Christ est-il la Fin de la Loi ?

« Obéir aux commandements, c’est veiller sur sa propre vie ; Ne pas veiller sur sa conduite, c’est courir à la mort. » Proverbes 19 : 16 (du roi Salomon inspiré de Dieu, au sujet de la Torah.)

Avant-propos : à l’époque de la parution de cet article, dans les années 2014-2015, ce fut une des première fois que le sujet de la loi était abordé sur le site RencontrerDieu, site qui rappelons-le, est fréquenté par une majorité de chrétiens. Il est dommage que l’ancien compte facebook rattaché au site web ait été effacé de manière impromptue car la vague de commentaires que l’article avait soulevée était très représentative d’un grave malaise et d’une profonde confusion doctrinale à ce sujet (plus de 400 commentaires en quelques jours). Bonne lecture.

« Anéantissons-nous donc la loi par la foi ? Loin de là ! Au contraire, nous confirmons la loi. » (Romains 3:31)

Le Fils est-il venu sur terre pour mettre un terme aux lois de la Liberté que son Père a donné à Moïse ? Voici une question dès plus importante. Il est effectivement très courant d’entendre dire dans le monde chrétien que le Messie (Christ) aurait mis fin à la loi de Moïse (Torah en hébreu). Ainsi, pour justifier cette affirmation, la grande majorité utilise le verset de : « Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient. »

Ainsi, en s’appuyant sur ce verset, beaucoup enseignent que la loi de Moïse est abolie, que ses commandements sont caducs et que nous sommes libérés du joug de la Loi : un pasteur m’a même déclaré que la Loi ne nous sert plus à rien dans la mesure où Christ est déjà venu y mettre un terme. Christ nous aurait libérés et nous ne serions donc plus tenus d’observer la Loi de son Père. Avec tout le respect que nous pouvons avoir pour les pasteurs, au regard de ce qu’enseigne l’Écriture, est-ce vraiment juste ? Est-ce que l’Écriture nous montre qu’obéir aux commandements de Dieu est un joug pesant nécessitant un libérateur pour nous en affranchir ? Et que dire des affirmations sans ambiguïté du Sauveur lorsqu’il affirme ne pas être venu abolir la loi de Moïse (Matthieu 5 : 17), allant même jusqu’à prescrire à ses disciples le comportement à adopter vis-à-vis des commandements que Dieu a donné à Moïse : « Celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. » (Matthieu 5.19)

Que dire des multiples propos sans ambiguïté de David, qui, dans le Psaume 119, alors qu’il est rempli de l’Esprit de Christ (1 Pierre 1 : 11), fait une véritable éloge des commandements de Dieu donnés à Moïse, les qualifiant d’éternels, de parfaits et de véritables (Psaumes 119 : 142 – 119 : 160 – 19 : 8, etc.), allant jusqu’à en faire ses délices (Psaumes 119 : 70) et à prier du fond du coeur : « Ouvre mes yeux, pour que je contemple Les merveilles de ta loi ! » (Psaumes 119.18) ?

Tandis que Jean affirme : « le péché est la transgression de la Loi » (1 Jean 3.4). Paul lui-même, ne dit-il pas avec clarté, comme pour ôter tout doute sur ses écrits : « Quoi donc ! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce ? Loin de là ! » (Romains 6.15) ? N’est-ce pas aussi le même Paul qui déclare « L’observation des commandements de Dieu est tout. » (1 Corinthiens 7.19) ?

torah yeshua aimer son prochainAinsi, les choses n’ont pas l’air aussi simples… Afin que chacun puisse avoir tous les éléments pour juger selon la Justice et la Vérité, regardons une analyse de David H. Stern, un juif ayant reçu Le Messie Yeshoua (Jésus) dans son coeur en 1972. Si, comme Paul l’enseigne, nous nous sentons véritablement greffés parmi les branches de l’olivier franc d’Israël et que nous ne souhaitons pas nous glorifier au dépens de ses branches (lire tout Romains 11), sachons donc écouter avec humilité nos frères Juifs. David H. Stern est en outre diplômé d’une maîtrise de théologie du Séminaire de Théologie Fuller (American University Judaïca) ce qui s’avère intéressant pour notre étude.

L’extrait qui suit est issu de son ouvrage « Le Nouveau Testament, un livre Juif.», livre disponible en librairie chrétienne à « C.L.C. » ou « Maison de la Bible » et ailleurs comme la librairie « 7ici », ou encore sur le site Amazon. Son agréable C.V. lui conférant un peu plus de crédit qu’à d’autres sur de tels sujets, n’est certes pas un gage de vérité, mais convenons que cela mérite de lui prêter une certaine attention. Voici entre autres ce qu’il dit du passage « Christ est la fin de la loi » :

« Le Messie met-il fin à la Torah (Loi de Dieu), ou en est-il le but ? Le Messie n’a pas mis fin à la Torah, mais, comme le traduit « le Nouveau Testament, un livre Juif», « Le but visé par la Torah (loi de Moïse) est le Messie » ou plus simplement: Christ est le but de la Loi et non la fin… Effectivement le mot traduit par « fin » est le mot « telos » en grec et ce mot signifie « but, finalité » et non pas abolition. »

David H Stern dit aussi :

« Malheureusement quasiment toutes les traductions du Nouveau Testament, et il y en a des centaines, présentent le message de la bonne nouvelle dans un cadre culturel, théologique et linguistique Pagano-chrétien. »

Nous reviendrons sur sa dernière affirmation. Cher lecteur, cela change tout. Soudainement, tout devient limpide : Yeshoua (Jésus) est effectivement la finalité de la loi de Dieu, il en est le couronnement en vue d’apporter la justification à ceux qui croiront en lui et obéiront à Dieu, mais en aucun cas Yeshoua (Jésus) ne met fin à la loi : Le verset « Christ est la fin de la loi » (Romains 10 : 4) est tout simplement une mauvaise traduction aux conséquences certes, énormes (nous en parlerons sur le site web « RencontrerDieu.com » et dans d’autres fascicules « Lumière du Monde »).

N’oublions pas que le Seigneur lui-même dira qu’il n’est pas venu mettre fin à la loi ou l’abolir. Pour mémoire, relisons le ici :

Matthieu 5 : 17 = « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. »

Selon le lexique Grec du théologien STRONG, « accomplir » signifie « manifester pleinement », « remplir à ras bord », « amener une chose à sa réalisation. » En grec, le mot « Pleroo » traduit par «accomplir », est la plupart du temps utilisé pour décrire les prophéties accomplies par Yeshoua lors de sa première venue. Par exemple, en Matthieu 27 : 35 = « Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort, afi n que s’accomplît (pleroo) ce qui avait été annoncé par le prophète : Ils se sont partagé mes vêtements, et ils ont tiré au sort ma tunique. »

C’est bien de cette façon là qu’il convient comprendre le mot « accomplir ». Ainsi, après sa résurrection, Yeshoua confirmera lui même ce qu’il a accompli : « C’est là ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplît (Pleroo) tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. » (Luc 24 : 44). Non seulement Yeshoua n’a aboli aucun commandement de Dieu (que le disciple est tenu d’observer), mais il a effectivement accompli les prophéties relatives à la première venue du Messie.

Assurément, ce que nous enseigne l’Ecriture est la chose suivante : en plus d’avoir vécu et parfaitement observé tous les commandements de la loi de Moïse, donnant par là le modèle à suivre et non à abolir, Yéshoua a également accompli tout ce qui est écrit au sujet de la première étape du travail que le Messie devait effectué, et c’est ainsi qu’il y a plus de 2000 ans fut inauguré l’ère messianique.

