Dernière mise à jour : 27 Juil 2022

Observer la loi de Dieu donnée à Moïse (Torah) : bénédiction, malédiction ou être déchu de la grâce ?

« Je vois des bornes à tout ce qui est parfait : Tes commandements n’ont point de limite. » (Psaumes 119:96)

Mise à jour de l’article effectuée le 27 Juillet 2022

« Sache donc que c’est l’Éternel, ton Dieu, qui est Dieu. Ce Dieu fidèle garde son alliance et sa miséricorde jusqu’à la millième génération envers CEUX QUI L’AIMENT ET QUI OBSERVENT SES COMMANDEMENTS … Ainsi, OBSERVE LES COMMANDEMENTS, LES LOIS ET LES ORDONNANCES QUE JE TE PRESCRIS AUJOURD’HUI, ET METS-LES EN PRATIQUE. » (Deutéronome 7 : 9-11)

« Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique. » (Yéshoua/Jésus, Luc 8.21)

torah loi fils intelligentLe titre de cette étude peut paraître surprenant tant les Saintes Écritures semblent claires à ce sujet. Le verset présent sur l’image ci-contre est, lui aussi, très limpide et facile à comprendre :

« Celui qui observe la loi [de Moïse] est un fils intelligent, Mais celui qui fréquente les débauchés fait honte à son père. » (Proverbe 28.7)

Toutefois, dans une partie du christianisme, plusieurs courants de pensée s’opposent frontalement à la Torah de Dieu (Loi de l’Éternel).

Cette opposition revêt diverses formes. L’une de ces formes sera étudiée dans cette étude : certains pensent et, plus grave encore, enseignent que l’observation des commandements de Dieu donnés à Moïse nous placerait sous la malédiction.

Pour faire simple : le chrétien qui désire observer la loi de Dieu serait maudit…

La vidéo qui accompagne cet article n’est qu’une brève introduction à ce sujet majeur.

Effectivement, un grand nombre de chrétiens sont soumis malgré eux à l’influence multimillénaire d’un certain catholicisme dont la doctrine a déclaré caduque l’observation de plusieurs commandements de Dieu tels que le Shabbat, les lois alimentaires, les fêtes de l’Éternel, etc.

Même si les choses tendent à changer, l’influence absolument délétère de cet enseignement antinomiste reste encore largement sous-évaluée dans la chrétienté.

En utilisant un certain nombre de versets issus de l’Évangile ou des épîtres de Paul (nous en verrons quelques-uns dans cette étude), beaucoup enseignent que l’obéissance aux commandements de Dieu donnés à Moïse placerait le chrétien sous la malédiction de la loi, qu’à Dieu ne plaise…

Pour s’en convaincre, nous analyserons ensemble le texte très court d’un tract distribué en milieu chrétien, avec l’approbation de plusieurs.

Dans les pays occidentaux, l’ère numérique rend notre époque à la foi merveilleuse et tragique.

Merveilleuse, car tout est à disposition de celui qui a le beau désir de cheminer dans les voies droites du Seigneur : sécurité, confort, internet et profusion d’informations sur tous les sujets.

Tragique, car les séductions et les pièges de cette abondance informationnelle sont nombreux et redoutables, et la vérité devient tellement mélangée à l’erreur qu’elle devient presque insaisissable et semble disparaître comme le dit le prophète pour la fin des temps :

« La vérité trébuche sur la place publique … La vérité a disparu, Et celui qui s’éloigne du mal [en voulant suivre la loi de Dieu] est dépouillé. » (Ésaïe 59 : 15)

Pour rajouter au complexe de la situation, beaucoup ont l’impression que l’Éternel se tient en retrait et laisse faire les choses, un peu à l’image de ce verset : « En ce temps-là, il n’y avait point de roi en Israël. Chacun faisait ce qui lui semblait bon. » (Juges 21.25)

Mais bien heureusement, dans sa compassion, Dieu laisse toujours un accès à la vérité et quiconque cherche avec impartialité, trouve. Convenons que dans un monde [temporairement] dominé par la confusion et le mensonge, c’est un miracle et une grâce d’en Haut que d’être dans le vrai.

Un des fruits de l’Esprit Antichrist dévoilé

Comment est-il possible pour un converti à Dieu d’enseigner contre l’obéissance aux lois parfaites de Dieu ? Il semblerait presque que nous sommes en présence d’un envoutement et qu’une sorcellerie est à l’oeuvre.

En effet : en se basant sur des textes du Nouveau Testament mal compris et isolés de leur contexte, de nombreuses personnes influentes du monde chrétien prétendent que vouloir observer la loi de Moïse, c’est renier le Messie, la grâce de Dieu et se placer sous la malédiction de la loi.

Un de ces textes souvent repris, que nous expliquerons plus tard dans l’étude, est le suivant : « Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi ; vous êtes déchus de la grâce. » (Galates 5 : 4)

La situation est d’autant plus grave qu’une grande partie des MAUX qui atteignent l’Église et le peuple juif provient justement d’un abandon de la loi de l’Éternel. L’Écriture, sans détour, n’a de cesse de nous montrer l’origine des maux qui frappent les croyants  :

« La malédiction, si vous n’obéissez pas aux commandements de l’Éternel, votre Dieu, et si vous vous détournez de la voie que je vous prescris en ce jour » (Deut. 11.28)

La doctrine chrétienne enseigne une chose essentielle et profondément vraie : la foi dans le Seigneur et Sauveur Yéshoua nous libère de la malédiction de la loi. Le Messie est effectivement intervenu une première fois dans l’histoire humaine « pour le rachat des transgressions » (Hébreux 9 : 15). Ce sont là les paroles mêmes du Messie : « pour qu’ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et l’héritage avec les sanctifiés. » (Actes 26 : 18).

Par la foi dans le Messie d’Israël, nous sommes pardonnés et justifiés devant Dieu. Après une sincère repentance, la malédiction est ôtée « et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Messie » (2 Corinthiens 5:18). C’est une excellente et bonne nouvelle.

Mais qu’advient-il si nous faisons fit de la Loi de Dieu après avoir été sauvés sachant bien que « quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. » (14 Jean 3 : 4) ?

Par la foi dans le Messie, Dieu changerait-Il soudainement les règles et cautionnerait-il désormais le péché ? Paul, cernant bien cette problématique déjà présente en son temps s’exclamera : « Mais, tandis que nous cherchons à être justifiés par le Messie, si nous étions aussi nous-mêmes trouvés pécheurs, Mashia’h (Christ) serait-il un ministre du péché ? Loin de là ! » (Galates 2 : 17)

En effet, l’Écriture s’exprime en ces termes :

« Il y aura pour vous une même loi (…) Mais pour celui qui agira à main levée, qu’il soit né au pays ou étranger, il outrage l’Éternel; cette personne sera retranchée du milieu de son peuple; Car elle a méprisé la parole de l’Éternel, et elle a enfreint son commandement: cette personne doit être retranchée; son iniquité sera sur elle. » (Nombres 15.29-31)

La version semeur dit : « Mais si quelqu’un commet délibérément une faute qu’il soit autochtone ou immigré, il fait injure à l’Éternel et il sera retranché du milieu de son peuple. »

L’auteur de l’épître aux Hébreux rappelle ce que la Loi de Moïse vient de nous dire : « Si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles. » (Hébreux 10.26-27)

Face à ces quelques textes, beaucoup de ceux qui fréquentent malgré eux l’école où est enseignée « l’abolition de la loi », peuvent alors se poser quelques graves, mais légitimes questions :

si des frères dans la foi observent des commandements de Dieu que je n’observe pas, car je les pense abolis, que dois-je penser et faire ? Est-ce moi le transgresseur ? Est-ce que j’ai mal été enseigné ? Est-ce que je suis influencé par une fausse doctrine qui méprise les paroles du Très-Haut ? Ou alors : n’est-ce pas plutôt mes frères qui sont dans l’erreur en obéissant à des commandements de Dieu qui ne seraient plus d’actualité selon ma compréhension des écrits de Paul ? N’est-ce pas eux qui encourent un risque éternel et se séparent de Christ en obéissant à une doctrine étrangère à celle enseignée dans le catholicisme et le protestantisme ? Et s’ils avaient raison de suivre PLEINEMENT la voie de Dieu sans rien abolir ?

Dieu est un Dieu de paix et L’Écriture, correctement comprise, nous apporte l’éclairage dont nous avons besoin.

La Parole de Dieu donne de sérieux avertissements à ceux qui ajoutent ou retranchent aux Saintes Écritures, ou qui en tordent le sens. C’est ce que nous lisons ici :

« Vous n’ajouterez rien à ce que je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien; mais vous observerez les commandements de l’Éternel, votre Dieu, tels que je vous les prescris. » (Deutéronome 4.2). Et c’est dans le livre de l’Apocalypse que nous trouvons une claire exhortation pour le disciple du Messie à observer la loi de Dieu donnée à Moïse :

« Heureux ceux qui observent ses commandements, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville ! » (Apo. 22:14) et encore : « C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu [loi de Moïse] et la foi de Yéshoua. » (Apocalypse 14:12)

Et rappelons-nous d’un aspect de la « foi de Yéshoua » : « j’ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour. » (Jean 15 : 10)

Or c’est au sujet de ce livre béni qu’il est également dit : « Si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre. » (Apocalypse 22.19)

Ainsi, quiconque commence à toucher ou à abolir le moindre commandement de la loi de Dieu prend l’effroyable risque de ne pas avoir debible-arme part à l’arbre de vie et à voir son nom effacé du livre de la Vie.

