C’est la fête ! Deviens un “homme-désert” ! Une clé précieuse et indispensable… (Fête de Shavouot (Pentecôte) Paracha Bamidbar)

Mai 13, 2020 | 0 commentaires

fête de shavouot, pentecote : l'homme désert, paracha bamidbarDans le cadre de cette grande et belle fête de Shavouot (fête de Pentecôte) qui revient chaque année, essayons d’attraper ensemble quelques rayons de cette lumière bénie que l’Éternel fait briller en ce saint jour !

Durant la période de la fête de Shavouot, l’étude de la Torah porte sur la Paracha Bamidbar (Nombres 1:1 à 4:20).

L’occasion est parfaite pour se livrer à une réflexion qui sera essentielle pour cheminer avec paix dans les voies de Dieu et réceptionner au mieux l’authentique Torah d’Israël.

Dans le livre des Nombres, chapitre 21, versets 18-19, nous lisons :

« Du désert (midbar) ils allèrent à Matthana (don de l’Éternel, allusion claire au “don de La Torah” et à la fête de Pentecôte appelée aussi “Matan Torah”); »

Le Rav Mordechaï Chriquy nous donne une très belle explication de ce verset :

« Tout, dans la Torah, a une signification à plusieurs niveaux, même les descriptions géographiques.

Si la Torah a mentionné ces endroits, c’est qu’il y a à cela une raison profonde. Et la Guémara (torah orale) apporte une explication d’ordre éthique  :

« Si un homme fait de lui-même un désert, c’est-à-dire qu’il est ouvert à tout [il s’agit ici de l’ouverture d’esprit, le contraire du légalisme], alors il recevra la Torah comme un don. »

Ouvert à tout vient signaler l’importance fondamentale de l’humilité comme condition sine qua none au don de la Torah.

L’homme doit donc se vider de son savoir, de ses préjugés, faire en quelque sorte table rase, et ainsi la Torah lui  sera donnée.

Il ne s’agit pas de se faire violence et d’oublier de force ce que nous avons pu apprendre et qui ne semblait pas compatible avec la Torah.

Non, il s’agit plutôt de faire montre d’humilité et de simplicité face à l’infini du message divin qui nous  est donné dans la Torah, et ce quel que soit le degré de connaissances que l’on a pu acquérir par ailleurs.

L’homme-désert, c’est l’homme humble qui a la capacité de s’arracher à son paysage naturel et rassurant, et de se retrouver face à face avec l’infini du désert, inquiétant et en même temps fascinant.

La Torah est ouverte à tous à condition que l’on soit soi-même ouvert, prêt à accepter les nécessaires changements qu’impliquera l’intégration des valeurs juives [celles de la vraie saine doctrine de l’Éternel]. Cette acceptation a pour base l’humilité ».

Reprenons notre verset : « Du désert (midbar) ils allèrent à Matthana (…) ».

Puis, lorsque cette condition est remplie (Midbar/humilité), c’est-à-dire lorsque l’homme se rend humble, large et ouvert d’esprit comme un désert, regardons la suite du verset :

« (…) de Matthana (Don de la Torah reçu grâce à l’humilité), [ils allèrent] à Nahaliel (Ruisseau, torrent de Dieu); de Nahaliel, à Bamoth (hauts lieux).

Dans son langage allusif, la Torah nous transmet ici un autre message simple, vrai et formidable :

L’humilité (Midbar), condition première pour accéder au don de la Torah (Matthana), nous conduira à nous abreuver aux ruisseaux de Dieu (Nahaliel), sources d’eaux vives indispensables pour arriver dans les “Hauts lieux” (bamoth) du Seigneur, allusion au Haut-Lieu par excellence qui est le Paradis de Dieu.

Le ruisseau de Dieu (Nahaliel) nous parle des enseignements vivifiant de la Torah du Maître du monde et de son Messie comme on peut le lire :

« Car il a satisfait l’âme altérée, Il a comblé de biens l’âme  affamée. » (Psaumes 107:9) et encore :

« Car je rafraîchirai l’âme altérée, Et je rassasierai toute âme languissante. » (Jérémie 31:25),

« Car je répandrai des ruisseaux sur la terre desséchée; Je répandrai mon esprit sur ta race, Et ma  bénédiction sur tes rejetons. » (Esaïe 44:3).

