Extase, grandes émotions et miracles : Esprit de Dieu ou séduction spirituelle ?

« Accorde donc à ton serviteur un coeur intelligent pour juger ton peuple, pour discerner le bien du mal ! » (Salomon, 1 Rois 3.9)

serpent eve modifPuissions-nous tous faire régulièrement cette belle prière du roi Salomon ! Effectivement, Si la joie, les prodiges et les miracles sont assurément des fruits de l’Esprit de l’Eternel, il convient de ne pas oublier que l’ennemi de nos âmes est aussi capable de séduire si possible même les élus par de bien malfaisantes falsification de l’Esprit.

Il n’est pas rare d’entendre ce genre de témoignage : « Le Saint-Esprit a visité l’assemblée, plusieurs étaient dans les larmes et dans la joie ». Ou encore : « J’ai été visité par le Saint-Esprit, il m’a fait fondre en larme » et aussi : « l’onction était si forte et intense, j’étais en larme ». Egalement, nous pouvons entendre cela : « Dieu était présent, de la poussière d’or est tombée du ciel et a recouvert plusieurs, des guérisons ont eut lieu, etc,. »

Si certaines de ces expériences peuvent être assurément authentiques et provenir véritablement de l’Esprit du Dieu de gloire, ne commettons surtout pas l’erreur d’« ajouter foi à tout esprit » (1 Jean 4.1) et d’acquiescer systématiquement dès que nous entendons ce genre de témoignage ou que nous voyons quelques larmes couler sur un visage, sans préalablement avoir « éprouvé les esprits » (1 Jean 4.1).

Par exemple, nul n’ignore qu’une partie du monde dit “chrétien” foule au pied et/ou tord un grand nombre de versets émanant de La parole puissante de Dieu. Mais alors, que dire et que penser de toutes ces manifestations et de toutes ces émotions de joies, d’extases et de pleures accompagnées parfois même, de prodiges et des miracles ayant lieu au milieu de personnes ayant abandonnées depuis bien longtemps les sentiers de la Saine Doctrine, si tant est qu’elles ont un jour réellement marché sur le sentier resserré qui mène à la vie ?

Dès lors qu’une personne affirme croire en Dieu et en son sublime Evangile, que le nom de Jésus se trouve sur ses lèvres et pour peu qu’il y ait quelques miracles et prodiges accompagnées d’émotions et de sentimentalisme, nous somme si enclins à fermer les yeux et à nous laisser séduire en oubliant parfois qu’il peut s’agir de « l’Eternel, votre Dieu, qui vous met à l’épreuve pour savoir si vous aimez l’Eternel, votre Dieu, de tout votre coeur et de toute votre âme. » (Deutéronome 13.3)

N’oublions donc pas si facilement l’avertissement des Saintes Ecritures : « La puissance de Satan » est capable de se produire « avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers » (2 Thessaloniciens 2.9). De même, n’oublions pas le solennelle avertissement du Messie Lui-même : « Il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de GRANDS prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. » (Matthieu 24.24).

Certains faux docteurs du courant oeucuménique prétendent que la doctrine divise et qu’elle nous empêcherait ainsi de nous unir dans l’amour alors que c’est précisément le contraire : c’est la Saine Doctrine qui nous unis dans l’amour et nous permet de faire face au mal en discernant les séductions de satan. Paul nous le rappelle : 

« Pour toi, dis les choses qui sont conformes à la saine doctrine. » (Tite 2.1) étant « attaché à la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs. » (Tite 1.9)

Revenons aux extases et aux grandes émotions et réfléchissons à cela : ne sait-on pas que les religions orientales à caractère mystique en donnent autant et souvent plus ?

N’est-il pas écrit en Ézéchiel 8:14 que des femmes, à la porte du temple de Jérusalem, étaient plongées dans une dévotion qui leur arrachait des larmes ?

Nul doute qu’elles en ressentaient un bienfait et un allègement intérieur, mais c’était une idole abominable appelée Thammuz qui les faisait accéder à cette extase :

« Fils de l’homme, vois-tu ce que font dans les ténèbres les anciens de la maison d’Israël (…) Et il me conduisit à l’entrée de la porte de la maison de l’Éternel, du côté du septentrion. Et voici, il y avait là des femmes assises, qui pleuraient Thammuz. Et il me dit : Vois-tu, fils de l’homme ? Tu verras encore d’autres abominations plus grandes que celles-là. »

Charles Chiniquy, ex prêtre catholique, ne témoigne-t-il pas que dans sa vie de prêtre, les moments les plus sublimes, il les a vécu agenouillé en adoration devant l’hostie. Il en était transporté et comme transfiguré.

