Le don : un reflet du coeur de la Loi de Dieu en vidéo

Voici un court métrage inédit sous-titré par l’équipe du site RencontrerDieu.com. Cette courte vidéo de Daniel Yam enseigne avec beauté plusieurs joyaux de sagesse de la Loi de Dieu consistant dans le don de soi et l’amour de son prochain. Un grand remerciement pour la gentillesse et la sympathie du directeur du film Daniel Yam qui a autorisé la publication de la vidéo sur le site.

« Celui qui a pitié du pauvre prête à l’Eternel, Qui lui rendra selon son oeuvre. » (Proverbes 19.17)

« Celui qui méprise son prochain commet un péché, Mais heureux celui qui a pitié des misérables ! Ceux qui méditent le mal ne s’égarent-ils pas ? Mais ceux qui méditent le bien agissent avec bonté et fidélité. » (Proverbes 14:21-22)

C’est un grand plaisir que de partager au plus grand nombre ce court métrage inédit sous-titré par l’équipe du site RencontrerDieu.com. Cette courte vidéo de Daniel Yam enseigne avec beauté plusieurs joyaux de sagesse de la Loi de Dieu consistant dans le don de soi et l’amour de son prochain. Un grand remerciement pour la gentillesse et la sympathie du directeur du film Daniel Yam qui a autorisé la publication de la vidéo sur le site.

Bref résumé du film : Lorsqu”il était enfant, le petit Lim voyait la vie de son père comme un échec : son père travaillait beaucoup mais gagnait peu. En grandissant, le petit Lim développait un certain mépris pour son père, se promettant de ne pas rater sa vie jusqu’au jour où la Vérité éclata …

Le message véhiculé dans cette vidéo reprend de nombreuses valeurs reflétant le cœur de Dieu et rencontrerdieu.com a pour seul désir d’encourager chacun (les croyants particulièrement) à venir y puiser quelques inspirations à faire le bien selon qu’il est écrit : « Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas » et encore : « Recommande-leur de faire du bien, d’être riches en bonnes œuvres, d’avoir de la libéralité, de la générosité et de s’amasser ainsi pour l’avenir un trésor placé sur un fondement solide, afin de saisir la vie véritable » (1 Timothée 6.18), car il évident que « Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché. »(Jacques 4.17).

Oui, tout le long des Ecritures Sacrées, chaque croyant authentique est premièrement invité à aimer Dieu de tout son cœur et secondement, à aimer son prochain comme lui-même. Il s’agit ici en quelque sorte d’un résumé de ce qu’enseigne la totalité de loi de Dieu et les prophètes. Le Messie Yéshua (Jésus-Christ) le dit : aimer Dieu de tout son cœur et aimer son prochain comme soi-même sont les choses les plus importantes et forment un résumé précis des enseignements de Dieu : « De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. » (Matthieu 22.40). Nous avons un passage des Ecritures fort intéressant qui illustrent ces vérités éternelles avec majesté : « Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l’éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? Jésus lui dit : Qu’est-il écrit dans la loi ? Qu’y lis-tu? Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même. Tu as bien répondu, lui dit Jésus; fais cela, et tu vivras. » (Luc 10.25-27). Quoi de plus limpide ? Il s’agit tout simplement de la conclusion d’un des plus grand sages de l’écriture : « Crains Dieu et observe ses commandements. C’est là ce que doit faire tout homme. » (Ecclésiaste 12:13), confirmée par l’apôtre Paul : «  l’observation des commandements de Dieu est tout » (1 Corinthiens 7.19) et rappeler dans le dernier Livre de la Bible : « Heureux ceux qui observent ses commandements, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville ! » (Apocalypse 22:14). De la Genèse à l’apocalypse, l’importance d’observer les commandements et les ordonnance du seul vrai Dieu revêt une importance capitale.
Le prophète Michée ne se lasse pas de nous rappeler ces choses : « On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien; Et ce que l’Eternel demande de toi, C’est que tu pratiques la justice, Que tu aimes la miséricorde, Et que tu marches humblement avec ton Dieu. » (Michée 6.8). Avec le psalmiste, nous pouvons dire d’un tel homme : « La loi de son Dieu est dans son cœur; Ses pas ne chancellent point. » (Psaume 78.10).

Mais que signifie donc aimer son prochain ou faire du mal à son prochain ? Il est nécessaire de poser des bases claires sans quoi le bien et le mal ne resteront que des concepts vagues soumis aux interprétations des uns et des autres, produisant des sociétés folles aux comportements incohérent et changeant au gré du vent, autorisant toutes sortes de perversions sous couvert d’une évolution des mœurs définie par le néant. Se servir de la liberté comme d’un voile qui couvre la méchanceté et toutes sortes de péchés mène à la ruine. C’est aussi valable pour toute personne se réclamant de l’église de Dieu.  Ainsi, chose impensable pour nos pères, nous voyons aujourd’hui apparaître le mariage entre mêmes sexes (même dans certaines églises protestantes), la destruction des valeurs familiales, certains partis politiques prônant même la pédophilie et encourageant par leur silence coupable des campagnes publicitaires géantes invitant à l’adultère en France ou encore à la prostitution dans certains Etats d’Amérique et bientôt, pourquoi pas, la banalisation de la zoophilie et le mariage d’hommes et de femmes avec des bêtes : que cela plaise ou non, si l’homosexualité est contre nature et représente une minorité mais demeure aujourd’hui banalisée, il pourrait très bien se produire un jour prochain la même chose avec la zoophilie ! Il ne s’agit pas ici de condamner les personnes en tant qu’individu mais plutôt les pratiques mauvaises, immorales et contre nature auxquelles elles se livrent pour les inviter à la repentance et à la connaissance de cette Vérité unique qui brise toutes les chaînes : « Celui qui rejette la correction méprise son âme, Mais celui qui écoute la réprimande acquiert l’intelligence. » (Proverbes 15.32).

