Comment mettre en pratique la loi de Dieu sans légalisme ?

Une réponse de Mickaël Rood

« Si vous saviez ce que signifie : Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices, vous n’auriez pas condamné des innocents. » (Matthieu 12.7)

 

mickael rood francais messianique loi torah jésus yeshouaNous sommes ravis de vous proposer un nouveau montage vidéo inédit avec le sous-titrage français exclusif réalisé par l’Equipe du site rencontrerdieu et portant sur un enseignement de Michaël Rood qui est déjà intervenu sur un autre sujet dans un précédent article-vidéo : Quels commandements de la Torah les chrétiens devraient-ils observer ?

Pour rappel, Michael Rood est un converti au Dieu d’Israël et au Messie Yéshoua, il est également auteur, historien, enseignant et animateur et, avec quelques décennies d’études bibliques à son actif, Michael Rood révèle la beauté et la simplicité de l’Evangile, tout en exposant les traditions chrétiennes, leurs erreurs et les contes de fées qui empêchent les croyants de réaliser leur véritable vocation en marchant pleinement dans la Saine Doctrine du Dieu d’Israël.

Effectivement, beaucoup de croyants sincères ont bien débuté leur vie chrétienne mais ont été bloqués et stoppés malgré eux dans leur croissance spirituelle à cause de la terrible fausse doctrine de l’abolition de la loi (Torah), une doctrine encore très répandue dans une partie du monde chrétien amenant plusieurs à faire « naufrage par rapport à la foi » (1 Timothée 1.19).

Voici en quoi consiste cette fausse doctrine : en interprétant négativement et d’une manière erronée plusieurs textes du “nouveau testament”, cette doctrine distille dans le coeur des nouveaux convertis, la pensée que “l’ancien testament” est une chose révolue, dépassée et par conséquent, les chrétiens n’auraient plus à étudier ni à mettre en pratique la Loi de Dieu, aussi appelée Loi de Moïse ou Torah Dans le monde Juif.

La Torah serait caduque, désuète et pour beaucoup, elle n’aurait plus qu’une utilité d’ordre histoire : Le “Jésus” qui est présenté est un Jésus qui les aurait libéré de la Loi de Dieu, ou dit autrement : Jésus leur permettrait de se soustraire à la Torah de Dieu…

Si quelques juifs pieux conscients de la valeur de la Torah lisaient ce texte, à défaut d’un rire nerveux, ils ne pourraient certainement que s’attrister d’une telle chose… Cependant, les textes de la Brit Hadasha (alliance renouvelée) ont prophétisé au sujet de l’enseignement du Messie Yéshoua en avertissant qu’il serait perverti comme nous le voyons effectivement aujourd’hui et depuis des siècles. Mais fidèlement aux promesses divines données à Israël et qui s’applique également aux disciples du Messie Yéshoua : « Des boiteux je ferai un reste » (Michée 4.7)

La doctrine de l’abolition de la Torah est une grave et malfaisante erreur qu’il faut combattre énergiquement car, enMoise Loi de dieu aboli plus d’entacher la vérité au sujet du Messie d’Israël, elle prive beaucoup de chrétiens des nations d’un nombre considérable de bénédictions et d’enseignements solides et fondamentaux d’une rare importance pour grandir dans la connaissance de Dieu et marcher dans la sanctification comme il est dit : « Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier ? En se dirigeant d’après ta parole. » (Psaumes 119.9)

En réalité, il faut bien comprendre que ce faux enseignement tire son origine dans l’antisémitisme exacerbé de certains pères de l’Eglise catholique qui ont, dès les premiers siècles, tordu et falsifié la Parole de Dieu afin d’annuler et de retrancher pour les chrétiens des nations, tout ce qui était “un peu trop juif”.

Ainsi, tous les stratagèmes furent utiles : diabolisation des juifs, changement de calendrier, suppression et/ou modification de certains commandements divin pourtant observés par les premiers disciples du Messie, invention de nouveaux termes péjoratifs tels que “ancien testament” et “nouveau testament” afin de bien faire la séparation avec les juifs, déformation, interprétation et traduction antisémite et anti-torah des Saintes Écritures etc.

Par exemple, dans un numéro du TMPI magazine, voici ce que dit Rav Emmanuel Rodriguez, juif messianique ayant reçu Yéshoua dans son coeur  :

« Pour Marcion, un père de l’Eglise, le dieu mauvais/limité est généralement associé au dieu créateur de l’ancien testament, le dieu bon étant le véritable inspirateur du Christ. Bien que catégoriquement condamnée, cette hérésie est encore bien présente dans la pensée chrétienne (…)

Irénée a amorcé l’effacement des racines juives de la foi chrétienne. Il s’exprime sans ambiguïté à cet égard : « la loi juive, bonne un temps, est désormais révolue ». Irénée dira aussi : « la loi du Sinaï donnée à Israël et tout ce que cela implique est devenu inutile et que seul maintenant demeure la foi chrétienne manifestée pour la liberté ».

