L'importance de ne pas écouter les médisances, les "on-dit" et "toutes les paroles qu'on débite"

 « Ne prête pas attention à toutes les paroles qu’on débite; tu éviteras ainsi d’entendre ton serviteur proférer des malédictions contre toi. Car bien des fois, ton cœur le sait, il t’est arrivé de proférer des malédictions contre les autres. » (Ecc 7.21-22)

medisance decouragement dieu bouche mod02Il est un fait : nous avons trop souvent tendance à accorder une importance déraisonnable aux propos d’autrui tenus envers nous, que cela soit en bien ou en mal. Bien souvent, ces propos engendrent toutes sortes de pensées qui peuvent déstabiliser amèrement celui qui y prend garde d’un peu trop près : l’un va s’enfler d’orgueil à cause de la vanité des flatteries, son coeur s’élèvera ce qui le conduira à la ruine (Proverbes 18.12) ; l’autre se laissera décourager et accabler par des propos méchants, injustes et/ou accusateurs qui ne viennent également pas de Dieu etc.

Voici donc une belle petite parabole qui vient merveilleusement illustrer à quel point il est important et précieux de ne pas prêter attention à tous les propos tenus à notre sujet afin de ne pas sombrer dans le découragement et suivre une route mauvaise :

« Il était une fois une course de grenouilles dont l’arrivée se trouvait au sommet d’une tour particulièrement haute. De nombreux curieux se rassemblèrent pour assister à l’événement mais peu croyaient possible que les grenouilles puissent grimper aussi haut. Ainsi on pouvait entendre dans le public :

 « C’est impossible, elles n’y arriveront jamais ! ».

 Les grenouilles commencèrent à abandonner, sauf une qui continuait de grimper. Les spectateurs lui disaient :

 « Tu n’atteindras jamais le sommet, c’est beaucoup trop haut, tu ferais mieux d’abandonner ! ».

 Mais la grenouille, imperturbable, continuait sa course. À la fin il ne restait qu’elle, et au terme d’un effort considérable elle gagna le sommet de la tour. Les autres grenouilles voulurent savoir comment elle avait fait mais quand l’une d’elles lui posa la question, elle découvrit… que la gagnante était sourde ! »

Source : Texte trouvé dans une vieille église de Baltimore en 1692 – Auteur inconnu

Note sur la surdité de la grenouille : pour nous, la surdité de la grenouille ne devrait pas être comprise dans le sens premier du terme. Cette parabole est une image qui nous parle du comportement à développer et à tenir : la surdité spirituelle face aux calomniateurs et aux médisants. Bien que nous entendons les mauvais propos de l’ennemi, nous ne les écoutons pas. Au lieu de cela, nous nous efforçons d’entendre et d’écouter la voix du Bon Berger qui nous donne force et confiance. Plus nous nous éduquerons à entendre et écouter la voix belle et puissante du Seigneur des armées communiquant force, courage et espoir, plus il nous sera facile de ne plus entendre ni écouter la voix calomniatrice et décourageante de l’ennemi. Transposé à notre niveau, nous pourrions dire que la surdité de la grenouille est une surdité spirituelle sélective acquise par la persévérance à écouter la voix de la Torah du Mashia’h tout en nous exerçant à fermer nos oreilles à la mauvaise bouche de l’ennemi.

Mark TWAIN a dit un jour : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ». Souvent nous nous laissons limiter et influencer dans nos pensées par les propos d’autrui : c’est une grave erreur que le diable utilise pour nous troubler, injecter de l’amertume et de la rancoeur dans nos coeurs et nous empêcher ainsi d’atteindre notre objectif, ce pourquoi Dieu nous a créé.

Le diable sait qu’un coeur blessé ne pourra pas servir le Seigneur d’une manière agréable à Dieu car celui qui est blessé, blessera inévitablement les autres et ainsi, la voie de la vérité sera calomniée et satan gagnera du terrain, d’ou l’extrême importance de « Garder son coeur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie. » (Proverbes 4:23).

