« Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. »

« La plus grande chose dans l’histoire de l’humanité n’est pas l’homme qui a marché sur la lune, mais c’est Dieu qui a marché sur la terre en la personne de Jésus Christ. » (Irwin James : Astronaute américain, l’un des 12 hommes qui ont marché sur la lune)

Jésus, le nom au dessus de tout nom

Jésus, don de Dieu, a suscité tant de contradictions ! Si les uns, indifférent ou ignorant, l’on méprisé, d’autres, assoiffé d’amour et de pardon, l’ont accueilli comme leur sauveur. Allez n’importe où dans le monde aujourd’hui. Discutez avec les croyants de n’importe quelle religion. Quel que soit leur engagement envers leur religion particulière, s’ils connaissent la vie de Jésus, ils sont obligés d’admettre qu’il n’y a jamais eu un homme comme lui. Il est le personnage le plus unique de tous les temps. Jésus a changé le cours de l’Histoire. Même la date sur votre journal témoigne du fait que Jésus de Nazareth a vécu sur la terre il y un peu plus de 2000 ans. Si l’on y réfléchit un peu, il est quand même incroyable de penser que la simple naissance d’un enfant du nom de Jésus, dans une famille modeste, il y a deux mille ans, au Proche-Orient, ait causé autant  de bouleversements. Aujourd’hui, sa naissance va même jusqu’à provoquer la cohue dans les grandes métropoles comme New York, Tokyo, et Rio de Janeiro ! Vous ne l’avez peut-être encore jamais réalisé, mais chaque fois que vous vérifiez votre calendrier ou faites référence à une date, vous utilisez Jésus-Christ comme repère. À cause de Jésus, l’Histoire est divisée en Av. JC (avant Jésus-Christ) et Ap. J-C (après Jésus-Christ). Tous les autres événements de l’histoire et de votre calendrier aujourd’hui sont datés en fonction du nombre de jours et d’années qui se sont écoulés depuis Sa venue sur Terre. Même votre anniversaire est daté en fonction de Sa naissance. La nuit de la naissance de Jésus-Christ à Bethléem, un petit groupe de bergers gardait paisiblement son troupeau de moutons dans un champ voisin. En regardant les étoiles, rien ne semblait différent des mille autres nuits. Mais ce qui était sur le point d’arriver allait transformer, non seulement leur vie, mais aussi des milliards de vies. Le monde ne serait plus jamais le même. Soudainement, une lumière radieuse illumina le ciel, et un ange de Dieu apparu devant eux et commença à leur parler. Cela semblait tellement incroyable, qu’ils furent saisis d’une grande frayeur. Cet ange leur annonça la naissance de celui qui allait devenir le sauveur de l’humanité : Jésus-Christ.

Lui, le juste, fut abaissé, crucifié comme un vulgaire brigand. Mais en tout lieu, des gens de tout peuple l’ont honoré et exalté. Rejeté, trahi, souvent haï, il a été pourtant, à travers les siècles, suivi, aimé et adoré par des millions de disciples tant la puissance de son message dépasse toute philosophie. Ce faible rejeton, le plus petit au sein de l’humanité, est cependant, le plus grand personnage de l’histoire de l’éternité ! Aujourd’hui encore, ceux qu’il a transformé veulent partager son amour et proclamer son message à chacun.

La Bible affirme que Jésus est le seul médiateur entre Dieu et l’homme, le seul a pouvoir transformer le coeur de l’homme pollué par le péché, le seul à nous amener à la réconciliation avec Dieu et au salut de notre âme pour quiconque croit en lui et en son œuvre.  Jésus ou Dieu fait chair selon la Bible, est une réalité tangible, expérimentée par des millions de personnes et qui est au dessus de toutes théories et de toutes philosophies. Il s’expérimente; il est « le Chemin, lma Vérité et la Vie. »

