L’invention du culte catholique du dimanche face au Shabbat Biblique du samedi

« Vous observerez le Shabbat, car il sera pour vous une chose sainte (…) celui qui fera quelque ouvrage ce jour-là, sera retranché du milieu de son peuple. » (Exode 31:14)

Saviez-vous que le culte du dimanche est une invention catholique, une tradition d’homme établie en vue de supprimer et de remplacer le 4ème commandement biblique du Shabbat qui s’observe le samedi ?

Parfois, bien plus efficace que de long discours, une simple image et quelques mots bien choisis peuvent transmettre de grandes vérités, comme c’est ici le cas avec cette image que nous vous invitons à méditer, à partager et à propager le plus possible tant elle est révélatrice d’un des maux qui rongent le monde croyant :

Le Shabbat est le 4ème commandement de Dieu gravé sur les tables de pierres reçues par Moïse sur le mont Sinaï : l’importance de ce commandement est telle qu’il apparaît non seulement dans le récit de la création mais aussi sur les tables de la loi aux côtés des autres commandements fondamentaux.

De manière admise par tous les érudits, le 7ème jour de la semaine, jour du Shabbat, a toujours été le samedi, mot qui vient du bas latin « sambati dies » signifiant « jour du Shabbat ».

Au temps des apôtres, tous les premiers disciples de Yéshoua observaient le Shabbat et apprenaient joyeusement à découvrir et à mettre en pratique ce commandement dans lequel se cache de grandes bénédictions.

La profanation du Shabbat fait parti des principaux reproches martelés par les prophètes aux oreilles du peuple de Dieu : « Ils ne suivirent point mes lois, ils profanèrent à l’excès mes Shabbats. » (Ezechiel 20.13), et encore :  « vous attirez de nouveau sa colère contre Israël, en profanant le Shabbat ! » (Néhemie 13.18) etc,.

Comme le montre sans ambiguïté notre image, la suppression du Shabbat et son remplacement par le dimanche, est une pure invention catholique, une tradition d’homme érigée en loi dont la source d’inspiration n’est autre que le serpent ancien appelé aussi satan, qui se plait à changer les temps et les lois établis par Dieu, influençant à sa guise les hommes mal affermis dans la Parole de Vérité afin de le mener à la profanation de ses commandements.

Dans les Évangiles, rappelons-nous du principal reproche que faisait le Messie Yéshoua aux dirigeants religieux de son époque : « Pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? » (Matthieu 15.3)

Les sages d’Israël nous expliquent que les tables de la loi se lisent de bas en haut et non de haut en bas : lorsqu’ils sont lus dans le bon sens, les commandements sont tels un escalier qui nous permet d’atteindre et d’observer véritablement les premiers commandements : Ne pas prononcer le nom de Dieu en vain, ne pas être idolâtre et ne pas avoir d’autres dieux que le seul vrai Dieu d’Israël.

Ainsi, d’après l’enseignement des sages, s’il manque un commandement, c’est une marche à l’escalier qui disparaît rendant impossible l’ascension et l’accès aux autres commandements situés au dessus de lui.

Constatez la justesse de l’enseignement : en supprimant le Shabbat, il serait donc impossible de ne pas prononcer le nom de Dieu en vain, de ne pas être idolâtre et d’avoir une relation authentique avec le seul et unique Dieu, le Dieu d’Israël. Ainsi, chez tous ceux qui abandonnent le Shabbat, on devrait retrouver, de près ou de loin, des liens avec l’idolâtrie et une certaine légèreté dans l’emploi du nom de Dieu.

Seigneur seigneur idolatrieQu’observons nous précisément dans le catholicisme ? L’idolâtrie règne, La « vierge Marie » est placée, que dis-je, élevée et érigée en déesse « reine des cieux » à côté du Dieu vivant, recouvrant de son ombre le Seigneur des armées à qui revient toute la gloire, et beaucoup se prosternent devant des statuts de Marie érigées par milliers ainsi qu’il est dit  :

« Autant Jérusalem a de rues, Autant vous avez dressé d’autels aux idoles » (Jérémie 11.13).

