseiller de consulter tous les articles de la rubrique fausse doctrine de l’abolition de la loi, toutes les réponses à tes questions y sont (lien cliquable) :

          Dossier Spécial : La fausse doctrine de l’abolition de la Loi (Torah) dévoilée

          N’oublions jamais qu’en parlant des commandements de la Torah (loi de Moîse), le Messie (que les croyants sont censés suivre) dira : “celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, -celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.” (Matthieu 5.19).

          Les écrits de la nouvelle alliance n’existaient pas pendant des décénnies à l’époque des premiers discples : leur base était et devrait toujours être les Ecritures : la Torah et les prophètes.

          L’apocalypse dit que les croyants sont ceux qui ont le témoignages du Messie et qui garde les commandements de Dieu (loi de Moïse), voir Ap 14:12

          Pour le reste, si tu vas aller plus loin, il te faudra aussi certainement et nécessairement acheter des livres un jour afin aussi d’aider ceux qui les produisent et grandir dans la connaissance, à moins que tu ne participes à tous les frais pour que cela soit gratuit pour toi et les autres (souvent, à ce stade, il n’y a plus personne).

          “Paix de Dieu sur tout ceux qui aiment la vérité sans se fâcher!” –> Entièrement d’accord.

          Bonne “chance” et surtout, bon courage, que l’Eternel te conduise !

  3. Frederic

    Merci Thomas pour ton blog et grand Merci à notre Seigneur Jésus-Christ. Je viens de découvrir ce site et je suis si émerveillé par la justesse des enseignements. Merci de nous aider à nous recoller à notre racine juive. Car bon nombre de chrétiens croient que la foi est venue avec eux, leur pasteur ou leur église.

    Réponse
  4. Serge Royer

    Tout à fait, il n’ya rien de péjoratif dans ce passage de l’épitre aux Hébreux.
    J’ai une compréhension différente…..je ne chercherais pas polémiquer.
    Fraternellement en notre Messie
    Serge

    Réponse
    • Thomas

      Aucun problème Serge, la précision était justement là pour bien préciser les choses afin qu’il n’y ait pas de confusions car des qu’il s’agit d’obéir à la loi de Dieu, les polémiques sont malheureusement légions malgré la clarté de la Parole… Seulement, il est vrai que les épitres de Paul sont si mal comprises … comme avait prévenu Pierre lorsqu’il dit au sujet des écrits de Paul : « il y a des points difficiles à comprendre » (2 Pierre 3.16)
      Thomas.

      Réponse
  5. Serge Royer

    Shalom.
    Le mot grec traduit par “pédagogue” désignait un esclave chargé de surveiller les enfants et de les conduire chez leur enseignant.
    Yéshoua est le but de la Torah,Il l’a confirmé.

    Nous ne sommes plus attaché aux oeuvres de la Torah (les mitsvot)

    Lettre aux Juifs messianiques(Hébreux)chap.9v9 10 C’est une figure pour le temps actuel, où l’on présente des offrandes et des sacrifices qui ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte, et qui, avec les aliments, les boissons et les diverses ablutions ,étaient des ordonnances charnelles imposées jusqu’à une époque de réformation.

    La Torah n’a jamais été annulée !

    Réponse
    • Thomas

      Précision importante pour éviter toute mauvaise compréhension : Dans ce verset de l’épître aux hébreux que vous citez, lorsqu’il est parlé des “ordonnances charnelles”, cela ne dit pas que la loi de Dieu est charnelle car la Loi de Dieu et toutes ses mitsvoth (commandements) sont spirituels (Romains 7.14).

      L’expression “ordonnances charnelles jusqu’à une époque de réformation” parlent des commandements effectués avec le corps, d’une manière physique (rien de péjoratifs), des choses nécessaires pratiquées jusqu’au temps du renouvellement de l’alliance en Yéshoua (mal traduit par “réformation” mais mieux traduit par “renouvellement” comme dans la traduction ostervald), des choses qui d’ailleurs, reprendront dans les 3ème temple selon Zacharie et Ezechiel, avec l’approbation de Dieu.