Le mal et le bien sont clairement définis dans un endroit fiable et inébranlable, subsistant depuis des millénaires sans jamais être démodé : les Saintes Écritures qui, à travers la Loi et les prophètes, nous montrent clairement ce qui est bien et ce qui est mal aux yeux du parfait Créateur, ce législateur moral infaillible dans toutes ses prescriptions! Livre merveilleux le plus lu et vendu au monde et, ironiquement, le plus mal compris. Pour ceux qui auraient quelques doutes au sujet de la fiabilité des Ecritures, nous les invitons à visiter la rubrique fiabilité de la Bible de ce site web. Le standard de Dieu est parfait et inébranlable, ce n’est pas sans raison qu’ironiquement, la plupart des pays dits civilisés, bien que rejetant le seul vrai Dieu par leur comportement, se sont pourtant largement inspirés de Sa Loi (Torah) pour structurer les sociétés et malheureusement aussi, pour justifier des guerres jamais désirées par le Dieu véritable.

Aimer son prochain et aimer Dieu ne consiste pas seulement en paroles. Ce n’est pas seulement éprouver de vaguestorah yeshua aimer son prochain sentiments. Il s’agit plutôt de poser des actes justes en accord avec notre parole, des actes approuvés par Dieu dans un esprit de vérité. Jacques nous le dit simplement : « Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour, et que l’un d’entre vous leur dise : Allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez! et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il ? Il en est ainsi de la foi : si elle n’a pas les œuvres, elle est morte en elle-même. » (Jacques 2.14-17). La loi de Dieu donnée à Moïse explique en détail ce que signifie l’amour selon Dieu, il est donc important de connaître et de mettre en pratique autant que possible la Loi du Dieu suprême car nous y trouvons des perles de bonté et de sagesse déposées ça et là dans le trésor de Ses instructions : aimer l’étranger comme soi-même, faire droit aux pauvres, à la veuve, à l’orphelin, leur donner nourriture et protection, protéger les malheureux, les opprimés, être juste dans ses jugements, ne pas répondre au mal par le mal, ne pas se venger soi-même, ne pas garder rancune, ne pas calomnier, ne pas retenir le salaire de l’ouvrier, interdiction d’exiger des intérêts lors d’un prêt quelconque à un pauvre, ne mépriser ni médire de personne, honorer les personnes âgées, enseigner les enfants selon la justice, loi contre la débauche, l’impudicité, l’impureté, aider son ennemi particulièrement si on le voit en difficulté, ne pas voler, tricher, mentir etc… etc… : « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c’est la loi et les prophètes. » a dit le Messie (Matthieu 7.12). L’importance des commandements de Dieu est tel qu’au travers du prophète Ésaïe, Dieu s’exclame : « Oh ! si tu étais attentif à mes commandements ! Ton bien-être serait comme un fleuve, Et ton bonheur comme les flots de la mer » (Ésaïe 48.17-18)

Evidemment, si la Loi est bonne et bénéfique à tous les niveaux, ceux qui l’enseignent ne sont malheureusement pas toujours exemplaires ; c’est ce que l’apôtre Paul dénoncera : « Toi qui te fais une gloire de la loi, tu déshonores Dieu par la transgression de la loi ! » (Romains 2.23). En dépit de cela, ce n’est pas sans raison que le Maître déclare pour ceux qui écoutent les docteurs de la Loi : « Faites donc et observez tout ce qu’ils vous disent; mais n’agissez pas selon leurs œuvres. Car ils disent, et ne font pas. » (Matthieu 23.3). Il ne faut donc pas regarder à la vie de celui qui enseigne la loi comme une excuse pour ne pas suivre les bonnes choses qu’il enseigne. Le Messie lui même a dit de faire et d’observer tout ce que disent les docteurs de la loi lors donc qu’ils enseignent. C’est un point important trop souvent négligé car comme le rappelle Paul : « tu as dans la loi la règle de la science et de la vérité » (Romains 2.20).

Ce court métrage, en plus de fournir une grande démonstration d’amour et d’abnégation, démontre d’autres aspects merveilleux de la Loi de Dieu : donner sans chercher son intérêt selon qu’il est écrit : « Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que chacun cherche celui d’autrui. » (1 Corinthien 10.24). Donner sans chercher à attirer l’attention des autres sur sa personne selon que le Maître le dit : « Lors donc que tu fais l’aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d’être glorifiés et vus par les hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite, afin que ton aumône se fasse en secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Matthieu 6.2-4).

Old Book. Selective focusDans ce court métrage, nous voyons aussi un autre aspect de la loi de Dieu mis en pratique par le père du petit Lim : instruire son enfant selon la justice et la vérité : « Mettez dans votre cœur et dans votre âme ces paroles que je vous dis. Vous les enseignerez à vos enfants, et vous leur en parlerez quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. » (Lévitiques 11.18-19).