Certains souriront à la mention du nom de Jésus ou le prendrons pour un simple homme doué d’une bonne morale. Cependant, la véritable personne de Jésus prendra toute son ampleur si vous l’inviter réellement dans votre vie en lui ouvrant votre cœur et en croyant à son message. Le message que Jésus a pour chacun est déterminant et capable d’ouvrir les portes du ciel mais surtout de délivrer l’homme du mal régnant dans son coeur. Ce Jésus crucifié, incarnation de Dieu sur terre, venu s’offrir en sacrifice afin de porter le poids de nos fautes à notre place, est ressuscité et toujours vivant par son Esprit aujourd’hui, Esprit qu’il peut communiquer d’une façon douce et irresistible à quiconque lui ouvre son coeur.

Des siècles avant la naissance de Jésus, la Bible parlent de sa venue. L’Ancien Testament, rédigé sur une période de 15 siècles par une quarantaine d’auteurs différents, contient plus de 300 prophéties sur la venue de Jésus. Chaque détail s’est réalisé, y compris sa naissance miraculeuse, sa vie sans péché, ses nombreux miracles, sa mort et sa résurrection. La vie de Jésus, tous ses miracles et les paroles qu’il a prononcées, sa mort sur la croix, sa résurrection, son ascension au ciel, tout indique que Jésus n’était pas qu’un simple homme mais qu’il était bien plus. Jésus a proclamé : Moi et le Père nous sommes un.” (Jean 10:30), “Celui qui m’a vu a vu le Père” (Jean 14:9), et “Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.” (Jean 14:6).

Regardez la vie et l’influence de Jésus de Nazareth, le Christ. Si vous voulez savoir à quoi ressemble Dieu, vous n’avez qu’a bien regarder Jésus. Au fil de l’Histoire vous verrez que son message produit toujours de grands changements dans la vie des hommes et des nations. Là où son enseignement et son influence ont été reconnus, les effets se sont fait sentir : l’importance du mariage, les droits de la femme et son importance dans la société ont été reconnus, des écoles et des établissements d’enseignement supérieurs ont été fondés, des lois pour la protection des enfants ont été adoptées, l’esclavage a été aboli, des organismes comme « la croix rouge » ont vu le jour et une multitude d’autres changements en ont découlé pour le bien de l’humanité.

Par exemple, Lew Wallace, un savant très connu a fait des recherches dans les meilleures bibliothèques d’Amérique et d’Europe afin de trouver les informations qui détruiraient à jamais le christianisme. En rédigeant le deuxième chapitre du livre qu’il voulait écrire, il s’est retrouvé à genoux en criant à Jésus “Mon seigneur et mon Dieu !”  Confronté à des preuves solides et irréfutables, il ne pouvait plus nier que Jésus-Christ était le Fils de Dieu. Plus tard, Wallace a écrit Ben Hur, l’un des plus grands romans sur l’époque du Christ.
C.S. Lewis, professeur à Oxford, était agnostique et niait la divinité du Christ depuis des années. Mais lui aussi, par honnêteté intellectuelle, s’est tourné vers Jésus comme son Dieu et son sauveur après avoir examiné toutes les preuves de sa divinité.

Dans son livre très connu, « Etre ou ne pas être », Lewis dit : « Quelqu’un qui ne serait qu’un simple homme et qui aurait dit les choses que Jésus a dites ne peut pas être qu’un grand homme d’éthique ou de moralité. Il serait soit, un fou, soit il serait le diable sorti tout droit de l’enfer. Vous devez faire votre choix. Ou il était, et est toujours, le fils de Dieu, ou il était dérangé ou pire encore. Vous pouvez refuser de le croire parce que vous pensez qu’il était fou ou vous pouvez tomber à ses pieds et l’appeler Seigneur et Dieu. Mais n’essayez pas d’avancer des théories ridicules et condescendantes prétendant qu’il était un grand enseignant humain. Il ne nous a pas laissé cette possibilité.« 

Qui est Jésus de Nazareth pour vous ? Votre réponse déterminera votre vie ici sur terre mais surtout celle qui aura lieu dans l’éternité.