Oui le diable utilisera aisément et particulièrement ceux et celles qui ne sont pas affermis dans la parole de Dieu, ceux qui ne veillent ni sur leur coeur, ni sur leur lèvre ou qui ont seulement l’apparence de la piété. Ces dernières personnes sont les plus dangereuses car rien n’est plus douloureux que de subir la mauvaise bouche et la trahison de ceux et celles que l’on estimait comme faisant partis de sa famille ainsi qu’il est dit au sujet des douleurs vécues par le Messie Yéshoua :

« Celui-là même avec qui j’étais en paix, Qui avait ma confiance et qui mangeait mon pain, Lève le talon contre moi. » (Psaumes 41.10) et encore : « Et si on lui demande : D’où viennent ces blessures que tu as aux mains ? Il répondra : C’est dans la maison de mes amis que je les ai reçues. » (Zacharie 13.6)

Le diable le sait et travaille particulièrement au sein des croyants afin d’en blesser le plus grand nombre par le biais des mauvaises paroles, des médisances, des sous entendus malicieux, des divisions mauvaises et inutiles qui sèment toutes sortes de troubles. N’oublions pas que parler négativement d’une personne sans la nommer mais avec des indices suffisamment clairs pour savoir de qui il s’agit est une forme perverse de médisance que le Seigneur des armées voit et jugera selon qu’il est dit : « Celui qui a planté l’oreille n’entendrait-il pas ? Celui qui a formé l’oeil ne verrait-il pas ? L’Éternel connaît les pensées de l’homme, Il sait qu’elles sont vaines. » (Psaumes 94.9)

Ces personnes seront utilisées par l’ennemi de nos âmes pour blesser par leur bouche des frères et des soeurs afin d’empoisonner leur service divin et leur vocation céleste en Yéshoua par le biais de toutes sortes de médisances et de mauvais propos et/ou de jugements d’apparences. Mais Gloire soit rendue à Dieu qui nous donne les armes pour se protéger efficacement des desseins malveillants du Satan comme il est dit : « Qu’elles deviennent muettes, les lèvres menteuses, Qui parlent avec audace contre le juste, Avec arrogance et dédain ! Oh ! combien est grande ta bonté, Que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, Que tu témoignes à ceux qui cherchent en toi leur refuge. Tu les protèges dans ta tente contre les langues qui les attaquent. » (Psaumes 31)

Les sages d’Israël, que leur mémoire soit bénis, nous font remarquer une fois encore une chose intéressante et totalement certaine et véritable : en hébreu, le mot “serpent” et le mot “pensée” ont la même racine ; le mot “serpent” se dit “Nahach” et le mot “pensée” se dit “Mahchava”. Ceci nous apprend que le “satan”, appelé aussi “le serpent” (Nahach) dans la Torah, vient nous influencer en nous soufflant toutes sortes de chimères et de pensées mauvaises. Sans discernement et sans la connaissance de la Torah qui est la Parole de Dieu, beaucoup tombent dans le piège et accordent ainsi du crédit à ce qui n’est en vérité que leur imagination, un pur produit d’une pensée soufflée par satan afin de nous détourner, de nous égarer et/ou de nous décourager. C’est pourquoi il est dit : « Prenez donc garde à la manière dont vous écoutez » (Luc 8.18), d’où l’importance de protéger ses pensées comme il est dit : « Il met sur sa tête le casque du salut » (Esaïe 59.17), ce que rappelle Paul : « Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du satan (Nahach) (…) prenez aussi le casque du salut (protège les pensées), et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu (aide à discerner ce qui est de Dieu et ce qui n’est pas de Dieu). » (Éphésiens 6)

A ce sujet, rappelons-nous de l’excellent comportement de Saül à ses débuts :

« Saül fut accompagné par les honnêtes gens, dont Dieu avait touché le coeur. Il y eut toutefois des hommes Pervers, qui disaient : Quoi ! c’est celui-ci qui nous sauvera !on dit medisance calomnie Et ils le méprisèrent, et ne lui apportèrent aucun présent. Mais Saül n’y prit point garde. » (1 Samuel 10.26-27)

