L’impact spirituel de la cacherout dévoilé dans la Torah d’Israël – Paracha Chemini

par | Avr 21, 2017 | 35 commentaires

Introduction

« Ne rendez point vos âmes abominables » (Lévitique 11 : 43)

L’étude de la Paracha Chemini nous invite à explorer un nouvel endroit magnifique du jardin de Dieu, là où se trouve la possibilité de manger de cet arbre de la vie solidement planté en terre sainte.

Dans ce lieu de béatitude ruissellent les enseignements les plus précieux et chacun des fruits de l’arbre de vie possède la divine propriété de sanctifier et de purifier l’être tout entier de quiconque en mangera dans l’idée du verset : « Tout ce qui touchera à sa chair sera sanctifié » (Lévitique 6:27).

Car suivant notre obéissance à la Parole de Dieu, l’Écriture, de Genèse jusqu’à Apocalypse témoigne que la nourriture est un véhicule de sainteté et d’élévation spirituelle ou d’impureté et de mort.

De Genèse à Deutéronome en passant par les prophètes, Dieu nous met effectivement en garde contre l’impureté qui réside dans certaines nourritures.

La première transgression d’Adam et Eve concerne un interdit alimentaire et conduisit l’humanité à la mort. La repentance et l’obéissance aux décrets divins conduiront à la consommation de l’arbre de vie (voir livre de l’Apocalypse).

Toute l’histoire biblique se voit ainsi cernée, encadrée, par des prescriptions alimentaires.

Mais rappelons brièvement le postulat erroné qui fait encore consensus dans une partie du christianisme officiel :

La majorité pense et enseigne la caducité des lois alimentaires; bonnes pour un temps, elles sont désormais révolues : la venue du Messie Yéshoua (Jésus) aurait mis un terme aux lois de cacherout.

Pour beaucoup de chrétiens, les juifs, par leur refus de reconnaître Jésus comme Messie, n’auraient pas reçu toute la révélation ni toute la compréhension des Écritures et resteraient par conséquent encore enfermés malgré eux dans « l’Ancien Testament », prisonniers de « la lettre qui a vieilli » : ils continuent à observer ces « faibles et pauvres rudiments », disent-ils… Et surtout, que nul chrétien ne retombe dans le piège en se mettant de nouveau « sous la loi » : c’est caduc, Jésus a radicalement annulé de nombreuses lois telles que les lois de cacherout, disent-ils, bien que l’Evangile et tout le Nouveau Testament affirme tout le contraire…

Mais en arrachant ainsi de nombreux passages de leur contexte et de leur sens véritable pour faire passer la pilule géante de l’abolition des lois divines alimentaires, ils participent à perpétuer une bien funeste doctrine aujourd’hui très bien identifiée.

Car bien heureusement, il est désormais aisé de le démontrer : théologiens et experts du judaïsme ancien et du christianisme primitif réfutent catégoriquement cette position qui, de plus en plus, se voit abandonnée à cause des difficultés insurmontables qu’elle présente, et des erreurs manifestes qu’elle révèle au grand jour.

Par exemple, si la Bible est bien la Parole de Dieu, si elle contient tout le conseil du Dieu vivant pour marcher dans Ses voies, et si les lois alimentaires sont abolies, plusieurs questions se posent telles que celles-ci :

  • Comment concilier l’abolition de ces lois avec la déclaration sans équivoque du Messie concernant la validité du plus petit commandement de Dieu et son refus catégorique de laisser croire à quiconque qu’il abolirait la moindre loi (Matthieu 5), et que dire du refus de Paul d’abolir la loi (Romains 3:31) ?
  • Pourquoi Pierre, des années après la résurrection du Messie, observait-il encore avec détermination les lois alimentaires ?
  • Si les animaux impurs sont désormais « purifiés » comme certains le disent, pourquoi présentent-ils toujours les signes d’impureté que Dieu lui-même a désignés avec précision pour reconnaître un animal impur ?
  • Et pourquoi Jésus Lui-Même et tous les disciples observaient les lois de cacherout tout en nous ayant demandé de les imiter ?

Etc., etc.

Cette insistance dans les détails des lois alimentaires est d’ailleurs un mystère pour beaucoup; pourquoi Dieu prendrait-Il autant de soin pour détailler des lois alimentaires sur plus de 50 chapitres (Lev. 11 et Deut. 14), alors que de toute façon, elles seraient abolies depuis la venue du Messie ?

Alimentation, spiritualité, verset piège de l’Évangile et tactique de l’ennemi

Ce que dit Dieu

En vérité, la Torah va nous révéler qu’il y a un lien étroit entre la nourriture que l’on mange d’une part, et la vitalité, l’élévation et la pureté de notre âme d’autre part.

C’est un fait admis par la science moderne : nous savons que plus nous négligeons notre alimentation et mangeons d’une manière malsaine, plus notre santé physique, mentale, psychologique et spirituelle en pâtira et se détériora.

La nourriture possède donc un impact bien réel sur notre être tout entier : humeur, capacité, force et bien être physique et moral.

Mais là où la science des hommes s’arrête, la science divine continue : la Torah nous révèle en effet qu’il existe un impact qui va bien au-delà de ce que l’on pense.

La Torah nous apprend que l’aliment absorbé, pour ainsi dire, ne fait plus qu’une seule chair avec notre être tout entier, car nous le savons, la vie et l’âme sont dans le sang comme il est écrit :

« Car le sang, c’est l’âme; » (Deutéronome 12 ; 23).

C’est aussi pour cela que le Mashia’h utilisera cette réalité spirituelle pour imager l’impact spirituel formidable qui s’opère dans la vie de celui qui se confie en Lui et se nourrit de la Torah de l’Éternel :

« Si vous ne buvez son sang [au Messie], vous n’avez point la vie en vous-mêmes […] celui qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. » (Jean 6 : 53).

Ses paroles ne sont évidemment pas à prendre à la lettre, elles sont « Esprit et vie ».

La science moderne confirme ce que la Torah laisse entendre concernant l’impact réel de l’alimentation sur notre âme : une partie de l’aliment mangé va en effet dans notre sang et puisque « le sang, c’est l’âme », la conclusion s’impose d’elle-même : l’aliment ingurgité ira directement dans notre âme et l’impactera de diverses façons, en bien ou en mal.

Si beaucoup de proverbes populaires de ce monde sont contraires à l’Écriture, nous savons que bien d’autres en sont inspirés tels que ceux-ci :

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirais qui tu es. » Ou encore : « On est ce que l’on mange »… 

Oui, La Torah confirme cette sagesse populaire : elle nous enseigne que si nous faisons entrer dans notre sang une chose que Dieu qualifie d’impure, alors nous faisons rentrer cette impureté dans notre être, dans notre âme comme il est dit :

« Vous seriez impurs par eux » (Lévitique 11 : 43)

Dans la pensée hébraïque, l’impureté/la souillure dont il est question dans la Torah n’a rien à voir avec de la saleté physique : il s’agit d’un état de fermeture spirituelle qui bloque l’élévation spirituelle.

Voici ce que le Rav Yaacov Israël Beifuss Chlita enseigne à ce sujet :

Il a été enseigné dans la maison de Rabbi Ishmael : la faute obstrue le cœur de l’homme, comme il est écrit : « ne vous rendez pas impurs par elles, vous en contracteriez l’impureté [vénitmetem en hébreu]«  – ne lit pas « impureté » mais « occlusion » [vénitamtem].

La langue sainte nous révèle que l’impureté produit un effet de fermeture spirituelle au niveau de notre âme.

Il est également enseigné : « ne vous rendez pas impurs par elles, vous en contracteriez l’impureté » – lorsqu’un homme se rend lui-même un peu impur, on multiplie sur lui l’impureté. S’il le fait ici-bas, on le rendra impur depuis le ciel. S’il le fait dans ce monde-ci, on le rendra impur dans le monde futur ». (Yomas 39a)

Ceci nous conduit à la conclusion suivante : les dommages que cause la faute sur l’âme sont incommensurables.

Hormis le fait qu’en péchant, l’homme enfreint la volonté de son Créateur, il provoque également son propre effondrement spirituel, souillant son esprit et obstruant son cœur au point que toute sa vision des choses s’en trouve altérée.

Rabbi Moché Hayim Luzzatto (1707-1746) est considéré comme l’un des maîtres les plus prolifiques et les plus innovateurs que le Judaïsme ait connu.

Lisez soigneusement quelques-uns de ses sages écrits :

Opter pour la légèreté lorsque la rigueur s’impose, c’est se détériorer soi-même.

