La réponse de l’apôtre Paul face à la Loi de Moïse et aux faux docteurs – Paracha Nasso

Nasso signifie « fais faire » – Nombres 4 : 21 à 7 : 89

« Je ne suis pas sans la loi de Dieu, étant sous la loi du Messie » (Paul, 1 Corinthiens 9.21)

paull loi abolition torahIl est un fait évident : les épîtres de Paul comportent plusieurs points difficiles à comprendre et nos traductions modernes n’arrangent pas les choses. Parmi ces points difficiles, il y a certains enseignements de Paul très subtils au sujet de l’étroite relation qu’il y a entre la loi et la grâce qui, s’ils sont mal compris, peuvent entraîner de terribles fausses doctrines destructrices  et les mots sont pesés : mal interpréter la Parole de Dieu et persister dans cette voie est une chose très dangereuse.

Pierre, un des apôtres du Messie, nous avertit que les personnes mal affermies n’hésiteront pas à tordre le sens des écrits de Paul pour leur propre ruine : En effet, sans mâcher ses mots, Pierre déclare qu’il y a dans les lettres de Paul « des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine » (2 Pierre 3.16).

Effectivement, interpréter hâtivement les lettres de Paul d’une manière non conforme au reste des Écritures est une chose dangereuse qui ne se trouve que chez ceux qui sont ignorants, mal affermis et orgueilleux : c’est par orgueil que de telles personnes enseignent ce qu’il ne faut pas enseigner et c’est bien pour cela que Pierre nous montre quel sera le sort finale de ceux qui tordent le sens des Saintes Écritures : la ruine, comme il est dit : « L’arrogance précède la ruine, Et l’orgueil précède la chute » (Proverbes 16:18).

Comme dit la sagesse du Roi Salomon, il n’y a rien de neuf sous le soleil et « S’il est une chose dont on dise : Vois ceci, c’est nouveau ! cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés » (Ecclésiaste 1.10). Ainsi, aujourd’hui encore, exactement comme dans les siècles qui nous ont précédés et comme il y a plus de 2000 ans, plusieurs personnes comprennent mal certains passages des Ecritures et des lettres de Paul tels que “mort à la loi”, “justification par les oeuvres de la loi”, “sous la loi” etc, et ces personnes pensent et enseignent que Paul incitait les croyants à ne plus observer la loi de Dieu donnée à Moïse.

Bien heureusement, la sagesse de Dieu ayant prévu ce type d’accusation, l’Écriture ne nous laisse pas sans réponse et y répond d’une manière brillante et limpide qui nécessite de connaitre un minimum la loi de Moïse afin de bien cerner la réponse éclatante que les disciples de l’église primitive apportent à toutes les générations qui feraient l’erreur d’imaginer que l’enseignement de Paul inciterait à ne plus observer la loi de Moïse.

Dans le chapitre 21 du livre des actes, nous voyons Paul se rendre chez Jacques à Jérusalem. « Tous les anciens s’y réunirent » et, « Après les avoir salués, il raconta en détail ce que Dieu avait fait au milieu des païens par son ministère. » (Actes 21 : 18-19).

Après avoir glorifiés et loués Dieu pour les merveilles qu’il a fait au milieu des païens, plusieurs frères prirent alors la parole pour informer Paul d’une terrible fausse rumeur qui se répandait parmi les juifs à son sujet : « Tu vois, frère, combien de milliers de Juifs ont cru, et tous sont zélés pour la loi (Torah). Or, ils ont appris que tu enseignes à tous les Juifs qui sont parmi les païens à renoncer à Moïse, leur disant de ne pas circoncire les enfants et de ne pas se conformer aux coutumes. »

Craignant que cette dramatique fausse rumeur se répande, les frères ont l’idée d’un plan qui permettra de fermer définitivement la bouche à tous ceux et celles qui répandraient ces fausses rumeurs sur Paul, « et ainsi tous sauront que ce qu’ils ont entendu dire sur ton compte est faux, mais que toi aussi tu te conduis en observateur de la loi. » (Actes 21.24).

Notez bien ce que dit ici le texte : « TOUS » verront que Paul se « conduit en observateur de la loi. ».

Une première question se pose : voyez-vous Paul se conduire en observateur de la Loi ou croyez-vous qu’il enseigne à renoncer à Moïse ?

Voici donc en quoi consiste le plan que les frères ont proposé à Paul permettant ainsi d’anéantir définitivement toute fausse rumeur au sujet de son enseignement : « Fais ce que nous allons te dire. Il y a parmi nous quatre hommes qui ont fait un voeu; prends-les avec toi, purifie-toi avec eux, et pourvois à leur dépense, afin qu’ils se rasent la tête. Et ainsi tous sauront que ce qu’ils ont entendu dire sur ton compte est faux, mais que toi aussi tu te conduis en observateur de la loi. » (Actes 21.23-24)

Que signifie « Purifie-toi avec eux » ? Que signifie « Pourvois à leur dépense » ? Et que signifie « Afin qu’ils se rasent la tête » ?

Pour bien comprendre ces choses et mieux saisir en quoi consiste leur plan, il est nécessaire de regarder plus en détailpsaumes 119 torah rouleau modce qu’enseigne la loi de Moïse au sujet de ce que l’on appelle en hébreu un “Neder Nazir”, c’est à dire un voeu de nazir qu’un homme fait devant l’Eternel. Les lois sur les voeux de nazir se trouvent dans la paracha Nasso étudiée dans le monde entier ce shabbat du 18 juin 2016. Il y a encore une fois d’innombrables trésors de sagesse contenus dans les lois relatives aux voeux de Nazir mais ce n’est pas l’objet de cet article.

Voici le texte, avec en ROUGE, les passages en lien avec notre texte d’actes 21 :

« Voici la loi du naziréen : Le jour où il aura accompli le temps de son naziréat, on le fera venir à l’entrée de la tente d’assignation. Il présentera son offrande à l’Eternel : un agneau d’un an et sans défaut pour l’holocauste, une brebis d’un an et sans défaut pour le sacrifice d’expiation, et un bélier sans défaut pour le sacrifice d’actions de grâces; une corbeille de pains sans levain, de gâteaux de fleur de farine pétris à l’huile, et de galettes sans levain arrosées d’huile, avec l’offrande et la libation ordinaires. Le sacrificateur présentera ces choses devant l’Eternel, et il offrira sa victime expiatoire et son holocauste; il offrira le bélier en sacrifice d’actions de grâces à l’Eternel, outre la corbeille de pains sans levain, avec l’offrande et la libation. Le naziréen rasera, à l’entrée de la tente d’assignation, sa tête consacrée; il prendra les cheveux de sa tête consacrée, et il les mettra sur le feu qui est sous le sacrifice d’actions de grâces. Le sacrificateur prendra l’épaule cuite du bélier, un gâteau sans levain de la corbeille, et une galette sans levain; et il les posera sur les mains du naziréen, après qu’il aura rasé sa tête consacrée. Le sacrificateur les agitera de côté et d’autre devant l’Eternel : c’est une chose sainte, qui appartient au sacrificateur, avec la poitrine agitée et l’épaule offerte par élévation. Ensuite, le naziréen pourra boire du vin. Telle est la loi pour celui qui fait voeu de naziréat; telle est son offrande à l’Eternel pour son naziréat, outre ce que lui permettront ses ressources. Il accomplira ce qui est ordonné pour le voeu qu’il a fait, selon la loi de son naziréat. » (Nombres 6)

Ainsi, ce passage d’actes 21, combiné avec ce passage de nombre 6, fait clairement apparaître quelques stupéfiantes vérités qu’il conviendrait de méditer : des années après la résurrection du Messie, Paul, conduit par l’Esprit et en accord avec ses frères de foi, se rend au temple avec les 4 hommes qui ont fait le voeu de Nazir afin de pourvoir à leur dépense pour qu’ils se rasent la tête et apportent les offrandes (sacrifices) et ceci dans le but de montrer à tous que Paul et ses frères observent la loi de Dieu donnée à Moïse :

« Alors Paul prit ces hommes, se purifia, et entra le lendemain dans le temple avec eux, pour annoncer à quel jour la purification serait accomplie et l’offrande présentée pour chacun d’eux. » (Actes 21.26).

