Les malédictions causées par nos paroles – Deux témoignages exceptionnels de la puissance de notre bouche.

Paracha Balak – Nombres 22:2 à 25:9

Article mis à jour le 13 juillet 2022

« Tu ne maudiras point ce peuple, car il est béni. » (Nombres 22.12)

Introduction

benediction malediction bouche temoignageL’étude de la Paracha Balak (portion d’écriture de la Torah) fait partie de ces parashot qui nous invitent à considérer attentivement la force et le pouvoir de notre bouche.

Nous sommes nombreux à sous-estimer l’impact de nos paroles.

Plus grave encore, car plus insidieux :

Nombreux sont ceux qui méprisent volontairement ce sujet et tentent d’amoindrir le problème du lachon hara (mauvaise langue), prétextant toutes sortes d’excuses pour justifier les propos dénigrants qu’ils tiennent sur ceux qu’ils n’aiment pas ou avec lesquels ils ne sont pas d’accord ou qu’ils considèrent dangereux.

« Mais il faut avertir ! », « Et  le Messie Yéshoua ainsi que les prophètes, n’ont-ils pas parlé durement à leurs contemporains lorsqu’ils fautaient ? Ne les ont-ils pas réprimandés ?, est-ce du lachon hara ? »

À ceci, il conviendrait de donner une réponse simple : « Oui, mais vous n’êtes ni le Messie ni un prophète ».

Précision importante : Il ne s’agit évidemment pas de se taire face au mal, mais notre droit à la parole s’accompagne de devoirs : il y a une méthode biblique pour affirmer nos positions et éventuellement reprendre notre prochain sans tomber dans la faute, sans l’insulter, le dénigrer ou l’humilier. À ce sujet, nous vous conseillons cette importante étude complémentaire :  Savoir réprimander et accepter la réprimande : qui, quand, comment ? Paracha Kedochim

Les héros de la foi de la carrure du Messie ou des authentiques prophètes pouvaient se permettre de réprimander leurs semblables pour au moins 4 raisons :

1) Leurs paroles étaient pesées à la balance et émanaient de l’inspiration divine et non d’eux-mêmes car leur égo, par leur travail spirituel, était annihilé 2) Étant irréprochables, purs et saints, ils étaient effectivement mandatés par l’Éternel et légitimes pour parler de la sorte 3) En dehors de leurs réprimandes, ils pleuraient de vraies larmes sur les péchés du peuple et ne prenaient aucun malin plaisir à les admonester 4) Les conditions et les critères pour parler négativement de leurs prochains étaient réunis car ils connaissaient les lois du langage, ce qui n’est presque jamais le cas des personnes qui aujourd’hui, se permettent de condamner, de dénigrer et de juger leur prochain sur les médias, tandis qu’ils n’ont jamais étudié sérieusement les lois du langage auprès des experts approuvés et éprouvés.

Cette ignorance est un mal grave qui handicape considérablement le peuple de Dieu et prive le monde de beaucoup de bienfaits et de bénédictions : si ceux qui sont sensés représenter les vertus de Dieu parlent mal, se divisent et se dévorent les uns les autres, il est naturellement impossible au reste du monde de se laisser inspirer par de tels modèles.

De plus, notre époque a ceci d’Historique : la profusion de paroles délétères trouve, dans le réseau internet et les médias sociaux, un moyen de propagation et d’amplification sans précédent.

« La langue est un feu; c’est le monde de l’iniquité » dit Jacques 3:6. Avec internet et les nouveaux médias, l’homme a, semble-t-il, trouvé malgré lui l’outil infernal de prédilection pour enflammer la terre et répandre le venin du serpent ancien, qui séduisit Eve par ses paroles de doute et de dénigrement, et plongea l’humanité dans le péché et la mort.

Par tous les moyens, il nous faut combattre avec hardiesse cet écueil puisque le fléau des mauvaises paroles détruit concrètement et silencieusement la vie de milliards d’individus. C’est un mal invisible qui agit sur la planète entière à l’insu des multitudes.

La Torah – et cette étude contribuera à le démontrer – nous montre que la plupart des difficultés, des problèmes moraux, spirituels, physiques ou matériels que nous avons, proviennent des mauvais propos que nous publions ou que nous relayons contre notre prochain. Et à ce titre, le numérique et les réseaux sociaux, en l’absence d’une saine régulation, jouent le rôle d’un phénoménal démultiplicateur de ce mal appelé en hébreu ‘lachon hara ».

Un autre aspect du problème est que nous oublions un peu vite que la parole étant créatrices, lorsque nous disons du mal sur notre propre personne, nous nous infligeons réellement une sorte d’auto malédiction. Par exemple :

« Oh, que je suis bête ! » « que je suis nul ! » ou encore « j’ai tout gâché », « je n’y arriverai jamais, c’est impossible, etc. »

Avec de tels propos, c’est une malédiction que nous lançons sur nous-mêmes et comme nous le verrons, la Bible nous enseigne qu’en parlant ainsi, nous construisons notre propre réalité dans laquelle l’échec, la défaite, la sottise et la destruction s’immisceront nécessairement tôt ou tard dans notre vie.

L’objectif de ce type d’étude est de contribuer à enrayer quelque peu ce fléau spirituel de la mauvaise langue (lachon hara) grâce aux quelques recommandations et conseils qui seront ici transmis par la parole de Dieu et les maîtres d’Israël.

Deux incroyables témoignages

Pour percevoir l’importance de ce thème central dans la Torah, nous rapporterons deux témoignages exclusifs tirés du livre du pasteur Larry Huch intitulé « 10 malédictions qui bloquent la bénédiction », un livre intéressant et globalement fidèle à la Torah et à l’Évangile, et faisant partie de ces quelques rares ouvrages francophones parlant d’une manière positive et réfléchie de la Loi de Dieu (Torah) et du peuple juif.