D’une manière subtile, la vidéo fait ressortir encore un autre aspect du cœur de la loi de Dieu : la façon de juger autrui. Le petit Lim constate que son père a peu d’argent et il s’empresse de le juger comme étant un raté. Trop souvent, l’homme s’arrête à ce qui frappe les regards et s’empresse de juger et de conclure alors qu’évidemment, dans bien des cas, la réalité et la vérité sont tellement différentes. Il ne faut jamais juger hâtivement selon les apparences mais, au contraire, il faut juger avec justice selon qu’il est écrit : « Vous n’aurez point égard à l’apparence des personnes dans vos jugements » (Deutéronome 1.17), « jugez selon la justice » (Deutéronome 1.16), ce que confirme le Messie, ce parfait Maître de la Loi de Dieu : « Ne jugez pas selon l’apparence, mais jugez selon la justice. » (Jean 7.24). Nous pouvons faire un parallèle avec ce que bien des sceptiques pensent au sujet de Dieu : dresser un bilan des souffrances dans le monde et s’empresser de conclure à l’impuissance ou à l’inexistence de Dieu tout en oubliant les innombrables bienfaits visibles, discrets ou cachés que ce monde renferme pour ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre. Nous avons donc encore ici une belle leçon de la Loi de Dieu véhiculée par ce court métrage.

Dieu est clair, sa volonté n’est pas cachée : « Tu feras ce qui est droit et ce qui est bien aux yeux de l’Eternel, afin que tu sois heureux » (Deutéronome 6.18) ou encore : « observe ses lois et ses commandements que je te prescris aujourd’hui, afin que tu sois heureux, toi et tes enfants après toi, et que tu prolonges désormais tes jours » (Deutéronome 4.40). Les choses sont en vérité si simples ! L’origine de bien des problèmes vient souvent du simple fait que même ceux qui se disent chrétien n’ont pas pris soin de chercher, de comprendre et de méditer la loi de Dieu alors que la Bible enseigne une vérité si belle et profonde : « Heureux l’homme qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point: Tout ce qu’il fait lui réussit. » (Psaume 1)

Oui, n’en déplaise à plusieurs, la loi de Dieu est bonne, véritable, parfaite et éternelle (psaume 19.8, 119.142, 119.160). Beaucoup disent à tort : « Mais cela n’est pas possible d’appliquer la loi, qui peut y arriver ? Il suffit de croire et tout est réglé ! » Grave erreur, Zacharie et Elisabeth témoignent contre eux : tous deux étaient des personnes de la même nature que nous et ils observaient pourtant « d’une manière irréprochable tous les commandements et toutes les ordonnances du Seigneur » (Luc 1.5-6) ! Effectivement, Dieu répond à ceux qui pensent que la loi de Dieu est un fardeau impossible àpratique loi respecter : « Ce n’est point au-dessus de tes forces et hors de ta portée. C’est une chose, au contraire, qui est tout près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique. » (Deutéronome 30.11-14). La foi sans les œuvres est« morte et inutile ». Oui, l’homme est « justifié par les œuvres, et non par la foi seulement » (Jacques 2.20-26). La Vérité est que Dieu, voyant un cœur motivé et décidé à aimer Dieu et son prochain, l’aidera évidemment par son Esprit et l’impossible deviendra possible. Le message de l’Évangile est véritablement cette « puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit » (Romains 1.16) permettant à celui qui croit de vivre selon les standards de Dieu avec l’aide du « Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent » (Actes 5.32). Remarquez que le Saint-Esprit n’est pas donné à ceux qui ne lui obéissent pas et qu’il est possible de recevoir « un autre esprit » provenant « d’un autre évangile » et « d’un autre Yéshua » (2 Corinthiens 11:4).

Aimer Dieu et son prochain, c’est là ce que Dieu désire. Il s’agit de la recette parfaite pour rentrer dans le royaume des cieux, royaume qui n’a jamais été aussi proche qu’aujourd’hui et dont le seul chemin demeure la foi et l’obéissance dans le Messie Yéshua (Jésus-Christ) ! « Car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru. » (Romains 13.11).

Ce même grand Dieu dont la Loi est si bonne va encore plus loin dans ses enseignements. Prenons l’exemple de la nourriture. Tandis que le monde mange sans se soucier de ce qu’il y a dans son assiette et qu’une nourriture inappropriée cause bien des problèmes (troubles physiques voire spirituels + grand nombre de maladies dans la vieillesse), le Dieu tout puissant nous apprend à distinguer entre ce qui est pur et impur « afin que l’on soit heureux » et « que l’on prolonge nos jours » (Lévitique 11, Deutéronome 12.25, 6.2-3). Qui refuserait une prescription justifié de son docteur de famille lui interdisant de manger certains aliments ? Pourtant beaucoup rejettent les paroles de Dieu à ce sujet. Ceci est principalement du à la mauvaise interprétation de certains passages de la nouvelle alliance. Autre exemple : tandis qu’un monde sans Dieu pratique des fêtes païennes dont l’origine est ignorée par le plus grand nombre, origine souvent liée à des cultes véritablement idolâtres et sataniques (Halloween, Noël etc…), Dieu nous apprend et nous ordonne d’observer les vraies fêtes Saintes de la Vérité : 7 fêtes merveilleuses, riche en signification, en sens et en beauté (Lévitique 23). Oui, la marche avec Dieu permet véritablement une sanctification morale, spirituelle, physique, spatiale et même temporelle !  Ce sont ici quelques exemples de la loi merveilleuse de Dieu, qu’il nous ordonne d’observer, chacun selon la mesure de lumière qu’il a reçue à ce sujet ! Finalement Jacques, qui connaissait très bien la loi de Dieu coupe court à tout faux raisonnement qui tenterait de faire croire que la loi ne doit plus être mise en pratique : « Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. » (Jacques 1.22). A l’époque de Jacques, les seules écritures qui servaient de base pour la véritable sanctification et une vie pieuse étaient la loi et les prophètes, le nouveau testament (qui ne contredit en rien les écritures) étant venu des siècles plus tard.