En Romains 8 : 4, L’apôtre Paul doit donc forcément aller dans ce sens, car il ne peut pas annuler les paroles de son Sauveur…

Effectivement, comme nous venons de le voir, dans le texte grec, le mot « fin » est traduit par « telos » qui signifie aussi but. Par exemple, dans une lettre de Paul à Timothée, nous le voyons clairement :

1 Timothée 1 : 5 = « Le but (telos) du commandement, c’est une charité venant d’un coeur pur, d’une bonne conscience, et d’une foi sincère. » Paul abolit-il quelque chose ici ? Absolument pas. La Parole ne se contredit pas mais force est d’admettre que ce sont nos traductions qui sont parfois bien mauvaises ainsi que l’interprétation hâtive qu’on en fait parfois.

Regardons maintenant quelques explications complémentaires données par le pasteur Tony Robinson. Tony Robinson est à la tête du ministère « la restauration de la Torah », ministère judéo-chrétien axé sur le retour aux racines hébraïques de la foi chrétienne. Voici ce qu’il dit :

« Dans Romains 10:4, Paul déclare que l’objectif ultime/le but de la Torah était d’amener Israël à la Connaissance de Yeshoua(Jésus) le Messie. La Torah nous amène au Messie.

 « Car Christ est la finalité de la loi pour justice à tout croyant. » (Romains-10-:4) (Rajout du traducteur le mot « Finalité » exprime bien le but Le mot Grec utilisé est Télos.) »

Dans son excellent ouvrage « La restauration de la Torah » (disponible à cette adresse et que nous vous conseillons vivement de lire : https://www.restorationoftorah.org/images/articles/french/LaRestaurationdelaTorah.pdf), Tony Robinson précise des choses intéressantes au sujet de Romains 10.4 :

« Cette traduction est fausse, et comme vous allez le voir, l’erreur commise par le traducteur est à peine excusable ! Tel qu’il est traduit, ce verset implique que, lorsqu’une personne a trouvé le Messie, elle n’a plus besoin d’obéir à la Torah. Voici mon explication.

La concordance Strong nous montre que le mot traduit par fin est le mot grec « telos ». Ce mot signifie le point à atteindre, à savoir le but ou la finalité. Il ne signifie pas la fin, dans le sens de l’achèvement. Apparemment, le mot telos est utilisé 45 fois dans les écrits de la Nouvelle Alliance. Uniquement à 4 ou 5 reprises sur 45, il veut bien dire fin dans le sens de terminaison. En fait, le sens du mot telos se retrouve dans le mot téléologie, qui est une doctrine philosophique qui repose sur l’idée de finalité.

La version Chouraqui traduit ce verset correctement :

– CHOU– « La finalité de la tora, c’est le messie, pour la justification de tous ceux qui adhèrent. »

Voici quelques exemples de traductions conduites par une théologie incorrecte.

– NBS– « car le Christ est la fin de la loi, pour que la justice soit à quiconque croit. »

– KJF– « Car Christ est la fin de la loi, pour impartialité de quiconque croit. »

– JER– « Car la fin de la Loi, c’est le Christ pour la justification de tout croyant. »

– DRB– « Car Christ est la fin de la loi pour justice à tout croyant. »

– BBA– « En effet, la fin de la loi, c’est Christ pour la justification de tout croyant. »

 Une fois de plus, voici un argument fondé sur le bon sens spirituel : sachant que la Torah est sainte, bonne, parfaite et éternelle, comment pourrait-elle se terminer ? » (Tony Robinson)

Comment en est-on arrivé là, puisque tout est si simple à comprendre ? Tout simplement à cause de cette apostasie prophétisée par les apôtres et qui a commencé dès les premiers siècles de l’Église primitive. Depuis que l’empereur Constantin a fait du christianisme la religion officielle de Rome au IVe siècle, le paganisme et les fausses doctrines ont imprégné l’Église Catholique jusqu’à aujourd’hui. Le protestantisme ne s’est malheureusement pas détaché de toutes ces innombrables et profondes racines de mensonges héritées du catholicisme.

Comme le dit Robert Heidler en page 53 de son excellent ouvrage « l’église messianique se lève » (disponible en librairie chrétienne),

« Constantin n’a pas seulement changé le lieu où l’Église louait et adorait et la façon dont elle adorait, il a frappé au cœur même de ce qu’était l’Église. Il a coupé l’Église de ses racines juives et l’a greffée dans les racines du paganisme grec. »

Pour l’avoir pleinement vécu, nous savons Ô combien le sujet de la loi et de la grâce peut malheureusement susciter Yeshua matthieu 5.17-18querelles, rivalités et animosités entre frères et soeurs. Il convient donc de rester calme, doux et humble de coeur, de demander à Dieu dans la prière d’éclaircir toutes les zones d’ombres et d’avoir cette noble attitude des Béréens qui examinent toutes choses dans les Écritures (Actes 17 : 11). Plusieurs lutteront face à un tel message et affi rmeront peut-être toutes sortes de choses pour refuser l’évidence, mais, sans rien imposer et avec tout le respect que nous portons à chaque croyant, lorsqu’il y a erreur, il faut savoir le dire, et ici, il s’agit d’une grande et dramatique erreur de l’histoire de la théologie.

Soyons clair : la loi de Dieu ne nous justifie pas, mais si véritablement nous sommes justifiés par la foi en Yéshoua(Jésus), alors cette foi implique l’obéissance à Dieu et cette obéissance passe aussi par l’observation de la loi de Dieu selon qu’il est dit : « l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. » (1 Jean 5.3)

Il est dommage de voir tant de chrétiens apparemment sincères, prenant malheureusement le risque de faire la guerre à l’Éternel en s’opposant à leur frère lorsqu’ils les voient enseigner ce retour à la Véritable Saine doctrine, allant même jusqu’à les qualifier de « faux frères » et « d’hérétiques » à cause de quelques mauvaises traductions.

Oui, il est évident que Christ n’est pas « la fin de la loi » et qu’il s’agit ici d’une erreur majeure de traduction comme il en existe en plusieurs autres endroits (que nous pourrons aborder avec joie et vérité persuasive).

Avant de s’opposer aux frères et sœurs qui enseignent ce que Yéshoua(Jésus) enseigne pourtant en Matthieu 5.17-19, que chacun puisse méditer et appliquer pour soi-même ce précieux conseil de sagesse de Gamaliel : « Si cette entreprise ou cette oeuvre vient des hommes, elle se détruira; mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. Ne courez pas le risque d’avoir combattu contre Dieu. » (Actes 5.38-39).

L’Église véritable de la fin des temps sera sans tache ni ride (Éphésiens 5.27), et ce retour à la Vérité en fait pleinement partie. Faisons donc partie des vierges sages remplissant leur lampe de l’huile du véritable Esprit de Vérité du Dieu vivant.

Que l’Eternel des armées vous bénisse abondamment au nom de son glorieux Prince et Sauveur Yéshoua qu’il a établi Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Amen. Amen.

PRIÈRE POUR recevoir l’interprétation des Écritures :

Seigneur Dieu Père Éternel, c’est dans le nom de Yeshoua Ton Fils unique que je te demande pardon pour avoir mal interprété Tes Saintes Écritures, me rebellant ainsi contre Ta Loi parfaite, sainte, éternelle, juste, bonne et véritable, et je n’ai pas vu les pièges du malin. Je te demande pardon, mais aussi, j’ai besoin de Te comprendre, alors donne-moi la compréhension de Ta volonté au travers des Saintes Écritures, donne-moi le goût, la passion de te lire, de te méditer, de t’étudier, et de pratiquer toutes Tes ordonnances selon la mesure de ma foi. Permets-moi de devenir un disciple qui te met dans la joie et dans l’allégresse. Par le sang précieux de Yeshoua, tout devient possible, et je veux marcher dans Tes voies, Papa. Réponds à ma prière, je te le demande de tout mon coeur. De moi-même je ne peux rien faire. Mais avec Toi, tout devient possible. Enseigne-moi la Vérité. Amen.