Ces deux témoignages viennent nous rappeler efficacement combien la loi divine est sérieuse lorsqu’elle ordonne à tout homme de ne pas maudire ni parler négativement de son prochain.

Voici les propos du Pasteur Larry Huch :

« J’ai découvert que la plupart des malédictions qui agissent dans la vie des gens étaient provoquées par des paroles de malédictions prononcées par des personnes de leur connaissance.

Un jour, une dame et son mari m’ont demandé la prière, car la dame avait une maladie sexuellement transmissible.

Ils m’ont dit qu’elle l’avait attrapée juste après leur mariage. Ils n’avaient aucune idée de l’origine de cette maladie.

Cela faisait maintenant quelques années qu’elle l’avait, et les choses ne s’amélioraient pas. Pire encore, ils avaient eu une petite fille, et celle-ci était née avec la maladie.

Alors que je priais pour eux, Dieu me donna une pensée.  « Qui vous a ensorcelée ? » demandais-je.

Ils ne comprirent pas ce que je voulais dire.

« Le jour de votre mariage, quelqu’un était-il fâché contre vous ? Cette personne a-t-elle prononcé une malédiction sur vous ? » Ils m’ont raconté que la famille de la jeune femme n’était pas contente qu’elle se marie.

Au mariage, sa grand-mère l’avait insultée en la traitant vulgairement de « prostituée », et elle lui avait dit : « Tes filles sont pareilles que toi ! »

Quelques jours plus tard, la jeune femme s’était réveillée avec une maladie sexuellement transmissible qu’on associe généralement à ce nom insultant.

Nous avons prié ensemble et brisé la malédiction des paroles qui avaient été prononcées sur elle et sur son bébé.

Elle et son mari sont venus au service le soir suivant et m’ont raconté leur libération. Elle est allée chez le docteur le jour suivant avec le bébé. Ni sa fille ni elle n’avaient plus aucun signe de la maladie.

Cela peut être difficile à comprendre pour beaucoup de gens, mais je vois ce genre de choses tout le temps.

J’ai aussi prié pour un couple qui avait vu 5 fois leur entreprise faire faillite.

À chaque fois, tout allait bien, tout semblait parfait, puis soudain un désastre les frappait. Je leur ai posé la même question : « Qui vous a prédit que vous échoueriez ? »

J’ai découvert que là encore, l’un des parents désapprouvait leur mariage.

« Il ne réussira jamais rien. Vous serez toujours fauchés. C’est un raté ! »

Nous avons prié et chassé la malédiction des paroles qui avaient été prononcées.

Ils ont maintenant une entreprise florissante et qui ne cesse de progresser.

Je sais que pour beaucoup de gens, il est difficile d’accepter que quelqu’un puisse nous placer sous une malédiction, mais c’est pourtant le cas si vous vous laissez faire !

Les paroles possèdent le pouvoir de vie et de mort, particulièrement si ces personnes ont une position d’autorité sur nous. »

Dans la Torah, il est écrit :

« Tu ne maudiras point un sourd » (Lévitique19.14).

Rachi, le célèbre commentateur de la Torah fait ce très simple, mais intéressant commentaire : 

« On ne me parle que du sourd. D’où sais-je que la défense comprend chaque homme ? L’Écriture dit : « Ne maudis pas dans ton peuple » (Ex 22.28).

S’il en est ainsi, pourquoi dit-on le sourd ?

Parce qu’il a la caractéristique d’être une personne vivante, quoiqu’infirme. Ainsi [cela comprend chaque homme, car] chaque homme est encore vivant à l’exclusion du mort qui n’a plus de lien avec la vie. »

Ainsi, si Dieu nous ordonne de ne pas maudire un sourd, c’est pour nous amener au raisonnement suivant :

« Si déjà tu ne dois pas maudire un sourd, pourtant incapable d’entendre tes paroles, c’est pour t’enseigner l’impact spirituel invisible et réel d’une seule mauvaise parole, qu’elle soit entendue ou pas, faite en présence de la personne visée ou à distance (dans son dos).

A combien de plus forte raison ne dois-tu pas maudire une personne bien portante qui pourrait avoir vent de tes propos ! »

C’est parce que Dieu nous aime et connait les désastres infinis causés par de mauvaises paroles qu’Il nous a donné un commandement explicite dans notre très Sainte Torah : ne parle pas mal, même à un sourd !

L’Éternel nous ordonne de ne jamais maudire, c’est-à-dire ne jamais prononcer des paroles mauvaises sur la vie d’un quelconque individu, mais au contraire de bénir.

En effet, il est interdit de léser son prochain par des paroles blessantes, de lui dire des choses susceptibles de le peiner, de l’offenser comme il est dit en lévitique 25:17 : « Que nul de vous ne fasse tort à son prochain; mais crains ton Dieu; car je suis l’Éternel, votre Dieu. »

Cependant, il n’est pas exigé, de la part de celui qui subit les offenses, ou qui est témoin d’un péché, de se taire et de ne pas répliquer : au contraire, il donnerait ainsi l’impression d’être complice ou dans son tort !

Et en vérité, la Torah ne nous ordonne pas de rester muets comme une pierre face aux injures, aux péchés et aux insinuations ; elle nous recommande bien plutôt de ne pas chercher la dispute en réagissant au mal par le mal.

Réagir et répondre oui, mais sans insulter et avec vérité comme Yéshoua le fit en nous montrant l’exemple lorsque, après avoir reçu un soufflet, il répondit :

« Si j’ai mal parlé, fais voir ce que j’ai dit de mal; et si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? » (Jean 18:23). Il ne s’agit donc évidemment pas de se taire face au mal, mais de réagir selon l’enseignement de la Torah, conformément à la volonté de Dieu.

