Chers lecteurs, afin de bien commencer cette année 2012, nous vous proposons un montage vidéo promotionnel composé des derniers témoignages parus sur le site. Une sorte de Zapping Vidéo des témoignages les plus récents. Un article entier a été consacré au sujet de cette vidéo sur le site prisedeconscience, que nous vous invitons à lire en cliquant sur le lien du site.

2012 est là, une nouvelle année qui s’annonce apocalyptique pour certains mais pleine d’espoir et de renouveau pour d’autres. Nous sommes certains que 2012 sera l’année d’une vie nouvelle avec Dieu pour vous qui lisez cet article. Sans vouloir faire dans le pessimisme, il est bon de rappeler certains chiffres afin de bien mesurer l’ampleur de ce qu’il se passe sous nos yeux : on estime à environ 13 000 le nombre de suicides commis chaque année en France. Dans une enquête récente, le nombre d’adultes qui ont reconnu avoir fait une tentative de suicide au cours de leur vie s’élèvent à 8 %, et près de 200 000 personnes étaient soignées suite à ces gestes désespérés. Ces chiffres terribles et pourtant minimes au regard des diverses statistiques mondiales, montrent à quel point l’homme a besoin de connaître une vraie raison de vivre. À la sortie d’une conférence sur la Bible, quatre jeunes posent à l’orateur cette question : « pourquoi vivre ? »

Le conférencier répond simplement : « parce que Dieu vous aime ». Lui seul peut donner un sens à notre existence. L’homme a besoin de Dieu et de son amour pour vivre vraiment. S’il en est privé ou qu’il s’en éloigne, son existence n’a pas de sens. Mais Dieu nous aime ; il a agi. « En ceci a été manifesté l’amour de Dieu pour nous : c’est que Dieu a envoyé son fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui » (1Jean 4.9).

Accepter l’amour de Dieu, c’est recevoir Jésus-Christ son fils, qu’il nous a donné. C’est reconnaître qu’il est mort pour moi sur la croix. Dieu a pris l’initiative de nous aimer. Il attend notre réponse, celle qui fait écho dans notre coeur à un si grand amour. « Nous, nous aimons parce que lui nous a aimé le premier » (1Jean 4.19). Dieu a tout accompli en Jésus. N’essayons pas de tout comprendre directement mais plutôt de recevoir son amour, la suite viendra naturellement. On dit que la foi fait des miracles. Le plus grand de ces miracles est de transformer le cœur de l’homme. Cette vidéo le démontre très bien.

Regardons les choses en face. En ce début d’année 2012, les mots espoir, espérance sont comme des mots consolant dans un monde désolant, mot qui nous rattache à un avenir que l’on souhaite meilleur que le présent. Mais quand l’avenir est de plus en plus incertain, rien d’étonnant si ces mots sonnent faux. Espérer quelque chose signifie, dans le langage courant, qu’en réalité on n’en est pas sûr du tout.
Qu’attendons-nous ? Les vacances ? La retraite ? Des jours meilleurs ? « Cela soutient le moral », dit-on. Et puis voilà la déception, l’imprévu : un échec, la maladie ou… La mort, qui ruinent soudain les plans les mieux préparés. Tous ces rêves prouvent que l’homme reste un éternel insatisfait incapable d’assurer son lendemain, il ne peut résoudre que partiellement ses problèmes. Si son avenir est fait d’illusions et son passé bien souvent de désillusions, chacun continue pourtant à user et à abuser de ces mots à la fois stimulants et creux : espoir, espérance !
Pourtant, la Bible nous parle d’une espérance bien différente, qui ne laisse place ni au doute ni à l’incertitude. C’est une espérance vivante (1pierre1.3), « sûre et ferme » (hébreux 6.19). L’espérance que produit la foi en Dieu et en son fils Jésus consiste à attendre avec confiance l’accomplissement certain des promesses d’un Dieu qui ne peut mentir (Tite 1.2), et par-dessus tout le retour de celui qui est appelé « le Christ Jésus notre espérance ».

La Bible dit que « tous ceux qui croient sont justifiés gratuitement par sa grâce, par la rédemption qui est dans le Christ Jésus » (Romains 3.24). « En lui nous avons la rédemption par son sang, le pardon des fautes selon les richesses de sa grâce » (Ephésiens 1.7).

Le mot « rédemption » est un mot de la Bible qui est de moins en moins compris. Il traduit un mot grec qui signifie « délivrance au moyen d’une rançon ».
C’est devant la réalité du mal et du péché que le message de la rédemption et du salut prend tout son sens, toute sa force libératrice. L’Évangile en effet ne sous-estime pas le mal, il ne le minimise pas, il nous dit même que nous en sommes esclaves et que nous ne pouvons pas sortir tout seul de cette condition. L’éducation, les lois sont utiles pour contenir le mal mais ne peuvent nous libérer en profondeur des tendances mauvaises qui nous habitent. Il nous faut la rédemption.
Mais quelle rançon Dieu va-t-il donner ? Comment rachètera-t-il ces esclaves du péché ? Jésus s’est présenté, il a donné sa vie pour cela : son sang et sa vie sont la rançon que Dieu a payé pour nous libérer. Jésus a porté, en mourant sur la croix, la condamnation que méritaient nos fautes. Il nous a sauvés. La rédemption est une libération. Par sa mort, par sa résurrection, Jésus libère de la puissance du péché pour tous ceux qui se confient en lui. Il libère aussi de la crainte de la mort, de l’esclavage du monde, de l’asservissement au diable. Oui, l’Évangile est un message de liberté. Tournez-vous vers Jésus Christ qui veut vous libérer des chaînes qui vous retiennent captifs.

La vraie grandeur accepte de s’abaisser. Qui de nous pourrait s’estimer digne d’un regard attentif de Jésus ? Et pourtant, personne n’est trop petit, ni trop coupable, personne n’est trop insignifiant pour le Seigneur Jésus. Que ce soit cette femme stigmatisée à cause de sa vie de péché, exclue de la bonne société (voir les Évangiles) ; ou Zachée, collecteur d’impôts, cible de fausses accusations, qui était monté sur un arbre pour voir passer Jésus ; ou encore Nicodème, chef spirituel des juifs, qui était venu voir Jésus de nuit, tous ont pu avoir accès auprès du sauveur. Moi-même aussi, et toi, lecteur, qui que tu sois.

La vraie grandeur n’effraie pas, et ne repousse personne. Elle est humble et accepte un abaissement total. Jésus en a été la parfaite expression. Il était Dieu, et il est apparu parmi les hommes, non comme le Dieu saint pour juger les pécheurs, mais comme le sauveur humble et débonnaire pour donner sa vie pour tous. « Il s’est anéanti lui-même, prenant la forme d’esclave, étant fait à la ressemblance des hommes ; et… Il s’est abaissé lui-même, étant devenu obéissant jusqu’à la mort, et à la mort de la croix »(Philippiens 2.7,8).

Qui que tu sois, Dieu désire avoir une relation avec toi car il t’aime et ne souhaite pas te voir mourir dans le péché. Tourne toi vers lui et il te répondra, c’est certain. Il t’a tout pardonné et désire te voir revenir à lui en recevant son amour qu’il a manifesté en la personne de Jésus. Que 2012 soit l’année d’une vie nouvelle avec Dieu pour toi qui lit ces lignes en ce moment même, qui que tu sois!