Le véritable christianisme a pour fondement une relation vivante avec un sauveur et seigneur ressuscité et vivant.

Un fondateur ressuscité.

Jésus de Nazareth a été crucifié sur une croix, inhumé dans le tombeau d’un autre, et trois jours plus tard il est ressuscité des morts ; le christianisme est unique à cet égard. Tout argument pour la validité du christianisme dépend des preuves de la résurrection de Jésus de Nazareth. Au fil des siècles, la plupart des savants qui ont examiné les preuves de la résurrection ont cru, et croient encore, que Jésus est vivant. Après avoir examiné les preuves avancées par les auteurs des Evangiles, Simon Greenleaf, expert en questions légales à l’école de droit de Harvard a conclu : “Il était donc impossible qu’ils aient pu persister à affirmer les vérités qu’ils ont écrit si Jésus n’était pas véritablement ressuscité des morts, et s’ils ne le savaient pas aussi certainement qu’ils ne savaient n’importe quel autre fait.” John Singleton Copley, reconnu comme étant l’un des juristes les plus brillants de toute l’Histoire britannique, a fait ce commentaire : “Je sais assez bien ce que sont des preuves ; et je vous l’affirme, des preuves telles que celles de la résurrection n’ont jamais été réfutées.”

Peu d’événements historiques n’ont fait l’objet d’études aussi minutieuses que la résurrection de Jésus. Cela souligne déjà l’importance du fait. De nombreuses théories ont été concoctées pour falsifier cette vérité cardinale de la foi chrétienne, de la théorie de l’évanouissement à celle de l’hallucination collective des disciples. Nous ne pouvons que sourire devant ces efforts ingénieux. On ne peut être que frappé par la peine que se sont données certains savants et par les arguments qu’ils ont avancé pour prouver que la résurrection est un mythe, alors que de nombreux autres grands personnages religieux comme Krishna, bouddha ou Mahomet, ne font pratiquement l’objet d’aucune étude sérieuse. Ainsi l’étudiant indien moyen ne sait pas quand Krishna est né, si même il est né. En revanche, il en sait un rayon sur Jésus. Nous assistons à un phénomène curieux et qui prête à ironie : si aujourd’hui, on décourage formellement les discussions religieuses, le nom de jésus est cependant mentionné plus que tout autre nom, souvent de manière profane, mais il n’en est pas moins cité. De toutes ces affirmations, la promesse de sa résurrection et sa réalisation ont été les plus controversées pour des raisons fortes compréhensibles : elles sont en effet la justification la plus décisive de son message à savoir l’accomplissement absolument et parfait du plan de Dieu pour sauver l’homme de sa misère. C’est pour cela que Jésus dira sur la croix, en guise de dernier soupir : « Tout est accompli. »

Des raisons de croire

La résurrection est au coeur même de la foi d’un chrétien. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles ceux qui étudient la résurrection croient qu’elle est vraie :

- Elle a été prédite : Premièrement, Jésus lui-même a prédit sa mort et sa résurrection et ces événements se sont déroulés exactement comme il les avait prédits (Luc 18:31-33). Jésus-Christ lui-même a plusieurs fois parlé de sa résurrection en différentes occasions. Aussi bien ses ennemis que ses disciples devaient s’attendre à cet événement. Ceux qui avaient cherché à atténuer la portée de son enseignement ont même pris des mesures pour contrecarrer la réalisation de son affirmation, notamment en faisant placer des gardes devant le tombeau.

- Le tombeau vide : Deuxièmement, la résurrection est la seule explication plausible pour le tombeau vide. Une lecture soigneuse du récit biblique révèle que son tombeau était gardé par des soldats romains et fermé par un énorme rocher. Si, comme certains le prétendent, Jésus n’était pas mort mais seulement affaibli, les gardes ou la pierre auraient empêché toute tentative d’évasion, que ce soit de sa part ou de la part de ses disciples. Les ennemis de Jésus n’auraient jamais pris le corps de Jésus, car la disparition du corps n’aurait servi qu’à encourager la croyance en la résurrection.