Oui, vous avez bien lu : Dieu dit que Sa loi est la vérité, parfaite et indispensable pour la sanctification et Irénée dit qu’elle est inutile…

empereur-constantin-christianisme-paganismeAu 4ème siècle, l’empereur Constantin contribua à propulser comme jamais le pagano-christianisme et toutes sortes de fausses doctrines. Par exemple, au sujet de la fête de Pâque (Pessah) qui est un commandement divin, précieux et important, Don Finto écrit dans son excellent ouvrage « Ton peuple sera mon peuple » :

« Constantin écrivit aux évêques rassemblés à Nicée : “dans la célébration de cette fête la plus sainte (pâque), il apparaît comme une chose indigne que nous suivions la pratique des Juifs, eux qui ont si irrespectueusement souillé leurs mains par ce péché si énorme, au point d’être, par conséquent et à juste titre, affligés d’aveuglement d’âme”. Et pour conclure le concile, Constantin obtint satisfaction et fêta cela par un gigantesque banquet ecclésiastique. »

Cliquez sur ce lien si vous désirez vous procurer l’ouvrage de Don Finto que nous avons lu et que nous vous recommandons : Ton peuple sera mon peuple : Comment Israël, les juifs et la véritable Église de Jésus-Christ s’uniront dans les derniers jours (Lien affilié)

NOTE IMPORTANTE : Un E-book spécial et fouillée au sujet de la naissance de l’apostasie depuis l’église primitive jusqu’à nos jours est en cours de rédaction, n’hésitez pas à vous inscrire pour être tenu au courant :

Ainsi, la vidéo de Michael Rood que nous vous présentons traite avec efficacité et simplicité une des nombreuses doctrines anti-Torah encore largement répandue dans le christianisme : Quiconque observerait la loi de Dieu serait considéré comme une personne légaliste et charnelle, n’ayant pas l’Esprit. Selon la doctrine de ces personnes, l’Esprit de Dieu ne saurait nous conduire à observer la loi divine qui est considérée comme un fardeau pesant et ainsi, l’observation et le mise en pratique de la loi de Dieu serait prohibée, très mal reçue, condamnée et perçue comme une malédiction : c’est ici le fruit de la pensée des pères de l’église, une fausse doctrine encore bien présente et ancrée dans la pensée de beaucoup.

Que personne ne se méprenne : nous savons qu’il y a beaucoup de personnes sincères et authentiques qui cherchentseduction mensonge bible paul fausse doctrine Dieu de tout leur coeur mais qui sont dupées malgré eux par des enseignements faux, difficiles à déceler car instillés subtilement dès le début de la conversion par ceux qui sont censés être des maîtres. Par conséquent, plus le temps passe, plus ces fausses doctrines prennent racine profondément dans le coeur du converti et après de nombreuses années, il devient difficile d’extirper le mal tant il a jeté de profondes racines dans le coeur  : seul la prière, l’amour de la vérité et la grâce de Dieu peut permettre de sortir du piège.

Dieu seul sera juge de toutes ces choses ; pour nous, il convient d’annoncer la parole comme il est dit :

« Nous ne falsifions point la parole de Dieu, comme font plusieurs; mais c’est avec sincérité, mais c’est de la part de Dieu, que nous parlons en Yéshoua le Messie devant Dieu. » (2 Corinthiens 2.17) et encore : « C’est pourquoi je vous déclare aujourd’hui que je suis pur du sang de vous tous, car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher. Prenez donc garde à vous-mêmes » (Actes 20.26)

Ainsi, cette vidéo de Michaël Rood vient démolir un peu plus ce faux enseignement qui consisterait à culpabiliser, à condamner et à déclaré maudite une personne qui observerait la loi de Moïse, en lui faisant croire qu’elle serait légaliste, charnelle et non agréable à Dieu.

Regardez par exemple, une courte citation extraite d’une réaction de certains chrétiens “ancien” qui sont pourtant capables de déclarer à une personne qui observe la loi  de Dieu avec joie et simplicité :

doigt-accusateur« Les gens comme toi, qui s’efforcent de pratiquer la loi, ne sont pas agréables à Dieu, car ils servent dans la chair. »

Malheureusement, ce genre de phrase est une chose récurrente parmi ceux qui abolissent la loi de Dieu.