À propos du verset : « ne vous souillez pas par elle, vous en contracteriez la souillure » (Lévitique 11 43), nos maitres expliquent : si vous souillez votre corps par ces impuretés, votre personnalité même deviendra impure.

En effet, en s’introduisant, les aliments interdits rendent l’âme humaine impure au point ou la sainteté divine s’en éloigne.

Et ailleurs, ils disent : la faute obstrue littéralement le cœur de l’homme elle en chasse la connaissance véritable et l’esprit de sagesse que Dieu insuffle aux gens pieux (Yoma 39a) ainsi qu’il est écrit : « C’est Dieu qui procure la sagesse » (proverbe 2.6).

Les défenses alimentaires se singularisent d’autres interdits, car l’aliment défendu s’assimile directement dans l’organisme humain pour devenir partie intégrante de sa chair.

Il suffit d’avoir conservé une lueur de raison pour considérer les mets interdits comme des poisons ou comme des mets empoisonnés.

Si pareille chose advient à l’homme, le prendra-t-il à la légère ? En consommera-t-il ? Certes, même s’il ne subsistait qu’un soupçon de doute, l’homme s’abstiendrait d’en manger; et s’il le prend à la légère, il faut le considérer comme un véritable fou.

Or, les mets défendus, nous venons de le dire, constitue un véritable poison pour le cœur et l’âme.

Quel homme intelligent pourrait donc agir avec légèreté au sujet d’un mets qui soulève le moindre soupçon d’interdiction.

C’est à cet égard que le roi Salomon dit : « Enfonce-toi plutôt un couteau dans la gorge (c’est-à-dire refoule ton envie) si ton appétit te domine. » (Proverbes 23.2).

Ainsi Dieu dit : la nourriture impure fait rentrer une souillure dans notre âme. Et Yéshoua dit : ce n’est pas ce qui rentre dans la bouche qui souille l’homme. Contradiction, erreur du Messie ou grave erreur d’interprétation ?

Beaucoup de croyants sont malgré eux entièrement ignorants des bénédictions et des secrets relatifs au respect des lois alimentaires (cacherout), et ce n’est pas étonnant : comment apprécier et être au bénéfice d’une chose que l’on ignore et que l’on ne met pas en pratique à cause de fausses idées reçues répandues et acceptées par les masses ?

Il nous faut absolument résoudre cette contradiction entre ce que dit la Torah – à savoir que la nourriture impure souille l’âme – et le célèbre verset de l’Évangile souvent utilisé pour démontrer que « ce n’est pas ce qui rentre dans la bouche qui souille l’homme » :

« Il n’est hors de l’homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller; mais ce qui sort de l’homme, c’est ce qui le souille. » (Marc 7 :15).

C’est un des versets principaux qui soutient la fausse doctrine de l’abolition des lois alimentaires.

Toute une étude existe à ce sujet, mais répétons et reformulons ce que nous avons déjà dit en plusieurs endroits :

Après une simple première lecture de ce verset, le mauvais instinct de l’homme charnel sera ravi de trouver ici une occasion de se libérer des lois de Dieu, surtout celles concernant l’alimentation…

Il oubliera ou mettra de côté des versets clés tels que celui où le prophète Ezekiel déclare au sujet de la nourriture impure : « Seigneur Eternel, voici, mon âme n’a point été souillée [par] aucune chair impure; » (Ezekiel 4:14), reliant ainsi directement une alimentation impropre à la souillure de l’âme.

Il est évident que le Messie ne peut aller contre l’Écriture, alors que comprendre ?

Pour ne pas tomber dans le piège, il y a quelques données de base à intégrer.

Durant les premières années de conversion, un croyant, aussi sincère et dévoué soit-il, est en général encore charnel. Ce n’est qu’après un long et laborieux travail sur soi, après avoir travaillé à sa sanctification et la purification de son être durant de nombreuses années, qu’il commencera à devenir mature spirituellement et de moins en moins charnel : il passera du stade de croyant charnel à celui de croyant spirituel.

Or, Paul dit que « la chair ne se soumet pas à la loi de Dieu » (Rom. 8:7).

Cela signifie qu’un croyant encore un peu charnel (soit parce qu’il est jeune converti, soit parce qu’il n’a pas veillé à se purifier durant sa croissance), s’il ne surveille pas ses pensées et ses motivations réelles et personnelles, il se laissera aisément et presque « naturellement » tenté et convaincre par toute interprétation des écritures visant à écarter la loi de Dieu…

S’il persiste et enseigne l’erreur de ses fausses conceptions, il deviendra un faux docteur enseignant CONTRE la loi de Dieu.

C’est pourquoi, beaucoup de ceux qui sont encore charnels, et ne sont ni avertis, ni versés dans les Écritures et les enseignements des maîtres, se laisseront volontiers prendre à ce piège et concluront en disant : « Vous voyez, Jésus dit que RIEN de ce quel’homme mange ne peut le souiller ! Nous avons ici la preuve que le Messie autorise désormais, depuis sa venue, à manger n’importe quelle nourriture ».

Mais la réalité est tout autre et le piège est en vérité très facile à éviter : l’idée exprimée ici par le Messie se retrouve également dans la littérature juive, sans pourtant ne jamais remettre en cause ou abolir la moindre loi alimentaire.

L’enseignement de Yéshoua (et celui des sages d’Israël dans le même cas) n’est pas donné dans le contexte d’une discussion portant sur la validation des nourritures pures ou impures, Dieu a déjà parlé et Il a donné sa claire volonté à ce sujet, notamment en lévitique 11.

Dans l’Évangile, il suffit d’analyser le contexte pour déceler que la discussion n’est pas de savoir si oui ou non les lois alimentaires sont encore en vigueur !

la discussion se situe sur un tout autre plan : il s’agit de rappeler l’importance de surveiller son coeur, ses pensées et ses paroles.

En effet, selon la Torah, ce type de faute souille fortement l’homme tout entier, ainsi que les maîtres d’Israël l’enseignent pour tout homme qui fait par exemple de la médisance :

« Il existe un esprit qui repose sur ceux qui font de la médisance. Et quand les hommes font de la médisance ou quand un homme en fait, un esprit d’impureté appelée sakhsoukha (dispute) s’éveille en haut et se pose sur les hommes ayant failli ; il provoque mort et guerre dans le monde. » (‘Hafets ‘Haïm)

Deuxièmement, « Le coeur du juste médite pour répondre » (Proverbes 15 : 28), alors méditons :

Yéshoua affirme n’être venu abolir aucune loi, sinon, Il serait considéré à juste titre comme un faux prophète et un faux docteur selon les critères que Dieu Lui-même donne dans Sa Torah (Deut. 13).

De plus, Yéshoua nous invite à observer le plus petit des commandements de la loi de Moïse (Matthieu 5 : 17-19).

Autre élément : Yéshoua croit et enseigne la doctrine de son Père dans laquelle il est clairement dit que la nourriture impure souille l’âme !

Si nous pensons qu’il y a contradiction, il faut donc s’arrêter, méditer et s’emplir de crainte devant l’Éternel : il s’agit de Sa Parole, prenons garde à « la façon dont nous écoutons » et dont nous allons interpréter le verset, et vérifions toujours nos conclusions auprès des maîtres en la matière.

Puisque Yéshoua ne peut abolir la loi et contredire ses propres paroles, nous devons admettre que nous n’avons pas bien compris la pensée du Messie sur ce point, et ne surtout pas nous laisser tenter par la moindre abolition de la moindre loi éternelle de Dieu, que l’Éternel nous en préserve !

L’essentiel à retenir est ceci : ce verset du Messie ne porte par sur les lois de cacherout, mais sur un tout autre domaine.

Ce n’est pas l’objet de cette étude que d’approfondir ce point, l’explication détaillée de ce verset dans la pensée hébraïque et en contexte se trouve ici : ce n’est pas ce qui rentre dans la bouche qui souille l’homme – prendre un texte hors contexte pour en faire un prétexte ?

Rappel : le Satan et la cacherout

Nous savons que le diable oeuvre continuellement pour empêcher les enfants de Dieu de se sanctifier et d’accéder aux bénédictions que Dieu leur promet s’ils obéissent à Sa Parole.

Si donc « le sang, c’est l’âme », il est parfaitement cohérent de voir « l’ennemi de nos âmes » s’efforcer d’injecter un maximum d’impureté dans « nos âmes », via le sang, par la consommation des nourritures impures.