Finalement, l’Ecriture enseigne clairement que « le péché est la transgression de la loi » et que « quiconque pèche transgresse la loi » (1 jean 3.4). L’Ecriture nous met en garde avec une grave solemnité : le péché est ce qui coupe notre relation avec Dieu, attire la malédiction sur nos vies et, si rien n’est fait, au grand jour du jugement, un feu éternel viendra dévorer les rebelles et les impies désireux de vivre dans la transgression, le mal, et rejetant leur créateur. « Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face Et l’empêchent de vous écouter. » déclarait alors le prophète Esaïe. Regardons la déclaration du prophète Daniel concernant la fin des temps, le jugement de Dieu et la résurrection : Daniel nous révèle le sort de ceux qui ont choisi la vie avec Dieu face à ceux qui ont préféré le chemin spacieux d’une vie dans le péché : « Plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, et les autres pour l’opprobre, pour la honte éternelle. » (Daniel 12.2). Écoutons le Rabbi Yéshua : « Ne vous étonnez pas de cela; car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront. Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement. Ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle. » Ce sont des paroles lourdes de sens et graves,  nous en convenons, il s’agit donc de ne pas prendre à la légère ces avertissements qui viennent d’en Haut car si le paradis de Dieu et la félicité éternelle sont des choses bien réelles, le contraire existe aussi pour ceux qui ont fait le choix du rejet de Dieu et de ses commandements.

Certains athées et sceptiques dirons : Oui, aimer son prochain, cela paraît logique mais Dieu, je n’y crois pas alors comment faire ? Je laisserai l’Ecriture répondre à cela : « les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables » (Romains 1.20). Oui, la puissance, la sagesse et l’intelligence de Dieu, sa divinité sont visibles à l’œil nu dans toute la création ! Les plus grands scientifiques l’ont reconnu et celui qui ne croit pas en dépit des innombrables preuves fait acte de mauvaise foi. De plus, ce site dans son ensemble est là pour témoigner de la véracité du seul vrai Dieu. Par exemple, lisez un des derniers livres des Bogdanov pour comprendre que seul Dieu peut être à l’origine d’un monde si complexe, intelligent et minutieusement réglé! Allons donc! Il n’y a jamais eu de Boeing ou d’ordinateur sophistiqué sans qu’il y ait des ingénieurs doués d’une grande intelligence pour les concevoir! Et il n’en serait pas de même pour un monde infiniment plus vaste et complexe que toutes les créations humaines? Folie!

Dieu est digne d’être loué, glorifié et aimé de tout notre cœur pour une double raison : Les 24 vieillards de l’Apocalypsesang croix deuil ciel donnent la première raison : « Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l’honneur et la puissance; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées. »(Apocalypse 4.11). La deuxième raison se trouve dans l’Amour et le Pardon qu’il offre pour quiconque croit et se repent. Quiconque viendrait à reconnaître sincèrement ses nombreux péchés avec le désir de changer et de cesser de transgresser les lois du Dieu vivant, recevra certainement la faveur divine, le pardon et l’assurance du Salut : expression céleste de la pure grâce obtenue par le moyen de la foi en Yéshua le Messie et venant s’appliquer sur le cœur de celui qui tourne ses regards vers le Prince de la Vie. Nous avons donc affaire à  un Dieu tout puissant ayant tout créé par la seule puissance de sa volonté, une création merveilleuse qui reflète sa sagesse, son intelligence et sa bonté. Ce même Dieu nous apprend ce qu’est le véritable bien, nous dévoile le problème de l’humanité (le péché) et démontre le plus grand des amours en pardonnant toutes nos offenses par une démonstration magistrale de sa justice, de sa clémence et de sa sagesse : Il reste juste tout en justifiant et déclarant innocent celui qui croit en Lui et en son Fils Yéshua ! Arrêtez tout un instant et réfléchissez-y : Toutes vos pensées les plus basses, toutes vos fautes et vos erreurs peuvent être pardonnées et effacées de l’ardoise spirituelle de votre vie, cette ardoise qui sera ressortie le jour du Jugement ! Le pardon vous est offert, c’est énorme, nous l’expliquerons plus en détail.
Dieu manifeste à chacun la grandeur de son amour et sa miséricorde en offrant le Salut à quiconque croit. Il s’agit d’un don gratuit et plus encore : il nous montre jusqu’où va cet amour : jusqu’à  la mort ! Alors que tout homme a fait le mal en négligeant Dieu dans ce qu’il a fait et ce qu’il est, en le rejetant de bien des façons, en méprisant son prochain en pensées et en actes, Dieu décide pourtant de trouver une solution pour ne pas anéantir l’humanité : Dieu vient lui même payer le prix fort à la place de celui qui se repent et qui croit! Oui, Dieu a payé le prix de nos fautes en offrant sa vie au travers de celle de son Fils bien aimé, c’est le mystère de l’incarnation que Yéshua nous révèle en partie lorsqu’il répond à cette belle requête lancée par son disciple Philippe : « Seigneur, Montre-nous le Père » ! Et Yéshua lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père; comment dis-tu : Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? » (Jean 14.9-10).