Étude réalisée par Thomas.

Note : Vous pouvez retrouver cet article en version « Lumière Du Monde Magazine » : Vous pouvez aussi télécharger le PDF en cliquant sur ce lien : https://www.rencontrerdieu.com/christ-est-il-la-fin-de-la-loi-lumdum/

Laisse un commentaire pour nous partager ton ressenti et ton expérience !

Une étude et un partage réalisée par la seule grâce infinie d’HaShem(Dieu) et avec la précieuse aide des rabbanim d’aujourd’hui et des sages d’Israël d’autrefois.

Note importante relative au contenu des articles du site web : Veuillez citer la source lors de toute copie partielle ou complète de l’article, ainsi que le rappellent justement les maximes des pères (Pirqé Avot) : « Quiconque cite l’auteur d’une parole amène la délivrance dans le monde ». Pour le reste, c’est entre vous et Dieu qui sonde les cœurs et qui rendra à chacun selon ses œuvres.

En dehors des citations et autres extraits de sources externes repris dans les études, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web cités : chaque homme est faillible, nul ne possède toute la vérité, chacun doit donc être attentif et ne retenir que ce qui lui semble bon et en accord avec les voies de Dieu et la bonne nouvelle du Messie Yéshoua : « examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; » (1 Thessaloniciens 5:21).

Sur ce site web, nous usons donc de notre liberté en Yéshoua pour citer et utiliser, lorsque cela s’avère nécessaire et utile pour nous faire grandir dans la compréhension du plan divin et de la volonté de Dieu, le travail d’hommes ou de femmes parfois rattachés à d’autres confessions, mais que nous publions tout de même en raison de la qualité de leur contribution dans des domaines particuliers, bien que nous ne les rejoignons pas forcément dans toute leur doctrine. En outre, cela nous invite à nous exercer à vivre cette maxime des sages : « Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque homme.[…] Le sage n’est pas celui qui a acquis des connaissances étendues dans tous les domaines, mais celui qui est capable d’apprendre de chacun » (Pirqé Avot). Si nous ne suivons pas cette maxime, nous nous éloignons alors de la sagesse pour rejoindre les rangs de ceux dont l’esprit est encombré par l’intolérance et le légalisme qui est l’étroitesse d’esprit, qu’à Dieu ne plaise !

Restez informés !
Recevez régulièrement les dernières nouveautés du site web en rejoignant plus de 6500 abonnés !
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Pour aller plus loin :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :
Restez informés !
Recevez régulièrement les dernières nouveautés du site web en rejoignant plus de 6500 abonnés !
Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici
En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande avec d’éventuelles offres de services éthiques, bibliques et personnalisées qui pourraient en découler, si je le souhaite.

Réseaux sociaux :

Pour aller plus loin :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

Nous recommandons notre partenaire, la librairie juive hébraïque Ness :

17 Commentaires

  1. isaac

    Merci pour cette etude qui je l ‘espere eclairera un plus grand nombre. a chaque fois que j ai eu a echanger avec des freres chretiens que n ais je entendu de leur part: tu deformes les ecrits bibliques; tu veux nous ramener sous la loi; la loi devient spirituelle dans la nouvelle alliance ; tu cherches le salut par tes propres efforts etc etc… que Dieu ouvre les yeux de tout un chacun.

    Réponse
  2. Eugène Diallo

    bonsoir merci pour tout
    les sacrifices offerts à Dieu à nos jours sont-ils agrées par Dieu? et que signifie le terme <>

    Réponse
  3. Benjamin

    Il faut savoir que les premiers chrétiens respectaient le Shabat et allaient dans les synagogues. Et dans les synagogues c’est la Loi qui y est prêchée :

    “Mais écrivons-leur pour leur demander de ne pas manger de viandes impures provenant de sacrifices offerts aux idoles, de se garder de l’immoralité et de ne pas manger de la chair d’animaux étranglés ni de sang. Car, depuis les temps anciens, des hommes prêchent la loi de Moïse dans chaque ville et on la lit dans les synagogues à chaque shabat” ‭‭(Actes des Apôtres‬ ‭15:20-21‬)

    Ici Jacques est en train de dire “pas la peine de leur répéter ce qu’ils doivent faire ou pas, pour cela ils ont la Loi qui est prêchée tous les jours de shabat dans les synagogues. Et c’est bien dans les synagogues que Paul, avant d’être appelé par notre Seigneur Yeshoua, faisait arrêter les chrétiens :

    « Cependant Saul, respirant encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur, se rendit chez le souverain sacrificateur, et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s’il trouvait des partisans de la nouvelle doctrine, hommes ou femmes, il les amenât liés à Jérusalem. » ‭‭(Actes‬ ‭9:1-2‬)

    Autre chose, quand Paul dit : « Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et DOCTEURS,» (Éphésiens‬ ‭4:11) le mot “DOCTEUR” est le mot “DIDASKALOS” en Grec. Ce mot est aussi employé pour parler des maîtres de la Torah. C’est ce mot que l’on retrouve dans le texte de Luc quand les parents de Jésus “l’oublient” à Jérusalem :

    “Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs (DIDASKALOS), les écoutant et les interrogeant.” (Luc 2:46)

    Ce ministère de docteur, d’enseignant (enseignant de la Torah de l’Eternel) n’est pas pratiqué de nos jours dans nos assemblées dites évangéliques, car nous avons oubliés nos racines à cause de l’enseignement erroné que nous avons reçu..

    Savoir aussi que Paul lui meme était observateur de la Loi :

    « A notre arrivée à Jérusalem, les frères nous reçurent avec joie. Le lendemain, Paul se rendit avec nous chez Jacques où tous les anciens de l’Église se réunirent. Paul les salua et leur raconta en détail tout ce que Dieu avait accompli par son activité chez les non-Juifs. Après l’avoir entendu, ils louèrent Dieu. Puis ils dirent à Paul: « Tu vois, frère, combien de milliers de Juifs sont devenus chrétiens: ils sont tous très attachés à la loi. Or, voici ce qu’on leur a déclaré: tu enseignerais à tous les Juifs qui vivent au milieu d’autres peuples la nécessité d’abandonner la loi de Moïse; tu leur dirais de ne plus circoncire leurs enfants et de ne plus suivre les coutumes juives. Que faire? Ils vont certainement apprendre que tu es arrivé. Eh bien, fais ce que nous allons te dire. Nous avons ici quatre hommes qui ont fait un vœu. Emmène-les, participe avec eux à la cérémonie de purification et paie leurs dépenses, pour qu’ils puissent se faire raser la tête. Ainsi, tout le monde saura qu’il n’y a rien de vrai dans ce qu’on a raconté à ton sujet, mais que, toi aussi, tu vis dans l’obéissance à la loi de Moïse. » ‭‭(Actes des Apôtres‬ ‭21:17-24‬)

    Si Paul n’observait plus la Loi, il aurait refusé, il n’était pas du genre à faire des compromis! Et ne pas oublier que ce sont les anciens qui lui parlent..! Et quand il est écrit “ainsi tout le monde saura qu il n’y a rien de vrai” ca veut dire que si Paul prêchait vraiment d’abandonner la Loi, les anciens seraient en train de demander à Paul de mentir et eux meme par la même occasion! Chose impensable!