Bien que la vidéo dévoile l’erreur de tels propos et les détruit et que Dieu lui-même déclare “heureux” quiconque garde la loi divine, on peut se demander comment ce type de personne lirait ces quelques autres versets sélectionnés parmi des centaines similaires :

« Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés. » (Romains 2.13)

« Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements … celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’oeuvre, celui-là sera heureux dans son activité. » (Jacques 1.22-25)

Et encore, au sujet d’Elisabeth et Zacharie : « Tous deux étaient justes devant Dieu, observant d’une manière irréprochable tous les commandements et toutes les ordonnances de l’Eternel. » (Luc 1.6)

Il est étonnant de voir comment des personnes d’une certaine influence et ancienneté dans le christianisme peuvent balayer d’un revers de mains des centaines de versets bibliques dont le croyant est censé s’inspirer : c’est ici le fruit de la pensée pagano-chrétienne et de cette apostasie prophétisée qui s’est répandue dans le christianisme depuis des millénaires.

Rappelons que le véritable légalisme est une étroitesse d’esprit que l’on trouve chez des personnes qui exigent d’autrui une strict observation des lois en dehors de toute considérations morales : c’est ici la véritable définition du légalisme.

Ainsi, le légalisme peut apparaître dans toute forme de religions et de cultures, aussi bien chez les juifs, que chez les chrétiens, les musulmans, les athées, etc.

En vérité, chez plusieurs personnes victimes de la fausse doctrine de l’abolition de la loi, nous assistons au comble du comble : en accusant ceux qui observent la loi d’être des légalistes désagréable à Dieu, ils ne se rendent pas compte qu’ils accusent précisément les autres de ce qu’ils sont eux-même et qu’en les jugeant, ils se jugent eux-même : en lançant des traits accusateurs et des jugements d’apparences sévères, en fuyant toute étude sérieuse de l’Ecriture pour comprendre leurs erreurs, ils démontrent une “étroitesse d’esprit” qui s’ajoute à la “strict observation” de leur doctrine, “en dehors de toute considération morale” et ainsi, mettant en oublie toute empathie, ils se mettent eux-même dans la peau de ceux qu’ils dénoncent, cherchant à retirer quelques pailles dans l’oeil de leur voisin sans voir le pilonne massif qui est logé dans le leur ; à l’image des pharisiens de la Brit Hadasha (alliance nouvelle), « ils condamnent l’innocent » et « transgressent le commandement de Dieu au profit de leurs traditions humaines ».

« Toi donc, qui enseignes les autres, tu ne t’enseignes pas toi-même ! … Tu déshonores Dieu par la transgression de la loi ! » (Romains 2)

Ce principe, qui consiste à accuser les autres de ce que l’on est soit-même, est une maladie de l’âme qui a déjà été expliqué il y a des milliers d’années par les sages d’Israël, ces fidèles observateurs de la Torah agréables à Dieu, ainsi que le rapporte le Rav Yonah de Gérone dans son ouvrage “les portes du repentir” :

« Le sot recherchera les défauts et les péchés d’autrui et lesdiable accusateur miroir propre péché critiquera. Par contre, il ne fera jamais la louange de ses prochains et ne parlera pas de leurs qualités, à l’instar des mouches qui préfèrent se poser sur les immondices. Les sages d’Israël ont dit que tous ceux qui ont un défaut en critique autrui ; ils ne font pas l’éloge des autres et ont tendance à attribuer aux autres leurs propres défauts » (kidouchin 70b).

Ainsi, nous sommes ravis et heureux de publier cet enseignement de Mickaël Rood qui, nous l’espérons, permettra à plusieurs de se défaire du mensonge pour suivre les voies droites du Dieu d’Israël, en Esprit et en Vérité afin de ne pas recevoir “un autre esprit” et un “autre évangile” (2 Cor 11.4).

Comme dit en début d’article, sur le site, vous pouvez retrouver une autre vidéo de Mickaël Rood en cliquant sur ce lien : Quels commandements de la Torah les chrétiens devraient-ils observer ?

A ce sujet, n’hésitez pas à consulter régulièrement le Dossier Spécial sur La fausse doctrine de l’abolition de la Loi (Torah) : https://www.rencontrerdieu.com/plus/dossier-special-la-fausse-doctrine-de-labolition-de-la-loi-torah-devoilee/

Prière : Que le Seigneur Dieu nous garde dans la vérité, protège nos coeurs des attaques du malin, nous accorde la véritable compréhension des Ecritures, nous aide à grandir dans ses commandements et à nous réjouir de sa délicieuse parole « sept fois épuré » (Psaumes 12.7). Seigneur, élargis nos coeurs toujours plus afin que, comme David, nous puissions encore et encore proclamer : « Je cours dans la voie de tes commandements, Car tu élargis mon coeur. » (Psaumes 119.32), Amen !