Car en mangeant des animaux ou des poissons impurs, nous savons qu’ils passeront dans notre sang et c’est ainsi que « nos âmes en contracteront la souillure » (Lévitique 11), que Dieu préserve !

Et plus un homme ou une femme se rend impur, plus son comportement sera problématique, sa compréhension spirituelle beaucoup plus limitée que ce qu’elle aurait dû être, voire dysfonctionnelle, etc. Les conséquences et les symptômes de l’impureté méritent toute une étude en soi !

C’est pourquoi la loi de Dieu nous garde et nous protège des manigances du malin qui souhaite nous rendre impurs comme le serpent qu’il est.

C’est une grande question : si un chapitre tout entier est consacré aux seules lois alimentaires dans Le Livre Saint de Dieu, pourquoi la majorité des chrétiens préfèrent suivre des doctrines humaines qui annulent le commandement de Dieu au profit de la tradition chrétienne ? (Notez que la question se pose aussi pour les musulmans qui certes, s’abstiennent de manger du porc conformément à la Torah, mais tombent dans un autre piège en mangeant du chameau, animal aussi déclaré impur par La Loi de Dieu !)

Consommation d’huitres, de moules, de crevettes, de porc, de cheval, etc., : cette faute alimentaire est commise par ignorance souvent, mais également, elle est aussi souvent motivée par l’appétit charnel et les « plaisirs de la table » qui s’opposent virulemment à la Loi de Dieu.

En effet, la gourmandise et la gloutonnerie se dressent avec force contre un tel commandement et toute excuse devient bonne pour repousser les ordonnances alimentaires de Dieu, car le mauvais penchant de l’homme, très puissant dans le domaine des « plaisirs de la table », saisit la moindre occasion pour le pousser à se satisfaire des interprétations erronées qui  permettront à son âme animale d’assouvir ses désirs gustatifs.

N’oublions pas que c’est l’homme charnel qui ne se soumet pas à la loi divine (Romains 8 : 7) et pour parvenir à ses fins, le Yetser Hara (mauvais penchant), influencé par le Satan, usera de malice pour conduire le croyant charnel à se complaire dans de mauvaises interprétations ou à tordre de nombreux versets en vue de laisser libre cours à ses pulsions animales, très fortes dans le domaine de la nourriture.

Le malin réussit ainsi à bloquer toute sanctification et toute élévation spirituelle parmi les enfants de Dieu… Diaboliquement efficace !

Comme nous l’avons évoqué, il est important de comprendre qu’en hébreu et selon l’enseignement des sages d’Israël, le mot et la notion d’impureté sont liés à une « fermeture spirituelle ».

Lorsque nous mangeons une chose que Dieu a interdite, une fermeture spirituelle va s’opérer au niveau de notre âme, de notre coeur, de nos pensées.

Une dimension d’impureté va apparaître en nous-mêmes, nous empêchant de nous élever spirituellement et d’accéder à des compréhensions plus profondes du divin.

Quels que soient l’attitude, les facultés et le niveau de lucidité et de compréhension d’une personne, ce niveau aurait été bien plus grand si elle avait fait attention aux lois alimentaires données par l’Éternel.

La Cacherout : trésor pour l’élévation spirituelle

À travers l’étude de quelques versets de la Torah présents dans notre Paracha Chémini, nous allons maintenant faire ressortir combien la cacherout est une ordonnance précieuse aux yeux de Dieu et tellement utile pour notre vie spirituelle et notre sanctification.

Dans une époque où la malbouffe règne, ce commandement revêt une importance toute particulière, et brille comme une lueur au sein des ténèbres.

Sur les derniers versets du chapitre 11 du livre de lévitique, Rachi rapporte les commentaires des sages et nous fait remarquer une anomalie du texte très intéressant qui va exprimer et renforcer avec beauté les notions abordées jusqu’à présent.

Regardons les versets en question (entre crochets, la traduction en hébreu) :

« Ne rendez point vos personnes [nefesh = âme] abominables par tous ces reptiles qui rampent;

ne vous rendez point impurs par eux, ne vous souillez point par eux. Car je suis l’Éternel, votre Dieu; vous vous sanctifierez, et vous serez saints, car je suis saint; et vous ne vous rendrez point impurs par tous ces reptiles qui rampent sur la terre.

Car je suis l’Éternel, qui vous ai fait monter du pays d’Égypte, pour être votre Dieu, et pour que vous soyez saints; car je suis saint. » (Lévitique 11 : 43-45).

« Car je suis l’Éternel » : sur ce verset, Rachi explique :

C’est à la condition que vous acceptiez mes mitsvot (commandements) que je vous ai fait monter. »

En effet, Dieu ne délivre pas Son peuple de l’Égypte et de l’esclavage du péché pour qu’il continue à vivre dans la transgression et l’impureté.

Dieu délivre Son peuple pour accomplir un projet bien plus vaste : il s’agit de la rédemption de l’humanité tout entière, pour Sa gloire, et c’est pourquoi le peuple de Dieu doit devenir « Lumière du monde ».

Pour ce faire il doit se soumettre à Sa volonté révélée dans Sa loi donnée au mont Sinaï, c’est pourquoi il est dit :

« Le péché est la transgression de la loi [donnée à Moïse sur le Sinaï]. Or, vous le savez, Yéshoua a paru pour ôter les péchés, et il n’y a point en lui de péché. Quiconque demeure en lui ne pèche point; quiconque pèche ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu. » (1 Jean 3 : 4-6)

Et encore : « Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui. » (1 Jean 2 : 4).

Comprenons bien cet équilibre entre grâce et loi :

Certes, la réalité du péché imprègne même nos meilleures actions, c’est pourquoi notre salut ne provient d’aucune œuvre de la loi, mais de la grâce souveraine de Dieu, et d’elle seule.

Les œuvres de la loi ne servent-elles donc à rien ? Mais si !

Une fois l’homme pardonné et sauvé par grâce au moyen de la foi et de la repentance, et ce sachant pardonné, l’amour du racheté par Dieu et pour Dieu devrait être immense : l’obéissance à la loi et les bonnes œuvres qui en découlent sont les symptômes de la gratitude, de la foi et de cet amour pour Dieu.

Ces choses ne contribuent cependant ni à sauver l’homme ni à inciter Dieu à le sauver, sinon le salut deviendrait une question de dette et non plus une grâce.

L’obéissance à la loi et cette sainte volonté de faire des efforts pour obéir au Créateur, sont donc des manifestations ou des fruits visibles du Salut de l’homme et de sa « nouvelle naissance » qui l’emplit d’une telle gratitude qu’il désire suivre et obéir à Celui qui l’a racheté, sauvé et purifié par la foi ! Plus question de se souiller à nouveau !

Rachi continue et rapporte l’élément central et final de notre étude :

« Car je suis Hachem, qui vous fais monter ». Il est écrit partout ailleurs : « qui vous ai fait sortir » (Exode 12, 17 ; 20, 2 ; 29, 46 ; Lévitique 19, 36 ; 25, 38 ; 25, 42 ; 25, 55 ; 26, 13 ; 26, 45 ; etc.), et ici : « qui vous fais monter ».

On a enseigné à l’école de Rabi Yichma’el : « Si je n’avais fait monter Israël d’Égypte que pour lui épargner d’avoir à se rendre impur [par les bêtes impures comme le font les autres peuples], cela aurait été suffisant pour lui et cela lui aurait été une « élévation ». C’est ce que veut dire le mot : « faire monter » (Baba Metsi‘a 61b)

Sur ce commentaire, Le Rav Moché KAUFMANN explique qu’effectivement, Dieu utilise l’expression « Faire sortir du pays d’Égypte » 50 fois dans la Torah et une seule fois il est question de faire « monter du pays d’Égypte » :

Cela n’est pas un choix arbitraire de la part de Dieu qui a écrit Sa Torah avec Sagesse.

Ce verset qui parle de nous « faire monter » après la délivrance d’Égypte se trouve précisément à la fin des prescriptions alimentaires pour bien nous faire comprendre à quel point le respect de la cacherout, après que nous ayons été délivrés de notre Égypte, est une source merveilleuse d’élévation spirituelle permettant à l’enfant de Dieu d’accéder à une pureté et à une compréhension dont se prive celui qui ne respecte pas ces lois…

C’est ici une vérité digne d’être reçue, merveilleuse, prouvée et expérimentée par tous ceux et celles qui mettent en pratique ces commandements !