- Des rencontres personnelles : Troisièmement, la résurrection est la seule explication des apparitions de Jésus à ses disciples. Après sa résurrection, Jésus est apparu au moins dix fois à ceux qui l’avaient connu et jusqu’à 500 personnes à la fois. Le Seigneur a prouvé que ses apparitions n’étaient pas des hallucinations : il a mangé avec eux, il a parlé avec eux et ils l’ont touché. (1 Jean 1:1).

- Bien que ses disciples aient parfaitement compris le sens de l’annonce de sa résurrection et qu’ils aient même été témoins de la résurrection de Lazard, tant qu’ils ne furent pas placés devant le fait accompli, ils ne crurent pas qu’il ressusciterait littéralement. Ils ne peuvent donc pas être accusés d’avoir inventé ce scénario pour masquer leur déception.

- C’est l’apparition de Christ après la résurrection qui a convaincu Thomas le sceptique et Paul le réfractaire qui persécutait même les chrétiens.

- Le fait que les disciples terrifiés, qui avaient le sentiment d’avoir été trahis et abandonnés, se soit transformés en un groupe de hérauts intrépides, prêt à proclamer l’Évangile jusqu’à Rome et aux extrémités du monde, ne peut s’expliquer par un simple haussement d’épaules.

- Pour éradiquer l’enseignement de Jésus une fois pour toutes, il aurait suffi aux autorités romaines de montrer le cadavre de Jésus. Or, elles n’ont pas pu. À ce propos, on omet souvent quelque chose d’important. Si les disciples avaient fabriqué un nouvel idéal, ils auraient pu parler d’une résurrection spirituelle, ce qui aurait pu se faire même en présence du cadavre. Ils ont pourtant choisi la voie la plus exigeante en parlant de la résurrection du corps physique ; il prenait un risque énorme. Imaginez dans quelle confusion ils auraient été plongés si quelqu’un avait pu alors présenter le cadavre de Jésus ! S’il croyait à la résurrection littérale, c’est qu’il en avait été les témoins. C’est un argument de poids, surtout en tenant compte du fait que Rome, opposé à l’Évangile, fut finalement conquise par le message de Christ. Les autorités religieuses avec un objectif : étouffer le christianisme. Même Jacques, le frère de Jésus, ne devint croyant qu’après la résurrection.

- Un détail qui mérite toute notre attention nous est fourni par les sources non chrétiennes. Même le Coran, qui ne passe pas pour être particulièrement favorable aux chrétiens, atteste la naissance virginale de Jésus et lui reconnaît le pouvoir unique de ressusciter les morts, aspect souvent ignoré ou oublié par les musulmans eux-mêmes.

- La naissance de l’Eglise : la résurrection est la seule explication raisonnable pour les débuts de l’Eglise chrétienne. L’Eglise chrétienne est de loin la plus grande institution qui existe et qui a jamais existé dans l’Histoire du monde. Plus de la moitié du premier sermon jamais prêché était en référence à la résurrection (Actes 2:14-36). Bien entendu, l’Église primitive savait que la résurrection était le fondement de son message. Les ennemis de Jésus ou de ceux qui le suivaient aurait pu tout arrêter d’un instant à l’autre simplement en montrant le corps de Jésus.