Article de Thomas.

faire un don RD

Laisse un commentaire pour nous partager ton ressenti et ton expérience !

Une étude et un partage réalisée par la seule grâce infinie d’HaShem(Dieu) et avec la précieuse aide des rabbanim d’aujourd’hui et des sages d’Israël d’autrefois.

Note importante relative au contenu des articles du site web : Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète de l’article, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

En dehors des citations et autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessaloniciens 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre liberté en Yéshoua pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine. En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages : « Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme.[…] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot). Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Restez informés !
Recevez régulièrement les dernières nouveautés du site web en rejoignant plus de 6500 abonnés !
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Pour aller plus loin :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

15 Commentaires

  1. jacqueline

    Merci pour votre réponse à laquelle je ne peux adhérer pleinement.
    Vous écrivez “Cette scission entre le nouveau testament et l’ancien, de voir un Dieu de l’ancien opposé au Dieu du nouveau, cette volonté d’opposer à la Loi de Dieu à l’Evangile, tout cela émane aussi en parti de l’influence de Marcion.” Marcion, d’origine païenne, est né après que l’Eglise fut établie ; et ce qu’il a décidé de prêcher fut rejeté très rapidement car contraire à la vision du Christ. Je connais bien l’église Catholique pour l’avoir fréquenté plus de 70 ans mais je n’ai jamais vu ni entendu personne opposer la Loi de Dieu à l’Evangile. Dans toutes les assemblées nous lisons des textes de l’Ancien Testament et du Nouveau testament. Evangile voulant dire “Bonne Nouvelle” il semble normal de faire une scission entre les deux parties de la Bible : l’Attente et la Révélation. Jésus a rappelé la Loi de Dieu et l’a vécue pleinement et il en est l’accomplissement personnifié.

    Quant à Irénée, pour moi qui ai étudié l’histoire de l’Eglise il ne me fut nullement présenté comme décrit. Jésus était anti Saducéens et anti Pharisiens, c’est à dire contre les Juifs qui appliquaient mal la Loi, Juifs que nous n’avons pas besoin de copier.

    Il y eu de grands débats au début du Christianisme quant à la question du Sabbat entre chrétiens d’Orient et ceux d’Occidents. Il faut toutes fois penser que les Pères de l’Eglise ont fait le bon choix car Jésus a reproché aux catholiques, de ne pas respecter le Dimanche. Le Dimanche est le jour du Seigneur, le jour de la Résurrection permise par le Père, donc jour à la Gloire de Dieu . Le Dimanche correspond donc bien au désir de Dieu. En quelque sorte il y a l’avant et l’après Résurrection. Ceux qui voulaient respecter la Loi à la lettre étaient les Saducéens.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Vous dites : « Marcion, d’origine païenne, est né après que l’Eglise fut établie ; »

      –> Ainsi que de nombreuses preuves historiques en tout genre le démontre et comme je vous l’ai quelque peu montré, à l’époque de Marcion, les choses étaient loin d’être aussi évidentes et il n’y avait aucune Eglise catholique tel que nous la voyons aujourd’hui. Les choses étaient bien différentes, au point que l’on ne peut pas dire qu’un Marcion soit né après l’Eglise. Non. Marcion est né dans une époque où l’Eglise catholique n’existait pas, une époque ou la paganisme entrait déjà au sein des premières assemblée qui étaient completement intégrées au judaïsme, sans aucun christianisme, et l’influence de Marcion, l’esprit qu’il y a derrière le personnage, a véritablement imprégnée un christianisme naissant qui commençait à se détacher du judaïsme de Yéshoua (Jésus). Et même si vous arriveriez à prouver que Marcion n’y ait pour rien, ce n’est pas tant le personnage qui est important mais l’esprit qui l’anime, de la même façon que l’esprit de l’inquisition catholique est aujourd’hui dans l’islam radical de Daesh par exemple. AU sujet de Marcion, l’esprit anti-loi de Dieu et anti-juif qui l’animait, est aujourd’hui pleinement présent dans le christianisme, qu’on le veuille ou on, et ne pas le voir est signe d’un aveuglement véritable.

      Vous dites : « Je connais bien l’église Catholique pour l’avoir fréquenté plus de 70 ans »

      –> J’ai connu des personnes qui l’ont fréquenté autant et en sont pourtant sortis par leur amour de la vérité. J’ai aussi connaissance d’un homme qui a oeuvré des dizaines d”années dans la pretrise, ayant eu accès à de nombreuses informations que certainement vous ne connaissez pas, et qui pourtant, en est sorti. En outre, j’ai moi même beaucoup discuté et échangé avec catholique et protestant : tout ce qui est dit ici est basé sur du concret, du réel et du vécu : les catholiques et les protestants abolissent une partie de la Torah voir la rejette entièrement : l’Apostasie est une vérité prophétisée par l’Ecriture et pleinement installée aujourd’hui dans le monde croyant. Peu importe les discours, le concret du terrain ne trompe pas : la Torah est en partie abolie par le monde chrétien et les juifs sont encore méprisés bien à tort.