Ne prenons pas garde à ceux et celles qui se plaisent à décourager et à blesser avec leur bouche leur prochain : Ils auront leur salaire tôt ou tard. Il est donc très important de discerner ce qui vient de Dieu et ce qui vient des hommes et de l’ennemi de nos âmes afin de ne pas se laisser facilement ébranler par les propos d’une humanité dont la bouche est devenue malade depuis l’entrée du péché dans ce monde. Si quelqu’un manque de discernement à ce sujet qu’il le demande tout simplement à Dieu comme il est dit :

« Si quelqu’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous libéralement, sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu’il demande avec foi, sans douter » (Jacques 1.5)

Enfin, le grand sage Salomon nous rappelle bien pourquoi nous devrions ne pas prêter attention aux médisances et aux mauvais propos des uns et des autres, « Car bien des fois, ton cœur le sait, il t’est arrivé de proférer des malédictions contre les autres ». Oui, qui d’entre nous n’a pas déjà parlé en mal d’une personne ? Par la grâce de Dieu nous nous en sommes repentis et tendons à ne plus recommencer car nous connaissons cette parole qui dit : « O homme, qui que tu sois, toi qui juges, tu es donc inexcusable; car, en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque toi qui juges, tu fais les mêmes choses (…) Et penses-tu, ô homme, qui juges ceux qui commettent de telles choses, et qui les fais, que tu échapperas au jugement de Dieu ? » (Romains 2)

N’est-il pas écrit : « Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d’autrui ? S’il se tient debout, ou s’il tombe, cela regarde son maître. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l’affermir. » (Romains 14.4)

Ainsi, « Ne parlez point mal les uns des autres, frères. Celui qui parle mal d’un frère, ou qui juge son frère, parle mal de la Torah et juge la Torah. Or, si tu juges la Torah, tu n’es pas observateur de la Torah, mais tu en es juge. » (Jacques 4.11)

Marchons dans la vérité en observateur de la Torah du Dieu d’Israël, soyons ferme dans nos sentiments et SANS COMPROMIS, et le Dieu de gloire sera à nos côtés comme il est dit : « A celui qui est ferme dans ses sentiments Tu assures la paix, la paix, Parce qu’il se confie en toi. » (Esaïe 26:3)

Prière : Dieu d’Abraham d’Isaac et de Yaacov, nous venons te demander ton aide au nom de notre précieux Messie Yéshoua : Père, puisses-tu augmenter notre sagesse spirituelle afin de discerner ce qui vient de toi et ce qui vient du diable, accorde-nous le discernement afin de marcher dans la bonne voie sans donner d’importance aux pensées soufflées par le diable, donne-nous s’il te plait l’amour de la vérité et la soif de Ta Parole afin de garder Ta Torah et être rempli de Ton Esprit Saint qui grave Tes commandements dans nos coeurs. Merci Seigneur de mettre une garde à notre bouche et de nous aider à veiller sur nos lèvres afin que l’on ne parle pas en mal de nos frères et soeurs. Merci Seigneur de nous aider à nous détourner promptement des pièges de l’ennemi qui voudrait détourner notre attention et nous décourager en utilisant la bouche de notre prochain. Que ton nom soit élevé car nous savons que tu nous donnes la victoire en Yéshoua notre Sauveur et par ton Esprit à l’aide de ta puissante Torah, amen vé amen.

faire un don RD

Restez informés !
Recevez régulièrement les dernières nouveautés du site web en rejoignant plus de 6500 abonnés !
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Pour aller plus loin :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

10 Commentaires

  1. Jourdan Christelle

    Merci Thomas pour cette étude !! Ton ministère a beaucoup contribué à me faire progresser dans la foi et la découverte de la Torah, alors vraiment merci !!!! Et Hag Pessah Sameah

    Réponse
  2. Le frère Salomon

    Shalom, merci à toi pour ce rappel et pour cette étude Thomas, combien importantes, dans ces temps de la fin.