Mystère des mystères, Yéshua (Jésus-Christ), sur la Croix, a pris sur lui le jugement divin. Que personne ne se méprenne : les innombrables péchés de chaque homme ont irrité le Dieu vivant et sa colère est une  chose terrible. Cette colère est dirigée sur l’homme et Yéshua est venu s’interposer : Le poids infini de la colère divine s’est abattu sur la totalité de son être dans une tempête de souffrance physique, morale et spirituelle. Yéshua a donné sa vie pour que nous vivions. Les trésors infinis de ce grand Héros ne font pas l’objet de cet article mais il est nécessaire d’en extraire quelques perles : Yéshua est le Fils de Dieu, il est éternel et n’a toujours fait qu’un avec le Père. Le Père est Lui ne font qu’un dans une même entité unique : il y a un seul Dieu. Yéshua s’est incarné, il est sorti du Père pour venir dans le monde. Il a quitté la gloire divine pour revêtir un corps d’homme afin d’accomplir cette terrible mission à la fois des plus difficiles mais aussi des plus belles. Il a, pour ainsi dire, accepté de vivre une vie d’homme pour, au final, prendre sur Lui le poids presquecrucifixion tenebre jesus infini de tous les péchés de l’humanité et subir sur la Croix, la fureur du jugement divin ! Sur cette croix, sachez-le : Le Père a jugé son Fils à notre place et nul ne peut imaginer l’ampleur de ce qui s’est passé dans le monde spirituel lors de sa crucifixion. Ce fut un événement tellement intense et bouleversant « qu’il y eut des ténèbres sur toute la terre » (Marc 15.33). Des sources historiques le démontrent, par exemple Thallus (50 ap J.C) faisait référence non pas à la crucifixion dans son récit historique, mais, aux ténèbres en plein jour qui se sont produites à cette époque.  Julius Africanus est cité en notant les travaux préalables et réfutant l’idée que la cause des ténèbres ait pu être une éclipse : « Dans le monde entier, il est tombé une obscurité terrible; les rochers se fendirent par un tremblement de terre et de nombreux lieux de Judée et d’autres districts ont été touchés. ». Un événement tellement impressionnant que même le centenier romain et ceux qui étaient avec lui lors de la crucifixion « furent saisis d’une grande frayeur, et dirent : Assurément, cet homme était Fils de Dieu. » (Matthieu 27.54).

Quel prince, quel héros, quel sauveur ! Nous ne pourrions jamais saisir l’immense démonstration de courage, de bravoure et d’amour qu’il a manifesté aux yeux de l’univers ! Oui, assurément, Dieu était en Lui. Ce Prince est ressuscité des morts le troisième jour afin de montrer au monde que la mort a été engloutie et vaincue ! Le mystère du Salut peut désormais être annoncé à toute l’humanité : Dieu a révélé au monde le plan du Salut de l’homme et de quelle façon il a su satisfaire sa justice parfaite qui nécessitait une juste sanction pour le péché de l’homme !

Rendez-vous compte ? Nous sommes tous coupables en raison de nos incalculables fautes commises à la face d’un Dieu parfaitement Saint et Juste ! Pourtant, il veut nous pardonner et pour cela, afin de ne pas laisser le péché impuni, ce qui serait injuste, il a sacrifié ce qu’il avait de plus cher pour que sa justice soit satisfaite : son Fils unique a accepté de prendre notre punition sur Lui : cela s’appelle la substitution et l’expiation. Lorsqu’il était pendu sur le bois de la croix, le jugement qui nous revenait est tombé sur Lui ! L’expiation totale du péché de tous ceux qui croiront en Lui a été effectuée à Golgotha il y a plus de 2000 ans! Un transfert mystérieux a eu lieu sur cette croix du calvaire ! Par ce sacrifice, il a ouvert une route nouvelle vers les cieux ! Impact éternel et justice suprême de Dieu pour le salut de quiconque croit, du juif premièrement puis du Grec ! Seule condition : se repentir ardemment de toutes ses fautes, croire dans ce sacrifice merveilleux qui a valu la résurrection du Messie puis marcher désormais avec Dieu, dans ses voies, de tout sont cœur!

Maintenant donc, Dieu justifie quiconque se repent de ses péchés et décide de croire et de suivre le Messie ! Même les authentiques croyants de l’ancienne alliance était justifiés par ce sacrifice, à la seule différence que cela ne leur était pas encore révélé bien que présent dans le cœur de Dieu : le système sacrificiel et le sang de l’ancienne alliance étaient une ombre des choses à venir accomplies en Christ. La croix de Christ a un impact éternel ! Par cette œuvre, Dieu offre à quiconque croit, la vie éternelle dans un royaume parfait à venir, une félicité sans fin. Un tel Dieu ne mériterait pas qu’on le mette à la première place ? Que celui qui pense de la sorte se repente, prie le Seigneur de changer son cœur car sans cela, un juste châtiment s’abattra sur son âme pour l’Éternité. Oui, ce sont des vérités qu’il serait criminel de taire : le sort réservé aux impies et aux méchants nous enseigne que si Dieu est bon, il est aussi parfaitement Juste, Saint et l’ardeur de sa colère est terrible selon ce que dit l’Ecriture : « C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant ». Celui qui ne vient pas se placer sous la protection céleste du Sauveur, encaissera lui-même la colère de Dieu. Il est grand temps de cesser de s’inventer un dieu différent de celui des Saintes Ecritures et d’écouter avec attention la recommandation inspirée de Paul : « Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu : sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté; autrement, tu seras aussi retranché. » (Romains 11.22) ! « Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles. Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ? Car nous connaissons celui qui a dit : A moi la vengeance, à moi la rétribution ! » (Hébreux 10.26-31)