      Vous dites : “je n’ai jamais vu ni entendu personne opposer la Loi de Dieu à l’Evangile.”

      –> Alors, certainement que le réseau internet s’étend à d’autres système planétaire et que l’on ne vit pas au même endroit du système solaire. Plus sérieusement, selon moi, deux possibilité à votre affirmation : soit vous n’avez pas étudié le sujet ou discuter réellement de la chose, soit une puissance d’aveuglement agit avec force. Gardez-vous le shabbat tel que le prescrit la Torah et non selon le dimanche erronée insitué par Rome des siècles plus tard et dont l’observance, même le dimanche, n’a rien à voir avec ce qu’enseigne l’Ecriture ? Gardez vous la cacherout ou suivez vous quelques fausses interprétations des propos de Jésus dans l’Evangile qui n’a jamais enseigné à manger n’importe quoi ? Observez vous les fêtes de l’Eternel ? Pourim ? Hanoukkha ? Connaissez-vous les régles merveilleuses et magnifiquement saintes des nidda (menstruation féminine) et comment Dieu désire que nous nous comportions à ce sujet ? J’ai discuté avec beaucoup de protestants et de catholiques et toutes ces choses sont abolies, terminée et caduques pour eux, des lois mortes qui n’ont plus de raison d’être, ce qui est une terrible erreur que le Messie Yéshoua (Jésus) lui même balai d’un revers de main en Matthieu 5.17-19 et dans toute la Bible.

      Vous dites : “il semble normal de faire une scission entre les deux parties de la Bible : l’Attente et la Révélation. Jésus a rappelé la Loi de Dieu et l’a vécue pleinement et il en est l’accomplissement personnifié.”

      –> Accomplissement ne signifie pas abolition, mépris et suppression. Aucune scission pour Jésus et les apotres qui ne se réferaient qu’aux Ecritures sans faire aucune scission d’aucune sorte, bien conscient de la puissance éternelle, de la validité et de l’importance immuable du moindre Iota de la loi et des prophètes, véritable jardin de merveilles spirituelles, comme nous le rappelle Paul en plusieurs endroits. Le nouveau testament, dans sa composition séparé du reste, et dans son interprétation, vient de l’influence de Marcion et de personne avec un esprit semblable qui veulent opposer le nouveau et l’ancien, la grâce et la loi, alors que cette notion n’existe pas chez nos modèles.

      Au sujet d’Irénée, vous avez probablement étudié un pan agréable et séduisant du personnage, pan qui voile étrangement l’évidence de son discours qui vise à reléguer la loi infiniment bonne, sainte et pure de Dieu, comme étant une chose à laquelle il ne faut pas retourner tandis que l’Ecriture, et non Irénée, n’a de cesse de nous dire le contraire.

      Enfin, au sujet du Shabbat, les grands débats ont surtout lieu chez ceux qui restent coupé d’Israel et qui ne veulent pas s’humilier, reconnaitre leur tort et leur orgueil pour venir humblement se greffer sur l’olivier franc. En dehors de cela, les choses sont claires et le peuple d’Israël, aujourd’hui encore, est là comme témoin irréfutable que le samedi est le jour du shabbat, le dimanche étant une apparition tardive, invention et fruit du paganisme entrant durant les premiers siècles et adopté par l’eglise catholique officielle naissante influencé par cet esprit anti-christ dont parle Daniel : « il voudra changer les temps et la loi »

      Regardez cette vidéo svp de 9 minutes svp : https://www.rencontrerdieu.com/project/revolution-monde-chretien-retour-shabbat-cours/

      Réponse
  2. Jacqueline

    Thomas,
    Je viens de lire une partie de ce texte où il est écrit “Marcion, un père de l’Eglise” Or Marcion a été rejeté par les Catholiques, le Marcionisme est une hérésie.
    Quand je lis ce qui est écrit sur Irénée qui vécu au deuxième siècle j’en suis plus que surprise, car Irénée a été un grand défenseur de la Bible, c’est à dire de la Thora. Sur Wikipédia on lit même “Chez lui, l’autorité des Écritures est absolue : la Bible suffit pour connaître Dieu et son œuvre, toute spéculation supplémentaire est vaine. Il affirme l’unité de la foi de celle de l’Église, et soutient que l’Écriture révèle un plan de Dieu pour le salut des hommes.” “L’Église fut pour lui la gardienne de la vérité et de la foi des apôtres reçue dans l’Écriture”. “La Nouvelle Alliance reprendrait le contenu de l’Ancienne. Irénée cherche par là à éviter le rejet de l’Ancien Testament, Corpus qu’il défend contre les simplifications anti-juives.”