Après sa conversion au Messie Yéshoua, cette sublimation issue de l’abominable doctrine de la transsubstantiation, lui est apparue comme une idolâtrie. Et pourtant, quelle élévation, quelle exaltation devant son Bon Dieu en mie de pain, et quel témoignage de cette expérience !

Note : la doctrine démoniaque de la transsubstantiation consiste à déclarer que le pain (l’hostie) de la messe devient réellement le corps du Messie après la formule du prêtre et que, ayant fait descendre le Messie dans le pain, il s’agit d’un sacrifice non sanglant : une terrible et malfaisante fausse doctrine.

Regardez ces quelques autres témoignages tirés de l’article « comment discerner le vrai du faux » (source : http://www.unpoissondansle.net/xaris/xa.php?i=8#r6) :

Donald Gee, dans le livre « les dons spirituels » affirme : « Des Mormons m’ont un jour mis au défi de lire leur livre après avoir sincèrement prié pour que la vérité me soit révélée. Ils m’ont affirmé qu’une sensation de chaleur dans la poitrine serait une indication claire de la conviction de Dieu. Ramseyer garantit l’authenticité du parler en langues par le sentiment que l’on ressent : “On peut sentir dans son esprit la beauté, l’élévation, la richesse d’une parole en langue inconnue, mais le but du don d’interprétation est de rendre ces choses accessibles à l’intelligence… »

Que dire du bien-être (psychologique) éprouvé par ceux qui récitent des mantras ou qui utilisent des chapelets ? J’ai souvent discuté avec des Catholiques pratiquants qui ne jurent que par Marie grâce à la sensation précise de sa présence dans leur vie. Leurs sensations valident-elles leur doctrine ?

David ressentit les sensations et la présence de l’Esprit saint. Il sentit de la chaleur et un picotement, ce qu’il a lui-même décrit comme une “énergie” pénétrant son corps. (De nombreuses personnes emploient des termes comme “énergie” ou “électricité” pour décrire les sensations qu’elles éprouvent pendant la prière pour la guérison.

Je connais une personne non chrétienne qui éprouve les mêmes sensations lorsqu’elle guérit les brûlures. On ne peut dire que des picotements ou de la chaleur manifestent la présence de Dieu, d’abord parce que la Bible ne le dit pas. Ensuite parce que les mêmes phénomènes se produisent en dehors du christianisme. Il faut d’autres filtres que les sensations comme critère de vérité. “C’est l’Esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien, les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie” (Jean 6.63).

idolatrie pape francoisEt que dire de tous ces catholiques qui, après avoir témoigné et vécu l’expérience du baptême du Saint-Esprit et du parler en langue, continue de plus belles dans leurs hérésies contraire à la Saine Doctrine ?

Fernand LeGrand dans son ouvrage « Tout savoir sur le parler en langues », soulève un point très intéressant au sujet des prétendus baptêmes du Saint Esprit observés dans une partie du monde catholique (**) :

« L’esprit qui agit dans l’Église romaine est-il le Saint-Esprit ? En parlant de l’Esprit Saint, Jésus a dit : « Il vous conduira dans toute la vérité ». C’est le propre du Saint-Esprit. Le propre de l’esprit mauvais est de conduire dans une partie seulement de la vérité. Or, un des effets les plus frappants du charismatisme catholique, c’est de conduire ses adeptes dans une partie de la vérité et une partie d’erreur comme par exemple : la prière spontanée ET le chapelet ; l’adoration du Christ ET du saint-sacrement ; la lecture de la Bible ET le culte de Marie.

Suivent quelques témoignages de gens qui ont été baptisés du Saint-Esprit, l’un en finissant de réciter son chapelet, l’autre pendant qu’il chantait une hymne à la messe, une autre encore pendant qu’elle était agenouillée et priait la sainte Vierge.