Et Le Messie déclare à tout homme qui enseigne de telles choses à ceux qui sont crédules et faibles dans la foi : « Vous fermez aux hommes le royaume des cieux; vous n’y entrez pas vous-mêmes, et vous n’y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer. » (Matthieu 23.13)

Dieu, au travers de Pierre, avertit pourtant l’ensemble du corps des croyants : « que celui qui lit fasse attention », car  il y a, dans les lettres de Paul, « des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine. » (2 Pierre 3.16).

Effectivement, la chose est connue des théologiens honnêtes : lorsque Paul parle du rapport délicat entre la grâce de Dieu et l’observation de Sa Loi, il aborde des points complexes qui peuvent parfois paraître contradictoires et difficiles, à un point tel qu’il est parfois presque possible de comprendre l’inverse de sa pensée.

Mais c’est ici une règle fondamentale mise de côté par de nombreux « docteurs chrétiens » : si notre lecture des écrits de Paul suggère l’abandon du moindre commandement de Dieu, preuve est faite que nous avons mal compris ou que la traduction ne rend pas compte correctement du sens des mots utilisés en Grecs. Nous devons alors rejeter immédiatement cette interprétation.

C’est ici que des foules d’hommes se sont laissées prendre au piège.

Alors, au regard de ces textes, peut-on dire qu’un chrétien peut perdre son salut parce qu’il a décidé d’obéir à Dieu, de faire le Shabbat, de suivre les lois alimentaires (pas difficiles à suivre), de ne pas faire de tatouage, de porter les franges (Tzit-tzit), etc., etc. ?

Dieu peut-il maudire un chrétien qui décide de Lui obéir en suivant la Loi de Moïse (tous les commandements de Dieu se trouvent dans la loi de Dieu donnée à Moïse) ?

En vérité, nous l’avons bien compris : non seulement aucune des plus petites lois de Dieu n’est caduque, mais l’obéissance et l’observation des commandements de Dieu constituent la marque de fabrique de ceux qui l’aiment, et le fruit de cette obéissance de coeur, par la foi, est la bénédiction :

Dieu promet sans ambiguïté « la bénédiction, si vous obéissez aux commandements de l’Éternel, votre Dieu, que je vous prescris en ce jour » (Deutéronome 11.27)

Mais en raison de cette confusion des écrits de Paul lorsqu’il s’agit de la loi et de la grâce, la situation est inconfortable et malheureusement suffisante pour créer une grave division parmi les chrétiens. La fausse doctrine de l’abolition de la loi fait des ravages.

Tragiquement, beaucoup continuent d’opposer la loi et la grâce, mais comme le montre la vidéo : la grâce de Dieu n’annule en rien le commandement divin. Les modèles des Écritures tels que Noé, Abraham, Moïse ou David, bien qu’ils observaient la Loi de Dieu de tout leur coeur, aucun d’entre eux ne pensait être sauvé par la loi, mais bel et bien par la grâce de Dieu. L’un n’exclut pas l’autre, au contraire : les deux se complètent dans une parfaite harmonie et se rencontrent en Yéshoua (Jésus) comme il est dit au sujet du Messie :

« La loi de Dieu est au fond de son coeur » et  « Tu es le plus beau des fils de l’homme, La grâce est répandue sur tes lèvres : C’est pourquoi Dieu t’a béni pour toujours. » (Psaumes 40 : 9 ; 45 : 3)

C’est là ce que nous dit Jean dans un texte une fois encore mal compris et utilisé pour opposer loi de Dieu et grâce :

« Car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par le Messie Yéshoua. » (Jean 1.17). Une des explications de ce verset est la suivante :

Sans jamais abolir le plus petit commandement de Dieu et sans jamais avoir enseigné à ses disciples d’abolir le moindre commandement de la loi de Moïse, Yéshoua apporte une révélation et une dimension de la grâce de Dieu toujours plus profonde, palpable et nouvelle, nous conduisant justement dans l’observation de la Loi de Moïse avec grâce et vérité : c’est ce que signifie ce verset.

Un autre terrible dommage collatéral de cette funeste doctrine anti loi est la suivante : si toute une partie du monde musulman et juif ne veut pas croire au Jésus présenté par de nombreux chrétiens, c’est en partie à cause de cette fausse doctrine abolitionniste. C’est pour cela que nous avons déjà entendu plusieurs juifs ou musulmans affirmer à juste titre : « votre Jésus annule les commandements de Dieu ! »

Pour un chrétien convaincu de suivre Dieu, mais accoutumé au discours antinomiste, il est vrai que la problématique est de taille :

« Pourrais-je me tromper ? Si oui alors il serait urgent de découvrir la Vérité et me repentir, mais alors… Cela signifierait-il que tout ce que j’ai cru pendant des années n’était qu’une lamentable et honteuse fausse doctrine séduisante ? Cela signifierait-il aussi que j’ai enseigné pendant des années un enseignement erroné et délétère ? Que faire ? »

En vérité, une telle prise de conscience chez un chrétien ne ferait que manifester la grâce et l’amour de Dieu à son égard : la possibilité d’être suffisamment lucide pour voir ses erreurs et se repentir, c’est là encore un don de Dieu.

Finalement, les choses demeurent plus simples qu’on ne le pense : il y a ceux qui ont l’amour de la Vérité et qui ne sont intéressés que par une seule chose : être agréable à Dieu, suivre Dieu, craindre Sa Parole et faire preuve d’humilité en sachant bien qu’avec Dieu, « autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent » (Psaumes 103.11).

Ces personnes savent qu’avec Dieu, nous ne cessons d’aller de surprise en surprise, de gloire en gloire, de repentance en repentance, « de progrès en progrès » : c’est la voie tracée par Dieu pour que nous parvenions à la véritable maturité spirituelle.

L’amour de la vérité et l’humilité du coeur nous conduisent à l’écoute et à la repentance, et même si nous nous sommes fourvoyés durant des années, nous sommes prêts à changer, car « l’amour [authentique] se réjouit de la Vérité » (1 Corinthien 13).

Du reste, nous savons aussi que Dieu « teste » et éprouve régulièrement et de diverses façons Ses enfants afin de faire ressortir ce qu’il y a au fond de leurs tripes. Sommes-nous réellement attachés à Dieu ?

Une de ces épreuves consiste à vérifier notre réaction lorsque nous sommes confrontés à nos propres erreurs ou à ce que pensions être des acquis : allons-nous reconnaître humblement la faiblesse de notre entendement limité, ou allons-nous, par orgueil, nous obstiner à marcher dans l’erreur et la fausseté afin de ne pas « perdre la face ».

« … C‘est l’Éternel, votre Dieu, qui VOUS MET À L’ÉPREUVE pour savoir si vous aimez l’Éternel, votre Dieu, de tout votre coeur et de toute votre âme. Vous irez après l’Éternel, votre Dieu, et vous le craindrez; vous observerez ses commandements, vous obéirez à sa voix, vous le servirez, et vous vous attacherez à lui. » (Deutéronome 13 : 1.4).

Oui, Dieu nous teste et nous éprouve. Et quiconque s’oppose au plus petit commandement de Dieu, même s’il fait des prodiges et des miracles, ne mérite aucun crédit ni aucune louange : « C‘est l’Éternel, votre Dieu, qui VOUS MET À L’ÉPREUVE pour savoir si vous aimez l’Éternel ».

Bi’lam (Balaam) avait beau voir des visions prophétiques et divinatrices bien réelles, les craignant Dieu ne se laissèrent pas impressionner et Pin’has (Phinées), ce brave zélateur jaloux de l’honneur divin, n’en fut aucun cas lorsqu’il partit appliquer la vengeance du Tout-Puissant, à la tête de l’armée d’Israël comme il est dit : « Douze mille hommes équipés pour l’armée et avec eux le fils du sacrificateur Eléazar, Pin’has (Phinées) … ils tuèrent aussi par l’épée Balaam, fils de Beor. » (Nombres 31).

Afin de discerner la Vérité, Dieu donne un critère très simple : celui qui vient au nom de Dieu doit être respectueux des commandements de Dieu et craindre Sa Parole, sinon nous avons affaire à quelqu’un qui incite à suivre un faux dieu. Au mieux, il s’agit d’une personne ignorante ou d’un orgueilleux qui parle au nom de sa chair et se permet d’enseigner. Au pire, nous avons affaire à un véritable imposteur et un loup ravisseur.

loup ravisseur faux docteurCela devrait attirer notre attention sur tous ceux qui mettent l’emphase sur les miracles et les prophéties et qui tiennent de bien beaux discours. Le zèle et la joie de voir Dieu faire des prodiges ne devraient jamais prendre le dessus sur Ses glorieuses ordonnances !

Le passage de Deutéronome 13 que nous venons de citer plus haut nous rappelle les paroles percutantes du Seigneur concernant le jour du jugement : « Plusieurs me diront en ce jour-là :Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. »

Notez bien une chose connue dans les milieux théologiques : le mot iniquité est un mot inspiré par le Saint Esprit qui se dit « anomia » en Grec et qui signifie « violation de la Loi de Dieu, condition de celui qui est sans loi »

Sachant que la loi de Dieu donnée à Moïse se dit « Torah » en hébreux, le célèbre traducteur Chouraqui va même jusqu’à rendre le verset ainsi :

« Retirez-vous de moi, fauteurs de NON-TORAH »

Notez également une chose importante : l’impie ou l’antichrist est un homme qui enseignera aussi à abolir certains commandements de Dieu.