Le Messie Yéshoua, plus que quiconque, fait partie de cette catégorie d’homme dont la piété est si profonde, qu’il ne répondait jamais aux offenses par le mal.

Les Sages d’Israël disent à ce propos dans le traité Shabbat 88 B :

« Ceux qui subissent l’offense sans offenser, ceux qui savent entendre des injures sans répliquer, c’est à eux que s’appliquent la parole de la prophétesse en Juges 5:31 : « et tes amis rayonneront comme le soleil… »

Ici les sages témoignent indirectement de la profonde piété du Messie et de ses apôtres comme il est dit en 1 Pierre 2:23 :

« Lui qui n’a point commis de péché, Et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé de fraude; 23 lui qui, injurié, ne rendait point d’injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s’en remettait à celui qui juge justement; »

Et c’est là ce qu’on peut lire en 1 Corinthien 4:12 : « injuriés, nous bénissons; persécutés, nous supportons; 13 calomniés, nous parlons avec bonté; nous sommes devenus comme les balayures du monde, le rebut de tous, jusqu’à maintenant. »

Et encore, en 2 Corinthiens 6, nous lisons ces formidables versets :

« Nous ne donnons aucun sujet de scandale en quoi que ce soit, afin que le ministère ne soit pas un objet de blâme … par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamités, dans les détresses, 5 sous les coups, dans les prisons, dans les troubles, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes; 6 par la pureté, par la connaissance, par la longanimité, par la bonté, par un esprit saint, par une charité sincère, 7 par la parole de vérité, par la puissance de Dieu, par les armes offensives et défensives de la justice; 8 au milieu de la gloire et de l’ignominie, au milieu de la mauvaise et de la bonne réputation; étant regardés comme imposteurs, quoique véridiques; 9 comme inconnus, quoique bien connus; comme mourants, et voici nous vivons; comme châtiés, quoique non mis à mort; 10 comme attristés, et nous sommes toujours joyeux; comme pauvres, et nous en enrichissons plusieurs; comme n’ayant rien, et nous possédons toutes choses. »

Puisse le Ciel nous donner la force de suivre ces modèles de vertus.

Il nous faut comprendre que les paroles de malédiction concernent toutes les paroles négatives prononcées sur la vie ou l’avenir d’une personne.

L’impact d’une parole de malédiction est immensément dangereux et beaucoup de personnes, sans même le savoir, se maudissent elles-mêmes ainsi que leur entourage par des propos négatifs et délétères comme en témoignent efficacement les deux témoignages susmentionnés tirés du livre de Larry Huch.

Ainsi, de simples paroles telles que « Dans 10 ans cela n’aura pas changé » ou encore « Je n’y arriverais pas » ou encore « tu ne changeras jamais », « Avec toi, c’est toujours pareil », « Je suis un homme mort », « Quel poisseux ! » etc., nous maudissent véritablement et peuvent avoir un réel impact destructeur sur notre vie comme il est dit : « Ce que je crains, c’est ce qui m’arrive; Ce que je redoute, c’est ce qui m’atteint. » (Job 3:25)

Lorsque Yaacov (Jacques) parle de la langue comme un feu qui dévore et détruit, il n’exagère pas :

« La langue de même est un petit membre, et elle se vante de grandes choses … la langue est placée parmi nos membres, souillant tout le corps, et enflammant le cours de la vie, enflammée elle-même de la géhenne … aucun homme ne peut dompter la langue;

c’est un mal qu’on ne peut réprimer; elle est pleine d’un venin mortel. Par elle nous bénissons Dieu le Père, et par elle nous maudissons les hommes, faits à l’image de Dieu.

De la même bouche sort la bénédiction et la malédiction. Il ne faut point, mes frères, que cela soit ainsi. »

On se rappelle de la malédiction lancée par le prophète Elicha (Élisée) sur les 42 garçons railleurs et moqueurs qui furent instantanément déchirés par des ours.

Ici des ours ont dévoré et déchiqueté une troupe d’enfants, par le simple pouvoir de la parole. La chose est choquante mais biblique. Aujourd’hui, un tel événement serait qualifié de sombre « fait divers » dans nos journaux profanes et nul n’oserait faire un lien avec une simple parole, de peur de passer pour un fou ou un extrémiste religieux fanatique.

Mais L’Écriture nous révèle ce qui s’est réellement passé dans les coulisses : la parole d’un homme a provoqué une réalité destructrice bien concrète.

La Bible nous révèle ici, ainsi que dans notre Paracha Balak, combien la parole possède un réel pouvoir de destruction malheureusement ignoré et parfois sournoisement dédramatisé par des foules d’individus incrédules…

Nous serions certainement saisis de terreurs en apprenant combien de maux et de terribles accidents et faits divers sont en réalité liés à la mauvaise utilisation de la bouche.

C’est l’endroit idéal pour faire une parenthèse nécessaire : comment Élisée, ce grand homme de Dieu, a-t-il pu maudire des enfants et causer un si grand mal par ses paroles ? Une telle attitude semble contredire la Torah.

C’est ici l’occasion de se remémorer ensemble le passage en question provenant de l’article « La force, la valeur et l’immense impact spirituels des noms – Paracha Shemot et Vaera », ce qui nous permettra d’apprécier, par la même occasion, l’importance des commentaires des rabbanim :

« Il monta de là à Béthel; et comme il cheminait à la montée, des petits garçons sortirent de la ville, et se moquèrent de lui. Ils lui disaient : Monte, chauve ! monte, chauve ! Il se retourna pour les regarder, et il les maudit au nom de l’Éternel. Alors deux ours sortirent de la forêt, et déchirèrent quarante-deux de ces enfants. » (2 Rois 2.23)

À ce sujet, le Rav Azriel Cohen-Arazi rapporte un commentaire du Rav Chmouel Olivier :

« En ce qui concerne le passage des ours, ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’Elicha (Élisée) réagit face à une perception prophétique. 