Les offrandes dont il est question pour le voeu de Nazir sont principalement des sacrifices comme nous venons de le lire dans la Torah en nombres 6.

Certains pensent que Paul aurait agit par ruse afin de ne pas éveiller la fureur des juifs qui gardent la Torah. Ceci est faux, Paul n’était pas un hypocrite et n’agissait pas par ruse : il vivait ce qu’il enseignait et ne vivait pas dans la dissimulation et l’hypocrisie. D’ailleurs, il convient de préciser qu’un peu plus tôt, Paul lui même avait fait un voeu de Nazir et avait parfaitement observé la loi à ce sujet :

« Paul resta encore assez longtemps à Corinthe. Ensuite il prit congé des frères, et s’embarqua pour la Syrie, avec Priscille et Aquilas, après s’être fait raser la tête à Cenchrées, car il avait fait un voeu. » (Actes 18.18)

Egalement, on se rappelle de ce que Paul déclara pour sa défense devant le gouverneur Felix : « Je m’efforce d’avoir constamment une conscience sans reproche devant Dieu et devant les hommes. Après une absence de plusieurs années, je suis venu pour faire des aumônes à ma nation, et pour présenter des offrandes. C’est alors que quelques Juifs d’Asie m’ont trouvé purifié dans le temple, sans attroupement ni tumulte. » (Actes 24.16)

Il convient de préciser une chose car plusieurs pourraient être déroutés par les vérités ici exposées : Paul n’avait aucun problème avec les sacrifices d’animaux dans le temple car il observait la loi de Dieu avec un coeur bien disposé et avait compris une chose essentielle : Telle la guérison apportée par le serpent d’airain, seul le sacrifice de Yéshoua sauve et purifie de tout péché celui qui croit en Lui mais les sacrifices des animaux, en tant que “ombres et images” de ce qui est céleste, ont une valeur et un impact spirituel en tant que symbole et culte, ce qui est encore différent :

« Le souvenir des péchés est renouvelé chaque année par ces sacrifices » (Hébreux 10.3)

et encore : « Presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon. Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là. Car Le Messie n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu. » (Hébreux 9.22-24) ;

« Il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire, qui n’est pas de cette création; et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle » (Hébreux 9.11-12)

C’est dans ce contexte qu’il est dit : « la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l’exacte représentation des choses » (Hébreux 10.1) car effectivement, seul le sacrifice du Messie et son sang précieux et parfait sont en mesure de purifier la conscience de tout péché et d’offrir la rédemption tant attendue et espérée par l’humanité, « c‘est ce que le Saint-Esprit nous atteste aussi; car, après avoir dit : Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute: Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. » (Hébreux 10.15)

Ce sont ici des choses profondes et glorieuses mais en aucun cas, cela annule le moindre iota de la loi de Dieu et le moindre commandement. Effectivement, sachant que « le péché est la transgression de la loi divine » (1 Jean 3.4), « si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles. Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ? Car nous connaissons celui qui a dit : A moi la vengeance, à moi la rétribution ! et encore : Le Seigneur jugera son peuple. C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant. » (Hébreux 10..26-31)

Attention donc ! Paul a accepté d’observer les lois de nazir avec les 4 hommes mentionnés en actes 21 dans le but de prouver à sa génération et à toutes celles à venir une chose capitale : en tant que disciple de Yéshoua, Paul est un fidèle observateur de la loi de Moïse (Torah) qu’il respecte et met en pratique comme il est dit à son sujet : « tu te conduis en observateur de la loi. » C’est ce même Paul qui dira sans ambiguïté : « Soyez tous mes imitateurs, frères, et portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous. » (Philippiens 3.17). Il est évident que beaucoup de chrétiens modernes, s’ils voyaient un homme croyant en Yéshoua apporter un sacrifice au temple après avoir fait un voeu de Nazir, ils le taxeraient d’homme charnel et légaliste, déchu de la grâce : c’est ainsi qu’ils jugeraient ce Paul qu’ils prétendent suivre… Pourtant, des années après la résurrection, c’est bien ce que Paul a fait : observer la loi de Moïse. Il y a ici une grande leçon.

Evidemment, pour les païens qui viennent tout juste de se convertir et de découvrir la bonté de Dieu et de son pardon ecriture torah bible saine doctrineen Yéshoua, Les apôtres n’ont jamais exigé de mettre immédiatement en pratique toute la Torah de Dieu pour être sauvé, ce qui serait impossible à respecter et reviendrait à annuler le sacrifice parfait du Messie ! Non, les apôtres y vont lentement, petit à petit : ils imposent aux païens quelques lois fondamentales très importantes dans le judaïsme : « A l’égard des païens qui ont cru, nous avons décidé et nous leur avons écrit qu’ils eussent à s’abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l’impudicité. » (Actes 21.25) : Ceci est le minimum requis en début de conversion mais cela n’a jamais signifié que le convertis des nations devrait s’arrêter là et se reposer sur ses lauriers ! Pour la suite, le convertis doit étudier la parole de Dieu, la Torah, et la mettre en pratique avec l’aide de Dieu, selon ses capacités.

Ainsi, Paul accepta d’observer les lois de Nazir avec les 4 hommes afin d’empêcher quiconque de tenir pour profane le sang de l’alliance renouvelée et de fouler au pied le Fils de Dieu. Effectivement, Paul savait que si l’on commençait à enseigner que la foi en Yéshoua conduisait à abandonner et à renoncer à la Loi de Dieu donnée à Moïse, et que le salut que Dieu offre à ceux qui croient en Son Fils leur permettait d’abolir la loi de Dieu et le moindre iota de la loi, alors, un tel enseignement profanerait le sang de l’alliance et c’est ainsi que la voie de la vérité serait calomniée ; c’est ici l’avertissement de Pierre :

« Il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux. » (2 Pierre 2.3)

Bien malheureusement, aujourd’hui encore et malgré les avertissements, de nombreuses personnes qui se nomment pasteurs et enseignants, à cause de leur mauvaise compréhension de ces points difficiles à comprendre contenus dans les lettres de Paul, enseignent l’abolition de la loi de Moïse, une loi qui selon eux serait dépassée, caduc et obsolète ; une loi que le chrétien n’aurait plus à observer, ce qui est une dramatique erreur responsable de nombreux maux : Un peuple sans loi, et à plus forte raison sans la loi divine, est un peuple sans discernement et en proie à toute sortes de maux et de tromperies comme nous le voyons aujourd’hui.

Le diable sait que « la Loi de Dieu restaure l’âme » (Psaumes) et qu’elle est une source de bénédiction pour les enfants de Dieu et c’est ainsi que satan, par l’intermédiaire de ses faux apôtres et de ses faux ouvriers, a réussi à faire croire à une large partie du monde chrétien que la loi de Dieu était caduc, privant ainsi une partie du peuple de Dieu de la véritable saine doctrine qui elle seule, grâce à Dieu et avec l’assistance de son Esprit, permet de marcher dans la pureté et la sanctification.

C’est au sujet de ces faux docteurs que Jude dira : « Ils changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et renient notre seul maître et Seigneur le Messie Yéshoua. » (Jude 1.4)

Les conséquences et le jugement sera terrible car les avertissements de Dieu sont nombreux, Sa grande patience arrive à son terme et le jugement du Seigneur commencera par sa propre maison.