Ces témoignages suffisent nettement à démontrer que l’esprit qui baptise ces gens est en contradiction avec les Écritures et ne peut aucunement être le Saint-Esprit. Ce n’est pas mettre en doute l’oeuvre du Saint-Esprit mais bien lui attribuer une telle horreur et une telle idolâtrie qui constitue un blasphème contre sa divine personne. »

Alors mes amis, prenons garde et ne nous laissons pas fléchir ni séduire facilement par quelques inspirations, quelques expériences, quelques miracles ou quelques grands moments d’émotions qui viendraient soit disant de Dieu, quand bien même quelques miracles et prodiges auraient lieu, mais pratiquons avec fermeté et persévérance ce conseil de Jean : « Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. »

Ainsi donc, remémorons nous le précieux conseil du Messie Yéshoua notre sauveur : « Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. » (Matthieu 10.16). Que notre critère de vérité demeure avant toute chose La Parole de Dieu, le seul vrai rempart contre les séductions et les mensonges de l’ennemi.

Les fruits de l’Esprit et l’amour selon Dieu (qui consiste à garder ses commandements – 1 Jean 5.3), le comportement dans l’épreuve, la fidélité et l’obéissance à la Torah de Dieu et aux Paroles du Messie : autant de clés nous permettant d’éprouver les esprits.

Le Serpent ancien agit et sévit toujours grandement ici bas, séduisant si possible même les élus, et sachant qu’il a peu de temps, il redouble d’efforts. Ses moyens de séductions sont nombreux et subtils comme nous l’avons brièvement vu dans cet article. Nos armes les plus efficace ? La prière, La connaissance des Saintes-Ecritures, la fidélité à la Saine Doctrine, l’observation des commandements de Dieu, l’étude de la Torah, l’obéissance à Dieu afin de grandir dans l’humilité, la sagesse, le discernement et l’amour véritable afin de paraître « devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche » (Colossiens 1.22).

Que l’Eternel Dieu vous comble de son plein discernement et puisse armer et équiper spirituellement tous les lecteurs de cet article afin de tenir ferme contre les ruses du diable après avoir tout surmonté !

« Et ce que je demande dans mes prières, c’est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez purs et irréprochables pour le jour du Messie, remplis du fruit de justice qui est par le Messie Yéshoua, à la gloire et à la louange de Dieu. » (Philippiens 1.9-11)

Article réalisé par Thomas.

** : Concernant Fernand LeGrand, à part ce qui est présenté ici sur ce site, nous ne cautionnons pas forcément la totalité de ses enseignements, notamment ceux présents dans son ouvrage controversé « Tout savoir sur le parler en langues », bien qu’il écrit par ailleurs des choses vraies et intéressantes. Une fois encore : sachons retenir ce qui est bon et rejeter ce qui est mauvais ainsi que nous le demande Dieu dans les Ecritures.

Pour aller plus loin et grandir dans la connaissance de la Torah du Très-Haut et de son Mashia'h (Messie), découvrez notre plateforme d'étude LeRetourAuxRacines.com

 

Laissez un commentaire pour nous partager votre opinion !

Note importante relative au contenu des articles du site web : Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète de l’article, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

En dehors des citations et autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessaloniciens 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre liberté en Yéshoua pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine. En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages : « Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme.[…] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot). Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Pour de plus amples informations, voir la déclaration de foi

Restez informés !
Articles, études, vidéos inédites : Recevez les dernières nouveautés du site web en rejoignant près de 8000 abonnés :
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Les 3 articles/vidéos les plus vus :

Pour aller plus loin :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :
/* */

14 Commentaires

  1. GUY

    En toute humiliter je me permet d intervenir dans votre reflexion qui me fait reagir dans un positif spirituel.
    Dieu vous benisses pour la clarté de la ,parole de DIEU que vous enseigner .
    Satan lui meme se deguise en ange de lumiere wesley a dit un jour : les diables blanc sont plus dangeureux que les diables noir .. Il est telle ment difficile aujourd hui pour beaucoup ,de discerner la contrefaçon de ce qui parait biblique mais ne l est pas . Celui qui a reçu l amour de veriter dans son coeur ne peut s egarer car le SAINT ESPRIT nous conduira dans toutes la veritè.
    GLOIRE A DIEU POUR CES AVERTISSEMENTS. LA CHAIR EST CAPABLE D IMITER BEAUCOUP DE CHOSE . Elle sait surtout faire la religieuse se faire passer pour une chretienne mais cela reste neanmoins de la corruption.
    DIEU vous benisses

    Réponse
  2. merouani bououden

    Shalom Thomas , voila je n’est pas pour habitude d’intervenir dans tes études qui sont très édifiantes , mais en ce qui concerne Ferdinand Legrand sur le (parler en langue ) , il y a beaucoup de confusion et de mauvaise interprétations , surtout dans le milieu évangélique pentecotiste , ce monsieur a seulement voulu montrer le mauvais usage pratiqué chez certaines dénominations qui pratique la glossolalie sans dicernement aucun .