    Jacques le dit aussi dans sa Lettre : « Frères, ne dites pas de mal les uns des autres. Celui qui dit du mal de son frère ou qui le juge, dit du mal de la loi de Dieu et la juge. Dans ce cas, tu te fais le juge de la loi au lieu de la pratiquer. » ‭‭(Lettre de Jacques‬ ‭4:11)

    Il y a tellement d’autres passages qui parlent de cela.. Seulement il faut savoir les lire dans la bonne compréhension et pas “superficiellement”. Dieu ne peut pas se contredire, il ne peut pas se renier, et Paul ne serait jamais aller à l’encontre de l’enseignement de Dieu.

    S’il y’a des contradictions apparente, il faut remettre les choses dans leur contexte et réfléchir. Les écrits de Paul sont difficiles comme Pierre le dit :

    « C’est ce qu’il fait (Paul) dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine. » (2 Pierre‬ ‭3:16‬)

    Mais Dieu nous a donné une intelligence, sachons la mettre en pratique afin de ne pas déformer la Parole de Dieu mais pour que nous puissions la comprendre telle qu’elle est. N’oublions jamais ce que le Seigneur Lui meme a dit en Matthieu 5:17. Paul le savait très bien et c’est pour cela qu’il n’aurait jamais prêché quelque chose allant à l’encontre de cela! Dans ce cas il serait un faux prophète. Ce n’est bien sûr pas le cas donc sachons remettre les choses dans leur contexte afin d’avoir la bonne compréhension du texte qui ne peut en aucun cas contredire les paroles de Jésus et l’enseignement de Dieu!

    Que l’Eternel nous éclaire et nous dirige dans Ses voies par Son Esprit Saint ! Fraternellement en Christ !

    Réponse
    • Thomas

      Que dire d’autre si ce n’est un grand merci pour ce commentaire intéressant et édifiant, je n’avais jamais prêté attention à la traduction du mot docteurs/enseignant dont la traduction (DIDASKALOS) fait évidemment référence aussi aux maîtres de la Torah… Merci.

      Réponse
      • Benjamin

        Derien merci à toi pour ce travail que tu fais pour la Gloire de notre Père Céleste!
        Je t’encourage vraiment! Que Dieu te fortifie dans le Nom de Yeshoua notre Mashia’H!

        Réponse
  4. Hervé-P – Au Nom de Jésus-Christ !

    — Bien ! Mais concernant le sabbat :
    Hébreux 4, 1-16 : «Craignons donc que la promesse d’entrer dans son repos nous étant laissée, quelqu’un de vous ne paraisse y avoir renoncé. Car l’heureuse promesse nous a été faite aussi bien qu’à eux; mais cette parole qu’ils avaient entendue ne leur servit point, parce que ceux qui l’entendirent, n’y ajoutèrent point de foi. Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, suivant ce qu’il a dit: C’est pourquoi j’ai juré dans ma colère, qu’ils n’entreront point dans mon repos! Cependant ses oeuvres étaient accomplies depuis la création du monde; Car l’Écriture a parlé ainsi quelque part, du septième jour: Dieu se reposa le septième jour de tous ses ouvrages; Et ici encore: Ils n’entreront point dans mon repos! Puis donc qu’il ne laissera pas d’y en entrer quelques-uns, et que ceux à qui l’heureuse promesse a été premièrement faite, n’y sont point entrés, à cause de leur incrédulité, Dieu détermine de nouveau un certain jour, par ce mot: Aujourd’hui, disant par David, si longtemps après, comme il est dit plus haut: Aujourd’hui si vous entendez sa voix, n’endurcissez point vos coeurs. Car si Josué les eût introduits dans le repos, Dieu ne parlerait pas après cela d’un autre jour. Il reste donc au peuple de Dieu un repos de sabbat. Car celui qui est entré dans son repos, se repose aussi de ses oeuvres, comme Dieu des siennes.
    Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, de peur que quelqu’un ne tombe dans une semblable rébellion. Car la parole de Dieu est vivante, et efficace, et plus pénétrante qu’aucune épée à deux tranchants, perçant jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles, et jugeant des pensées et des intentions du coeur; Et il n’y a aucune créature qui soit cachée devant Lui, mais toutes choses sont nues et entièrement découvertes aux yeux de celui auquel nous devons rendre compte. Puis donc que nous avons un grand souverain Sacrificateur, qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, retenons ferme notre profession. Car nous n’avons pas un souverain Sacrificateur qui ne puisse compatir à nos infirmités, au contraire, il a été éprouvé en toutes choses, comme nous, mais sans péché. Allons donc avec confiance au trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans le temps convenable.»

    — Ce passage nous confirme (à part une fausse interprétation) que, dès que nous sommes reconnus par Jésus-Christ comme Ses Disciples, nous sommes dans le Repos de Dieu, que nous travaillons ou pas ! Nous n’avons donc plus besoin d’une loi extérieure car non seulement elle est inscrite dans notre cœur, mais en plus, nous la mettons en pratique sans nous en rendre compte ! Sinon, pourquoi Dieu dirat-il qu’Il donne le repos à celui qui est fatigué ?
    — Dans mon vécu en Jésus-Christ, je constate bien des choses qui se mettent en place dans ma vie sans que j’aie à me préoccuper de moi-même d’accomplir la loi !
    — Concernant la nourriture : la loi interdt de manger le sang, n’est-ce pas !?… Mais alors, pourquoi Paul dit-il ceci :
    1 Corinthiens 10, 25-27 : «Mangez de tout ce qui se vend au marché, sans vous enquérir de rien par motif de conscience ; car la terre est au Seigneur, et tout ce qu’elle renferme. Si un non-croyant vous invite et que vous vouliez y aller, mangez de tout ce qu’on vous présentera, sans vous enquérir de rien par motif de conscience.» ?
    — Ce qui nous autorise (sauf si la nouriture est sacrifiée aux démons !) de manger du boudin qui, comme tout le monde le sait, est fabriqué avec du sang et qui est vendu au marché ! Alors, si un inconverti m’invite à manger chez lui et qu’il me propose du boudin, je le mange ! Car Jésus-Christ a dit aussi :
    Matthieu 15, 11 : «Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme; mais ce qui sort de la bouche est ce qui souille l’homme.»
    — Je préfère donc manger du boudin et veiller à ce qui sort de ma bouche plutôt que le contraire !
    — Mais Paul a dit aussi de respecter celui qui n’en mange pas en ne le mangeant pas en sa présence ! De toutes façons, s’il m’invite, il n’y en aura pas à sa table ! Et si je l’invite, il me dira s’il en mange ou non ! À ce sujet, mon fils a une copine végétarienne. Quand elle vient chez nous, nous lui préparons des repas végétariens, alors que nous continuons à manger des viandes car elle est prévenue ! Mais parfois, pendant certains repas, nous ne mangeons pas de viande ! Car :
    1 Corinthiens 9, 19-23 : «Car, bien que je sois libre à l’égard de tous, je me suis rendu le serviteur de tous, afin de gagner le plus grand nombre. Avec les Juifs, j’ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs ; avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi quoique je ne sois pas moi-même sous la loi, afin de gagner ceux qui sont sous la loi ; avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ, afin de gagner ceux qui sont sans loi. J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns. Je fais tout à cause de l’Evangile, afin d’y avoir part.»
    — Paul dit ici une chose très intéressante : il n’est PAS sous la loi de Dieu, mais il est sous la loi de Christ ! La loi de Dieu comporte le Décalogue et les 613 ordonnances du Lévitique, alors que la loi de Christ n’en comporte que DEUX :
    Matthieu 22, 37-40 : «Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.»
    — Quand on pense que normalement tous les codes civils et tous les codes pénaux du monde entier sont basés sur ce deuxième commandement de Jésus-Christ !…
    — Et comme Christ est le but de la Loi pour tout croyant, Il conduira Ses Disciples à pratiquer Ses Commandements (qui ne sont PAS pénibles, alors que les lois du Lévitique, personne n’a pu les mettre en pratique !) sans qu’ils s’en aperçoivent !
    — C’est ce que j’expérimente en Christ !
    — Cordialement, au Nom du Seigneur Jésus-Christ !