Effectivement, il est écrit en 2 Thessaloniciens 2.8 : « alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche » Le mot impie est ici le mot grec « anomos » qui signifie précisément « Qui a quitté la loi de Dieu, violeur de la loi, sans loi ».

Un des fruits de l’Esprit se vérifie dans la fidélité à la Saine Doctrine et aux commandements de l’Éternel. Un des fruits clairs et nets de l’Esprit de l’anti-Christ se vérifie dans l’abolition du plus petit des commandements de Dieu. Cette chose est très importante à connaître. Ceux qui abolissent la Loi de Dieu, que cela soit par ignorance ou de manière volontaire, sont en vérité, à ce moment précis, conduits par un autre Esprit.

On peut aisément comprendre pourquoi l’antichrist sera accueilli par beaucoup de personnes religieuses, chrétiennes ou pas, qui ne font que peu de cas des lois et des ordonnances du Dieu d’Israël.

Malgré de telles évidences, beaucoup, à cause de l’orgueil, du désir de paraître et de l’esclavage d’une chair insoumise à la Loi de Dieu (Rom 8.7), ne pourront accepter de réviser leurs positions. Ces personnes, malheureusement, chercheront tous les prétextes pour refuser et réfuter ce qui révèle leur égarement.

Ils tordront à nouveau le sens des Écritures pour défendre l’erreur et repousseront les versets clés réfutant leurs enseignements distordus. Pire encore : bien des personnes agiront en croyant sincèrement agir pour le bien, oubliant que la sincérité ne protège pas toujours de l’erreur. Seule la parole de Dieu – et non notre sincérité – nous montre ce qui est juste.

L’apostasie prophétisée par Paul apparait très nettement : ces multiples divisions et ces innombrables courants chrétiens opposés doctrinalement ont tous un dénominateur commun : la Loi de Moïse est souvent piétinée et rejetée.

Comme annoncé, faisons maintenant l’analyse d’un tract chrétien très cours qui fut créé en réaction à ce désir d’observer la loi qui anime de plus en plus de croyants. Voici le contenu qui en dit long :

« Jésus n’est pas venu pour abolir la loi, mais pour l’accomplir. En mourant sur la croix, il a tout accompli. C’est lui et lui seul qui a accompli la loi. Si vous cherchez à pratiquer la loi pour l’accomplir, vous vous mettez sous une malédiction, et vous êtes déchus de la grâce. C’est-à-dire perdus (Galates 5.4). »

Ayant eut l’occasion d’échanger avec cette personne, ce type de propos est relayé et approuvé par beaucoup d’assemblées chrétiennes : quiconque cherche à observer certains commandements de Dieu donnés à Moïse comme les fêtes de l’Éternel, les lois alimentaires, le Shabbat, etc., serait selon eux une personne séduite et maudite.

Voilà un tract parfaitement inique suivant la définition biblique que nous avons vu de ce mot. David, dans le psaume 119:142 dit que la loi de Moïse est la vérité. Or, un tel tract accepté par une partie des chrétiens pousse les disciples à fuir la loi de Dieu. Ceci est très grave. Nous pouvons être ignorants de certaines choses, mais lorsque nous commençons à enseigner contre la Vérité, nous devenons complices et coupables du mal.

C’est pourquoi nous sommes avertis en ces termes : « Mes frères, qu’il n’y ait pas parmi vous un grand nombre de personnes qui se mettent à enseigner, car vous savez que nous serons jugés plus sévèrement. » (Jacques 3:1)

Pour ce qui est de la réponse à apporter au contenu de ce tract, nous pourrions répondre par un autre tract tout aussi simple :

« Grâce à l’oeuvre parfaite de Jésus, nous sommes désormais libérés de la loi du péché (transgression de la loi, 1 Jean 3.4) et nous pouvons librement observer la Loi de Dieu sans aucune condamnation et avec foi, grâce et Vérité par l’Esprit saint donné à ceux qui lui obéissent (Actes 5.32 ; Romains 7.25 et 8.1-9). Si vous transgressez volontairement la loi, vous vous mettez sous une malédiction, et vous êtes déchus de la grâce. C’est-à-dire perdus (Jacques 2.9,11, hébreux 10.26-30)

Rentrons maintenant dans une analyse un peu plus poussée :

Dans le tract, il est dit : « Jésus n’est pas venu pour abolir la loi, mais pour l’accomplir. En mourant sur la croix, il a tout accompli. C’est lui et lui seul qui a accompli la loi. »

Ici, avec un minimum de discernement et de connaissance des Écritures, nous voyons sur quel terrain l’auteur cherche à amener le lecteur : Jésus seul a obéi parfaitement aux commandements de Dieu, lui et lui seul et donc, nous ne devrions jamais essayer de faire de même, nous ne devrions pas l’imiter, nous ne devrions pas chercher à obéir et à observer les commandements de Dieu comme Jésus l’a fait, car SEUL Jésus a réussi.

Une telle interprétation, en plus d’annuler des centaines de versets qui signifient exactement l’inverse, démontre une réelle méconnaissance de ce que dit le Sauveur lorsqu’il déclare être venu « pour accomplir » la loi.

Regardons une courte réponse selon le principe connu de « l’Écriture s’explique par l’Écriture », réponse contenue dans l’article « Christ est-il la fin de la loi ? » que nous vous recommandons.

L’explication que nous allons voir ne contredit pas certaines autres explications justes qui existent par ailleurs et que nous détaillerons dans un autre endroit afin de ne pas sortir du cadre de cet article.

Yéshoua (Jésus) est venu pour accomplir

« Selon le lexique grec du théologien STRONG, « accomplir » signifie « manifester pleinement », « remplir à ras bord », « amener une chose à sa réalisation. » En grec, le mot « PLEROO » traduit Yeshua matthieu 5.17-19-640X360par « accomplir », est la plupart du temps utilisé pour décrire les prophéties accomplies par Yeshoua lors de sa première venue.

Par exemple, en Matthieu 27 : 35 = « Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort, afin que s’accomplît (PLEROO) ce qui avait été annoncé par le prophète : ils se sont partagé mes vêtements, et ils ont tiré au sort ma tunique. »

C’est bien de cette façon-là qu’il convient comprendre le mot « accomplir ». Ainsi, après sa résurrection, Yeshoua confirmera lui-même ce qu’il a accompli : « C’est là ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplît (Pleroo) tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. » (Luc 24 : 44).

Non seulement Yeshoua n’a aboli aucun commandement de Dieu (que le disciple est tenu d’observer selon sa mesure de foi), mais il a effectivement accompli les prophéties relatives à la première venue du Messie.

Assurément, ce que nous enseigne l’Écriture est la chose suivante : en plus d’avoir vécu et parfaitement observé tous les commandements de la loi de Moïse, donnant par là le modèle à suivre et non à abolir, Yéshoua a également accompli tout ce qui est écrit au sujet de la première étape du travail que le Messie devait effectuer en tant que Messie souffrant venant faire l’expiation des péchés, et c’est ainsi qu’il y a plus de 2000 ans fut inaugurée l’ère messianique.

Bien que Yéshoua ait observé les commandements de Dieu parfaitement, jamais le mot accomplir signifie qu’il aurait accompli les commandements de Dieu à notre place ou que nous n’aurions plus à en suivre certains !

Précision importante parfois négligée : La Torah désigne les 5 livres que Dieu a donnés à Moïse. Le mot hébreu ‘Torah » souvent traduit par « Loi », ne concerne pas uniquement les commandements positifs et les interdictions. Ce mot signifie bien plus que l’aspect légal. D’autres mots permettent d’étendre et de mieux comprendre la signification du mot « loi/Torah » dans la pensée juive : enseignements de Dieu, voies de Dieu, prescriptions, voie à suivre, etc. (voir le glossaire)

Si je parle du récit de la création, je peux dire : « Il est écrit dans la Loi que Dieu créa en 6 jours les cieux et la terre ». Lorsque je dis « dans la loi », il est clair qu’il n’est pas ici question d’un commandement ou d’une loi. Dieu nous renseigne ici sur les origines de notre univers, nous apprend qu’il y a un commencement, etc.

De la même façon, la loi que Yéshoua affirme avoir accomplie ne concerne pas uniquement les commandements/les lois, mais toute la Torah dans son ensemble, incluant les prophéties qu’on y trouve. Ces nuances sont importantes pour comprendre les paroles de Yéshoua lorsqu’il affirme ne pas être venu pour abolir un iota de la loi, mais pour accomplir : il veut nous indiquer qu’aucun commandement, aucun enseignement, ni aucune prophétie ne sont abolis par sa venue et son enseignement, bien au contraire : il sublime et révèle davantage la puissance et la profondeur de la Torah de Dieu.

Revenons à ce que dit l’auteur du tract et voyez le terrain dangereux sur lequel il amène ses lecteurs :

Observer la Loi, c’est être déchu de la grâce ?

Il est dit dans le tract : « Si vous cherchez à pratiquer la loi pour l’accomplir, vous vous mettez sous une malédiction, et vous êtes déchu de la grâce. C’est-à-dire perdu (Galates 5.4). »

Nous sommes en présence d’une grossière perversion du verset, regardez bien :

Le verset de Galates 5.4 déclare : « Séparés de Christ vous qui cherchez la JUSTIFICATION dans la loi ».

L’auteur dit : « Séparés de Christ vous qui cherchez A PRATIQUER LA LOI ».