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Merci pour cette intervention, je t’encourage à le faire plus souvent, tes contributions dans les commentaires sont les bienvenues 😉

      Réponse
  3. Marcus

    Comment distinguer le vrai du faux ? Cela reste un problème récurent car de nos jours tant de maux accablent le genre humain que ce dernier court nécessairement après les solutions. Tant de prophètes sont à tous les coins de rue ou des pistes de villages (allez en Afrique), qui pour guérir, qui pour rendre riche, etc. On y voit des gens vomir, pleurer, gémir, entrer en transe, acheter des eaux miraculeuses puis affirmer que l’usage de ces eaux est vraiment miraculeux. Sont-ce des témoignages sérieux ou des affabulations ? Ou des complices du manipulateur ? J’ai lu avec beaucoup d’attention votre article mais il me semble que vous pourriez allez plus en profondeur des faits et gestes en rapport avec l’actualité que de toujours citer la Bible, comme le font ces gens-là qui proclament haut et fort agir au nom de Jésus.

    Réponse
  4. ado issia

    merveilleux conseil.amen.soyez benie

    Réponse
  5. marilou

    Le Seigneur Yeshoua nous dit d’adorer le Père en esprit et en vérité. C’est bien pour nous avertir de ne pas chercher à ressentir des sensations ou des émotions, ou bien faire des expériences extra-sensorielles ou mystiques. Il nous demande d’examiner toutes choses et de juger dans le sens de discerner pour pouvoir faire le bon choix et ne pas se laisser piéger par les fausses doctrines. Si on a l’amour de la vérité et que nous prions pour demander le discernement, l’Esprit Saint, le Rouah HaKodesh nous guide et nous donne la compréhension de la Parole -Toutes les écritures sont inspirées de D.ieu et il n’y a rien à retrancher et rien à rajouter. C’est vrai que l’ivraie et le blé poussent ensemble ! c’est inévitable mais pas toujours facile à comprendre et à accepter. Mais le plan de D.ieu est parfait. Se confier en Lui, le louer et Lui rendre grâce en toutes choses, c’est la plus belle des expériences à vivre…

    Réponse
  6. Adrien

    Ne tirons pas les textes de leur contexte. Dieu réprouve le culte idolâtrique rendu à d’autres dieux et aux idoles païennes, ainsi que l’indique le verset : « Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. » (Ex 20.3). Ce culte s’exerçait traditionnellement sur des statues ou idoles. D’où encore la suite du verset cité: « …tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point. » (Ex 20.5; Lév 26.1). Alors ce que Dieu interdit, ce ne sont pas toutes les statues, les images ou les objets, mais SEULEMENT celles qui font l’objet d’un culte idolâtrique. Dieu condamne le culte idolâtrique, qui consiste à adorer ou invoquer un objet ou une créature comme sacré et doué d’un quelconque pouvoir (voir Isaïe 44.17). Ainsi en était-il des idoles égyptiennes et du veau d’or (Ex 32). Et ainsi en est-il des amulettes et de tout objet considéré comme magique ou puissant en soi-même.
    Dieu n’interdit pas toutes les statues, les images, etc. La preuve: dans la même Bible, il prescrit certaines représentations ou statues. Ainsi les deux chérubins (= anges) en or sur l’arche d’alliance (Ex 25.18-20) ou le serpent d’airain au désert (Nombres 21: Les Israélites devaient même regarder celui-ci – et non l’adorer! -pour être sauvés de la morsure des serpents; cette effigie de serpent était la préfiguration du Christ crucifié qui sauve du péché: cf. Jn 3.14.) Ces statues sont prescrites par Dieu, et elles ne sont évidemment pas des idoles à adorer. Elles sont prescrites comme des SIGNES de la présence protectrice et salvatrice de Dieu, destinés à éveiller la foi et la confiance des Israélites. Il s’agit donc des signes. Ainsi dans les Actes des Apôtres: « Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient». (Ac 19.11-12) Regardant ce texte nous comprenons bien alors le pourquoi de l’importance des reliques des saints.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Shalom Adrien, merci pour votre intervention mais je crois que votre perception et votre explication de l’idolâtrie est incomplète et ne tiens pas compte de notions importantes.

      Par exemple, il est aujourd’hui clair et avéré que le culte et la place disproportionnée que Marie occupe dans le catholicisme ne sont apparues qu’à partir du 2ème siècle à l’époque même où l’influence païenne et son cortège d’idolâtrie faisait son entrée dans le catholicisme naissant.

      A l’époque des Rois, Dieu nous montre l’exemple du comportement à tenir lorsqu’il y a déviance vers l’idolâtrie. Les enfants d’Israël sont déjà passés par là, et la conduite à tenir est connue de tous, et nous montre la voie à suivre : il fut une époque ou le fameux “serpent d’airain” dont vous parlez commençait à occuper une place trop importante dans le coeur du peuple de Dieu, et ce serpent d’airain fut détourné de ce qu’il était (ce qui n’a jamais été le cas des 2 chérubins durant tout le temps de leur présence dans le Kodesh Hakodachim (saint des saints), et dont la confection fut ordonnée par la bouche de Dieu lui-même).

      Le Rav Gabriel Dayan explique au sujet du serpent d’airain :« De nombreuses personnes le servaient comme une idole. (Pessa’him 56a) ».

      Le roi Ezechias a agit, de manière conforme aux voies de Dieu : « Il fit ce qui est droit aux yeux de l’Eternel, entièrement comme avait fait David, son père. Il fit disparaître les hauts lieux, brisa les statues, abattit les idoles, et mit en pièces le serpent d’airain que Moïse avait fait, car les enfants d’Israël avaient jusqu’alors brûlé des parfums devant lui » (2 Rois 18:4)

      Et encore : « Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction » (1 Cor 10:11)

      La Torah, l’Ecriture est notre guide pour savoir ce qui est bon, ce qui ne l’est pas et tirer leçon des erreurs passées. L’Eglise catholique et son cortège de statue mariales par exemple, est dans une grande idolatrie bien pire que celle du serpent d’airain de l’époque des rois, et ce n’est pas sans raison que Dieu a permis et susciter la réforme (qui est loin d’être terminée). La voie à suivre est tracée, le chemin est resserré, à chacun de choisir et d’agir en conséquence.

      Voici en outre, un extrait d’une définition de l’idolatrie écritre dans le Ebook spécial consacré au commandement sur le sang :

      « Malgré le respect que nous portons pour les individus catholiques et protestants en tant que tels, le culte à Marie et aux saints, pour ne parler que de ce qui est le plus flagrant, est une hideuse et flagrante idolâtrie des plus grotesques, au point que, les enseignements des sages d’Israël, lorsqu’ils parlent d’idolâtrie, ne parlent même pas de ce type d’idolâtrie que l’on observe dans le catholicisme, tant cette idolâtrie mariale est grossière et évidente.

      Dans une définition très simple, l’idolâtrie, nous le savons, est ce qui prend la première place dans notre cœur devant Dieu et qui lui fait de l’ombre. Dans son aspect le plus extrême, l’idolâtrie consiste à figer une idée, une pratique, un trait de caractère, une personne, etc., et à lui accorder une place et de l’importance faisant de l’ombre à Dieu. Ce que disent les sages, c’est que cette idolâtrie, dans son aspect le plus extrême et grossier, se matérialise dans le monde concret par des statuts de la chose qui a pris la priorité sur Dieu dans le cœur de la personne : c’est l’aspect le plus visible de l’idolâtrie selon la Torah.

      Nous le savons, le Messie le dit merveilleusement bien : c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. Ainsi, lorsque l’on voit nombres d’écrits et de prières catholiques remplies de références à Marie, de vénération au point de la qualifier de « divine mère qui sauve » et de « Reine des cieux », lorsque l’on voit, de surcroît, les statues sans nombre de Marie érigées ça et là, chacun peut dès lors très facilement conclure si oui ou non l’Eglise catholique est idolâtre et comment agir à cet égard comme il est dit quelque part dans l’Ecriture au sujet des peuples idolâtres : « vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons. Voulons-nous provoquer la jalousie du Seigneur ? Sommes-nous plus forts que lui ? » (1 Cor 10:21-22) » (Source : Ebook : La consommation de sang chez le chrétien e(s)t le mur de la séparation)

      Dans un article plus récent paru sur le site, il est dit ceci de l’idolâtrie :

      « Une des facettes de l’idolâtrie est ce besoin obsessionnel de s’attacher à des choses concrètes, sûres, que l’on peut voir et palper. Pour beaucoup, il est effectivement très dur de s’attacher à quelque chose d’invisible et d’insaisissable, d’infini tel que Dieu. Ils avaient Moshé comme intermédiaire pour suivre Dieu mais n’étant plus il fallait le remplacer.