Le respect des lois alimentaires implique une élévation spirituelle inévitable clairement révélée par l’Ecriture au travers de ce processus divin : Libération de l’Egypte –> lois alimentaires données en Lévitique 11 –> Et à la fin du chapitre : « Je suis Hachem qui vous fait monter ».

Conclusion : un simple et beau témoignage qui en dit long

Le Rav Moché KAUFMANN rapporte également un efficace témoignage parmi des centaines d’autres similaires : il raconte ce qu’il a lu des écrits du Rav de Tsanz qui témoigne d’un miracle vécu lors de son séjour à Auschwitz.

Nous savons qu’en cas de vie ou de mort, la Torah nous autorise à ne pas manger cachère si c’est pour préserver la vie, car la Torah est une Torah qui mène à la vie et non à la mort.

Cependant, pour des raisons de convictions personnelles certainement dues à son amour du commandement de la cacherout, le Rav de Tsanz avait pris sur lui-même de ne  jamais manger quelque chose de non cachère, peu importe la raison.

À Auschwitz, l’épreuve était de taille, car la nourriture non cachère abondait. Un jour, alors qu’il allait mourir d’épuisement du fait de sa persévérance à ne pas manger cachère, le Rav, sentant bien que sa fin était proche et qu’il allait devoir manger non cachère pour survivre, il s’est mis à prier HaShem (Dieu) :

« Suis-je arrivé jusqu’à ce jour pour ne pas manger cachère alors que j’ai tenu jusqu’à présent ? »

Il pria en ce sens et soudainement, une personne lui donna quelques tapes discrètes sur le dos et lui demanda: « Es-tu un tel ? ».

Le Rav lui répondit par l’affirmative et cet homme inconnu lui a alors discrètement donné un morceau de pain.

Depuis ce jour, le Rav n’a plus connu la faim et chaque jour, il se produisait un miracle : d’une façon ou d’une autre, une nourriture cachère lui parvenait…

Cette histoire authentique montre la fidélité de Dieu et combien Il aidera et récompensera toujours ceux et celles qui obéissent à Ses commandements pour garder leur pureté devant Lui, comme il est dit :

« Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. » (1 Corinthiens 10 : 13).

C’est une chose certaine : des épreuves plus ou moins difficiles viendront éprouver l’authenticité de notre foi et de notre engagement à suivre les voies droites de la Torah du Dieu d’Israël et du Messie Yéshoua.

Mais tenons fermes, ne redoutons pas ces épreuves envoyées par le Très-Haut pour nous éprouver, mais accueillons-les, conscients que par notre persévérance dans l’épreuve, Dieu manifestera avec gloire Sa bonté et nous fournira une aide céleste merveilleuse afin que nous puissions continuer à nous sanctifier et à Lui être agréables, en dépit des coups et des souffrances de cette vie passagère.

« Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire » (2 Corinthiens 4 : 17)

Le respect des lois alimentaires n’est pas une ordonnance charnelle et caduque : c’est un mensonge émanant d’une pensée influencée par la chair et le paganisme, il faut le dire.

Cela peut blesser l’égo d’un grand nombre de croyants, mais, chers amis lecteurs, ne perdons pas de vue que les articles de ce site web, bien qu’ils viennent parfois percuter notre égo et nos dogmes, et malgré leurs inévitables maladresses et imperfections, sont animés d’un esprit qui se veut être au plus proche de ce somptueux verset :

« Les blessures d’un ami prouvent sa fidélité, Mais les baisers d’un ennemi sont trompeurs. » (Proverbes 27:6).

Ne préférons pas les baisers trompeurs d’un ennemi caché qui passe pour un ami !

La cacherout est une source de bénédictions et d’élévation spirituelle pleinement nécessaire pour notre sanctification, notre purification et notre croissance dans les voies de Dieu.

Lorsque nous mangeons des aliments impurs, sans même nous en rendre compte, nous devenons opaques, lourds, nous perdons de notre sensibilité spirituelle et nous devenons beaucoup plus facilement la proie d’autres esprits impurs, d’erreurs, de méchanceté, d’arrogance, d’orgueil, etc., et notre vision spirituelle étant altérée, nous pouvons aller jusqu’à prendre nos pensées pour celles de Dieu, alors qu’elles sont en réalité trop souvent charnelles et impures du fait de la souillure spirituelle que notre âme ingurgite régulièrement.

Le cerveau et le coeur sont ainsi obscurcis, une cécité et une opacité se développent dans la personne, à son insu.

C’est ici l’enseignement de la Torah et des sages d’Israël.

Ce n’est pas sans raison que la notion de sanctification est constamment rappelée dans ce chapitre qui traite des lois alimentaires.

Rachi nous le rappelle sur le verset « Car je suis Hachem (l’Éternel) votre Élohim (Dieu) » (Lévitique 11 : 45) :

de même que je suis saint, puisque je suis « Hachem votre Élohim », de même « vous sanctifierez-vous » : rendez-vous saints ici-bas.

Pierre, lui qui n’avait « jamais rien mangé de souillé ni d’impur » (Actes 10:14), rappelons-nous la façon dont il s’aligne lui aussi parfaitement avec ce que dit la Torah et les commentaires des Sages authentiques :

« Comme des enfants obéissants, ne vous conformez point aux convoitises de votre ignorance d’autrefois. Mais comme celui qui vous a appelés, est saint, soyez vous-mêmes saints dans toute votre conduite. En effet il est écrit: Soyez saints, car je suis saint. » (1 Pierre 1 : 14-16).

Est-il besoin de rappeler que les convoitises d’autrefois incluent évidemment les appétits charnels dirigés vers les nourritures interdites ?

Est-ce un si grand sacrifice que de se priver de quelques aliments par amour pour Dieu sachant le bénéficie infiniment plus grand qui en jaillira ?

Avec le prophète Samuel, nous voulons reposer la question :

« L’Eternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l’obéissance à la voix de l’Eternel ? Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de Sa parole vaut mieux que la graisse des béliers. » (1 Samuel 15:22)

Ou est-ce que notre foi et notre amour de Dieu sont si faibles que nous préférons nous complaire dans quelques fausses doctrines forgées dans le paganisme antique et que le diable désire répandre dans le monde croyant pour le souiller de l’intérieur et l’immobiliser dans la petitesse spirituelle ?

Il n’est pas question d’imposer quoi que ce soit à qui que ce soit et encore moins de se juger les uns les autres en matière d’observation de la loi de Dieu. Certains peuvent avoir des facilités à pratiquer telle ou telle loi et d’autres trouverons difficile de pratiquer certaines autres lois et vice versa. Mais l’essentiel est d’adhérer à toute la Saine Doctrine de notre Dieu sans rien retrancher !

Mais si nous abolissons la plus petite loi de Dieu et enseignons à faire de même, nous rejoignons le rang de ceux qui méprisent la Parole de Dieu et, en plaçant un « obstacle devant l’aveugle », nous devenons une pierre d’achoppement et démontrons que finalement, nous préférons les traditions des hommes et les doctrines fausses et mensongères plutôt que l’adhésion à la Parole du Tout-Haut.

Dans ce cas-là, c’est La Parole de Dieu elle-même qui nous jugera pour cet affront.

L’obéissance à Dieu n’est pas un fardeau, mais une bénédiction nous permettant d’atteindre les hauteurs, la véritable liberté et notre pleine réalisation en Yéshoua.

En mangeant cachère, nous rentrons dans un monde de pureté et d’élévation spirituelle dans lequel l’esprit se clarifie et la compréhension de concepts spirituels émanant de Dieu, inaccessibles auparavant, devient accessible, et c’est ainsi que nous nous rapprochons de notre Créateur et marchons dans la sanctification.

Thomas.

Une étude et un partage réalisés par la seule grâce infinie d’HaShem (Dieu) et avec la précieuse aide des rabbanim d’aujourd’hui et des sages d’Israël d’autrefois.

Et vous, où en êtes-vous au sujet de l’observance des lois alimentaires du Dieu vivant ? L’article vous a-t-il apporté quelque chose ? Comprenez-vous mieux l’impact des lois alimentaires ? Le saviez-vous ? Avez-vous une remarque quelconque à faire ? Continuons à échanger en laissant un commentaire dans le respect et le shalom fraternel !

