Pépites de la Torah : l’éducation et l’honneur des parents – Paracha Yitro

Exode 18 : 1 à 20 : 26

La paracha (portion d’étude de la Torah) Yitro, comme chaque paracha, est un vrai fleuve de vie qui réjouit le coeur et l’âme de tout homme qui prend la peine d’écouter les Paroles qui sortent de la bouche de l’Éternel, d’autant plus que la paracha nous parle du don de la Torah (Enseignement de Dieu), un des bienfaits les plus immenses jamais accordés à l’humanité !

Nous pouvons lire en Deutéronome 33:1-4 :

« Voici la bénédiction dont Moïse, l’homme de Dieu, bénit les enfants d’Israël avant de mourir. Il dit: “L’Éternel est apparu du haut du Sinaï, a brillé sur le Séir, pour eux ! S’est révélé sur le mont Pharan, a quitté les saintes myriades qui l’entourent, dans sa droite une loi de feu, pour eux! Ils te sont chers aussi, les peuples; tous leurs saints, ta main les protège: mais eux se sont couchés à tes pieds, ont recueilli ta propre parole. “C’est pour nous qu’il dicta une doctrine à Moïse; elle restera l’héritage de la communauté de Jacob.” »

Selon l’Ecriture et les commentaires des exégètes, Dieu avait proposé la Torah aux 70 nations. Dans ce passage, Sinaï désire les hébreux, Séir se rapport à Rome, Pharan à l’Arabie et les saintes myriades aux araméens. (Eva Brecht, BreChavouoth et le don de la Torah)

L’érudit juif Jacques Kohn explique que lorsque Hashem décida de donner la Torah à Israël, Il voulut la donner également aux autres peuples mais ils ont tous refusé en invoquant leur propre raison.

HaShem Se tourna vers les enfants d’Esaü, qui demandèrent :
« Qu’y est-il écrit ?
– Tu ne tueras point.
– Nous ne pouvons l’accepter, étant donné que notre ancêtre Isaac nous a bénis par les mots : “par ton épée tu vivras” (Berèchith27, 40). Le meurtre est dans notre nature profonde. »

Hachem Se tourna alors vers les enfants d’Ismaël, et ceux-ci demandèrent :
« Qu’y est-il écrit ?
– Tu ne voleras point.
– Nous ne pouvons l’accepter, étant donné que l’ange qui a annoncé la naissance de notre ancêtre a promis : “Sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui” (Berèchith 16, 12)”. »

Hachem Se tourna alors vers les enfants d’Amon et de Moab, et ceux-ci demandèrent :
« Qu’y est-il écrit ?
– Tu ne commettras point d’adultère.
– Nous ne pouvons l’accepter, étant donné que nous sommes issus d’une union incestueuse (Berèchith 19, 36 et suivants).
(D’après ‘Avoda zara 2b et Yalqout Chim‘oni Devarim 33 – https://cheela.org/conversation/55978/55991/Le-refus-de-la-Tora-par-les-autres-peuples).

Après cette petite introduction, regardons ici quelques petites pépites prélevées sur le précieux rocher de la Torah.

Dans notre paracha, nous lisons une ordonnance divine très connue dans le monde entier, à savoir la 5ème Parole de Dieu (5ème commandement) : « Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne. » (Exode 20.12)

Il est intéressant de noter qu’il s’agit d’un des rares versets qui nous présente un commandement directement suivi d’une promesse de longévité de vie. C’est d’ailleurs ce que l’apôtre Shaul (Paul) dira :

« Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère c’est le premier commandement avec une promesse, afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre » (Ephésiens 6 : 1-2) 
Rabbénou Sa’adia Gaon a dit : « Pourquoi la Torah a-t-elle considéré comme juste le fait de promettre la récompense « afin que soient prolongés tes jours », ce qu’elle n’a pas précisé pour les autres Mitsvot ? » Il répondit : « Si un homme ne respecte pas cette Mitsva, la sentence est que ses enfants également ne le respecteront pas. Ainsi, cela ne vaut pas la peine de lui rallonger sa vie, car dans sa vieillesse il aura obligatoirement besoin de l’aide de ses enfants… Mais, s’il respecte ses parents, alors quand viendra le moment, ses fils le respecteront à leur tour et il aura une vieillesse agréable et heureuse ! » (Honorer ses parents, une mitsva en or, Torah-Box)