      En Jean 20:29, c’est bien ce que Yéshoua, après sa résurrection, fera comprendre à Thomas, qui avait besoin de voir pour croire dans la résurrection du Messie : « Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru ! » Oui, bien heureux celui qui s’attache et fait confiance au Dieu infini, immortel et invisible sans l’avoir jamais vu, ses mérites sont grands, bien plus encore que celui qui croit après avoir vu !

      Mais pour beaucoup, faute d’une étude régulière de la Torah de Dieu, cet attachement est très difficile et c’est ainsi que les statues sont nées, symboles par excellence de l’idolâtrie et de ce besoin de s’accrocher, de s’attacher à du concret.

      Dans le monde religieux, on trouve l’attachement à des statues, des emblèmes, des signes, des pasteurs, des rabbins, etc. : lorsque la personne perd cet attachement et ressent le besoin d’en trouver un autre pour maintenir sa relation avec Dieu, c’est une preuve qui nous indique qu’elle marche sur les sentiers de l’idolâtrie.

      Au regard du catholicisme, et de sa pléthore de statues mariales qui est une réalité indiscutable, ce commentaire du Ramban est très intéressant et parlant puisque c’est bien souvent le même esprit que l’on retrouve dans le discours de plusieurs catholiques pour nier ou réfuter l’idolâtrie dans laquelle ils sont pourtant engagés : ils disent adorer Dieu et Dieu seul et non les statues. Mais comme dirait le Maître Suprême : « c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle » et la profusion de statues mariales et d’icônes en tout genre, cumulées à l’abondante présence de Marie dans la bouche du fidèle catholique, est là comme un témoin d’une grande et vaste idolâtrie qui imprègne les cœurs, les paroles, les prières et viennent se concrétiser dans la réalité par la statue. Les statues mariales représentent une armée de veaux d’or modernes. » (Source : Les 2 extrêmes de l’histoire de l’Eglise en quelques versets)

      Au revoir.

      Réponse
  7. Jaz

    Rencontrer Dieu est une benediction en propageant la verite sur Israel en francais. Merci et que Dieu permette que Thomas et les collaborateurs puissent oeuvrer longtemps. Ils sont des messagers importants en ces temps que nous vivont !

    Réponse
  8. marc

    Dieu séparera l’ivraie du blé
    Mais la vie chrétienne n’est pas exempte d’émotions
    N’oublions pas que le royaume de Dieu, c’est la paix, et la joie par le Saint Esprit.(Ro 14,17)

    Les signes et les miracles ne sont pas tous à jeter au feu
    Jésus disait :Jean 10.37 Si je ne fais pas les oeuvres de mon Père, ne me croyez pas

    C’est aussi transporté par l’Esprit que David dansait et tournoyait devant l’arche de l’Eternel(2 Sa 6, 16)
    On peut passer de très bons moments avec le Seigneur.
    Psaumes 16.11 Tu me feras connaître le sentier de la vie; Il y a d’abondantes joies devant ta face, Des délices éternelles à ta droite.
    C’est réel, ce n’est pas qu’une vue de l’Esprit
    les religieux sont tristes et toujours à mettre des jougs sur les gens
    l’homme rempli de l’Esprit est toujours joyeux
    Psaumes 45.7 (45:8) Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté: C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint D’une huile de joie, par privilège sur tes collègues.

    Réponse
    • Tom Admin

      Absolument Marc comme dit dans l’article : Si certaines de ces expériences (joies, danses, émotions, miracles, etc) peuvent être assurément authentiques et provenir véritablement de l’Esprit du Dieu de gloire, ne commettons surtout pas l’erreur d’« ajouter foi à tout esprit » (1 Jean 4.1) et d’acquiescer systématiquement dès que nous entendons ce genre de témoignage ou que nous voyons quelques larmes couler sur un visage, sans préalablement avoir « éprouvé les esprits » (1 Jean 4.1).