Dans un autre passage de l’Écriture, nous voyons Jésus enseigner précisément l’inverse des propos fallacieux présents dans le tract : ceux qui sont de la famille du Messie, ce sont « ceux qui mettent en PRATIQUE la parole de Dieu [Torah/loi de Dieu incluse évidemment] » (Luc 8.21).

Comme vu plus haut, selon la définition du mot « inique » caractérisant « l’impie », nous avons donc à faire à un tract purement antichrist : puisqu’il est dit du Messie qu’il a « la loi de Dieu dans son coeur » (Psaumes 37:31), un tract décourageant à observer la loi et à l’avoir dans le coeur, est donc un tract antichrist. Il est impossible que l’esprit de Dieu ait approuvé la rédaction d’un tel message. Une autre influence en est à l’origine.

Effectivement, la Parole enseigne précisément l’inverse du tract : « Maudit soit celui qui n’accomplit point les paroles de cette loi, et qui ne les met point en pratique ! » (Deutéronome 27:26)

L’auteur du tract enseigne ainsi précisément l’inverse de ce que dit l’Écriture. Pour cette personne, mettre en pratique la loi entraîne la malédiction et la séparation d’avec le Messie, ce qui est une terrible perversion du texte. Pour appuyer cette grave déclaration, Galates 5.4 est cité, et le sens du verset, violemment tordu.

Ce qu’il y a de dramatique avec ce type d’enseignement encore défendu par plusieurs anciens dans la foi du monde chrétien, c’est qu’il place un poids de condamnation sur les jeunes convertis : par peur de perdre leur salut, plusieurs suivront cet enseignement et n’oseront jamais suivre en toute bonne conscience certains commandements de Dieu.

Cette terrible doctrine entraîne une peur malsaine chez qui sont faibles dans la foi et qui n’ont pas les bases scripturaires pour se défendre : de peur d’être déchus de la grâce et séparés de Christ, ils refuseront d’obéir à de grands et précieux commandements de Dieu. Cette peur est si forte, que beaucoup sont liés et choisissent, par crainte, de taxer leur frère d’apostat et de maudits dès qu’ils les aperçoivent aimer la loi de Dieu (Torah), provoquant ainsi division et querelle… Les conséquences de cette fausse doctrine sont tellement nombreuses qu’il est impossible de tous les énumérer dans cet article.

Et ne parlons même pas de l’Étude la Loi de l’Éternel donnée à Moïse (Torah) : avec une telle doctrine hostile à la loi, faisant de la Torah une source de malédiction, qui voudrait étudier et se pencher sur les textes donnés par le grand Pasteur Moïse ?

Il est important d’insister sur l’aspect absolument dévastateur de tels messages :

Le diable à réussi un double coup : faire pécher le peuple de Dieu en le conduisant à transgresser la loi, PUIS l’empêcher d’étudier la Torah/loi, car c’est justement elle qui dévoile l’imposture d’un tel enseignement !

En Vérité, que cela soit pour le chrétiens, le juif ou le non-juif, la Loi est une infinie source de sagesse et de bénédiction pour quiconque croit et aime Dieu ! La loi attire la condamnation et la malédiction uniquement sur la vie de celui qui la transgresse sciemment et ne se repent pas selon qu’il est dit : « Tribulation et angoisse sur toute âme d’homme qui fait le mal, sur le Juif premièrement, puis sur le Grec ! » (Romains 2:9).

Que signifie faire le mal ? Malachie nous en donne la réponse en indiquant comment Lévi/Moïse « a détourné du mal beaucoup d’hommes » : grâce à « La loi de la vérité qui était dans sa bouche » (Malachie 2 : 6).

Le fait de transgresser, même involontairement, bon nombre de commandements de Dieu et ne pas étudier la Torah rend les chrétiens faibles, ignorants et vulnérables à bien des maux ! Cette doctrine de la fin de la loi est véritablement une terrible et sournoise invention du Satan.

Insistons encore et toujours : jamais Paul que nous serions séparé de Christ et déchu de la grâce pour avoir cherché à pratiquer et accomplir les commandements de Dieu ! C’est pourtant ce que déclare l’auteur du tract, dont l’enseignement est répandu dans le milieu protestant/évangélique.

Que mes frères et soeurs comprennent bien la position du site web RencontrerDieu : nous sommes nombreux à avoir côtoyé le milieu protestant évangélique. Il s’y trouve de belles personnes et d’excellents enseignements. Mais un poison s’est répandu en son sein depuis trop longtemps maintenant.

Il ne s’agit nullement ici de condamner ceux qui suivent malgré eux ce type d’enseignement, mais plutôt de les inviter à reconsidérer sérieusement leur voies à la lumière de ce que dit réellement l’Écriture afin d’extirper de leur coeur ces doctrines extrêmement dangereuses et pernicieuses malheureusement encore trop répandues dans une partie du christianisme officiel.

La Bible affirme qu’il y a séparation d’avec Christ pour ceux qui pèchent et transgressent la loi, non pour ceux qui obéissent à Dieu ! Or l’auteur du tract affirme qu’il y a séparation d’avec Christ pour ceux qui cherchent à pratiquer les commandements.

Toutefois – et c’est là tout le propos de Paul – il y a malédiction sur la vie de ceux qui cherchent à se justifier devant Dieu par la Loi seule. En effet, si nous pensons être sauvés et gagner le paradis par nos seules oeuvres, nous annulons alors l’oeuvre du Messie,nous la rendons inutile et vaine, et c’est alors que cette même loi nous condamnera. Voilà ce que veut dire Paul. La différence est infinie.

Paul parle du danger de chercher à se justifier par la loi seule, mais jamais d’un quelconque danger à obéir à Dieu avec foi et amour en pratiquant ses commandements PAR CE QUE nous sommes « sauvés en espérance » !

De même lorsque Paul, en Galates 3.10 dit : « Car tous ceux qui s’attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit : maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique. » Il ne faut surtout pas s’arrêter ici et conclure en hâte : il faut bien lire la suite au verset 11.

Paul parle une fois encore de ceux qui pensent se sauver et être JUSTIFIÉS par la seule observation de la Loi de Dieu : « Par la loi personne n’est justifié devant Dieu, cela est évident ».

Effectivement et c’est évident : la seule Loi de Dieu, aussi glorieuse soit-elle, ne peut sauver personne dans la mesure où la moindre transgression amène la condamnation et la malédiction, d’où l’immense importance d’observer la loi sous la grâce de Dieu, par amour pour Dieu, avec foi en Lui et en son Messie selon qu’il est dit :

« Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de son Fils le Messie Yéshoua nous purifie de tout péché. » (1 Jean 1.7)

Paul parle donc de la justification et non pas de l’application de la Loi de Dieu avec foi, amour, et confiance. La différence est énorme !

Après avoir été sauvés en acceptant et en recevant l’offre du Salut, nous devons ensuite travailler à notre salut afin de le garder (Philippiens 2.12) : ce travail consiste à cultiver une relation vivante avec Dieu par la foi en Yéshoua et obéir à Sa Loi, selon nos forces comme il est dit : « Yeshoua est devenu pour tous CEUX QUI LUI OBÉISSENT l’auteur d’un salut éternel » (Hébreux 5.9).

Mais à cause de la doctrine de l’abolition de la loi de Dieu, le disciple souvent bien malgré lui, aura bien des difficultés à vivre la vraie sanctification dans une vie d’obéissance à Dieu. Son salut est alors gravement menacé puisqu’il pourra prendre un chemin spacieux tout en s’imaginant être sauvé et agréé de Dieu. Mais en vérité, à cause de ces « conducteurs aveugles », il prend l’immense risque de faire partie de ceux qui ne pratiquent pas la parole et se laissent « tromper par de faux raisonnements » (Jacques 1 : 22).

L’effet est réellement tragique : à cause d’une telle doctrine, beaucoup se mettent à suivre l’esprit du monde, aiment le monde, pensent comme le monde, et s’imaginent être sauvés, c’est terrible !

Pierre dit de ces personnes qui enseignent à ne pas pratiquer les commandements de Dieu :

« Ils amorcent par les convoitises de la chair, par les dissolutions, ceux qui viennent à peine d’échapper aux hommes qui vivent dans l’égarement; ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui. » (2 Pierre 2.18)

Jude avertit également : « Certains hommes se sont glissés parmi les fidèles, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et seigneur, Jésus Christ. » (Jude 1.4)

En vérité, nous savons que c’est le Messie qui nous justifie par son œuvre glorieuse sur la croix du calvaire : il est mort pour des impies afin que ceux qui se repentent et croient en lui en décidant d’obéir à Dieu reçoivent le pardon des péchés et le salut de leur âme.

Jamais Jésus n’a dit : « Mes chers disciples, j’ai observé les commandements de Dieu pour vous, vous n’avez qu’à croire en Moi sans chercher à obéir aux commandements de mon Père, car plusieurs sont abolis alors je vous préviens : si vous cherchez à observer la loi de Dieu, vous êtes déchus de la grâce et séparés de moi ! » Ce discours est celui d’un faux Jésus.

Obéir à Dieu n’est que la simple conséquence de cette prise de conscience du salut et de la justification obtenus et offerts gracieusement par le Messie de Gloire. Nous obéissons à Dieu et cherchons à pratiquer ses commandements bénis justement à cause de ce qu’il a fait pour nous et à cause de cette grâce inouïe accordée par le Dieu d’Israël à des pécheurs.

Dieu, par la repentance et la foi en son Messie, nous offre le pardon des fautes passées afin que désormais, nous puissions suivre Ses voies droites !

