Peu importe ton passé ! Un Appel à se tourner vers Dieu : Il est puissant pour sauver !

A travers une simple parabole tirée d’une histoire vraie, Paul Washer nous montre une des nombreuses facettes de l’immense étendu de l’amour de Dieu. Cette parabole, semblable à celle du fils prodigue racontée par Yeshoua dans Luc 15, montre une puissante vérité que personne ne doit ignorer.

Revenez à l’Eternel, votre Dieu; Car il est compatissant et miséricordieux, Lent à la colère et riche en bonté.” (Joël 2.13)

A travers une simple parabole tirée d’une histoire vraie, Paul Washer (voir son témoignage ici) nous montre une des nombreuses facettes de l’immense étendu de l’amour de Dieu. Cette parabole, semblable à celle du fils prodigue racontée par Jésus dans Luc 15, montre une puissante vérité que personne ne doit ignorer : Malgré notre erreur de vouloir vivre sans lui, Dieu est amour et étant lui même la source de cet amour il ne souhaite qu’une chose : que l’on partage avec lui les immenses richesses de sa bonté par notre retour dans sa présence. Cependant, même s’il connait parfaitement le grave danger qu’il y a à vivre loin de lui en suivant ses propres voies, il laisse la liberté à l’homme de choisir et ne s’imposera jamais car le véritable amour est opposé à toute formes de dictature. Le danger de vivre sans Dieu est visible dans l’état dramatique du monde actuel et dans la vie de tellement de personne dont la souffrance morale est palpable. Plus grave encore : ce choix de vivre hors de la présence de Dieu sera respecté mais se poursuivra après la mort dans un lieu qui n’est que la conséquence du choix volontaire de rejeter la vie que nous propose Dieu. Dieu est lumière et en dehors de lui, ce sont les ténèbres. Malgré toutes nos fautes aussi nombreuses et graves soient-elles, Dieu demeure le père de la miséricorde. Dieu veut et peut pardonner chacun d’entre nous et nous faire découvrir l’immensité de son amour. En Jésus, par son sacrifice sur la croix et sa résurrection, Dieu a tout accompli. Nous étions éloigné de Dieu par nos mauvaises actions et nos mauvaises oeuvres mais Jésus s’est chargé de nos fautes et nous a ouvert l’accès à Dieu en payant à notre place. A cause de nos fautes et de la justice parfaite de Dieu, nous étions condamnés. Mais grâce à Jésus, la justice de Dieu est satisfaite et son amour démontré car il a donné ce qu’il avait de plus cher pour nous sauver. Il suffit simplement d’avoir foi en Jésus pour bénéficier de cet immense cadeau. Voilà le coeur de la Bonne Nouvelle.  C’est pour cela qu’aujourd’hui, plus que jamais, il appelle tous les hommes à se détourner du mal et à se tourner vers lui. Mais comment faire concrètement et que cela signifie t-il réellement ? C’est ce que nous allons voir à travers cet article. En outre, chaque article et chaque vidéo de ce site permet à chacun, de saisir toujours plus la “largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur de la richesse de l’amour de Dieu qui surpasse toute connaissance” (éphésiens 3.18).

“Personne n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître.” (Jean 1.18).

Dieu se révèle.

Il paraît qu’il existe environ 4000 religions différentes dans le monde. Pourquoi en existe-t-il autant ? La réponse est simple : les hommes ont, plus ou moins confusément, besoin de Dieu. Lorsqu’ils cherchent un sens à leur vie, lorsqu’ils passent par des moments difficiles, lorsqu’ils sont tristes, angoissés, ils cherchent un réconfort qu’ils ne trouvent pas toujours auprès des leurs. C’est pourquoi ils cherchent ailleurs. Ou tourner alors les regards ? Vers le ciel ! Pourquoi vers le ciel ? N’avons-nous pas conscience d’avoir affaire à celui qui est infiniment grand ? Mais quelle folie de fabriquer un Dieu selon notre imagination !
Ce qui est vrai et digne de confiance, c’est que Dieu s’est fait connaître. Il est venu nous rendre visite lui-même il y a 2000 ans. Jésus, son fils, nous parle de son Père qui est dans les cieux. Il nous dit qu’il a été envoyé par Dieu sur la terre pour le faire connaître aux hommes. Croire en lui, accepter sa parole, c’est la foi, qui nous permet de comprendre que Dieu s’est révélé dans la personne de son fils. Et grâce à la foi, nous pouvons expérimenter la présence réelle de Dieu dans la vie. Les nombreux témoignages de ce site viennent appuyer cette vérité. Personne ne peut prouver Dieu par un raisonnement, mais nous sommes nombreux à témoigner qu’il est vivant parce qu’il intervient puissamment et surnaturellement dans notre vie quotidienne et fidèlement à ce qu’enseigne la Bible. C’est du concret et du tangible. Aujourd’hui, bien des faits scientifiques, des miracles, des vies transformées etc, nous montre que Dieu existe mais tout cela ne sert de rien si le cœur de l’homme résiste à Dieu. Il faut, par un exercice de sa volonté, faire le choix conscient de se tourner vers Dieu et en faire l’expérience. Faites, vous aussi, cette expérience personnelle de rencontrer Dieu dans votre vie : goûter sa présence, sa bonté et sa fidélité est un bonheur incomparable. Rentrer dans une pleine, constante et véritable relation avec Dieu par la foi en Jésus, nous fait passer inévitablement par 2 étapes : la repentance et la conversion.