Les Sages expliquent que si Elicha s’est permis de réaliser un miracle en provoquant la venue des ours de la foret (ou la création même des ours à cet endroit, s’ils n’étaient pas naturellement dans la foret, les avis divergent), c’est qu’il avait bien vu qu’aucun, mais absolument aucun élément positif n’allait sortir de ces enfants ni de leur descendance, et ce à jamais. (voir également commentaire du Ramad Wali, élève de Luzatto, qui voit dans ces jeunes la concentration du mal).

Il faisait donc un grand bien pour l’humanité. Ceci dit, les Sages nous apprennent que cet acte lui fut reproché et qu’il en fut grandement puni. »

Dans cet épisode, il est évident que l’attitude d’Élisée n’est pas approuvée par Le Ciel comme nous le lisons dans le commentaire du Rav. La doctrine du Messie nous invite en effet à bénir, même nos ennemis, et non à maudire.

Mais gardons-nous de parler en mal de ce grand prophète en allant plus loin que les commentaires des Sages, car qui sommes-nous pour juger de tels héros de la foi ? Notre bouche est-elle propre et lavée de toutes fautes ?

Aujourd’hui, beaucoup s’improvisent prophètes de Dieu, se prennent pour « la bouche de l’Éternel » et s’autorisent à dénigrer, médire ou à maudire ceux qui sont différents d’eux, ou qui ont une autre compréhension des Écritures, erronées, selon eux. Dans leur esprit, tous les ingrédients sont réunis pour s’arroger le droit de faire un mauvais renom à leur prochain. C’est un grand péché et un mal grave sous le soleil.

Seul un prophète de Dieu véritable peut lancer des paroles dures à l’encontre d’un individu fautif sans que cela soit une faute et même dans un tel cas, l’avertissement privé a souvent préséance. Que personne ne nous trompe : ces profils vertueux et légitimes pour réprimander sont rares et nous les reconnaissons à leurs fruits.

Si la malédiction d’un homme de Dieu peut se réaliser avec autant de force et de puissance que nous le voyons dans cette histoire d’Élisée le prophète, c’est parce qu’il est doté d’une grande stature spirituelle.

Mais même des paroles mauvaises lancées par des individus moyens ou d’une faible stature spirituelle, si elles sont lancées avec conviction et foi, produiront leurs effets destructeurs.

Toutefois, c’est l’endroit idéal pour rappeler qu’une malédiction envoyée gratuitement à une personne juste devant Dieu manquera son but et reviendra à l’envoyeur comme il est écrit :

« Comme l’oiseau s’enfuit, et comme l’hirondelle s’envole, ainsi la malédiction non méritée n’atteindra point. » (Proverbes 26.2).

Rachi, sur ce proverbe commente en s’appuyant sur le texte source hébreu :

« Littéralement : « comme l’oiseau pour migrer » – comme l’oiseau qui migre et comme le déror (hirondelle) qui regagne son nid, ainsi la malédiction gratuite reviendrait-elle à lui – elle atteindra celui qui l’a émise de sa bouche. »

Le Rabbi Yaacov Couli explique en effet qu’une malédiction non fondée n’a d’effet que sur celui qui la prononce. La malédiction gratuite retombera sur lui.

Mais il ne faut pas prendre pour autant la malédiction d’un homme ordinaire à la légère comme nous l’avons vu.

C’est effectivement ce que dit Dieu à Balaam, qui était chargé par Balak de maudire Israël  : « Tu ne maudiras point ce peuple, car il est béni. » (Nombres 22.12)

Pourquoi la malédiction peut-elle malgré tout nuire à beaucoup de personnes ?

L’Écriture nous révèle que cela dépend du profil concerné : les personnes atteintes de malédictions ne sont généralement ni croyantes (dans le sens converties et pratiquantes) ou alors, s’il s’agit de croyants convertis, ce sont des personnes qui ont entendu le mal et n’ont pas su riposter par une parole de prière annulant la malédiction proférée par autrui, ou qui se sont laissées intimider et gagner par la peur.

Il peut aussi d’agir de croyants qui ont rétrogradé ou qui ont encore des péchés non réglés dans leur vie, des fautes non confessées ou non abandonnées, des portes ouvertes qui permettent à la malédiction de les atteindre.

De là nous apprenons l’extraordinaire importance d’étudier la Torah tous les jours de notre vie sans gâcher notre temps dans des futilités, afin de discerner rapidement les brèches et les failles qu’il y a encore dans nos vies pour ensuite confesser nos fautes à l’Éternel, les abandonner ou, si nous avons des difficultés à abandonner certains travers, lui demander régulièrement et avec insistance Son aide.

Dieu agira alors certainement et nous protégera en nous assistant dans nos faiblesses par Son Esprit puissant.

Il nous faut donc absolument prendre conscience des lois spirituelles que Dieu a révélées dans Sa Torah afin de marcher dans la crainte de l’Éternel, étudier, mettre en pratique sa Torah, connaître les lois du langage et suivre les voies droites du Seigneur.

Il est dit du serviteur authentique de l’Éternel que « Toute arme forgée contre toi sera sans effet; Et toute langue qui s’élèvera en justice contre toi, Tu la condamneras. » (Esaïe 54:17)

Lorsque nous comportons intérieurement et extérieurement en serviteur de l’Éternel, nous sommes aux bénéfices de ces promesses, peu importe le mal et les malédictions qui seront proférées à notre encontre.

Tant que nous restons dans la foi dans le Messie d’Israël, nous devons aussi ne jamais oublier que le sang précieux que le Messie a versé pour nous racheter est puissant pour nous purifier de toute iniquité, dès lors que nous avouons nos méfaits en prenant la ferme décision de tout mettre en oeuvre pour les abandonner (1 Jean 1.7). C’est là un grand et important principe de la foi.

Comme nous l’avons évoqué plus haut, gardons aussi bien à l’esprit qu’un enfant de Dieu peut se placer lui-même sous la malédiction en se lançant à lui-même des imprécations auxquelles il ajoute crédit.

Si le croyant accepte et croit sans broncher une parole de malédiction prononcée à son égard, il se place alors sous le pouvoir de celui qui a lancé la malédiction.

Également, lorsqu’un homme se permet de blâmer autrui, les sages d’Israël nous rappellent que son cas est aussitôt examiné dans le Ciel et s’il n’est pas pur de toute faute, il sera premièrement jugé et châtié par la providence divine.

Enfin, un enfant de Dieu repenti dont la conscience est pure devant l’Éternel, lorsqu’il entendra une malédiction prononcée à son égard, devra répliquer immédiatement en se rappelant des promesses de Dieu et il brisera ainsi la malédiction.

Il dira par exemple à haute voix :

« Au nom de l’Éternel des armées et de Son Messie Yéshoua, je refuse cette parole de malédiction prononcée sur ma vie et je déclare qu’elle n’atteindra pas son but comme il est dit :

« Comme l’oiseau s’enfuit, et comme l’hirondelle s’envole, ainsi la malédiction non méritée n’atteindra point. » et aussi : « Toute langue qui s’élèvera en justice contre toi, Tu la condamneras. Tel est l’héritage des serviteurs de l’Éternel » (Esaïe 54.17)

Certains diront alors : s’il en est ainsi, si la bouche peut si facilement maudire, il suffit à contrario de prononcer des paroles positives pour les voir s’accomplir !?

Il est évident qu’une personne craignant Dieu, par ses bonnes paroles, son étude et ses prières bienfaisantes, apporte un grand bienfait à elle-même et à son entourage.

De là nous apprenons combien il est important de juger positivement et favorablement notre prochain ainsi que toute situation négative qui se présenteraient à nous, que Dieu préserve.

Mais sans une vraie relation avec Dieu qui permet d’utiliser notre bouche dans le respect des lois du langage, ce principe peut vite se transformer en de la manipulation et de la sorcellerie.

L’Écriture nous montre combien la marche avec Dieu est une affaire de coeur et de sincérité. Notre bouche a une puissance de bien et de mal, de vie et de mort, et nous devons l’utiliser pour prier et bénir, oui, mais avec sagesse et sans calculs pervers réalisés dans des objectifs égoïstes et charnels pour satisfaire nos désirs et nos passions.

Cette Paracha Balak nous enseigne ainsi l’immense pouvoir de notre bouche. Si Dieu n’était intervenu en faveur de Son peuple, les paroles du sorcier auraient apporté l’extinction de tous les israélites.

Mais en bout de course, Dieu reste Souverain, Il est le Maître des temps et des circonstances et demeure à jamais Celui qui seul protège et bénit Ses enfants : Lui seul octroie la bénédiction ou permet la malédiction et reste au contrôle d’absolument tout.

L’Éternel fait grâce et protège qui il veut, sans avoir besoin de consulter qui que ce soit. Si tout notre coeur est dévoué à Son service, si nous l’aimons et le cherchons de toutes nos entrailles chaque jour que Dieu fait, si nous sommes attachés au Messie d’Israël, alors malgré nos manquements, Sa bonne main reposera certainement sur nous et notre coeur sera dans la paix. C’est pourquoi la malédiction du sorcier Balaam/Bil’am s’est transformée en bénédiction, car telle était la condition des enfants d’Israël à ce moment-là : « Qu’elles sont belles tes tentes, ô Israël ! »

Que le Seigneur des armées pardonne nos nombreuses fautes du langage et nous aide désormais à user de notre bouche selon Son coeur, avec simplicité et sagesse, avec beaucoup de circonspection afin de procurer du bien et non du mal à nous-mêmes, à tous nos proches et à l’humanité tout entière comme il est dit, sans extrémisme de la part de Paul :

« Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent. » (Éphésiens 4:29)

Amen vé Amen.

Un partage et un commentaire de Thomas sur le livre de Larry Huch.

Combattons le fléau de la médisance en étudiant ensemble les Lois du Langage :

Réagissez à cet article en laissant un commentaire !

Note importante relative aux articles et vidéos faisant intervenir à la fois des juifs, des rabbins, des chrétiens et des pasteurs :

Plusieurs sont étonnés et parfois même choqués de voir côte à côte, dans une même vidéo des rabbins et des pasteurs n'ayant pas toujours les mêmes convictions religieuses.

Il convient alors de préciser qu'en dehors des citations ou autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessalonicien 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre « liberté en Yéshoua » (Galates 2:4) pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine.

En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages :

« Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme […] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot).

Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Pour de plus amples informations, voir la déclaration de foi

Note sur les commentaires : les commentaires ne sont publiés que s'ils sont conformes à La Politique De Modération du site : Lire la politique de modération

Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète des contenus de ce site web, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

 

Recevez nos messages privés par e-mails :
→ Pensées de Torah sur la Paracha de la semaine, les Prophètes, les hagiographes, l'Alliance Renouvelée (Nouveu Testament)
→ Enseignements et messages d'exhortations (conseils, éthique divine, etc.)
→ Réflexions et analyses spirituelles de l’actualité
Vos informations resteront privées et la désinscription peut se faire à tout moment. Vous pouvez consulter notre politique de vie privée en cliquant ici

Etude de la Paracha de la semaine :

Exil, crise des migrants, Israël, malédiction et jugement divin : encore une prophétie biblique qui se réalise sous nos yeux – Paracha Ki Tavo : Deutéronome 26.1 à 29.8

La crise des migrants face au jugement divin décrit dans la Torah du Dieu d’Israël – Paracha Ki Tavo (Deutéronome 26.1 à 29.8)
La Torah, Ce Trésor qui révèle l’orgueil du coeur (Paracha Choftim)
La morsure salutaire du serpent : un outil céleste pour surmonter et sublimer les épreuves (Paracha Réeh)
Le chrétien est-il obligé d’obéir à la loi de Moïse ? Paracha Ekev
Apostasie, naufrage et chute spirituels : analyse d’une cause majeure (Paracha Devarim)
1000 au combat, 1000 en prière pour une puissante victoire ! Paracha Matot/Massé
Les démons existent et nous poussent à un choix: repentance ou honte éternelle ? Paracha Pin’has
Les malédictions causées par nos paroles – Deux témoignages exceptionnels de la puissance de notre bouche – Paracha Balak
Secrets prophétiques du bâton fleuri d’Aaron : Preuve Ultime de l’élection d’Israël et du Messie Yéshoua
Les explorateurs : coulisses d’une faute immense – paracha Chela’h Lekha
Le secret des deux trompettes d’argent – Paracha Béhaalotékha
La paix dans le couple, une valeur essentielle aux yeux de D.ieu – Paracha Nasso (Nombres 4 :21 – 7:89)
L’Étude de la Torah délivre de la mort ! Témoignage exceptionnel de la providence ! Paracha Behar
Expérimenter la véritable bénédiction de Dieu avec Le miracle de la shemitah – Paracha Behar
Observer les Fêtes de Dieu : une clé précieuse pour marcher dans la sanctification – Paracha Emor
Savoir réprimander et accepter la réprimande : qui, quand, comment ? Paracha Kedochim
L’importance d’Honorer ses parents et d’honorer l’Éternel selon la Torah – Paracha Aharei Mot-Kedochim(Lévitique 16 à 20)
Cacherout & Médisance : Focus sur le véritable enseignement de Yéshoua (Jésus) et des Sages d’Israël – Paracha Tazria/Metsora- Copie
Ce n’est pas ce qui rentre dans la bouche qui souille l’homme – Prendre un texte hors contexte pour en faire un prétexte ? – Paracha Chémini (Lévitique 9 à 11)
Le meilleur remède contre le stress ! Paracha Vayikra + préparation fête de Pessah
Pépites de la paracha : arrête de t’prendre pour un grand, t’es tout p’tit ! – Vayakel
Les 2 extrêmes de l’histoire de l’Eglise en quelques versets – Paracha Ki Tissa
Homme Spirituel ou Animal Spirituel ? Le test par la dîme et les offrandes (Terouma)
L’esclavagisme moderne et la date du début de la délivrance finale prophétisés dans la Torah ? – Paracha Bechalah
Pourquoi le chaos et les crises mondiales de la fin des temps ? Analyse des racines spirituelles du mal selon la Torah
Déchirer le voile d’illusion et Dévoiler la gloire divine – Paracha Vayehi
Humiliation publique, honte, science moderne et jugement divin : que dit l’Écriture ? Paracha Vayigach
La haine contre Yossef : la source de tous les Haman de ce siècle – Paracha Mikets
Mesure pour mesure : On récolte ce que l’on sème – Paracha Vayechev
La foi, l’échelle, l’argent et l’évangile de prospérité – Paracha Vayétsé
Qu’est-ce que La vraie bénédiction et malédiction selon la Torah d’Israël ? Paracha ‘Haye Sarah
Le Messie, Fils unique du Dieu unique selon La Torah et les sages d’Israël – Vayera
La source de toutes confusions et de toutes divisions et son remède – Paracha Berechit (Genèse) et Noah (Noë)
Écoutes-tu la Torah ou idolâtres-tu un homme ? Paracha Haazinou
Pépite de la paracha – La loi de Dieu : source du bonheur dans le malheur – Paracha Ki Tetsé
Souviens-toi – Déluge, canicule, terrorisme, fin des temps et jugement imminent ? Paracha Devarim
Comment discerner les Balaam modernes et s’en préserver ? Paracha Balak
Le testeur d’intégrité spirituelle – Paracha ‘Houkat (Nombres 19 à 22:1)
« Crois au Messie Yéshoua et tu seras sauvé toi et ta famille » : explications – Parasha Kora’h
Une Torah sans frontières ! Pépites de la Paracha Nasso
Les apparences sont trompeuses – Paracha Bamidbar (Nombres 1 à 4.20)
Médisances, diffamations et calomnies : comment réagir et s’en préserver ? Tazria-Metsora
Prodiges dans la cacherout ! L’inspiration divine de la Torah démontrée par les lois alimentaires et les Sages d’Israël (Chémini)
Le secret de la grande Apostasie de l’Eglise, d’Israël et du monde entier – Tsav
Le miroir des Princesses d’Israël – transformer la flatterie, l’orgueil et la vanité en vertu & le profane en sacré – Paracha Vayakhel et Pekoudei
Le Véritable Amour et la Véritable Liberté selon Dieu – Paracha Michpatim(Exode 21 – 24)
Pépites de la Torah : l’éducation et l’honneur des parents – Paracha Yitro
Top 10 des preuves bibliques qui montrent pourquoi nous devrions garder le Shabbat – Paracha Bechala’h
Comment garder sa foi bouillante ? Une arme céleste à disposition de tous ! Paracha Bo
Une clé précieuse pour garder le zèle et gagner le Bon Combat de la foi : fais des efforts et place un arc-en-ciel dans ta vie ! Paracha Vaéra
La force, la valeur et l’immense impact spirituel des noms – Paracha Shemot et Vaera
Comment fuir le compromis et la tiédeur du libéralisme religieux ? Paracha Vayichla’h
Le libéralisme religieux, grand responsable d’un génocide spirituel : la preuve scientifique – paracha Toledot
Prophétie : c’est la dernière génération avant la venue du Messie ! Paracha Noah (Noé)
L’effort dans le service divin : clé de la bénédiction et antithèse du “salut sans les oeuvres” (Paracha Vezot Habrakha)
La loi de Dieu : joug pesant ou fardeau léger ? Paracha Nitsavim
L’ingratitude : la pire des abominations devant Dieu ? – Paracha Kitavo
Souviens-toi de ce que Dieu a fait à Myriam : Une leçon éternelle sur le fléau de la médisance (lachon hara) – Paracha Behaalotekha/Ki Tetsé
Les Véritables Fruits du faux prophète face à la Torah du Dieu d’Israël – Paracha Reeh & Chofetim (Deutéronome 11.26 à 21.9)
Que signifie observer la Loi de Dieu ? Comment, pourquoi, pour qui ? (Paracha Vaethanan et Ekev)
Prophétie des temps de la fin: Les abeilles de l’Apocalypse ! Paracha Devarim
Shadow