Etant justifié par la foi, il s’agit désormais, avec l’aide de l’Esprit de Dieu, d’observer sa Loi parfaite. Le terme observer est d’ailleurs ici riche en signification car Dieu ne condamne pas le croyant s’il n’applique pas parfaitement toute Sa loi ou s’il transgresse par manque de connaissance plusieurs de ses commandements ! Si une personne est décidée dans son cœur à suivre Dieu et à observer ses ordonnances, Dieu ne le verrait-il pas ? Ne l’oublions pas : Dieu regarde au cœur. Dieu, par son Esprit, enseignera progressivement une telle personne sans que ses fautes involontaires soient condamnées (le système sacrificiel de l’ancienne alliance dont l’accomplissement se trouve dans le sacrifice du Messie prend ici une importance infinie dans la façon d’être juste devant Dieu). En hébreux, le terme observer contient les notions de « prendre soin », « faire attention », « garder », « célébrer », « préserver ». Il est donc possible de vouloir suivre la Loi, faire son possible pour la comprendre et l’appliquer sans pourtant réussir parfaitement. Ce n’est pas ici un problème car en vérité, une telle personne observe tout de même la loi dans la mesure où elle ne la rejette pas et grandit dans sa compréhension et sa mise en pratique : seuls le temps et la persévérance forment les disciples du Messie à grandir dans ces choses. « Celui qui les observera (commandements de la loi de Dieu), et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. » a dit le Messie.

suivre yeshua messieCependant, il est évident comme le dit Paul, que quiconque pense se justifier aux yeux de Dieu par l’observation de la Loi n’a pas compris et s’élimine lui même de la grâce de Dieu : C’est une perversion des Ecritures. La grâce de Dieu par la foi est une faveur imméritée qui nous pardonne en dépit de nos innombrables fautes passées et fautes futures commises involontairement ou par manque de connaissance. Effectivement, prenant conscience de cette grâce ineffable de Dieu, nous comprenons que Sa grâce nous « enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété ». (Tite 2.12). Avec Paul nous pouvons alors nous exclamer : « Anéantissons-nous donc la loi par la foi ? Loin de là ! Au contraire, nous confirmons la loi. » (Romains 3.31)

Ainsi, observer la loi est une bonne chose pour honorer Dieu par amour, cela démontre la réalité de notre foi. Mais il est faux d’observer la loi dans le but d’être justifié. La justification devant un Dieu parfaitement Saint réside dans la foi en une seule personne : le Messie Yéshua qui a pris nos fautes sur Lui. C’est cette foi qui entraîne les bonnes œuvres dignes de la repentance. Observer la loi de Dieu découle de cette révélation du pardon et de l’amour de Dieu changeant le cœur et donnant cette saine volonté de ne plus pécher mais de faire le bien et donc d’observer la loi avec l’aide de l’Esprit du Père qui viendra la graver lentement mais sûrement au fond de notre cœur. C’est la promesse faite par Dieu au travers du prophète Jérémie : «  Je mettrai ma loi au dedans d’eux, Je l’écrirai dans leur cœur; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple. » (Jérémie 31.33). Ce processus ne se fait pas en un coup de baguette magique et l’enseignement de la saine doctrine joue ici un rôle capital, c’est pour cela que Paul prendra soin des docteurs de la loi tels Zénas : « Aie soin de pourvoir au voyage de Zénas, le docteur de la loi. Il faut que les nôtres aussi apprennent à pratiquer de bonnes œuvres afin qu’ils ne soient pas sans produire des fruits. » (Tite 3.13-14)

Il faut aimer Dieu et aimer son prochain comme soi-même, c’est la loi et les prophètes ! Qui donc ferait du mal à sa propre chair ? N’en prend-il pas soin ? Alors, faisons du bien et donnons sans rien espérer nous dit le Maître et notre récompense finale sera grande dans les cieux ! Ces choses sont d’autant plus importantes envers toute personne faible, pauvre, rejetée, malheureuse et plongée dans le désarroi de la solitude. Elles sont si nombreuses autour de nous, chaque jour au quotidien. Repoussons les ténèbres par la lumière et Dieu nous accompagnera avec force, puissance, prodiges et miracles selon la mesure de foi de chacun et les talents que Dieu nous a confiés. Mais ne soyons pas paresseux et sans porter de fruit car « Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. » (Matthieu 7.19)

Aujourd’hui, des multitudes souffrent jusqu’à se suicider, nos vieillards sont isolés dans des mouroirs, des enfants se meurent dans le silence, des handicapés sont rejetés, le racisme perdure, les pauvres subissent au quotidien l’injustice, le mépris et le rejet d’une humanité lâche et trop occupée à surveiller son nombril. « Le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement » (1 Jean 2.17). Le monde et bien des croyants ont oublié Dieu et ses préceptes qui font vivre tous ceux qui les mettent en pratique : « Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs œuvres » (Tite 1.16). L’homme s’est appuyé sur sa propre chair, ignorant totalement la malédiction qu’entraîne un tel choix : « Maudit soit l’homme qui se confie dans l’homme, Qui prend la chair pour son appui, Et qui détourne son cœur de l’Eternel ! » (Jérémie 17.5). L’homme n’a pas voulu voir les vérités salutaires déclarées par les prophètes voilà plus de 3000 ans : « Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant : Qui peut le connaître ? » (Jérémie 17.9). Oui, c’est certain : « Celui qui a confiance dans son propre cœur est un insensé, Mais celui qui marche dans la sagesse sera sauvé. » (Proverbes 28.26). Sans Dieu, la folie enveloppe le cœur de l’homme et le rend aveugle sur sa propre condition. Constatez l’état de notre monde : guerres, meurtres, suicides en hausse, destruction de la nature, porno à tout va, impudicité, débauche, promotion de l’homosexualité, mariage gay, meurtre massif des bébés et des vieillards, épidémie, famine, MST, nourriture remplie de métaux lourds, etc… C’est un monde sans Dieu, Sodome et Gomorrhe moderne dont la fin est connue de tous !

La souffrance devient banale, la tristesse et la dépression guettent le plus grand nombre, tandis qu’une autre partie se bouche les oreilles, profitant des plaisirs égoïstes de cette vie et pour ceux-là, un des plus grands sages des Ecritures dit : « Jeune homme, réjouis-toi dans ta jeunesse, livre ton cœur à la joie pendant les jours de ta jeunesse, marche dans les voies de ton cœur et selon les regards de tes yeux; mais sache que pour tout cela Dieu t’appellera en jugement. » « Car Dieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal. » (Ecclésiaste 11 et 12). « L’Ecriture ne peut être anéantie » et nous devons nous y soumettre : « le juge est à la porte » et ceux qui ont pris plaisir dans le mal et l’injustice seront jetés dans les ténèbres du dehors au jour du grand jugement de Dieu. Ce jour là, tous ceux qui se sont moqués de Dieu et qui ont pris à la légère ses conseils de vie, seront jeté « dans la géhenne, dans le feu qui ne s’éteint point et où leur ver ne meurt point, et où le feu ne s’éteint point. » (Marc 9.46-48) Que ces paroles solennelles puissent se graver dans le cœur de chacun.

La grave exhortation du prophète en peau de bête tonne encore dans nos oreilles : « Fuyez la colère à venir » (Matthieupleur grincement dent gehenne enfer 3.7) car si Dieu est infiniment bon et qu’il réserve à ceux qui le suivent une éternité dans une félicité parfaite, montrons alors « notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec piété et avec crainte, car notre Dieu est aussi un feu dévorant. » (Hébreux 12.28-29) car sans aucun doute, pour ceux qui ont rejeté un si grand salut, cette parole de l’Ecriture s’accomplira envers eux : « Les pécheurs sont effrayés dans Sion, Un tremblement saisit les impies : Qui de nous pourra rester auprès d’un feu dévorant ? Qui de nous pourra rester auprès de flammes éternelles ? » (Esaïe 33.14). Oui, « Sous lui les montagnes se fondent, Les vallées s’entrouvrent, Comme la cire devant le feu, Comme l’eau qui coule sur une pente. » (Michée 1.4) et certainement, les incrédules et les pécheurs auront l’Éternité pour comprendre la folie d’avoir rejeté le Tout Puissant et son Oint qui leur tendaient pourtant la main du Salut. Le rejet du don de Dieu pour choisir le mal entraînera de manière certaine « l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles ». (Hébreux 10.27) Comme le dit le Messie : par leur folie, ils seront jetés dans « la fournaise ardente », « c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents. » (Matthieu 13.42)

Dieu invite chaque homme à se tourner vers Lui et vers son prochain. Il ne s’agit pas seulement d’une invitation à bien faire, il s’agit des commandements du Dieu vivant et vrai : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l’Eternel. » (Lévitique 19.18). Les paroles de Dieu prononcées jadis au travers de la bouche du prophète Malachie, plus de 2500 ans plus tard retentissent avec toujours autant d’écho et de vérité :« Depuis le temps de vos pères, vous vous êtes écartés de mes ordonnances, et vous ne les avez point observées. Revenez à moi et je reviendrai à vous, a dit l’Éternel des armées. » (Malachie 3.7)

Dans le royaume de Dieu, il n’y aura aucune personne faisant le mal, aucun outrageux ni abominable mais que des artisans de paix qui se sont un jour repentis et qui n’ont pas quitté les sentiers de la repentance, menant une vie sanctifiée par la parole du Dieu vivant et vrai. Au repas de noces du Roi de l’univers, malheur à ceux qui seront trouvés vêtu avec autre chose qu’un habit de justice ! Prenez garde de ne pas entendre cette terrible parole de l’Ecriture : « Mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noces ? Cet homme eut la bouche fermée. Alors le roi dit aux serviteurs : Liez-lui les pieds et les mains, et jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. » (Matthieu 22.12-14).

Remémorons-nous ces paroles de l’Ecriture qui illustrent de quelle façon se déroulera le jugement de Dieu et pourquoi les justes seront récompensés tandis que les autres seront jetés dans un feu qui ne s’éteint point : « Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s’assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs; et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli; j’étais nu, et vous m’avez vêtu; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi. Les justes lui répondront : Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire ? Quand t’avons-nous vu étranger, et t’avons-nous recueilli; ou nu, et t’avons-nous vêtu ? Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi ? Et le roi leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche : Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger; j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire; j’étais étranger, et vous ne m’avez pas recueilli; j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité. Ils répondront aussi : Seigneur, quand t’avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t’avons-nous pas assisté ? Et il leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle. » (Matthieu 25.31-46)

salut foi oeuvres loiIl semble important de préciser encore une chose : pratiquer les plus belles œuvres et faire tout le bien du monde tout en rejetant l’Auteur du bien (Dieu) est vain pour celui qui s’y livre : l’amour véritable inclut le plus grand commandement : aimer Dieu de tout son cœur, de toutes ses forces, de toute son âme, de toutes ses pensées et de toute son intelligence ! Ce simple commandement implique d’obéir et de suivre Sa parole et ses commandements par amour pour Lui, pour l’honorer et non pas piocher à droite ou à gauche ce qui nous plaît ! Agir autrement dénote une duplicité, du mensonge ou un manque de connaissance : « Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui. » (1 Jean 2.4) mais « celui qui garde ce qui est commandé garde son âme; Celui qui ne veille pas sur sa voie mourra » (Proverbes 19.16). « Celui qui observe la loi est un fils intelligent ». (Proverbes 28.7).

Le salut de l’âme s’obtient donc par la foi en Dieu et dans l’œuvre du Messie Yéshua et non par les œuvres seulement mais par la foi premièrement, une foi qui implique forcément les œuvres. Les œuvres ne sont pas n’importe quelles œuvres mais doivent correspondre aux œuvres de Dieu décrites en détail dans sa Parole. Christ serait mort en vain si le salut ne s’obtenait que par les œuvres. Paul nous montre que le Salut passe avant tout par la foi et Jacques montre les conséquences d’une vraie foi : la pratique des œuvres de Dieu. Maintenant, cette parole est entièrement certaine et digne de confiance, tout ce site web en témoigne et le démontre : « Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur. ».

Oui, Yéshua est aujourd’hui vivant, dans le ciel, intercédant pour ceux qui croient, leur donnant d’incroyables dons « C’est pourquoi il est dit : Etant monté en haut, il a emmené des captifs, Et il a fait des dons aux hommes. » et aussi : « Elevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis, et il l’a répandu, comme vous le voyez et l’entendez. » (Actes 2.33).  Croyez-le : Yéshua en vaut la peine car toute cette bonté et cet amour  auxquels chacun aspire se trouvent pleinement en Lui, et toute chose se trouve en Lui selon ce qu’il est écrit : « Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. Il est la tête du corps de l’Eglise; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier. Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui; il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. » Colossiens 1.15. Aujourd’hui, si un début de foi apparaît dans votre cœur, bannissez l’incrédulité et sachez-le : il frappe à la porte de votre cœur par l’influence vivifiante de son Esprit. Répondez et prenez position !

« Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous, approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle. Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à la charité et aux bonnes œuvres. N’abandonnons pas nos réunions, comme c’est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour. N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis. Encore un peu, un peu de temps : celui qui doit venir viendra, et il ne tardera pas. Et mon juste vivra par la foi; mais, s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui. Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme. » (Hébreux 10)

Amen et Amen ! Que chacun prenne position et se dégage de tout mensonge ! Que chacun soit encouragé et conduit par le seul vrai Dieu, le meilleur est à venir !

Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

paracha

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Une étude et un partage réalisée par la seule grâce infinie d’HaShem (Dieu) et avec la précieuse aide des rabbanim d’aujourd’hui et des sages d’Israël d’autrefois

Note importante relative au contenu des articles du site web : Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète de l’article, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

En dehors des citations et autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessaloniciens 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre liberté en Yéshoua pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine. En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages : « Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme.[…] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot). Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

7 Commentaires

  1. Consani

    Bonjour Thomas .
    C’est avec une grande joie que je reçois cette vidéo qui me touche en plein cœur , par la même occasion cela permet d’observer tous les jour l’état de mon cœur .
    Il me vient à l’esprit la parole de L’apôtre Paul , je ne fais pas le bien que je voudrais , mais je fais le mal que je ne voudrais pas.
    Tous les jours qui passe , je me rend compte qu’il nous faux toute la puissance de notre Adon Yéshoua pour marcher selon
    sa volonté et non la notre , il reste encore pas mal de combat en nous même pour recentrer nos actions sur le chemin de la vie et sur sa volonté .
    Par ces quelque ligne je ressens que la simplicité du dont de soit nous aident a entrevoir la belle lumière que notre Maitre
    veut nous donner pour être agréable à notre Saint Béni soit-Il , notre Père Céleste .
    Que sa Grace nous conduise sur le chemin de la vie , ainsi que tout le travail que tu accomplis pour la diffusion de la vérité de la thora et de touts les trésors que tu dévoile. Amen !

    Réponse
  2. Karen DUMOUSSEAU-MARFAUX

    Merci Thomas pour cette vidéo très poignante et émouvante que je vais partager. Sois béni..

    Réponse
  3. Joëlle

    AMEN vé AMEN !!!
    Shabbat Shalom !

    Réponse
  4. Yoann

    Tu as oublié la plus importante des lois, La loi est vivante

    Réponse
  5. isaac

    bonjour. jaimerai que lon meclaircisse un point. le psalmiste nous dit que la thorah est parfaite.pourtant lauteur de lepitre aux hebreux nous fait savoir que le systeme sacrificiel contenu dans la torah etait une ombre des choses et etait imparfait.comment peut on concilier cela?

    Réponse
    • Thomas

      Shalom Isaac. Oui la Torah est parfaite et l’ombre ici bas des choses célestes est également parfaite. Le système sacrificiel est parfait dans sa fonction précise assignée par la Torah (pédagogue, couvrir le péché etc) mais sur le plan de l’effacement total du péché, c’est le sang du Messie qui est parfait pour purifier car l’agneau de Dieu qui est le Mashia’h ôte le péché du monde et prurifie nos coeurs de tout péchés.

      Précision d’une erreur de traduction dans un autre passage et qui peut entraîner de fausses conclusions : Colossiens 2.17 dit que “c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est du Messie.” : cette traduction est fausse car le verbe grec utilisé pour “c’était” est un présent ce qui nous donne : “C’EST l’ombre des choses à venir, mais le corps est du Messie.” –> Cela change tout car le passé donne une idée de quelque chose de lointain et d’aboli, ce qui n’est pas ce que veut dire Paul. Paul enseigne que les fêtes ou le système sacrificiel que l’on trouve dans la Torah, sans la révélation du Messie, est comme l’ombre du corps du Messie. Le corps du Messie est la vérité, son ombre également, les deux ont leur importance et sont véritables. Exactement de la même façon que j’ai un corps et une ombre, les deux sont réelles et véritables, chacun ayant leur fonction. Pour pleinement apprécier la grandeur de l’ombre, il faut regarder vers Yéshoua le Messie avec les yeux de la foi et de la révélation de Yéshoua, notre Pessah.

      Réponse
  6. kimousette

    merveilleux !!

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This