La repentance : un changement

Dans l’Évangile selon Marc, la première parole de Jésus est une invitation à se repentir : « repentez-vous et croyez à l’Évangile » (Marc 1.15). Les premiers chrétiens invitaient aussi à la repentance (actes 20.20,21). Mais au juste, qu’est-ce que la repentance et pourquoi une telle insistance dans la Bible à son sujet ? Précisons d’emblée que la repentance n’est pas le fait de vouloir se punir soi-même pour expier ses fautes. Ce n’est pas du remords, ni une douloureuse mortification. Ce n’est pas seulement de la tristesse ou du regret. La repentance est provoquée lorsque, touché dans son esprit,  l’homme découvre l’évidence et la laideur du péché. Elle produit une conviction d’être pécheur et donc d’être perdu, loin de Dieu, destiné à la perdition éternelle. Ce n’est pas une émotion passagère, ni une conviction produite par une argumentation seule, c’est quelque chose de beaucoup plus fort qui est produit dans notre coeur par Dieu seul, une certitude profonde et implacable: l’homme sans Dieu est perdu.
Cette certitude est produite par l’esprit de Dieu lui même et au travers de sa parole “Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit…; elle juge les sentiments et les pensées du coeur.
Cette conviction pousse à la repentance, au changement d’attitude et prépare le coeur à recevoir Jésus. “Produisez donc des fruits qui confirment votre changement d’attitude” (Luc 3.8). C’est pourquoi lorsqu’une telle conviction naît dans votre esprit, capitulez et ne cherchez pas à résister à cette intense conviction aussi longtemps qu’il est dit: « Aujourd’hui si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre coeur” (Hébreux 3.15). C’est alors que, dans les plus profondes ténèbres, jaillit la plus admirable des lumières : Jésus Christ, “Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie; Et l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous.” (Esaïe 53.6,7). Nous comprenons donc que c’est par sa grâce que nous sommes sauvés  “Car le salaire du péché, c’est l mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.” (Romains 6.23)

Oui, cette repentance est un retour plein d’espérance vers Dieu, le Dieu juste et sauveur qui appelle à se tourner vers lui (Esaïe 45.22). Quand je lis la Bible et que je crois son message, c’est comme si un projecteur puissant venait éclairer ma conscience et me montrer ce que je suis. Alors comme le jeune prophète Esaïe, je réalise que je suis perdu (Esaïe 6.5). Cette prise de conscience, cette acceptation du constat que Dieu fait, c’est cela la repentance. Elle est le jugement que je forme, en la présence de Dieu, sur ma conduite et mes actes passés. C’est la bonté de Dieu qui me pousse à la repentance (Romains 2.4). Et celle-ci se traduit par un demi-tour. Au lieu de suivre ma propre volonté, je désire suivre celle de Dieu et mettre en pratique ce que dit la Bible. La repentance selon Dieu est le résultat de la foi dans la bonne nouvelle du pardon de Dieu en Jésus-Christ.
Jésus dit à l’apôtre Paul : « Je t’envoie vers eux pour ouvrirent leurs yeux, pour qu’ils se tournent des ténèbres à la lumière et du pouvoir de Satan à Dieu ; pour qu’ils reçoivent le pardon des péchés et une part avec ceux qui sont sanctifiés, par la foi en moi. »