Dernière vidéo publiée :

Secrets prophétiques du bâton fleuri d’Aaron : Preuve Ultime de l’élection d’Israël et du Messie Yéshoua (Paracha Kora’h)
Secrets prophétiques du bâton fleuri d’Aaron : Preuve Ultime de l’élection d’Israël et du Messie Yéshoua (Paracha Kora’h)
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Dernière article écrit publié :

Pessa’h : éradication de toute trace d’orgueil, pas même 1/64ème !
Pessa’h : éradication de toute trace d’orgueil, pas même 1/64ème !
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Fête ou jeûne du moment (en cours ou à venir prochainement) :

Fête de Roch Hachana (Fête des trompettes)

1er jour :

Entrée le Dimanche 25 Septembre 2022 à 19h43 (PARIS)
Sortie le Lundi 26 Septembre 2022 à 20h27

2e jour :

Entrée le Lundi 26 Septembre 2022 à 20h27 (PARIS)
Sortie le Mardi 27 Septembre 2022 à 20h25

Pépite de vérité à la une actuellement :

protection dieu contre covid vaccin et complots

Pour aller plus loin, découvrez notre plateforme d’étude de la Torah :

Site web Le Retour aux racines : sortir de l'apostasie et découvre les racines juives hébraïques de la foi

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

19 Commentaires

  1. Elisabeth Saidi

    En ces temps de la fin, c’est vraiment une aubaine de recevoir de tels enseignements. La bouche peut mener en enfer! Merci de nous apprendre les lois du langage!

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Et je rajouterai qu’en ces temps de la fin, c’est vraiment une aubaine de lire de tels commentaires ! Puisse l’Eternel bénir tous ceux qui prennent plaisir à Sa Doctrine. Merci pour ce commentaire.
      Thomas.

      Réponse
  2. fafah

    la force est dans la parole !!!

    Merci Thomas pour ce vidéo et tous ces conseils et explications, j’espère que chacun de nous tous fasse le max possible tous les jours pour ne pas dire n’importe quoi !

    bonne continuation à tous

    cordialement

    fafah

    Réponse
  3. mbida emmanuel

    je bénis et te remercie beaucoup Thomas pour cette enseignement sur des paroles qui sortent de notre bouche pour nous meme ou pour les autres et qui impactent positivement ou négativement notre vie ou celle des autres nous demandons au tout puissant de prendre lui meme le contrôle de ce qui sort de notre bouche ! pour que nos paroles ne soient que celles qui bénissent et non celle de malédiction

    Réponse
  4. THOMAS

    Antoine J’apprécie beaucoup ce sujet sur les malédictions prononcées sur notre entourage ou de ceux qui les prononcent en nous empêchent de progresses dans la vérité ou nos entreprises merci pour cette étude. Elohim nous appel à bénir et non à maudire.
    Tu as dit que les sages d’Israël ont dit que Élisée à regretter d’avoir dit cette malédiction. J’aimerais apporter une référence sur ce sujet.
    Ce sont des enfant impies nous dit le texte. impie veut dire sans reconnaître Elohim le seul vrai Elohim. Elohim reprend toujours quand quelqu’un à commis un acte insensé ;un roi ou un prophète Balaam par exemple. ceci nous est mis dans le livre des rois pour nous éduquer à ne pas ce moquer de quiconque de plus qu’Élisée était prophète d’Elohim.  » A l ‘ouïe de leurs sarcasmes le prophète se retourna et inspiré par le Tout-puissant il les maudits. Ils subirent un châtiment terrible : 2 ours sortirent de la forêt, et déchirèrent 42 de ses enfants. Si le prophète n’avait pas relevé ces railleries, on aurait continuer à le ridiculiser, et à l’injurier. Or sa mission consistait à instruire le peuple et à le sauver à un moment de grave péril national qui risquait d’échouer. Cet acte d’extrême sévérité suffit au prophète pour imposer le respect à tous jusqu’à la fin de sa vie. » Le Livre Prophètes et rois page 180 un prophète de paix Ellen . G .White. la bible est là pour nous corriger,nous instruire en toutes bonnes œuvres. merci Thomas pour ton étude .