Depuis la destruction du second temple, il n’y a plus le système sacrificiel permettant de couvrir le péché, mais, par le Sang de l’Agneau de Dieu (Le Messie) qui ôte les péchés de ceux qui se confient en Lui et qui obéissent à Dieu, une route nouvelle et un accès direct auprès du Père sont possibles :

« Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Yéshoua, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de sa chair, et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. » (Hébreux 10.19-21)

En Yéshoua, nous ne sommes plus sous la condamnation de la Loi : c’est ce que nous a acquis le Messie et Sauveur, si du moins nous obéissons à Dieu et restons au bénéfice du sang de l’alliance : une fois encore, la nuance est infiniment grande.

Nous obéissons à Dieu en raison de cette prise de conscience du message de l’Évangile et de ce que signifie l’insondable et stupéfiant amour de Dieu manifesté par le Messie à la croix : il a livré sa Vie en rançon de quiconque croit et il est ressuscité, car la mort ne pouvait pas le retenir. Cela nous remplit d’amour pour Dieu et son Fils Yéshoua comme il est dit : « Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. » (1 Jean 4:19)

La justification pour quiconque croit dans le Messie est une pure grâce de Dieu ! Mais comme dirait Paul : « Quoi donc ! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce ? Loin de là ! »

Et selon 1 Jean 3.4, puisque « quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. », la conclusion est sans appel : celui qui a été justifié cherche donc à faire ce qui est agréable à Dieu, il ne veut plus pécher. Il cherchera donc à découvrir les commandements de Dieu, à les apprendre pour lui obéir avec joie et amour : c’est le travail d’une vie et cela s’appelle la sanctification. Il y aura des chutes, des transgressions, des erreurs et des faiblesses, mais le vrai croyant se repentira à chaque fois qu’il en aura conscience, se lèvera et travaillera à mieux faire pour satisfaire Son Créateur.

« Je mettrai ma loi au dedans d’eux, Je l’écrirai dans leur coeur; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple. » (Jérémie 31.33)

Évidemment, nous rejoignons Paul et avec lui, nous insistons : il est infiniment grave et parfaitement faux de penser qu’on sera sauvé et donc JUSTIFIÉ par la Loi seule. Il n’est jamais dit nulle part dans l’Écriture que nous sommes tenus d’observer parfaitement et à la lettre les 613 commandements de la Torah sous peine d’aller en enfer !

Quiconque pense cela annule évidemment le sacrifice parfait du Messie ! C’est ce que cherche à dire Paul en Galates 5.4, rien d’autre !

Cela est évident puisque Paul dira d’autre part aux Corinthiens d’observer les commandements du Dieu d’Israël : « L’observation des commandements de Dieu est tout » (1 Corinthien 7.19). Paul ne fait pas de dédoublement de personnalité, non.

Certes, Paul enseigne certaines choses délicates, mais l’ensemble de son enseignement est cohérent lorsqu’on prend la peine d’analyser avec soin ses propos, sans en omettre la pensée juive qui les sous-tend.

Nous observons la loi par amour et obéissance PARCE QUE nous sommes sauvés et non POUR être sauvés.

En quoi consiste cette observation de la loi ? C’est simple : Étudier la parole, mettre en pratique et corriger ce que Dieu nous montre de non conforme à sa parole dans nos vies, chacun selon nos capacités et petit à petit : c’est le travail d’une vie. Tout cela se fait avec le cœur et sans condamnation. L’essentiel étant de cultiver la foi, l’humilité, la repentance et l’obéissance.

« Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige; S’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. Si vous avez de la bonne volonté et si vous êtes dociles, Vous mangerez les meilleures productions du pays; Mais si vous résistez et si vous êtes rebelles, Vous serez dévorés par le glaive, Car la bouche de l’Éternel a parlé. » (Esaïe .18-20)

SI une chose nous paraît trop dure – bien qu’aucun commandement ne soit en vérité difficile lorsqu’il est enseigné et pratiqué avec vérité et amour – alors il appartient au disciple de prier Dieu pour qu’Il l’éclaire et reçoive de Son aide. N’est-il pas écrit : « Je puis tout par celui qui me fortifie. » (Philippiens 4:13) ?

Faisons notre cette formidable prière de David :

« Je te cherche de tout mon coeur : Ne me laisse pas m’égarer loin de tes commandements ! Conduis-moi dans le sentier de tes commandements ! Car je l’aime. Donne-moi l’intelligence, pour que j’apprenne tes commandements ! » (Psaumes 119 : 10,35,73)

Conduit par l’Esprit ou par la chair ? L’enseignement du Maître

Terminons l’analyse du tract :

« C’est seulement en laissant vivre Jésus en vous et à travers vous que vous accomplissez réellement la loi. »

Le tract se termine par cette seule phrase vague qui après analyse peut dire tout et son contraire. Pour les uns, laisser vivre Jésus en eux signifie adhérer aux témoins de Jéhovah et ils vous diront qu’ainsi, ils accomplissent réellement la loi. Pour les autres, cela signifie adhérer au catholicisme, pour d’autres encore, cela signifie abolir certains commandements de Dieu…

Que signifie donc laisser vivre Jésus d’une manière biblique en nous ? Tout simplement, laisser agir l’Esprit de Dieu en nous, ce qui nous conduit inévitablement à suivre les traces du Sauveur et à suivre Ses enseignements.

Pour rester dans le contexte de cet article, rappelons-nous de ce qu’enseigne Yéshoua (Jésus) lorsqu’il s’agit des commandements de la Loi de Dieu donnée à Moïse :

« Celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. » (Matthieu 5.19)

« Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique. » (Luc 8.21)

« Les scribes et les pharisiens sont assis dans la chaire de Moïse. Faites donc et observez tout ce qu’ils vous disent; » (Matthieu 23.2)

Être assis dans la chaire de Moïse signifie enseigner la Torah de Dieu, c’est-à-dire la Loi de Dieu donnée à Moïse.torah loi fils intelligent

Lorsqu’ils étaient assis dans la chaire de Moïse, les scribes et les pharisiens enseignaient la Loi de Dieu sans rien y rajouter ou en retrancher. C’est pour cela qu’ici, de manière limpide, Jésus enseigne à ses disciples d »observer la Loi de Dieu et de la mettre en pratique : « Faites donc et observez tout ce qu’ils vous disent ».

« Mais n’agissez pas selon leurs oeuvres. Car ils disent, et ne font pas. » : ici Yéshoua ne parle plus de la loi enseignée (et qu’il nous faut suivre) : Yéshoua pointait ensuite du doigt le tragique problème qui touche aujourd’hui encore bien des religieux : ne pas vivre ce que l’on enseigne.

Dans l’excellent ouvrage « La Paracha » de Leket Eliahou, nous lisons :

« Regarde, j’ai mis devant toi aujourd’hui la bénédiction et la malédiction. La bénédiction, quand vous obéirez aux commandements de Dieu que je vous impose aujourd’hui. Et la malédiction si vous n’écoutez pas les commandements de l’Éternel votre Dieu et que vous vous détournez du chemin que je vous ordonne aujourd’hui de suivre… (Deut. 11.26-28)

Rachi explique que le désir de Dieu est que nous obéissons et que nous choisissons la bénédiction et il nous incite à faire ce choix. Le non-respect des commandements se traduit donc par l’éloignement de Dieu et « l’obstruction des conduits » amenant la bénédiction.

Précisons que Dieu dans son amour incommensurable pour son peuple ne lui impose en aucun cas de supporter un fardeau désagréable. Au contraire, il nous propose de vivre sainement, avec joie et dignité. »

Contrairement à une idée reçue véhiculée dans certains milieux évangéliques, les commandements de Dieu ne sont pas pénibles pour ceux qui aiment réellement Dieu et la vérité.

« Car ceci est l’amour de Dieu, c’est que nous gardions ses commandements; or, ses commandements ne sont pas pénibles » (1 jean 5.3).

L’Esprit de Dieu pousse donc le disciple à observer la loi parfaite de Dieu. Seule la chair influence le disciple à renverser et se dédouaner de la loi. Paul est d’ailleurs très clair : « La chair ne se soumet pas à la loi de Dieu » (Romains 8.7)

Nous devons imiter Yéshoua (Jésus) notre Maître. Observait-il les lois alimentaires ? Oui : jamais aucun texte de la nouvelle alliance ne dit l’inverse. Si Dieu le permet, d’autres articles sortiront à ce sujet prochainement, car beaucoup de vrais serviteurs de l’Éternel sont également trompés à ce sujet.

Yéshoua observait-il le Shabbat et les fêtes de Dieu, etc., etc. ? Oui ! Alors qu’attendons-nous pour grandir dans la sanctification, apprendre, découvrir et mettre en pratique petit à petit les commandements bénis de Dieu si riches en enseignements ?

Mais si quelques lois alimentaires nous font peur ou si le Shabbat est nous semble si dur à observer le samedi (et non le dimanche), peut-être que Dieu nous interpelle : si comme Paul,  « Je puis tout par celui qui me fortifie. » (Philippiens 4:13), pourquoi ne pourrais-je pas suivre quelques lois alimentaires ou observer un vrai Shabbat selon le coeur de Dieu ?

Si l’Esprit du vrai Messie d’Israël réside dans notre coeur, nous ne rechignerons certainement pas à apprendre ces belles lois pleines de vie et de sagesse, et nous n’en souffrirons pas, car cette Parole est certaine : « Il y a beaucoup de paix pour ceux qui aiment ta loi » (Psaumes 119:165)

C’est pourquoi Paul dira : « Examinez-vous vous-même, pour savoir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus-Christ est en vous ? À moins peut-être que vous ne soyez réprouvés. » (2 Corinthiens 13:5)

Prière : Que le grand Dieu d’Israël, en Son Fils, nous accorde la repentance, qu’Il nous fortifie à tout égard, qu’Il nous donne le discernement pour déjouer toutes les séductions du serpent et qu’Il nous communique l’amour de Sa Torah pour la pratiquer et la vivre avec joie et paix en Yéshoua, avec crainte et humilité ! Amen vé amen.