Ce n’est pas sans raison que le prophète Ézéchiel relie la profanation du Shabbat à l’idolâtrie car le lien est réel et l’histoire catholique nous le démontre: « ils rejetèrent mes préceptes, profanèrent mes Shabbats, et tournèrent leurs yeux vers les idoles de leurs pères. » (Ezechiel 20.24)

Mais également, qu’observons-nous dans le protestantisme ? Le nom de l’Éternel est bien souvent utilisé en vain pour tromper et égarer et c’est très régulièrement que nous pouvons entendre des croyants déclarer avec facilité et une certaine légèreté : « Dieu m’a dit » ou « Dieu me dit de te dire », alors qu’il s’agit en vérité bien souvent des pensées de leur propre coeur qu’ils prennent pour celles de Dieu, hélas, trois fois hélas…

Egalement, l’œcuménisme gagne du terrain et une fausse et dangereuse unité biaisée et teintée de compromis apparaît de plus en plus entre les catholiques et des protestants qui ferment les yeux sur la terrible idolâtrie qui règne dans les églises de Rome.

Enfin, une grande partie du monde protestant, sanctifiant toujours le dimanche catholique au détriment du Shabbat biblique, participe, d’une manière consciente ou inconsciente, à l’idolâtrie ainsi que l’enseigne les sages d’Israël :

« On se rend coupable d’idolâtrie à partir du moment où l’on fait ce que le culte de l’idole exige », ici, l’observation du dimanche et la profanation du Shabbat.

Comprenez bien : cet article ne vise pas à condamner les protestants et les catholiques qui bien souvent, ignorent la supercherie. Cet article vise plutôt à les inviter à réfléchir sur ces points essentiels que nous enseignent Dieu en personne, dans le but de parvenir à une salutaire repentance et une observation fidèle de la Parole de Dieu, chose si précieuse aux yeux du créateur. Dieu ne change pas et les maux physiques, moraux et spirituels qui atteignent beaucoup de croyants ont pour origine l’abandon de certains commandements de Dieu : il faut considérer avec sérieux cette réalité biblique.

Moi même, l’auteur de ces quelques lignes, il fut un temps ou je suivais pleinement un certain nombre de doctrine d’homme du protestantisme jusqu’au jour où Dieu me fit la grâce de recevoir Son collyre afin de voir la réalité du monde religieux, de comprendre et de suivre Ses instructions et non toutes ces doctrines d’hommes qui annulent le commandement divin au profit des traditions humaines comme il est dit : « Jugez s’il est juste, devant Dieu, de vous obéir plutôt qu’à Dieu » (Actes 4.19)

Nous sommes convaincus que beaucoup de protestants et de catholiques sont sincères et ont un coeur rempli de zèle et d’amour pour servir Dieu mais le voile de l’apostasie n’en demeure pas moins bien réel comme annoncés et prophétisés par le Messie et ses apôtres. S’il en est ainsi, il faut que la vérité soit exposée, que le venin qui a pénétré les religions par le biais de quelques ouvriers de satan soit extirpé, afin que ceux qui ont ce coeur pour Dieu puissent se tourner vers le seul vrai Eternel et abandonner ce qui n’est pas à Sa Gloire. La repentance est une grâce merveilleuse que Dieu accorde aux humbles mais les temps sont courts, il reste peu de temps…

Charles Chiniquy, ex prêtre catholique, ne témoigne-t-il pas que dans sa vie de prêtre, les moments les plus sublimes, il les a vécu agenouillé en adoration devant l’hostie ? Il en était transporté et comme transfiguré. Après sa repentance et sa réelle conversion au Messie Yéshoua, cette sublimation issue de l’abominable doctrine de la transsubstantiation, lui est apparue comme une idolâtrie. Et pourtant, quelle élévation, quelle exaltation devant son Bon Dieu en mie de pain, et quel témoignage de cette expérience !

Cependant, les expériences spirituelles ne sont d’aucune valeur si elles ne sont pas accompagnées de l’observation des commandements de Dieu. Charles Chiniquy avait ce coeur pour Dieu et le collyre du Seigneur, agissant avec efficacité et puissance par Sa vertu, lui redonna la vue pour qu’il puisse s’extirper des pièges tendus par l’adversaire de nos âmes.

(Note : la doctrine de la transsubstantiation consiste à déclarer que le pain (l’hostie) de la messe devient réellement le corps du Messie après la formule du prêtre et que, ayant fait descendre le Messie dans le pain, il s’agit d’un sacrifice non sanglant : une terrible et malfaisante fausse doctrine.)

Que l’Eternel, le seul vrai Dieu, nous aide à nous repentir et à lui être agréable dans toutes nos voies, qu’il nous donne son collyre afin que nous voyons, qu’il nous aide à comprendre et à suivre son merveilleux Shabbat, au nom de Yéshoua, amen vé amen.

Une pensée de Thomas, sur les parachot du Shabbat du 20 et 27 août 2016, dans lesquels les 10 commandements sont répétés DEUX FOIS en quelques chapitres, comme pour nous montrer, entres autres, l’importance fondamentale que Dieu confère au respect des 10 commandements, Shabbat compris.

Note : pour savoir ce qu’est une paracha, reportez-vous au glossaire : https://www.rencontrerdieu.com/plus/glossaire-des-termes-hebreux/

Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

paracha
paracha
paracha
paracha

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

8 Commentaires

  1. Armand Krack

    Shalom Cher Thomas.

    Un grand merci pour cette vérité concernant l’ importance du shabbat. Nous apprécions beaucoup.
    C’ est très difficile pour les religieux de se remettre en question… mais avec l’ aide du Seigneur !

    Continuez ainsi. Nous prions pour vous. Qu’ IL vous bénisse et vous fortifie

    Réponse
  2. Bruno

    Au sujet de Myriam la Mère de Yeshua, attention de ne pas être tenté de la minimiser sous prétexte qu’elle a été “catholicisée”!
    C’est comme jeter le bébé avec l’eau du bain.
    En effet sa belle humanité “comblée de Grâces” est l’élément essentiel de l’Incarnation devenu mère de celui qui écoutait le Cœur de notre seul et unique Rabbi. Et il serait dommage ne serait-ce que dans la lecture des Évangiles de se priver de La personne la plus chère à D. et faire le jeux du criminel qui la déteste d’autant plus qu’elle est femme!
    Entourés d’une nuée de témoins , je ne crains pas le témoignage de La Femme qui le connait le mieux.Peut-être demander aux mamans leurs avis sur leurs fistons?
    Après, je t’accorde le bien fondé de la prudence en ces temps de confusion dont l’ancien pt des USA , Bush (héb.:confusion)
    a été un grand instigateur, notamment au moyen orient et nous en voyons ses conséquences à ce jour.

    PS:: “amen ve amen” n’est-ce pas l'”Amen” de D. prononcé par son Fils avant Ses exhortations?

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Merci pour votre commentaire respectueux. Myriam n’est pas minimisée mais le mensonge à son sujet est dévoilée en partie, bien qu’un article tout entier mériterait d’être consacré à ce sujet.

      Dans l’Evangile, la « Myriam biblique » est une femme humble et pécheresse à qui Dieu a fait une grâce particulièrement grande et quelle grâce ! Quelle prophétie extraordinaire sortit de sa bouche et qu’il est bon de relire :

      « L’Eternel a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse, Parce que le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint, Et sa miséricorde s’étend d’âge en âge Sur ceux qui le craignent. Il a déployé la force de son bras; Il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses. Il a renversé les puissants de leurs trônes, Et il a élevé les humbles. Il a rassasié de biens les affamés, Et il a renvoyé les riches à vide. Il a secouru Israël, son serviteur, Et il s’est souvenu de sa miséricorde,- Comme il l’avait dit à nos pères,-Envers Abraham et sa postérité pour toujours. » (Luc 1)

      Réponse
  3. Sophie

    Il est intéressant de noter la différence de traduction entre la version Chouraqui en Matthieu 7, 23 “Alors je leur déclarerai :
    Jamais je ne vous ai connus! Retirez-vous de moi, fauteurs de non-tora!” et la version Louis Second “Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité”.

    De ce glissement, certains déduisent que l’iniquité peut être distincte du respect intégral de la Tora, puisque le terme iniquité peut se référer à la méchanceté, comme à la transgression de la loi.

    Et Deutéronome 8, 3 version Chouraqui “afin de te faire connaître que l’humain ne vit pas que de pain seul :
    L’humain vit de TOUT ce qui sort de la bouche d’Adonaï” (je souligne le TOUT).

    La plupart des protestants ne réalisent pas que la réforme n’a pas été achevée.

    Réponse
  4. Mathurin

    L’observance du Shabbat regorge de reelles benedictions. C’est un tresor de Dieu. Alors tous observons le Shabbat ……en ayant en mémoire toujours comme il est dit dans le livre de revelation 14.12 : c’est ici la perséverance des saints : qui gardent les commandements de Dieu et la foi en Yeshoua. A mon humble avis, toute la clé pour hériter du royaume des Cieux se retrouve dans ce verset. Dieu vous benisse.

    Réponse
    • Michel

      Un réel réveil se manifeste actuellement, depuis Luther et sa réforme, les prophéties se développent: de plus en plus des “croyants” sont devenus des “sachants” et ont été révélés du besoin de s’appuyer sur la première alliance pour s’abreuver de la Parole. Le shabbat fait partie intégrante de ce commandement et nous le suivons comme le préconise Yeshoua et en nous appuyant également sur Esaïe 56:6. Du vendredi soir au samedi soir toutes nos actions, nos pensées, nos réjouissances se portent vers le Père et sur son fils Yeshoua. C’est un grand moment de délice car Il est l’Hôte de ce temps béni. Persévérons tous sœurs et frères dans cet amour.

      Réponse
  5. JACQUES DUPONT

    Dans la Bible Louis Second de Dr. John McArthur commente le jour du sabbat comme ceci: ” Il est significatif que le commandement de respecter le sabbat ne soit pas répété dans le N.T., contrairement aux neuf autres. En fait, il est même annulé (cf. Col. 2:16-17). Spécifiquement lié à la dispensation mosaÏque, le sabbat ne peut s’appliquer au croyant de l’ère de l’Église, puisqu’il vit sous un nouveau régime.”

    Dr. William MacDonald dans son commentaire sur l’ A.T. p. 106 ( Le commentaire biblique A. T. du disciple) et appuyé par Dr. Warren Wiersbe dit ceci: ” D’Exode 20:8-11 (Souviens-toi du jour du repos) Mentionné pour la première fois en Gen. 2:1-3 et prescrit en rapport avec la récolte de la manne (Exode 16), le sabbat fut dès ce moment officiellement donné à la nation d’Israël comme une observance stricte. C’était une illustration du repos dont les croyants peuvent jouir actuellement en Christ et dont la création rachetée jouira lors du Millénium. Le sabbat est le septième jour de la semaine, à partir du coucher du soleil le vendredi, jusqu’au coucher du soleil le samedi. Le N.T. n’ordonne nulle part aux chrétiens d’observer le sabbat.”

    Pour ma part travaillant comme policier le samedi et le dimanche 2 fois par mois je prenais une journée dans la semaine où je le consacrais au repos . C’était bon pour mon mental un peu comme nos grand-pères laissaient la terre se reposer la septième année afin de pas l’épuiser. En Lui. Jacques Dupont.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Bonjour Jacques,

      Sur ce point, John Mc Arthur se trompe car nul part dans l’alliance renouvelée il est dit que le shabbat est annulé, au contraire, il est dit : « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. » (Matthieu 5.19) et encore : « Anéantissons-nous donc la loi par la foi ? Loin de là ! Au contraire, nous confirmons la loi. » (Romains 3.31)

      John Mc Arthur cite colossiens 2.16 pour justifier l’abolition d’un commandement de Dieu, voici la réponse dans un article spécial à ce sujet : Que personne ne vous juge au sujet du manger et du boire, d’une fête, des shabbats : explications : https://www.rencontrerdieu.com/project/que-personne-ne-vous-juge-au-sujet-du-manger-ou-du-boire-dune-fete-des-shabbats-explications/

      William MacDonald fait la même erreur.

      Voyez cette courte vidéo qui fait le tour de la question : Quels commandements de la Torah les chrétiens devraient-ils observer ? : https://www.rencontrerdieu.com/project/quels-commandements-de-la-torah-les-chretiens-devraient-ils-observer/

      Que l’Eternel vous garde dans la vérité.

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This