De là nous apprenons, selon une définition plus profonde, que le véritable honneur des parents ne se vérifie pas seulement  durant leurs années de vitalité, mais se vérifie et se mesure surtout lors de leur vieillesse, lorsqu’ils commenceront à ne plus pouvoir s’occuper d’eux-même en raison de leurs age avancé. C’est ici que beaucoup échouent en envoyant leurs parents seuls et isolés dans une maison de retraite. L’idéal étant donc de les accompagner jusqu’au bout et de s’occuper d’eux, surtout durant leurs derrières années, sans qu’ils n’aient besoin d’aller dans aucune maison de retraire : voilà le véritable accomplissement de ce 5ème commandement.

Nous voyons que ce commandement est d’une grande valeur devant Dieu : aider et honorer ses parents, c’est aussi respecter son identité, ses origines et faire preuve de reconnaissance envers la source qui nous a engendrée et mise au monde. Naturellement, une telle attitude de coeur provoquera la même révérence, le même honneur, le même respect pour la source des sources, le Maître absolu de toutes les âmes, notre Dieu et notre Créateur. Mépriser ses parents, hausser le ton à leur égard ou mal leur parler, ne peut qu’attirer malheur et confusion dans notre vie.

« On a demandé à Rabbi Eliezer : “Jusqu’où va l’honneur dû aux parents ?” Il leur répondit : ” Jusqu’à ce qu’il [le père] prenne une bourse et la jette à la mer devant lui, et il [l’enfant] ne lui fait pas honte [ Il s’agit d’un cas où le fils est susceptible d’hériter du père].” » En d’autres termes, le fils, se sachant futur potentiel propriétaire du patrimoine paternel[2], aurait donc été fondé à réagir en voyant « ses » biens partir en fumée.

Maïmonide :

« Jusqu’où va l’honneur dû aux parents ? Même s’ils [les parents ] lui ont pris une bourse de pièces d’or lui appartenant, et l’ont jetée devant lui à la mer, qu’il ne leur fasse pas honte et qu’il ne manifeste pas de douleur devant eux, ni ne se mette en colère en leur présence, mais qu’il assume le décret de la Torah et reste silencieux. » (Site Yéshiva).

Ce simple commandement devrait sérieusement être étudié, médité et et mis en pratique par tout croyant, tant les bienfaits, comme chaque commandement, sont nombreux : cette mitsva (commandement) réjouit le coeur de Dieu et attire sa puissante faveur sur notre vie. Ce n’est pas pour rien que ce 5ème commandement est placé entre les lois qui régissent la relation de l’homme avec notre prochain et les lois qui régisse la relation de l’homme avec Dieu : déshonorer ses parents engendrera nécessairement une brisure dans notre relation avec Dieu et notre prochain.

Le Rav Mordékhai Steboun, sur le site Torah Box, nous rapporte une petite histoire tout à fait remarquable au sujet du respect dû à nos ancêtres, une histoire qui nous montre combien la pensée du monde est définitivement opposée à la pensée hébraïque biblique que Dieu a déversée et communiquée à son peuple Israël :

« Un jour, un hérétique s’adressa au Rav Yaakov Kaminestky (de mémoire bénie) : “Je dois reconnaître que vous, les religieux, vous nous avez surpassés en matière d’éducation. Vos enfants vous respectent énormément tandis que les nôtres sont très insolents, et je ne vois vraiment pas quelle serait notre erreur !”

Le Rav répondit : “C’est simple. D’après la Torah, les précédentes générations sont beaucoup plus importantes que nous, tandis que selon vous, plus le temps passe, plus vous devenez meilleurs”.

Voyant qu’il ne comprenait pas ses paroles, le Rav continua :

“Selon vos croyances, vous descendez des singes qui se sont progressivement transformés en hommes, comme l’affirme votre théorie de l’évolution. D’après ce principe, chaque enfant qui naît devient nécessairement beaucoup plus intelligent que ses parents. Si c’est ainsi, vous êtes le dernier maillon qui vous relie au singe et avez donc moins de valeur que vos enfants. Dans ces conditions, comment voulez-vous qu’ils vous respectent ?!