▼ Réagissez à cet article en laissant un commentaire ! ▼

  • Note importante relative aux articles et vidéos faisant intervenir à la fois des juifs, des rabbins, des chrétiens et des pasteurs : Si vous avez une interrogation ou une incompréhension à ce sujet, nous vous renvoyons au volet concerné qui explique en détail notre position. Cliquez ici : F.A.Q - Rencontrer Dieu
  • Note sur les commentaires sur ce site et ailleurs (YouTube, etc.) : les commentaires ne sont publiés que s'ils sont conformes à La Politique De Modération du site : Lire la politique de modération

Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète des contenus de ce site web, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

 

▼ Réagissez à cet article en laissant un commentaire ! ▼

Dernière vidéo publiée :

Conflit israélo-palestinien disséqué Part 11 – L’éclair apocalyptique du 7 octobre: « Shoah Bis » et résurgence de la bête nazie
Conflit israélo-palestinien disséqué Part 11 – L’éclair apocalyptique du 7 octobre: « Shoah Bis » et résurgence de la bête nazie
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Dernier article écrit publié :

Comment observer les 613 commandements de la Loi de Moïse ? Est-ce possible ? Preuves scripturaires et sagesse des sages.
Comment observer les 613 commandements de la Loi de Moïse ? Est-ce possible ? Preuves scripturaires et sagesse des sages.
Shadow

Derniers articles de la zone « Blog » (billets d’humeurs, actus, etc.) :

Guerre d’Israël 5784 – Communiqué 04 : le monde entier est pire qu’un cactus, il est ‘Hamas
Guerre d’Israël 5784 – Communiqué 03 : Le retour du Djihadisme de la mort, une menace mondiale ?
Guerre d’Israël 5784 – Communiqué 01 : Appel à la mobilisation des coeurs
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow

Rejoindre le canal WhatsApp du site RencontrerDieu :


Découvrez notre Plateforme d'Étude de la Torah :

Pour les convertis à Dieu qui veulent aller plus loin et étudier en profondeur la Torah d'Israël à la lumière de l'Alliance Renouvelée.


Pépite de vérité à la une actuellement :

protection dieu contre covid vaccin et complots

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

35 Commentaires

  1. GINETTE

    C’est vrai qu’au début c’est un peu comme le parcours du combattant et pour les enfants , je disais qu’ils étaient intolérants ! c’était un demi-mensonge, car considérant la nocivité des aliments interdits c’est pratiquement la vérité ! Je ne connaissais pas encore le commandement de ne pas associer la viande et le lait, , un peu compliqué au début, mais comme pour tout autre commandement , la joie de se rapprocher de D.ieu nous paie largement de cet effort, !

    Réponse
  2. Harvey

    Merci Thomas pour ce rappel. Mais cela fait 4ans déjà que j’en ai fini avec ces mauvaises voies et que je me suis mi au respect de la Cacheroute. C’est toujours une grâce de servi Hachem,et je ne regrette rien du passé.
    Une fois de plus merci infiniment à toi Thomas et à toute l’équipe du site,que Hachem vous bénisse.

    Réponse
  3. Pierre Makengo

    Que Achem te benis Thomas et tout l´Équipe de Rencontre Dieu.

    Réponse
  4. Millon Marie - Line

    Bonsoir voilà je suis contente d avoir lu votre message Dieu me permet d apprendre et de savoir J étais chretienne catholique depuis un an devenue chretienne evangeliste mais depuis 2013 j ai demandais de l aide à Dieu et j ai voulu savoir la vérité et ma foi a été éprouvé maintenant j en suis arrivée à ne vouloir manger que ce qui est autorisé mais je ne sais pas tout et vraiment nous avons tous été sans connaissance induit en erreur et c est triste lorsque l on se rend compte merci pour votre aide

    Réponse
  5. Gbê Aimé Joel Bamba

    J’ai aimé et accepté la loi sur l’allimentation. Je ferai un effort pour obéir tout le temps. Merci et que Dieu vous bénisse.

    Réponse
  6. DESBORDES Michel

    Salut à vous.
    Je ne doute pas que vous soyez mes frères et sœurs en Jésus le Messie, par la foi en sa justice par son sang et sa résurrection. Mais je pense que vous allez au delà de la Parole, et comme vous l’avez fort bien dit : il vaut mieux les blessures d’un amis que les louanges d’un ennemi.

    “Les blessures d’un ami prouvent sa fidélité, Mais les baisers d’un ennemi sont trompeurs.” (Proverbes 27:6 LSG)

    Recommandez vous les observances de la circoncision physique, de la nourriture cachère, etc… qui sont mises dans la loi ?

    Comment comprenez ces versets ?

    “Il n’est hors de l’homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller ; mais ce qui sort de l’homme, c’est ce qui le souille.” (Marc 7:15 LSG)

    “Car c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies. Voilà les choses qui souillent l’homme ; mais manger sans s’être lavé les mains, cela ne souille point l’homme.” (Matthieu 15:19-20 LSG)

    “Car tous ceux qui s’attachent aux œuvres de la loi sont sous la malédiction ; car il est écrit : Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.” (Galates 3:10 LSG)

    “Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous.” (Jacques 2:10 LSG)

    “Voici, moi Paul, je vous dis que, si vous vous faites circoncire, Christ ne vous servira de rien. Et je proteste encore une fois à tout homme qui se fait circoncire, qu’il est tenu de pratiquer la loi tout entière. Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi ; vous êtes déchus de la grâce. Pour nous, c’est de la foi que nous attendons, par l’Esprit, l’espérance de la justice. Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l’incirconcision n’a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité.” (Galates 5:2-6 LSG)

    “Autrefois, ne connaissant pas Dieu, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature ; mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore ? Vous observez les jours, les mois, les temps et les années ! Je crains d’avoir inutilement travaillé pour vous.” (Galates 4:8-11 LSG)

    “Pourquoi donc la loi ? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu’à ce que vînt la postérité à qui la promesse avait été faite ; elle a été promulguée par des anges, au moyen d’un médiateur. Or, le médiateur n’est pas médiateur d’un seul, tandis que Dieu est un seul. La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu ? Loin de là !
    S’il eût été donné une loi qui pût procurer la vie, la justice viendrait réellement de la loi. Mais l’Ecriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient.
    Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée. Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.
    La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue. Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ ; vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse.” (Galates 3:19-29 LSG)

    “C’est pourquoi je suis d’avis qu’on ne crée pas des difficultés à ceux des païens qui se convertissent à Dieu, mais qu’on leur écrive de s’abstenir des souillures des idoles, de l’impudicité, des animaux étouffés et du sang. Car, depuis bien des générations, Moïse a dans chaque ville des gens qui le prêchent, puisqu’on le lit tous les jours de sabbat dans les synagogues.” (Actes 15:19-21 LSG)

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Michel : Pour vous, obéir à la Parole c’est aller au delà de la Parole ?

      Recommanderiez-vous de transgresser la loi en abandonnant ce que Dieu a qualifié comme étant une loi grande et magnifique ? (Esaïe 42.21) Ou peut-être votre interprétation de l’Ecriture est-elle erronée ?
      Peut-être aussi que vous n’avez pas bien lu l’article ? Car vous posez des questions dont les réponses sont déjà dans l’article.

      Je vous réponds ici très brièvement, sachant que chacun des versets que vous citez feront l’objet d’autres études et articles à l’avenir :

      ***************

      “Il n’est hors de l’homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller ; mais ce qui sort de l’homme, c’est ce qui le souille.” (Marc 7:15 LSG)
      “Car c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies. Voilà les choses qui souillent l’homme ; mais manger sans s’être lavé les mains, cela ne souille point l’homme.” (Matthieu 15:19-20 LSG)

      EXPLICATION –> Explication dans cet article : Ce n’est pas ce qui rentre dans la bouche qui souille l’homme – Prendre un texte hors contexte pour en faire un prétexte ? : https://www.rencontrerdieu.com/project/ce-nest-pas-ce-qui-rentre-dans-la-bouche-qui-souille-lhomme-prendre-un-texte-hors-contexte-pour-en-faire-un-pretexte/

      ***************

      “Car tous ceux qui s’attachent aux œuvres de la loi sont sous la malédiction ; car il est écrit : Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.” (Galates 3:10 LSG)

      EXPLICATION –> D’un autre coté, Paul dira que l’obéissance à la Loi de Moïse est tout (1 COr 7.19) et que la foi confirme la Loi (Rom 3.31). Paul se contredit-il ? Non, en vérité, en Galates, il parle de ceux qui s’imaginent être sauvé uniquement par leur bonnes oeuvres et leur religiosité. Ceux-là rejettent la grâce de Dieu déployée en Yéshoua.