    Quant à la fête de Pâques Constantin n’a rien à y voir, il vécu au quatrième siècle.
    Nous pouvons lire ” chez les premiers Chrétiens Pâques est la première fête célébrée dans les calendriers liturgiques chrétiens ; elle est attestée dès le IIe siècle. Elle commémore la Cène, la Passion et la Résurrection du Christ1, événements dont les quatre évangiles situent le déroulement lors des festivités de la Pâque juive à Jérusalem, le 14 Nissan du calendrier juif. Constantin n’a rien à voir avec l’Eglise à part qu’il a permis aux évêques de se réunir. Il fallait un lieu conséquent par réunir tout le monde.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Shalom Jacqueline, bien que hérétique rejeté par l’Eglise Catholique, l’influence de Marcion dans ce qui allait devenir l’église catholique est une réalité dont l’influence et l’esprit est aujourd’hui pleinement présent dans le catholicisme et le protestantisme. Cette scission entre le nouveau testament et l’ancien, de voir un Dieu de l’ancien opposé au Dieu du nouveau, cette volonté d’opposer à la Loi de Dieu à l’Evangile, tout cela émane aussi en parti de l’influence de Marcion, influence allant jusque dans la constitution même du canon biblique du nouveau testament, même si évidemment, il n’est certainement pas le seul.

      Dans le livre « Introduction au nouveau testament » de Daniel Marguerat, professeur de nouveau testament et exégète bibliste de renommé international, on peut lire :

      « Quelle a été l’influence de Marcion sur la formation du canon du nouveau testament ? La question reste débattue. L’opinion traditionnelle, qui remonte aux pères de l’Église, est que Marcion a créé son canon en opérant une sélection dans le canon plus large de l’Église. Mais le rapport chronologique doit certainement être inversée: le canon de Marsion a précédé celui de l’église. Selon Harnack, cette priorité dans le temps implique que Marcion a joué un rôle décisif: l’idée même d’un canon, d’un reccueil limité d’Écritures chrétiennes, est née avec lui. L’église, en définissant son nouveau testament, ne fait que reprendre et développer une idée marcionite pour mieux s’opposer à Marcion. Dans cette même ligne, plusieurs caractéristiques du canon de l’église ont été attribué à l’influence de Marcion. »

      Voyons un autre auteur, Georges Ory. Même si Georges Ory n’est pas une référence, cet auteur chrétien a écrit une chose intéressante au sujet de l’époque de Marcion :

      « L’orthodoxie catholique n’existait pas encore. Des groupes antagonistes existaient à Rome et ailleurs; ils devaient se supporter plus ou moins pendant que les grands ténors donnaient de la voix de temps en temps. Cette situation confuse dura au moins trois siècles.

      Il n’est pas exclu d’autre part que Marcion, quand il vint à Rome, fut déjà le chef d’un certain nombre de communautés chrétiennes, en particulier d’Eglises fondées ou affermies par Paul en Asie mineure ou en Grèce. D’autres communautés avaient pu être créées par son père ou par les apôtres pauliniens qui le convertirent. Marcion – lui-même grand voyageur – avait pu en constituer dans certains ports au cours de ses voyages. Il portait vraisemblablement le titre d’évêque et nommait des évêques, des presbytres et des diacres; après sa mort, il y eut une succession d’évêques marcionites. Il mourut peut-être entre 161 et 168; on n’entend plus parler de lui sous le règne de Marc-Aurèle. »

      Ainsi, avec ces quelques premiers éléments, dans l’article, Marcion est qualifié de père de l’église dans le sens où il a fait effectivement parti de ceux qui ont contribué à influencé le catholicisme naissant puis, plus tard, le protestantisme. C’est en ce sens que je le qualifie de père de l’église. Mais si vous ne le désignez pas comme tel, si les spécialistes de la question ne le désigne pas non plus comme tel, cela ne me gène pas et je peux corriger la chose par le rajout de cette note ici même au travers de ce commentaire.

      Ensuite vous parlez d’Irénée. Avant tout je tiens à nuancer : de mon côté, le fait de faire le focus sur ce qu’il y a de négatif chez Irénée dans sa participation à l’éloignement des racines juives de la foi, ne signifie pas que tout est mauvais et je suis certain qu’il dit d’excellente chose par ailleurs.