    Réponse
    • mariam

      Merci pour cette nouvelle vidéo intéressante ! le fléau des mauvaises paroles, attention !
      Mais, ce temps de confinement qui peut être un moment de repli sur soi , devient parfois introspection, examen de conscience dans la solitude mais aussi temps de rapprochement des âmes. L’Esprit est plus important que le corps, la Bible dit :
      « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? » 1 CO- VI, 19 !
      Et l’Esprit Saint est Un, la Vérité est Une.
      Nous sommes tous Enfants de Dieu et Dieu comme tout bon père, aime tous Ses Enfants et les voir rassemblés.
      Le confinement peut devenir une Grâce pour une Purification et l’Union des cœurs. Ne gâchons pas ce temps donné pour le Repentir sincère, la Bénédiction …

      Réponse
  5. charly

    Alléluia Amen ! je confirme que nous sommes de l’olivier sauvage , Et que ,Alléluia Amen ! nous avons été greffés sur L’Olivier Franc !

    Réponse
  6. charly

    Alléluia Amen !!

    Réponse
  7. Christian-Yves Constans

    Merci Thomas pour cet enseignement que tout enfant du Roi, Béni Éternellement, devrait entendre, car nous avons tous besoin de repentance et délivrance à ce sujet. En lisant les commentaires, celui Deogratia m’a fait penser la chose suivante : « Puisque Elohé bénit le peuple d’Israël et que les convertis en Yahshoua sont entés sur l’olivier franc, qu’est Israël, cette parole d’Elohé nous couvre aussi à nous gens des nations sauvés en Yahshoua. Et donc ceux qui maudissent Israël nous maudissent à nous aussi, pour le coup ! Cela ouvre des perspectives spirituelles immenses et insoupçonnées. Cela devrait nous mettre en garde dû comment nous écoutons et entendons parler d’Israël, car en fait c’est de nous aussi qu’ils parlent.

    Réponse
  8. naya

    Enseignement très enrichissant. tout enfant se réclamant fils de DIEU en a besoin pour mieux marché.

    Réponse
    • jean jacques

      Frère Thomas

      je suis richement béni,merci infiniment

      Réponse
  9. Michelle

    Je te remercie Thomas pour ces belles paroles. Merci pour toutes ces instructions; Merci j’apprends beaucoup
    sur la Torah et cela me fait du bien spirituellement c’est du Nouveau pour moi. Puisse Ashem continue à te bénir abondamment.

    Réponse
  10. Deogratias

    Un enseignement riche!

    Je voudrais juste citer un passage tiré du livre de Derek Prince « Comment passer de la malédiction à la bénédiction » (ISBN9782911537629) au sujet de l’antisémitisme comme source de malédiction:

    « A plusieurs reprises Dieu a prononcé une malédiction sur des nations ou des individus. C’est la forme de jugement la plus sévère de Dieu.

    Genèse 12: 1-4: « 1 L`Éternel dit à Abram: Va-t-en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai. 2 Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction. 3 Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi.  »

    Cet appel révèle la septuple destinée d’Abram. Quand Dieu appelle un homme à une tâche spéciale, ce dernier devient automatiquement une cible privilégiée de Satan. C’est pour cela que Dieu a rajouté à l’appel d’Abram une cause spéciale de protection: « Je maudirai celui qui te maudira. »

    Un peu plus loin dans la Bible, cette protection va s’ettendre spécifiquement sur d’Isaac à Jacob (Génèse 27:29) et puis à l’entière nation d’Israël (Nombres 24:9b), ce qui signifie le peuple juif tout entier.

    Nous constatons donc que Dieu a prononcé une malédiction sur tous ceux qui maudissent le peuple juif.

    Dans le vocabulaire contemporaine, cette attitude envers les Juifs s’appelle l' »antisémitisme ».
    C’est une cause majeure de malédiction.

    De nos jours, les effets de la malédiction [antisémitisme] se voient de partout, à la fois dans la vie des individus et dans celles des nations. »

    Réponse
    • Yannick

      À partager !

      Réponse
  11. PLANCKEEL

    Sujet très actuel de tout temps, bénissez , ne maudissez pas.
    Un livre que je trouve vraiment bien et instructif en ce qui concerne la langue l,la médisance ect…c’est celui du ‘Hafets ‘Hïm :
    L’étude quotidienne des lois du langage, je le conseille vivement,car cela m’a permit de réaliser le trvail à faire avec l’aide de notre grand Maître de faire très attention à mes lèvres chaque jour, c’est un combat car je ne suis pas meilleur que les autres mais il me faut veiller sur mes lèvres.
    Merci pour cette superbe étude à mettre vraiment en pratique surtout dans le cas des malédictions.

    Réponse
  12. Miryam Missiaem

    Problèmes humains, mondialement pratiqués et extrêmement douloureux à vivre pour les victimes. Le roi David a dit : il m’est bon d’être humilié afin que j’apprenne tes statuts. Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche que mille objets d’or et d’argent.(Ps.119-71.72). Il faut surmonter avec la grâce de Yeshoua c’est faisable. Excellent sujet de méditation.

    Réponse
    • Novak Jessica

      amen

      Réponse
  13. issia ado

    amen.merveilleux.

    Réponse
    • NGUIMBI BAYONNE JOSEPH

      Excellente édification et merci! thomas pour tous ce que tu fait dans l’enseignement de la saine doctrine et nous voulons d’autant être sage ,remplie de douceur ;d’amour, de justice et d’humilité .Car si nous ne supportons pas nos différences les uns des autres, nous sommes exposés a riposté par des paroles négatives à l’endroit de l’autre. Aussi Paul exhorte donc tel qu’il le dit dans 1 timothee2 :8  » Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, en élevant des mains pures ,sans colère ni mauvaises pensées » .De même dans Colossiens 4 :6 « Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce ,assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun ».
      En toute parole de malédiction ,demandons par la sanctification, le brisement de tout mauvais vœux ou confession. car HaShem est la référence en toutes sagesses (en celles de la pensées qu’en celles du langage) .

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

380 Partages
Tweetez
Partagez378
Enregistrer2