Le prophète Jérémie fera entendre la plainte de l’Eternel au sujet de tous ces faux docteurs et faux prophètes qui n’enseignent pas la vérité au peuple de Dieu, laissant de nombreux croyants dans une fausse confiance et une fausse sécurité :

« Ils ont méprisé ma loi (…) Ils ont abandonné ma loi, Que j’avais mise devant eux; ils n’ont point écouté ma voix, Et ils ne l’ont point suivie » (Jérémie 6.19 ; 9.13)

« Je n’ai point envoyé ces prophètes, et ils ont couru; Je ne leur ai point parlé, et ils ont prophétisé. S’ils avaient assisté à mon conseil, Ils auraient dû faire entendre mes paroles à mon peuple, Et les faire revenir de leur mauvaise voie, De la méchanceté de leurs actions (…) Voici, dit l’Eternel, j’en veux à ceux qui égarent mon peuple Par leurs mensonges et par leur témérité; Je ne les ai point envoyés, je ne leur ai point donné d’ordre, Et ils ne sont d’aucune utilité à ce peuple, dit l’Eternel. » (Jérémie 23)

« Parce que vous n’avez pas écouté la voix de l’Eternel, et que vous n’avez pas observé sa loi, ses ordonnances, et ses préceptes, c’est pour cela que ces malheurs vous sont arrivés, comme on le voit aujourd’hui. » (Jérémie 44.23)

Ainsi, c’est bel et bien dans le livre des actes que Paul démontre à toutes les générations, qu’il se conduit en observateur verite mensonge bible torah loi evangilede la loi de Moïse ! Paul, aujourd’hui encore, en tant qu’observateur de la loi de Moïse, lance ce cri à tous ceux qui se réclament de Dieu : « Je vous en conjure donc, soyez mes imitateurs. » (1 Corinthiens 4.16)

Et vous, qu’allez vous décider ? Suivre les doctrines d’hommes et faire dire à Paul ce qu’il n’a jamais dit ou faire téchouva (repentance) et suivre enfin les voies de Dieu consignées dans sa Torah parfaite et merveilleuse ainsi que l’a demandé le Messie lui-même ?

Répondez dans les commentaires, votre position nous intéresse !

Une étude de Thomas, sur la paracha de la semaine, paracha Nasso, nombres 4.21 à 7.89.

Laisse un commentaire pour nous partager ton ressenti et ton expérience !

Une étude et un partage réalisée par la seule grâce infinie d’HaShem(Dieu) et avec la précieuse aide des rabbanim d’aujourd’hui et des sages d’Israël d’autrefois.

Pour aller plus loin et/ou soutenir ce type de travail et permettre à d'autres études et/ou montages vidéos de voir le jour : https://www.leretourauxracines.com/

Note importante relative au contenu des articles du site web : Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète de l’article, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

En dehors des citations et autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessaloniciens 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre liberté en Yéshoua pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine. En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages : « Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme.[…] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot). Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

paracha

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :
Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

paracha

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :
Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

paracha

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

31 Commentaires

  1. LALIRE

    Shabbat Shalom,

    J’aimerai savoir, si ce n’est pas indiscret, votre témoignage de comment vous avez connu qu’il est bon de suivre la Torah.
    Je me demande si avant cela vous étiez “chrétien” et aussi si vous avez un lien avec le site “connaître Dieu”.
    Merci à vous.

    Réponse
  2. Matthieu

    Shalom Thomas!
    Que l’Eternel notre D-ieu, Roi de l’Univers te bénisse, te protège, te fortifie et t’encourage à continuer ce travail de titan de rétablissement de la Vérité.
    Matthieu
    Netivot Olam te salue

    Réponse
  3. Sophie

    Bonjour Thomas,

    Je m’intéresse aux interdits alimentaires que l’on dit révolus pour les chrétiens, comme la viande de porc, ou le sang.
    Il me semble qu’il y a un lourd contre-sens lorsque l’on prétend que Paul a autorisé à consommer toute viande.

    Et cela provoque chez la plupart des chrétiens une réaction vive, voire un mépris certain pour ceux qui soulèvent ces questions, puisque cela remet en question leur mode de vie et leurs certitudes.

    Pourtant il me semble (j’ai encore à travailler la question) que le terme loi employé par Paul désignerait plutôt les règles liées aux traditions et en aucun cas la Loi telle que portée par la Torah.

    De fait, certains ne veulent voir qu’un symbole au récit de Yechouah chassant les démons dans un troupeau de 2000 porcs. Pourtant il ne s’agit pas d’une parabole, mais du récit rétrospectif des faits et gestes. Or en chassant les démons dans ce troupeau, ce qui a occasionné une perte économique certaine pour les éleveurs, ne peut-on pas considérer que Yechouah a montré un mépris certain pour cet élevage/nourriture?

    Comment peut-on s’accrocher à Isaïe 53 en disant, cela parle du sacrifice de Yechouah en notre faveur, et rejeter Isaïe 66 où ceux qui mangent du porc et du rat sont en abomination à Dieu ?

    Enfin dans un pays qui clame ses “racines chrétiennes”, comment se fait-il que tant ignorent que la chasse est proscrite ?
    Selon vous, un chrétien peut-il manger de la viande sans en connaître le mode d’élevage, d’abattage, voire de cuisson ?

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Shalom Sophie, merci pour ton très intéressant commentaire que je trouve très juste.

      Justement, un article paraitra à ce sujet prochainement mais globalement, voici ma position : le mode d’abattage a aussi son importance selon ce qu’enseigne la Parole de Dieu. Cependant, j’ai à coeur de préciser une chose, non pas pour toi mais pour tous ceux qui liraient ces lignes : il ne faut jamais oublié que l’étude et la mise en pratique de la Parole de Dieu est un long processus, surtout pour ceux qui proviennent d’un arrière plan païen ou athée et donc, il faut faire preuve de patience, d’indulgence et de miséricorde dans nos jugements. Par exemple, pour ma part, j’ai commencé par cesser de manger toutes les viandes que la Torah qualifie d’impur, indépendamment de leur mode d’abattage car je n’avais aucune connaissance des ces choses là. Je sais que cela fut agréable à Dieu en raison des nombreux prodiges et confirmations qu’il m’a permis de vivre à ce sujet : ce fut des encouragements pour me montrer que c’était la bonne voie.

      Par la suite, grâce à l’étude de la Torah, j’ai commencé à comprendre à quel point l’abattage selon la Torah a également son importance et je fais de plus en plus attention à ces choses là mais je sais aussi que c’est ma propre croissance, ma propre évolution qui m’est propre et qui diffère pour chacun et jamais je n’imposerais donc à qui que ce soit de pratiquer la Parole de Dieu comme je le fais : chacun évolue à son rythme, d’où l’importance de s’assoeir et d’étudier régulièrement la Torah de Dieu.

      Meilleur Shalom à chacun,
      Thomas.

      Réponse
    • Robert Martin

      Je crois que non seulement les écrits de Paul sont difficiles à comprendre mais les actions aussi. Il semble y avoir une contradiction apparente dans ce que Paul a fait et ce que Paul a dit. De plus vous laisser de gros vide dans vos suggestions. Faudrait-il retourner à faire des sacrifices?
      Voici quelques textes de Paul
      Galates 2:16,19
      Néanmoins, sachant que ce n’est pas par les oeuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ et non par les oeuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les oeuvres de la loi.…

      Galates 3:10-13
      Car tous ceux qui s’attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.…

      Galates 5:4
      Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi; vous êtes déchus de la grâce.