Après la repentance, la conversion : une volte-face, un demi-tour.
on peut passer d’une religion à une autre sans qu’il s’agisse d’une conversion. On peut appartenir à une église, sans avoir jamais connu de véritable conversion. On peut même connaître un certain changement moral, une amélioration de sa conduite, sans qu’il s’agisse d’une conversion au sens biblique. Selon la Bible, se convertir, c’est littéralement se retourner, c’est se détourner d’une chose pour se tourner vers une autre. Si la repentance est un changement intérieur complet dans ses pensées les plus profondes, la conversion est son complément dans les actes, tout comme l’acte accompagne la pensée. C’est la volte-face, le demi-tour et le départ dans une nouvelle direction. C’est passer des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie, du pouvoir de Satan à Dieu (colossiens 1.12,13 ; Jean 5.24). Se convertir consiste donc à tourner le dos à tout ce qui fait parti des ténèbres, de l’erreur et du péché, pour se tourner résolument vers Dieu. C’est renoncer à nos conceptions erronées, à nos propres raisonnements limités ou tendancieux, pour croire la Bible, parole de Dieu, et apprendre à connaître Jésus comme sauveur et maître. Cette conversion est la démonstration que Jésus nous a sauvé. Jésus a dit : « si vous ne vous convertissez pas et ne devenez pas comme les petits-enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux » (Matthieu 18.3).

Il y a bien longtemps, Dieu avait parlé à son peuple Israël par des jugements sévères, afin de le ramener à lui, mais il a dû constater avec tristesse : « vous n’êtes pas revenus à moi ». Cinq fois cette parole est répétée au chapitre 4 du livre d’Amos. Huit siècles plus tard, le seigneur Jésus adressait aux juifs le même reproche : « vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie » (Jean 5.40)
L’obstination du coeur humain à se détourner de Dieu reste la même de siècle en siècle. « Nous vous avons joué de la flûte et vous n’avez pas dansé ; nous vous avons chanté des complaintes et vous ne vous êtes pas lamentés » (Matthieu 11. 17). On méprise la parole de jugement et on n’écoute pas la voix de la grâce. Ainsi est établie la responsabilité de l’homme devant Dieu. Il n’écoute pas, il ne veut pas écouter. Pourtant Dieu lui offre le plus grand de tous les trésors : le salut de son âme. Ce salut a coûté très cher à Dieu qui a donné son fils unique Jésus qui s’est offert lui-même en sacrifice. Dieu est patient et nous parle encore. Il nous dit : « aujourd’hui, si vous entendez ma voix, n’endurcissez pas vos coeurs » (hébreux 3.15). Laissez-vous convaincre. Croyez que c’est à vous que ce Dieu plein de bonté s’adresse car c’est le cas. Comprenez que son appel est un message d’amour. Vous serez alors remplis de sa lumière. Une nouvelle vie reconnectée à Dieu par l’esprit commencera alors et vous pourrez devenir participant à la nature divine (2 Pierre 1.4). Tournez-vous pleinement vers Dieu, acceptez Jésus dans votre cœur car il est si bon, si grand, sa grâce n’a pas de limite et son amour frappe à la porte de votre coeur à l’instant même où vous êtes en train de lire ces lignes. Le royaume de Dieu, appelé le paradis, est réel et il arrive. Nous pouvons en gouter les prémices ici bas par la foi en Jésus. Il serait dramatique de négliger un cadeau aussi précieux. Préparez-vous car Jésus est proche, il revient. Que sa grandeur et son immense amour puisse vous toucher et vous amener à celui qui vous a aimé les premier.

Article de Thomas inspiré de plusieurs « paroles du jours » provenant du livre/calendrier « bonne semence 2011 ».

Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

paracha

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Une étude et un partage réalisée par la seule grâce infinie d’HaShem (Dieu) et avec la précieuse aide des rabbanim d’aujourd’hui et des sages d’Israël d’autrefois.

Pour aller plus loin et/ou soutenir ce type de travail et permettre à d'autres études et/ou montages vidéos de voir le jour : https://www.leretourauxracines.com/

Ou alors :

Note importante relative au contenu des articles du site web : Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète de l’article, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

En dehors des citations et autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessaloniciens 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre liberté en Yéshoua pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine. En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages : « Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme.[…] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot). Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

2 Commentaires

  1. albanese

    je voudrais demander pardon a dieu je me suis laisser prendre face aux mauvaises nouvelles je suis loi tres loin de dieu je pense avoir atteint la folie

    Réponse
  2. Marcelin HAUMANI

    Merci SEIGNEUR de te révéler a moi par ce site édifiant merci a RENCONTRERDIEU.COM AMEN

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This