    Réponse
    • Tom Admin

      Merci pour votre intervention qui va permettre de redresser le sens des Ecritures car justement, vous tenez le discours officiel qui n’est pas conforme à la Parole du Dieu d’Israël. J’invite le plus grand nombre à lire la réponse apportée ici à Hervé :

      Avant tout je tiens à souligner une chose importante : que vous vous sentez bien dans votre façon de faire et dans votre “vécu” en interprétant les Saintes Lettres de Dieu à votre guise tout en pensant que c’est une approbation de Dieu n’est en aucun cas un comportement objectif et scripturaire : les témoins de Jéhovah, les mormons et les catholiques en disent autant et prétendent voir Dieu agir et mettre leur vie en place et pourtant ils sont dans l’erreur en bien des endroits : ce qui compte c’est : que dit l’Ecriture ?

      Relisons un passage clé en hébreux 4.1-16 que vous utilisé et qui est utilisé par ceux qui veulent abolir le 4eme commandement de la loi de Dieu qui est le Shabbat : « Car si Josué les eût introduits dans le repos, Dieu ne parlerait pas après cela d’un autre jour. Il reste donc au peuple de Dieu un repos de sabbat. Car celui qui est entré dans son repos, se repose aussi de ses oeuvres, comme Dieu des siennes. »

      Au sujet de ce verset d’Hébreux 4.1-16 vous dites : « Ce passage nous confirme (à part une fausse interprétation) que, dès que nous sommes reconnus par Jésus-Christ comme Ses Disciples, nous sommes dans le Repos de Dieu, que nous travaillons ou pas ! »

      Je vous réponds :

      Le repos dont il est ici question n’a rien à voir avec une quelconque abolition du 4ème commandement de Dieu. Resituons les choses dans leur contexte. Dans le chapitre 4 de l’épitre aux hébreux, l’auteur commence par citer des exemples soulignant l’imperfection des hommes sous le sacerdoce lévitique. Il détaille ensuite les conséquences qui en découlent. Tout comme ceux qui sortirent d’Egypte (3:11), la désobéissance peut encore empêcher certains d’entrer dans le repos de Dieu (4:6, 11). Certains lisent le chapitre 4 et concluent que nous sommes déjà entrés dans le repos de Dieu. Or, si nous lisons les chapitres 3 et 4 à la suite, nous voyons que nous entrerons pleinement dans le repos de Dieu à la fin de la course de la foi. Nous devons nous efforcer d’y entrer par l’obéissance et par la fidélité. C’est exactement ce qu’apocalypse 14.13 déclare : « Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! Oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se REPOSENT de leurs travaux, car leurs oeuvres les suivent. ». Le repos c’est pour après, nous sommes pour le moment en plein combat ne cesse de dire Paul et il faut être un hyporcrite (acteur qui joue un rôle) pour dire le contraire !

      Vous dites :

      « Nous n’avons donc plus besoin d’une loi extérieure car non seulement elle est inscrite dans notre cœur, mais en plus, nous la mettons en pratique sans nous en rendre compte ! Sinon, pourquoi Dieu dirat-il qu’Il donne le repos à celui qui est fatigué ? »

      Je vous répond :

      Pardonnez-moi mais vos affirmations sont délirantes, dangereuses et gravissimes. Vous parlez de la loi parfaite, véritable et éternel de Dieu comme étant des lois extérieurs dont vous n’avez plus besoin tout en affirmant de la Torah : « nous la mettons en pratique sans nous en rendre compte ! » ? Vous m’ôtez les mots de la bouche… Non cher Monsieur, vous êtes infiniment loin de pratiquer la Torah… Vous en êtes encore à l’abolir, vous n’avez même pas commencer à l’observer, ce qui est contraire à la volonté de Dieu. Je me contenterais de vous répondre : Lorsque Dieu grave sa loi dans nos coeurs, ce n’est pas par un coup de baguette magique : c’est le processus d’une vie et cela s’appelle la sanctification qui s’obtient par la prière, l’étude et la mise en pratique de la Parole de Dieu comme le dit toute l’Ecriture et Yéshoua lui même. C’est un chemin étroit, resséré et merveilleux au coté du Dieu du ciel qui intervient avec force pour nous aider à TRAVAILLER à notre salut et à régulièrement nous repentir pour grandir dans l’observation des commandements de Dieu…

      Vous dites : « Dans mon vécu en Jésus-Christ, je constate bien des choses qui se mettent en place dans ma vie sans que j’aie à me préoccuper de moi-même d’accomplir la loi ! »

      Je répond ce que j’ai dit plus haut :

      Que vous vous sentez bien dans votre façon de faire et dans votre “vécu” en interprétant les Saintes Lettres de Dieu à votre guise tout en pensant que c’est une approbation de Dieu n’est en aucun cas un comportement objectif et scripturaire : les témoins de Jéhovah, les mormons et les catholiques en disent autant et prétendent voir Dieu agir et mettre leur vie en place et pourtant ils sont dans l’erreur en bien des endroits : ce qui compte c’est : que dit l’Ecriture ?

      Vous dites :

      « Concernant la nourriture : la loi interdt de manger le sang, n’est-ce pas !?… Mais alors, pourquoi Paul dit-il ceci :
      1 Corinthiens 10, 25-27 : «Mangez de tout ce qui se vend au marché, sans vous enquérir de rien par motif de conscience ; car la terre est au Seigneur, et tout ce qu’elle renferme. Si un non-croyant vous invite et que vous vouliez y aller, mangez de tout ce qu’on vous présentera, sans vous enquérir de rien par motif de conscience.» ? »

      Je vous répond :

      Je vous invite à lire cette étude qui répond d’une manière détaillée à votre question sans oublier le contexte, la pensée juive de Paul ainsi que les autres versets de l’Ecriture (choses que vous oubliez dans votre commentaire) :

      https://www.rencontrerdieu.com/project/mangez-de-tout-ce-qui-se-vend-sur-le-marche-mais-ne-mangez-pas-ce-qui-est-impur-dit-leternel-le-dieu-disrael/

      Vous dites :

      « Ce qui nous autorise (sauf si la nouriture est sacrifiée aux démons !) de manger du boudin qui, comme tout le monde le sait, est fabriqué avec du sang et qui est vendu au marché ! Alors, si un inconverti m’invite à manger chez lui et qu’il me propose du boudin, je le mange ! »

      Je répond :

      Vous allez directement à l’encontre de la Parole de Dieu. Concernant le sang et donc le boudin noir, La Parole dit :

      « Si un homme de la maison d’Israël ou des étrangers qui séjournent au milieu d’eux mange du sang d’une espèce quelconque, je tournerai ma face contre celui qui mange le sang, et je le retrancherai du milieu de son peuple. » Lévitique 17.10

      Actes 15.29 : L’esprit saint impose de s’abstenir de sang.

      Vous dites :

      « Car Jésus-Christ a dit aussi :
      Matthieu 15, 11 : «Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme; mais ce qui sort de la bouche est ce qui souille l’homme.»

      Je réponds :

      Une étude au sujet de ce que dit Yéshoua en Matthieu 15.11 arrive prochainement car vous oubliez le contexte : Yéshoua mangeait cachère et n’abolis aucun commandement : ici le contexte est celui de viande pures mangées avec des MAINS NON LAVÉES. Relisez bien.