 

Réagissez à cet article en laissant un commentaire !

Note importante relative aux articles et vidéos faisant intervenir à la fois des juifs, des rabbins, des chrétiens et des pasteurs :

Plusieurs sont étonnés et parfois même choqués de voir côte à côte, dans une même vidéo des rabbins et des pasteurs n'ayant pas toujours les mêmes convictions religieuses.

Il convient alors de préciser qu'en dehors des citations ou autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessalonicien 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre « liberté en Yéshoua » (Galates 2:4) pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine.

En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages :

« Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme […] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot).

Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Pour de plus amples informations, voir la déclaration de foi

Note sur les commentaires : les commentaires ne sont publiés que s'ils sont conformes à La Politique De Modération du site : Lire la politique de modération

Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète des contenus de ce site web, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

 

Dernière vidéo publiée :

Climat en Folie : le changement climatique, Dieu et la prophétie Biblique : explication
Climat en Folie : le changement climatique, Dieu et la prophétie Biblique : explication
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Dernier article écrit publié :

‘Hanouka, Noël et coupe du monde de football 2022 : Providence au sein de la grande bataille de La Sainteté contre les forces du mal
‘Hanouka, Noël et coupe du monde de football 2022 : Providence au sein de la grande bataille de La Sainteté contre les forces du mal
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Découvrez notre Plateforme d'Étude de la Torah :

Pour les convertis à Dieu qui veulent aller plus loin et étudier en profondeur la Torah d'Israël à la lumière de l'Alliance Renouvelée.


Etude de la Paracha de la semaine :

Une clé précieuse pour garder le zèle et gagner le Bon Combat de la foi : fais des efforts et place un arc-en-ciel dans ta vie ! Paracha Vaéra : Exode 6 : 2 à 9 : 35

Une clé précieuse pour garder le zèle et gagner le Bon Combat de la foi : fais des efforts et place un arc-en-ciel dans ta vie ! Paracha Vaéra
Déchirer le voile d’illusion et Dévoiler la gloire divine – Paracha Vayehi
Humiliation publique, honte, science moderne et jugement divin : que dit l’Écriture ? Paracha Vayigach
Mesure pour mesure : On récolte ce que l’on sème – Paracha Vayechev
Comment fuir le compromis et la tiédeur du libéralisme religieux ? Paracha Vayichla’h
La foi, l’échelle, l’argent et l’évangile de prospérité – Paracha Vayétsé
Le libéralisme religieux, grand responsable d’un génocide spirituel : la preuve scientifique – paracha Toledot
Israël : la bénédiction pour les nations ou le suicide du monde entier par le Boycott ? – Paracha Lekh Lekha
La perversion des mots dans le monde profane et croyant – Un secret de l’arche de Noé
L’effort dans le service divin : clé de la bénédiction et antithèse du “salut sans les oeuvres” (Paracha Vezot Habrakha)
Écoutes-tu la Torah ou idolâtres-tu un homme ? Paracha Haazinou
Nul n’est irremplaçable mais chacun est indispensable – Paracha Vayélekh
La crise des migrants face au jugement divin décrit dans la Torah du Dieu d’Israël – Paracha Ki Tavo (Deutéronome 26.1 à 29.8)
La Torah, Ce Trésor qui révèle l’orgueil du coeur (Paracha Choftim)
La morsure salutaire du serpent : un outil céleste pour surmonter et sublimer les épreuves (Paracha Réeh)
Le chrétien est-il obligé d’obéir à la loi de Moïse ? Paracha Ekev
Apostasie, naufrage et chute spirituels : analyse d’une cause majeure (Paracha Devarim)
1000 au combat, 1000 en prière pour une puissante victoire ! Paracha Matot/Massé
Les démons existent et nous poussent à un choix: repentance ou honte éternelle ? Paracha Pin’has
Les malédictions causées par nos paroles – Deux témoignages exceptionnels de la puissance de notre bouche – Paracha Balak
Secrets prophétiques du bâton fleuri d’Aaron : Preuve Ultime de l’élection d’Israël et du Messie Yéshoua
Les explorateurs : coulisses d’une faute immense – paracha Chela’h Lekha
Le secret des deux trompettes d’argent – Paracha Béhaalotékha
La paix dans le couple, une valeur essentielle aux yeux de D.ieu – Paracha Nasso (Nombres 4 :21 – 7:89)
L’Étude de la Torah délivre de la mort ! Témoignage exceptionnel de la providence ! Paracha Behar
Expérimenter la véritable bénédiction de Dieu avec Le miracle de la shemitah – Paracha Behar
Observer les Fêtes de Dieu : une clé précieuse pour marcher dans la sanctification – Paracha Emor
Savoir réprimander et accepter la réprimande : qui, quand, comment ? Paracha Kedochim
L’importance d’Honorer ses parents et d’honorer l’Éternel selon la Torah – Paracha Aharei Mot-Kedochim(Lévitique 16 à 20)
Cacherout & Médisance : Focus sur le véritable enseignement de Yéshoua (Jésus) et des Sages d’Israël – Paracha Tazria/Metsora- Copie
Ce n’est pas ce qui rentre dans la bouche qui souille l’homme – Prendre un texte hors contexte pour en faire un prétexte ? – Paracha Chémini (Lévitique 9 à 11)
Le meilleur remède contre le stress ! Paracha Vayikra + préparation fête de Pessah
Pépites de la paracha : arrête de t’prendre pour un grand, t’es tout p’tit ! – Vayakel
Les 2 extrêmes de l’histoire de l’Eglise en quelques versets – Paracha Ki Tissa
Homme Spirituel ou Animal Spirituel ? Le test par la dîme et les offrandes (Terouma)
L’esclavagisme moderne et la date du début de la délivrance finale prophétisés dans la Torah ? – Paracha Bechalah
Pourquoi le chaos et les crises mondiales de la fin des temps ? Analyse des racines spirituelles du mal selon la Torah
La haine contre Yossef : la source de tous les Haman de ce siècle – Paracha Mikets
Qu’est-ce que La vraie bénédiction et malédiction selon la Torah d’Israël ? Paracha ‘Haye Sarah
Le Messie, Fils unique du Dieu unique selon La Torah et les sages d’Israël – Vayera
La source de toutes confusions et de toutes divisions et son remède – Paracha Berechit (Genèse) et Noah (Noë)
Pépite de la paracha – La loi de Dieu : source du bonheur dans le malheur – Paracha Ki Tetsé
Souviens-toi – Déluge, canicule, terrorisme, fin des temps et jugement imminent ? Paracha Devarim
Comment discerner les Balaam modernes et s’en préserver ? Paracha Balak
Le testeur d’intégrité spirituelle – Paracha ‘Houkat (Nombres 19 à 22:1)
« Crois au Messie Yéshoua et tu seras sauvé toi et ta famille » : explications – Parasha Kora’h
Une Torah sans frontières ! Pépites de la Paracha Nasso
Les apparences sont trompeuses – Paracha Bamidbar (Nombres 1 à 4.20)
Médisances, diffamations et calomnies : comment réagir et s’en préserver ? Tazria-Metsora
Prodiges dans la cacherout ! L’inspiration divine de la Torah démontrée par les lois alimentaires et les Sages d’Israël (Chémini)
Le secret de la grande Apostasie de l’Eglise, d’Israël et du monde entier – Tsav
Le miroir des Princesses d’Israël – transformer la flatterie, l’orgueil et la vanité en vertu & le profane en sacré – Paracha Vayakhel et Pekoudei
Le Véritable Amour et la Véritable Liberté selon Dieu – Paracha Michpatim(Exode 21 – 24)
Pépites de la Torah : l’éducation et l’honneur des parents – Paracha Yitro
Top 10 des preuves bibliques qui montrent pourquoi nous devrions garder le Shabbat – Paracha Bechala’h
Comment garder sa foi bouillante ? Une arme céleste à disposition de tous ! Paracha Bo
La force, la valeur et l’immense impact spirituel des noms – Paracha Shemot et Vaera
Prophétie : c’est la dernière génération avant la venue du Messie ! Paracha Noah (Noé)
La loi de Dieu : joug pesant ou fardeau léger ? Paracha Nitsavim
L’ingratitude : la pire des abominations devant Dieu ? – Paracha Kitavo
Souviens-toi de ce que Dieu a fait à Myriam : Une leçon éternelle sur le fléau de la médisance (lachon hara) – Paracha Behaalotekha/Ki Tetsé
Les Véritables Fruits du faux prophète face à la Torah du Dieu d’Israël – Paracha Reeh & Chofetim (Deutéronome 11.26 à 21.9)
Que signifie observer la Loi de Dieu ? Comment, pourquoi, pour qui ? (Paracha Vaethanan et Ekev)
Prophétie des temps de la fin: Les abeilles de l’Apocalypse ! Paracha Devarim
Shadow

Dates et horaires de la fête ou du jeûne du moment (en cours ou à venir prochainement) :

Jeûne d’Esther :

Entrée le Lundi 6 Mars 2023 à 05:50 (PARIS)
Sortie le Lundi 6 Mars 2023 à 19:20

Fête de Pourim : 

Entrée le Lundi 6 Mars 2023 après la tombée de la nuit (PARIS)
Sortie le Mardi 7 Mars 2023 après la tombée de la nuit.