    Quand cela se passe avec nos proches et entre nos proches c’est encore plus dure. Nous avons un ministère de réconciliation où nous devons agir avec délicatesse et beaucoup de discernement car notre propre justice n’est jamais très loin de faire des dégâts;
    “j’ai encore loupé une occasion de me taire” avec les conséquences et les réparations qui vont devoir s’en suivre.

    Toda vé brakhot en Yeshoua.

    Réponse
  3. mondet

    super!!!!texte trés édifiant..merci Thomas..Sylvianne

    Réponse
  4. Nathalie

    Amen
    Seigneur toi qui sait et peut tout …moi je n’y arrive plus.
    Guéris ces précises blessures . Elles ont accablées ma vie, mon espérance jour, et nuit. Et pardonnes à ceux qui sont concernés Christ Jésus.
    Accorde moi aussi ton pardon et ta restauration totale. Si cela est encore agréable à ton cœur.car . Je suis lassée. Père.
    Au nom de ton fils yeshoua le seul qui Saches pardonner et rendre la dignité à ma vie
    Merci, de cette grâce stp. Tu sais Toutes choses.
    Amen
    Merci Thomas.

    Réponse
  5. ricecla

    merci merci pour ce très belle méditation Dieu vous bénisses

    Réponse
  6. Yannick

    Partagé ! Liké ! Facebooké !

    Réponse
  7. Pia

    Très belle méditation et excellente prière en fin de discours. Merci merci merci

    Réponse
  8. Aurélie

    Oui, prions notre Père Tout-Puissant au nom de notre Maître et Seigneur Yeshoua HaMashiah pour ne pas tomber dans le piège du diable qui désire la division parmi les Saints.
    Prions pour que les frères et sœurs en Yeshoua ne se comportent pas comme ceux du monde mais au contraire, soyons exemplaire en Aimant notre prochain comme nous-même :
    “En effet, supposons que je parle les langues des hommes et même celles des anges : si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien de plus qu’une trompette claironnante ou une cymbale bruyante. Supposons que j’aie le don de prophétie, que je comprenne tous les mystères et que je possède toute la connaissance ; supposons même que j’aie, dans toute sa plénitude, la foi qui peut transporter les montagnes : si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien.
    Si même je sacrifiais tous mes biens, et jusqu’à ma vie, pour aider les autres, au point de pouvoir m’en vanter, si je n’ai pas l’amour, cela ne me sert de rien.
    L’amour est patient, il est plein de bonté, l’amour. Il n’est pas envieux, il ne cherche pas à se faire valoir, il ne s’enfle pas d’orgueil. Il ne fait rien d’inconvenant.
    Il ne cherche pas son propre intérêt, il ne s’aigrit pas contre les autres, il ne trame pas le mal.
    L’injustice l’attriste, la vérité le réjouit.
    En toute occasion, il pardonne, il fait confiance, il espère, il persévère.
    L’amour n’aura pas de fin. Les prophéties cesseront, les langues inconnues prendront fin, et la connaissance particulière cessera.
    Notre connaissance est partielle, et partielles sont nos prophéties.
    Mais le jour où la perfection apparaîtra, ce qui est partiel cessera.
    Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais et je raisonnais en enfant.
    Une fois devenu homme, je me suis défait de ce qui est propre à l’enfant.
    Aujourd’hui, certes, nous ne voyons que d’une manière indirecte, comme dans un miroir.
    Alors, nous verrons directement. Dans le temps présent, je connais d’une manière partielle, mais alors je connaîtrai comme Dieu me connaît.
    En somme, trois choses demeurent : la foi, l’espérance et l’amour, mais la plus grande d’entre elles, c’est l’amour.”
    (1 Corinthiens 13:1-13)

    Réponse
  9. Damie

    Excellent article arrivant au bon moment
    Je me permettrai de le copier et de le distribuer à ceux qui n’ont pas internet dans mon entourage
    Dieu vous bénisse
    Maranatha
    Il revient

    Réponse
  10. Nell

    Ameyn ve Ameyn

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This