- Des vies transformées : La résurrection est la seule explication logique pour la vie transformée de ses disciples. Il l’ont abandonné avant sa résurrection : après sa mort, ils étaient découragés et dans la peur. Ils ne s’attendaient pas à ce que Jésus ressuscite. (Luc 24:1-11). Mais après la résurrection de Jésus et ce qu’ils ont vécu à la Pentecôte, ces mêmes hommes et femmes découragés, déçus, ont été transformés par la puissance du Christ ressuscité. En son nom, ils ont bouleversé le monde. Bon nombre ont perdu leur vie pour leur foi ; d’autres ont été terriblement persécutés. Leur courage n’a pas de sens en dehors de leur conviction que Jésus-Christ a été réellement ressuscité des morts – un fait qui valait bien à leurs yeux, le prix de leurs vies. Peu d’intellectuels du monde universitaire qui, après avoir considéré honnêtement la foule de preuves qui démontrent la divinité et la résurrection de Jésus de Nazareth, dignement n’ait pas admis que Jésus était bien le Fils de Dieu, le Messie promis. Bien que certains ne croient pas, ils ont l’honnêteté d’admettre “Je n’ai pas pris le temps de lire la Bible ou d’examiner les faits historiques au sujet de Jésus.”

- Un Seigneur vivant : A cause de la résurrection de Jésus, ceux qui l’ont vraiment suivi ne font pas que suivre les principes d’éthique d’un fondateur mort, mais ils ont une relation vivante et personnelle avec un Seigneur vivant. Jésus-Christ vit aujourd’hui et bénit la vie de ceux qui lui font confiance et qui lui obéissent. Au fil des siècles, des multitudes ont reconnu l’importance de Jésus-Christ, certains d’entre eux ont eu une grand influence sur le monde.  Blaise Pascal a évoqué le besoin de l’homme pour Jésus lorsqu’il a dit “Il y a un vide dans le coeur de chaque homme que seul Dieu peut combler par son fils Jésus-Christ.”
Voulez-vous connaître Jésus-Christ personnellement comme votre sauveur vivant ? Aussi audacieux que cela puisse paraître, c’est possible ! Jésus souhaite tellement établir une relation personnelle d’amour avec vous qu’il a déja fait tout ce qu’il faut pour cela.

En résumé, c’est la victoire de Jésus sur la mort qui a donné à l’église primitive l’impulsion décisive et la force de proclamer dans le monde entier que Dieu avait parlé, et qu’il l’avait fait d’une manière spectaculaire et incontestable. Ces faits sont historiques et accessibles à l’examen de tout historien sincère.

Pour conclure, voici une description intéressante de Jésus faites par Philippe Shaff :

« Sans argent et sans armes, ce Jésus de Nazareth a conquis plus de millions qu’Alexandre, César, Mahomet et Napoléon ; Sans la science et l’apprentissage, il a porté plus de lumière sur les choses humaines et divines que tous les philosophes et les savants réunis. Sans l’éloquence des écoles, il a prononcé des paroles que personne n’avait jamais prononcées ni avant ni après, et produit des effets qui vont bien au-delà de l’orateur. Sans avoir jamais écrit une ligne, il a mis en œuvre plus d’écrit et fournit des thèmes pour plus de sermons, de discussions, des ouvrages d’érudits, des œuvres d’arts et des chants de louanges que toute l’armée des grands hommes des temps anciens et modernes. Né dans une étable et crucifié comme un malfaiteur, il contrôle maintenant les destinées du monde civilisé, et gouverne un empire spirituel qui inclus 1/3 des habitants du globe. »

Évidemment, il est essentiel, comme le christ l’a lui même dit, de respecter la liberté de l’autre. Dieu ne fait-il pas ainsi ? La foi est d’abord un choix personnel. Mais l’enjeu éternel du choix de chacun vis à vis du message de l’Evangile n’est pas caché par le Dieu tout puissant : autant la félicité éternel auprès de Dieu est réservé à ceux qui font de Jésus leur Seigneur autant l’inverse est également vrai.

Beaucoup d’autres vidéos ou article sur ce site vous aiguilleront dans cette rencontre personnelle. N’hésitez pas à visionner les témoignages vidéos.

Pour découvrir le message de l’evangile annoncé dans son entiereté et sans compromis : Découvrir la bonne nouvelle