      Vous dites :

      « Je préfère donc manger du boudin et veiller à ce qui sort de ma bouche plutôt que le contraire !

      Je réponds :

      Une fois encore, vous annulez la Parole de Dieu qui nous demande de veiller au deux : ce qui rentre (Lévitique 11, Deutéronome 14) et ce qui sort.

      Vous dites :

      « Mais Paul a dit aussi de respecter celui qui n’en mange pas en ne le mangeant pas en sa présence ! De toutes façons, s’il m’invite, il n’y en aura pas à sa table ! Et si je l’invite, il me dira s’il en mange ou non ! À ce sujet, mon fils a une copine végétarienne. Quand elle vient chez nous, nous lui préparons des repas végétariens, alors que nous continuons à manger des viandes car elle est prévenue ! Mais parfois, pendant certains repas, nous ne mangeons pas de viande ! Car :
      1 Corinthiens 9, 19-23 : «Car, bien que je sois libre à l’égard de tous, je me suis rendu le serviteur de tous, afin de gagner le plus grand nombre. Avec les Juifs, j’ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs ; avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi quoique je ne sois pas moi-même sous la loi, afin de gagner ceux qui sont sous la loi ; avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ, afin de gagner ceux qui sont sans loi. J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns. Je fais tout à cause de l’Evangile, afin d’y avoir part.»

      Je réponds : rien de ceci n’est en rapport avec l’abolition des lois de Dieu au sujet de l’alimentation : relisez Lévitique 11 et Deutéronome 14 qui ne sont pas abolis mais toujours en vigueur (Matthieu 5.17-19).

      Vous dites :

      « Paul dit ici une chose très intéressante : il n’est PAS sous la loi de Dieu, mais il est sous la loi de Christ ! »

      Je réponds :

      Dans la pensée juive, notre manière de vivre la Torah “personnalise” la Torah de Dieu. Ainsi, lorsqu’un frère juif voit la vie d’un homme pieux et les délicieux enseignements qui sortent de sa bouche avec un façon propre et personnel de vivre la Torah qu’il enseigne, il est courant d’entendre dire : « J’aime beaucoup ta Torah ou la Torah d’un tel ou d’un tel ». Ainsi, nous parlons de la même manière de la Torah de Moché (loi de Moïse) ou de la Torah du Messie (loi de Christ). Toutes ces Torah là sont évidemment fidèles et identiques à la Torah de l’Eternel Dieu (loi de Dieu) mais sont “personnalisé” selon ceux qui la vivent et la transmettent sans pour autant rien abolir. Par exemple, la Torah du Messie est axé sur le pardon, la miséricorde, la bonté, la fidélité (coeur de la Torah) et la connaissance du Messie et de l’Evangile de Gloire du Dieu bien heureux. La Torah de Hillel l’ancien est axé sur la bonté et l’amour du prochain (Hessed). La Torah de son collègue Shamaï est axé sur la rigueur (Din).

      Finalement, Paul, loin d’inventer une nouvelle doctrine qui abolirai le moindre commandement, s’identifie avec la Torah du Messie qui est identique à Torah de son Père donné dans la Torah de Moïse : « Avec ceux qui sont sans Torah, j’ai été comme sans Torah quoique je ne sois point sans la Torah de Dieu, étant sous la Torah du Messie, afin de gagner ceux qui sont sans Torah » (1 Cor 9.21)

      Enfin, Rappelez-vous que la définition biblique du péché, selon 1 Jean 3.4, c’est « la transgression de la loi de Dieu ». Avec cela en tête, ce n’est pas sans raison que Paul dira en Romains 6.15 : « Quoi donc ! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce ? Loin de là ! » (Romains 6:15). Ici encore, Paul est d’une grande clarté, c’est comme s’il disait : « Transgresserions-nous la Loi de Dieu et ses commandements donnés à Moïse ? Loin de là ! ». Ce n’est pas sans raison que le même Paul dira : « L’observation des commandements de Dieu est tout » (1 Corinthiens 7.19).

      « Ne plus être sous la loi » ne signifie absolument pas « ne plus observer la Loi de Dieu ou être libéré de l’observation des commandements de Dieu et de l’obéissance à ses lois ». Une telle interprétation est en réalité une pure hérésie antichrist.

      Vous dites :

      La loi de Dieu comporte le Décalogue et les 613 ordonnances du Lévitique, alors que la loi de Christ n’en comporte que DEUX :
      Matthieu 22, 37-40 : «Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.»

      Je réponds :

      C’est la Torah (de Genèse à Deutéronome) qui comptabilise environ 613 commandements et non le livre de lévitique. Ensuite concernant l’amour selon la Torah et l’Evangile, je vous invite à lire cet article : https://www.rencontrerdieu.com/lamour-du-prochain-selon-la-torah-levangile-et-les-sages-disrael/

      Hillel l’ancien et Rabbi Akiva, deux grands sages d’Israël contemporains de l’époque du Messie Yéshoua, ont commenté ce passage de Lévitique 19.18, « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » : C’est ici le Grand principe de la Torah, le fondement de la Loi de Dieu.

      Tali Loewenthal du site Chabad.org rajoute ce commentaire intéressant : « C’est un grand principe parce qu’il inclut quasiment la moitié de la Torah : toutes les lois concernant les relations humaines. »

      C’est exactement ce que déclare Jacques, le talmid (disciple) de Yéshoua, lorsqu’il déclare : « Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Ecriture : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien. » (Jacques 2.8).

      Hillel l’ancien, ce sage d’Israël ayant vécu quelques décennies avant Yéshoua, va encore plus loin dans son commentaire : « Ce qui t’es détestable, ne le fais pas aux autres. C’est là toute la Torah, et le reste n’est que commentaire. Va et étudie ! » (Shabbat 31a).

      Ce qui rejoint une fois encore les propos du sauveur du monde : « Toutes les choses donc que vous voulez que les hommes vous fassent faites-les-leur aussi de même; car c’est là la loi et les prophètes. » (Matthieu 7.12).

      Les 2 plus grands commandements de Dieu, loin d’abolir les autres lois, en sont le résumé. L’amour de Dieu selon la Bible consiste justement à observer la loi de Dieu : résumer la loi par 2 commandements n’a jamais signifié abolir le moindre commandement sauf dans l’esprit pagano-grec qui abolit et tord le sens des Saintes Ecritures.

      Vous dites :

      « Et comme Christ est le but de la Loi pour tout croyant, Il conduira Ses Disciples à pratiquer Ses Commandements (qui ne sont PAS pénibles, alors que les lois du Lévitique, personne n’a pu les mettre en pratique !) sans qu’ils s’en aperçoivent ! »

      Je répond :

      La PArole de Dieu vous contredit directement et totalement :

      Regardez ce qu’enseigne la loi de Moïse afin de voir s’il y a cohérence avec les propos de Yéshoua. Une grande partie du monde chrétien affirme que la loi est un joug pesant mais regardons ensemble ce que dit l’Ecriture.

      « Il y a beaucoup de paix pour ceux qui aiment ta loi, Et il ne leur arrive aucun malheur. » (Psaumes 119.165).

      « L’Eternel prendra de nouveau plaisir à ton bonheur, comme il prenait plaisir à celui de tes pères, lorsque tu obéiras à la voix de l’Eternel, ton Dieu, en observant ses commandements et ses ordres écrits dans ce livre de la loi, lorsque tu reviendras à l’Eternel, ton Dieu, de tout ton coeur et de toute ton âme. Ce commandement que je te prescris aujourd’hui n’est certainement point au-dessus de tes forces et hors de ta portée. C’est une chose, au contraire, qui est tout près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur, afin que tu la mettes en pratique. » (Deutéronome 30.9-14).