Pépite de vérité à la une actuellement :

protection dieu contre covid vaccin et complots

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

16 Commentaires

  1. FETRA

    le vrai problème, les chrétiens d’aujourd’hui manquent cruellement de bon enseignement sur la marche dans la sanctification par l’Esprit du Christ. De telle attraction pour la loi séduit beaucoup car la plupart dit maître mais n’obéis point au maître. Si seulement vous avez obéis à toute parole de Jésus, vous comprendrez que tout les exigences de la loi sont accompli dans votre soumission à Jésus Christ. Cependant, j’ admet à 1000%, quiconque transgresse la loi (Torah) n’est pas un chrétien. Cela ne signifie pas que pour satisfaire l’exigence de la loi, je dois revenir au prescription sur les aliments. Mais ce sont tous ceux qui se sont rebellé aux saint esprit qui doit faire l’expérience de la lettre pour contempler ceux qu’ils ont crucifié .

    Réponse
  2. sacha

    Merci, je rédigeais un article sur le sujet, et je suis tombé sur le votre, vos propos et exemples sont à 100% justes, et l’église moderne rejette ces choses en croyant être dans la vérité

    Réponse
  3. Cohéritière de Yeshoua

    Shalom à tous,

    Je ne peux que remercier l’Eternel des armées, le Dieu d’Israël pour ce merveilleux éclaircissement! En effet, jusqu’à ce jour, je peinais à comprendre certains passages du Nouveau Testament qui parlent de la Loi et ce, malgré mes nombreuses (re)lectures et questions adressées à des pasteurs ! Je finissais toujours par le même et interminable dilemme: faut-il ou non continuer d’observer la Loi sous la Nouvelle Alliance? Et ENFIN, barukh Hashem, (béni soit Dieu) j’ai La bonne et unique réponse !

    Pour un rapide témoignage, cela fait un an et demi que j’ai quitté ce que j’appelle le « christianisme paganisé » (osons les mots pour définir malheureusement l’état actuel de nombreuses églises chrétiennes), afin de suivre au mieux la Saine doctrine et de me greffer sur l’olivier franc. Il a été difficile de m’entendre dire que j’étais en train de me judaïser, que j’avais été séduite par Satan et que je me mettais sous le joug de la malédiction tout simplement pour vouloir suivre les commandements de Dieu et non plus des préceptes d’hommes! Mais merci Seigneur, Il m’a montré que mieux vaut être divisé par la Vérité que réunis dans l’erreur. Sans vraiment savoir l’expliquer, j’avais compris l’importance de garder les commandements de Dieu. C’est pourquoi, je me mis à observer le Shabbat, les fêtes de l’Eternel etc.

    Depuis, l’Eternel m’a éclairée sur beaucoup de sujets importants qui restaient difficiles à comprendre et par cet article Il continue de le faire ! Que toute la gloire Lui revienne ! J’ai à cœur d’encourager tous les frères et sœurs qui liraient ces quelques lignes: même si nous n’avons pas réponse à tout, laissons-nous conduire par l’Esprit-Saint qui rend témoignage de la Vérité. L’Eternel est fidèle avant même que nous en prenions conscience ! Je terminerais par un passage de la Torah (Exode 24 :7): « naasse venishma » = « nous ferons et nous entendrons » (entendre dans le sens de comprendre). Soyez bénis !

    Merci Thomas pour la publication de cet article, que tu puisses continuer à être un instrument puissant entre les mains de notre Seigneur et Sauveur, Yeshoua HaMashiah.
    Merci! 😉

    Réponse
  4. peter

    C’est un bon enseignement.

    Réponse
  5. isaac

    Merci pour l’article. Je suis un adventiste du septieme jour et nous rencontrons beaucoup de nos freres chretiens qui nous traitent de judaisants de legalistes bien sur avec ces arguments cités plus haut. Que Dieu ouvre les yeux de chacun.

    Réponse
    • Thomas

      Shalom Isaac, oui je comprend bien mieux aujourd’hui ce que peuvent vivre certains adventistes face aux critiques et autres jugements d’apparences provenant de ceux qui sont en vérité encore et bien malheureusement sous l’emprise des graves interprétations anti-Torah de la Parole de Dieu… Le vrai légalisme consiste dans l’étroitesse d’esprit et dans une vision figée et étroite des Saintes Ecritures, combiné à l’orgueil qui consiste à se défaire et de se glorifier au dépens de « ceux à qui les oracles de Dieu ont été confié » (Rom 3, Rom 11), et mettant consciemment de côté l’ensemble des versets qui s’opposent à l’enseignement « erroné et humain » reçu tel que : « la loi(Torah) est un joug pesant dont Jésus nous a libéré », ce que Jamais le véritable Yéshoua des évangiles n’enseigne, bien au contraire.

      Par contre, si je puis me permettre une remarque Isaac : je ne pense pas qu’il soit bon de rester attacher à des étiquettes type « Je suis messianique », « je suis pentecotiste », « je suis adventiste » etc. Rappelons-nous des paroles de Shaoul-Paul :

      « Je veux dire que chacun de vous parle ainsi : Moi, je suis de Paul ! et moi, d’Apollos ! et moi, de Céphas ! et moi, du Messie ! le Messie est-il divisé ? Paul a-t-il été crucifié pour vous, ou est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés ? Je rends grâces à Dieu de ce que je n’ai baptisé aucun de vous, excepté Crispus et Gaïus, afin que personne ne dise que vous avez été baptisés en mon nom. » (1 Cor 1.12-16)

      On pourrait aisément paraphraser Paul ainsi :

      « Je veux dire que chacun de vous parle ainsi : Moi, je suis de Luther ! et moi, des adventistes ! et moi, des pentecotistes ! et moi, je suis messianique ! le Messie d’Israël est-il divisé ? Les adventistes ont-ils été crucifié pour vous, ou est-ce au nom de Luther que vous avez été baptisés ? Je rends grâces à Dieu de ce que je n’ai baptisé aucun de vous, excepté Crispus et Gaïus, afin que personne ne dise que vous avez été baptisés en mon nom. » (1 Cor 1.12-16)

      Que l’Eternel nous aide et qu’il vous bénisse et vous guide dans ses voies droites.
      Thomas.

      Réponse
      • isaac

        cest entendu frere .Dieu vous benisse

        Réponse
  6. samson

    Cet article m’a beaucoup éclairé sur l’observance des commandements de Dieu. La plupart des chrétiens d’aujourd’hui suivent des enseignements les éloignant du vrai chemin. Que Dieu vous bénisse pour tout effort fourni en nous enseignant la vérité!

    Réponse
  7. Riffah

    shalom,je vois j’essaierai de surveiller cette rubrique car j’ai tellement envie d’en apprendre d’avantage,merci!

    Réponse
  8. riffah

    shalom à tous,je béni le Seigneur pour l’article mais j’aimerai savoir que dire de la mitzvah (le commandement) qui stipule que nous ne devons pas porter d’habits de deux espèces de fil dans le devarim (deutéronome)? merci.

    Réponse
    • Tom Admin

      Shalom Riffah, il y aurait beaucoup à dire sur ce commandement.

      Pour faire très simple, l’interdiction de mélanger le lin et la laine (Chaatnez en hébreu) est du domaine du « ‘Hok ». Le ‘hok est le nom d’un certain type de mitsvot (commandements accessible à la raison), les ‘houkim’, que l’esprit humain ne peut comprendre : l’interdiction de mélanger la viande et le lait et les lois de la pureté rituelle (…) ». Pour plus d’infos sur les houkim, voir le chapitre « L’obéissance et l’amour : au delà de la raison ».

      Malgré tout, un ‘hok tel que l’interdiction de mélangé le lin et la laine (un même vêtement composé de fibres de lin et de laine mélangées et tissées entre elles) peut recevoir quelques merveilleuses et profondes explications bien qu’il restera toujours mystérieux.

      Un article est prévu dans l’avenir dans la rubrique « Commandements de l’Eternel ». Surveillez cette rubrique afin de prendre connaissance de l’article qui paraîtra dans quelques temps si Dieu le permet. Soyez pleinement bénis.
      Thomas.

      Réponse
  9. Florence

    Bonjour, c’est le Seigneur L’Éternel qui vous a donné l’intelligence d’écrire cette vérité sur l’observation des commandements de Dieu et de sa loi. La loi de l’Éternel est parfaite, elle restaure l’ame, les commandements de l’Éternel sont purs, ils éclairent les yeux. Pour qui les observe la récompense est grande. (Ps19:8-14) Car la loi est sainte, et le commandement juste et bon. (Rom 7:12.) Et je sais que son commandement est la vie éternelle. (Jean12:50). Celui qui dit: je l’ai connu et qui ne garde pas ses commandements est un menteur et la vérité n’est point en lui. (1jean 2:4.)

    Toutes les religions, sectes qui ne connaissent pas la justice de Dieu et cherche a établir leur propre justice sont des divisions, donc des oeuvres de la chair n’hériteront point le royaume de Dieu. Ils ont du zèle pour Dieu mais sans intelligence. (Romains10:2,Galates5:19-22). C’est pourquoi il est écrit; beaucoup chercheront a entrer et ne le pourront pas (Luc13:24). Prions pour eux afin qu’ils se détournent des pieges du diable.
    Que le Seigneur l’Éternel vous bénisse.
    Florence.