Mais en ce qui nous concerne, nous sommes le dernier maillon qui nous relie au don de la Torah. Ainsi, nos ancêtres qui l’ont reçue étaient beaucoup plus proches d’Hachem (D.ieu) et de la vérité que nous ne le serons jamais. C’est la raison pour laquelle nos enfants nous respectent autant !”

Cette anecdote reflète bien le ridicule et le caractère néfaste de la situation. Effectivement, enseigner à toute une génération d’enfants que nous descendons du singe ne devrait pas nous étonner quant au résultat obtenu… Cette courte histoire comporte de nombreux points de lumière et nous montre, une fois encore, combien la pensée de Dieu est à l’opposée de celle des hommes sans Torah.

Le Rav Eliaou Hassan, sur la paracha Yitro, nous rapporte lui aussi une courte et belle histoire nous montrant la beauté de la Torah lorsqu’il est dit au sujet des commandements de Dieu : « Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. » (Deutéronome 6 : 7)

Pere fils

Image : fr.Chabad.org

« Lors d’une soirée organisée dans le but d’encourager des non religieux à placer leurs enfants dans des écoles qui s’efforcent de transmettre une éducation juive authentique aux enfants, le Rav Ouri Zohar s’exprima ainsi : “Après avoir accepté de placer mes enfants dans des écoles juives de qualité, il arriva qu’un jour, en entrant dans ma cuisine, je surpris un de mes fils… se lever devant moi ! Lorsque j’en sortis, il se rassit ! Je lui demandai donc : “Qu’est-ce que cela signifie ?” Il me répondit : “Papa, c’est Kiboud Av vaEm (la mitsva (commandement) d’honorer son père et sa mère) !”

Aux paroles de mon fils, je ne pus contenir mes larmes qui coulèrent sur mon visage d’émotion. C’était la première fois que je réalisais que j’étais un père, que j’avais des enfants ! C’était la première fois que je compris qu’être un parent avait une signification bien plus profonde que ce que j’avais pensé jusque là. »

Nous voyons ici encore combien l’obéissance à la Parole de Dieu produit un baume de bonheur et de joie venant s’appliquer avec délicatesse sur le coeur. La puissance d’amour, de bienfait et de bénédiction qu’il y a dans l’obéissance aux commandements merveilleux du Saint béni soit-Il est grande car ce sont les commandements divins qui nous communiquent la vie véritable !

C’est pour cela que Paul, prophétisant sur la fin des temps, annoncera la triste conséquence des fausses doctrines religieuses qui visent à abolir la loi de Dieu : « les hommes seront rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux » (2 Timothée 3.2). Que cela nous encourage à garder avec toujours plus de ferveur la Torah de Dieu qui est cette Lumière dans laquelle marchait pleinement le Messie Yéshoua, nous laissant un exemple éternel, afin que nous suivions Ses traces. Celui ou celle qui enlève et retranche le moindre commandement de la Torah, enlève au coeur même de Dieu !

Rappelons ce que Le Rav Emmanuel MIMRAN, a expliqué lors d’un enseignement basé sur le livre Chiouré haRichone Létsion du Rav Ovadia Yossef :

« Rav Yossef était l’un des Rabbanim de l’époque du Talmud. Il ne s’arrêtait pas d’étudier et d’accomplir des Mitsvot (commandement), s’élevant ainsi dans la sainteté et la piété. Rav Yossef était aveugle (Kiddouchin 32b). Il savait cependant reconnaître les pas de sa mère et dès qu’elle s’approchait de lui, il se levait et disait : “Je me lève en l’honneur d’Hachem, car celui qui honore ses parents, honore ainsi Hachem.”

Les lois concernant cette Mitsva (commandement) nous montrent la grandeur de cette dernière. En effet, il ne faut jamais contredire ses parents ou mépriser leurs paroles, même lorsque cela nous semble difficile et honteux. Nous avons le devoir d’honorer nos parents autant que possible. Même lorsqu’il ne faut pas écouter ses parents (lorsqu’ils demandent -ou que leur requête implique- de transgresser la moindre faute), il faudra refuser avec respect…

Malheureusement, certains ne sont pas conscients du mérite qu’ils peuvent ainsi avoir et négligent cette Mitsva. Par exemple, lorsqu’une jeune fille rentre de l’école et que sa mère lui demande de lui acheter quelque chose à l’épicerie, il arrive qu’elle lui réponde : « Oui, je vais tout de suite y aller, juste un instant s’il te plait maman… » A la fin, la mère n’a plus le temps d’attendre et va toute seule…

Ce n’est pas ce que cette jeune fille aurait dû faire. Elle aurait dû s’interrompre tout de suite de ses occupations et obéir à sa mère. De même le garçon doit s’arrêter aussitôt de ce qu’il fait pour écouter son père ou sa mère !