      ***************

      “Voici, moi Paul, je vous dis que, si vous vous faites circoncire, Christ ne vous servira de rien. Et je proteste encore une fois à tout homme qui se fait circoncire, qu’il est tenu de pratiquer la loi tout entière. Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi ; vous êtes déchus de la grâce. Pour nous, c’est de la foi que nous attendons, par l’Esprit, l’espérance de la justice. Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l’incirconcision n’a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité.” (Galates 5:2-6 LSG)

      EXPLICATION –> Ici, même esprit : Paul parle de ceux qui imaginent être sauvé par leur circoncision uniquement : un tel raisonnement annulent l’oeuvre du Messie. Mais Paul, honore, respecte et enseigne la circoncision (Actes 21 ; Romains 2.25, Romains 3.1-2 etc). Dans le verset que vous citez, Paul montre bien que devant Dieu, ce n’est pas la circoncision ou l’incirconcision qui nous sauve car on le sait : bien des circoncis et des incirconcis ont des conduites impies et n’hériteront pas du Royaume, que Dieu leur accorde la téshouva (Repentance). Seule la foi et la confiance en Dieu et en sa miséricorde déployée en Yéshoua nous sauve et la preuve d’une telle foi se vérifie par l’obéissance aux commandements de Dieu.

      ***************

      “Autrefois, ne connaissant pas Dieu, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature ; mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore ? Vous observez les jours, les mois, les temps et les années ! Je crains d’avoir inutilement travaillé pour vous.” (Galates 4:8-11 LSG)

      EXPLICATION –> Ici, cela parle de ceux qui retournent à leur doctrine païenne et étrangère, ce qui n’a rien à avoir avec la loi parfaite de Dieu que Dieu demande à ses enfants d’observer. Cela serait un blasphème d’interpréter ce verset de Galates 4.8-11 en imaginant que Paul parle de la loi de Dieu.

      ***************

      “Pourquoi donc la loi ? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu’à ce que vînt la postérité à qui la promesse avait été faite ; elle a été promulguée par des anges, au moyen d’un médiateur. Or, le médiateur n’est pas médiateur d’un seul, tandis que Dieu est un seul. La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu ? Loin de là !
      S’il eût été donné une loi qui pût procurer la vie, la justice viendrait réellement de la loi. Mais l’Ecriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient.

      Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée. Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.

      La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue. Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ ; vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse.” (Galates 3:19-29 LSG)

      EXPLICATION –> Explication détaillée dans cet article qui parle du pédagogue dans le bon contexte et la pensée hébraïque de Paul : Que signifie « ne plus être sous le pédagogue » ? Abandonner la Loi de Dieu ou Observer la Torah de Dieu ? : https://www.rencontrerdieu.com/project/que-signifie-ne-plus-etre-sous-le-pedagogue-abandonner-la-loi-de-dieu-ou-observer-la-torah-de-dieu/

      ***************

      “C’est pourquoi je suis d’avis qu’on ne crée pas des difficultés à ceux des païens qui se convertissent à Dieu, mais qu’on leur écrive de s’abstenir des souillures des idoles, de l’impudicité, des animaux étouffés et du sang. Car, depuis bien des générations, Moïse a dans chaque ville des gens qui le prêchent, puisqu’on le lit tous les jours de sabbat dans les synagogues.” (Actes 15:19-21 LSG)

      EXPLICATION –> Oui, pour tout convertis des nations, des le départ, il y a un minimum de loi de Moise à respecter et imposées par l’Esprit car toutes les lois cités en actes 15 sont des lois de Moïse très importante que l’on trouve entre autre, dans le livre de lévitique qui n’est donc pas aboli.

      Il serait fou et dangereux d’imposer immédiatement la pratique de toute la loi de Moïse à une personne des nations alors qu’elle vient à peine de naitre de nouveau ! Donne-t-on une côte de boeuf à un nourrisson ou du petit lait ? Par contre, le bébé est appelée à grandir et au fur et à mesure de sa croissance, il pratiquera les commandements de Dieu grâce à l’enseignement donné chaque Shabbat et durant la semaine : c’est la sanctification.

      Au départ, les apôtres donnent les lois fondamentales que tout convertis des nations se doient d’observer. Ensuite, il apprendra le reste au fur et à mesure de sa croissance spirituelle.

      Mais si le bébé alors qu’il grandit et devient adulte, reste au petit lait, sa vie est en danger. Il en est de même spirituellement dans notre chemin avec Dieu.

      Bonne semaine.

      Réponse
  7. Rina

    Shalom Thomas,

    Merci de retablir la Vérité car c’est un vrai sujet chez les chretiens.
    Je voudrais Juste vous encourager à suivre la casheroute.
    Même si ca paraît difficile avec nos habitudes alimentaires, avec l’aide du Saint Esprit, lorsque l’on est fermement décidé à suivre les commandements de HaShem, ce n’est pas compliqué ensuite cela devient naturel.

    Réponse
    • Ibrahim

      Ceci n’est-il pas une autorisation à tout manger?

      Actes 11
      7 Puis j’ai entendu une voix qui me disait : ‘Lève-toi, Pierre, tue et mange !’
      8 Mais j’ai dit : ‘Certainement pas, Seigneur, car jamais rien de souillé ni d’impur n’est entré dans ma bouche.’
      9 Pour la deuxième fois la voix s’est fait entendre du ciel : ‘Ce que Dieu a déclaré pur, toi, ne le considère pas comme impur.’

      C’est dur à dire, mais il est clair que cette vision est une ruse de Satan car Dieu a ordonné d’éviter l’impureté.

      Chapitre 73
      Je vous le dis en vérité, si à l’avenir Satan vous tente, c’est que vous êtes les amis de Dieu. Personne en effet ne donne l’assaut à ses propres cités. Si Satan faisait chez vous à sa guise, il vous laisserai courir à votre gré, mais il sait que vous êtes ses ennemis, il fera tout son possible pour vous faire périr. Pourtant ne craignez pas, il sera contre vous comme un chien attaché, car Dieu a exaucé ma prière.»
      Jean dit : «Maître, non seulement pour nous, mais pour ceux qui croiront à l’évangile, montre-nous comment le vieux tentateur dresse ses embûches à l’homme?» Jésus répondit : «L’impie tente quatre manières. La première, quand il tente par lui-même en pensées, la deuxième, quand il tente en paroles et en actes par ses serviteurs. la troisième, quand il tente par une fausse doctrine. Et la quatrième, quand il tente par de fausses visions. Oh, comme l’homme doit être prudent! D’autant plus que la chaire de l’homme est favorable à Satan! Elle aime le péché comme celui qui a la fièvre aime l’eau.
      Je vous le dis en vérité, si l’homme craint Dieu, il aura la victoire complète. Comme le dit David, son Prophète : «Dieu t’enverra ses anges; ils garderont si bien tes voies que le diable ne te nuira pas. Car mille tomberont à ta gauche et dix mille à ta droite, mais ils n’approcheront pas de toi.» Bien plus, par le même David, notre Dieu nous promet dans son grand amour de nous garder en disant : «Je te donnerai la raison qui t’enseignera, et sur les routes où tu chemineras, je fixerai les yeux sur toi.» Mais que dis-je? Il a dit lui-même par Isaïe : «Est-il possible que la mère oublie l’enfant de ses entrailles? Eh bien, je te le dis, même si elle l’oubliait, moi je ne t’oublierai pas!» «Dites-moi qui donc craindra Satan en ayant les anges pour gardiens et Dieu vivant pour protecteur? Il faut néanmoins comme le dit le Prophète Salomon que toi, mon fils, qui es allé servir Dieu, tu prépare ton âme aux tentations. Je vous le dis en vérité, pour ne pas pécher contre Dieu son créateur, l’homme devrait examiner ses propres pensées. comme le banquier examine une pièce de monnaie.

      Réponse
      • RencontrerDieu.com

        Ibrahim, il vaut mieux poser de bonnes questions que rester avec de mauvaises réponses.

        S’il existe effectivement de fausses visions, il y en aussi de véritables, celles de Pierre est véritable (je te donne plus bas un lien qui le démontre).

        Pierre lui-même était choqué de cette vision et ne l’a pas compris immédiatement mais qu’est-ce qu’il a fait ? A-t-il conclu hâtivement ou a-t-il réfléchit ? Le sage médite avant de répondre dit Salomon et c’est bien ce qu’a fait Pierre : Il a réfléchit sur le sens de la vision et il a compris ce que Dieu a voulut lui dire. La suite du texte nous le prouve. Il faut faire de même Ibrahim : réfléchir et ne surtout pas tomber dans le piège infernal qui consiste à attribuer à Dieu quelques chose de mal à cause d’une réponse précipitée et une conclusion hâtive comme tellement sont accoutumés à faire pour conforter leur position erronée. !