      Relisez bien ce que dit Dieu au sujet de ses lois : point au-dessus de tes forces et hors de ta portée

      Nous voyons ici que la loi de Dieu est une chose bonne à observer, elle n’est pas au-dessus de nos forces ni trop lourde à porter, elle procure la paix et le Père prend plaisir envers Celui qui l’observe, exactement comme Yéshoua l’enseigne et comme Paul aussi le rappelle : « La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon. » (Romains 7.12).

      Durant des millénaires, Dieu a donné à son Peuple sa loi parfaite. Avec un cri du cœur, Dieu n’a de cesse de rappeler à son peuple l’importance de suivre ses voies et d’y revenir afin de connaitre le vrai repos : « Oh ! si tu étais attentif à mes commandements ! Ton bien-être serait comme un fleuve, Et ton bonheur comme les flots de la mer; » (Esaïe 48.18).

      La Loi est source de sagesse et de bénédiction. Ceux qui ont compris cela, les humbles et sincères à Dieu, étaient justes aux yeux de Dieu. En Luc 1:5-6, Zacharie et Elisabeth (parents de Jean-Baptiste) étaient justes parce qu’ils observaient les commandements et les lois de Dieu.

      Que l’Eternel vous donne de le suivre et de sortir de ces nombreuses erreurs dans lesquelles vous êtes empétrés.

      Il est écrit à propos de Yochia (Josias) : “lorsque le roi entendit les paroles du livre de la Torah (loi), il déchira ses vêtements” (2 rois 22.11) et à propos d’Ezra : “tous les gens pleurèrent lorsqu’ils entendirent les paroles de la Torah” (Néhémie 8.9)

      Graves est l’offense de celui qui ne prête pas garde aux paroles de Dieu, comme il est dit : “mais ils n’avaient pas peur et ne déchirèrent pas leurs vêtements (Jérémie 36.24). Nos sages ont dit : “si quelqu’un étudie la Torah sans l’accomplir, mieux eût valut pour lui que le placenta se fut retourné sur son visage et qu’il n’eût jamais vu le jour.” (Yerouchalmi berakhot 1.1). Les versets disent : “si je leur écrivais les principes de ma Torah, il leur serait étranger (osée 8.12) et : “comment pouvez-vous dire : ‘nous sommes des sages et la loi de Dieu est avec nous’ ? Oui, mais la plume mensongère des scribes en a fait un mensonge !” (Jérémie 8 8)

      Réponse
  5. beaupere ella

    Merci pour ce commentaire beaucoup de textes du nouveau testament qui parle de garder les loi de Dieu Jean 14:15 / Mathieu :5: 18 / Hébreux 8: 10
    “Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j’ai gardez les commandements de mon Père et que j’ai demeurez dans son amour” Jn 15: 10
    Apocalypse 14: 12 :” C’est ici la persévérance des saints qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus”
    Merci à Jacqueline pour ce beau témoignage , il y a d’autre église chrétienne qui respecte le sabbat et les lois de Dieu

    Réponse
  6. Riffah

    Halleluyah! Béni soit ADONAï pour ce site ainsi que pour cet article,j’ai accepté de suivre Rabbi Yeshua depuis quelques années déjà mais ce n’est que depuis quelques jours ou semaines que j’ai commencé à revenir à la Torah,au tanakh et la halakha(voie)de Rabbi Yeshua, plus j’allais en découvrant des choses à ce sujet plus cela suscitait de sérieuses questions en moi quant à ma foi et ce qu’on m’avait toujours enseigné depuis tout ce temps mais gloire à notre Adon Yeshua je suis tombé sur des personnes comme vous sur internet.Le passage de romains que vous venez d’expliquer était un obstacle à mon ce retour à la Torah me faisant croire que je me trompais à ce sujet(le retour à la Torah)mais par cet article je viens de le comprendre que Adon Yeshua vous benisse pour ce travail! Shalom!

    Réponse
  7. jacqueline

    Bonjour,

    Depuis décembre 2014, alors que je priais le vrai Dieu et non pas ce que les différentes institutions enseignaient. (je ne comprenais en effet pas pourquoi toutes disaient avoir la vérité par rapport aux autres- Jésus a dit Etre la Vérité et pour moi, toutes avaient torts ou toutes devaient avoir une part de vérité.) Suite à cette prière au Seul vrai Dieu, le Créateur, j’ai ouvert la bible est suis tombée sur un verset de l’ancien testament qui disait que le sabbat, (le 4e commandement) est un signe entre Dieu et son enfant. A ce moment mes yeux se sont ouverts, comme si j’avais été aveugle et que je recouvrais la vue et, j’ai compris. Jai compris que les dix commandements sont actuels et que celui qui ne respectait pas le sabbat a la marque de la bête.On m’a raillée, le pasteur très condescendant m’a regardée de haut comme si lui seul pouvait avoir une révélation de Dieu. Depuis, je respecte le sabbat du vendredi soir au samedi soir et le Seigneur bénie mon obéissance. J’ai découvert par le Seigneur une autre vérité qu’aucun pasteur n’a jamais pu m’expliquer: pourquoi Jésus n’est pas resté 3 jours et 3 nuits dans le tombeau alors qu’il disait que ce serait un signe (72 heures). En fait, îl y avait 2 sabbats la semaines ou Jésus a été crucifié. Paques tombe toujours le 14 nissan et d’une année sur l’autre il peut tomber sur n’importe quel jour de la semaine. Le lendemain il y a un sabbat, le jour des pain sans levain. Relisez les évangiles et vous verrez que les femmes se reposent une fois avant et une fois après le sabbat. J’ai toujours dit ” Seigneur, je crois que ta Parole est la vérité, aussi, même s’il y a des contradictions, c’est parceque je ne comprends pas mais il y a une explication. Et le Seigneur bénit la foi de celui qui croit malgré tout. Qu’il soit Bénit Celui qui revient très bientôt. Depuis il m’ouvre les yeux sur une quantité de merveille, par exemple, je ne mange plus les animaux impurs comme le porc. Amen

    Réponse
    • Tom Admin

      Une merveille de vous lire Jacqueline ! Merci pour ce fort témoignage. Vous êtes sur ce glorieux sentier resserré qui mène à la vie, c’est certain ! Que le Dieu d’Israël vous bénisse et vous protège au nom de notre merveilleux Messie Yeshoua.
      Thomas.

      Réponse
  8. César

    Bonjour cher Frère,

    Merci pour votre réponse et aussi pour le lien de la vidéo. Je l’ai regardé la vidéo et regardé aussi les autres vidéo. Ça répond à ma question.

    Je dois dire que je suis entrain d’apprendre beaucoup de nouvelles choses d’un coup, mais je suis aussi plutôt soulagé de voir que d’autres pensent que la loi n’est pas en fait dépassé, parce que personnellement, je n’arrivais pas à croire que tous ces commandes de Dieu qui restent d’actualité et si pertinents, devaient être mis de côté.

    J’ai encore beaucoup d’autres questions, merci encore pour cette aide précieuse dans mes recherches.

    Que Dieu vous bénisse et vous permette de continuer ce que vous faites.

    Fraternellement,
    César

    Réponse
  9. César

    Bonjour,
    J’apprécie votre site et j’ai trouvé votre article intéressant.

    Je ne sais pas vraiment comment me situer à propos de ce débat car je traverse en ce moment une période pleine de questionnements sur ma foi.

    Je voudrais quand-même signaler Actes 15, verset 1 à 31, qui semble montrer que la question a été déjà soulevée au premier siècle et qu’une décision a été prise en accord avec le saint-esprit et que cela a fait l’objet de lettres qui ont été distribuées.