Lorsque l’on est conscient que cette Mitsva est un mérite pour nous et non un fardeau, alors on l’accomplit de la plus belle façon possible. »

En souhaitant que ces quelques pépites auront fait les délices de votre âme et encourageront de nombreuses familles à la vertu en vue de la paix du foyer et de la sanctification du Nom divin. Que le seul, le vrai et l’unique Dieu, le Dieu d’Israël, nous aide à demeurer attachés pour toujours à Ses enseignements si vertueux. Amen vé amen.

« À cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la connaissance, à la connaissance la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité. Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Le Messie Yéshoua. » (2 Pierre 1 : 5-8)

Un partage de Thomas, sur la paracha de la semaine, par la seule grâce infinie d’HaShem(Dieu) et avec la précieuse aide des rabbanim d’aujourd’hui et des sages d’Israël d’autrefois.

Dans le même thème : L’importance d’Honorer ses parents et d’honorer l’Éternel selon la Torah

Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

paracha

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Une étude et un partage réalisée par la seule grâce infinie d’HaShem (Dieu) et avec la précieuse aide des rabbanim d’aujourd’hui et des sages d’Israël d’autrefois.

Pour aller plus loin et/ou soutenir ce type de travail et permettre à d'autres études et/ou montages vidéos de voir le jour : https://www.leretourauxracines.com/

Ou alors :

Note importante relative au contenu des articles du site web : Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète de l’article, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

En dehors des citations et autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessaloniciens 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre liberté en Yéshoua pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine. En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages : « Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme.[…] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot). Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

13 Commentaires

  1. Huguette

    merci Thomas pour cet enseignement précieux, très enrichissant

    Réponse
  2. doure

    Merci pour ce merveilleux partage.
    C’est vrai c’est une vraie pépite tirée de la torah.
    Un mets succulent. merci merci. merci
    a appliquer afin d’être heureux et rester dans la sainteté de Hashem

    Réponse
  3. Florence

    Amen et merci pour ce partage.

    Mes parents étant séparés, j’ai traversé une période pendant laquelle je ne respectais pas ce commandement vis à vis de mon père. Bien entendu cela a eu un impact sur ma relation avec mon Père céleste car difficile, voire impossible sans la repentance et la guérison de Dieu de comprendre et de vivre l’amour du Père céleste lorsque l’ on reste focalisée sur l’absence de son père terrestre.

    J’ai appris avec l’aide de Dieu à honorer ce commandement envers mes parents car j’ai compris tout simplement que seul Dieu pouvait me combler par son amour et me donner une nouvelle espérance en Yéshoua.

    Quand je lis de quelle manière les familles juives honorent leurs parents, cela m’encourage à persévérer. Je ne trouve même pas de mots pour exprimer mon émerveillement face à la sagesse que Dieu a donné à son peuple.

    Je prends aussi conscience de la responsabilité donnée aux parents dans l’éducation de leurs enfants. Il y’a quantité de passages bibliques recommandant aux parents d’éduquer les enfants conformément aux Ecritures. Cela ne doit pas être chose aisée sachant que dès l’école les enfants sont enseignés sur la base de valeurs contraires à Dieu et à ses saintes Ecritures mais là c’est un autre sujet…