      Réponse
      • RencontrerDieu.com

        Bonjour,

        Sur ce sujet, il est impossible de tout traiter en une seule vidéo, cela va de soit, et les “vides” dont vous parlez sont donc inévitables : à chacun de les combler par son étude personnelle et la prière. Ici, du mieux possible, nous ne faisons qu’indiquer la direction.

        Pour les quelques versets de Paul que vous citez, ils ne sauraient contredire l’invitation qu’il lance par ailleurs à observer la Loi de Dieu tel que : “l’observation des commandements de Dieu est tout.” (1 Cor 7.19).

        Je vous conseille de lire et d’étudier toute cette rubrique afin de combler quelques “vides” : La fausse doctrine de l’abolition de la loi dévoilée : https://www.rencontrerdieu.com/plus/dossier-special-la-fausse-doctrine-de-labolition-de-la-loi-torah-devoilee/

        Réponse
        • lagrene

          Bonjour
          Pensez-vous que Paul fait la différence entre les commandements de Dieu et la loi ?

          Paul relègue au second plan la loi face à la grâce dans l’epitre Au galate :«Or je dis ceci: que la loi, qui est survenue quatre cent trente ans après, n’annule point une alliance antérieurement confirmée par Dieu, de manière à rendre la promesse sans effet.»
          ‭‭Galates‬ ‭3:17‬ ‭

          Ici Paul fait référence au fait que la grâce a été promis avant la loi

          De se faite yeshoua confirme cette alliance a pessah

          Vous en pensez quoi ?

        • RencontrerDieu.com

          Bonjour,

          Les commandements de Dieu font partis de la loi Divine, mieux traduit par Torah qui signifie Enseignements de Dieu, instructions.

          Dans le verset que vous citez, Paul ne relègue pas au second plan la Torah de Dieu face à la grâce puisque la Torah de Dieu émane directement de Dieu, est la Vérité et est éternel comme il est dit : « Ta Loi (Torah en hébreu) est la vérité, tous Tes commandements sont la vérité, Le fondement de Ta parole est la vérité, Et toutes les lois de Ta justice sont éternelles. » (Psaumes 119.142, 151,160).

          L’alliance de Dieu conclut avec Israël a été brisée par les hommes, Yéshoua, renouvelle cette alliance par son sang précieux. Il n’y a pas d’opposition entre grâce et Loi divine mais une intelligente complémentarité.

  4. Eric

    Pour ceux qui lisent correctement les écritures, voici ce que Dieu nous dit maintenant:

    “Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli.
    -ROMAINS 7:6

    car Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient.\
    -ROMAINS 10:4

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Bonjour Eric.

      Lire correctement les Ecritures implique de ne pas sortir les versets de leurs contextes, de ne pas interpréter en contredisant l’Ecriture elle-même et de ne pas oublier la pensée de l’auteur.

      Pour Romains 7.6, les faux docteurs l’utilisent pour tordre le sens de ce que dit Paul afin de faire croire au peuple de Dieu que la Loi est abolie ce qui est une grave erreur puisque ce n’est absolument pas ce que dit Paul, sinon cela contredirait des centaines d’autres versets et ferait de Paul un faux docteur. Comme dirait le pasteur Tony Robinson à ce sujet, pour bien comprendre Romains 7, il faut regarder l’enseignement contenu dans les autres chapitres et notamment Romains 8 :

      « Romains 8 nous montre que le ministère de l’Esprit Saint était de nous libérer de la loi du péché et de la mort, non pas de la Torah de Dieu. C’était cette loi du péché et de la mort qui nous poussait à casser la Torah. Dans la mesure où le peuple n’était pas capable d’obéir aux commandements écrits sur les tables de pierre, désormais Adonaï, 1) les écrit sur les tables de nos cœurs, et 2) nous permet de les mettre en pratique, par la puissance de Son Esprit. Ce sont là les deux fonctions de l’Esprit Saint. »

      La loi qui nous retenait captif est la loi du péché et de la mort et c’est de cela que nous avons été dégagé afin d’obéir à la loi de Dieu à l’aide de l’Esprit de Dieu. Romains 7:12 : La loi donc est sainte, et le commandement est saint, et juste, et bon.

      La thèse de Paul en un coup d’œil :

      • L’homme meurt à cause de son péché.
      • La Torah entraîne l’augmentation du péché chez l’homme non régénéré du Saint Esprit, lorsqu’il essaie de lui obéir (surtout en tant que moyen pour arriver au salut c’est-­‐à-­‐dire, le légalisme).
      • La grâce de Dieu régénère l’homme.
      • Au cours de la nouvelle naissance, l’homme meurt au péché.
      • Une fois que l’homme est mort au péché, la Torah n’a plus la capacité de faire augmenter le péché en lui .
      • Après avoir été libéré de cette fonction de la Torah, l’homme peut désormais obéir à la Torah, comme cela est prévu, en suivant les saintes instructions de YHVH, qui montrent comment avoir une vie abondante.

      Pour le fameux verset “Christ est la fin de la loi”, voici toute une étude à ce sujet qui a déjà été traité sur le site :
      Christ est-il la Fin de la Loi ? : https://www.rencontrerdieu.com/project/christ-est-il-la-fin-de-la-loi/

      Voici en conclusion ce que dit Dieu qui ne change pas :
      « Obéir aux commandements, c’est veiller sur sa propre vie ; Ne pas veiller sur sa conduite, c’est courir à la mort. » Proverbes 19 : 16 (du roi Salomon inspiré de Dieu, au sujet de la Torah.)

      Thomas.

      Réponse
  5. Florence

    Bonjour,

    Pour ma part, je reconnais que tous les versets avancés dans cette étude coïncident parfaitement avec les arguments avancés par de plus en plus de croyants en faveur du respect des commandements et de la loi de Moise qui ne sont pas abolis.
    Quand j’ai lu votre article, j’ai découvert une chose dont je n’avais jamais pris conscience auparavant lorsque j’étudiais ma Bible: Paul allait au temple et faisaient les sacrifices et offrandes consignés dans la loi de Moise! Je réalise aussi comme il est dur de se défaire de tant d’enseignements erronés qui nous bercent depuis notre conversion, ces enseignements m’ont formatée au point que je lis les Ecritures de manière biaisée… Sans parler de l’opposition de beaucoup de chrétiens quand on commence à parler de la loi de Moise, de l’observation des fêtes de l’Eternel.

    La Bible dit ceci dans Colossiens 2 :

    13 Et quand vous étiez morts dans vos péchés et dans votre incirconcision charnelle, il vous a vivifiés avec lui, vous ayant pardonné toutes vos fautes. 14 Il a effacé ce qui était contre nous, l’obligation des ordonnances qui s’élevait contre nous; et il l’a entièrement annulée, en l’attachant à la croix; 15 Ayant dépouillé les principautés et les puissances, qu’il a publiquement exposées en spectacle, en triomphant d’elles sur cette croix.
    16 Que personne donc ne vous condamne au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’un jour de fête, ou de nouvelle lune, ou de sabbats; 17 C’était l’ombre des choses qui devaient venir, mais le corps en est en Christ.

    Quelle est la vraie signification de ce verset, tant repris par les pasteurs et chrétiens qui affirment que la loi de Moise est abolie? Savez vous de quelles ordonnances il est question dans ce verset?

    Je vous remercie d’avance pour l’aide précieuse que vous m’apporterez. Que Dieu vous bénisse!

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Bonjour Florence, merci pour ce message.

      Oui, le déformatage est parfois bien long mais courage, notre grand Dieu nous conduit avec douceur et paix dans toute la vérité ! Pour les réactions parfois épidermiques de nombreuses personnes lorsqu’il s’agit de la loi de Dieu, du shabbat, des fêtes, etc, cela fait parti du chemin resserré et ces comportements contraires à la saine doctrine que nous voyons, bien qu’attristant, ne font que confirmer à quel point le problème est réel et combien la voie de la Torah révèle les coeurs !

      En ce qui concerne les versets de colossiens que vous citez Florence, versets effectivement utilisés fréquemment à tord et à travers, une petite étude à ce sujet sortira bientôt pour définitivement ranger au placard les mauvaises interprétations anti-torah.

      Voci ce que j’ai à dire en peu de mots, extraits de l’article qui sortira un jour si Dieu le permet (veuillez excuser les fautes, ce n’est pas encore corrigé) :

      « Au temps de Yeshoua, la loi du shabbat avait été perverti. Les pharisiens avaient détourné ce merveilleux don de Dieu en un fardeau légaliste. Ils surveillaient les gens tout au long de ce jour, condamnant toute personne qui violerait leurs règles rigides qui interdisaient toutes activités.

      Une grande partie de l’enseignement du Nouveau Testament a pour but de restaurer le shabbat selon l’intention originale de Dieu. Colossiens 2.16 résume l’enseignement du Nouveau Testament sur le shabbat en disant : « Que personne ne vous juge… au sujet des Shabbat ».

      Certains, en lisant ce verset, en ont déduit que ce n’était plus pour aujourd’hui ; que nous ne devions plus observer le Shabbat.

      Mais ce n’est pas ce que ce verset dit. Colossiens 2.16 ne dis pas : « n’observez pas le Shabbat. » Il dit : « Ne nous jugez pas les uns les autres sur comment vous observer le Shabbat. ». Ce verset interdit une observance pharisienne du Shabbat. Il rend au shabbat l’intention originelle de Dieu : être reçu comme un don gracieux de Dieu.

      Egalement, il est fort probable que certains païens habitués à leurs coutumes païennes et non désireux de s’en détacher, qu’ils soient convertis ou non, critiquaient et jugeaient plusieurs de leurs frères qu’ils voyaient obéir à Dieu en cessant les coutumes païennes pour observer ses lois parfaites. « Que personnes ne vous juge » dit Paul ! »

      Je vous conseille également cette courte vidéo qui dure 8 minute réalisé par un frère qui explique très bien les versets que vous citez :

      Paul et la Loi (2) les fêtes bibliques et les shabbats, Colossiens 2 :16-17

      J’espère avoir répondu à vos questions.
      A bientôt Florence,
      Thomas.

      Réponse
      • Florence

        Bonjour Thomas,

        Je vous remercie pour votre réponse claire et la vidéo très simple à comprendre.

        En parlant de l’observation du sabbat, je me posais des questions sur ce que l’on peut faire ce jour et sur ce qu’on ne peut pas faire.

        J’ai bien compris que nous devons cesser toute activité afin de consacrer ce jour à l’Eternel. Après avoir fait quelques recherches sur internet, je trouve de tout au sujet des choses qui sont considérées comme des activités pour certains comme par exemple le fait d’allumer une lumière pour s’éclairer.
        Par contre dans la Bible je ne trouve pas vraiment de détail au sujet de ce qu’il est autorisé de faire ou interdit de faire . Je lis qu’il est autorisé de faire du bien à son prochain ( c’est pour cela que Jésus a guéri un malade le jour du sabbat), je lis aussi qu’il ne faut pas allumer de feu dans sa demeure. Je vais pas citer tous les versets mais avez vous une étude à me conseiller pour comprendre comment observer le sabbat?

        Je suis désolée pour le long message… J’essaierai de faire court la prochaine fois et de poser moins de questions.

        En attendant, je vous souhaite Shabbat Shalom 🙂

        Réponse
        • RencontrerDieu.com

          Shabbat Shalom Florence ! Florence votre message est très bien, ni trop long, ni trop court et j’en profite pour vous dire : merci pour vos questions qui sont très pertinentes et importantes car beaucoup se posent des questions à ce sujet. Je vous répond dès que possible d’ici à lundi, “Bli neder” (sans rien promettre), car bien que votre question soit simple, il y a plusieurs subtilités et explications à apporter en ce qui concerne l’observation du shabbat pour les convertis au Dieu d’Israël issus des nations.

          A bientôt.
          Thomas.

        • Florence

          Merci d’avance Thomas, à bientôt!

        • RencontrerDieu.com

          Bonjour Florence, comme prévu, je viens pour répondre à ta question qui m’a finalement inspiré un article qui est en cours de rédaction et qui sortira sur le site au temps de Dieu car actuellement, en parallèle à d’autres projets et activités, je suis, grâce à ton commentaire, en train de rédiger une petite étude sur “comment observer le shabbat” et que je mettrai aussi en Podcast audio si Dieu le permet.

          Très rapidement, voici tout de même quelques indications de base pour quiconque désire commencer à observer ce merveilleux commandement du Seigneur qui commence le vendredi soir à la tombée de la nuit, lorsque les premières étoiles apparaissent dans le ciel, jusqu’au samedi soir.

          – Ne faire aucun ouvrage dans le sens, aucune oeuvre créatrice, aucune intervention constructive dans le monde : Ce jour est un jour Saint, séparé des autres jours profanes. Comme Dieu nous le montre, nous cessons toute activité, nous nous retirons du cycle profane des jours de la semaine pour rentrer dans une communion particulière et spéciale avec Dieu dans la mesure ou ce jour et bénis et sanctifié. Il convient de cesser toute activité profane. Ne pas faire de jardinage, de bricolage, de ménage, de cuisine etc. Ce point sera développé dans la futur étude.

          – Consacrer ce jour particulièrement à l’étude de la Torah et à la prière. C’est ce jour là qu’est étudiée et lu la paracha de le semaine (Voir glossaire pour ceux qui ne savent pas) ; Ce point sera développé dans la futur étude.

          – Faire du Shabbat ses délices ! Avant de rentrer en Shabbat (du vendredi soir au samedi soir), il est coutume de préparer et de réserver des plats particulièrement délicieux pour ce jour mais aussi, réserver certaines activités agréables, qui sortent de l’ordinaire, pour ce jour ; Ce point sera développé dans la futur étude.

          – Ne pas faire d’achats, de commerce, toute activité lié à de l’argent, des dépenses, ventes, achats.
          – Ne pas porter de charge, de fardeaux etc : Par exemple, il faudra éviter de faire des déménagement ce jour là !
          – Ne surtout pas aborder de conversations difficiles sujettes à controverses et à quelques tensions qui pourrait mener, de près ou de loin à une quelconque irritation/colère : C’est le sens spirituel expliqué par les sages du verset “ne pas allumer de feu dans nos demueures”.

          Ce point sera développé dans la futur étude.

          Egalement, il est vrai que les sages d’Israël ont instauré de nombreuses lois barrières (les 39 travaux interdits) afin d’éviter toute profanation du shabbat : là aussi, on en parlera dans l’étude car il s’agit de lois rabbinique importantes et intéressantes qui ont de la valeur mais qui ne sont tout de même pas à mettre au même niveau que les lois directement torahiques, surtout pour des convertis des nations : La miséricorde de Dieu et sa grande bonté est telle qu’il n’exigera jamais à une personne des choses qui ne sont pas de sont niveau ou qui lui paraissent impossible à porter. On ne peut attendre ni exiger d’un enfant de 4 ans de travailler comme adulte en pleine force de l’âge.

          Enfin, je dirais cela : l’essentiel est de vouloir l’observer et de se lancer sans tomber dans le piège du mépris des lois rabbiniques et de la sagesse d’Israël parceque certaines choses nous paraîtraient étrange. Puis, par la suite, petit à petit, Dieu va nous enseigner et nous révéler les merveilles de son shabbat, ses subtilités, sa façon de l’observer d’une façon agréable et bien des choses deviendront de plus en plus belles et évidentes à mesure que l’on priera à ce sujet, que l’on étudiera et que l’on développera notre intimité avec Dieu. Le Shabbat doit être observé avec un coeur bien disposé et non pas comme une charge, dans un esprit de condamantion et de légalisme : cela serait transgresser l’ordonnance de faire du shabbat ses délices !

          Le shabbat ne doit pas devenir un joug légaliste. Si une occasion de faire le bien est donnée, il est autorisé à faire du bien car le shabbat n’a pas été donné pour nuire à notre prochain ou nous laisser indifférent à ses souffrances. Là encore, il y aurait plusieurs choses à dire car il faut bien nuancer les choses : faire du bien à son prochain, oui mais dans quelles limites ? Par exemple, effectivement, si mon prochain me demande de faire un déménagement le jour du shabbat, je peux refuser car cela serait profaner le shabbat dans le mesure ou ce service n’est pas indispensable et qu’il pourrait avoir lieu un autre jour ou qu’il pourra se faire aider par d’autres personnes. Si par contre, je suis informé que ce même déménagement est de telle sorte que si je ne l’aide pas, il arrive une catastrophe et que sa santé ou sa vie est en jeu, alors je l’aiderai.

          Excellente semaine à toi Florence, à bientôt et merci encore pour ta participation dans les commentaires, c’est important !
          Thomas.

        • Florence

          Bonjour Thomas,

          Merci d’avoir pris du temps pour me donner des indications de base sur le shabbat pour l’observer dans de bonnes dispositions de coeur.
          On m’avait dit que shabbat était comme un jour de fête pour les Juifs, un jour de joie car comme tu l’as souligné ce jour permet d’entrer dans une communion particulière avec Dieu.
          Merci pour tes conseils qui me seront très utiles. Je retiens aussi ta phrase vers la fin de ton message : l’essentiel est de vouloir l’observer et de se lancer sans tomber dans le mépris des lois rabbiniques.

          Il y’a en effet des choses dont je n’ai pas encore connaissance mais je sais que Dieu me les révèlera au temps voulu. L’essentiel est de se lancer non pas par légalisme mais parce que je souhaite honorer Dieu de tout mon coeur.

          Que Dieu te bénisse Thomas. Bonne semaine! A bientôt !

  6. Sandrine Dominique Legros Suella

    On n’as plus à sacrifier les animaux pour nos péchés car nous sommes plus sous l’ordre Aaron mais celui de Melchisédech !!! Jie Xi Ka Haishang
    Lorsque Ieshoua dit tout est accompli il parle des écritures ki parle de lui notamment k le messie sera retrancher de son peuple afin k’Il triomphe sur la mort et qu’il ressuscite !!! Étre sous la grâce ne signifie pas k la loi soit caduc mais k si on faille à une loi nous sommes plus voué a la perdition !!! La loi n’as sauver personne car meme Abraham, Moïse, David et j’en passe on péché!!! La loi ne sauve personne mais parce que nous sommes sauvés k nous devons l’observer car c par elle k nous savons si nous penchons et k nous visons la sainteté !!!!

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Al Fonce je te suggère de relire l’étude car il n’a jamais été dit que le sang du Messie « n’a aucun pouvoir et kon doit retourner aux sacrifices d’ animaux pr que Dieu nous kiffe » : C’est justement le côté atypique de cette page qui vient t’interpeller ici :

      1) Les prophéties de la fin des temps montrent clairement qu’il y aura une reprise de certains sacrifices lorsque le temple sera reconstruit et il convient ici de réfléchir pourquoi Dieu agrérait-il cela

      2) Pendant plusieurs décennies APRES la ressurection du Messie et jusqu’à la destruction du temple en 70, plusieurs croyants en Yéshoua apportaient des sacrifices dans le temple, Paul lui même approuvait cela et l’a très probablement fait lui même, ce qui n’a jamais signifié que le sang du Messie n’avait aucun pouvoir, bien au contraire, il faut lire l’étude, c’est expliqué ainsi que dans les com sur le site. Le christianisme d’aujourd’hui est choqué de cela et se refuse de le voir tant une certaine doctrine anti-torah a imprégné les coeurs mais les faits sont là et cet article en parle sans jamais renier en rien l’oeuvre parfaite et merveilleuse de Yéhsoua sur la croix qui lave, délivre et pardonne quiconque croit en Lui et le suit, chose impossible aux sacrifices d’animaux qui ont d’autres fonctions comme expliqué dans l’article.

      Réponse
    • Sandrine Dominique Legros Suella

      Al Fonce !!!! Tu devrais relire mon com car je ne dis pas k le sang de Christ n’as aucun pouvoir !!! Ni k’il fo retourner aux sacrifices d’animaux !!!

      Réponse
  7. Jorel

    Shalom à tous,

    “Car, quoique je sois LIBRE à l’égard de tous, je me suis ASSUJETTI à tous, afin d’en gagner un plus grand nombre. J’ai été comme Juif avec les Juifs, afin de gagner les Juifs; comme sous la loi avec ceux qui sont sous la loi, afin de gagner ceux qui sont sous la loi; Comme sans loi, avec ceux qui sont sans loi (quoique je ne sois point sans loi à l’égard de Dieu, puisque je suis sous la loi de Christ), afin de gagner ceux qui sont sans loi. J’ai été comme faible avec les faibles, afin de gagner les faibles; je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns. Et je fais cela à cause de l’Évangile, afin d’y avoir part.” (1 Cor 9:19-23)

    Voilà l’Esprit de Paul qu’il faut imiter. Sinon devenons tous faiseurs de tentes comme il l’était.

    “Paul voulut qu’il l’accompagnât; et l’ayant pris, il le circoncit, à cause des Juifs qui étaient en ces lieux; car tous savaient que son père était Grec.” (Actes 16:3)
    Mais que dira Paul autre part concernant la circoncision ?

    Quelqu’un a-t-il été appelé étant incirconcis? qu’il ne se fasse pas circoncire. La circoncision n’est rien; l’incirconcision n’est rien; mais l’observation des commandements de Dieu est tout. Que chacun demeure dans l’état où il a été appelé. (1 Cor 17:18-20)

    De la même manière qu’ici avec Timothée, ce que fait Paul dans Actes 21, sur le conseil de Jacques, il le fait à cause des Juifs. Il se fait esclave pour eux, afin de ne créer aucun obstacle à l’Evangile qu’il a été appelé à prêcher.

    Avec les hébreux, il parlait hébreux (Actes 22:2)
    Avec les grecs, il parlait sûrement grec (Actes 17)
    En toute chose, il s’est fait serviteur du plus grand nombre, en agissant selon l’amour du prochain, car cet amour accomplit la loi de Christ (Romains 13:8)

    Aucun des apôtres n’a préché aux gentils qui on cru d’observer la loi de Moise. On ne retrouve aucune ordonnance explicite par rapport à cela. On voit même le contraire :
    Quant aux Gentils qui ont cru, nous avons décidé et nous leur avons écrit qu’ils ne devaient rien observer de semblable

    “Maintenant donc, pourquoi tentez-vous Dieu, en mettant sur le cou des disciples un joug que ni nos pères ni nous n’avons pu porter ?” (Actes 15:9)
    Dans le contexte, nous voyons bien que le joug dont parle parle Pierre ici est la loi de Moise (voir verset 5).

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Shalom Jorel, cela fait bien longtemps, content de voir que tu continues toujours le bon combat de la foi !

      Par contre, permet moi d’intervenir sur plusieurs choses très erronées que tu as dites et qu’il faut, je crois, absolument rectifier :

      TU cites 1 cor 9.19-23 (“je me suis fait tout à tous“) mais il ne faut pas oublier que cela n’a jamais signifié que Paul ait aboli le moindre commandement de la loi de Dieu ni même enseigné aux disciples juifs et non juifs à faire de même : Paul nous montre qu’il est important de s’adapter à chacun et de faire preuve d’altérité mais sans jamais faire aucun compromis avec la Parole de Dieu, sans pour autant inciter les autres à devenir faiseur de tentes 😉

        Faire preuve d’altérité est ce qu’enseigne la Torah et cela ne signifie en rien faire du compromis.

      Ensuite, tu parles de Paul et de la circoncision comme pour essayer de montrer que Paul abolirait le moindre IOD de la loi de Dieu mais c’est une grave erreur.

      Paul enseigne précisément la Torah : la circoncision est à 8 jours selon la Torah et il n’est pas obligé, selon la Torah, de se faire circoncire à l’âge adulte pour être sauvé et marcher dans le plan de Dieu mais Paul n’est pas contre la circoncision à l’âge adulte qu’il juge utile (rom 2.25)

      Lorsque Paul dit « La circoncision n’est rien, et l’incirconcision n’est rien mais l’observation des commandements de Dieu est tout », Paul montre par là, que si tu es circoncis mais que tu n’observes pas la Loi de Dieu et ne garde pas la Torah, ta circoncision ne te sauveras pas tout comme l’incirconcis qui n’observe pas la loi de Dieu. MAIS PAR CONTRE, si tu es incirconcis ET que tu observes la loi de Dieu, ton incirconcision sera compté comme circoncision.

      L’amour du prochain n’a jamais signifié trangresser la loi divine ni enseigner à la transgresser ou à retrancher le moindre iota en faisant du compromis : cela serait tordre les Ecritures et aller contre la Parole de Dieu.

      Puis tu dis : « Aucun des apôtres n’a préché aux gentils qui on cru d’observer la loi de Moise. » : Ceci est une grave erreur qui est directement détruite par quantité de versets qu’il serait trop long d’énumérer ici mais les seuls propos de Yéshoua en Matthieu 5.17-19 suffisent pour détruire cette affirmation.

      Plus encore : Paul, lorsqu’il parle de l’Ecriture, il parle de ce qui constitue à son époque la Saine doctrine, c’est à dire le Tanakh et qui contient évidemment, entre autres, la Torah du Dieu vivant donnée à Moïse et voici ce qu’il dit à ce sujet :

      « Toute l’Écriture est divinement inspirée, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour former à la justice; Afin que l’homme de Dieu soit accompli, et propre à toute bonne oeuvre. » (1 Timothée 3.16)

      Il dira également : « Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés. » (Rom 2.13)

      Et encore : « tu déshonores Dieu par la transgression de la loi ! »

      Et Jacques, en parlant de la loi de Moïse reprendra les propos de David qui dit dans le psaume 19.8 que « La loi de l’Eternel est parfaite » : « celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’oeuvre, celui-là sera heureux dans son activité. » (Jacques 1.25)

      Comme dit dans l’article :

      « Evidemment, pour les païens qui viennent tout juste de se convertir et de découvrir la bonté de Dieu et de son pardon en Yéshoua, Les apôtres n’ont jamais exigé de mettre immédiatement en pratique toute la Torah de Dieu pour être sauvé, ce qui serait impossible à respecter et reviendrait à annuler le sacrifice parfait du Messie ! Non, les apôtres y vont lentement, petit à petit : ils imposent aux païens quelques lois fondamentales très importantes dans le judaïsme :

      « A l’égard des païens qui ont cru, nous avons décidé et nous leur avons écrit qu’ils eussent à s’abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l’impudicité. » (Actes 21.25) : Ceci est le minimum requis en début de conversion mais cela n’a jamais signifié que le convertis des nations devrait s’arrêter là et se reposer sur ses lauriers ! Pour la suite, le convertis doit étudier la parole de Dieu, la Torah, et la mettre en pratique avec l’aide de Dieu, selon ses capacités. »

      Et pour terminer, tu fais une interprétation fausse de Actes 15.9 que voici :

      « Maintenant donc, pourquoi tentez-vous Dieu, en mettant sur le cou des disciples un joug que ni nos pères ni nous n’avons pu porter ? » (Actes 15:9)
      Dans le contexte, nous voyons bien que le joug dont parle parle Pierre ici est la loi de Moise (voir verset 5).

      Le Joug dont il est question ici n’est absolument pas la loi parfaite de Dieu qui est un joug doux et léger et qui restaure l’âme (Psaumes 1) ! Il faut cesser de sortir les versets du contexte. Ici en actes 15, il est question d’être sauvé par la circoncision et d’exiger une brutale et strict observation de la loi de Moise aux païens qui se convertissent :

      Actes 15.1 : « Quelques hommes, venus de la Judée, enseignaient les frères, en disant : Si vous n’êtes circoncis selon le rite de Moïse, vous ne pouvez être sauvés. » et encore : « Alors quelques-uns du parti des pharisiens, qui avaient cru, se levèrent, en disant qu’il fallait circoncire les païens et exiger l’observation de la loi de Moïse. »

      Le joug dont parle Paul est exactement ce que dit le Théologien David Stern dans son ouvrage “le nouveau testament un livre juif” : il s’agit d’une observation légaliste et pervertis de la loi de Dieu, voilà le joug que nul ne peut porter car qui peut observer parfaitement la loi de Dieu ?!

      Non la loi de Dieu est pour tous ceux qui se convertissent, elle est bonne, parfaite et merveilleuse mais Dieu s’adapte au rtyhme de chacun et ne nous demande pas de nous mettre sous un joug religieux et légaliste. Mais malheur à quiconque retranche de Sa Parole : quelque soit sa piété d’apparence et quelque soit son discours et ses pensées, il aura à rendre compte pour avoir mépriser la Parole de Dieu.

      Dieu le dit : « Celui qui observe la loi est un fils intelligent, Mais celui qui fréquente les débauchés fait honte à son père. » (Proverbes 28:7) : Ici, les débauchés, se sont tous ceux qui ne suivent pas la Torah de Dieu et qui se prostituent à des doctrines et des dieux étrangers.

      Réponse
  8. Jiexika Haishang

    Jesus a tout accompli, plus besoin de sacrifice d’animaux, il a payé le pris pour nous sauver. Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique afin que quiconque croit en lui soit sauvé (Jean 3:16).

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Jie Xi Ka Haishang as-tu bien lu l’étude ? Car justement, ce que tu dis y est abordé ainsi que dans les commentaires.

      Réponse
  9. Anonyme

    Bonjour Thomas,

    Merci beaucoup pour cette étude approfondie…toutefois,j’ai quelques interrogations..En effet, la Bible dit dans Galates 3v10: Car tous ceux qui s’attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique. 11Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu’il est dit: Le juste vivra par la foi”
    Quelle est votre réponse à cela ?
    Merci d’avance

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Bonjour,

      Ma réponse est simple et doit s’harmoniser avec le reste des Ecritures qui dit cela : la bénédiction découle de l’observation de la loi et la malédiction découle de la transgression de la loi :

      « la bénédiction, si vous obéissez aux commandements de l’Eternel, votre Dieu » (Deutéronome 11:27)
      « la malédiction, si vous n’obéissez pas aux commandements de l’Eternel, votre Dieu » (Deutéronome 11:28)

      En vérité, une foi authentique devrait nous amèner à obéir à Dieu et à mettre en pratique sa parole, sinon, il y a un problème qui provient bien souvent de mauvais enseignements à ce sujet.

      Que nous dit la loi ? Elle nous dit de croire en Yéshoua : « Moïse a dit : Le Seigneur votre Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi; vous l’écouterez dans tout ce qu’il vous dira, et quiconque n’écoutera pas ce prophète sera exterminé du milieu du peuple. » (Actes 3.22-23 en référence à Deutéronome 18)

      Yéshoua, comme Dieu le demande dans la Torah, nous appelle à observer la loi et à enseigner à l’observer. (voir Matthieu 5.17-19)

      En galates 3.10, il faut bien comprendre que Paul parle de la justification devant Dieu : « nul ne soit justifié devant Dieu par la loi » “Justification par la loi” est très différent de “l’observation de la loi” : beaucoup confondent ces notions et s’emmêlent les pinceaux inutilement.

      Celui qui cherche à se justifier devant Dieu par la loi uniquement annule l’oeuvre du Seigneur et Paul se bat contre cela car quiconque pense qu’il doit observer et pratiquer parfaitement toute la loi pour être sauvé, n’est plus sous la grâce et annule pour lui même l’oeuvre de Yéshoua faite à la croix. Une telle personne n’aura pas de mal à retomber sous un joug et un système religieux légaliste et Paul s’oppose avec force à cela.

      Ce que l’Ecriture nous montre c’est cela : Seul notre foi en Yéshoua nous sauve, notre foi en son oeuvre sur la croix, là ou il a versé son sang et fait l’expiation des péchés pour son peuple, pour quiconque croit en lui. Notre prise de conscience de notre incapacité à se justifier devant Dieu nous amène à nous confier pleinement en ce qu’a fait Yéshoua pour nous. Cependant attention car c’est ici que beaucoup s’arrêtent et se trompent eux-même : si notre foi en Yéshoua est authentique, elle doit nécessairement nous conduire à l’obéissance et à l’observation de la loi divine, non pas pour être sauvé, mais par amour pour Dieu, parce qu’il nous a racheté de nos péchés.

      Ce n’est pas sans raison que Yéshoua prendra l’exemple du serpent d’airain brandi par Moïse dans le désert : le peuple avait fauté et transgressé la loi de Dieu mais Dieu a eu pitié et a sauvé quiconque jetterait un seul regard sur le serpent d’airain. Ceux qui furent sauvés, devaient ensuite ne plus retomber dans le péché mais observer les commandements de Dieu avec reconnaissance et amour : c’est une image de ce que Yéshoua a fait sur la croix.

      Mais par la suite, malgré qu’ils furent sauvés, tous ceux qui ont persisté dans la transgression périrent dans le désert. Il en est encore de même aujourd’hui. En hébreu, la foi se dit “emouna” et c’est un mot riche en sens qui signifie, croire, obéir, adhérer, mettre en pratique.

      Ainsi la foi dont parle Paul et une foi qui amène à obéir à Dieu avec une bonne conscience, purifié de tout péché par Yéshoua notre sauveur et souverain sacrificateur et cette foi doit s’accompagner de l’obéissance à la loi de Dieu, non pas pour être sauvé et par légalisme mais par amour, foi et reconnaissance.

      J’espère avoir été clair,
      Thomas.

      Réponse
      • Anonyme

        Merci beaucoup Thomas !
        La réponse est très claire 🙂
        Que Dieu vous garde

        Réponse
  10. Paulin Magbunduku

    Shabbat shalom
    Je suis émerveillé par cette étude. Cela m’a enrichi davantage et me fait voir que j’ai besoin de connaître certains passages des Ecritures et des lettres de Paul tels que « mort à la loi », « justification par les oeuvres de la loi », « sous la loi » etc.
    J’ai aussi tant de questions diverses et j’espère trouver la bonne explication auprès de vous.
    Soyez bénis en Yeshoua

    Réponse
  11. Anonyme le vrai (pseudo)

    Observer les fêtes de l’Eternel selon comment le Christ les a transformées, donc observer la Loi de Dieu et, en même temps, la Loi de Christ en suivant ce qui reste de l’Ancienne Alliance tout en prenant aussi la Nouvelle Alliance, c’est ce que je fais.

    Les sacrifices d’animaux sont maintenant révolus puisque le sacrifice parfait du Christ a eu lieu et l’épître aux Hébreux en témoigne : “Il est impossible au sang des taureaux et des boucs d’ôter les péchés”. Le jour de repos, le septième, est encore à observer, mais selon le Christ pas selon des enseignements de faux Juifs ! Ainsi que la fête des azymes : “Christ vit en moi” a témoigné Paul, et encore : “Célébrons la fête. Avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité”. Désormais, le salut qui a été apportée par Israël et les Juifs, est aujourd’hui apportée par l’ Eglise de Dieu : entité spirituelle mondiale qui réunit ceux et celles qui ont “l’Esprit du Christ en eux”.

    Réponse
  12. Isaac Yamouti

    est ce a dire que si le temple existait encore aujourd ‘hui tous les croyants en jesus iraient offrir des sacrifices d ‘animaux chaque fois qu ‘ils pecheraient dans un but de commemoration? je nai pas bien saisi cette partie.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Shabbat Shalom Isaac. Après la mort et la résurrection du Messie, et comme le montre l’article, pendant plusieurs décennies jusqu’à la destruction du temple en 70, plusieurs croyants en Yéshoua apportaient des sacrifices dans le temple, dont Paul lui même. Le temple a été détruit, les sacrifices ont cessé mais plusieurs prophéties sur la fin des temps semblent nous montrer que cela reprendra pendant une période et que cela sera agréé de Dieu (Zacharie 14, Ezechiel).

      Il y aurait beaucoup de choses à dire à ce sujet car Nous abordons là un sujet assez complexe que je dois encore approfondir et qui peut difficilement se traiter dans les commentaires mais qui nécessite au minimum une étude complète.

      Mais très brièvement, il faut savoir qu’il y a plusieurs types de sacrifices et qu’il n’y a pas que des sacrifices en rapport avec le péché ; il y a aussi les sacrifices apportés uniquement pour remercier Dieu etc, etc.

      Mais surtout, il faut bien comprendre ce qu’enseigne la Torah et l’alliance renouvelée au travers des sacrifices et là encore, il y aurait énormément à dire. Si Dieu le permet, peut-être qu’à l’avenir, il y aura des dossiers complets à ce sujet sur le site.

      Le sang des animaux est incapable d’ôter le péché, de purifier la conscience et de sauver et cela, seule le sang parfait du Messie le peut pour quiconque croit en lui, mais il y a dans les sacrifices beaucoup de notions spirituels qui nous permettent de comprendre pourquoi cela n’est pas aboli : c’est un culte pour adorer Dieu, il y a une symbolique puissante et des enseignements profonds derrière chaque chose et dont les impacts, encore une fois, sont spirituels. Ce n’est pas sans raison que Paul a fait le nécessaire pour que les 4 Nazirs puissent apporter leurs offrandes à la fin de leur naziréat (voir dans l’article).

      Enfin, n’oublions jamais que notre compréhension des épîtres ne doit jamais s’opposer aux paroles du Messie et aux paroles des prophètes : Yéshoua, en accord avec les prophètes est clair : tant que la terre et le ciel que nous connaissons demeure, absolument rien ne sera aboli dans la loi de Dieu. Les premiers disciples juifs et non juifs de Yéshoua l’avaient très bien compris et c’est pour cela qu’il n’y avait aucun soucis avec les sacrifices tant que le temple était présent.

      Bien que l’exemple soit très imparfait, c’est un peu comme le pain et le vin que Yéshoua utilise pour la fête de Pessah (Pâque) en dévoilant le sens profond de ces aliments utilisé pour observer cette fête de Dieu et qu’il demande à ses disciples d’observer : c’est une ordonnance, un commandement du Seigneur qui est là en tant que symbole et culte : ces choses demeurent et ont un impact spirituel lorsque c’est correctement observé dans une bonne disposition de coeur, bien que le pain et le vin ne sauve pas.

      Réponse

Répondre à Isaac Yamouti Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This