    Et aussi Colossiens chapitre 2, les versets 13 à 16, qui dit qu’on ne devrait pas me juger à propos d’une observance d’une loi ou d’un sabbat, etc.

    Généralement je lis les passages comme ceux-là simplement, tel quel, puisque n’ayant pas je pense les compétences pour analyser les mots dans les langues d’origine. Et vous qu’est-ce que vous en pensez ?

    Merci encore pour vos belles vidéos.

    Que Dieu vous bénisse.

    Réponse
    • Tom Admin

      Bonjour frère.

      Déjà, je tiens à saluer ta démarche et cette certaine humilité de ta part, que le Seigneur te garde dans cet état d’esprit et puisse confirmer de diverses façons ce qui va être dit ici :

      Dans Actes 15, le premier concile de Jérusalem avait pour but de définir les commandements de bases que tout convertis doit suivre, choses contre lesquelles, dit Jacques, « vous feriez bien de vous tenir en garde ». Actes 15 : 19-20 nous montre ces choses : « C’est pourquoi je suis d’avis qu’on ne crée pas des difficultés à ceux des païens qui se convertissent à Dieu, 20 mais qu’on leur écrive de s’abstenir des souillures des idoles, de l’impudicité, des animaux étouffés et du sang. ». Ces choses font parti des pires péchés pour Dieu, il insiste donc sur cette base minimale.

      La suite du verset est très importante et malheureusement rarement cité par ceux qui abolissent la Torah de Dieu et qui enseigne à tort que Christ met fin à la Loi :

      « Car depuis bien des générations, Moïse a dans chaque ville des gens qui le prêchent, puisqu’on le lit tous les jours de sabbat dans les synagogues. » (Actes 15.21).

      Les apôtres exigeaient un minimum de 4 lois de Moïse à observer pour tous les païens qui se convertissaient (Actes 15), faisant confiance au Saint-Esprit pour les faire grandir dans la mise en pratique des autres commandements puisque la Torah était lu et enseigné chaque Shabbat dans les synagogues nous dit Jacques !

      C’est aussi pour cela que Paul prenait un soin particulier pour des docteurs de la Loi tel Zénas (Tite 3.13), « pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps du Messie » (Ephésiens 4.12).

      Il ne faut jamais sortir les versets de leur contexte pour en faire un prétexte afin de donner un faux enseignement. Ceux qui le font seront jugé plus sévèrement.

      Concernant Colossiens 2.16, j’ai une excellente petite vidéo à te proposer d’un frère africain à qui Dieu a ouvert les yeux sur la véritable Saine Doctrine, qui je l’espère, te fera comprendre bien des choses, cela ne dure pas longtemps (11 minutes) mais cela parle précisément de ce sujet. Le frère explique assez bien, j’ai découvert il y a pas longtemps cette vidéo et il enseigne exactement ce que j’ai personnllement reçu dans mon intimité avec Dieu :

      https://www.youtube.com/watch?v=foY7zMEh4Ew

      Que l’Eternel te garde en toute chose au nom de son précieux Fils, Messie et Sauveur Yéshoua,
      Thomas.

      Réponse
  10. Hervé-P - Au Nom de Jésus-Christ !

    — Bonjour.
    — C’est une réflexion plutôt ardue que de répondre à cette interrogation ! Car à quelle Loi devons-nous obéir :
    * les Dix Paroles, ou
    * les 613 ordonnances de la Loi de Moïse,
    — … dont l’apôtre Paul lui-même a dit qu’il n’est plus nécessaire de se faire circoncire pour être sauvés ?
    — Or, la circoncision fait partie de la Loi, non ?
    — De plus, la Bible dit si bien :
    Romains 7, 4-7 : «Ainsi mes frères, vous êtes aussi morts à la Loi par le corps de Christ, pour être à un autre, savoir à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous fructifions à Dieu. 5 Car quand nous étions en la chair, les affections des péchés étant excitées par la Loi, avaient vigueur en nos membres, pour fructifier à la mort. 6 Mais maintenant nous sommes délivrés de la Loi, la Loi par laquelle nous étions retenus étant morte; afin que nous servions Dieu en nouveauté d’esprit, et non point en vieillesse de Lettre.»

    — Donc, le Nouveau Testament (la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ dit que «nous sommes morts à la Loi» ! Mais encore une fois, à laquelle ? À celle «des dix paroles», ou à celle des 613 ordonnances de la loi de Moïse ? Y aurait-il donc deux lois au lieu d’une ?
    — Croyez que je ne désire pas désobéir à Dieu, bien au contraire… Mais beaucoup suscitent plus d’interrogations que de réponses en agissant ainsi !
    — Et si vous le demandiez à Dieu, directement ?
    — Cordialement, au Nom du Seigneur Jésus-Christ !

    Réponse
    • Tom Admin

      Bonjour Hervé, ce sont des points intéressants que vous soulevez ici.

      Un des plus éminent commentateurs de la Torah respecté dans le peuple juif tout entier et dans le monde chrétien, Rachi, affirme clairement que les 613 Mitsvoth (commandements) sont en vérités contenus dans les 10 commandements qui eux mêmes sont en vérité contenu dans les 2 plus grands commandements : Aimer Dieu de tout son coeur et aimer son prochain comme soit-même, ce qui n’abolis ni n’annule aucun commandement.

      Tous les commandements doivent-ête observer mais évidemment, comme dit dans le dernier article sur la fête de Chavouot :

      « Dieu veut offrir à ses enfants d’appréhender en douceur la pratique des commandements et ne pas les leur faire vivre comme un joug insupportable. La véritable liberté que donne le Souffle de Dieu est justement de permettre à ses enfants de vaincre le mauvais penchant, le péché et satan en écoutant et en mettant en pratique la Torah de YHWH et ainsi, nous faisons véritablement parti de la famille de Dieu et de son Messie selon que Yéshoua le déclare : « Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique. » (Luc 8.21) »

      D’ou la nécessité, d’étudier et de mettre en pratique, chacun à son rythme pour grandir dans la sanctification, la Vérité et la connaissance de Dieu.

      En Romains 7.4-7, lorsque Paul affirme que nous sommes morts à la loi, il signifie par là que par la foi en Yéshoua, nous ne sommes plus sous le coup de la condamnation de la loi ainsi qu’il est dit, :

      « Le Messie nous a rachetés de la malédiction de la loi » (galates 3.13)

      et encore :

      « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. » (Romains 8.1)

      Jamais Paul n’enseigne à ne pas observer la Torah et mettre en pratique tous les commandements de Dieu, bien au contraire. Lui même dit en 1 corinthiens 7.13 : « L’observation des commandements de Dieu est tout ». Un des nombreux aspects de la loi est effectivement de condamner le pécheur mais en Yéshoua, pour quiconque croit et met en pratique la Torah, cette condamnation est ôté et le croyant est alors au bénéfices des innombrables bénédictions spirituelles qui découlent de la mise en pratique des commandements.

      C’est ainsi que Paul prendra soin de préciser : « Quoi donc ! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce ? Loin de là ! » Et n’oublions pas que « le péché est la transgression de la loi » selon 1 Jean 3.4. Paul est donc ici très clair.

      Concernant la circoncision, à cause de ceux qui enseignaient que la circoncision sauvait, Paul intervient car un tel enseignement place de ce fait la circoncision au dessus de la rédemption qu’il y a en Yéshoua. Paul enseigne, insiste et proteste : la circoncision ne sauve pas, tout comme aucun commandement n’a en soit le pouvoir de nous sauver puisque seul la délivrance qu’il y a dans le Messie peut nous sauver ainsi qu’il est dit :

      « Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. » (Ephésiens 2.8-9)

      J’espère que ces quelques explications vous ont apporté quelques éclaircissements.

      Thomas.

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This