    Réponse
  4. Bernard

    Merci Thomas pour cette étude

    Réponse
  5. Ruth-Esther

    Merci Thomas pour ce nouvel enseignement très clair pour moi aujourd’hui ! car lorsque nous avons été orpheline c’est plus difficile de comprendre ,et mettre en pratique cette parole ! je n’ai pas connu ce que c’est avoir une famille ,un père où mère difficile de s’imaginer ce que c’est avoir une famille, où j’ai grandit comme une enfant sauvage . Adonaï fut la seule personne qui est venu me chercher ma prise son son aile me donnant son enseignement en me révélant sa vrai identité de Père qu’il est le père des orphelins et en lui je n’étais plus une orpheline, car il ma donné bien plus qu’aucun être humain aurait été capable de me donner ,en lui j’ai trouver ce vrai père et mère que je n’ai pas eu sur cette terre ,et je suis la plus heureuse de tous l’univers ,car en lui j’ai trouver la vie,l’amour ,la joie de vivre ,en lui j’ai tout ,ce verset honore ton père ,me concerne personnellement avec ce Grand D.ieu Hashem qui s’est révéler a moi et qui est venu me chercher pour faire de moi ce que je suis aujourd’hui sa servante ,et disciple de Christ. Sa parole est vérité ,lorsqu’il parle ,il l’accomplit toujours sa parole je peux vous témoigner que sa parole est vrai car je l’ai expérimenté pour témoigner que Yeshua est vivant et sa parole dit vrai ! Lorsqu’on fait sa rencontre personnellement nous ne sommes plus jamais les mêmes ! Aimez et pratiquez sa parole c’est l’aimer lui ce Grand Hashem qui ne fait un avec sa parole ,et nous guérit ! c’était juste un petit témoignage que j’avais sur mon cœur a vous partager ! Hashem notre bénédiction! Merci Thomas sois bénis en Yeshua 🙂

    Réponse
  6. Consani

    En fait la réelle traduction du texte biblique est , donner du poids à ses parents , et c’est plus que les aimer quel qu’il soient.
    Mais de nos jours à l’école ont enlève cette prérogative aux parents, avec la politique de l’enfant roi, et l’interdiction de leur donner une fessé quand ils le méritent.

    Nous constatons aussi qu’il y a aussi une démission du coté des parents, il n’y a plus aucune morale, la loi de l’Eternel a disparue, la Sainte doctrine est tordue, la vérité est en ruine, le bien est appelé mal et le mal bien, il y a aussi le télévision qui vient déverser toutes ces ordures dans votre salon.

    Quand un enfant la regarde en moyenne 4 heure par jour, qu’apprend t’il ? Si certains parents ne sont plus respectés, ce ne sont pas eux qui ont appris la bienséance à leur enfants, donc, comment peuvent ils être aimés ou respectés par leur enfants. Ce n’ai que la récolte du champs qu’ils ont semés.

    Bonne journée et merci pour tout

    Réponse
  7. Joël Andjaffa Tchanigue

    Merci pour cet enseignement riche, sincère et clair.
    Que Dieu soit loué!

    Réponse
  8. PLANCKEEL

    Merci Thomas pour ce rappel combien important de nos jours !
    Le livre des proverbes en parle :22 v. 6 : Instruit l’enfant selon la voie qu’il doit suivre, et quand il sera vieux il ne s’en détournera pas! et Prov. 29 v15 La verge et la correction donnent la sagesse, mais l’enfant livré à lui-même fait la honte à sa mère
    Le respect des parents c’est aussi une éducation donner à l’enfant dès le jeune âge.

    Réponse
  9. bonny

    C’est vrai tout sa, mais c’est difficile a mettre en pratique quand on aime pas ses parents.

    Réponse
  10. Pascal

    Merci pour la simplicité et la sincérité de cette enseignement qui confirme l’utilité et l’obéissance de l’Eternel à travers la Thora.

    Réponse
  11. Annie (bibliquement : Hannah)

    Merci cher frère Thomas pour le partage de cette superbe “pépite” de la Torah … Sois multiplement béni par HaShem !

    Réponse
  12. Guy Poron

    Merci Thomas, j´apprécie ces pensées et mots emplis de Sagesse! Ce sont de véritables pépites, surtout en nos jours mouvementés! Ce qui me touche au plus profond ce sont les enseignements Juifs dont nous autres Chrétiens avons tant besoin…mais il y a un mur

    Réponse
  13. Schweitzer Jean Claude

    Merci Thomas pour ce nouvel enseignement très clair..et important.
    Tu es une bénédiction pour ceux qui prennent le temps de te lire pour comprendre les ordonnances de la torah.
    Jean Claude Schweitzer
    Gérant de plusieurs affaires en Germanie et France.

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This