      Ensuite, lorsque vous dites : “Quand je lis ce qui est écrit sur Irénée qui vécu au deuxième siècle j’en suis plus que surprise, car Irénée a été un grand défenseur de la Bible, c’est à dire de la Thora.”, puis ensuite, lorsque vous citez wikipédia pour appuyer votre dire, je répondrais à cela : beaucoup de protestants diront la même chose de leur pasteur et d’eux même ou de leur théologien et pourtant, dans leur discours et leur doctrine, en bien des endroits, en grattant quelque peu ce joli vernis, on peut voir l’influence anti-torah et anti-juive qui dans le concret, est encore très présente dans le christianisme actuel, qu’il soit catholique ou protestant.

      Restons sur ce média de wikipédia pour trouver ces paroles même d’Irénée : « Et ceux qu’il a rachetés, il ne veut pas qu’ils reviennent à la Torah de Moïse – car la Torah a reçu du Christ son accomplissement » –> C’est tout le problème d’une terrible fausse interprétation de l’Ecriture aujourd’hui largement démontré par les spécialistes mondiaux du judaisme et du christianisme ancien. On a ici la preuve éclatante qu’en bout de course, il enseigne contre la Torah, même s’il prétend le contraire en d’autre endroit. Et pourquoi cela ? A cause de l’éloignement de la pensée juive et d’une compréhension totalement déconnecté et absente de ce qu’est la Torah selon la pensée hébraïque des Ecritures, celle des sages d’Israël conformément à l’enseignement de Yéshoua, lui qui enseignait au contraire à revenir à la Torah, comme tous les prophètes de l’Ecriture l’ont toujours fait.

      Au sujet de constantin, il y a erreur de votre part : il n’est pas question de l’observance de la paque dans les premiers siècles mais du changement opéré depuis l’influence de Constantin et de cette église naissante influencée par le paganisme, tout comme le shabbat a été changé par l’eglise catholique naissante : le dimanche au lieu deu samedi, ce qui est très grave et aujourd’hui encore pratiqué par les chrétiens contrairement à l’observance véritable du shabbat du samedi, chose que les juifs eux-même respecte encore fidèlement à la Torah.

      Réponse
  3. Gilbert Michel Guy

    Comme ils sont de peu de foi ceux qui vont jusqu’à inventer n’importe quoi, en tordant les Textes, et en s’imaginant que ce sont des mensonges qui peuvent donner de la “plus-value” à une religion !

    Réponse
  4. ella

    Merci Thomas c’est puissant , car la loi et les commandements sont l’expression de l’intégralité du caractère de Dieu. Il y a une seule norme à suivre dans ce monde et se sont les commandements de Dieu; Shalom

    Réponse
    • Marie Beauchesne

      Merci Thomas pour tes articles édifiants et très encourageants et très intéressants. Quand je lis tes études, mon cœur se rempli de joie car la vérité est proclamée. Que Adonaï YHWH te bénisse et te comble de toutes ses bénédictions en Yéshoua notre Machia’h

      Réponse
  5. Yannick

    Très bien, diffusons la Bonne Nouvelle qui est la mise en pratique des commandements de Dieu par la grâce que l’Évangile nous fait vivre, le pardon des péchés par la foi dans le Messie ressuscité qui confirme la loi divine, la délicieuse Torah de l’Éternel !! Allélou-YAH !!

    C’est une bonne conscience devant YHWH qui nous permet d’avoir la joie d’étudier Sa Parole, Sa Torah de vie. Merci pour l’oeuvre de la croix, Père ! ABBA !!

    Réponse
  6. Aurélie

    Merci infiniment Cher Thomas de rappeler inlassablement qu’:
    “Ainsi la loi est sainte, et le commandement est saint, juste et bon.” (Romains 7:12)

    Quel délice de pratiquer les commandements de l’Éternel :
    “Je te rendrai intelligent, m’a dit l’Éternel, je t’enseignerai le chemin où tu dois marcher; je te conduirai; mon œil sera sur toi.” (Psaumes 32:8)

    Réponse
  7. Yann Bringaud Paleo

    Je regarde toute à l’heure.. en parlant d’ erreurs d’interprétation… les musulmans soutiennent que Mohamed est dans la Bible.. que répondre à cela ?? Je parle notamment de Cantique des Cantiques chap 5 – voir ici : http://www.aimer-jesus.com/propheties_arrivee.php

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Oui, Yann, j’avais déjà débattu de ce sujet en 2014 sur un groupe et cela repose sur du vent.

      Voici ce que j’avais trouvé et rapporté dans un échange après une breve recherche :

      « Certains musulmans rapportent le verset 16 du chapitre 5 du Cantique des Cantiques « Son palais n’est que douceur, et toute sa personne n’est que charme » à Muhammad, pour la simple raison que, en hébreu, le mot mahamaddim, « délices », « douceur » que l’on y lit provient de la même racine.