        Ici, en citant Actes 11 et la fameuse vision de la nappe de Pierre, et en affirmant que la vision est une ruse de satan, tu fais la même erreur que commettent tous ceux et celles qui s’imaginent être des savants de la Bible et du nouveau testament, qui propagent les ragots sur la toile, mais qui en vérité n’ont que très peu étudié sérieusement les textes dont ils parlent, n’ont jamais consulté les spécialistes de la question et se permettent d’avancer leur interprétation faussées comme vérités admises pour ensuite se poser en juge et attribuer à Dieu une oeuvre du diable… C’est très grave.

        C’est finalement faire la même erreur que tous les chrétiens qui utilisent quelques versets du Coran pour démontrer son origine satanique alors qu’ils n’ont jamais réellement étudié les versets qu’ils avancent ni questionné les érudits à ce sujet… Comble du comble : beaucoup de musulmans reproche aux chrétiens ce que eux-même pratiquent avec la Bible…

        Au sujet de la vision de la nappe de Pierre, il n’y a en vérité aucun rapport avec la cacherout, et jamais Pierre n’a compris la vision comme une licence pour manger impur. L’explication détaillée est ici :

        Pierre et la vision de la nappe – Abolition des lois alimentaires ? Ou invitation à les observer et à se sanctifier ?

        Pour conclure, voici justement quelques paroles de Pierre :

        « Sachant mon frère ton désir ardent de ce qui est à l’avantage de nous tous, je te prie et te supplie de ne communiquer les livres de mes prédications à personne des nations (le monde) ni de notre nation (Israël) sans épreuve probatoire, 3 mais si quelqu’un s’avérait et fut jugé digne, alors confie-les lui, selon le Mode de Transmission dont Moshé (Moïse) délivra ses Livres aux 70 (Exode 24 : 9, Luc 10…) qui succédèrent à sa chaire.

        […]

        c’est pourquoi, ils ne recommandent à personne d’enseigner, à moins qu’il n’apprenne d’abord comment les Écritures doivent être utilisées (Jac. 3 : 1). 7 Et ainsi, ils ont parmi eux, un seul Élohim, une seule Torah, une seule Espérance (Éph. 4:5).

        […]

        Car certains parmi les nations ont rejeté la Prédication conforme à la Torah qui était la mienne, pour adopter un enseignement contraire à la Torah, les sornettes de l’homme qui est mon ennemi. 6 Et cela, de mon vivant : certains ont entrepris de travestir mes paroles par des interprétations artificieuses pour abolir la Torah (2 Pierre 3 : 16), 7 en prétendant que moi-même, je pensais ainsi, même si je ne le proclamais pas ouvertement. Loin de moi pareille attitude !

        (Lettre de Pierre à Jacques)

        Réponse
        • Ibrahim

          Chaque fois que je discute avec un chrétien à propos du porc, il me sort ce texte:

          Matthieu 15
          11 ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui rend l’homme impur, mais ce qui sort de la bouche. Voilà ce qui rend l’homme impur. »

          La question qui se pose: Pourquoi la parole suivante se trouve dans l’Évangile de Barnabé, et ne se trouve pas dans l’Évangile de Matthieu?

          (…Un scribe dit alors : « Donc, si je mange du porc et d’autres aliments impurs, ils ne souilleront pas ma conscience » ? Jésus répondit : « La désobéissance ne peut pas entrer dans l’homme, mais elle peut sortir de lui, de son cœur ; il sera donc souillé s’il mange l’aliment défendu. »…)

          Si elle se trouvait aussi dans l’Évangile de Matthieu, les chrétiens auraient compris qu’il n’est pas permis de consommer la viande du porc.

          La question qui se pose aussi: Cette parole a été ajoutée dans Barnabé ou bien elle a été supprimée de Matthieu?

        • RencontrerDieu.com

          Il faut le dire : beaucoup de chrétiens sont très mal enseignés et lisent malgré eux les Ecritures avec une pensée grec influencée par le paganisme de Rome, ce qui donne lieu a des compréhensions erronées et hors contexte.

          Concernant les paroles de Yéshoua (Jésus) en Matthieu 15 ou Marc 7, je t’ai fourni un lien qui donne l’explication.

          Il faut bien comprendre que les textes de la nouvelle alliance n’ont pas pour vocation de répéter toute la loi de Moïse et les prophètes puisque ces écrits existent déjà et sont très clair. Les textes de la nouvelle alliance ont pour vocation de nous éclairer sur le Messie, sur la façon dont il a marché et sur son oeuvre de rédemption.

          Cependant, de nombreux versets englobent le devoir de tout disciple d’obéir à la Loi de Moïse et mettent en avant la demande du Messie faite à ses disciples au sujet de l’obéissance à la Loi de Moïse. Par exemple, il dira clairement que celui qui observera les commandements de la loi de Moïse et enseignera aux autres à faire de même sera appelée grand dans le royaume des cieux (Matthieu 5.17-19). Cela inclue évidemment le fait de ne pas manger de porc, cela est évident.

          A quelqu’un qui lui demande comment faire pour entrer dans la vie éternelle, Yeshoua lui dira : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. » (Matthieu 19.17).

          Que la personne se dise chrétien ou non, si son interprétation des Ecritures contredit ces versets clair du Messie, alors nous avons la preuve de l’erreur de son interprétation. Nul besoin de l’Evangile de Barnabé pour le prouver.

          Bonne journée.

  8. Ibrahim

    Que Dieu te bénisse abondamment Thomas.

    Jésus, dans l’Évangile de Barnabé, a jugé que la viande du porc est impur.

    Chapitre 32
    …« Je vous le dis en vérité, manger le pain avec les mains sales ne souille pas l’homme ; ce qui le souille, ce n’est pas ce qui entre en lui, mais ce qui en sort ».
    Un scribe dit alors : « Donc, si je mange du porc et d’autres aliments impurs, ils ne souilleront pas ma conscience » ? Jésus répondit : « La désobéissance ne peut pas entrer dans l’homme, mais elle peut sortir de lui, de son cœur ; il sera donc souillé s’il mange l’aliment défendu. »

    [LIEN SUPPRIMÉ CAR NON CONFORME.]

    Si les livres de ce qu’on appelle (nouveau testament) n’interdisent pas la viande du porc, c’est qu’ils ne sont pas inspirés de Dieu.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Shalom Ibrahim, merci pour ton commentaire intéressant. J’émet beaucoup de réserve vis à vis de l’Evangile de Barnabé qui, à l’époque où je l’ai quelque peu étudié, me paraissait justifier sa place en dehors de tout canon mais cette parole rapportée est en tout cas très intéressante : La désobéissance sort du coeur, et c’est ce qui souille l’homme, cacherout comprise ! Bien dit !

      Par contre, ne tombons pas dans le même piège qu’une grande partie de la chrétienté et du monde musulman : a aucun moment les textes du nouveau testament n’autorisent la viande de porc ou l’abolition d’une quelconque loi de Moïse, mais au contraire, ils ramènent à la Torah lorsqu’ils sont lus dans le bon contexte et avec la pensée hébraïque de leurs auteurs.

      Réponse
  9. Annie

    Merci, Thomas, pour cette précieuse étude !
    Sois béni abondamment en Yéshoua !

    Réponse
  10. Emma

    Petite question pratique: « tu ne feras pas cuire le chevreau dans le lait de sa mère » Exode 23:19, veut il vraiment dire qu’il ne faut pas mélanger le lait et la viande? Le poulet par exemple, n’est pas élevé avec le lait…

    Réponse
  11. Elisabeth

    J’ai oublié de dire et je pense que je ne suis pas la seule dans ce cas là c’est que mon mari (qui est fils de pasteur) n’est pas d’accord avec ma foi et avec la vérité de Dieu mais je prie pour lui et je fais en sorte qu’il n’y ai rien d’impur dans ma maison et mon frigo mais en dehors je ne peux pas forcer mon mari et mes enfants à obéir à Dieu. La seule chose que j’ai pu faire c’est de ne pas servir le porc et les crustacés à l’école.

    D’autre part, il m’est un peu difficile d’acheter de la viande dans une épicerie casher vu qu’il y en a qu’une seule sur l’île et elle est dans le nord et moi J’habite dans le sud. Alors je me contente de suivre la liste autorisée du consistoire.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Oui Elisabeth, dans des situations particulières comme la tienne, c’est déjà une très bonne chose que tu fasses au mieux en évitant ce qui Dieu proscrit, HaShem prend le relais.
      Je te suggère de lire le psaumes 119 : 97-176, un formidable encouragement à persévérer dans cette voie !