    Réponse
  10. Tron Yannis

    Bonjour Vincent.

    Sur ce sujet il y aurait temps à dire, je suis impatient que notre frère Thomas nous fasse une étude sur les lois alimentaires.

    Dit toi que Dieu à fait cette loi pour que nous puissions vivre mieux et sainement car tout les aliments interdits sont un risque pour la santé 😉

    Dans Matthieu 5;17-19 tout est dit.

    Jésus n’est pas venu abolir la loi mais les accomplir.

    Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.

    Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé.

    Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.

    Que Dieu vous bénisse frères et sœurs.

    Réponse
  11. valdo

    Amen à la réponse de Tom

    Réponse
  12. Vincent

    1Corinthiens10″23 Tout est permis, mais tout n’est pas utile ; tout est permis, mais tout n’édifie pas.
    24 Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que chacun cherche celui d’autrui.
    25 Mangez de tout ce qui se vend au marché, sans vous enquérir de rien par motif de conscience ;
    26 car la terre est au Seigneur, et tout ce qu’elle renferme.
    27 Si un non-croyant vous invite et que vous vouliez aller, mangez de tout ce qu’on vous présentera, sans vous enquérir de rien par motif de conscience.
    28 Mais si quelqu’un vous dit : Ceci a été offert en sacrifice ! n’en mangez pas, à cause de celui qui a donné l’avertissement, et à cause de la conscience. »

    Bonjour, je vous aime beaucoup et j’apprécie vos analyses.
    Concernant les prescriptions alimentaires je m’en tiens au texte ci-dessus.
    Je pense qu’il y aurait problème pour celui qui serait dans la loi sans l’esprit.
    Les juifs sont mes frères, mais que pensent-ils de moi qui mange du porc(bio)?
    Soyez bénis, ne nous égarons pas en vaines divisions mais je remercie l’Eternel pour votre
    amour de la vérité et je suis certain de votre bonne foi.

    Réponse
    • Tom Admin

      Cher Vincent, bonjour à toi et merci pour ta réflexion faite dans la simplicité et le respect, ce qui permet l’échange sur ce point précis.

      Permet moi donc de te répondre.

      Alors que quantité de versets de Genèse à Apocalyspe insiste sur l’importance d’observer la loi de Dieu et que aucun commandement ne peut être abolis ou retranché, alors que le Maître et Messie Lui-même a clairement dit qu’il ne fallait abolir AUCUN commandement mais qu’il fallait au contraire observer la Loi de Dieu et enseigner à l’observer (Matthieu 5.17-19), penses-tu que Paul peux venir dire l’inverse et supprimer de lui-même un commandement qui occupe plusieurs pages dans la Bible ? Attention donc à ton interprétation, Paul ne peut abolir ce que Dieu lui-même a établit, il dit donc forcément autre chose comme nous allons le voir :

      Le contexte est clairement posé depuis le chapitre 8 de l’épitre aux corinthiens : NOUS PARLONS ICI DES VIANDES SACRIFIEES AUX IDOLES :

      « Pour ce qui concerne LES VIANDES SACRIFIEES AUX IDOLES » (1 corinthiens 8.1)
      « Que dis-je donc ? Que LA VIANDE SACRIFIEE AUX IDOLES est quelque chose, ou qu’une idole est quelque chose ? » (1 corinthiens 10.19)
      « Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons. Voulons-nous provoquer la jalousie du Seigneur ? Sommes-nous plus forts que lui ? » (1 corinthiens 10.21-22)

      PUIS VIENT nos 2 fameux versets :
      « Mangez de tout ce qui se vend à la boucherie, sans vous enquérir de rien, à cause de la conscience; » et aussi : « Si un infidèle vous convie, et que vous vouliez aller chez lui, mangez de tout ce qu’on vous présentera, sans vous enquérir de rien pour la conscience. » (1 Corinthiens 10.25 et 27)

      Et enfin, nous avons ce verset qui clôture le contexte dans lequel s’exprime Paul :
      « Mais si quelqu’un vous dit: Ceci a été SACRIFIE AUX IDOLES; N’EN MANGEZ POINT » (1 Corinthiens 10.28)

      En vérité, jamais Paul ne parle ici des viandes purs et impurs selon la loi parfaite de Dieu que lui-même observait et enseignait à observer !
      Toutes les lettres de Paul concernant les viandes parlent en réalité de toutes les viandes qui sont consommables et pur selon la Torah (boeuf, agneau, etc..) MAIS qui sont sacrifiées aux idoles et dans ce cas : il ne faut pas en manger. C’est tout simplement ici ce qu’il faut comprendre d’où L’EXTREME IMPORTANCE DE FAIRE ATTENTION AU CONTEXTE (ICI VIANDE PERMISE SACRIFIEE AUX IDOLES), A LA PENSEE JUIVE BIBLIQUE DE PAUL ET AUX PERSONNES A QUI IL S’ADRESSE.

      Tu me diras : oui, cela semble tenir la route, mais Paul, ne dit-il pas malgré tout clairement que l’on peut manger de TOUT ?

      J’insiste : oui dans le contexte de ce qui est PERMIS PAR DIEU évidemment, car Paul est un disciple de Yéshoua et serviteur de l’Eternel et il craint SA parole.
      La meilleur preuve est ici : lorsque notre frère bien aimé Paul dit au verset 23 : « TOUT m’est permis, mais tout n’est pas utile; ». Penses-tu qu’il déclare qu’il peut donc TOUT faire ? Puisque Paul dit clairement que TOUT lui est permis, penses-tu qu’il peut alors librement voler, commettre un meurtre, ériger une statut à l’image de Dieu, prier les morts, mépriser son prochain, médire, forniquer etc ?
      Evidemment non : lorsque Paul dit que TOUT est permis, c’est évidemment dans le cadre de ce que permet Dieu dans sa Loi parfaite.

      Paul parle dans LE CONTEXTE DE CE QUI EST PERMIS PAR DIEU et où trouvons-nous précisément ce que Dieu permet, autorise et ne permet pas et n’autorise pas ? Dans sa Torah parfaite (Loi de Dieu, enseignements de Dieu).

      D’ailleurs, une des preuves fortes de ce qui est dit ici c’est ce que dit DIEU lui-même au sujet des lois alimentaires dans une prophétie qui concernent la fin des temps. Attention, ce qui est dit ici devrait faire réfléchir sérieusement tout ce qui se réclament de Dieu, qui se disent Saint et qui abolissent les lois alimentaires. Ce n’est pas pour condamner mais au contraire pour inviter à la sanctification et à la repentance les frères et sœurs qui se sont fait trompés par le diable :

      Dieu parle d’une partie de son peuple qui « ne cesse de l’IRRITER EN FACE MANGEANT DE LA CHAIR DE PORC ET AYANT DANS SES VASES DES METS IMPURS; Qui dit : Retire-toi, NE M’APPROCHE PAS, CAR JE SUIS SAINT !… De pareilles choses, c’est une fumée dans mes narines, C’est un feu qui brûle toujours. » (Esaïe 65.4)
      Mais aussi :

      « Car voici, l’Eternel arrive dans un feu, Et ses chars sont comme un tourbillon; Il convertit sa colère en un brasier, Et ses menaces en flammes de feu. C’est par le feu que l’Eternel exerce ses jugements. C’est par le feu que l’Eternel exerce ses jugements, C’est par son glaive qu’il châtie toute chair; Et ceux que tuera l’Eternel seront en grand nombre. CEUX QUI MANGENT DE LA CHAIR DE PORC, DES CHOSES ABOMINABLES ET DES SOURIS, Tous ceux-là périront, dit l’Eternel. » (Esaïe 66.15-17)

      La Parole ne saurait être plus clair Vincent, ce n’est pas moi mais Dieu qui parle dans les versets que je viens de te citer. Le christianisme, depuis trop longtemps, est infiltré par une terrible fausse doctrine qu’une grande partie ne veut pas voir mais dont les conséquences seront terribles et le sont déjà.

      Qui craindra Dieu et aura soin de Suivre Sa parole et non des enseignants qui enseignent ce qu’ils ne devraient jamais enseigner ?

      La sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur concerne aussi la sanctification de notre corps et de notre esprit et l’importance des lois alimentaires impacte tous ces domaines de notre être comme il est dit :

      « Que tout votre être, L’ESPRIT, L’AME ET LE CORPS, SOIT CONSERVE IRREPREHENSIBLE, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! » (1 thessaloniciens 5.23)
      « Purifions-nous de TOUTE SOUILLURE DE LA CHAIR ET DE L’ESPRIT, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. » (2 corinthiens 7.1)

      Lorsque Paul parle de se purifier de TOUTE SOUILLURE DE LA CHAIR, Paul, de manière indirect parle ici et avec certitude de tout ce qui souillent la chair et l’esprit selon la Torah de Dieu et donc, il parle aussi des lois alimentaires car DIEU qui n’est pas un homme pour mentir, déclare de sa propre autorité que les animaux impur souillent et Dieu, en parlant des animaux impurs, ORDONNE pour ceux qui se réclament de lui une chose claire :
      « NE VOUS SOUILLEZ POINT PAR EUX. » (Lévitique 11.43)

      J’espère que tu sauras voir que Paul, dans les passages que tu cites, n’a donc jamais enseigné CONTRE DIEU ni à manger ce que Dieu déclare impur dans sa Torah parfaite, chose que notre Maître, qui est aussi notre modèle, respectait et nous a demandé de respecter en suivant ses traces et son enseignement.

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

16 Partages
Tweetez
Partagez16
Enregistrer