C’est pourquoi le Messie d’Israël, fidèle à la Torah de Son Père, dira : « Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture. » (Jean 7:38)

Les hauts lieux (Bamoth) font allusion aux délices du millénium, lorsque le Messie régnera sur un monde en paix et en harmonie, une époque bénie où la Gloire de Dieu remplira toute la terre de sorte que l’Éternel sera UN aux yeux des peuples, comme il est dit :

« Il l’a fait monter sur les hauteurs (Bamoth) du pays, Et Israël a mangé les fruits des champs; Il lui a fait sucer le miel du rocher, L’huile qui sort du rocher le plus dur La crème des vaches et le lait des brebis, Avec la graisse des  agneaux, Des béliers de Basan et des boucs, Avec la fleur du froment; Et tu as bu le sang du raisin, le vin. » (Deutéronome 32.13) et aussi :

« Alors tu mettras ton plaisir en l’Éternel, Et je te ferai monter sur les hauteurs (Bamoth) du  pays, Je te ferai jouir de l’héritage de Jacob, ton père; Car la bouche de l’Éternel a parlé. » (Esaïe 58 : 14)

Finalement, le verset étudié nous donne le programme qui mène au ciel :

L’humilité véritable (Midbar) mène ainsi au don de la Torah véritable (Matthana).

Celui qui plonge son coeur et ses regards dans la Torah parfaite de Dieu découvrira combien elle rassasie, rafraîchit et désaltère réellement et durablement notre âme (Nahaliel) afin de nous amener dans les hauteurs spirituelles (Bamoth) dans la présence du Dieu véritable et de son Messie, dans une félicité sans tache et sans fin.

L’humilité est la condition première pour arriver à destination.

Pour nous aider à développer notre humilité, l’Éternel nous donne une aide précieuse servie sur un plateau de gloire :

Le commandement du Compte du Omer (Lévitique 23:16-21) est une occasion bénie pour gravir les échelons de la construction spirituelle.

Pendant les 49 jours qui séparent la fête de Pessa’h (Pâque) de Shavouot (Pentecôte), un processus de purification est enclenché.

Cette ascension nous permet de travailler les traits de caractère du coeur (middot en hébreu) et notamment notre humilité pour recevoir le plus dignement possible la Torah !

Puis arrive la fête de Shavouot durant laquelle, pour les plus courageux et assoiffés du Dieu vivant, une nuit blanche d’étude de la Torah et de réjouissance aura lieu !

Le Messie Yéshoua nous rappelle l’importance de ne négliger aucun aspect des Saintes Ordonnances du Dieu vivant (Matthieu 23:23)

La Torah écrite émanant directement de la bouche de Dieu, cette fête (comme chaque commandement) attire des lumières de bénédictions spirituelles particulières bien réelles et très précieuses pour mener le bon combat de la foi et croître dans la sanctification !

Nous renvoyons le lecteur à cet article clé qui développe ce sujet :

Observer les Fêtes de Dieu : une clé précieuse pour marcher dans la sanctification – Paracha Emor

Pour terminer cette réflexion de Torah sur la fête de Shavouot, il est opportun de revenir sur une erreur répandue : plusieurs affirment et enseignent, parfois presque avec un ton dédaigneux, que les fêtes de Dieu ne seraient bonnes que pour les Juifs.

C’est une grave erreur.

Ceux des nations greffées sur Israël par la foi dans le Messie (Romains 11) font partie désormais de « la postérité d’Abraham » (Galates 3:29).

À ce titre, les croyants non-juifs sont aussi invités à célébrer les fêtes du Dieu d’Israël en observant ce saint commandement dans une dimension magnifique incluant la révélation du Messie !