      Cet article a pour but d’attirer l’attention sur La séduction certaine de l’ennemi qui oeuvre parmi les enfants de Dieu par « de bien malfaisante falsification de l’Esprit » en utilisant des personnes qui portent le nom de chrétien mais qui abolissent sa Parole et la Torah, tordent les Ecritures et/ou sont idolâtres comme le démontre l’article (l’ivraie parmi le blé, ivraie qui sera bientôt totalement arraché par les anges du Seigneur).

      Ésaïe 4.1 à méditer : « Et sept femmes saisiront en ce jour un seul homme, et diront : Nous mangerons notre pain, Et nous nous vêtirons de nos habits; Fais-nous seulement porter ton nom ! Enlève notre opprobre ! » (ce verset représente aussi cette partie des croyants qui veulent porter le nom de chrétien mais qui préfèrent manger leur propre pains (enseignements de la Parole déformée, tordus, commandements d’homme etc) et leur propres habits (traditions d’hommes, propre justice).

      Réponse
    • Jeremy

      Amen Alleluia, le jugement appartient à l’Eternel.

      Dieu aime son peuple et prend soin de lui corps âme et esprit.

      Il fait prospérer l’état de notre âme.
      3 jean 1:2

      Et notre âme est le siège de nos émotions et sentiments.

      Ce qui signifie que son but c’est aussi que nous experimentons une paix, une joie et un amour qui surpasse toute intelligence (Philipiens 4:16)

      Lorsque nous hommes nous laissons saisir par ce grand et merveilleux Dieu je trouve cela normal qu’il y ai des manifestations et des situations qui nous depassent.

      Néanmoins ce qui nous depasse ne le depasse pas, c’est pourquoi il dit “Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces”
      Philipiens 4:6.

      On reconnaît un arbre à ses fruits, Dieu est amour, compassiob, misericorde et juste.

      Il ne juge pas comme nous.

      Ma prière c’est uniquement que Dieu nous donne la grâce de ne pas juger sévèrement ce que notre esprit humain n’arrive pas à saisir afin de ne pas attirer le jugement sur nous.
      “on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis” Luc 6:32

      Et qu’avant que nous essayons de donner des enseignements nous demandions au st esprit de nous enseigner car c’est lui l’enseignant, le conseillé, le fidèle ami et qui nous fais reconnaître ce qui vient du pere et ce qui vient de l’homme.

      Que Dieu vous bénisse abondamment et que le seigneur nous aide à grandir dans la connaissanse de sa personne et de sa nature qui est l’amour.
      C’est au nom de Jesus-Christ que j’ai fait cette prière, Amen.

      Réponse
      • RencontrerDieu.com

        Amen ! Je rajouterai cela : qu’il nous donne de marcher dans l’équilibre de Sa Torah, dans l’amour en Yéshoua son Fils, car là est le chemin étroit.

        Il y a ceux qui ne juge jamais et ne disent jamais rien même face à l’aberration, l’Apostasie évidente, et cela par manque de sagesse, de discernement et d’une mauvaise compréhension des différentes définitions du mot “juger”. Et il y a ceux qui sont constamment dans le jugement, la critique et regarde toute chose d’un mauvais oeil.

        Qu’au Nom du Messie Yéshoua, le vrai Mashia’h D’Israël, l’Eternel Dieu donne à son peuple l’équilibre, le discernement et un coeur pour écouter, obéir et le craindre ainsi qu’il est dit : « Maintenant, Israël, que demande de toi l’Eternel, ton Dieu, si ce n’est que tu craignes l’Eternel, ton Dieu, afin de marcher dans toutes ses voies, d’aimer et de servir l’Eternel, ton Dieu, de tout ton coeur et de toute ton âme; si ce n’est que tu observes les commandements de l’Eternel et ses lois que je te prescris aujourd’hui, afin que tu sois heureux ? » (Deutéronome 10:12).

        Réponse
  9. Berny

    Cher ami,
    Le livre de Fernand Le Grand « Tout savoir sur le parler en langues » est remarquable d’intelligence spirituelle; laquelle faisant grandement défaut dans les milieux laodicéens.
    Vous auriez raison de présenter vos points de désaccord et de ne pas entraîner vos lecteurs dans des vues qui vous sont seulement personnelles.
    En effet l’Ecriture est la règle, non pas l’Esprit bien que nous ne puissions pas nous servir correctement de l’Ecriture sans l’Esprit. (WK)
    QLSVB

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This