      « Que ta main me soit en aide ! Car j’ai choisi tes ordonnances.» (Psaumes 119.173)

      Réponse
      • Elisabeth

        Merci beaucoup pour ce psaume Thomas. C’est exactement mon état d’esprit. Dieu connaît mon coeur.
        Je crois que ton site est la volonté de Dieu, continue sur cette voie et que le Seigneur de toute la terre te vienne en aide et te bénisse.

        Réponse
  12. Elisabeth

    Merci Thomas pour cette étude!

    Personnellement, quand j’étais adolescente, j’étais naturellement en dégoût par rapport à certaines viandes interdites. Puis le Seigneur S’est révélé à moi grâce à ton site et m’a enseignée sur Ia cacheroute. J’ai été complètement convaincue et cela n’a pas été une contrainte d’abandonner certaines habitudes comme le porc et les crustacés qui sont souvent cuisinés à l’Ile de la Réunion mais je l’ai fait par amour pour Dieu comme Lui a envoyé par amour Son Fils Yeshoua pour effacer mes transgressions.

    Je rajouterai que c’est un merveilleux témoignage que tu rapportes du Rav qui me fait penser à ce Psaume de David : « J’ai été jeune, j’ai vieilli, je n’ai jamais vu le juste abandonné ni sa postérité mendiant son pain. » Psaumes 37 :25
    Qu’Hashem te bénisse! Shalom

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Très bon psaumes parfaitement en contexte Elisabeth, merci ! Oui, l’histoire du Rav est simple mais témoigne des prodiges subtils, discrets et puissants de notre Dieu qui sait montrer sa force et son omnipotence à ceux qui gardent ses commandements malgré les épreuves. A l’avenir, au temps de Dieu, je publierai quelques témoignage authentiques de frères et soeurs qui ont vécu des choses semblables merveilleuses dans leur cheminement de retour à la Torah.

      A bientôt,
      Thomas.

      Réponse
  13. Francoise

    Shalom shabbat. Merci Thomas pour ce partage. Je remercie Hashem de m’avoir aider à connaitre ce site. Moi quand j’étais très petite, j’ai toujours détesté la viande de cochon, tandis-que ma grande mère élevait ceux-ci. Mais peut après je grandissais et je refusais de manger certaines choses. Mais arrivée au foyer où je n’avais plus le choix, tout ce que je sais aujourd’hui par la bible concernant les aliments impurs étaient les préférés de la maison, et de mon mari aussi. Mais à ma grande surprise après quelques années, je tombais malade, à moins que je ne mangeais pas, soit le vomissements, la diarrhée, le palu, la lourdeur des pieds, le faite de manger le repas impur ma amenee chez le cardiologue, hepatodigestif etc…

    Tant de maladies, jusqu’à ce que j’ai commencé par faire attention aux mangé, et je me retrouvais, mais ma dernière remarque est sur la viande du mouton, (mal tué) quand je mange c’est que le lendemain, je dois avoir les problèmes de pieds et impossible de marcher et dans mes rêves quand je mangeais ces choses impurs, je devenais faible devant mes adversaires, et je recevais leurs coups, et comme je me rendais compte que c’est grâce aux nourriture, j’ai décidé de devenir végétarienne parce-quelles me créaient trop d’ennuis corporelle et je continuais dans mes prières jusqu’à l’année dernière, je fesais une recherche sur ce site et j’ai vu la loi alimentaire. Étonnée je commenca à lire et je remercia mon papa Hashem de m’avoir ouvert les yeux et j’ai compris beaucoup de choses grâce à ce site.

    Quand je prends mon expérience personnelle, je ne pense pas que Jésus-Christ aurait abolit une telle loi, car j’ai trop souffert de ça au point où tous mes parents et proches savent que je ne mange pas n’importe comment aujourd’hui

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Merci Françoise pour ce témoignage. J’ai effectivement déjà connu ce genre de vécu de la part d’une soeur. Certain semble avoir une sensibilité qui provoque ce genre de vécu.
      Ps 119.26 : « Je raconte mes voies, et tu m’exauces : Enseigne-moi tes statuts ! »

      Réponse
  14. valdo

    Amen

    Réponse
  15. Robert

    Bonjour Thomas .
    cela fait plus de quatre années que je pratique la cacherout , et cela ne me semble pas énorme de manger cashere .
    Ceux que je crains le plus ce sont les invitations dans nos familles , et une foi il est arrivé que la maitresse de maison
    avait préparées une choucroute et en voyant le mal qu’elle s’était donnée, pour ne pas la blesser j’ai mangé cette choucroute
    Je n’ai pas osé en parler.
    Je pense que quelques foi il nous manque la fermeté et là je plaide coupable.
    Et encore bravo pour cet enseignement, qui nous pousse a revenir sur le chemin étroit .

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Qu’HaShem notre bon Dieu continue de te garder et te conduire comme il le fait Robert ! On faiblit et on chute tous à un moment ou à un autre, l’essentiel est de se relever comme tu le sais.
      « Car sept fois le juste tombe, et il se relève, Mais les méchants sont précipités dans le malheur. » (Proverbes 24:16)

      Réponse
  16. Azaria clement

    Amen pour votre aide précieuse que hashem vous benisse puissamment dans nom de yeshoua notre mashia

    Réponse
  17. steeland pascal

    bonsoir , moi j’avous ne pas appliquer les lois alimentaire , non que ça semble difficile , mais je ne pratique plus ma foi comme avant .

    donc appliquer les lois alimentaires et ne pas pratiquer les autres choses je crois pour ma pars que c’est un peu hypocrite .

    bien sur dans les églises évangélique dont je viens on nous dis que cela a était aboli par jésus , mais en faite non et ça fais un choc d’appréndre cela après avoir pratiquait sa foi dans les assemblés évangélique .

    Réponse
  18. Ginette

    Merci pour cette enseignement, qui vient encore me rassurer sur le faite que j’ai eu raison d’observer les lois alimentaire.le peuple de Dieu périt faute de connaissances.il y’a un ans exactement que j’ai été enseigner sur ce sujet…les textes d’appui comme lévitique m’ont convaincu.j’essaye temps bien que mal à observer les lois divines.merci encore pour cette edification.

    Réponse
  19. Annette Groleau

    Bonjour mon frere un beau shalom je viens de lire ce message sur les lois alimentaires et j aimeraiis bien en savoir plus sur l’alimentation cashere. Je suis toujours interessé de m’instruire avec la Torah. Merci mon frere en Yeshoua, que le grand shalom de Dieu soit sur toi et je suis béni d etre appeler Anne bye.

    Réponse
  20. Myriam

    Merci Thomas pour cette étude très intéressante qui vient raffermir et encourager nos âmes à persévérer malgré les jugements et les persécutions de ceux qui ne comprennent pas.

    Sois béni mon frère et sois encouragé car tu es une grande bénédiction pour nous.

    Réponse
  21. PLANCKEEL

    Depuis plus de dix ans, nous mettons avec mon épouse en pratique les lois alimentaires, si au début cela semble une montagne, au fil du temps, nous nous sommes aperçu que c’est une habitude nouvelle et facile, quand elle est appliquée par amour pour HaShem, une très grande satisfaction d’être un peu plus en relation avec ce que Dieu nous commande dans la Torah : Soyez saint comme je suis Saint.
    D’ailleurs, il n’est jamais question dans la parole de Dieu de « trier » les commandements, ce que j’ai fait par manque d’enseignement, on prend souvent les commandements qui nous semblent bon, car cela nous arrange et les autres sont abolis ! Si l’on veut vraiment aimer notre Seigneur et notre Elohim de tout notre coeur et de toute notre âme , nous devons tout faire pour Lui plaire, comme un fiancé le ferait pour sa bien-aimée.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Amen et merci pour ce commentaire fait dans la simplicité. Lorsque nous sommes motivés par l’amour, l’obéissance devient un plaisir et non un fardeau.

      Réponse
  22. gallois

    merci cher frère pour cet enseignement maintenant je serais plus prudente dans ma nourriture joelle

    Réponse
  23. Nell

    Ca fait un moment maintenant que je fais la cacheroute , renoncer a ce que j’aimais pour obeir a notre Elohim n a pas été une contrainte bien au contraire et cela ne me manque pas du tout .

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tweetez
Partagez
Enregistrer