      Au sujet du mot grecque “pédagogue”, voici un rajout important apporter dans l’article en complément et précision :

      Le théologien Strong nous donne une information intéressante au sujet du pédagogue, ce qui vient confirmer tout ce qui est dit ici :

      « Parmi les Grecs et les Romains le mot pédagogue était appliqué aux esclaves dignes de confiance qui étaient chargés de veiller à la vie et à la moralité des garçons appartenant aux classes supérieures. Les garçons ne pouvaient faire le moindre pas hors de la maison sans ces tuteurs tant qu’ils n’avaient pas atteint leur majorité »

      Ceci est très intéressant et nous montre effectivement pourquoi Paul a utilisé ce terme de Pédagogue : La Torah veille à nous préserver du pécher car en la suivant, nous marchons dans la vraie sanctification et la pureté selon Dieu comme il est écrit :

      « Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier ? En se dirigeant d’après ta parole. Je te cherche de tout mon coeur : Ne me laisse pas égarer loin de tes commandements ! » (Psaumes 119.9-10)

      Or, quiconque marche dans les voies de Dieu, ne peut que constater, chaque jour davantage, à quel point les voies de Dieu sont parfaites et à quel point nul homme, à part le Messie d’Israël, n’est en mesure d’observer parfaitement la Torah : c’est ce que nous montre le pédagogue afin, par la suite, de nous conduire à la foi dans le Messie qui est le seul capable de nous justifier par son sang, c’est la le rôle du pédagogue !

      Insistons et précisons : Ce que Paul dit est cela : un des rôles majeurs du pédagogue (de La Torah) est de nous montrer notre incapacité à nous justifier par les oeuvres SEULES, une prise de conscience nécessaire « pour nous conduire au Messie, afin que nous fussions justifiés par la foi. » (Galates 3.24)

      Lorsque nous arrivons à la révélation du Messie qui nous justifie, c’est un peu comme si spirituellement, nous avions atteint notre majorité ainsi que le montre la définition du pédagogue que nous avons vu plus haut : « Les garçons ne pouvaient faire le moindre pas hors de la maison sans ces tuteurs tant qu’ils n’avaient pas atteint leur majorité ».

      Une foi la majorité atteinte, les garçons deviennent des hommes et peuvent circuler partout librement sans enfreindre les lois.

      « La foi (dans la justification par le Messie) étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue (plus sous cet aspect de la loi qui nous condamne et nous montre notre incapacité à être justifié par les oeuvres SEULES) ».

      Désormais, il est possible d’observer la loi de Dieu et tous ses commandements non pas en y cherchant la justification mais par pur obéissance, à cause de cette grâce merveilleuse qui se trouve en Yéshoua notre sauveur !

      C’est d’ailleurs ici une preuve de la véritable foi : elle nous conduit à observer la loi de Dieu, chose impossible à la chair et qui ne peut être accomplie qu’avec l’aide de l’Esprit de Dieu.

      Celui qui est encore sous le pédagogue, est une personne qui est encore soumis à la condamnation de la loi car cherchant desespérément à y trouver le Salut et la justification sans s’appuyer sur l’oeuvre du Messie : une telle personne est effectivement « déchu de la grâce » : elle se prive elle-même de la grâce.

      Celui qui déclare ne plus être sous le pédagogue et transgresse la loi est semblable à un fils qui, une fois qu’il n’a plus de pédagogue, se met à vivre dans la dissolution et la rébellion en reniant ce qu’il avait pourtant appris de ses maîtres.

      C’est pour cela que la véritable justification ne se fait que par la foi dans le Messie qui conduit à pratiquer des oeuvres de piétés avec un coeur bien disposé qui s’appuit constamment sur la grande bonté et miséricorde de Dieu : les deux sont liés et il est impossible d’être justifié devant Dieu par la foi seule en négligeant les oeuvres de la loi ou par les oeuvres seules mais les deux sont nécessairement liés.

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This