      Mais nous constatons qu’en hébreu, ce mot est un nom commun et non pas un nom propre, comme le montre ici son usage au pluriel. Nous retrouvons ce même mot employé comme un nom commun en Osée 9, 6.16 ; 1 Rois 20,6 ; Lamentations 1, 10-11 ; 2, 4 ; Joël 4, 5 ; Isaïe 44, 6 ; 2 Chroniques 36, 19 ; Ézéchiel 24, 16. 21. 25.

      Dans ce dernier passage (Ézéchiel 24.16) : « les délices (mahamaddim) de tes yeux », il s’applique à une femme, la femme d’Ézéchiel (comparer le verset 18 ) et au fils et aux filles des Juifs idolâtre (verset 25).

      Ainsi, tout comme le prophète de l’Islam n’apparait pas du tout en Ezechiel 24.16 et dans aucun autre verset, il en est de même pour le cantique des cantiques.

      Semblablement, un Hindou pourrait affirmer que les noms de Ram et de quelques autres de ses divinités sont mentionnés dans le Coran parce que, dans la sourate 30, Ar Rum, verset 1, nous lisons غُلِبَتِ الْرّوُمُ – « les Romains ont été vaincus », du fait que les dictionnaires arabes présentent le mot Rum comme dérivant de la racine ram.

      Ce genre d’argument n’a donc vraiment aucun fondement et n’est pas digne d’hommes instruits et pondérés. »

      Je rajouterai cela : Si tu tombe sur un article qui avance ce genre d’argument, ça annonce la couleur et il semble inutile de lire le reste…

      Réponse
    • Yann Bringaud Paleo

      Magnifique ! je note et j’apprends par coeur ^^. Je ne perds pas mon temps à lire des trucs comme ça mais je “perds mon temps ” à essayer de gagner des âmes à l’oral, donc le truc c’est que y a un moment donné, je ne lis pas l’hébreu et quand on te sort ça à l’oral.. si t’es pas bon en rhétorique pour faire une pirouette tu te fais bouffer…

      Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Oui, c’est clair que face à certains arguments, si tu n’as pas un minimum étudié la chose, c’est tellement tiré par les cheveux que ça laisse parfois sans voix… Si les discussions sont bonnes pour comprendre son prochain, il faut arriver à discerner les discussions utiles de celles qui ne le sont pas. Par exemple, le site aimer-jesus, est un site rempli d’erreurs et il est bon de dévoiler 2-3 grosses erreurs majeurs qui y apparaissent pour les présenter à ceux et celles qui utilisent ce site par ignorance mais s’il persiste, toute discussion devient vaine… Avec cet exemple du prophète de l’Islam qui apparaitrait dans le livre des cantiques, il y a déjà là une belle erreur à expliquer pour démontrer la faiblesse de cette plateforme de désinformation.

      Réponse
  8. Patrick FURODET

    Et oui le fils de Dieu est venu sur terre en prenant l’humanité d’un juif, pour devenir Yeshoua Ha Mashiah, le messie qui sauve. En tant que juif il a accompli la thora, restant sans péché, ce qui a permis à son sacrifice d’être agrée par le Père.

    Maintenant l’Esprit, le sien, est répandu à Shavouot est en tout ceux qui croient qu’il est le chemin de la rédemption. Maintenant nous sommes en lui et il est en nous, libre à nous de le laisser grandir en nous, et alors son esprit de Sainteté nous libère des chaines pour être à son image, à sa ressemblance. Alors le Père voyant le fils en nous , nous accueille comme des bon serviteurs ayant accompli ses commandements, et nous donne le statut d’adoption, nous devenons fils et filles.

    Réponse
    • RencontrerDieu.com

      Oui, c’est tout à fait ça Patrick et d’ailleurs c’est très intéressant de constater que Shavouot est aussi la fête du don de la Torah : l’Esprit Saint de Dieu, accordée à tous ceux qui suive le Messie d’Israël, vient justement graver progressivement la Torah non plus sur des tables de pierre mais sur des tables de chairs, c’est à dire nos coeurs :

      « Lorsque l’Eternel eut achevé de parler à Moïse sur la montagne de Sinaï, il lui donna les deux tables du témoignage, tables de pierre, écrites du doigt de Dieu. » (Exode 31.18)

      « Vous êtes manifestement une lettre du Messie, écrite, par notre ministère, non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les coeurs. » (2 Corinthiens 3.3)

      En étudiant la Torah de Dieu, nous grandissons dans les voies du Seigneur et observons petit à petit et avec le coeur toutes les ordonnances du Seigneur, sans légalisme mais avec foi et amour, à cause de son nom et du pardon qu’il nous offre en Yéshoua notre sauveur.

      Thomas.

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This