Pessa’h : éradication de toute trace d’orgueil, pas même 1/64ème !

par | Avr 13, 2022 | 1 commentaire

Pendant les 7 jours de Pessa’h, il est connu que la Torah de l’Éternel nous ordonne d’éliminer tout levain (‘Hamets en hébreu) de nos maisons. Il est également interdit d’en manger comme il est dit : « Dès le premier jour [de la fête], il n’y aura plus de levain dans vos maisons » et encore : « Vous ne mangerez point de pain levé; » (Exode 15:16-20)

Parce que ce commandement émane de la bouche du Dieu suprême, quiconque l’observera avec foi sera béni et recevra une aide du Ciel pour améliorer sa conduite, ses voies et se rapprocher de l’Éternel.

Ce commandement du nettoyage du levain possède un impact spirituel réel qui est décuplé lorsqu’il est observé avec amour et compréhension : une aide céleste pour nous purifier du mauvais penchant et de l’orgueil nous sera accordée tout le restant de l’année jusqu’au prochain Pessa’h.

Le Rabbi Eliezer Papo, un des personnages du monde juif les plus vénérés et respectés des derniers siècles explique au sujet du levain que l’on doit éliminer durant Pessa’h :

Le précepte de brûler le levain est très important, car il s’agit de détruire notre esprit impur et notre mauvais penchant.

Par conséquent, plus on cherchera le levain et plus on sera digne de louanges.

Nos anciens nous ont légué des coutumes et des usages, aussi estimables les uns que les autres et qui possèdent tous une racine céleste.  Puissent nos actions être agréées en brûlant l’esprit impur.

Les disciples du Arizal ont écrit qu’on doit faire très attention à l’interdit du levain pendant la semaine de Pessa’h ; et celui qui se conduit rigoureusement sera assuré de ne pas faillir pendant toute l’année, car après avoir brûlé toute l’impureté, le mauvais penchant ne peut plus le dominer et le faire fauter.

Les Écrits de l’Alliance Renouvelée nous apprennent en effet que le levain est une image de l’orgueil et du mauvais penchant : ainsi, en ôtant véritablement le levain de nos maisons, Dieu nous aidera également à l’ôter de nos coeurs et grâce à l’accomplissement de cette sainte prescription nous grandirons nécessairement dans la sublime vertu de l’humilité.

Certains peuvent se poser la question : « Mais ce précepte, n’est-il pas pour les juifs ? »

La réponse est simple : selon les textes de l’Alliance Renouvelée, le croyant non-juif, par la foi dans le Messie Yéshoua, intègre le giron d’Israël et fait parti de la postérité d’Avraham (Galates 3:29) : le croyant non-juif se retrouve greffé spirituellement sur le peuple juif (Romains 11).

A ce titre, il est invité à découvrir les commandements de Dieu et à les mettre en pratique, ainsi que le Messie lui-même l’a enseigné dans de nombreux passages des Évangiles. Sans parler de l’apôtre Paul qui, loin d’abolir la loi, déclare régulièrement sa validité et fait son éloge.

Le moment est maintenant propice pour méditer un aspect que la Torah et les Sages enseignent au sujet des vertus de l’humilité, de la malfaisance de l’orgueil et du levain.

Dans la Michna 4, Chapitre 4 des Pirké Avot (Maxime des Pères) Rabbi Lévitas de Yavné dit :

« Sois très, très effacé, car l’espérance de l’homme c’est la vermine. »

Dans les commentaires du Traité des Pères, le Rambam explique que l’humilité est l’une des « suprêmes dispositions saines » qu’il nous faut absolument acquérir pour satisfaire le Créateur et prospérer à tout égard dans Ses voies.