Le Rav Paul ne saurait d’ailleurs être plus clair : « Vous n’êtes plus des étrangers ni des gens du dehors; » (Éphésiens 2:19)

Nous invitons le lecteur désireux d’approfondir son savoir de lire ces 2 articles clés qui traitent du sujet :

Pourquoi les croyants non-juifs devraient-ils observer les fêtes de l’Éternel ?

Est-ce que Paul observait les fêtes de l’Eternel ? Le chrétien doit-il l’imiter ? Réponse de Paul et des experts

Enfin, il existe désormais tout un module vidéo prévu à cet effet pour aider ceux qui le souhaitent à mieux comprendre le sens profond de la fête de Shavouot (Pentecôte), du compte du Omer et mettre en pratique cette fête biblique en s’alignant au mieux avec l’enseignement du Messie Yéshoua (Jésus-Christ) et des Sages d’Israël.

Cher lecteur, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter une excellente fête de Shavouot (Pentecôte) ou une excellente prochaine fête de Shavouot si vous lisez ceci après la fête, l’année prochaine, si Dieu le veut, l’occasion sera à nouveau donner pour observer ce commandement béni !

Que Dieu, dans Sa grande miséricorde, nous aide à ne pas négliger Ses fêtes, nous aide à les observer de tout notre coeur, chacun selon sa force et sa mesure de foi, d’une manière conforme à Sa volonté afin de grandir dans la sainteté « sans laquelle nul ne verra le Seigneur » (hébreux 12 : 14).

Que le Dieu Magnifique et Véritable bénisse Son peuple en Son Fils et Messie Yéshoua, notre Rabbi en Chef.

À bientôt pour d’autres partages, si Dieu le permet.

Shalom !

Préparez-vous à faire le plein de lumière :

Si vous souhaitez aller plus loin, comprendre en profondeur la fête de Shavouot (Pentecôte) et la mettre en pratique, découvrez notre module d'études vidéos dédié disponible sur notre plateforme LeRetourAuxRacines.com :

Cursus d'études Vidéos sur la fête messianique de Shavouot (pentecôte) et le commandement du compte du Omer

shavouot ou chavouot ou fête de pentecôte

Note importante relative aux articles et vidéos faisant intervenir à la fois des juifs, des rabbins, des chrétiens et des pasteurs :

Plusieurs sont étonnés et parfois même choqués de voir côte à côte, dans une même vidéo des rabbins et des pasteurs n'ayant pas toujours les mêmes convictions religieuses.

Il convient alors de préciser qu'en dehors des citations ou autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessalonicien 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre « liberté en Yéshoua » (Galates 2:4) pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine.

En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages :

« Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme […] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot).

Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Pour de plus amples informations, voir la déclaration de foi

Note sur les commentaires : les commentaires ne sont publiés que s'ils sont conformes à La Politique De Modération du site : Lire la politique de modération

Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète des contenus de ce site web, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

 

Recevez régulièrement nos messages privés par e-mails :
→ Podcast, vidéos, pensées du jour, analyses spirituelles de l’actu, réponses aux questions, etc.

→ Toutes les dernières nouveautés et articles phares du site : témoignages, enseignements, exhortations, etc.
Vos informations resteront privées et la désinscription peut se faire à tout moment. Vous pouvez consulter notre politique de vie privée en cliquant ici

Pépite de vérité à la une actuellement :

protection dieu contre covid vaccin et complots

Fête ou jeûne du moment (en cours ou à venir prochainement) : Fête de Yom Kippour

Date de la fête :
Entrée le mercredi 15 Septembre 2021 au soir à 19h45 (PARIS)
Sortie le jeudi 16 Septembre 2021 au soir à 20h49

Préparez-vous à la fête de Yom Kippour :

Shadow
Slider

Etude de la Paracha de la semaine :

Écoutes-tu la Torah ou idolâtres-tu un homme ? – Paracha Haazinou – Deutéronome 32

PlayPause
Shadow
Slider

Dernière étude vidéo publiée :

Shadow
Slider

Dernière étude texte publiée :

Slider

A découvrir actuellement :

Shadow
Slider
Shadow
Slider
Shadow
Slider
Shadow
Slider

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

// fin nouveau code
0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer