Observer les Fêtes de Dieu : une clé précieuse pour marcher dans la sanctification – Paracha Emor

« Emor » signifie « Parle » – Lévitique 21 : 1 à 24 : 23

Nous voilà arrivés à la Paracha Emor (Parle), que l’on pourrait qualifier de « Paracha des fêtes » : un chapitre entier y est consacré (Lévitique 23) !

Des sujets profonds comme le vaste océan sont abordés dans cette Paracha, et plusieurs commandements relatifs aux cohanim (sacrificateurs) et au peuple d’Israël sont donnés :

lois de pureté et d’impureté liées aux contacts avec des morts, interdictions de se raser la tête, les coins de la barbe, interdictions de se faire des incisions, certaines lois sur le mariage, sur les sacrifices, sur la sanctification du nom divin, etc.

Puis arrive le chapitre 23 consacré exclusivement aux fêtes de l’Éternel.

Le calendrier biblique hébraïque établi par les sages d’Israël – ciment de l’unité du peuple saint – se base essentiellement sur les fêtes du Saint d’Israël :

le Shabbat, Pessah (Pâque), Chavouot (Pentecôte) , Rosh Hachana (Fêtes des Trompettes/Chofar), Yom Kippour (Jour des expiations), Soukkot (Tabernacles) et aussi, durant les 50 jours qui séparent la fête de Pessah de Shavouot, nous apprenons le commandement du Omer et du compte du Omer comme il est dit :

« vous apporterez un ômer des prémices de votre moisson au pontife, lequel balancera cet ômer devant le Seigneur, pour vous le rendre propice; c’est le lendemain de la fête que le pontife le balancera […] Puis, vous compterez chacun, depuis le lendemain de la fête, depuis le jour où vous aurez offert l’ômer du balancement, sept semaines, qui doivent être entières; » (Lévitique 23 : 10, 11, 15, Traduction Onkelos).

Selon la tradition juive, chaque jour du compte du omer, des passages de moussar (morale divine) sont étudiés. 

Le travail spirituel effectué durant le compte du Omer est précieux pour affiner les traits de caractère du coeur, améliorer notre conduite, raffiner notre esprit et se rapprocher ainsi de l’Éternel Dieu béni soit-Il et de Son Messie.

La Paracha se termine par quelques ordonnances au sujet  de la fabrication de cette précieuse huile qui servira à alimenter les lampes de la Menorah (chandelier).

Enfin, la Paracha nous rapporte quelques saintes ordonnances au sujet de la fabrication des pains sacrés qui seront disposés sur le choul’han (table) dans le mishkan (tabernacle).

Le secret des fêtes de l’Éternel et la sanctification

Dans cette étude, nous allons méditer et réfléchir ensemble sur l’importance des fêtes de l’Éternel dans la vie du croyant.

Il est impossible de s’épuiser de le dire et de le répéter inlassablement :

Rien n’est hasardeux dans la construction et l’enchaînement des versets et des chapitres de la Torah du Roi des rois, loué soit son Nom grand et redoutable.

La sagesse divine qui sous-tend la succession des Parachot, des chapitres et des versets, dissimule de formidables trésors d’enseignements

Commençons par relever un premier lien majeur.

La Paracha qui précède directement celle des fêtes s’appelle la Paracha “Kedochim” (Lévitique 19 à 20.27) qui signifie « Saints vous serez ».

Dans la Torah, le début et la fin d’une chose sont porteurs de messages constituant les axes centraux de l’enseignement que Dieu désire communiquer à Son peuple.

Le début et la fin de la Paracha Kedochim parlent de l’importance de la sanctification.

La Paracha débute ainsi :

« L’Éternel parla aussi à Moïse, en disant: Parle à toute l’assemblée des enfants d’Israël, et dis-leur: Soyez saints, car je suis saint, moi, l’Éternel, votre Dieu. » (Lévitique 19.1-2).

Et la Paracha se termine de la sorte :

« Vous serez saints pour moi, car je suis saint, moi, l’Éternel; et je vous ai séparés des peuples, afin que vous soyez à moi. » (Lévitique 20.26).

Arrive ensuite notre Paracha Emor, la seule Paracha de toute la Torah qui consacre un chapitre entier aux fêtes de l’Éternel.

Dans la Paracha Emor, notons bien les derniers versets qui précèdent le chapitre consacré aux fêtes :

« Gardez donc mes commandements, et accomplissez-les: Je suis l’Éternel. Et ne profanez point mon saint nom, et je serai sanctifié au milieu des enfants d’Israël: Je suis l’Éternel, qui vous sanctifie, Qui vous ai fait sortir du pays d’Égypte pour être votre Dieu. Je suis l’Éternel. » (Lévitique 22.31-33.)

Ici, les commentaires de Rachi sur ces versets sont très intéressants :

« Je suis l’Éternel » : « Sache qui a ordonné cela, et que ce ne soit pas chose futile à tes yeux »

« accomplissez-les » : « C’est la pratique »

« ne profanez point mon saint nom » : « En transgressant délibérément mes paroles. »

« Qui vous ai fait sortir du pays d’Égypte » : « À cette condition [la pratique des commandements et non leur transgression] »

« Je suis HaShem (Dieu) » : « Digne de confiance pour récompenser »

Dans a Paracha Kedochim qui précède notre Paracha sur les fêtes, ainsi que dans les derniers versets du chapitre qui précèdent directement celui des fêtes, l’Esprit Saint insiste beaucoup :

Marcher dans la sanctification, garder les commandements de Dieu et sanctifier ainsi le Saint Nom de l’Éternel par notre conduite et notre obéissance, constituent une des raisons principales de notre sortie d’Égypte.

De là, nous apprenons un enseignement cardinal transmis par les sages et rapporté par plusieurs rabbanim (rabbins) :

Les fêtes de Dieu, réparties à des moments précis et stratégiques au fil des mois, sont comme des stations de ravitaillement spirituel posées sur notre chemin de foi tout au long de l’année.

Ces stations riches en enseignements sont là pour nous aider à croître dans la foi. Elles sont infiniment précieuses pour nous aider à nous repentir, à nous remettre en question, à corriger et à réparer ce qui est défaillant dans notre service divin, afin de s’élever dans les voies de Dieu, de grandir dans la sanctification et de se rapprocher.

Pour reprendre les termes du Rabbi de Tarse, on peut dire que les fêtes sont « utiles pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre. » (2 Timothée 3:17)

C’est précisément pour cela qu’immédiatement après la Paracha consacrée à la sanctification (Kedochim), nous avons la Paracha des fêtes (Emor) !

Le lien apparait clairement : pour se sanctifier pleinement, il est nécessaire de ne pas négliger les fêtes de Dieu !

Suivre les fêtes de l’Éternel est un fondement vital pour une marche réussie dans la sanctification !

Les fêtes de Dieu ne sont pas des commandements vides de sens, ou des lois cérémonielles et charnelles abolies et rendues caduques par la venue du Messie comme quelques incrédules le prétendent.

Ce ne sont pas non plus des commandements accessoires ou facultatifs.

Les saintes convocations émanent de la Bouche du Saint Roi de toute la terre, comment oserions-nous lui faire un tel affront en méprisant Ses divines lois de la sorte ?

Les fêtes du Très-Haut sont de véritables sources de bénédictions et de recharges spirituelles placées par l’Éternel tout le long de l’année pour notre sanctification et notre élévation spirituelle.

C’est un cadeau céleste offert pour le bonheur de Son peuple.

Les fêtes sont de véritables stations de ravitaillement spirituelles !

Lors de ces saints rendez-vous fixés par L’Éternel à un temps précis dans l’année, le Seigneur ouvre large la porte à des bénédictions spirituelles particulières liées à la fête en question, qui se déversent avec profusion sur Son peuple.

Le simple fait de répondre présent aux rendez-vous divins démontre notre obéissance et attire la bénédiction divine relative à la fête observée.

Se préparer et observer les fêtes célestes de tout notre coeur, scelle notre obéissance, prouve notre amour de Dieu, nous rapproche de Sa Majesté et accroît notre sanctification.

Nous pourrions utiliser une image intéressante :

si l’obéissance par la foi constitue les rails du chemin de vie et de sanctification du croyant, alors les fêtes de l’Éternel sont comparables aux différents postes d’aiguillage et de ravitaillement placés tout le long du voyage, et indispensables pour redonner forces et courages aux croyants, les aiguiller correctement dans la bonne direction en corrigeant et en réparant les écarts et les déviances éventuelles, dans l’objectif final de les mener à bon port, c’est à dire au Royaume de Dieu afin qu’avec Paul, ils puissent s’écrier :

« J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. 8 Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. » (2 Timothée 4:7-8)

Sans ces postes d’aiguillage et de ravitaillement, le croyant se verra privé de grandes bénédictions  spirituelles précieuses pour le conduire à bon port.

Il prend aussi le risque d’être mal aiguillé, de cheminer dans l’erreur et de se diriger vers l’abîme comme il est dit :

« Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort. » (Proverbes 14.12).

Mais celui qui marche dans la loi de l’Éternel, celui-là prend garde à sa voie et sera heureux et en sécurité comme nous le lisons dans le livre de la Vérité :

« pourvu que tes fils prennent garde à leur voie, pour marcher dans ma loi » (2 Chroniques 6 : 16)

et encore :

« Vous marcherez dans toute la voie que l’Éternel votre Dieu vous a prescrite [Sa Torah], afin que vous viviez [c’est la promesse du monde futur] et que vous soyez heureux, et que vous prolongiez vos jours dans le pays que vous posséderez [c’est la vie éternelle qui se prolongera à jamais].

Les fêtes de l’Éternel sont de vraies oasis spirituelles que nous rencontrons régulièrement dans notre marche vers le Royaume.

Ce sont des moments précieux qui nous permettent de venir renouveler l’ensemble de notre armure spirituelle et de renforcer notre consécration avec Dieu grâce, notamment, aux magnifiques enseignements en contexte qui accompagnent les solennités du Tout-Haut.

Effectivement, sans ces points de ravitaillement et ces postes d’aiguillage bénis déposés par le Roi de Gloire tout le long de l’année, le croyant risque de dévier, de se perdre et de faire naufrage par rapport à la foi.

Et si le Dieu vivant, dans Sa suprême bonté, se voit pris de compassion pour l’ignorance de quelques individus ou groupes d’individus sincères, mais non éclairés sur ces réalités spirituelles, si l’Éternel dans Sa grâce souveraine ne permet pas à des telles personnes de terminer dans l’abîme, il serait pervers de profiter de Sa grâce pour en faire un enseignement visant à supprimer les fêtes saintes.

Yehouda, avec une sévérité bien placée, dirait de ce type de profil qu’il « change la grâce de notre Dieu en dissolution, et renie notre seul maître et Seigneur le Messie Yéshoua. » (Jude 1:4)

Une telle personne serait comparable à un ignorant qui, voyant un centenaire fumer des cigarettes, s’empresserait d’enseigner à tout le monde l’innocuité du tabac et l’absence de risque de fumer dès le plus jeune âge !

En réalité, bien que la grâce de l’Éternel accompagne bien évidemment ceux de Son peuple qui n’ont pas encore été éclairés sur tous les divins commandements, le parcours d’une personne qui n’observe pas les fêtes de Dieu sera souvent jonché de difficultés diverses, et d’épreuves pénibles qu’il lui aurait été facile d’éviter grâce à un bon enseignement sur les fêtes conduisant à leur juste et correcte observance.

Mais pour le croyant qui sciemment, refuse les fêtes et les rejette malgré, il en est tout autrement et une telle posture spirituelle ne fera qu’attiser la juste irritation de Dieu et d’éloigner Sa clémence comme le dit l’Écriture :

« Il a méprisé la parole de l’Éternel, et il a violé son commandement : celui-là sera retranché, il portera la peine de son iniquité. » (Nombres 15:31) car « Celui qui méprise la parole se perd, Mais celui qui craint le précepte est récompensé. » (Proverbes 13:13)

Cet individu sera visé par les versets du prophète : « Il est opprimé, brisé par le jugement, Car il a suivi les préceptes qui lui plaisaient. » (Osée 5:11)

Chers lecteurs, ce n’est pas sans raison que le cycle des fêtes correspond précisément aux différentes étapes de grossesse d’une maman :

Tout comme l’enfant croît et se développe dans le ventre de sa mère, de la même façon, le croyant qui observe les fêtes avec sérieux, croîtra et se développera spirituellement toujours plus chaque année.

Dieu nous enseigne ici une pépite de Sa sagesse et un principe spirituel majeur présent dans l’observation de Ses fêtes. Ne laissons pas tomber une si belle pépite !

Être kadosh (saint) selon Dieu, c’est suivre le processus biblique de sanctification dans lequel Dieu nous a placés.

Et ce processus, nous ne pouvons pas l’inventer de nous-mêmes ou le mépriser. Ce processus s’appelle l’observation des commandements de Dieu. Dans ce processus, les fêtes de l’Éternel, Shabbat inclus, ont une place de choix.

Les Saintes Solennités sont des éléments centraux majeurs divinement conçus pour la sanctification.

Si nous nous disons enfants de Dieu, nous ne pouvons nous y soustraire à moins que la rébellion n’habite encore quelques sombres régions de notre coeur.

Au contraire, avec Job, agissons courageusement et proclamant avec lui : « Je n’ai pas abandonné les commandements de ses lèvres; J’ai fait plier ma volonté aux paroles de sa bouche. » (Job 23:12).

Dieu sera fidèle pour nous récompenser nos efforts vertueux.

Ce sont là les règles de vie instituées par le Roi des mondes, « car ce n’est pas une chose sans importance pour vous; c’est votre vie, et c’est par là que vous prolongerez vos jours dans le pays dont vous aurez la possession, après avoir passé le Jourdain [allusion au Royaume de Dieu, le monde futur] » (Deutéronome 32:47).

Les fêtes du Seigneur ne devraient pas être une chose pénible pour un enfant de Dieu qui veut plaire à son Père.

Certes, il peut y avoir et il y aura certainement des combats avec la chair et notre mauvais penchant « qui ne se soumet pas à la Torah de Dieu » (Romains 8:7), mais le Messie nous exhorte en ces termes : « Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16:33).

Et l’Esprit du Messie, au travers de la bouche des apôtres continue de nous encourager et de nous renforcer : « tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. » (1 Jean 5:4) car « dans toutes ces choses, nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. » (Romains 8:37)

Celui qui veut se soustraire à ce travail sacré est semblable à un individu qui volontairement, refuse de son plein gré la sanctification et qui juge de peu de valeurs la bénédiction et les conseils du Souverain du Royaume.

Pensons-nous donc que c’est en vain que le Tout-Puissant, dans une prophétie relative aux derniers temps, privera de bénédictions toute famille qui n’observera pas la fête des Tabernacles (Soukkot) comme il est dit :

« elle sera frappée de la plaie dont l’Éternel frappera les nations qui ne seront pas montées pour célébrer la fête des Tabernacles. 19 Telle sera la peine du péché de l’Égypte et du péché de toutes les nations qui ne seront point montées pour célébrer la fête des Tabernacles. » (Zacharie 14 : 18-19) ?

Il est vrai que certaines parties du monde croyant enseignent l’inutilité des fêtes et leur abolition à cause d’une agaçante mauvaise lecture anti-juive et anti-loi des textes de l’Alliance Renouvelée émanant de cette influence persistante de près de 2000 années d’apostasie.

Mais si les fêtes du Roi des armées étaient abolies, caduques, facultatives ou sans importance pour Son peuple, pensez-vous que Dieu ferait sentir à ce point Son mécontentement envers ceux et celles des nations qui négligeront la Fête des Tabernacles par exemple ? Serions-nous assez téméraires pour réinterpréter à notre guise les paroles cristallines de la Torah et des prophètes ?

Et pourquoi Paul, censé être un des modèles du christianisme, se serait-il empressé d’aller observer une fête de Dieu à Jérusalem comme il est dit :

« Il faut absolument que je célèbre la fête prochaine à Jérusalem; » (Actes 18 : 21) ?

N’est-ce pas le même Paul qui déclara aux Philippiens :

« Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi, pratiquez-le. » (Philippiens 4 : 9) ?

Est-ce là une façon de suivre un modèle ? Sélectionner ce qui nous plaît tout en claironnant qu’il s’agit de notre modèle ?

Comme le dit Rachi, si Dieu nous a délivrés de l’Égypte, c’est évidemment pour cesser de vivre comme le monde afin d’obéir aux Roi de toute la terre, vivre selon les standards et les règles du Royaume de Dieu, recevoir en notre coeur la Torah du Prince des princes et suivre Ses lois parfaites.

Fuyons cette funeste manie de vouloir absolument composer notre propre salade doctrinale non cachère et parsemée de toutes sortes d’épices et d’ingrédients impurs et indigestes. Le Chef Cuisinier Céleste n’apprécierait pas et risquerait rapidement de nous renvoyer.

Pourquoi apporterions-nous un feu étranger sur l’autel du Dieu vivant ?

Le prophète nous rappelle à la raison : « Revenez, revenez de votre mauvaise voie; Rejetez loin de vous toutes les transgressions par lesquelles vous avez péché; faites-vous un coeur nouveau et un esprit nouveau. Car Pourquoi mourriez-vous ? » (Ezéchiel 18:31, 33:11)

Aussi, n’oublions pas que les fêtes bibliques, avant tout, demeurent les fêtes du Dieu trois fois saint, et non les nôtres comme il est dit : « Les fêtes de l’Éternel, que vous publierez comme de saintes convocations, ce sont là MES fêtes. » (Lévitique 23 : 2).

Elles deviendront “nôtres” si nous comprenons qu’elles sont avant tout les siennes comme il est dit : « Tels sont les sacrifices que vous offrirez à l’Éternel dans VOS fêtes » (Nombres 29:39).

Donnons et offrons donc le meilleur de nous-mêmes à Dieu, Il en est tellement digne ! C’est précisément ce que la fin de la Paracha nous enseigne :

“Ordonne aux enfants d’Israël de te choisir une huile pure d’olives concassées, pour le luminaire, afin d’alimenter les lampes en permanence.” (Lévitique 24.2)

Rachi dit sur « Une huile pure d’olive » : « L’olive produit trois sortes d’huiles, dont la première est appelée « pure », comme expliqué au traité Mena‘hoth (86a) »

Rachi et les commentaires nous rappellent que cette première huile sortant de l’olive est totalement pure : c’est cette huile qui est récupérée pour le luminaire. Les deux sortes d’huile restantes étaient utilisées ailleurs.

Cela nous apprend qu’il est impératif de donner le meilleur de nous-mêmes à Dieu : le meilleur de ce que nous avons revient  de droit au Roi de Gloire.

Dans notre service divin, il est parfaitement précieux d’apporter au Maître suprême les premiers fruits de notre coeur, de nos actions et de nos pensées afin que la lumière du Roi brille en permanence dans notre coeur, illuminant ainsi ce monde dont l’obscurité va s’épaississant.

« L’Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande; » car il « fit une offrande des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. » (Genèse 4:4)

C’est ce qui est proclamé régulièrement dans les prières juives :

« Déverse une bonne huile sur les sept branches de la ménorah, afin que rejaillisse ta bienveillance sur Tes créatures » (Siddour)

Mais l’intensité de cette lumière dépendra de notre sanctification, et notre sanctification dépendra de notre obéissance aux commandements de Dieu, notamment ceux qui concernent l’observation des fêtes du Père des lumières !

Que Dieu, dans Sa grande miséricorde déployée en Yéshoua (Jésus) pardonne nos errements et nos transgressions, nous aide à nous repentir et à ne pas négliger Ses fêtes, qu’Il nous aide à les observer de tout notre coeur, d’une manière conforme à Sa volonté bénie afin de grandir dans la sainteté « sans laquelle nul ne verra le Seigneur » (Hébreux 12 : 14).

Que notre Dieu, l’Être incommensurable et béni, nous aide à marcher dans la sainteté devant Sa Face, tous les jours de notre vie, qu’Il nous donne d’observer fidèlement Ses fêtes, conformément à Sa Torah, avec toute la joie de nos coeurs, dans un esprit bien disposé, sincère, vrai, simple et authentique, sans légalisme, mais dans cet amour selon Dieu qui réjouira certainement Ses entrailles comme le dit le verset :

« Mon fils, si ton coeur est sage, Mon coeur à moi sera dans la joie; Mes entrailles seront émues d’allégresse, Quand tes lèvres diront ce qui est droit. » (Proverbes 23 : 15).

Amen vé amen.

Thomas.

Note importante relative aux articles et vidéos faisant intervenir à la fois des juifs, des rabbins, des chrétiens et des pasteurs :

Plusieurs sont étonnés et parfois même choqués de voir côte à côte, dans une même vidéo des rabbins et des pasteurs n'ayant pas toujours les mêmes convictions religieuses.

Il convient alors de préciser qu'en dehors des citations ou autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessalonicien 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre « liberté en Yéshoua » (Galates 2:4) pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine.

En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages :

« Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme […] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot).

Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Pour de plus amples informations, voir la déclaration de foi

Note sur les commentaires : les commentaires ne sont publiés que s'ils sont conformes à La Politique De Modération du site : Lire la politique de modération

Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète des contenus de ce site web, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

 

Recevez régulièrement nos messages privés par e-mails :
→ Podcast, vidéos, pensées du jour, analyses spirituelles de l’actu, réponses aux questions, etc.

→ Toutes les dernières nouveautés et articles phares du site : témoignages, enseignements, exhortations, etc.
Vos informations resteront privées et la désinscription peut se faire à tout moment. Vous pouvez consulter notre politique de vie privée en cliquant ici

Pépite de vérité à la une actuellement :

protection dieu contre covid vaccin et complots

Fête ou jeûne du moment (en cours ou à venir prochainement) : Fête de Yom Kippour

Date de la fête :
Entrée le mercredi 15 Septembre 2021 au soir à 19h45 (PARIS)
Sortie le jeudi 16 Septembre 2021 au soir à 20h49

Préparez-vous à la fête de Yom Kippour :

Shadow
Slider

Etude de la Paracha de la semaine :

Écoutes-tu la Torah ou idolâtres-tu un homme ? – Paracha Haazinou – Deutéronome 32

PlayPause
Shadow
Slider

Dernière étude vidéo publiée :

Shadow
Slider

Dernière étude texte publiée :

Slider

A découvrir actuellement :

Shadow
Slider
Shadow
Slider
Shadow
Slider
Shadow
Slider

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

21 Commentaires

  1. Corinne

    Slalom Thomas
    Je viens de lire le sujet concernant les fêtes de Dieu, je voudrais savoir comment faire pour respecter le calendrier des fêtes quand on est chrétien et que l’on n’a jamais pratiquer et que l’on n’est pas juif, j’aimerais que tu m’explique comment faire en tout cas merci pour ce sujet très instructif, merci pour ce travail a bientôt Thomas

    Réponse
  2. martin

    les fetes de l’eternel, quelle revelation faite au peuple juif. elles sont le plan de dieu pour sauver ses rachetés qui ont adheré au salut en yeshua le messie.israel et tous ceux qui sont greffés sur lui. nous sommes greffés sur l’olivier franc avec tout ce que cela signifie. tout personne rachetée appartenant a yeshua devrait feté les fetes de l’eternel, parce que ca le concerne au plus haut point. yeshua est au coeur de toute ces fetes.pessah (son sacrifice) sans le quel il n’y aurai aucune autre fete.la fete des pains sans levain(desormais notre vie avec lui ppurifie de nos paches) shavouot (l’envoi du consolateur envoyé par yeshua) etc…et les fetes du septieme mois(biblique) les fetes de la fin.yom kippour(repentance nationnale du peuple juif) la fete des tabernacles(le millénium) voila pourquoi cette fete sera obligatoire car elle le représente.
    et simha torah collé a la fete des tabernacle. (le jugement dernier).
    pour ceux qui decouvre”nt ces choses c’est une véritable bénédiction.
    le seigneur l’a dit a abraham, isaac et jacob. je béni celui qui te béni, et je maudis celui qui te maudis.
    shalom a tous, et a toi thomas qui enseigne ces choses.

    Réponse
  3. Michel

    Bonjour et merci. Cela fait quelques semaines que j’ai découvert ce site, Merci.
    Ces lectures m’encouragent vraiment. Toutes ces informations d’obéissances à Dieu, oui, Comment ?
    En effet, j’étais catholique, cela fait 3 ans environ que je me suis converti protestant ! Pourquoi ?
    C’est effectivement dans une église protestante que j’ai été dirigé à suivre l’enseignement biblique.
    Oui, suivre la Parole, que j’ignorais totalement avant cela.
    Maintenant j’en découvre tous les jours, j’en suis dirais-je “affamé” d’avancer. Mais cela implique tout un apprentissage que je suis tout disposé a m’y consacrer. Lors de ma lecture sur les fêtes de Dieu, avez-vous un agenda de ces fêtes et de leurs noms ?
    Merci Thomas, soyez bénis, merci d’exister
    Michel, Ouagadougou

    Réponse
  4. bernardini marie-rose

    Devant Dieu et devant les hommes ma pratique du Shabbat consiste à ne pas avoir d’activités comme dans la semaine, écouter la paracha du samedi sur Beth Yeshoua , voir des amis et des fois j’allume une bougie parce que je veux la lumière de l’Eternel : par sa lumière je vois la lumière.
    Marie_Rose

    Réponse
  5. nathalie

    Merci beaucoup pour l’enseignements. J’aimerais bien commencer à célébrer les fêtes de l’éternel seulement mon soucis c’est que même si j’ai lu à plusieurs reprise le document posté pour les fêtes de l’éternel, je n’ai aucune idée de toutes les dates qui correspond à ça.Là d’où je viens et où je suis les fêtes sainte ce sont NOEL , PÂQUES , PANTE COTE , etc… fêtes auxquelles je n’y crois pas trop depuis toujours mais même si je voudrais être un enfant obéissante et vouloir célébrer les fêtes de mon Père tout puissant , malheureusement je ne sais pas par où commencer.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Bonjour Nathalie, merci pour ton commentaire qui montre effectivement ce problème récurrent dans une partie de l’eglise officelle moderne (catholique et protestant) : le mélange du saint et du profane, une certaine confusion et un manque de connaissance des véritables pratiques du Mâitre Yéshoua (Jésus) et des premiers disciples.

      Il n’y a pas lieu de s’inquiéter ou de paniquer, l’essentiel étant d’être bien disposer, et si réellement tu veux suivre le Dieu vivant, petit à petit, il conduira les choses et te donnera de découvrir les véritables fêtes de l’Eternel.

      Bientôt, de plus en plus de choses seront proposées à ce sujet pour aider, à notre échelle, le maximum de croyants, de pasteur et d’église à se développer et à se renforcer dans ces choses là afin de rejeter ce qui relève encore de l’apostasie pour suivre la Torah d’HaShem (Dieu), celle que suivait Yéshoua (Jésus).

      En attendant, je t’invite à consulter de temps en temps cette rubrique sur les fêtes de l’Eternel : https://www.rencontrerdieu.com/plus/etude-des-fetes-de-leternel/

      Réponse
  6. PLANCKEEL

    Merci Thomas pour ce partage si enrichissant,
    Quand on met en pratique les fêtes de l’Eternel, nous pouvons mettre en parallèle toutes les fêtes que Yeschoua a mis en pratique lui-même, et l’on se rend compte combien ces moments sont importants, on se rapproche encore plus de notre Maître !
    Il est le modèle parfait,et c’est une grande joie de les mettre en pratique,en famille ou avec d’autres se sont des moments merveilleux!
    Que notre Seigneur te bénisse pour ces perles

    Réponse
  7. Véronique

    Bonjour Thomas,
    Je viens de suivre via votre site l’enseignement donné ce jour sur les fêtes de l’Eternel. Je remercie tous les intervenants car ce fût très enrichissant et très inspirant pour moi. Dieu m’a conduite récemment jusqu’à votre site et je vous remercie pour tout ce que vous publiez. Il n’y a aucun doute pour moi quant à l’observance du sabbat puisqu’il fait partie des dix commandements.

    Il reste un doute concernant les fêtes annuelles données par Dieu au peuple Juif. Pourriez-vous m’éclairer sur les versets de Col. 2 :8-23 à la lumière de l’esprit de la loi? Ces versets lus comme tels semblent contradictoires avec la loi puisqu’il ne faut pas que l’on soit jugé au sujet du boire et du manger ni d’une fête ni des sabbats? Et au verset 22 “…préceptes qui tous périssent par l’usage et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes?” Je suppose que je ne suis pas la seule à ne pas comprendre ce verset comme il se doit? J’attends votre réponse avec impatience car j’ai l’impression que Dieu me réponds à travers vous. Soyez bénis. Bon Sabbat.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Bonsoir Véronique, oui je comprend votre interrogation car lorsque nous parlons des fêtes, colossiens 2 fait parti de ces versets qui sont régulièrement “dégainés” pour justifier leur non observance, bien à tord, faute d’un enseignement sérieux et en contexte à ce sujet.

      Voici un article qui a déjà été rédigé à ce sujet et qui répond précisément à ce type d’argumentaire :

      Que personne ne vous juge au sujet du manger et du boire, d’une fête, des shabbats : explications : https://www.rencontrerdieu.com/project/que-personne-ne-vous-juge-au-sujet-du-manger-ou-du-boire-dune-fete-des-shabbats-explications/

      Je vous invite à partager cet article à tous ceux et celles qui se poseraient la même question que vous.

      Réponse
  8. Annie

    Bonjour Thomas,
    Merci beaucoup pour cette nouvelle pépite qui me permet de rester bien centrée sur les rails du chemin de la foi et de la sanctification. ….. tes partages me sont de véritables points de ressourcement (par la grâce de HaShem !)
    Bon Shabbat dans l’amour de notre Sauveur bien aimé !

    Réponse
  9. Marie

    L’observation des fêtes de Dieu sont le points de repère, la permanente répétition générale de ce qui nous attend dans l’éternité.
    Merci de ce partage. Shabbat Shalom

    Réponse
  10. Zahia

    Excellent, j apprend beaucoup , merci Thomas, qu e dieu vous bénisse et vous guide vers sa lumière, insha allah !!

    Réponse
  11. Jean luc

    Bonjour Thomas, que de pépites à je béni l’Eternel Adonai Elohim pour sa bonté et sa miséricorde,
    Pour sa grâce pour recevoir au travers de TOI sa bénédiction et de ne pas en rater un OMER
    Oui je remercie YESHOUA dans son Amour de nous avoir toujours aimé et qu’il continue à nous nourrir et ainsi de ne pas rater une miette de la nourriture qu’il nous donne.
    Merci pour la découverte de ses stations de ravitaillements sur notre route , sur notre chemin, sur le chemin qu’il a tracé pour nous. Tel un coureur de fonds , un marathonien qui court et qui mange et boit le long de son périple. (Apôtre PAUL courez pour remporter la victoire)
    Nous avons besoin sans cesse de force , de sa force pour arriver où Dieu nous conduit; à lui dans son Royaume. Ainsi je comprends de manière plus claire Quand YESHOUA se retirait de la foule ou s’éloignait de ses apôtres pour prier seul et se ressourcer auprès du père.
    Yes yes ……j’aime mon Dieu et maître l’Eternel mon Pere et mon Roi YESHOUA et je le remercie de me conduire dans toute sa vérité…….déverse en moi Seigneur ton mangé et ton eau vive mon Dieu , merci ABBA …..

    Réponse
    • weiss dominique

      cela ne fait pas longtemps que j ai découvert ce site et merci SEIGNEUR car ce que je vis en étant chrétienne ne me suffit pas en tant que chrétienne nous suivons les 10 commandements mais on en oublie par exemple le sabbat mais je vais remédier a cela et mettre en pratique les fêtes je vis seule et je voudrai de l aide pour pouvoir les pratiquer Je veux connaitre yeshoua le vrai de la bible

      Réponse
  12. Maude Céré

    Merci pour votre enseignement,
    Je pratique les Fëtes de l’Éternel depuis près de 2 ans. Ce sont des rendez-vous précieux qui me comblent de joie.
    Amen

    Réponse
  13. Dela

    Merci Thomas pour cet enseignement.

    Réponse
  14. Francoise

    Shalom thomas! Je ne comprends rien, il y a des semaines que je ne reçois plus de vos mails dans ma boîte. Merci

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Shalom Françoise, apparemment depuis quelques temps, certains reçoivent les mails dans leur SPAM ou courriers indésirables. Il est possible que les mails soient arrivés dans ces dossiers et non dans votre bôite de réception et c’est pour cela que vous ne les voyez pas.

      Pouvez-vous vérifier et me dire ce qu’il en est ?

      Réponse
  15. Drissa

    Merci pour cette autre révélation que l’observation des fêtes de Dieu est une source de recharge spirituelle et ainsi de suite,

    Réponse
  16. Joy

    Merci beaucoup Thomas pour cet éclaircissement… Shalom! Joy

    Réponse
    • gallois

      merci thomas

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

// fin nouveau code
173 Partages
Tweetez
Partagez173
Enregistrer