Le Rambam (1) explique qu’en toute chose, il convient en général de trouver le juste milieu, mais, dit-il, la question de l’orgueil fait cependant exception au regard de toutes les autres formes de conduite, car du fait de la gravité de ce vice selon le jugement des sages qui connaissent le préjudice qui en résulte, ils ont poussé l’éloignement de l’orgueil jusqu’à son extrême opposé et ont penché vers un total effacement de soi, afin que ne reste absolument aucune trace d’orgueil en l’âme.

Le Rambam continue en ces termes :

« Je vais rapporter maintenant une partie de ce que les sages ont dit touchant l’éloge de l’humilité et la réprobation de l’orgueil, ce qui amena nos sages à nous enjoindre de s’approcher de l’effacement de soi en disant :

« Sois très, très effacé », de crainte qu’en restant dans les limites de l’humilité il ne demeure en nous un reste d’orgueil.

Prends exemple sur Moïse notre maître qui était parfait dans toutes les dispositions morales et intellectuelles, outre qu’il avait été élevé jusqu’à la prophétie, père en sagesse, père en prophétie et père en Torah; or au lieu de tout cela, l’Écriture ne l’a loué que pour son humilité, comme il est dit:

« L’homme Moïse était très humble, plus que tout homme sur la terre » (Nombres 12:3).

Les sages ont dit qu’en hébreu le mot « très » dénote le fait de pencher vers l’autre extrême, et l’on trouve écrit de même: « Que sommes-nous ? » (Ex. 16:7).

David pareillement – « l’oint du Dieu de Jacob, le chantre des cantiques d’Israël » (II Sam. 23:1), le roi dont les ordres sont obéis, dont l’Éternel a élevé le règne, qu’Il a rendu victorieux et qu’Il avait promis à Israël par l’intermédiaire de Moïse notre maître en disant: « Une étoile filera de Jacob » (Nomb. 24:17), ainsi que l’ont expliqué nos maîtres (cf. Targoum Onkelos), le prophète, le prince de soixante-dix Anciens, ainsi qu’il est dit: « Voici les noms des puissants de David siégeant dans l’assemblée de la sagesse » (II Sam. 23:8 et cf. M.Q. 16b) – le même David déclare malgré tout cela à son propre sujet:

« Un souffle cassé, un cœur brisé et humilié » (Ps. 51 :19). Et nombreuses sont les expressions de cette sorte témoignant d’une absolue humilité.

David, qui était un maître en Torah, et possédait une connaissance pointue de chaque loi et de leurs ramifications, n’a-t-il pas pourtant dit : « Ouvre mes yeux, pour que je contemple Les merveilles de ta loi ! » (Psaumes 119:18), témoignant par là de son extrême humilité ?

Lui, dont la stature spirituelle était sans commune mesure avec celle de nos générations orphelines, il ne prétendait pourtant pas connaître la moindre des lois et ressentait intensément le besoin de l’assistance divine pour afin que ses yeux s’ouvrent !

Et nous, qui en comparaison, sommes des illettrés au coeur et aux yeux bouchés, nous prétendrons connaître la moindre loi divine au point d’écarter de nous la plus petite des lois de Dieu ou pire encore, de l’abolir ?

Puissions-nous faire preuve d’humilité en écoutant le conseil et les prescriptions des anciens d’Israël, cela ne nous sera que profitable.

Quant à l’orgueil, dit le Rambam, les sages dirent (cf. Sota 4b) que tout homme qui s’enorgueillit, c’est comme s’il adorait une idole, car il est écrit:

« Tout orgueil est une abomination pour l’Éternel » (Prov. 16:5), et il est écrit ailleurs: « Ne fais entrer aucune abomination (i.e. idole) dans ta maison » (Deut. 7:26).

Ils ont déclaré aussi que le dévoiement d’orgueil est semblable à la transgression de toutes les unions interdites, car il est dit: « Tout orgueil est une abomination pour l’Éternel » (Prov. 16:5), et il est écrit ailleurs au sujet des unions interdites: « Car ils ont commis toutes ces abominations » (Lev. 18:27).

Les Sages dirent encore (cf. Sota Sa) qu’il convient d’abattre tout homme infatué comme on abat un arbre de Achéra [relatif à l’idolâtrie], car il est dit: « Les gens de haute taille seront abattus » (Is. 10:33), et il est écrit ailleurs: « Vous abattrez leurs arbres de Achéra » (Deut. 7:5)

Ils expliquèrent aussi que l’Éternel ne ressuscitera pas les orgueilleux au moment de la résurrection des morts, car il est écrit:

« Tes morts revivront; mes corps morts se relèveront ! Réveillez-vous et chantez de joie, ceux qui voisinent avec la poussière ! » ce qui désigne ceux qui ont voisiné avec la poussière pendant leur vie, c’est-à-dire les humbles, ceux-là seuls revivront.

Il existe encore bien d’autres jugements de cette sorte dans leurs paroles, comme par exemple (cf. Sota sb) que la lèpre est le châtiment des vaniteux, puisqu’il est dit: « Voici l’enseignement relatif à toute plaie et lèpre [ … ] à l’enflure, au dartre, etc. » (Lev. 14:54-56) ; or il n’est d’enflure que celle du cœur, car il est dit : « Voici le jour où l’Éternel rendra leur dû à tous les gens vaniteux et hautains [ … ] à tous les monts élevés et à toutes les collines enflées » (Is. 2:14). »

Toutes ces paroles du Rambam, et il y en a beaucoup d’autres, nous enseignent combien Il faut nous éloigner à l’extrême de l’orgueil et ne pas en tolérer une miette dans notre coeur tel que le nettoyage de la fête de Pessa’h nous l’enseigne : aucun levain ne doit subsister dans nos demeures.

Nous comprenons également pourquoi le médisant était frappé de lèpre, puisque médisance et orgueil sont indissociables, l’un découlant de l’autre. L’homme médit d’autrui à cause de l’orgueil logé dans les replis de son coeur.

Notons qu’il nous est demandé de nettoyer à fond notre maison, et non celle du voisin, afin de nous apprendre à être rigoureux au sujet de notre propre orgueil, c’est-à-dire de notre propre levain, tout en exerçant la miséricorde, la bonté, la justice et la patience avec celui chez qui nous pourrions apercevoir le levain de l’orgueil.

Il n’est cependant pas interdit d’aider notre semblable à se débarrasser de son propre « levain de malice », dès lors qu’il est en mesure d’accepter notre aide.

Le Rambam continue :

« Les Sages ont donc donné la mesure qui convient à ce sujet en la nommant métaphoriquement « un soixante-quatrième ».

A savoir que si l’on pose comme premier extrême l’orgueil puis comme extrême opposé l’effacement de soi, et que la distance entre les deux soit divisée en soixante-quatre intervalles, l’homme doit se tenir sur le soixante-troisième intervalle à l’opposé de l’orgueil.

Les sages ont donc refusé la voie moyenne en ce domaine afin d’éloigner l’homme de l’orgueil; en ce sens, celui auquel manquerait l’un des dits intervalles et s’approcherait de l’orgueil serait frappé par l’anathème. »

Ce que nous dit le Rambam rejoint ce que certains rabbanim (rabbins) ont expliqué au sujet de cette mesure métaphorique d’« un soixante-quatrième » : il est en vérité impossible à l’homme de calculer une telle mesure tant elle est petite, et ceci afin de nous enseigner que nous devons tout éliminer et ne pas commencer à rentrer dans des calculs qui seraient initiés par le mauvais penchant que nous cherchons justement à éradiquer !

Il y a ici un test dissimulé par la Sagesse des Sages dans leur sentence : l’homme qui craint Dieu ne cherchera pas à garder dans son coeur 1/64ème de cet orgueil. Mais l’homme léger, qui en vérité ne souhaite pas abandonner tout son orgueil, tordra et pervertira cet enseignement en trouvant ici l’occasion de justifier la présence d’un peu de levain dans son coeur et en proclamant : « je peux garder 1/64 d’orgueil, ce sont les sages qui l’ont dit ! »

Et puisque, selon la maxime du Messie Yéshoua, « un peu de levain fait lever toute la pâte », une telle personne qui prétendrait pouvoir  calculer et garder 1/64ème d’orgueil dans son coeur aura tout aussitôt fait de dépasser largement la mesure et de tomber dans le filet obscur de l’orgueil dont un des tragiques effets est celui de provoquer chez sa victime la cécité spirituelle et l’incapacité de discerner ses propres immenses manquements.

C’est là ce qu’explique admirablement le Ram’hal, ce grand maître d’Israël, avec des propos pesés à la balance : 

« L’orgueil est un état d’aveuglement qui empêche l’intelligence humaine d’apercevoir ses défauts et ses insuffisances. »

C’est pourquoi quiconque utiliserait cette mesure métaphorique d’« un soixante-quatrième » pour justifier le fait qu’il peut posséder « juste un tout petit peu d’orgueil », témoigne contre lui-même et démontre en vérité qu’il ne souhaite pas se purifier de tout son orgueil, car son mauvais penchant domine encore sur lui.

Mais l’homme qui craint Dieu et qui, dans sa persévérance à suivre l’Éternel, veut sauver son âme de l’abîme de l’orgueil, un tel homme ne jouera pas avec un si vil péché et travaillera activement pour ôter entièrement tout le levain de sa demeure physique et spirituelle (son âme) ! « Tout », sans en laisser 1/64 comme il est dit : « Vous ne mangerez point de pain levé; » (Exode 15:16-20), pas même 1/64.

Effectivement, poursuit le Rambam :

Rav Nahman a tranché en disant qu’il ne faut en aucun cas qu’il y ait en l’homme la moindre trace d’orgueil, qu’elle soit importante ou infime, car cette faute n’est pas mince.

Une disposition qui rend, en effet, l’homme odieux auprès de l’Éternel, comment pourrait-on s’en approcher si peu que ce fût ! Les Sages ont dit, en conséquence, au nom de Rav Nahman fils d’Isaac :

« Ni lui (i.e. l’orgueil), ni sa plus infime partie, car il est écrit: « Tout orgueil est une abomination pour l’Éternel » (Prov. 16:5). »

C’est pourquoi, à cause de la gravité de ce dévoiement, il est affirmé ici :

« Sois très, très effacé, car l’espérance de l’homme c’est la vermine », autrement dit: corrige-toi de manière à te détacher de l’orgueil en méditant le sort de ton corps qui finira en vermine.

Toutefois, qu’en est-il du sentiment de satisfaction personnelle que l’on peut parfois éprouver lorsque nous avons bien agi ? Est-ce là aussi un orgueil qu’il faut éliminer ?

Le Rabbi de Loubavitch (2) explique qu’il convient de différencier deux types de satisfaction personnelle :

1) Celui qui n’est pas conscient que sa réussite ne provient que de HaShem (Dieu) :

Quand une personne est fière de ses accomplissements, même si sa fierté est justifiée, elle nie, quelque part, la providence de D.ieu. Car en s’enorgueillissant, l’individu attribue son succès à ses propres efforts. S’il réalisait qu’en réalité tout ce qu’il réussit vient d’un don de D.ieu, il en viendrait à reconnaître avec gratitude la main de D.ieu.

Celui qui se croit éveillé et éclairé, quoique aveugle, et qui se permet de juger et de condamner aisément ses semblables est directement visé par la reproche que le Messie faisait à certains pharisiens au coeur enflé ainsi que nous le lisons dans ce passage de l’Écriture sainte :

« Quelques pharisiens qui étaient avec lui, ayant entendu ces paroles, lui dirent : Nous aussi, sommes-nous aveugles ? 41 Yéshoua (Jésus) leur répondit :

Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites : Nous voyons. C’est pour cela que votre péché subsiste. »

Attention : Ceci n’a pas pour but de minimiser l’importance des entreprises humaines. Il est écrit : « Et D.ieu te bénira dans tout ce que tu accomplis », ce qui implique que les efforts humains sont nécessaires. Sans en fournir, il ne dispose pas du moyen par lequel lui seront acheminées les bénédictions de D.ieu. Et quand le succès vient des bénédictions de D.ieu, il n’y a aucune place en l’homme pour un orgueil personnel.

2) L’autre type de fierté personnelle est présent dans le coeur de celui qui est pleinement conscient qu’il ne peut rien faire par lui-même et que toute sa réussite ne provient que de HaShem (Dieu) :

En effet, on peut toutefois récolter les avantages de la fierté sans ses aspects négatifs. Car il existe une source plus profonde de fierté que celle que l’on tire de soi-même, de ses aptitudes ou de ses accomplissements. D.ieu « nous a rendus saints par [Ses] commandements, et nous rapproche de [Son] service », nous accordant par là même un lien avec Lui et la mission d’élever et de raffiner le monde en général.

Et effectivement, s’il y a lieu de se glorifier, l’Écriture nous enseigne très clairement quel est l’unique forme d’orgueil qu’un homme qui craint Dieu peut avoir :

« Mais que celui qui veut se glorifier se glorifie d’avoir de l’intelligence et de me connaître, De savoir que je suis l’Éternel, Qui exerce la bonté, le droit et la justice sur la terre; Car c’est à cela que je prends plaisir, dit l’Éternel. » (Jérémie 9:24)

La joie et la fierté qu’un homme éprouve lorsqu’il connaît Dieu et travaille à cheminer dans Ses voies est le lot de l’homme humble à l’extrême, qui n’a pas même daigné laisser 1/64ème d’orgueil dans son coeur ainsi que les Sages l’enseignent.

En vérité, ce type de fierté accompagne l’homme humble et n’est en rien comparable à l’orgueil selon ce monde, qu’il faut éradiquer entièrement ainsi que la fête de Pessa’h et les Sages nous l’enseignent.

Enfin, en hébreu, une merveille apparait, confirmant la puissance et la profondeur de l’enseignement :

Les lettres hébraïques qui composent le mot « levain » (‘hamets) et « sans levain » (matsa) sont quasiment les mêmes : la différence ne tient qu’à un petit point (la différence entre le « Hé » et le « ‘Het »), c’est-à-dire à une miette véritablement :

Cette miette correspondant à la mesure métaphorique d’« un soixante-quatrième ». Cette miette est effectivement celle qui est capable de faire « lever toute la patte ». C’est pourquoi la présence de ce petit point ressemblant à une miette, transforme le mot « Matsa » (Pain sans levain) en « ‘Hamets » (pain levé). Sagesse inouïe de la langue sainte !

C’est pourquoi les maîtres d’Israël, ainsi que les textes de l’Alliance Renouvelée sont clairs :

Il nous faut être des « pains sans levain », car « un peu de levain » (1/64ème suffit) est en mesure de faire lever toute la pâte est de rendre l’homme abominable aux yeux du Tout-Puissant.

Puisse l’Éternel donner la force à Son peuple pour atteindre cette haute vertu de l’humilité en accomplissant spirituellement et matériellement ce précieux commandement relatif à la fête de Pâque : éliminer tout ‘Hamets de nos maisons physiques et spirituelles !

Si nous chassons le levain de nos maisons durant la fête de Pâque avec foi, sérieux et muni des bonnes intentions, l’Éternel, par son Esprit, nous aidera à éliminer le levain d’orgueil et de méchanceté présent dans nos coeurs.

Comme nous l’avons déjà évoqué ailleurs : c’est ce que l’on appelle en hébreu une Séguoula : une action physique produisant de véritables effets métaphysiques. Ici : la purification spirituelle de nos coeurs par l’élimination concrète et physique du levain.

Qu’il en soit ainsi pour tous ceux qui aiment Dieu, au nom du Messie d’Israël !

Amen vé amen.

Pour plus d’informations sur ce commandement divin lié à l’élimination du levain, nous vous recommandons de lire cet article dédié : Préparation à la fête de Pessa’h (Pâque) : le grand ménage du levain de l’orgueil !

Pour aller plus loin et soutenir notre travail :

Les maîtres d’Israël enseignent que le plus grand moyen de parvenir à se débarrasser de l’orgueil et à expérimenter le grand bénéfice de l’humilité est la lecture assidue des livres de morales divines (Moussar).

Sur la plateforme d’étude LeRetourAuxRacines, il existe un module spécial parsemé de « morale divine » : chaque jour pendant plus d’une année, vous recevrez une courte pensée bénie pour parfaire les traits de caractère du coeur et découvrir les racines hébraïques de la foi des écrits de l’Alliance Renouvelée. Nous vous recommandons ce module, il y a de beaux trésors spirituels :

1. Commentaires du Traité des Pères, Pirqé Avot, Moïse Maïmonide, Michna 4, Chapitre 4.

2. Sidra de la semaine, Chabbat Parchat Behar-Be’houkotai du samedi 8 mai 2010, 24 iyar 5770.

 

Réagissez à cet article en laissant un commentaire (en bas de la page).

Réagissez à cet article en laissant un commentaire !

Note importante relative aux articles et vidéos faisant intervenir à la fois des juifs, des rabbins, des chrétiens et des pasteurs :

Plusieurs sont étonnés et parfois même choqués de voir côte à côte, dans une même vidéo des rabbins et des pasteurs n'ayant pas toujours les mêmes convictions religieuses.

Il convient alors de préciser qu'en dehors des citations ou autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessalonicien 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre « liberté en Yéshoua » (Galates 2:4) pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine.

En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages :

« Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme […] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot).

Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Pour de plus amples informations, voir la déclaration de foi

Note sur les commentaires : les commentaires ne sont publiés que s'ils sont conformes à La Politique De Modération du site : Lire la politique de modération

Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète des contenus de ce site web, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

 

1 Commentaire

  1. Deogratias

    Shalom Thomas,

    Merci pour cet enseignement sur le danger d’orgueil et la nécessité d’un total effacement de soi, afin que ne reste absolument aucune trace d’orgueil en l’âme, comme le dit le Rambam!
    Il est intéressant de voir combien cela ressort clairement dans les lettres hébraïques qui composent le mot “levain” (‘hamets) et “sans levain” (matsa) où la différence ne tient qu’à une miette!
    L’Eternel témoigne sa bonté envers nous en nous donnant l’occasion de procéder à «la purification spirituelle de nos coeurs par l’élimination concrète et physique du levain»!

    ‘Hag Pessa’h Samea’h (Joyeuse fête de Pâque),
    Deogratias

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez nos messages privés par e-mails :
→ Pensées de Torah sur la Paracha de la semaine, les Prophètes, les hagiographes, l'Alliance Renouvelée (Nouveu Testament)
→ Enseignements et messages d'exhortations (conseils, éthique divine, etc.)
→ Réflexions et analyses spirituelles de l’actualité
Vos informations resteront privées et la désinscription peut se faire à tout moment. Vous pouvez consulter notre politique de vie privée en cliquant ici

Etude de la Paracha de la semaine :

Apostasie, naufrage et chute spirituels : analyse d’une cause majeure – Paracha Devarim – Deutéronome 1:1 à 3:22

Apostasie, naufrage et chute spirituels : analyse d’une cause majeure (Paracha Devarim)
1000 au combat, 1000 en prière pour une puissante victoire ! Paracha Matot/Massé
Les démons existent et nous poussent à un choix: repentance ou honte éternelle ? Paracha Pin’has
Les malédictions causées par nos paroles – Deux témoignages exceptionnels de la puissance de notre bouche – Paracha Balak
Secrets prophétiques du bâton fleuri d’Aaron : Preuve Ultime de l’élection d’Israël et du Messie Yéshoua
Les explorateurs : coulisses d’une faute immense – paracha Chela’h Lekha
Le secret des deux trompettes d’argent – Paracha Béhaalotékha
La paix dans le couple, une valeur essentielle aux yeux de D.ieu – Paracha Nasso (Nombres 4 :21 – 7:89)
L’Étude de la Torah délivre de la mort ! Témoignage exceptionnel de la providence ! Paracha Behar
Expérimenter la véritable bénédiction de Dieu avec Le miracle de la shemitah – Paracha Behar
Observer les Fêtes de Dieu : une clé précieuse pour marcher dans la sanctification – Paracha Emor
Savoir réprimander et accepter la réprimande : qui, quand, comment ? Paracha Kedochim
L’importance d’Honorer ses parents et d’honorer l’Éternel selon la Torah – Paracha Aharei Mot-Kedochim(Lévitique 16 à 20)
Cacherout & Médisance : Focus sur le véritable enseignement de Yéshoua (Jésus) et des Sages d’Israël – Paracha Tazria/Metsora- Copie
Ce n’est pas ce qui rentre dans la bouche qui souille l’homme – Prendre un texte hors contexte pour en faire un prétexte ? – Paracha Chémini (Lévitique 9 à 11)
Le meilleur remède contre le stress ! Paracha Vayikra + préparation fête de Pessah
Pépites de la paracha : arrête de t’prendre pour un grand, t’es tout p’tit ! – Vayakel
Les 2 extrêmes de l’histoire de l’Eglise en quelques versets – Paracha Ki Tissa
Homme Spirituel ou Animal Spirituel ? Le test par la dîme et les offrandes (Terouma)
L’esclavagisme moderne et la date du début de la délivrance finale prophétisés dans la Torah ? – Paracha Bechalah
Pourquoi le chaos et les crises mondiales de la fin des temps ? Analyse des racines spirituelles du mal selon la Torah
Déchirer le voile d’illusion et Dévoiler la gloire divine – Paracha Vayehi
Humiliation publique, honte, science moderne et jugement divin : que dit l’Écriture ? Paracha Vayigach
La haine contre Yossef : la source de tous les Haman de ce siècle – Paracha Mikets
Mesure pour mesure : On récolte ce que l’on sème – Paracha Vayechev
La foi, l’échelle, l’argent et l’évangile de prospérité – Paracha Vayétsé
Qu’est-ce que La vraie bénédiction et malédiction selon la Torah d’Israël ? Paracha ‘Haye Sarah
Le Messie, Fils unique du Dieu unique selon La Torah et les sages d’Israël – Vayera
La source de toutes confusions et de toutes divisions et son remède – Paracha Berechit (Genèse) et Noah (Noë)
Écoutes-tu la Torah ou idolâtres-tu un homme ? Paracha Haazinou
La crise des migrants face au jugement divin décrit dans la Torah du Dieu d’Israël – Paracha Ki Tavo (Deutéronome 26.1 à 29.8)
Pépite de la paracha – La loi de Dieu : source du bonheur dans le malheur – Paracha Ki Tetsé
La morsure salutaire du serpent : un outil céleste pour surmonter et sublimer les épreuves (Paracha Réeh)
Souviens-toi – Déluge, canicule, terrorisme, fin des temps et jugement imminent ? Paracha Devarim
Comment discerner les Balaam modernes et s’en préserver ? Paracha Balak
Le testeur d’intégrité spirituelle – Paracha ‘Houkat (Nombres 19 à 22:1)
« Crois au Messie Yéshoua et tu seras sauvé toi et ta famille » : explications – Parasha Kora’h
Une Torah sans frontières ! Pépites de la Paracha Nasso
Les apparences sont trompeuses – Paracha Bamidbar (Nombres 1 à 4.20)
Médisances, diffamations et calomnies : comment réagir et s’en préserver ? Tazria-Metsora
Prodiges dans la cacherout ! L’inspiration divine de la Torah démontrée par les lois alimentaires et les Sages d’Israël (Chémini)
Le secret de la grande Apostasie de l’Eglise, d’Israël et du monde entier – Tsav
Le miroir des Princesses d’Israël – transformer la flatterie, l’orgueil et la vanité en vertu & le profane en sacré – Paracha Vayakhel et Pekoudei
Le Véritable Amour et la Véritable Liberté selon Dieu – Paracha Michpatim(Exode 21 – 24)
Pépites de la Torah : l’éducation et l’honneur des parents – Paracha Yitro
Top 10 des preuves bibliques qui montrent pourquoi nous devrions garder le Shabbat – Paracha Bechala’h
Comment garder sa foi bouillante ? Une arme céleste à disposition de tous ! Paracha Bo
Une clé précieuse pour garder le zèle et gagner le Bon Combat de la foi : fais des efforts et place un arc-en-ciel dans ta vie ! Paracha Vaéra
La force, la valeur et l’immense impact spirituel des noms – Paracha Shemot et Vaera
Comment fuir le compromis et la tiédeur du libéralisme religieux ? Paracha Vayichla’h
Le libéralisme religieux, grand responsable d’un génocide spirituel : la preuve scientifique – paracha Toledot
Prophétie : c’est la dernière génération avant la venue du Messie ! Paracha Noah (Noé)
L’effort dans le service divin : clé de la bénédiction et antithèse du “salut sans les oeuvres” (Paracha Vezot Habrakha)
La loi de Dieu : joug pesant ou fardeau léger ? Paracha Nitsavim
L’ingratitude : la pire des abominations devant Dieu ? – Paracha Kitavo
Souviens-toi de ce que Dieu a fait à Myriam : Une leçon éternelle sur le fléau de la médisance (lachon hara) – Paracha Behaalotekha/Ki Tetsé
La Torah, Ce Trésor qui révèle l’orgueil du coeur (Paracha Choftim)
Les Véritables Fruits du faux prophète face à la Torah du Dieu d’Israël – Paracha Reeh & Chofetim (Deutéronome 11.26 à 21.9)
Le chrétien est-il obligé d’obéir à la loi de Moïse ? Paracha Ekev
Que signifie observer la Loi de Dieu ? Comment, pourquoi, pour qui ? (Paracha Vaethanan et Ekev)
Prophétie des temps de la fin: Les abeilles de l’Apocalypse ! Paracha Devarim
Shadow

Dernière vidéo publiée :

Secrets prophétiques du bâton fleuri d’Aaron : Preuve Ultime de l’élection d’Israël et du Messie Yéshoua (Paracha Kora’h)
Secrets prophétiques du bâton fleuri d’Aaron : Preuve Ultime de l’élection d’Israël et du Messie Yéshoua (Paracha Kora’h)
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Dernière article écrit publié :

Pessa’h : éradication de toute trace d’orgueil, pas même 1/64ème !
Pessa’h : éradication de toute trace d’orgueil, pas même 1/64ème !
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Fête ou jeûne du moment (en cours ou à venir prochainement) :

Date du jeûne du 9 Av (Ticha Be Av)

Entrée le Samedi 6 Aout 2022 à 21h21 (PARIS)
Sortie le Dimanche 7 Aout 2022 à 22h04

Pépite de vérité à la une actuellement :

protection dieu contre covid vaccin et complots

Pour aller plus loin, découvrez notre plateforme d’étude de la Torah :

Site web Le Retour aux racines : sortir de l'apostasie et découvre les racines juives hébraïques de la foi

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :
43 Partages
Tweetez
Partagez42
Enregistrer1